Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Gourmets au centre ville

 :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville :: Les rues Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 8 Jan - 22:13
avatar
Messages : 10
Voir le profil de l'utilisateur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'Hiver. L'hiver! Lepetit Vagabond détestait l'hiver! Déjà, il faisait froid. Particulièrement la nuit. Il avait beau brûler des journaux dans des poubelles ou des barils, il faisait toujours froid et ce qu'il dorme à même le sol, ou sur un banc ou une table. Bien évidemment, son manteau le gardait un peu au chaud. Mais il manquait clairement une doublure à son pantalon, une deuxième paire de chaussettes quand les premières étaient imbibées ainsi que des bottes pour remplacer ses chaussures trouées. De plus, contrairement à ce qu'il le pensait, les demandes payantes se faisaient trop rare pour qu'il arrive à vivre à l'intérieur d'une manière réellement plus régulière qu'en été. Et puis, il avait plein d'autres raisons de détester l'hiver. Les sols étaient gelés. Cela compliquait évidemment ses fuites parce qu'il glissait, mais cela l'empêchait d'- enfin, empêchait sa volonté à- enlever ses souliers pour courir. En été, c'était une pratique qu'il appliquait constamment. C'était pour lui bien plus évident de déguerpir de cette façon. En hivers, il tomberait bien trop rapidement malade. Sans parler des douleurs. Et puis, suivre des empreintes de pieds nues dans la neige était beaucoup plus évident que de suivre des traces de souliers. Il haïssait aussi l'hiver parce que les lacs et rivières étaient gelés. Impossible pour lui de pêcher, surtout de sa manière à lui demandait de se mouiller. Il ne possédait pas de canne à pêche après tout.

Donc il devait se nourrir autrement. Comme il préférait utiliser l'entièreté de son budget en nuit logée, il volait et quémandait beaucoup plus en hivers qu'en été. C'était problématique, comme dit plus tôt: cette maudite saison nuisait à ses fuites. Il devait donc soit éviter de se faire prendre, soit réussir à fuir malgré cela. Pour ce qui était du fait de mendier... Ne mentons pas. Si ça marchait plus pour lui, étant un enfant, plutôt que pour la majorité des sans-abris, ça ne remplissait que peu son estomac. La plupart des gens lui refusaient, quant à ceux qui voulait bien, ils ne comprenaient pas que ce serait peut-être son seul repas de la journée.

Le vol était une solution bien plus viable, mais il fallait éviter d'éveiller les soupçons. Pour cela, il fallait éviter d'avoir une réputation, entre autres choses. Pour éviter d'avoir une réputation, il fallait éviter d'être pris régulièrement dans des endroits relativement approchés. D'où sa présence dans cette rue où il n'avait pas mis les pieds- dans cet objectif- depuis plusieurs mois. Il y avait un restaurant-minute un peu négligent, qui laissait traîner les commandes pour emporter jusqu'à ce que le client parte avec. C'était le mieux. Il arriverait, prendrait un sac au hasard- enfin, un qui semblait bien rempli- et partirait. Le client- non servi- se plaindrait un peu et il aurait un nouveau repas gratuit. Normalement. Lepetit Vagabond essayait de faire en sorte qu'il y ait le moins de conséquences négatives pour les autres, après tout, il ne connaissait pas leur situation.

C'est ainsi qu'il se dirigeait vers le restaurant en question vers 17h, il y avait toujours beaucoup trop de gens dans les restaurants à cette heure-là pour faire correctement attention. Mais une fois presque arrivé, quelqu'un attira son attention. Il était assis un peu à l'écart, à même le trottoir, en train de dévorer ce qui semblait être un repas pour une armée, bien qu'il fut seul. Ce qui attira le plus son attention, en dehors de la situation un peu étrange- puisqu'il était clairement dans le chemin des passants, il aurait nui à une éventuelle fuite, d'ailleurs- c'était ses cheveux qui étaient de la même couleur que la neige sur laquelle il était assis. Sans parler de sa peau très blanche- encore plus que la sienne- et de ses grands yeux. Il n'était clairement pas asiatique. Peut-être était-il albinos? Mais il avait entendu dire que ceux-ci avaient les yeux rouges. Soit, c'était un mensonge, soit cet homme s’était fait teindre les cheveux et n'était qu'un qu'un étranger un peu loufoque.
Dans tous les cas, il mangeait un vrai repas, un repas dont le mendiant qu'il était n'aurait même pas osé rêver se payer. Son côté étrange l'attirait, il n'allait pas s'autoriser à résister. Et puis, il fallait essayer de toute façon. Après s'être approché, il jeta sa tête vers l'arrière pour faire tomber ses écouteurs sur ses épaules et demanda:

-Excusez-moi, pourrais-je en avoir un peu?

Politesse, respect, sans perte de temps ainsi que limite déjà imposée. Voilà ce qui fonctionnait généralement le mieux. Bien sûr la limite ici était très vague, c'était l'astuce. Un peu serait en réalité autant qu'il réussirait à prendre. Puisqu'il n'eut pas de réponse négative ou de regard de dégoût, il se laissa tomber au sol, s'assoyant à tailleur au côté de l'étranger. Il prit ce qui s'apparentait à une sandwich et prit une bouchée. Il n'allait pas redemander si c'était bien. Mieux vaut demander pardon- ou fuir- que demander permission lorsque l'on voulait quelque chose après tout. Et pourquoi la sandwich plutôt que de piocher dans des frites, des dumplings ou quoique ce soit d'autre qui se partageait facilement? Parce que les gens ne souhaitaient pas finir la moitié d'un plat qui a déjà été en contact avec ta bouche. C'était des habitudes naturelles chez lui, évidemment. Après deux bouchés très rapidement avalée- qu'est-ce qu'il avait faim!- il prit quelques dumplings et les mis dans sa bouche. Il fallait toujours exagérer jusqu'à remarquer la limite de celui qui offrait. Ce ne fut donc qu'après avoir avalé ces accompagnements qu'il posa enfin la question qui le taraudait:

-Dit, pourquoi est-ce que t'as les cheveux aussi blancs?




Citation
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville :: Les rues-