Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dim 12 Nov - 18:06
• Echange du 11 Nov au 11 Dec
avatar
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur


Samia Bellefeuille de Montmorency

Life sucks.




■ Fiche d'identité


Âge & date de naissance : 11 septembre 2001 (16 ans)
Nationalité : Française
Orientation sexuelle : Elle se dit homosexuelle mais est en réalité bisexuelle

Année d'étude : 3ème année
Groupe : The World is Mine (11 novembre au 11 décembre)
Club(s) : Musique et Littérature


■ Physique


Yeux : Violets. Une maladie génétique, paraitrait-il, et qui serait exclusivement féminine puisque toutes les femmes (et seulement celles-ci) d'une branche de sa famille ont été victimes de cette particularité avant elle.
Cheveux : Noir Corbeau.
Taille : Un mètre et cinquante-sept centimètres.
Poids : Quarante-six kilorammes.
Corpulence : En sous-poids. Elle est très fine, presque maigre, et n'a que très peu de formes
Vêtements et/ou style : Gothique. Elle ne porte que des couleurs sombres, du blanc ou du noir, autant dans ses vêtements que dans son maquillage.
Piercings : Un Labret vertical, un Medusa (juste au dessus de la bouche), un vertical sur chacune de ses langues (cf. les signes distinctifs), un lobe à chaque oreille ainsi qu'un Tragus (petite bosse à l'entrée du conduit auditif) et deux Helix (anneaux au cartilage en haut de l'oreille) à l'oreille gauche.
Cicatrices : Des marques de mutilation sur les avant-bras, les hanches et les cuisses, et des cicatrices diverses plus ou moins récentes dispersées sur le corps.
Signe distinctif : Autre que ses yeux, il y a un autre détail qui attire l'attention chez elle : elle possède deux langues. Cela dit, celui-ci n'est pas naturel, et elle a eu recours à une opération chirurgicale pour obtenir un tel résultat. Cette opération s'appelle Split Tongue et est relativement répandue à travers le monde, notamment au sein des communautés Gothique, Punk et Metal chez qui elle plait beaucoup. Elle est très douloureuse et consiste en un mouvement simple : couper la langue en deux sur la longueur (en allant ou non jusqu'au frein) afin d'imiter plus ou moins celle d'un serpent.



■ Caractère


Traits de caractère : impulsive, mature, dépressive, têtue, créative, pessimiste, solitaire, renfermée, légèrement possessive, loyale, hyperémotive, complexée, cynique, angoissée, rebelle.
Complexe : sa taille, on l'a beaucoup embêtée par rapport à celle-ci lorsqu'elle était plus jeune car elle était vraiment petite, alors c'est resté, même si elle a un petit peu grandit depuis.
Peurs et Phobies : peur de l'amour et de l'attachement, peur du contact des hommes, peur du changement et de l'inconnu, phobie de l'immensité (donc par extension des étendues d'eau non fermées comme l'océan, de l'espace, des ciels étoilés…), phobie des girafes.
Adore : la musique, l'art pictural, les aliments sucrés, les arbres, la pluie et la neige, les effets procurés par la cocaïne et le cannabis, la sensation de liberté procurée par le sang qui coule des mutilations, fumer une cigarette avant d'aller se coucher, s'enfermer dans sa chambre pendant des heures, sortir la nuit pour prendre l'air, désobéir, faire ce qu'elle veut, crier ou courir le plus vite possible lorsqu'elle est en colère.
Déteste : les gens prétentieux, les aliments épicés, les psys, la mer, la chaleur, la viande, les temps trop ensoleillés, rester assise en cours trop longtemps, qu'on lui fasse la morale sur la drogue ou sur le suicide et l'automutilation, qu'on lui donne des ordres, qu'on la questionne quant à son passé.
Degré de sociabilité : Très bas. Elle se débrouille extrêmement mal avec les relations humaines, elle n'y connait strictement rien. Et si elle ne comprend pas les attitudes et les sentiments des autres, il faut savoir qu'elle comprend encore moins les siens. La plupart du temps, ses interactions avec les autres se limitent à la demande d'une clope ou de son chemin, voir de quelque information administrative s'il s'agit d'une personne intérieure à l'académie. Elle ne parle pas beaucoup d'elle et ne fera jamais le premier pas pour engager une discussion, soit parce qu'elle n'en a pas envie, soit parce qu'elle ne sait pas s'y prendre. Souvent les deux, tant ses échecs passés en matière de sociabilités ont réussi à la dégoutter du domaine. Cependant, si elle finit tant bien que mal par se prendre d'affection pour une personne, elle y sera très attachée et loyale. Sans pour autant lui faire véritablement confiance, cela dit. Elle a énormément de mal à faire confiance. Surtout aux hommes.
Scolarité : sa moyenne à 66/100. Ce sont les matières artistiques et littéraires qui la sauvent, car sans celles-ci elle ne passerait sans doute pas la barre des 25/100.Elle a même un véritable don en chant et en dessin, et si elle n'avait pas tous ces "soucis", aurait sûrement intégré le cursus Exchange plutôt que le programme Potion.
Habilités et passe-temps favoris: le dessin, la guitare, le ukulélé et le chant, la lecture (notamment d'horreur).
Endroits favoris au sein du campus d'Indare : le toit du bâtiment A de l'ISS lorsqu'il n'y a personne, sa chambre lorsqu'elle est vide colocataires, et un grand arbre touffu du fond du parc, surtout la nuit (accessible sans passer sous les lampadaires détecteurs de mouvements en faisant un petit détour)
Détail caractériel qui change tout : elle est végétarienne.



■ Histoire


La naissance : Sam est une française pure-souche. Son nom complet est Samia Hiroko Bellefeuille de Montmorency, et malgré ses prénoms exotiques dus à l'excentricité de ses parents son nom de famille est clairement qualificatif de ses origines. Issue d'une famille plutôt aisée, elle est nait dans une petite ville de l'Est français et grandit à Apach, un village limitrophe à l'Allemagne et au Luxembourg. Deuxième d'une fratrie de deux filles, elle est aimée de ses parents et très bien accueillie par sa grande sœur Ohana.

L'enfance : Sam grandit dans la maison familiale, avec sa sœur et ses parents. Elle est très proche de Ohana et de son père mais s'entend très mal avec sa mère, qui la sous-estime et la couve trop à son gout. Malgré une légère naïveté ses premières années, Sam est très mature et ses amis sont tous plus âgés qu'elle. Elle n'est déjà pas très sociable mais arrive tout de même à s'entourer de quelques personnes, et a de bonnes notes à l'école.

La pré-adolescence : Plus le temps passe et plus Ohana et Sam s'entendent bien. Lorsque cette dernière a onze ans, sa sœur en a déjà quinze et décide de s'installer à Francfort pour y intégrer le lycée, qui est très réputé. Soutenues par leur père qui travaille alors dans cette même ville, les deux sœurs montent alors le projet de s'installer ensemble dans l'appartement d'Ohana, que ses parents lui paieraient. Et après maintes discussions enflammées, elles finissent par obtenir l'accord de leur mère. Toutes deux partent alors pour Francfort, sous le regard paternel qui compte bien passer les voir tous les jours après le travail. Sam entre donc en première année de collège dans un établissement franco-germanique alors que sa sœur excelle dans tous les domaines dans son lycée international. Mais plus le temps passe et plus les fréquentations de la jeune fille changent : il y a de plus de en plus d'écart entre leur âge et celui de Sam, et elle se met à suivre des adolescents moins "rangés", plus marginaux. Mais plus elle se rapproche d'eux, plus elle s'éloigne de sa sœur. Avec eux, elle commence à diverger un peu des autres enfants de son âge. Elle fait ses premières bêtises d'adolescents, les suit dans leurs folles aventures et leurs petites soirées entre amis. Et puis, à douze ans, elle fume sa première cigarette. Et après ça tout va très vite : un joint, puis deux. Puis une trace, et encore une. Tout d'abord elle ne fume ou ne sniffe que pendant les soirées, auxquelles elle bien trop jeune pour aller bien sur, du haut de ses treize ans. Puis petit à petit, quand on lui propose en journée le weekend, elle accepte. Puis en semaine. Une addiction, ça vient vite. Et la voilà, à quatorze ans à peine, droguée à la cocaïne comme la plupart de ses amis de dix-sept ou dix-huit ans. Des amis, peu fréquentables sans doutes mais pas mauvais pour autant cela dit, simplement incapables de se rendre compte qu'ils entrainent une gamine dans leurs conneries d'adolescents. Elle les aime beaucoup, du haut de ses quelques années, et ils veillent tous plus ou moins les uns sur les autres. Sauf quand ils sont sous effets.

Le drame : Au cours de l'année de ses quatorze ans, c'est la décadence. Elle fait tout en cachette, de sa sœur autant que de ses parents. Elle subit une opération chirurgicale pour se séparer la langue en deux en falsifiant une autorisation de la part de ses responsables légaux, elle participe à des soirées étudiantes de plus en plus peuplées avec ses amis, et tous consomment de plus en plus. Jusqu'à une soirée. LA soirée. Celle qui est à l'origine de tout. Elle vient tout juste de fêter sa demi-année, quand cette soirée a lieu. Confiante comme toujours, elle s'y rend, radieuse, au bras de ses fidèles compagnons. Elle parait plus âgée qu'elle ne l'est réellement, de part sa façon de s'habiller, sa façon d'agir. La soirée bat son plein, et elle boit. Elle boit, elle fume, elle sniffe. Un peu tout ce qui lui tombe sous la main, tout ce qu'on lui propose, comme le font tous les autres. Dans ce genre de soirées, n'importe quoi tourne vite. Elle boit dans des verres qui ne lui appartiennent pas, fument sur des joints qui lui tombe entre les doigts sans même qu'elle ne s'en soit rendue compte. Plus le temps passe et moins elle est lucide, comme tout les autres. Puis, c'est le trou noir.

Le commencement : Le lendemain, elle se réveille sur le lit d'une des chambres, une grande et profonde entaille juste ou dessous de la poitrine. Elle peine à marcher tant la douleur est grande et elle ne se souvient de rien. Lorsqu'elle demande à ses amis comment s'est déroulée la soirée pour elle, ceux-ci sont incapables de lui répondre clairement : "Le début s'est passé normalement, et puis tu as disparu au milieu de la soirée et on ne t'a pas revue". Et pourtant aucun d'eux ne semble inquiet ; ce n'est pas la première fois qu'elle oublie une partie de ce qu'elle a vécu à cause de l'alcool ou de la drogue. Mais elle n'est pas cet avis, cette fois. Cette fois-ci, elle sent que quelque chose est différent. Ses membres sont engourdis et douloureux, comme courbaturés. Elle a une énorme boule dans le ventre, et une autre dans la gorge. Elle décide d'aller prendre une douche, pour se détendre ; et alors, tout revient soudainement. Comme des flashs. Elle se retrouve, à moitié inconsciente de par sa consommation à outrance de substances inconnues, à s'allonger sur le lit pour se reposer. Puis elle revoit cette silhouette masculine un peu floue, qui avance vers elle. L'homme se penche sur elle, les traits du visage sont flous mais elle s'en souvient. Elle veut partir mais il l'en empêche, alors elle se débat. Tant bien que mal, elle tente de partir, tandis que lui monte sur le lit et la plaque plus fermement. Et puis elle sent cette douleur en dessous de la poitrine. Elle ne se souvient pas des détails, mais les flashs dans sa tête lui rappellent aisément la suite de l'histoire. Et elle ne voudrait pas s'en souvenir.

La période post-traumatique :
Suite à cet épisode, c'est la fin de tout. La fin de tout ce qui a pu être beau dans sa courte existence heureuse. Rapidement, Sam tombe dans le cercle vicieux qu'est la dépression. Elle se raccroche plus encore à la drogue, puis se fait prendre par sa sœur, qui la dénonce à ses parents. Alors, c'est le retour à la case "maison". Sa mère lui inflige un sevrage à la dure qu'elle n'arrive pas à tenir et parvient tant bien que mal dans son petit village à trouver de quoi subvenir à ses besoin, alors elle replonge des tas de fois, même lorsqu'elle est décidée à s'en sortir. En attendant, elle ne parle plus. Depuis cette fameuse soirée, elle n'a pas craché un mot, et personne ne comprend pourquoi. Elle se met à sécher les cours, elle s'enferme dans sa chambre et n'en sort plus, ou au contraire fugue de chez elle pour aller se réfugier dans la forêt du village. Elle est hantée par cette soirée, hantée par l'alcool, hantée par la drogue, et pourtant elle n'arrive pas à s'en détacher. Elle sombre, elle cherche toutes les échappatoires possibles mais ne parvient pas à s'en sortir. Elle échoue, tombe toujours plus bas. Elle commence à se mutiler, imaginant qu'elle s'en sortira plus facilement ainsi. L'action lui procure une sensation incomparable, agréable, douloureuse, superbe et frustrante à la fois. Alors elle recommence, encore et encore. Et elle fini par ne plus pouvoir s'en passer ; une drogue de plus à ajouter à la liste. Et pourtant, elle ne s'en sort pas pour autant, au contraire, elle chute toujours plus bas, sans parvenir à remonter la pente ne serait-ce que de quelques mètres. Elle a perdu le gout de la vie. Et elle a mal.

L'ultime décision : Si la vie n'a plus aucun gout, elle ne vaut plus la peine d'être vécue. Elle finit par s'en convaincre, et s'imagine passer à l'acte. Quitter ce monde qui n'est pas le sien, où rien ni personne ne peut lui apporter le réconfort dont elle aurait besoin. Elle se met à en avoir envie, peu tout d'abord, puis de plus en plus. Jusqu'à que cette envie se transforme en besoin. Un besoin si grand que la seule issue n'est plus que d'y céder. Alors un jour, dans la première moitié de ses quinze ans, elle décide de le faire. De mettre véritablement fin à ses jours. Elle s'ouvre les veines du poignet gauche, mais sa tentative échoue car l'entaille qu'elle s'inflige est horizontale. Comme sa famille la retrouve, très affaiblie mais pas encore inconsciente, elle est immédiatement transportée dans un hôpital où elle se fait recoudre le poignet. Comme elle est au même moment officiellement diagnostiquée bordeline, l es médecins conseillent à ses parents de la faire interner en hôpital psychiatrique lorsqu'elle se sera rétablie, mais faute d'avoir réussi la première fois, elle fait quelques jours après son transfert aux urgences une seconde tentative sur le même poignet avec un couteau de la cantine de l'établissement. Et elle se loupe à nouveau. Mais cette fois, l'entaille étant plus profonde et verticale, lorsque les infirmières la retrouvent, sa vie ne tient plus qu'à un fil.

La solution finale : Ainsi, les médecins ne laissent même plus le choix à sa famille : Sam doit être internée de toute urgence, dès que son état de santé physique le permettra. En attendant, elle est constamment surveillée et aucun objet plus ou moins tranchant n'est laissé à sa disposition. Et pourtant, la jeune fille a u un déclic : après deux tentatives, l'idée de mettre fin à sa courte vie est loin d'elle, et elle ne compte plus essayer à nouveau de le faire.
Lorsqu'elle quitte enfin l'hôpital, ses parents lui annoncent la nouvelle : plutôt que de l'interner dans un hôpital psychiatrique où elle restera confinée, ils préfèrent l'envoyer dans une académie à l'étranger, plus chère mais selon eux meilleure pour son rétablissement mental : au sein de cet établissement, elle suivra des cours comme si elle était une élève normale, en compagnie d'autres adolescents ayant des soucis psychologiques. Ainsi, elle aura sans doute moins l'impression d'être un rat de laboratoire et se sentira mieux, pourra plus facilement tourner la page.
Lorsqu'elle fait sa rentrée dans cette académie, en mars 2017, elle n'est tout d'abord pas intégrée aux autres élèves : suite à ses tentatives et la découverte de sa psychose, les psychologues préfèrent tout d'abord la confiner en cellule d'isolement, afin de s'assurer qu'elle n'est plus dangereuse ni pour elle-même ni pour les autres. Ainsi, après près de trois mois d'isolement, on lui donne enfin l'autorisation de se joindre aux autres élèves. Elle ne rentrera pas chez elle pour les vacances car ses parents préfèrent qu'elle suive les cours d'été, mais elle peut enfin intégrer l'école comme une élève "normale".
Seulement, dès lors qu'elle sort de sa cellule de confinement, elle doit faire face à ses démons, qui resurgissent ; et bien vite, elle sombre à nouveau. Drogues, mutilations, comme si ses sevrages n'avaient jamais existés, elle retombe dans cet univers sans même s'en rendre compte. Elle ne cherche plus véritablement à le cacher ; d'ailleurs, elle ne le peut pas vraiment : tout cela l'a même transformée physiquement. Alors, au final, la seule chose qui a véritablement changé est son envie de vivre : celle-ci est revenue.



■ Et vous ?


Prénom/Surnom : Taz
Âge : 16 patates et des brouettes

Que pensez vous du forum à première vue ? Il est booow ! /o/
Et comment avez-vous connu le forum ? Depuis l'échange scolaire avec Indare, fatalement ~
Qu'avez-vous mangé ce matin ? Code bon!
Autre :  09

Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Nov - 21:03
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 768

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Coucou Samia ♥️

Merci beaucoup de venir en échange scolaire chez nous, ça nous fait rudement plaisir **

Bon même si je n'ai pas à te demander de modifier ta fiche car elle vient d'un autre forum, j'ai pris la peine de la lire! Quelle histoire, sombre à souhait! C'est une vie que je n'envie pas du tout :'(
Ma curiosité me fait poser cette question : Cette longue entaille sous la poitrine, c'est ...? Une tentative ratée de l'inconnu pour le tuer? Une cicatrice qui prouve qu'on lui a enlevé un organe? J'aimerais savoir o/

Mais sinon, sache que je ne peux pas te valider >O< Il te manque une partie du code qui se trouve dans le règlement. Il va falloir que tu retournes fouiner mais dès que tu l'auras, tu seras validée!
Tu n'auras qu'à me prévenir!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Nov - 8:28
• Echange du 11 Nov au 11 Dec
avatar
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Coucou !

Merci beaucoup à vous d'accepter les échanges, je trouve que c'est un très bon concept et un excellent moyen d'étendre l'expérience à plusieurs forum pour rencontrer d'autres univers et d'autres personnages (sans pour autant s'engager à créer un nouveau perso parce que c'est pas toujours évident à tenir à jour après x3). J'aime beaucoup l'idée ! o/

Haha, je suis une adepte des histoires dramatiques en effet x) Pour ce qui est de la cicatrice, il s'agit en fait d'une blessure faite par on agresseur sexuel, lors de la fameuse soirée qui fait déraper le reste de son histoire .o. Il est vrai que ce n'est pas très explicité, désolée x)

Et pour le code, je l'avais mal compris en fait .o. Mais je crois que c'est bon maintenant ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 14:14
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 768

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Beeey merci à vous pour les échanges/voyages! C'est jamais à sens unique o/
Mais c'est sûr que c'est excellent comme idée sans faire trop d'efforts!

T'inquiète pas pour ma question, je trouve souvent le petit détail qui manque (même s'il n'empêche pas de tout comprendre!). Merci en tout cas!

Et oui, tu es validée, ça y est! Félicitations ^o^/°
Je vais m'occuper de ton rang mais je te laisse les liens dont tu vas avoir besoin ici. Comme tes deux camarades, tu peux accéder à tout le forum sauf aux catégories "Events" et "Et si tout était différent".
- Clubs.
- Classes, tu choisis celle de ton année que tu veux.

Amuse-toi bien ♥️

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 20:17
• Echange du 11 Nov au 11 Dec
avatar
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Ouah, super, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Votre personnage :: Étudiants & Voyage Scolaire (lycée, université)-