Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hit me with your best shot! |PV Shohei|

 :: Campus :: Terrain de sport Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 5 Déc - 19:19
C • Université - 2ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
C • Université - 2ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi avait finalement sauté le pas. Depuis un peu plus d’un an qu’elle était arrivée à Chisê, elle s’était toujours dit qu’elle aimerait pouvoir s’inscrire au club de football, mais à sa première rentrée, on lui avait dit qu’aucun club de foot n’existait. Quel drame ! Personne n’aimait le football ? Il était vrai que le basket était sans doute un sport bien plus populaire mais cette nouvelle avait grandement attristé la demoiselle qui s’était résignée à justement s’inscrire au club de basket, jusqu’à ce que celui-ci ne ferme ses portes. La demoiselle s’était toujours dit que si personne ne se décidait à créer ce club de football, que ce serait elle qui le ferait. Et la fermeture un peu soudaine de son seul club sportif l’avait décidée à se jeter à l’eau. Les démarches avaient été un peu longues, surtout pour quelqu’un comme elle, un peu trop légère, mais cette soudaine prise de responsabilités l’avait sans doute fait mûrir un peu. Ça lui avait pris du temps, on avait dû lui expliquer plusieurs fois, ça lui avait valu plusieurs nuits blanches, mais voilà, elle y était finalement !

Le problème quand on créait un club comme ça en plein milieu d’année, c’était qu’il était assez difficile de recruter des gens. Le mieux était d’attendre la nouvelle année scolaire pour pouvoir aborder tous les petits nouveaux qui allaient faire leur arrivée dans cette académie, mais il y avait encore de longs mois à attendre. Résultat, depuis presque 6 mois, la pauvre Emi était affreusement seule à son club de football. Elle s’entraînait dans son coin, faisait des jongles, courrait pour développer encore un peu plus son endurance… C’était sympa, mais c’était quand même super triste de voir que tous les autres clubs étaient plus ou moins remplis et que le sien était toujours plus que vide. Il fallait dire qu’Emi n’était pas du genre à aimer se mettre en avant, alors faire la promotion de son club… C’était juste quelque chose qu’elle n’était pas capable de faire. Elle ne se voyait tellement pas aller voir des gens avec un sourire et une pancarte en disant « Hey, salut ! Viens rejoindre mon super club de football ! Y’a juste moi dedans, mais tu verras, on s’amuse bien ! ».

Alors forcément, en plein désespoir d’un jour pouvoir partager sa passion dévorante pour le football avec d’autres personnes, quand on finit par lui apporter le dossier d’un lycéen qui voulait s’inscrire à son club, Emi n’avait été que joie ! Elle avait sauté partout, avant collé ce dossier contre son petit cœur, bénissant ce fameux Shohei Mitsuru d’avoir bien voulu choisir son club. Elle était si heureuse ! Du coup, après avoir reçu cette inscription, Emi s’était rendue tous les jours à son petit club, attendant impatiemment que son premier membre fasse son arrivée. Le premier jour passa, le second, le troisième… Toujours aucun signe de vie de ce Shohei. La sportive était un peu déçue, mais elle ne voulait pas baisser les bras, continuant de venir, restant même après la fin des heures de club pour être sûre de ne pas le manquer. Une semaine passa finalement sans qu’Emi ne fasse la rencontre de ce garçon. Il s’était peut-être trompé en s’inscrivant et ne voulait en fait pas faire du foot en sa compagnie… La brune était un peu triste mais bon, elle ne pouvait pas le forcer à venir s’il n’en avait pas envie…

Aujourd’hui encore, n’ayant malgré tout pas baissé les bras, Emi se rendit jusqu’au terrain de football avec son sac de sport. Elle s’était changée dans sa chambre à la fin des cours, enfilant un pantalon d’entraînement assez près du corps de couleur noire et un maillot de football bleu clair avec un petit col et surtout des manches longues. Cette tenue était un peu moulante, mais pour le peu de formes qu’elle avait de toute façon… Et puis, c’était bien ce genre de tenues qui était le plus adapté pour bien bouger vu qu’elle courait dans tous les sens ! Emi remonta ses cheveux en une queue de cheval assez haute pour ne pas être embêtée pendant qu’elle allait courir et elle s’assit dans l’herbe pour troquer ses baskets contre ses chaussures à crampons. Voilà ! Il ne lui restait plus qu’à enfiler ses gants et son bonnet noirs ! Elle avait une sacré dégaine habillée comme ça, mais elle s’en moquait, elle voulait s’entraîner et surtout, elle ne voulait pas mourir de froid ! Déjà qu’elle sentait son nez rendre l’âme à cause de la température assez basse… Se réchauffer donc ! Emi fit plusieurs tours de terrain pour s’échauffer, faisant des étirements le long de sa course pour ne pas risquer de se blesser.

Shohei n’avait pas encore l’air de vouloir pointer le bout de son nez. Tant pis. Emi attendit quelques instants avant de finalement attraper son ballon pour faire quelques jongles. Elle était douée, vraiment. Nul doute qu’elle aurait pu entrer dans l’équipe nationale de football féminin si sa mère n’était pas autant contre l’idée qu’elle pratique un sport aussi masculin. Elle était toujours derrière elle à lui grogner dessus, lui disant qu’une aussi jolie fille devait se mettre plus en valeur. Mais Emi était très bien comme ça. Elle était un vrai garçon manqué, mais elle s’en fichait. Elle n’avait personne à qui plaire de toute façon. Son cœur était toujours pris par son premier amour. La brune fit rebondir le ballon sur ses pieds, sur ses cuisses et sur sa tête avec une dextérité assez impressionnante. Puisqu’elle allait encore être seule pour cette séance, elle n’avait plus qu’à essayer de battre son record de jongles !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 14:36
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Quand on a vécu un bout de temps enfermé derrière des barreaux sans pouvoir sortir quand on veut, faire ce qu'on veut ou simplement vivre, on a tendance à se renfermer sur soi-même, à vivre une vie meilleure mais seulement dans sa tête, à espérer que dehors c'était mieux sans vraiment y croire car c'est ce "dehors" qui nous a mis "dedans" aujourd'hui.
Mais Shohei était sorti du camp de redressement désormais et avait déménagé jusqu'au Japon pour retrouver sa tante et repartir sur de bonnes bases. Il avait eut un mal fou à reprendre des habitudes normales, à réaliser qu'il pouvait faire ce qu'il voulait, que personne ne le surveillait mais plus que cette liberté nouvelle, ce qui l'avait déstabilisé, c'étaient les lois de la société. Ces besoins viscéraux qu'ils avaient de les forcer à aller à l'école pour avoir des diplômes, de ne pas les calculer s'ils n'avaient pas de travail, de les jeter dehors s'ils n'étaient pas comme les autres ...
C'était uns société plutôt moisie même si elle avait des avantages aussi.

Comme convenu, Shohei était inscrit à l'académie Chisê depuis quelques mois, il allait en cours autant que possible, restait sage dans la limite du raisonnable et attendait avec impatience le mois de Mars et ses foutus examens pour avoir son premier (et dernier) diplôme afin de fuir les bancs de l'école et courir gaiement vers la vie d'adulte. Mais en attendant, il devait respecter les règles de l'académie et celle-ci avait instauré comme dans tout le Japon l'obligation de participer à des clubs. S'il avait jusque-là réussi à fuir les clubs artistiques car il ne savait même pas ce que ça voulait dire, il avait été contraint dès son arrivée de s'inscrire dans un club sportif. Son choix s'était aussitôt porté sur le football. Il n'en n'avait jamais fait mais restait persuadé que ça ne devait pas être trop compliqué de courir derrière un ballon. Et puis, quand on lui avait dit que le Capitaine était UNE Capitaine, il avait ri. Une fille qui fait du foot ? Elle devait être laide, seule, sûrement très masculine et avec un caractère super chiant. Ouais, les clichés ont la vie dure ...
Le temps avait passé depuis son inscription dans ce club, et Shohei n'y avait pas encore pointé le bout de son nez. Il avait d'autres trucs bien plus importants à faire mais quand un camarade de classe lui avait fait ouvrir les yeux sur la note réservée aux clubs sur le bulletin scolaire,
il avait failli égorger tout le monde. Ces fils de pute japonais avaient tout calculé !

Une fois les cours de la journée terminés, le grand japonais s'était alors rendu en ville dans un magasin de sport pour trouver des chaussures adaptées. S'il pouvait enfiler n'importe quoi d'autre pour le reste du corps, il savait que les crampons étaient une obligation non négociable et il déboursa beaucoup trop selon ses propres préférences. Il retourna ensuite chez lui pour enfiler un short noir qui lui arrivait aux genoux et un T-shirt manches courtes qu'il recouvrit d'une veste de jogging rouge foncée. il lui manquait les longues chaussettes comme il voyait à la télé, les protections aussi mais tant pis, il n'avait pas l'intention de se fouler ! Il enfila ses nouvelles chaussures de sport et reprit le chemin de l'académie (doucement mais sûrement, marcher avec des crampons c'est compliqué). Il avait au moins perdu 30 minutes depuis la fin des cours mais c'était pas sa faute ... Logique.
Arrivé là-bas, gelé évidemment, il posa rapidement ses yeux sur une silhouette au loin qui paraissait s'amuser -seule- avec un ballon. En faisant rapidement le tour avec son regard noir, il constata qu'il n'y avait personne d'autre et se demanda bien ce qu'il foutait ici ! Mais comme il devait être sage et bon élève, il s'avança vers ce qu'il espérait être la Capitaine, Emi Kuroda.

"Salut ... Emi ? Je suis Shohei. Dis-moi, on est que deux ?"

Son retard ? On s'en fichait, non ? Puisqu'ils n'étaient que deux, ils n'allaient rien pouvoir faire de spécial de toute façon. Restait plus qu'à jouer de son charme, à être serviable envers cette sportive cinglée et elle lui mettrait une bonne note ! Franchement, il devait tenir 4 mois, il pouvait bien faire un effort !

Se frottant les mains et sautillant sur place pour tenter de se réchauffer alors que le mois de Décembre envoyait tout le froid qu'il avait en réserve, Shohei se demanda pourquoi il avait mis son short plutôt que son pantalon, pourquoi il n'avait pas amené son bonnet et aussi pourquoi il n'avait pas pris le club de kyudo ou autre sport EN SALLE qui demandait pas d'effort.
Incapable de rester sur place sous peine de geler, il donna un coup de poing dans le ballon avec lequel Emi jouait et l'attrapa par le bras.

"Cours avec moi, je vais mourir sinon."

Puisqu'ils devaient sûrement discuter de choses et d'autres pour ce premier cours, qu'elle allait peut-être lui faire une petit leçon de morale sur les nombreuses séances qu'il avait raté et comme il n'avait pas fait d'échauffements, c'était devenu vital qu'il fasse plusieurs tours de terrains.
Sa forme physique n'était pas un problème, il savait courir sur de grandes distances mais avec cette jeunette à ces côtés, ça risquait d'être long.
En attendant, elle était beaucoup moins laide que ce qu'il avait imaginé. Bien sûr, sans surprise, elle n'avait pas de forme et était aussi épaisse qu'une brindille mais ses cheveux longs étaient rassurants et elle paraissait assez fragile, plutôt loin de l'image de la castratrice qui gueule fort qu'il avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Déc - 12:15
C • Université - 2ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
C • Université - 2ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi était vraiment déçue de voir que son nouveau membre n’avait pas l’air de vouloir assister aux entraînements. Bon, en même temps, est-ce qu’elle pouvait vraiment lui en vouloir ? S’il avait appris qu’ils n’étaient que deux membres, nul doute que ça ne l’avait pas motivé à la rejoindre. Ou peut-être qu’il n’aimait tout simplement pas le foot ? La sportive avait beau être chaque jour déçue de cette absence, elle persistait à venir sur le terrain pour l’attendre. Elle aurait l’air bien idiote si jamais il décidait de se pointer un jour où elle aurait, comme de par hasard, décidé de ne pas venir. Elle serait une bien piètre capitaine si jamais ça arrivait ! C’était donc cette optique qui l’avait motivée à persister, en plus de celle de pouvoir jouer avec un ballon. Elle adorait ça après tout, même si seule, c’était bien loin d’être aussi drôle qu’à plusieurs. À part faire des jongles et quelques exercices de sprint, elle ne pouvait pas vraiment faire grand-chose, pas même des tirs au but. C’était un peu triste finalement, mais Emi était du genre têtue et elle ne baissait jamais facilement les bras.

Après s’être échauffée, la demoiselle avait donc décidé de faire des jongles, faisant rebondir habilement le ballon sur plusieurs parties de son corps dans l’optique de dépasser son record. Shohei n’allait pas venir, mais tant pis, elle n’allait pas se les geler à rien faire ! Super concentrée sur son objectif, elle ne remarqua donc pas que quelqu’un s’approchait d’elle. Ce n’est que lorsqu’une voix masculine résonna à ses oreilles qu’elle sursauta, rattrapant de justesse le ballon sur sa tête, le gardant au sommet de celle-ci à la manière d’une otarie qui le tiendrait en équilibre sur son nez. Emi resta plusieurs secondes à le fixer, les yeux et la bouche ouverts en grand. Sérieux ? C’était lui ? Pour de vrai ? Après tout ce temps ? Laissant le ballon glisser de sa tête pour le mettre sous son bras, la demoiselle se frotta les yeux et se pinça même la joue pour être sûre qu’elle ne rêvait pas, lâchant un petit « Aïe » par la même occasion. Ses yeux bleus le détaillèrent, toujours en silence. Ce qu’il était grand ! Il faisait au moins 3 mètres !

« Shohei ? Vraiment ? C’est… C’est bien toi qui t’es inscrit au club de foot hein ? C’est ça ? Dis-moi que c’est bien toi ! »

Elle était heureuse, vraiment. Ses yeux pétillaient alors qu’elle le regardait. On aurait presque dit qu’elle était tombée instantanément amoureuse de lui. Hey, mais… Le regard d’Emi se fit soudainement plus dur (comprenez par-là qu’elle essayait de faire sérieuse en fronçant ses sourcils), affichant un air réprobateur.

« Dis donc ! Tu es un peu en retard quand même ! Pour aujourd’hui et pour tous les autres jours d’ailleurs ! Je t’ai attendu moi ! Je commençais à croire que tu n’allais jamais venir ! J’étais si heureuse quand j’ai appris que quelqu’un avait finalement rejoint mon club ! Je pensais ne plus avoir à m’entraîner toute seule, mais tu m’as lâchement abandonnée, t’es pas cool ! »

Waw… Ça c’était de la remontrance ! Emi ne pouvait pas faire mieux, elle était à son maximum. Surtout que son air fâché avait vite laissé place à une petite moue triste, ses joues s'étant un peu gonflées. Elle lui en voulait un peu quand même, mine de rien. La sportive essayait de réfléchir à ce qu’elle pourrait bien lui dire ensuite pour lui faire comprendre que son comportement n’était vraiment pas sympa, mais elle sentit subitement le ballon sous son bras la quitter. Eh ? Qu’est-ce qu’il faisait à l’attraper comme ça ? Clignant des yeux plusieurs fois en levant la tête vers lui, ayant presque l’impression que celle-ci allait se décrocher de son cou tellement elle se penchait vers l’arrière, Emi se retrouva à trottiner aux côtés de Shohei.

« Hey ! Mais ! Je me suis déjà… »

La demoiselle ne termina pas sa phrase. Elle s’était déjà échauffée, mais courir avec quelqu’un lui faisait déjà chaud au cœur alors tant pis. Elle n’allait pas le laisser courir tout seul autour du terrain quand même. Emi se tourna vers lui, le gratifiant enfin d’un grand sourire.

« C’est pas très malin de ta part d’être venu en étant si peu couvert aussi ! Tiens, enfile ça ! T’inquiètes pas, je n’ai pas de poux ! »

Continuant à trottiner, Emi retira son bonnet et tendit haut les bras pour essayer d’atteindre la tête de son camarade. En vain. Du coup, elle attendit que le jeune homme s’en saisisse pour se remettre à courir normalement, faisant quand même une petite courbette en avant pour officialiser sa présentation.

« Du coup, j’ai pas répondu à tes questions tout à l’heure… Je suis bien Emi oui ! Emi Kuroda ! Et malheureusement, on n'est que deux membres pour le moment oui… Mais t’inquiètes pas ! On va bien s’amuser, tu verras ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:04
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Shohei faisait souvent cet effet-là. Vous savez "cet effet" qui vous ordonne de vous retourner malgré vous, qui vous fait vous stopper brutalement de parler, qui vous fait rougir aussi ou trembler, tout ça. Emi avait cessé tout mouvement et même si le principe était amusant, la position l'était moins. Le grand japonais fit une grimace en ne pouvant s'empêcher de penser qu'il avait une otarie devant lui, bête et moche, sans aucune grâce. N'importe qui aurait rattrapé le ballon dans ses mains ou l'aurait simplement laissé tomber, croyez pas ?!
Bref, il cligna des yeux quand elle se pinça la joue. Était-ce sa façon de lui dire qu'elle devait forcément rêver si elle le voyait sur le terrain de foot ? C'était subtil mais pas discret et si elle cherchait à le faire sortir de ses gonds, elle n'allait pas être déçue ! Mais elle fut d'abord toute heureuse de ne plus être seule sur le terrain (ce qu'il pouvait comprendre), ayant presque la position d'une fan qui mourrait d'envie de lui sauter dans les bras. Et si Shohei eut instantanément l'envie de sourire en mode loveur du dimanche pour achever sa parfaite intégration dans ce club, il se ravisa dès qu'elle fronça les sourcils. La remontrance fut d'un niveau de primaire, elle n'aurait même pas fait peur à une mouche la pauvre mais l'idée était là. Il se prenait un doux savon pour ces jours entiers sans la moindre nouvelle ni explication quant à son absence.
Se passant une main dans les cheveux, Shohei poussa un soupir d'agacement :

"Oh ça va, c'est pas si grave. Tu vas regretter que je sois inscrit au bout de quelques minutes et tu me paieras bientôt pour que je ne vienne plus t'emmerder pendant les heures de club. Je veux juste la moyenne, y a moyen qu'on s'entende non ?"

Ouais, il avait décidé d'être franc avec elle, sans chercher à cacher son jeu en la prenant pour une idiote. Elle avait l'air idiote et sûrement allait-il le penser encore longtemps mais il ne voulait surtout pas qu'elle croit qu'il venait pour le plaisir. Il attendait juste la fin des cours en Mars avec une impatience extrême et tournerait à jamais le dos à tous ces étudiants boutonneux et coincés du cul qui n'avaient rien à voir avec ces fréquentations. A se demander pourquoi sa tante n'avait pas préféré une académie moins chère, le risque d'échec aurait été moins important mais là ... avec le coût de l'inscription, elle lui avait mis le couteau sous la gorge la tantine !

Par la suite et parce qu'il avait mal choisi sa tenue, il força sa Capitaine à courir avec lui pendant qu'il s'échauffait/se réchauffait. Pendant les périodes froides comme celle-ci, ils pouvaient pas faire du sport en salle, sérieux ? Apprendre à dribler, tirer au but et faire des passes pouvait se faire sous un toit ! Est-ce qu'elle avait essayé ?
Alors qu'il s'apprêtait à l'engueuler juste au moment où elle se moquait de lui parce qu'il était en short, il la vit lui tendre son bonnet et un petit loquet se déverrouilla en lui. Elle passa d'idiote à gentille naïve en quelques secondes. Est-ce qu'elle avait conscience que si elle n'avait pas de poux (et encore, croire sur paroles c'était dur de nos jours), lui en avait peut-être ? Qui prêtait des affaires "personnelles" aujourd'hui ?

"J'en veux pas. T'avais qu'à réserver une salle pour faire les entraînements aussi. T'as demandé au moins ? Si je suis malade à partir de demain, ce sera de ta faute."

Et il snoba son bonnet sans une once d'hésitation.
Alors qu'il couraient tous les deux à un rythme soutenu, quoiqu'agréablement similaire, Shohei l'entendit se présenter et hocha la tête. C'était bien sa Capitaine et il savait qu'il lui devait le respect mais il était là depuis 5 minutes à peine et il avait déjà envie de la maltraiter tant elle était trop "petit poussin". Comment est-ce qu'elle avait réussi dans la vie celle-là ? Un grand-frère hyper baraqué ? Du pognon pour les racketteurs ? Ou pire ... sa naïveté l'empêchait de discerner les gens qui profitaient d'elle ? Si c'était ça, il n'allait pas se gêner !

"S'amuser, hein ? J'ai une tête à rire en courant derrière un ballon ? Je suis là car j'aime faire du foot, j'aime me dépenser et gagner en précision, j'aime courir ... Peut-être que je devrais te laisser toute seule avec ta baballe là et aller m'inscrire au club d'athlétisme ? Y a aucune chance pour qu'on soit du même niveau, t'es sûrement meilleure mais je cours plus vite que toi et à partir de là, tu pourras jamais me rattraper."

Cessant de courir car l'agacement prenait le dessus, Shohei ferma les yeux deux secondes et prit une grande respiration. Il avait conscience qu'Emi n'était pas responsable s'il n'y avait pas d'autres membres, qu'elle n'avait rien à voir avec son manque de motivation et qu'elle n'y pouvait rien d'être une fille. Il devait se calmer, retrouver une humeur au moins neutre et simplement l'écouter en priant pour que le temps passe vite.
Se mordant l'intérieur de la lèvre comme pour dissimuler sa frustration, Shohei rouvrit les yeux qu'il posa sur une petite Emi à la bouille aussi choupinette que celle d'un enfant. C'était décidé, il allait jouer un rôle pour réussir à s'en tirer avec une bonne note et une bonne appréciation. Le plus dur allait être de lui faire croire qu'il adorait venir, surtout après lui avait balancé qu'il voulait juste la moyenne !
Faisant à son tour la courbette, il se glissa docilement dans la peau de ce rôle qui allait durer 4 mois ... au maximum.

"Enchanté Emi. Excuse-moi pour ce que je viens de dire, j'ai vraiment passé une très mauvaise journée et je reporte ma frustration sur toi. Merci pour le bonnet mais garde-le, c'toi la gonzesse ici quand même et j'ai pas froid à la tête finalement ... Je viendrai avec un pantalon la prochaine fois."

Et il accentua bien sur "la prochaine fois", cherchant ici à la rassurer sur le fait que oui, il allait revenir.
Avec un signe de tête, il lui fit comprendre qu'ils pouvaient reprendre leur petite course tranquille, qu'il allait s'échauffer vite fait les jambes et le cou revenus à leur point de départ et qu'ils pourraient se faire des échanges sans problème. Shohei considérait qu'il avait autre chose à faire et que vraiment, il perdait un temps précieux à jouer avec une nana comme des enfants de 12 ans, mais s'ils avaient effectivement été une dizaine, tout aurait été différent. Fallait peut-être simplement patienter.

Une fois le petit tour terminé (oui, il en avait fait qu'un !), Shohei se pencha en avant pour étendre les muscles de ses jambes. Le ballon gisait au sol et de la vapeur blanche sortait de leurs bouches. Il faisait vraiment frais, c'était très moyen !

"Essaye quand même de demander une salle la prochaine fois, on prend des risques inutiles. Je suis trop beau pour mourir jeune ..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Terrain de sport-