Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Chut, laisse-moi parler...

 :: Lycée :: 1er Étage :: Salle A1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 19 Déc - 16:42
Chut, laisse-moi parler. ft. Aino & Abiageal
Abiageal soupira en même temps que la cloche annonçait la fin des cours. « Il était temps », se dit-elle. Non pas qu’elle n’appréciait pas les cours, c’est seulement que tous ces contacts humains et toutes ces interactions ça l’épuisait.  Elle avait bien hâte de quitter afin d’aller se cacher dans sa chambre dans le pensionnat. Bon, elle allait probablement se faire attraper par sa colocataire, mais c’était beaucoup moins pire que tous les élèves présents dans la classe.

La cloche sonnée, les élèves s’étaient précipités vers la sortie. Abi, elle, n’était pas pressée. Elle se disait que si elle attendait assez longtemps, il n’y aurait peu de personnes dans les couloirs, ce qui la rassurait dans un certain sens. Elle n’aimait pas se faire bousculer par des gens trop excités, parce que nous étions quand même vendredi après-midi. En plus, avec les vacances des fêtes qui approchent, les gens sont tout autant excité de terminer les cours.  

Tout ça pour dire, qu’il y avait quelques temps qu’Abi fût dans cette école, en fait, cela ne faisait pas très longtemps, quelques jours, deux semaines tout au plus. Abiageal en était encore nerveuse. Elle trouvait cela plutôt difficile de s’intégrer. Son japonais était bon, mais pas excellent, cela lui mettait de la pression. Elle n’avait pas osé mettre les pieds dans le club de Kyûdo, trop embarrassé de son manque de compétence dans ce domaine. En même temps, c’était un peu pour cela qu’elle l’avait choisi ce club. Et aussi parce qu’avec ses cheveux roux, elle ressemblerait trop à une Merida contemporaine. Merida est trop classe, Abi aimerait y ressembler certaines fois. Parce qu’elle est tellement courageuse… Pas comme Abiageal.

Complètement perdue dans ses pensées, se disant que peut-être, finalement, elle pourrait aller jeter un bref coup d’œil au club de Kyûdo… Mais pour cela, elle devait ranger son matériel avant tout. Du coup, la demoiselle se leva et commença à ranger le tout dans son sac. Mais en ramassant ses cahiers, son coffre à crayon vint dire un beau bonjour au sol.

- Zût, murmura Abiageal a commençant à ramasser ce qu’elle venait de trouver au sol.

Elle était un peu triste. Elle savait que lorsque des crayons touchaient le sol, la mine à l’intérieur se cassait, ce faisait qu’on doit les aiguiser super souvent. C’est trop moche. Elle se trouvait quand même idiote de les avoir échappés, si seulement elle aurait pu faire un peu plus attention.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Déc - 18:14
Le cahier fermé, la trousse dans le sac depuis un petit moment déjà, Aino suit le cours. A sa façon. Son regard se tourne néanmoins vers le professeur, de temps à autres. Mais finit très vite par plutôt se diriger vers cet élève-ci. Celui-ci qui est du même club qu'elle, qu'elle jalouse de temps à autres lorsqu'il monte sur scène, lui prenant l'espace de quelques instants la vedette. Puis ses yeux fixent cette autre personnes, elle, là ! Ce n'est pas celle avec laquelle elle a déjeuné la semaine dernière ? Oui, ça a été un bon moment, sans doute. Mais quel est son nom, déjà ? Oh, et cette autre fille, il y en a eu des ragots dessus, la semaine dernière. Puis lui, il...

Aino ne peut s'empêcher de sursauter lorsque la sonnerie la fait sortir de ses songes. Liberté, enfin ! Même si la jeune femme est loin d'être une mauvaise étudiante, il n'y a que peu de matières, en dehors de ses clubs, qu'elle apprécie. Et ce dernier cours n'en fait pas partie. Au moins, dans ce genre d'heure de cours, elle peut tranquillement se tourner les pouces, penser aux prochaines réunions de clubs ou anecdotes qu'elle s'apprête à raconter à untel ou untel.

Bien cinq minutes se sont passées alors qu'elle est encore sur place, à son bureau, regardant son agenda, ses prochains devoirs... Et finalement, elle n'est pas plus amusée à l'idée de rentrer dans sa chambre que de quitter les cours. Il n'y a pas club aujourd'hui, et elle a encore bon nombre d'exercices à faire. Encore une soirée peu amusante... Ses amies sont pour la plupart occupées, elle ne pouvait pas alors s'incruster avec ces dernières et traîner avec. Non. Elle n'a plus qu'à rentrer et travailler... Comme tout élève modèle de cet établissement le ferait, n'est-ce pas ?
Mais elle n'est pas exactement ce qu'on appelle "élève modèle."

Alors qu'elle range son carnet, elle voit, dans l'autre côté de la classe, qu'il semble rester une personne. Tiens donc ! Une personne ? Mais c'est parfait !
Aino a toujours eu ce truc, ce besoin de parler, de tout, mais surtout de rien. Et si cela peut retarder son retour chez elle...
Ni une ni deux, elle se lève de sa place, sans même prendre son sac avec elle. A quoi bon ? Elle n'est pas sur le pas de départ, après tout.

Cette silhouette... Elle la reconnaît sans vraiment la connaître. Cette fille, elle est nouvelle dans cette classe, dans cet établissement. Dans tout le Japon, même ? Elle n'a ni les traits asiatiques, ni la couleur de cheveux pour. D'ailleurs, Aino aime beaucoup ce rouge là. Mais il lui est impossible d'abandonner sa couleur originale pour une artificielle. Bref ! Pour revenir à la nouvelle... En fait, Aino n'en sait pas grand-chose dessus. Cette dernière ne parle pas beaucoup, et elles n'ont encore jamais eu l'occasion de parler. Pour l'instant. L'occasion est donc parfaite pour notre jeune lycéenne.
Alors que la nouvelle s'abaisse pour ramasser quelque chose, Aino arrive dans son dos, lui adresse une petite tape au niveau de ce dos arrondi, et lance, d'un ton jovial :

- Bonjour, toi !

Elle lui laisse le temps de se redresser, puis continue :

- Tu vas bien ? Tu t'y retrouves ici ? Qu'est-ce que tu penses de ce cours, toi ? Je ne suis pas fan, personnellement... Ah, j'aime beaucoup le prof, il est gentil et fait attention aux élèves, mais son cours... Je ne le trouve pas passionnant. Tiens d'ailleurs, c'est quoi ta matière favorite ? Et tu t'es inscrite dans des clubs, depuis ?

Sans penser au fait qu'elle peut rapidement être oppressive lorsqu'elle se lance dans une conversation, elle s'est mit à enchaîner toute cette suite de questions... Et attend alors une réponse, voire une quelconque réaction de la part de sa nouvelle interlocutrice, malgré elle...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Déc - 15:59
Chut, laisse-moi parler. ft. Aino & AbiagealEuh… Oui ? Bonjour ? Qu’est-ce qui se passe ici ? Abiageal ne comprenait pas trop. Non mais en vrai, tout se passe trop vite pour la petite irlandaise. Il y a un moment où elle amassait ses crayons. L’autre moment d’après, une demoiselle lui tapotait le dos afin de l’accoster. C’est clair que la demoiselle s’est trompée de personne. Non, mais pourquoi on voudrait lui parler à ELLE. Genre. Elle en particulier. La demoiselle devait certainement penser qu’elle est quelqu’un d’autre. Elle a dû se tromper. C’est ce qu’il y a de plus logique Ce n’est pas vrai que quelqu’un veuille vraiment lui parler.

Pour commencer, Abi, s’était relevée, tous ses crayons en main, elle s’était retournée vers la personne qui lui avait tapoté le dos. Ah. Euh. Instinctivement, Abi rougit, ne sachant pas exactement quoi répondre à la demoiselle. En fait, il y avait beaucoup de raison pour lesquelles Abiageal ne voulait pas répondre à la demoiselle, enfin, pour laquelle elle ne savait pas quoi lui répondre. La première raison c’est que la demoiselle parlait un peu, très vite, du coup, Abi n’avait pas tout capté la tonne de question qu’elle venait de lui poser. Elle avait compris l’essentiel, c’est juste la fin qui s’était perdu, parce qu’Abi réfléchissait déjà à la première réponse.

L’idée de lui répondre faisait angoissée la petite rousse. Et si elle répondait mal ? Si elle oubliait de répondre à quelque chose dans tout ce qu’elle avait demandé ? Et si elle avait un trop gros accent et que la jeune fille de son âge ne la comprenait pas ? Du coup, c’était genre super gênant! Instinctivement, ses joues devinrent complètement rouges, Abi entre-ouvra la bouche, beaucoup trop incertaine de ce qu’elle allait lui dire. Bon. Une question à la fois, il faut juste respirer tranquillement et ça va bien aller…

Peut-être pas finalement.

- Je… Je vais… plutôt bien… Je… Je m’en sors… pas trop mal… je trouve…

Voilà, c’était quand même un bon début déjà. Abiageal essayait de ne pas trop bégayer, mais c’était assez difficile pour elle. Du coup, elle se trouvait complètement ridicule, la demoiselle allait certainement rigoler à cause qu’elle essayait de faire des efforts. Soudainement, Abi voulait fuir, repartir pour sa chambre, mais ce n’était pas quelque chose de poli. Du coup, elle fit de son mieux pour poursuivre, même si elle était encore plus nerveuse qu’auparavant.

- Le cours… Il… Il… Il n’est pas si mal. J’aime… bi… bien en fait. Mais… Mais… C’est… C’est un peu difficile… à suivre.

Abi se sentait tout particulièrement mal de répondre comme ça. Mais elle n’avait d’autres choix, la camarade de classe la rendait très nerveuse. D’autant plus qu’Abi faisait de son mieux pour ne pas avoir l’air ridicule, mais elle savait que ce n’était pas le cas. Ça lui donnait envie de pleurer. Mais elle devait se calmer. Elle essayait de se convaincre de respirer un bon coup, puis un deuxième, afin de se rassurer. Ce n’était pas SI pire que cela. Le pire pour le moment, c’était lorsqu’elle avait dû se présenter devant toute la classe. Ça avait été un vrai enfer. Non mais la gêne, les joues rouges, devoir se présenter devant une TONNE de personnes, en fait, des inconnus, du coup, c’est encore pire.

Mais pour l’instant, elle chassa tout ça de son esprit pour essayer de se souvenir des dernières questions que la demoiselle lui avait posé. Ah oui. Sa matière préférée et ses clubs. Courage, Abi, tu avais presque terminé, respire encore une fois et tout va bien aller.

- J… J’aime… les… les cours d’… histoire… et pour les clubs… je… je fais parti de.. celui de Kyûdo et d’arts plastiques…

Voilà, bravo petit chaton, tu venais de réussir le plus difficile, parler. Mais une fois que tout c’était terminé, tu n’étais quand même pas satisfaite. Après tout… Ce n’est pas très génial de répondre aux questions d’une personne, sans pour autant l’inclure dans la conversation. Du coup, Abi finit par ajouter, un peu trop incertaine :

- Et… Et toi ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Déc - 23:15
Eh bien ça alors ! Que peut-il bien lui arriver tout d'un coup ? Aino remarque de suite que l'inconnue gagne du rouge au niveau de ses joues, et qu'elle semble comme avoir du mal à lui répondre, jusqu'à en bégayer quelques peu, mais s'en se rendre compte qu'il s'agisse tout bonnement d'une gêne, la jeune fille met plutôt tout ça sur le compte d'un quelconque rhume. Au moins, elle a sa réponse... Mais celle-ci, lui entraîne de suite bon nombre d'autres questions. Sans alors perdre une seule seconde, la voilà qui repart de plus belle, en s'interrogeant tout d'abord sur l'état de sa camarade.

- Oh... Mais qu'est-ce qu'il t'arrive, tu es sûre que "tu te sens bien" ? On dirait que ça ne va pas. Lance-t-elle, avant de rebondir sur ses paroles. Eh bien c'est cool sinon, si tu t'en sors. Du coup, je crois que je vais pouvoir compter sur toi si jamais je n'y arrive pas avec ce cours, hihihi...

D'un naturel peut-être gênant pour les inconnus, la jeune fille se permet de lui accorder une autre petite tape à l'épaule, dans l'idée de créer une petite complicité en un geste. Puis, continuant sur leur autre sujet de conversation :

- L'histoire ? Pas possible... Non, vraiment, No way. Je ne comprends vraiment pas pourquoi on peut accorder autant d'importance sur ce qui a été. Après tout, c'est le présent que l'on vie, on est plus importants que toutes ces anciennes personnes ! Déjà qu'on ne s'intéresse qu'à peine à nous... C'en est presque injuste. Ah et sinon, ce que je préfère en matière... A peu près tout, sauf ça. Attends voire... Tu fais donc parti du club d'arts plastique !

Il a toujours été difficile de l'arrêter, lorsqu'elle est dans sa lancée. Et une fois de plus, une nouvelle victime doit écouter tous ses dires... C'est les yeux plein d'étoiles, que la lycéenne se remet à parler :

- Mais c'est génial ! ça doit être passionnant. Et super beau ! Vous faites quoi en ce moment ? Tu dois faire plein de dessins, hm ? Ou des croquis ! Tu dois avoir un carnet sur toi, dans ton sac ? Oh, je veux voir, fais moi voir !

Suite à ces mots, Aino se précipite sur le bureau à quelques pas de sa locutrice, s'étant mis en tête de vraiment partir à la recherche de ces fameux dessins. Sans bien sûr se demander si oui ou non, cela peut être dérangeant. Aino a toujours l'idée selon quoi une oeuvre, tout comme une scène ou une chanson, doit avoir un public. Alors bon, en tant "qu'artiste", l'inconnue doit bien se réjouir que l'on s’intéresse à ses œuvres ! Si oeuvre, il y a... ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Déc - 2:26
Chut, laisse-moi parler. ft. Aino & Abiageal…… Elle ne comprenait pas. La fille comprenait trop pas. Genre. Elle ne comprenait pas du tout pourquoi elle se sentait tout particulièrement mal qu’on l’adore de la sorte et elle comprenait encore moins son plaisir et son intérêt pour l’histoire. C’est un peu difficile à expliquer tout ça.

Mais bon, il fallait la convaincre quand même qu’elle allait bien, Abiageal ne voulait pas que les gens s’inquiètent tout simplement parce qu’elle était particulièrement mal à l’aise devant les gens. Sinon, elle ne sortirait jamais d’une part et de l’autre, elle ne parlerait à personne. Et ne pas parler à des gens, ça finit par être embêtant. À force de ne parler à personne, elle pourrait presque finir par être muette… Enfin, Abi était pratiquement convaincue que cela pourrait arriver. Mais elle préférait quand même avoir un minimum d’interaction sociale, ça rend le monde un peu plus intéressant.

- Oui… Oui, ça va.

Ça c’était fait, elle devait être plus rassurée, du moins, Abi avait pris tout ce qu’elle avait comme confiance, c’est-à-dire, fort peu, pour finalement lui répondre d’un oui qui se voulait le plus convaincant possible. En fait, Abi espérait fort bien qu’elle avait été assez convaincante. Mais sinon elle ne parlerait pas d’avantage sur ça. Si jamais elle avait eu à dire autre chose, pour lui dire oui, elle hocherait de la tête. Ce serait ce qu’il y a de plus simple et le moins embarrassant possible.  

Mais pour l’heure, la demoiselle lui parlait d’histoire, sa collègue ne comprenait absolument pas quel était son intérêt pour l’histoire. Abi avait envie de soupirer, mais ce n’était pas particulièrement poli. Elle voulait soupirer parce que sa collègue ne comprenait pas l’intérêt. Abi voyait ça d’une toute autre façon. Abi voyait plus ça comme une autre façon de faire un apprentissage. C’était une autre façon de voir le futur. Mieux comprendre le passé faisait en sorte qu’on puisse avancer et tenter (oui, le tenter est fort important, parce que ce n’est pas toujours le cas), de ne pas refaire les mêmes erreurs.

Cependant Abi tiqua lorsque sa camarade de classe lâcha l’une phrase : « Déjà qu’on ne s’intéresse qu’à peine à nous… C’en est presque injuste. » Elle n’avait pas tout à fait tord dans un sens. À l’heure actuelle, elle avait bien vu que les gens s’intéressaient peu à elle. Les gens la voyaient, étaient curieux, mais après cinq petites minutes, ils partaient, retournant dans leurs pensées.

La fille restait tout de même amusante, elle disait que sa matière préférée était tout sauf l’histoire. Pourtant, il arrive parfois que les cours étaient ennuyants. Abi n’appréciait pas les cours d’anglais, parce que c’était particulièrement trop facile, c’était quand même sa langue natale.

Abi se réveilla soudainement, lorsque la demoiselle était soudainement beaucoup trop intéressée par l’idée de voir ses dessins. C’était quelque chose de particulièrement gênant. Non pas qu’elle dessine du Yaoi ou du Yuri ou même du Hentai, mais c’était seulement de montrer son monde imaginaire, le monde dans lequel elle vivait lorsque ses pensées divaguaient. Du coup, Abi réagit assez fortement, en lançant :

- Mais… Mais… Attend!

Non mais vraiment, Abi ne trouvait pas ses dessins jolis du tout. Elle faisait ça par plaisir. Elle n’est pas une artiste à en devenir, elle est loin derrière les Vermeer et les Van Gogh de se monde. Elle rejoindrait plus Miró, des dessins enfantins et plutôt simple quoi.

- Laisse-moi… Juste… trouver mon cahier…

Elle ne voulait pas que la fille trouve son cahier. Elle était particulièrement mal à l’aise que l’on touche à ses affaires. Surtout parce que ce sont ses trucs.  Abi poussa très, très légèrement sa camarade, afin de fouiller par elle-même dans son sac. C’était quelque chose de beaucoup plus rassurant, ses propres effets.

Elle trouva rapidement ce que sa camarade cherchait, puis lui tendit. Abi espérait qu’elle ne trouve pas ça trop moche, mais il y avait quand même peu d’espoir. Dans une tentative de diversion, la jeune rousse sortit timidement :

- Eum… C’est... c'est quoi ton nom... au fait ?

Parce que les gens ici savaient peut-être le sien, mais elle, elle ne savait pas le nom des autres personnes. C’était un peu moche, mais elle en avait l’habitude. Abi avait tellement de fois changée d’école, qu’elle avait perdu l’habitude d’essayer de retenir les noms des gens.

Mais en même temps, Abi se trouvait quand même stupide, non mais, à quoi bon demander le nom de cette demoiselle ? Combien de temps elle allait rester ici ? Ses parents lui avaient dit que ce serait permanent, mais Abi en n’était pas certaine, parce que ce n’était pas la première fois qu’on lui disait une telle chose. Au moins, ici, il y avait un pensionnat. Elle avait donc plus de chance de rester, même si ses parents déménageaient.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Déc - 2:04
Si Aino a en effet entendu sa locutrice rétorquer quoique ce soit lorsqu'elle a commencé à se diriger vers le bureau qui paraît être à cette dernière, elle ne semble pas avoir perçu le sens de sa demande. Ou, probablement, a-t-elle fait semblant de ne pas entendre. Qui peut donc bien arrêter cette fille bien imbue d'elle-même, lorsqu'elle a une idée derrière la tête ? Sûrement pas la première inconnue dans le coin.
Alors, elle commence à s'accroupir pour se saisir du sac en question... Quand sa camarade tente une énième fois, lui demandant de la laisser au moins sortir son cahier d'elle-même. C'est un bon deal, on va dire. Tant qu'Aino a ce qu'elle veut, pourquoi pas. Sans insister plus, elle se relève et laisse faire l'artiste. Dans tous les sens du terme. Après s'être faite décalée, elle la regarde chercher son fameux support à dessins, qu'elle trouve rapidement et finit par lui tendre. La jeune lycéenne ne peut s'empêcher de lui lancer un grand sourire d'émerveillement avant de se jeter sur l'oeuvre de sa créatrice.
Alors qu'elle s'apprête à feuilleter quelques pages... Elle entend une drôle de question... Qui se veut presque vexante à son égard. Elle arque un sourcil, ses lèvres perdent immédiatement ce large sourire, et un air intrigué voir mécontent se lit sur son visage.

- Mon nom... ? Tu ne me connais pas, depuis le temps ?


Vexée, le terme est faible. Alors qu'elle se met en tête de lui sortir toute une description de ce qu'elle est, ce qu'elle fait dans cet établissement et de tous les titres qu'on a pu lui donner, un fait lui vient en tête. Oui bon, déjà, il est évident qu'elle est nouvelle, mais ce n'est pas une excuse pour ne pas avoir entendu parler au moins une fois de la grande Aino. Non c'est autre chose : elle non plus, elle ne connaît pas même le prénom ou nom de cette élève. Après, c'est normal : cette personne se fait assez petite. Comparée à Aino, cette personne étrangère n'est pas populaire. Mais Aino se sent alors dans une position délicate ; comment peut-elle exiger d'une personne qu'on la connaisse si elle-même avouera ne pas connaître cette personne ? Ok, la balle au centre, c'est de bonne guerre.
Alors, d'un ton plus doux, elle reprend pour finir cette présentation qui aurait bien pu virer à une certaine tension... :

- Mouais, il est vrai que tu n'es pas ici depuis bien longtemps. Je m'appelle Aino, enchantée. Et toi ?


Elle enregistre à peine dans un coin de sa tête la réponse que sa camarade lui dit, tant elle se concentre déjà sur le contenu de ces quelques pages. Déjà, si ses yeux passent quelques croquis, certains de ces derniers retiennent un peu plus son attention.

- Wooo, la classe ! Et pas mal non plus, ça. Il est mignon celui-là. Et ça... Qu'est-ce que c'est... ? Enfin c'est plutôt beau. Tu comptes faire artiste, un truc dans le genre ? Hé ! T'as déjà eu des vrais modèles ? Des vraies personnes, je veux dire. Ou tu préfères dessiner dans le style manga, hm ?

Toujours en parcourant ce petit cahier, le jeune fille guette toutes les réponses de cette nouvelle connaissance, sans même se rendre compte que celle-ci peut être quelque peu embarrassée.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan - 18:20
Chut, laisse-moi parler. ft. Aino & AbiagealSi c’était possible, Abi serait morte, morte de honte. Genre, vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup. La fille semblait vraiment fâchée parce qu’elle ne souvenait pas de son nom. En même temps, ça faisait si peu de temps qu’Abi était ici, elle n’avait pas noué de lien avec les autres et en plus de cela, elle écoutait bien le prof, mais ne portait pas d’attention aux noms des élèves. Mais la demoiselle avait l’air beaucoup trop vexée parce qu’Abi ne connaissait pas son nom. Du coup, c’était vraiment gênant pour la petite irlandaise. Instinctivement, Abiageal fit un pas, question de reculer, elle avait soudainement peur qu’on lui fasse du mal.

- Eum… Je… Je n’ai pas une bon… bonne mé… mémoire… pour… pour les noms… vois…tu…

Abi essayait de se faire convainquant. Mais en fait, ce n’était pas faux, elle avait beaucoup de mal avec les noms en général et les visages. En fait, on lui avait bien appris à ses dépends que ce n’était pas une bonne idée de retenir le nom des autres, de devenir leurs amis, sinon sans quoi, ils disparaissent… En vrai, c’est plutôt Abi qui disparaît parce qu’elle déménage souvent sans le dire, du coup… Ce n’est pas cool du tout. Bref, fallait mieux ne plus repenser à ces moments tristes.

Ce qui rassura fortement Abi, c’est lorsque la demoiselle pris un ton plus doux afin de se présenter. Aino. C’était son nom. Quatre lettres, ce ne devait pas être si mal en fin de compte. Son nom sonnait un peu, comme un « ah non ! » C’est un truc quand même assez facile pour se souvenir de son prénom.

- Abiageal. Mais… Tu peux… m’appeler Abi.

Ouais, c’était plus simple pour des japonais qu’ils l’appellent Abi, c’est beaucoup plus simple pour la prononciation. De toute façon, son nom était beaucoup trop long et les gens ont tendance à utiliser des surnoms. Ce n’est pas si mal, c’est vrai que ça fait un peu trop intime, mais en même temps, Abi avait l’impression que lorsqu’on utilisait son nom complet c’était pour la disputer… Ce qui arrive vraiment très, très rarement, alors, elle en garde un très mauvais souvenir. Du coup, juste « Abi » ça lui convenait parfaitement. C’était également une façon de se rapprocher des gens, avoir un nom plus accessible pour tout le monde.

On était passé d’une catastrophe à un peu trop de joie. En vrai, Aino était beaucoup trop heureuse, maintenant. Ça rassura quelque peu la jeune rousse, même si en réalité, elle restait absolument trop nerveuse parce qu’une personne jette un coup d’œil à ses créations qui lui sont fortement personnelles. En même temps, bien qu’elle dise que c’était beau, Aino ne comprenait pas forcément ce qu’il y avait sur ses dessins… Abiageal en venait à se demander si Aino n’était pas bête…

- Ça c’est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], de Lilo et Stitch. Je… Je l’ai fait… dans le style… d’un mandala…

Elle avait beau lui répondre, Abi savait qu’elle ne l’écouterait pas tellement, elle était trop concentrée à poser d’autres questions. Mais la demoiselle avouait quand même adorer son Stitch, ça faisait déjà un moment qu’elle l’avait réalisé, mais elle se disait que ce serait cool de tenter l’expérience de nouveau avec un autre personnage… de disney ou pas.

- Bah… Eum… Pour l’instant… je ne sais pas… Je… je ne crois pas être… assez douée… Et… Et mon papa… aimerait bien… que… que je devienne médecin comme lui…

En vrai, Abiageal ne savait pas trop ce qu’elle allait faire plus tard. Mais en ayant d’excellent résultat, assez bon afin de se rendre dans ce lycée, elle avait des chances pour faire n’importe quel métier qui lui plaisait. Même si pour l’instant, elle n’en avait pas trouvé un. Elle cherchait quelque chose qui la passionnerait, quitte à ne pas être riche. Pas besoin d’être riche quand on est heureux. Mais pour l’instant, Abiageal finit par répondre à la dernière question que sa camarade de classe lui posait.

- Eum… Une fois dans une autre école… Mais… Je ne sais pas si je préfère les mangas, je… Je… Je n’en fais pas… beaucoup… à vrai dire…

Voilà, une bonne chose de faite. Abi espérait maintenant que la demoiselle retourne à ses préoccupations, elle doit avoir d’autre chose de plus intéressant à faire que de lui parler. Elle semble beaucoup trop à l’une de ses filles qui se veut être super-méga populaire, être à côté d’Abi pourrait entacher sa réputation.

- Toi… ? Tu… as des passe-temps ?

Encore une fois, Abi terminait avec une de ses questions qu’elle jugeait complètement idiote qui essayait de faire en sorte qu’Aino parle d’elle, plus qu’elle s’intéresse à Abi. Abiageal espérait que ça fonctionne un peu plus cette fois-ci.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Jan - 16:26
A peine notre lycéenne prit le temps d'acquiescer à la réponse que sa nouvelle amie vient de donner, qu'elle enchaîne à un autre dessin. "Stitch"... Cela a eu au moins le mérite de faire tilter la mémoire d'Aino, qui, il faut bien l'avouer, n'est pas vraiment plus forte que celle de sa locutrice. Enfin, elle est sélective, simplement. Donc les prénoms des créatures, des personnages de dessins animés ou... De toute autre chose ne concernant pas les acteurs, chanteurs, ça ne risque pas tant que ça d'entrer dans sa petite tête. Cependant, plus que le personnage, c'est le dessin en lui-même qui lui a attiré l'attention. Un Mandala ? Elle en a déjà vu, c'est sûr, et ce mot lui dit quelque chose, en effet. Cela lui rappelle des livres qu'elle a eu à colorier autrefois, le genre de chose qui permet de déstresser, si on se fie à la présentation de ce genre de livres. Bref, c'était bien ce dont elle n'avait absolument pas besoin, et dont elle n'en voyait pas trop l'intérêt. Mais au moins, le style est particulier.

Une parole percute les quelques pensées de notre jeune femme... Abi semble hésitante sur son avenir, mais met en avant les idées de son père. Aino n'aurait jamais aimé que ses parents lui dictent un chemin à suivre, alors qu'elle sait exactement ce qu'elle veut devenir. Ce n'est qu'après qu'Abi semble avoir fini ses quelques réponses qu'elle lance :

- Eh bien... Je ne dois pas être la mieux placée pour juger, mais ce que tu fais et super classe. Après, si tu as une autre idée pour ton avenir, ça peut se comprendre. Par contre, ça serait dommage de tout laisser tomber parce que ton père attend de toi autre chose. Enfin personnellement, je ne laisserais personne me dire quoi faire.

Puis, passant à un autre sujet, Aino se remit à sourire. Après tout, parler d'elle... C'est bien là son passe-temps préféré !

- Ce que je fais ? Je suis partout ! Je fais du chant, du théâtre aussi ! Et de la natation, histoire d'avoir un petit quelque chose de sportif, et de se dégourdir. J'adore chanter, bouger. Je me demande des fois s'il n'y aurait pas un club de dance ou quelque chose dans le genre, je suis sûre que je pourrais bien me débrouiller... Mais pour l'instant, je me contente de briller sur scène avec ce que je sais faire, déjà. Ces moments où tu sens que tous les regards sont tournés vers toi... Je trouve ça super. Pas toi ? Tu as déjà du faire exposer tes dessins peut-être ? Ou même, ton club a du regarder ce que tu fais, tu dois te sentir fière dans ces moments pas vrai ?


Il est bien rare que Aino laisse l'instant de vedette à ses locuteurs, mais ne connaissant encore rien de cette nouvelle personne, elle est comme prête à sacrifier une partie de son égocentrisme pendant quelques secondes... Et de sa part, c'est déjà pas mal dans le fond.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Jan - 2:59
Chut, laisse-moi parler. ft. Aino & AbiagealAino était plutôt amusante, du moins, c’était l’opinion qu’Abiageal avait envers la demoiselle. C’est vrai qu’elle était plutôt amusante. Elle semblait être une princesse, le genre de princesse qui sait tout faire dans la vie. Elle semblait fortement douée. Elle chantait, elle dansait, elle faisait de la natation. Elle brille sur la scène en plus. Elle est très certainement la princesse des étoiles ! Elle semblait vraiment apprécier le regard des autres, un regard positif, bien entendu.

Quand Aino lui demanda si elle appréciait d’avoir tous les regards tournés vers elle, Abiageal frissonna, et ce n’était pas du tout parce qu’elle avait froid. La jeune adolescente avait absolument HORREUR que tout le monde la regarde pour quelque chose en particulier. Surtout pour les exposés oraux.

- Je… Je viens… D’arriver… Je… Je n’aime pas trop… Que les autres me portent trop… d’attention… Ça… Ça me met… Mal à… l’aise…

Avec cette phrase, Abiageal espérait de tout cœur qu’Aino la comprenne moindrement. Qu’elle comprenne pourquoi elle bégaye lorsqu’elle parle avec sa camarade de classe. Elle n’aime pas l’attention, ça la gêne. Elle préfère la solitude. La solitude, c’est toujours gentil avec les gens, ça ne dit jamais de mots méchants, ça respecte les autres. Abiageal continua sur sa petite lancée, toujours aussi incertaine que le début de la conversation.

- Ce… C’est rare que… que… j’expose mes… dessins… Ils ne… sont pas encore… a… assez beau pour… pour cela.

C’est vrai que la petite demoiselle n’avait pas une grande opinion de ses dessins. Elle savait qu’elle n’était pas une maîtresse absolue du dessin, elle savait qu’il y avait encore du travail à faire. Il y a toujours du travail à faire. Abiageal trouvait qu’elle devrait s’entraîner à faire des portraits, c’est ce qu’elle trouvait le plus difficile à faire. Ce qui est vraiment difficile c’est le semblant de symétrie qu’un visage offre. Parce que les visages ne sont jamais vraiment symétriques, juste un peu, pas totalement. Du coup, c’est assez difficile à faire. Mais pour le moment, Abiageal continua de poser quelques questions,

- Tu... Tu… as des… chansons… que t... tu apprécies… plus… que… que d’autres ? Celles… Que tu… préfères… chanter ? … Tu veux m’en…. M’en faire un…. Un morceau ?

Abiageal avait dit cela tout doucement. Elle était bien curieuse d’entendre la voix de sa camarade de classe. Abi préférait également reporter sur l’attention sur Aino, c’était beaucoup plus rassurant pour la petite rousse. Mais en même temps, elle se disait que c’était peut-être un peu impoli de lui demander si elle voulait chanter devant elle… Quoi qu’elle ne déteste pas les foules… Et c’était un petit échange avec les dessins qu’Abiageal lui avait montré quelques instants auparavant. C’était quelque chose d’assez juste au final…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 0:50
Dans le fond, Aino n'a jamais vraiment su quoi que ce soit sur la vie des artistes, à part bien sûr ce qu'une jeune lycéenne se doit d'apprendre sur eux. C'est-à-dire les noms des plus chanceux que l'on désigne comme "plus talentueux", les œuvres qui apparaissent encore ici et là, ou peut-être aussi quelques dates. Jamais, elle n'a été réellement intéressée d'elle-même à l'idée d'en savoir plus. Lorsqu'une chose est belle, on la regarde, et rien d'autre, c'est suffisant. A quoi bon s’intéresser à la vie de son créateur ? Le travail de ce dernier ? L'histoire de ses œuvres ? Tout n'est qu'image... C'est bien les seules pensées que peuvent avoir Aino. Mais au moins, c'est toujours classe de pouvoir lancer dans les potins du jour "Ehh bien elle, la fille là, elle dessine super bien !".
Si, dans le fond, notre étudiante s'intéresse un peu plus à la personnalité de cette nouvelle connaissance, il est vrai qu'elle serait contente de pouvoir conter cette rencontre et cette découverte à son grand cercle d'amis. Qui sait, elle peut peut-être même lui présenter d'autres de ses proches qui ont pu avoir un certain talent en dessin, non ?
Cette vague idée est instantanément balayée, lorsque Abiageal avoue se sentir gênée lorsque d'autres personnes se concentrent sur elle. Une chose pareille ? C'est possible ? Pour une personne comme Aino qui aime tant briller devant le monde, c'est plutôt impensable. Qui ne peut pas être fière lorsqu'on la découvre ? Qu'on se rend compte qu'elle peut être talentueuse pour telle ou telle chose ?

- Bien sûr qu'ils le sont ! Ils sont classes. Même ton... Stitch, le style est particulier, ça attirera forcément le regard de beaucoup de personnes.

Alors, retournant sur un sujet centrée sur la personne d'Aino, son amie lui demande si elle a des morceaux préférés... Et si elle veut lui en chanter un. Bien qu'elle aime assez s'afficher, il est assez rare qu'on lui fasse ce genre de demandes. Ce n'est pas pour lui déplaire, bien qu'elle aurait probablement préféré avoir un plus grand public. Mais elle est toujours intriguée par ses dessins, et ne compte pas laisser tomber.

- Hmm, j'ai beaucoup de musiques préférées. Je ne saurais pas trop choisir. Si tu veux vraiment je veux bien chanter. Mais alors... Toi aussi, tu vas devoir faire quelque chose ! "Toi d'abord", je dirais, même. Je sais ! Dessine-moi ! Tel que tu me vois... Ou tel que tu Veux me voir ! Tu peux essayer de me dessiner en version manga, ou avec le style que tu as pu utiliser pour ton Stitch, ça serait drôle ! Alors, alors, tu veux ? Bien sûr que tu le veux, on s'y met ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Lycée :: 1er Étage :: Salle A1-