Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[WARNING] Just wanted to drink peacefully |PV Tougo|

 :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 11 Jan - 10:34
M • Université - 1ière année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just Wanted to drink peacefully


Elle était déçue. À nouveau. Cela se voyait sur son visage. Il n'était définitivement pas doué avec les femmes. Enfin, au moins, elle ne se ferait pas trop d'attente. Il avait beaucoup de qualités... Mais autant, sinon plus, de défauts. Mieux valait qu'elle s'en rende compte. Elle expliqua qu'elle non plus n'avait pas de préservatif. Qu'elle croyait seulement se changer les idées la veille. Tout comme lui. S'ils auraient fait partie de la génération de leur parent, ils seraient probablement allés au bout malgré cela. Mais de nos jours... On prenait nos responsabilités autrement. L'abstinence était certes plus réfléchie, c'était bien moins agréable à certains niveaux... Elle proposa qu'il sorte acheter des condoms à l'extérieur, mais... Entre l'idée de sortir, de chercher un endroit où l'on vendait cela au Japon, l'acheter, revenir... Oui, ça pouvait peut-être valoir la peine. Mais d'un autre côté, ils pouvaient juste attendre. Elle proposa même que ce soit pour la prochaine fois. La prochaine fois? Alors là, il était tout à faire pour. Elle glissa son doigt sur son torse, le faisant frissonner. Elle le voulait, elle le voulait vraiment. Tout cela s'avérait terriblement intéressant, irrésistible. Un clin d'oeil plus tard, elle était sous la douche, un sourire aux lèvres, les cheveux mouillés, lui faisant signe du même doigt pour qu'il la rejoigne. Il était temps d'arrêter de faire le voyeur...

Le dos? Tu vas me frotter que le dos? Demanda-t-il un sourire aux lèvres alors qu'il enlevait ses boxers, les laissant tomber au sol. Maintenant, le savon ou le gel douche et le shampooing. Pourquoi n'avait-il pas pensé à demander cela? Il était plutôt organisé pourtant. Il avait un vague souvenir de lui en train de se dire qu'il aurait largement le temps d'acheter ce genre de chose en arrivant. Finalement, entre le travail et cette femme, il n'avait investi aucune seconde dans ce genre de chose. C'est ces pensées qui traversaient son esprit alors qu'il fouillait les tiroirs un à un, vide pour la plupart d'entre eux. Puis, il tomba dessus. De toutes petites barres de savon emballées dans du papier ciré ainsi que quelques petits tubes de shampooing. Le format-hôtel, en somme. Décidément, cette femme de ménage était un réel Deus Ex Machina. Se retournant- enfin- vers la douche, il l'admira- elle et la femme qui était à l'intérieur. Cette douche était formée de trois murs, était légèrement plus bas par rapport au niveau du sol et contre le mur du fond, il y avait une sorte de banc en bois verni. L'eau venait du plafond de cette douche, comme une pluie, mais avec une pression qui semblait agréable. Lui qui était habitué à se doucher dans le bain, c'était un vrai luxe. Exactement le genre de chose inutile- mais agréable- qu'il désirait dans cet appartement. Il lâcha deux barres de savons- déballées durant le trajet jusqu'à la douche- ainsi que quelques bouteilles de shampooing- lui-même doutait d'en avoir assez d'une de ces petites bouteilles, alors il n'hésita pas à en amener "beaucoup". Parfaite... Il parlait d'elle, pas de l'eau ou de sa température.


Dès que ses mains furent libres, il enlaça Dolores et l'attira contre lui. Un long baiser plus tard, il se mit à embrasser sa joue droite, puis son épaule, sa nuque, le derrière de son oreille. Quant à ses mains, elles caressaient doucement sa hanche et les côtés de son ventre... Tu sais, c'est un peu injuste tout ça... Je ne te connais depuis moins de vingt-quatre heures et je sais que tu vas hanter mes fantasmes maintenant... Alors qu'il prononçait ces mots, il avait lentement glissé derrière elle et avait commencé à masser ses épaules et son cou. Et puisque tu m'inspires le fantasme... Je me dis que c'est peut-être une façon de te donner ce que tu veux vraiment... Il glissa ses mains le long de son dos, du côté de son ventre, de ses hanches et l'attira contre lui alors qu'il s'assoyait sur le banc de la douche.

Ferme les yeux. Ce n'est qu'un jeu de rôle, de perception, ne t'en fais pas. Murmura-t-il à son oreille avant de commencer à bécoter son cou. Une main se dirigea naturellement vers sa poitrine, l'autre vers son ventre. Il la gardait contre lui fermement. Glissant son membre entre les cuisses de l'Espagnol, il ajouta. Tan bella... So sexy, so hot... J'ai tellement d'envie. Il serra ses propres cuisses contre cette de Dolores, raffermissant la prise qu'elle pouvait avoir sur lui. Je te veux, je veux ce corps encore et encore, je te désire. J'adore ta peau blanche parfaite. J'adore la façon dont tu t'amuses avec moi, je suis séduit. Complètement. J'adore lorsque tu me domines, lorsque tu es assise sur moi. Alors qu'il ajoutait cela, il se mit à faire de léger vas et viens entre ses cuisses. Il avait réellement, terriblement envie d'elle. Et c'est pour ça que je vais te prendre... Il lécha sa nuque. Dommage, ça avait un goût d'eau. Mais c'était tout de même agréable, excitant. La main qui caressait son ventre depuis le début de cette "scène" glissa lentement jusqu'à ses cuisses, s'insérant entre celles-ci.. Maintenant. Il donna un coup de hanche un peu plus fort cette fois, mais glissa deux de ses doigts à l'intérieur de cette belle femme qui s'offrait à lui. Il l'aurait bien humé, mais il s'était si souvent étouffé sous la douche avec son ex qu'il avait appris à éviter. De toute façon, l'odeur n'aurait rien de si extraordinaire ici.

Alors qu'il continuait de simuler de lui faire l'amour, il continuait à la complimenter. Tu sais, je t'ai tout de suite remarqué. Ta grandeur, ta peau, tes yeux  et tes cheveux sombres. Puis il y a eu ce corps. Ces seins, ces fesses. J'adore la façon dont tu t'es mise à jouer avec moi, à me séduire. La façon que tu as de me toucher de me regarder. J'adore quand tu palpes mes muscles... J'adore t'avoir sur moi, que tu me domines... Plus il parlait, plus son rythme accélérait- autant pour elle que pour lui. Il se mit à embrasser son cou, encore et encore. Il avait tellement envie de glisser son sexe, de la prendre réellement. Ses doigts étaient dans un endroit chaud que son membre aurait voulu envahir.

L'innocence trouve souvent moins de protecteurs que le crime.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 15:45
M • Université - 5ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just wanted to drink peacefully
feat. Tougo Okazaki
Purificación devait l’avouer, elle était déçue, même si elle s’était attendue à ce qu’ils n’aillent pas jusqu’au bout en cette nouvelle journée qui commençait. Tant pis, ils auraient l’occasion de remettre ça à une prochaine fois. En attendant, elle l’avait invité à la rejoindre sous la douche, n’ayant pas pensé une seconde que son hôte n’allait pas se contenter de rester sage. À sa question, elle avait arqué un sourcil. Bien sûr qu’elle n’allait lui frotter que le dos ! C’était ce qu’elle lui avait proposé et elle ne voulait pas être une nouvelle fois frustrée donc elle se contenterait de se laver et de lui frotter le dos aussi sensuellement qu’elle était capable de le faire, juste pour lui faire comprendre qu’il perdait beaucoup de choses rien qu’en n’ayant pas un pauvre préservatif dans cet immense appartement. L’Espagnole aurait pu dire que ce n’était rien et aller au bout sans cette protection, mais elle ne savait rien de Tougo. Il avait beau être gentil et très attentionné avec elle, qu’est-ce qui pouvait lui assurer qu’il ne lui mentait pas ? Qu’il n’avait pas déjà eu une tonne d’aventures avant elle ? Non, elle n’était pas désespérée à ce point. Ce n’était pas si grave, sa frustration disparaîtrait bien vite avec cette bonne douche !

Purificación lui jeta un coup d’œil quand il se débarrassa de son boxer, en profitant pour clairement le mater pendant qu’il cherchait du savon et du shampooing. « Parfaite » ? L’Espagnole ne put s’empêcher de pouffer en passant ses bras autour du cou de Tougo pour accentuer un peu plus le baiser qu’il lui donnait, frissonnant au contact de leurs peaux humides. Non… Il était chiant là ! Elle avait dit qu’elle ne voulait pas être frustrée et il était là, à déposer ses lèvres partout sur le haut de son corps pendant que ses mains étaient sur ses hanches. Elle voulut grogner, le repousser, mais tout ce qu’elle put sortir comme son fut un petit soupir. Ces mains qui massaient ses épaules et son cou lui faisaient presque perdre toute envie de résister tellement c’était agréable. Elle adorait les massages en plus ! Presque autant que quand on lui caressait les cheveux. Purificación ferma un instant les yeux, profitant de ce contact et de l’eau qui coulait sur elle, avant de lâcher un petit couinement de surprise quand elle se sentit partir vers l’arrière, atterrissant bien vite sur les cuisses de Tougo. Hein ? La surprise passée, elle fronça les sourcils et tourna la tête vers lui. Qu’est-ce qu’il lui faisait ? Et sa douche ?

« Qu’est-ce que tu fais ? J’ai dit que je ne voulais pas être frustrée ! »

Mais elle fut coupée par ces mots murmurés à son oreille et ces mains qui se baladaient à nouveau sur son corps, lui tirant un autre soupir alors qu’elle sentait son corps se cambrer un peu. Elle était vraiment trop sensible à toutes ces attentions. Malgré elle, Purificación ferma les yeux et se laissa totalement aller à ce petit jeu, commençant à onduler un peu son bassin en sentant celui de Tougo bouger sous elle, ses cuisses s’écartant pour lui laisser la voie libre. Un profond gémissement passa alors ses lèvres quand elle sentit les doigts de son partenaire s’immiscer en elle en même temps qu’il donnait un plus coup de bassin plus puissant. Sa tête partit vers l’arrière, se reposant contre Tougo qui continuait de la complimenter et accélérait même le rythme, les gémissements de Purificación se faisant un peu plus réguliers. Elle avait l’impression qu’il jouait avec elle, elle n’aimait pas ça. Et pourtant, son corps lui criait le contraire. C’était vraiment énervant. C’était presque comme s’il bougeait de son propre chef, son bassin accompagnant les mouvements de celui de Tougo, jusqu’à ce que finalement, la raison reprenne le dessus.

« A-arrêtes… J’ai dit que je ne voulais pas de ça. C’est trop frustrant… »

Purificación se fit violence pour arrêter de bouger son bassin et calmer sa respiration qui commençait à être haletante. Pourquoi est-ce qu’il avait recommencé ce petit jeu alors qu’elle lui avait pourtant dit qu’elle ne voulait pas de ça ? L’Espagnole était énervée. Elle avait envie de lui et ne pourrait rien avoir. Rien que par vengeance, elle aurait presque eu envie de se redresser pour s’assoir dans l’autre sens et s’empaler sur lui. Mais cette vengeance, même si elle serait agréable sur le coup, était bien trop dangereuse. Grognant, Purificación posa sa main sur celle de Tougo, l’obligeant à retirer ses doigts dans un nouveau gémissement. Chose faite, elle se leva un peu difficilement, sentant ses jambes trembler légèrement. Elle aurait pu le gifler, mais à le regarder comme ça, la seule chose qu’elle avait envie de faire, c’était se venger. C’était puéril, mais il avait essayé de la faire craquer alors qu’elle avait clairement dit ne pas vouloir d’un nouveau jeu qui ne se terminerait pas de la façon dont elle le souhaitait.

« Tu exagères Tougo… C’est vraiment vil de me dire des trucs comme ça et de me toucher comme ça alors que tu sais qu’on n’ira pas au bout. »

Le visage de Purificación était partagé entre le désir et le mécontentement. Maintenant qu’il avait commencé, c’était foutu, elle ne pouvait pas rester dans cet état sans aller au bout. Tant pis, il l’aurait voulu. L’Espagnole posa ses mains sur les épaules de Tougo, ses genoux s’installant de chaque côté de ses jambes. À genoux, face à lui, la jeune femme colla sa peau à la sienne, le fixant de ses yeux sombres alors qu’une de ses mains glissaient entre eux pour toucher son intimité. Sa punition pour l’avoir allumée de la sorte serait de la regarder se faire plaisir sans même pouvoir intervenir. Ça n’allait pas faire disparaître cette frustration qu’elle ressentait, mais au moins, elle se libérerait de ce plaisir qui assaillait son bas-ventre. Purificación commença donc à onduler son bassin contre le torse de Tougo, ses doigts touchant ses points les plus sensibles. Elle connaissait bien son corps après tout. Elle ne détachait ses yeux de ceux de son partenaire, de nouveaux gémissements passant ses lèvres en sentant que sa limite allait bientôt être atteinte. Tougo allait peut-être apprécier le spectacle, mais le but était vraiment qu’il se sente aussi frustré que l’Espagnole pouvait l’être.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 18:11
M • Université - 1ière année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just Wanted to drink peacefully



Tougo l'aurait pris. Vraiment, là, tout de suite, il aurait eu ce qu'il fallait, il l'aurait fait. Son blocage était réglé, pour le moment et il s'était autorisé à continuer, à profiter des occasions. Il avait tellement envie d'elle, ça faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu envie d'une personne... Vivante, présente, devant lui. Peut-être avait-il attiré d'autres femmes, peut-être avait-elle essayé de le lui faire savoir. Mais jamais, jusqu'à hier, cela n'avait été réciproque. Peut-être était-ce dû au fait qu'il avait voyagé jusqu'à là, qu'il était dans une mentalité de nouveau départ. C'était probablement cela, en fait. Mais pour le moment... Ça n'avait aucune importance. Rien n'avait plus d'importance que de faire plaisir à Dolores, en se satisfaisant au passage.

Il s'était donc mis à l'embrasser, à la caresser alors qu'elle poussait de légers soupirs. Elle trouvait cela agréable, cela ne lui en prenait pas plus. Sa source principale d'excitation avait toujours été de plaisir de sa partenaire. Ses soupirs, ses gémissements, c'était ce qu'il désirait le plus, c'était ce qui le stimulait le plus. Cela lui embrouillait la tête, c'était à ce moment où aucune autre pensée de frayait son chemin jusqu'à son cerveau. Tout ce qu'il voulait, c'était plus d'elle et de son plaisir et ce jusqu'à ce son corps- ou plutôt son membre- n'en puisse plus et se relâche. Puis plus tard, cinq à dix minutes si correctement stimulé, il était prêt à recommencer. Le plaisir, le bonheur, la sexualité, c'était des choses dont Tougo ne voyait aucun intérêt à dire non si le désir était là.

Elle avait fini assise sur lui. Elle protesta un peu, mais s'arrêta lorsqu'il lui demanda de se laisser porter par son idée, par son jeu. Il espérait vraiment qu'elle arriverait à se satisfaire de cela. De se l'imaginer en elle, en train de la prendre, de jouir de cela. C'est ainsi qu'il se retrouva à faire l'amour à ses cuisses tout en la stimulant de sa main. Il espérait réussir à la satisfaire, à ne pas la frustrer alors qu'il se soulageait aussi du même désir. Tout allait bien, tout était parfait. Toute blottie contre lui, elle gémissait, ça l'excitait. Le rythme augmentait, la vigueur aussi. La jeune femme l'aidait même en bougeant elle aussi son bassin, elle aussi voulait lui faire plaisir. Peut-être même croyait-elle à sa simulation? Cela durant plusieurs minutes, il se sentait de plus en plus proche de l'orgasme.

Le problème avec la sexualité, c'est que chacun avait sa façon de voir, sa manière de faire, les choses qu'on appréciait, ou non. C'est ainsi que sans le savoir- et peut-être par manque d'écoute- il avait dépassé la limite à l'Espagnol apparemment. Elle lui demanda d'arrêter et il s'exécuta aussitôt. S'il y avait une règle d'or sexuel pour lui, c'était qu'un consentement complet était nécessaire. Plus tard, il se rendrait compte qu'il aurait dû arrêter bien plus tôt, lorsqu'elle le remettait en question. Tougo, comme souvent, avait trop voulu bien faire. Sans parler de son côté égoïste. Elle retira sa main, chose dont qu'il ait dû faire plus tôt s'il n'avait pas été soit trop excité pour réfléchir, soit trop sonné par la détresse qu'il ressentait sur le coup; avait-il fait quelque chose de mal? Cela faisait partie de son métier de faire des choses mauvaises dans la vie. Mais il avait toujours essayé de séparer ses vraies valeurs de son travail. C'est pour ça que la veille il s'était proposé à la raccompagner, à la protéger, plutôt qu'à l'inverse...

Elle lui dit qu'il était vil, donc méchant... Décidément, il ne savait réellement pas comment gérer les femmes. En fait, si, ça se passait bien avec son ex; mais c'était parce qu'ils passaient beaucoup de temps à discuter, à apprendre à se connaître. Avant de l'avoir dans son lit, il connaissait déjà ses habitudes, ses limites, ses désirs... Alors qu'ici, il avançait à tâtons entre le fait de vouloir lui faire plaisir à elle et le fait de vouloir se faire plaisir. Alors qu'elle commençait à se masturber en le regardant, il détourna le regard, fixant un mur. Venait-il, à sa façon, de commettre un viol? Il ne l'avait pas écouté, elle lui avait sèchement demandé d'arrêter et... Son érection était entièrement partie. L'idée l'écoeurait, avait-il été capable de faire ça? Rien au monde n'excusait ce genre de chose. Le meurtre était plus facilement pardonnable. Il avait pourtant cru qu'elle avait du plaisir, d'ailleurs sa façon de réagir ne correspondait pas, mais...

Non, maintenant que l'idée lui avait traversé l'esprit, il était complètement incapable de l'ignorer. Ce serait encore pire de l'avoir fait et de le nier, après tout. Bien rapidement, elle s'effondra contre lui, probablement satisfaite de son aventure solo. Sérieusement, que venait-il de se passer quoi? Il l'enlaça doucement, plus parce qu'il avait lui-même envie d'être rassuré qu'autre chose.

Je suis désolé, je ne voulais pas... Il caressait doucement son dos. Il aurait voulu l'embrasser, au moins sur la joue, mais cela empirerait peut-être les choses? Pourquoi fallait-il qu'il complique aussi souvent les choses? En fait, sa grande faiblesse c'était de trop tout remettre en question avec les femmes. Ou peut-être aurait-il justement dû remettre plus en question plus tôt? Je... Pardon, je ne me suis absolument pas rendu compte de ce que je faisais. Je sais que ça n'excuse rien.

Malgré cela, sa voix ne tremblait pas, il n'était pas au bord des larmes. À quel point son métier l'avait-il changé? Il se sentait mal, certes, mais... Ce n'était pas la fin du monde? Il se sentait coupable, mais il ne savait absolument pas quoi faire. Quoique ça, même cinq ou dix ans plus tôt dans la même situation... Non, dans la même situation il aurait pas autant gardé sa tête, c'est évident qu'il aurait déconnecté, comme lorsqu'elle s'était fait tiré dessus. Qui était-il donc devenu?

Tout ce que je voulais, c'était te faire plaisir.

Voilà, il n'y avait plus rien à ajouter. C'était une erreur, c'était son erreur. Il aurait dû être plus attentif, plus à l'écoute. Après tout, il ne connaissait pas cette femme. Il ne connaissait ni ses désires, ni ses envies et s'il assumait qu'elle le voulait, il n'avait pas à assumer ce qu'elle voulait de lui ni comment elle pouvait l'avoir... Il aurait pu l'accuser de l'allumer, d'être constamment en train de l'exciter. Mais cela ferait de lui une personne encore plus ignoble... Était-il devenu un être dégueulasse, était-il dégoûtant?



L'innocence trouve souvent moins de protecteurs que le crime.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Jan - 16:10
M • Université - 5ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just wanted to drink peacefully
feat. Tougo Okazaki
Quand Purificación avait des idées en tête, elle ne les avait pas ailleurs ! En sachant qu’ils n’allaient pas pouvoir aller au bout pour le moment, elle s’était résignée à devoir attendre, ne voulant pas être frustrée une nouvelle fois comme la veille. Cette soirée, elle avait été d’accord pour la passer comme Tougo le voulait, mais à présent, elle voulait suivre ses envies à elle. L’Espagnole n’avait donc eu aucune arrière-pensée en invitant son hôte à la rejoindre sous la douche, voulant simplement profiter un peu de sa présence plutôt qu’il reste bêtement à la fixer sans rien faire. Le problème était que Purificación était une femme qui avait un goût certain pour les plaisirs charnels et que Tougo semblait avoir envie d’aller à l’encontre des souhaits de la mannequin. Ces mains qui glissaient sur sa peau mouillée la firent frissonner et soupirer, son esprit s’embrumant l’espace d’un instant, un instant suffisamment long pour qu’elle se retrouve assise sur Tougo qui se mit à simuler l’acte. Sa raison envolée, Purificación s’était laissée complètement aller, gémissant, ondulant son corps, réclamant davantage.

Mais bien vite, elle se souvint que même si son corps réclamait plus, c’était parfaitement impossible. Sa raison revenant au galop, l’Espagnole dut se faire violence pour chasser cette envie de continuer. Elle n’était pas vraiment contente qu’il ait essayé de lui faire plaisir à nouveau avec ses doigts. Ça avait beau être agréable, elle lui avait pourtant bien fait comprendre que ce n’était pas ce qu’elle souhaitait. Purificación s’en voulait d’avoir été aussi faible l’espace de quelques instants, se laissant totalement faire par cet homme qui avait clairement envie de se satisfaire lui aussi. Elle lui demanda d’arrêter, retirant sa main, non sans une once de regrets. L’Espagnole aurait voulu aller au bout, mais elle n’avait pas apprécié qu’il n’en fasse qu’à sa tête malgré les conditions qu’elle avait posées un peu plus tôt. La brune entreprit donc de se venger. Elle ne pouvait pas rester dans cet état dans lequel il l’avait mise un peu contre son gré et se devait de se soulager. Purificación fit volte-face et fit glisser sa main jusqu’à son intimité pour toucher les points qu’elle savait les plus sensibles, fixant Tougo rien que pour voir à quel point il pouvait être frustré de ne pas pouvoir être celui qui la ferait se libérer de tout ce désir qui bouillonnait dans son bas-ventre.

Son regard et ses pensées étaient trop embrumés pour voir qu’il avait préféré détourner les yeux. Il ne fallut pas longtemps à l’Espagnole pour atteindre son plaisir maximum, lâchant un long gémissement en se mordant la lèvre inférieure, avant de retirer sa main et se laisser doucement aller contre Tougo. Sa vengeance était terminée à présent et elle avait bien envie de voir la tête qu’il allait faire. Purificación allait se reculer un peu, avec un petit sourire aux lèvres pour le contempler, mais elle fut coupée dans son élan et surprise de sentir les bras de son amant l’entourer doucement pendant qu’il s’excusait. La surprise laissa place à un pincement au cœur, se traduisant par une mine un peu triste sur le visage de la demoiselle. Est-ce qu’elle y était allée trop fort ? Elle n’avait pas voulu être méchante, ni qu’il soit abattu comme ça, juste le frustrer un peu. Résultat, elle s’en voulait, se mordant la lèvre inférieure en fronçant les sourcils pendant qu’il caressait son dos, son visage hors de portée de son regard puisqu’elle s’était blottie contre son cou. Merde… Il était si gentil avec elle et elle n’était pas foutue de rester agréable avec lui. Mais en même temps…

Rhaaa ! Ça l’énervait de ne pas savoir sur quel pied danser ! Il n’avait pas écouté ses souhaits mais semblait vraiment abattu par ce manque d’écoute. Il avait été égoïste l’espace d’un instant, mais était-ce une raison pour lui en faire baver autant ? Purificación frotta un peu son visage contre son cou avant de se reculer pour le fixer, toujours avec cette mine profondément désolée. Hésitant un instant, elle posa délicatement sa main sur sa joue gauche pour qu’il la regarde. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais elle n’arrivait pas à mettre de l’ordre dans ses idées. Qu’est-ce qu’elle était censée lui dire ? Que ce n’était rien ? Il avait quand même été à l’encontre de ses envies, même si ça n’avait pas été désagréable, loin de là… Soupirant faiblement, l’Espagnole déposa son autre main sur la joue de Tougo, se penchant vers lui pour embrasser tendrement la commissure de ses lèvres. Comment était-elle censée lui en vouloir ?

« C’était agréable, vraiment… Mais, tu sais, j’avais vraiment dans l’idée de passer un moment simple avec toi sous la douche, à te laver le dos. Je suis désolée de t’avoir autant coupé dans ton élan, mais je t’avais dit clairement que ce n’était pas ce que je voulais. Et puisque tu as proposé plusieurs fois qu’on se revoit, qu’on apprenne à se connaître, pourquoi autant se précipiter ? »

Purificación fit glisser ses mains sur son cou et ses épaules, se blottissant une nouvelle fois contre lui avant de l’embrasser chastement. Elle avait émis l’hypothèse qu’il pourrait y avoir une prochaine fois non ? Avait-il si peur de ne pas pouvoir profiter encore de son corps ? Ou est-ce qu’il ne se laissait tout simplement que trop porter par ses envies ? L’Espagnole finit par se redresser et se lever, attrapant la main de Tougo pour l’inviter à se lever et revenir près d’elle, sous l’eau. Elle continuait de le regarder dans les yeux, lui caressant tendrement les cheveux une fois à nouveau contre lui. Elle avait beau avoir un caractère fougueux, elle n’en restait pas moins pleine de tendresse.

« Je n’ai pas envie que tu regrettes tout ce que tu m’as dit, ça m’a vraiment touchée. Tu es bien trop gentil avec moi, je ne peux pas t’en vouloir pour ça, même si ça m’a un peu agacée sur le coup. Ne t’inquiètes pas, on aura le temps d’en profiter bien comme il faut quand tu auras été faire tes courses. Je ne compte pas te laisser filer comme ça, sans savoir ce que tu vaux vraiment. »

Purificación esquissa un petit sourire. Elle espérait pouvoir chasser cet air de son visage en plaisantant un peu. Tout ce qu’elle disait était toujours sincère, elle était bien trop franche pour mentir à propos de ce qu’elle ressentait. Là, tout ce qu’elle voulait, c’était prendre une douche tranquille en profitant de sa tendresse. Et si jamais elle l’avait vraiment vexé, elle n’aurait qu’à se sécher, s’habiller et s’en aller sans qu’il n’y ait de prochaine fois. C’était dommage d’envisager cette option, mais ils ne se connaissaient pas après tout. Qu’est-ce que ça changerait dans la vie de la brune ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Jan - 18:41
M • Université - 1ière année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just Wanted to drink peacefully


Après ses excuses, Dolores frotta son cou contre sa nuque. What the fuck? Ne lui en voulait-elle pas? Elle caressa doucement sa joue, comme si elle avait voulu faire attention, comme s'il était un vase précieux, mais fragile. Quelque chose avec lequel il fallait faire preuve de précaution. Était-il fragile? Parce que précieux, l'évidence était simple: Non. Pas pour le moment, en tout cas. Il l'avait été, il espérait l'être à nouveau, mais là, il ne l'était pas. Absolument pas. En ce monde, à l'instant présent, personne ne pouvait tenir autant à Tougo Okazaki que Tougo Okazaki lui-même. Mais fragile? L'était-il? Il savait qu'il avait déjà été brisé, plusieurs fois. Il ne se souvenait pas d'avoir perdu sa mère, il ne se souvenait que très vaguement d'avoir perdu son père, comme si cette époque était dans un nuage. Il se souvenait d'avoir piqué plusieurs crises, à l'école, dans sa famille. Puis, ce Tougo Okazaki était mort. Il avait laissé sa place à un autre, beaucoup plus zen, beaucoup plus heureux. Tout était plus ou moins réparé, disons que ce qui existait avant importait peu... Voir pas. Puis, ce Tougo Okazaki était à nouveau mort, avec elle. Qui était-il maintenant? Il ne le savait plus réellement, il avait l'impression d'être un mélange de tout ce qu'il se souvenait avoir été, tout en ne se souvenant pas exactement comment il pouvait être ainsi...

Ses pensées étaient beaucoup trop mélangées. Tout cela était n'importe quoi, mieux valait réévaluée la situation d'une manière beaucoup plus instantanée, présentement, que ce passait-il? Ses yeux focalisèrent sur Dolores alors qu'elle le regardait, ne sachant pas exactement quoi dire. Elle semblait déstabilisée. Triste, probablement... Il ne comprenait plus rien. Elle l'embrassa doucement et malgré le fait qu'il ne profita pas pleinement du baiser, ce fut agréable. Ce fut aussi choquant. Pourquoi? Pourquoi l'embrassait-elle, pourquoi était-elle si douce avec lui? Elle parla, il écoutait, mais les mots ne faisaient aucun sens. Il connaissait cela, c'était lorsqu'il était trop déstabilisé, lorsqu'il perdait lien avec la réalité. Cela lui arrivait de plus en plus ces dernières années. Il s'isolait lorsqu'il avait mal, mais ce n'était pas le moment maintenant. Il cligna plusieurs fois des yeux, tentant de se rappeler les mots, tentant de leur donner un sens. Agréable. Il était agréable, c'était pour cela qu'elle était douce. Moment simple. Oh, ça, ça ne le concernait pas... Il était loin d'être simple. Cela la concernait surement, elle voulait un moment simple. Oui, c'était ce qu'elle avait dit, en gros. Il l'avait gâché. C'était ce qui s'était passé... Se connaître, pas se précipité. Voilà. Elle... Non, ils souhaitaient se connaître et il l'avait précipité. C'était cela qu'elle avait dit. Elle... Était-il dans le déni, ou lui expliquait-elle qu'il avait précipité ses idées? Elle était là, elle était douce et ses mots n'était pas violent, son intonation était agréable. Il... Il n'avait probablement rien fait de réellement horrible. Mais elle ne le consolait pas non plus, son visage exprimait du remord, pas de la pitié. Il avait donc fait quelque chose de mal.

Il s'était précipité, elle l'avait dit. Elle voulait un moment simple. Lui frotter le dos. Son esprit s'éclaira soudain. C'était donc ça. Qu'est-ce qu'il pouvait être idiot, parfois! Elle glissa ses mains autour de lui et il fit de même, au niveau de sa hanche. Il était chanceux parfois, de tomber sur des personnes comme ça, de leur faire ce genre de coup et de pourtant s'en sortir. Sa vie entière n'avait été que ce genre de chance, il était un imposteur... Mais il était doué à cela. Elle l'embrassa et cette fois-ci, il en profita. Il était revenu à lui, après tout. Elle ne semblait pas lui en vouloir réellement, ce qui était plutôt soulageant. Elle prit sa main et l'amena avec elle sous la douche. Qu'est-ce que la vie pouvait être agréable parfois. Elle le caressait encore, se blottissait encore contre lui. Elle lui parla et cette fois, il était assez présent pour comprendre tout le sens de ses mots. Son sourire s'agrandissait alors qu'elle parlait. Pas de regret, ça lui allait. Il était habitué à cela. Cela faisait partie de sa profession. L'appliquer en privé ne devrait pas être difficile. Il l'avait touché, au sens émotionnel, il l'avait... Émue? Flatté? Attendri? Toutes ces réponses? En tout cas, ce n'était pas négatif. Il était gentil, trop gentil. Était-ce un défaut, une qualité? Il aurait eu tendance à dire qu'on ne pouvait jamais être trop gentil, mais bien sûr, ce n'était pas l'avis de tout le monde. La vérité, c'était qu'il ne se considérait peut-être pas assez gentil. Oui, pas assez, c'était le mot clef. Il ne se considérait jamais assez, c'était pour cela que son opinion n'importait que peu. Il l'avait agacé. Peut-être que cela aurait dû être mal, mais d'un côté, il était plutôt soulagé de n'avoir fait que ça. Elle exprimait à nouveau, d'une façon beaucoup plus claire, qu'elle souhaitait le revoir. Cette fois, il considérait cela comme étant confirmé. Même si c’était très décevant si finalement ce n'était que lui qui avait perverti ses mots.

Elle lui rendit son sourire et il s'approcha doucement d'elle pour l'embrasser. Pendant le baiser, Tougo pris l'une des barres de savon dans sa main et se mis à caresser doucement le dos de la jeune femme avec celui-ci. Je suis vraiment désolé, je ne voulais pas t'agacer. Je crois que j'ai considéré certaines choses comme des signes que tu en voulais encore, tout de suite, et... Il eut un petit rire. Je suis le genre d'homme qui aime bien profiter lorsque j'en ai, ou que je crois avoir, l'occasion. J'avais mal compris tes désirs et c'est ma faute. Faut dire, je... Je n'ai jamais été réellement doué avec les femmes. Je suis gentil, j'imagine, mais je suis surtout moi-même. même si je ne sais pas exactement qui je suis. Je me laisse porter par mes envies, en essayant d'avoir le moins de freins possible, ce qui, selon moi, veut dire que je suis moi-même. Et cela plait. Ou pas. Je... J'apprécie aussi les moments simples. Pour tout te dire, j'adore la tendresse, que je la donne ou la reçoive... Même si, comme dans tout, j'avoue préférer donner à recevoir. Voilà, il avait été honnête. Il n'était pas fragile, pour cette raison. Contrairement à la plupart des gens, il arrivait à dire les choses comme il les pensait réellement, comme il les ressentait. Et je serais ravi d'avoir à me prouver une prochaine fois... Il hésita une seconde à continuer ce qu'il avait envie de dire, mais après tout, ne venait-il pas de décréter qu'être honnête était être fort. Ne souhaite-t-il pas être fort? Pourquoi hésitait-il sur ces mots plus que sur les autres?... Parce qu'il ne comprenait pas certaines chose.

Pour être franc, je ne comprends pas réellement où l'on en est. À la base, je souhaitais seulement te raccompagner chez toi. Ensuite, je me suis dit que je devais profiter de l'occasion que tu me donnais. Puis, je me suis dit que tu appréciais cela, que je devais donc encore plus profiter... Et j'avais tort. Pardon à nouveau. Maintenant, on parle d'une prochaine fois, mais on en parle sexuellement... Comme je t'ai dit, je ne suis pas habitué à ce genre d'aventure. J'aimerais savoir ce que tu souhaites réellement de moi, parce que j'hésite présentement entre te préparer un très bon repas, regarder un film collé puis passé une nuit agréable ensemble ou bien te recevoir, t'amener dans mon lit et profiter entièrement de toi pour la prochaine fois. Il embrassa doucement sa joue, réalisant à peine que sa prochaine phrase ne ressemblait pas du tout à celui qu'il était la veille. Et le pire, c'est que je serais prêt à l'un comme à l'autre... J'aimerais seulement savoir comment agir, ce que tu veux.




L'innocence trouve souvent moins de protecteurs que le crime.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 12:40
M • Université - 5ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Just wanted to drink peacefully
feat. Tougo Okazaki
Purificación aurait pu réagir tout autrement, se lever, le gifler et partir complètement fâchée de cet appartement immense. Au lieu de ça, elle se retrouvait à être toute tendre avec Tougo. Il l’avait agacée en agissant comme ça, égoïstement sans doute, mais il s’était excusé. Il semblait sincère et surtout, avec toute la gentillesse et la tendresse dont il avait fait preuve avec elle depuis la veille, comment est-ce qu’elle était censée lui en vouloir pour un simple petit écart qui n’avait, somme toute, pas été si désagréable que ça ? Non, elle ne pouvait pas. Mais elle lui fit bien comprendre que ça ne servait à rien de se précipiter. Si elle avait dit non, ça serait non jusqu’à ce qu’elle change d’avis. Pour le moment, elle était sincèrement désolée de l’avoir coupé dans son élan, de ne pas avoir réussi à bien lui faire comprendre ce qu’elle voulait : un moment simple sous la douche. Elle voulait juste un peu de tendresse avant de devoir repartir chez elle, commençant par un nouveau câlin, puis un baiser, avant de finalement se lever, lui tendant la main afin qu’il la rejoigne sous la douche pour enfin avoir ce qu’elle voulait vraiment. Elle était du genre têtue l’Espagnole.

Quand il l’eut rejoint, elle revint se blottir contre lui, lui papouillant les cheveux en lui expliquant qu’ils auraient le temps d’en profiter autant qu’ils le voudraient la prochaine fois. Et enfin un sourire. Voilà ! Purificación préférait voir ça ! Elle profita du baiser qu’il lui donnait, frissonnant en sentant le savon qui glissait sur son dos. L’Espagnole était vraiment contente qu’il ait compris, et surtout d’avoir enfin ce qu’elle voulait. Elle esquissa un sourire et se mit à pouffer en l’entendant.

« J’ai bien compris que tu étais du genre à foncer quand tu voyais une opportunité et puis… C’est en faisant des erreurs qu’on apprend non ? Enfin, toutes les femmes ne sont pas comme moi, fort heureusement… Mais tu sauras que quand je décide de quelque chose, je reste bien campée sur mes positions. C’est bien d’être égoïste par moment, ce n’est pas un défaut, mais tu n’auras jamais le dernier mot avec moi. »

Purificación lui offrit un grand sourire, continuant ses papouilles dans ses cheveux. Elle n’aimait pas se laisser marcher sur les pieds et ce n’était pas un homme qui allait le faire. Du moins, elle sentait que Tougo ne le pourrait pas. Elle aimait bien ce sentiment de supériorité et de domination qu’elle avait l’impression de ressentir avec lui. Ça la mettait bien plus en confiance puisqu’il était un des rares à avoir bien voulu d’elle malgré son corps meurtri et son très mauvais caractère. C’était assez rare pour être souligné. Purificación le regarda, intriguée, quand il reprit la parole avant de pouffer, se retournant pour attraper du savon à son tour, posant ses mains sur les épaules de Tougo pour l’inviter à se tourner afin qu’elle lui lave le dos à son tour.

« Tu peux arrêter de t’excuser, ce n’était pas si grave et puis, j’ai dit que je ne t’en voulais pas. Si tu continues à en parler, je vais peut-être changer d’avis ! Et je ne sais pas trop moi-même ce que je veux pour la prochaine fois, mais… l’un n’empêche pas l’autre non ? On peut très bien manger un bon repas, regarder un film et faire des folies toute la nuit juste après ! »

Purificación se mit à rire, frottant doucement toute la peau de son dos, le détaillant de ses yeux sombres. Elle ne se lassait jamais d’admirer le dos des hommes qu’elle rencontrait, adorant leur carrure qui laissait penser qu’elle pouvait se blottir en toute sécurité contre eux. Un grand sourire sur les lèvres, elle fit glisser le savon jusqu’à ses fesses pour les frotter à leur tour, avant de passer ses bras sous les siens pour frotter son torse et se coller contre son dos. Elle termina de passer le savon sur tout son torse et s’arrêta soudainement, se reculant pour passer le savon sur tout le reste de son corps à elle avant d’attraper le shampooing pour laver ses longs cheveux ébène. Purificación restait dos à Tougo, fermant les yeux. Elle adorait qu’on lui touche les cheveux et elle adorait faire de longs shampooings, mais elle n’allait pas rester des heures et des heures dans la douche de Tougo.

« Attention, t’as interdiction d’essayer de voir la tronche que j’ai avec ma boule de mousse sur la tête, j’te préviens ! »

Purificación avait limite une coupe afro avec le shampooing dans ses cheveux, cheveux qu’elle avait ramenés en boule sur le sommet de sa tête. Voilà, elle était toute propre maintenant ! L’Espagnole ralluma l’eau et se mit en-dessous, grattant bien son cuir chevelu pendant que l’eau chassait la mousse qui coulait le long de son dos, de ses jambes, jusqu’à atteindre le sol. Elle aurait vraiment pu rester de longues minutes sous l’eau, mais elle préféra se tourner vers Tougo, lui attrapant le poignet pour qu’il vienne avec elle, une fois assurée qu’il s’était entièrement lavé lui aussi. Purificación aimait qu’on lui touche les cheveux, mais elle adorait aussi toucher ceux des autres. Elle se mit donc sur la pointe des pieds, collée contre Tougo pour chasser à son tour la mousse qu’il avait sur le sommet de sa tête. Chose faite, elle vint l’embrasser tendrement, les bras autour de son cou. C’était tellement agréable ce genre de moments ! L’Espagnole finit par couper l’eau, adressant un grand sourire à son hôte.

« Est-ce que je pourrais avoir une serviette s’il te plaît ? Je n’ai pas envie de mettre de l’eau partout chez toi. Hum… en fait, si tu en avais deux, ça serait parfait. »

Une pour son corps et une pour ses cheveux. Purificación pencha la tête, essorant un peu ses longs cheveux le temps que Tougo lui apporte de quoi se sécher. C’était un peu triste, la fin de leur rencontre touchait déjà à sa fin, mais ils allaient se séparer pour peut-être mieux se retrouver la prochaine fois non ? Une fois sèche, l’Espagnole n’aurait plus qu’à reprendre ses vêtements, se rhabiller et quitter cet endroit pour se replonger dans ses manuels scolaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan-