Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Let's not keep in touch ♥

 :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville :: Les rues Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 10 Nov - 20:25
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 10

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Neil
Cassidy

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Shohei
Mitsuru

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Let's not keep in touch ♥️
Le temps s'était copieusement rafraîchi depuis quelques jours et sortir était pratiquement devenu un calvaire. Ok Shohei avait vécu à Londres pendant des années donc le mauvais temps il connaissait et s'y était habitué mais il avait toujours détesté le froid, ce petit vent qui s'insinue dans le moindre petit trou de l'écharpe et qui va direct vous donner un rhume. Alors le grand japonais avait sorti grosse écharpe et long manteau, résistant à la tentation des gants et d'un éventuel bonnet car l'hiver n'était même pas encore arrivé. Sa tante avait allumé la cheminée depuis plusieurs jours déjà et la sensation qu'il avait quand il rentrait et était aussitôt envahi par cette chaude ambiance lui donnait un mal fou à quitter le domicile pour aller en cours. Après tout, il n'avait jamais aimé ça même en été !
Mais aujourd'hui, c'était samedi ! Pas de cours, ni de cours particulier, pas de clubs donc aucune obligation. Et comme son cercle social était encore un peu restreint faute de réputation et de séances de traînage dans le quartier, Shohei était sorti faire un tour en ce milieu d'après-midi. Les rues étaient blindées de monde, ça sentait les achats de Noël à 10 kms ! Pour lui, c'était une belle affaire, sa tante souhaitait un parfum hors de prix et comme il était hors de question de la décevoir, il allait devoir la jouer finement !

A l'heure actuelle, les gens pouvaient croiser Shohei dans la rue et exprimer leur mécontentement. Le jeune homme courrait à en perdre haleine, bousculant tout ce qui se trouvait sur son passage, mémés, enfants, animaux ... rien à foutre. Il était poursuivi par un agent de sécurité aux kilos en trop bien répartis et ne devait surtout pas se laisser attraper. C'était nettement plus délicat qu'à Londres, ici il ne connaissait pas les rues ni leurs recoins secrets pour fuir en toute discrétion. Bilan, il se retrouvait à zigzaguer entre les passants, ne cessant d'entendre "arrête-toi ! Si je te chope, t'es foutu !". Mais ... avouons-le franchement, celui-ci n'avait aucune chance. Shohei était physiquement mieux bâti que lui et puisqu'il adorait le foot, il était habitué à courir sur de longues distances. Seulement, les gens étaient un problème et le freinaient vraiment beaucoup. Une sortie de secours s'imposait.
Après avoir pris un peu d'avance, Sho prit le temps de ralentir et d'évaluer les alentours. Il mit à peine 5 secondes à se décider et fonça aussitôt vers cet homme aux cheveux blancs qui se démarquait du lot. Il se devait de pouvoir le retrouver facilement,  il n'avait pas fait tout ça pour rien ! En quelques secondes supplémentaires, il glissa le parfum qu'il venait de voler dans le sac dudit mec et esquissa un sourire. En voyant l'agent arriver d'ici quelques instants, il reprit tranquillement sa course et se "laissa attraper" quelques mètres plus loin.

"Je te tiens ! C'est inutile d'essayer de t'enfuir !"
"Je me rends, tu es trop rapide pour moi."
"Ta gueule !"

Ricanant en reprenant son souffle sans quitter sa proie de ses yeux, Shohei se retenait de sortir ses poings pour calmer définitivement la respiration de ce gros lard. La course lui avait fait du mal, à n'en pas douter ! Ses joues étaient rouges, des gouttes perlaient sur son front et sa chemise blanche avait des traînées de sueur et sortait à moitié de son pantalon. Clairement, il l'avait usé mais puisqu'il pensait l'avoir rattrapé alors il allait être fier, super fier !

"Tu vas sûrement avoir une prime grâce à moi, tu pourrais au moins me remercier."
"Ah, tu fais le malin ? Quand je vais retrouver ce que tu as volé et t'amener devant le directeur, je doute que tu gardes ton sourire de petit merdeux là."
"Ce que j'ai volé ? Nan nan y a un malentendu. J'ai rien volé, moi !"
"Bah voyons ! Je t'ai vu et t'es parti en courant, y a que les coupables qui fuient."
"T'avais l'air de t'ennuyer et de manquer cruellement d'exercice. Là encore, un merci s'impose."
"Je t'ai dit de te taire !"

Une fois que celui-ci eut retrouvé un semblant de souffre et de contenance, légèrement à l'abri des curieux pour éviter que la foule ne s’amoncelle autour d'eux, la fouille commença sans grande délicatesse. Jambes écartées, mains contre un mur de vitrine, Shohei avait le visage plaqué comme s'il se faisait serrer par la police. La sensation était plus que désagréable mais comme il savait qu'il n'avait rien sur lui d'illégal, il appréciait le contact à sa juste valeur. Il tenta même une blague au goût douteux mais la gifle qu'il reçut à l'arrière du crâne le fit stopper ses âneries. Mince, il était à deux doigts de lui sauter à la gorge pour avoir osé le frapper ainsi mais il ne devait pas s'énerver, sa tante ne devait pas avoir vent de cette histoire.
Comme prévu, la fouille ne donna rien et après un coup de fil passé -sûrement à son directeur- Shohei eut le droit de reprendre sa route sans avoir ne serait-ce qu'une fessée ! Il était bien sûr interdit de revenir dans ledit magasin mais la ville d'Hoshi était grande, c'était pas un problème. D'ailleurs, il devait s'exercer davantage à voler, à la base il n'aurait pas du être vu !

C'est à peine 25 minutes après tout ça que Shohei retrouva sa proie, à quelques bons mètres de là. Il ne savait pas s'il avait vu cette scène légèrement embarrassante mais ça importait peu. Le plus intéressant restait à venir : récupérer son objet.
S'avançant vers lui et le stoppant en mettant sa main sur son épaule, le japonais prit aussitôt la parole :

"Ouvre ton sac. J'y ai glissé un truc dedans et j'aimerais bien le reprendre sans que tu te mettes à hurler au vol. Ce serait un comble !"

Question de politesse, il n'avait rien à perdre à demander après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Nov - 19:51
M • Université - 4ième année
avatar
Messages : 13
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui il remercia Dieu pour la solitude à laquelle il était assigné depuis son arrivée au Japon. Pas de dépenses superflues à prévoir, aucun cadeaux. Donc un noël en solitaire sauvant son pauvre porte-monnaie.

Malgré tout, il devait bien faire ses courses aujourd'hui pour pouvoir avoir de quoi remplir son estomac. La cantine étant hors budget -et c'est pas trop de son goût, de toute manière- il doit donc s'approvisionner de son propre chef. Les combinis étaient sa mine d'or, ou plutôt, son frigo géant à moindre coût.

Une bonne heure plus tard, après avoir glissé toute ses courses dans son sac, il ressortit du combini prêt à retourner à Hoshi. Cependant, pendant qu'il était totalement ailleurs il sentit que quelqu'un lui avait touché son sac.
Son instinct de survie réagit en premier, le forçant à regarder dans son sac et, à son plus grand étonnement, rien ne manquait, au contraire. Il y trouva même un parfum de luxe. Se sentant chanceux pendant une seconde, il esquissa un bref sourire avant de remarquer un homme plus loin, se faisant arrêté par un semblant de vigile. Il regarda alors une partie de la scène avec intérêt, remarquant directement les airs provocateurs du coupable "présumé".

Une fois qu'il en eu assez il se ravisa pour reprendre son chemin, ne risquant au pire que de se retrouver avec un nouveau parfum qui ne devait pas sentir mauvais.
Mais forcément, tout n'était pas encore joué et il sentit une main sur son épaule après quelques pas bien pressé de sa part, l'arrêtant net.

"Ouvre ton sac. J'y ai glissé un truc dedans et j'aimerais bien le reprendre sans que tu te mettes à hurler au vol. Ce serait un comble !"

Neil se retourna, jugea l'homme du regard pendant un instant et n'eut aucune peine à le reconnaître. Un sourire naquit alors sur son visage, déclarant avec une simplicité déconcertante.

< Intéressant. Ton lobe frontal me plait, pour le moment. Reste à voir ce qu'il peut offrir d'autre que les déplacement et la prise de décision assez efficaces dans un contexte pareil. >

Il se tourna totalement vers lui, finissant par fixer ses yeux avec une joie semblable à un gamin qui venait de recevoir son jouet tant attendu. Il sortit le coffret de son sac et le lui tendit, penchant doucement sa tête sur le côté.

< Tiens, ton parfum. Intriguant comme choix pour un homme devant se classer lui-même dans la catégorie virile de la société. >

Convention sociale chapitre 1 : fichier inexistant, désolé. Comme le reste du bouquin, d'ailleurs. Pendant un instant il le jaugea. Il se demanda quel genre de cerveau il avait face à lui. Un matheux? Un artiste? Ou le genre à n'utiliser que ses fonction motrice juste pour rouler des mécaniques devant les autres? En vue de sa corpulence, la dernière catégorie semblait franchement plus probable, mais sa technique pour le vol n'était pas stupide.  

< J'aurais deux ou trois trucs à t'apprendre, pour éviter d'avoir à courir la prochaine fois, si tu veux. >

Pas qu'il soit un voleur né, mais certaines choses étaient à connaître et dans celles-ci il gardait toujour au fond de sa tête celles qui lui permettraient de se remettre sur pieds s'il tombait plus bas que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville :: Les rues-