Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Let's strike some pain [PV. Ryuunosuke]

 :: Pensionnat & espace Clubs :: 1er Étage :: Douches & Buanderie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 16 Nov - 19:43
• Echange du 11 Nov au 11 Dec
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Let's strike some painScar tissue that I wish you saw
Sarcastic Mister know it all
Close your eyes and I'll kiss you 'cause
With the bird I'll share
With the bird I'll share
This lonely view
With the bird I'll share
This lonely view
Feat. Ryuunosuke"Ras le bol..."

Elle en avait marre. Mais alors, véritablement marre. Marre de ce pays, marre de cette ville, marre de cette langue qu'elle ne connaissait pas, marre de ces gens qu'elle connaissait encore moins, marre de ses parents qui l'avaient envoyée ici de force, marre de cette foutue école beaucoup trop grande pour elle, et par-dessus tout marre de s'y perdre à chaque fois qu'elle mettait un pied au dehors de sa chambre. Elle en avait aussi terriblement marre de ses fichues colocataires incapables de lui donner une indication compréhensible lorsqu'elle leur demandait où se trouvait untel endroit, et marre de tourner en rond depuis une demi-heure dans le bâtiment, vêtue uniquement de sa serviette de bain et affrontant le regard des autres, juste parce qu'elle n'arrivait pas à trouver les douches. A chaque fois qu'elle tournait dans un angle, elle avait l'impression de pénétrer dans un couloir tout nouveau, dans une sorte de labyrinthe. Alors qu'elle passait juste pour la énième fois dans un couloir déjà connu, sans s'en rendre compte.
Lorsque, enfin, elle finit par trouver les douches, elle avait déjà marché durant quarante minutes. Et elle était à deux doigts de péter un plomb. Il lui fallait une bonne douche chaude et de la musique. Vite. Les douches étaient déserte à cette heure-ci car les élèves partaient déjà tous terrer dans leur chambre pour ne pas manquer le couvre-feu, alors elle avait tous l'espace rien que pour elle. Et elle avait terriblement envie de jouer de sa voix. Lorsqu'elle alluma le pommeau de douche après avoir ramené ses cheveux en deux petits chignons pour éviter de les mouiller, le bruit de l'eau dégringolant et venant s'écraser à grosses gouttes sur le sol se mêla à sa voix, la couvrant légèrement.

Song:
 
Elle avait beau avoir un accent affreux lorsqu'elle parlait l'anglais, lorsqu'elle le chantait, on aurait pu la confondre avec une britannique pure souche. Et elle devait s'avouer que c'était assez plaisant, même si elle n'aimait pas la consonance de la langue. Elle préférait quarante fois le français, qui était une des langues les plus compliquées mais aussi l'une des plus belles au monde. Avec l'allemand. Même si celle-ci n'était pas véritablement difficile à apprendre. Lorsqu'elle eut terminé sa chanson, elle éteignit la douche et se sécha, enroulant ensuite la serviette autour d'elle en soupirant. Chanter sur Noël venait de lui saper le moral. Elle allait sans doute le passer seule au pensionnat car toutes les personnes qui lui étaient chères comptaient rentrer le fêter dans leur familles.
Et elle se remit à chantonner la même chanson, machinalement, en rangeant ses affaires, avant d'ouvrir la porte de la cabine et d'en sortir, les yeux rivés sur le sol pour éviter les flaques d'eau. Elle esquissa quelques pas avant qu'une paire de pieds n'entrent dans son champ de vision. Elle s'arrêta net, manquant de rentrer dans celui à qui appartenaient ces pieds, et leva la tête, perdant au passage sa voix. La personne en question était un homme, grand. Il lui mettait facilement deux têtes, et elle recula, les yeux grands ouverts, pour mieux le voir. La serviette qu'il portait attachée pour tout vêtement autour de la taille lui permettait de remarquer qu'il était sec, mais musclé. Et que son corps était surtout entièrement recouvert de cicatrices. Machinalement, Sam tenta vainement de croiser les bras sur sa poitrine pour cacher les siennes, et lâcha un "Merde !", de gêne. Ses joues s'étaient teintes de rouge et sa surprise lui en avait fait perdre son anglais, comme si souvent. Elle tenta de bredouiller :

"Heu... Soumi.... Soumimassen ? Nan, heu... Bon, sorry ?"

Elle ne pouvait détacher son regard du corps mutilé de l'homme. Il semblait être jeune mais avoir vécu tant de choses... Pourquoi avait-il toutes ces cicatrices ? Comment étaient-elles apparues sur son corps ? Les avait-il depuis longtemps ? Son corps en était véritablement rempli. Mais malgré tout, il était vraiment beau. Les joues de jeune fille chauffèrent un peu plus. Des milliards de questions, de pensées lui traversaient la tête, et elle n'était même pas capable de faire bouger son corps pour s'enfuir en courant, alors que Dieu sait combien elle en aurait eu envie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Nov - 20:08
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Let's strike some pain


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je venais de passer une journée entière en salle de cours pour rattraper les matières dans lesquelles j’avais eu moins de 12 de moyenne. Autant dire que, que ce soit bien passé ou non, cela avait été épuisant. Ma seule motivation étant ma liberté en tant qu’étudiant à l’académie, je ne pouvais pas me permettre de prendre le risque de me faire renvoyer pour une raison ou pour une autre, et encore moins à cause de mon manque de travail ! Cela avait été rassurant de constater que je n’étais pas le seul dans ce cas, mais je n’en avais pas été moins frustré de me retrouver dans l’obligation de travailler plus qu’à l’accoutumée. Sans doute me dirait-on que je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même. Tant pis, au fond. J’avais juste eu une journée plus rude que d’habitude. Ni plus, ni moins. J’avais connu bien pire dans ma vie.

A cause de tout cela, et surtout parce que je souhaitais décompresser, j’attendis que l’heure de la douche soit passée depuis au moins une demi-heure pour m’y rendre. Emportant avec moi des vêtements propres, mes affaires de toilette et une serviette, je sortis de ma chambre et allai à la douche dans l’espoir de me détendre. Je fus soulagé de ne croiser personne dans les couloirs et d’être seul dans la “salle de bain”. Je pus, grâce à cela, me déshabiller tranquillement et aller dans la douche sans trop m’inquiéter. A vrai dire, le seul truc que je pensais qui pourrait m’arriver était l’arrivée d’un pion peu enchanté de voir un élève ne respectant pas le couvre feu.

Ainsi, tranquillement, j’allai dans une des cabine avec mon gel douche et shampoing et allumai l’eau. Je la réglai pour qu’elle soit presque brûlante avant de me placer sous l’eau et me laisser aller avec un soupir. Et après quelques minutes, je me lavai entièrement avant de reprendre ma détente, les deux mains sur le mur face à moi. Pour ne pas voir les cicatrices sur mes bras, je gardai mon regard fixé sur la paroie carrelée du mur. Mes pensées allaient et venaient de façon désordonnée alors que le son de l’eau me berçait. De cette façon, je m’étais coupé du monde, occultant absolument tout ce qui se trouvait autour de moi. Certainement fusse pour cela que je n’entendis pas qu’une personne était entrée là et était allé dans la douche adjacente à la mienne. Ce n’est que lorsque sa voix féminine se mit à chanter une chanson que je m’en rendis compte, me faisant arrêter ma douche. Certes, la voix, comme la chanson, était jolie, mais quelque chose n’allait pas : à moins que ce soit un homme fortement efféminé, ce dont je doutais, il devait s’agir d’une femme. Que faisait une femme ici ?! Et ne devait-il pas y avoir personne à cette heure-ci ?

Agacé de voir mon moment de détente coupée court à cause de cette présence non voulue, je pris ma serviette et entreprit de me sécher entièrement. Cela me prit un moment, mais je parvins à sortir avant que l’intru(e) n’ai éteint l’eau une première fois, certainement pour se laver. En plus de cela, elle ne cessait de chanter. Non pas que ce ne soit pas agréable, mais il était vrai que je préférais le calme, et que je le souhaitais particulièrement ce soir-là. Je ne perdis donc pas un instant de plus pour m’habiller : laissant ma serviette autour de ma taille, j’enfilai mon caleçon avant de ranger mes affaires de toilette dans ma trousse. Et, alors que je m’apprêtais à attraper mon pantalon de survêt pour le mettre, je fus stoppé dans mon geste par la porte de la fameuse cabine de douche qui s’ouvrait, laissant sortir une jeune fille ayant environ le même âge que moi. Plus maigre que moi, ses cheveux étaient longs et noirs corbeau. Sur le coup, je ne dis absolument rien, un peu comme pour pouvoir observer avec attention la réaction qu’elle aurait en me voyant. D’un certain côté, je craignais sa réaction concernant mes cicatrices, mais en la détaillant, je pus voir qu’elle en avait également quelques unes. Après tout, elle n’était aussi habillée que d’une serviette ne la cachant pas totalement.

Quand elle leva des yeux ahuris sur moi, je pus constater que ces derniers étaient violets. C’était assez étrange, mais comme j’en avais un blanc traversé de part en part par une cicatrice très voyante, je ne pouvais pas faire de commentaire sans paraître odieux ou mesquin. Puis, vu sa réaction avec les rougeurs de plus en plus marquées sur son visage et le fait qu’elle se recula, en plus de ses excuses maladroites, je ne pus lui tenir rigueur de quoi que ce soit. Ne sachant pas trop quoi lui répondre, je me détournai en prenant mon pantalon pour que je puisse mettre ce dernier sans qu’elle ait à voir un spectacle trop préoccupant pour une personne qui ne serait pas familiarisée avec la vie d’un homme en caleçon. Et, cela fait, j'ôtai ma serviette que je mis à côté du reste de mes vêtements en lui demandant en anglais, la regardant du coin de l’oeil, peu sûr de moi :

- Plus japonais ou anglais ?

Après tout, elle avait usé des deux langues. Bon, je n’étais pas une perle en anglais, mais je savais me débrouiller un minimum. Néanmoins, je préférais parler ma langue maternelle. Comme tout le monde, sans aucun doute. Mais bon, comme elle ne semblait pas avoir l’air très à l’aise, je me disais qu’un peu d’effort de ma part ne serait pas de refus. J’écoutai donc sa réponse en enfilant mon tee-shirt et une veste noire à capuche. Ainsi vêtu, je me disais qu’elle serait un peu moins gênée… quoi que sa propre nudité ne devait pas être simple non plus...

(c) Ryuu sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Nov - 8:44
• Echange du 11 Nov au 11 Dec
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Let's strike some painScar tissue that I wish you saw
Sarcastic Mister know it all
Close your eyes and I'll kiss you 'cause
With the bird I'll share
With the bird I'll share
This lonely view
With the bird I'll share
This lonely view
Feat. RyuunosukeL'homme semblait aussi embarrassé qu'elle. Il entreprit de se rhabiller sans lui répondre quoi que ce soit, et Sam détourna le regard le temps qu'il enfile son jogging.  Elle ne comprenait rien à ce qui se passait ; s'était-elle trompée de douches ? Ou était-ce lui qui ne se trouvait pas là où il devait être ?... La première hypothèse était en réalité la plus plausible, étant donné qu'elle passait son temps à se perdre dans cette académie gigantesque.

"Plus japonais ou anglais ?"

Des mots prononcés dans sa langue quotidienne la tirèrent de ses pensées. Au moins, il semblait avoir quelques notions d'anglais. Et sans doute plus qu'elle n'en avait en japonais, d'ailleurs. Il enfila un tee-shirt et elle détourna à nouveau les yeux pour lui répondre :

"Heu... Anglais. Je parle pas japonais."

Elle parlait tout de même lentement, pour qu'il puisse comprendre tout ce qu'elle disait, en espérant que son accent français ne prendrait pas trop le dessus. Elle savait que l'accent anglais n'était déjà pas le plus simple à comprendre pour les asiatiques, alors si elle en rajoutait une couche, ils allaient avoir du mal à communiquer. Elle poursuivit, d'une voix hésitante :

"Je... Je me suis trompée de douches, c'est ça ? Désolée d'avoir... interrompu ton moment de tranquillité."

Elle en perdait presque ses mots. Mais, contrairement à l'usuel, elle voulait jouer la carte de l'honnêteté, allez savoir pourquoi.

"Et de t'avoir regardé avec autant d'insistance, aussi. C'est que... j'ai pas l'habitude de voir quelqu'un avec autant de... cicatrices. Enfin..."

Tout compte fait, la carte de l'honnêteté était un mauvais as, sur une partie comme celle-ci. Ca allait passer pour quelque chose de déplacé. Elle entreprit de se rattraper :

"J'veux dire... quelqu'un avec... plus de cicatrices que moi, en fait."

D'accord, pour le rattrapage, elle passerait son tour la prochaine fois. Elle était encore plus embarrassée que quelques minutes plus tôt, et ne savait pas quoi ajouter de plus. Sans compter qu'elle se trouvait toujours en serviette face à lui, pour avoir laissé ses affaires à la chambre. A mois qu'elle ne pioche un joker, il ne lui restait plus qu'à se coucher.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Dialogues en #663399
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 21:42
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Let's strike some pain


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle avait finalement choisis que la conversation soit en anglais. Mauvaise pioche pour moi, mais comme je m’étais engagé en connaissance de cause je ne pouvais plus reculer. Quoique c’était peut-être pensé un peu trop vite puisque mon vocabulaire restait un peu limité par manque de vocabulaire. J’espérais donc que tout irait bien juste avant qu’elle ne reprenne la parole. Tournant la tête vers elle, stoppant le rangement de mes affaires, je l’écoutai attentivement pour essayer de lier les mots que je comprendrais avec son attitude. Ainsi, le début fut un peu compliqué mais rapidement rattrapé par le reste de la phrase. Je compris donc qu’elle ne réalisait que depuis qu’elle m’avait vu qu’elle s’était trompée de douches et qu’elle s’excusait de m’avoir dérangé. Je voulu lui répondre que ce n’était pas un soucis, mais comme elle continua je la laissai faire pour ne rien louper de ce qu’elle souhaitait me dire.

Lorsqu’elle eut terminé, j’avais parfaitement compris qu’elle n’était pas du tout à l’aise. Pour ce qui était de son message verbal, c’était une toute autre histoire : je n’avais pas du tout compris de quoi elle s’excusait en plus du fait de s’être trompée d’endroit. Je pouvais supposer qu’il s’agissait de m’avoir regardé, mais je ne pouvais vraiment pas en mettre ma main au feu. Surtout que je ne comprenais pas le lien avec mes cicatrices, même si je détestais qu’on les découvre. Elle ne pouvait pas le savoir. Avoir des doutes peut-être puisque je me trouvais là à une heure tardive, mais était-ce suffisant ? Je ne savais pas trop quoi en penser et c’est pour cela que je portai ma main droite dans mes cheveux pour les ébouriffer. Sur mon visage, on pouvait clairement voir que je réfléchissais et me prenais la tête pour comprendre par mes sourcils froncés et ma “grimace”. En rouvrant les yeux, stoppant ma main sur ma tête, je vis ma veste qui était à l’origine destinée à cacher mes bras. Mais pensant que la demoiselle en aurait plus besoin que moi, je la pris de ma main directrice et allai vers mon interlocutrice. Cette dernière semblait encore plus mal à l’aise que moi. Je lui mis donc ma veste sur les épaules en prononçant maladroitement la phrase en anglais à laquelle j’avais pensé :

- Tu ne pouvais pas savoir, ne t’en fais pas. Prends ça. Tu vas attraper froid.

Puis, ne voulant pas la faire fuir, je repartis vers mes affaires de toilette que je terminai de ranger. Du coin de l’oeil je vérifiai ce que je pensais avoir deviné, mais malgré l’espoir que j’avais gardé je dus me rendre à l’évidence : elle n’avait absolument rien pris pour se changer. Malheureusement, je n’avais pas les mots pour lui faire part du conseil qui me brûlait les lèvres. Faute de cela, je lui demandai simplement avec toujours autant d’’hésitation :

- Tu veux que je te laisse seule ?

Je me disais que de cette façon elle se sentirait mieux. Puis, qui sait, peut-être que je la recroiserai plus tard. Le lendemain matin peut-être. Ce serait mardi et nous aurions cours. Mouais, ce serait alors en coup de vent.
*Avant de prévoir quoi que ce soit, il faut que je sache ce qu’elle veut. Il faut que je me calme. Tout va bien, elle ne va rien me demander à propos de mes cicatrices… J’espère en tous cas…*

(c) Ryuu sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Pensionnat & espace Clubs :: 1er Étage :: Douches & Buanderie-