Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

When you say nothing at all

 :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan :: Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 27 Sep - 19:59
M • Lycée - 3ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir eu un été qu'il considérait moisi, malgré la petite canicule du mois de Juin, Wufeï commençait à apprécier les rares rayons de soleil du mois de Septembre. Les températures restaient fraîches mais quand on cherchait bien et qu'on trouvait un coin juste ensoleillé et calme, alors ça donnait simplement envie d'y rester la journée entière et les journées nuageuses des dernières semaines paraissaient moins déprimantes !

Le mois était pratiquement fini et les vacances d'été s'éloignaient déjà des souvenirs communs, Wufeï se surprenait même à penser à Noël des fois, à se demander ce qu'il allait mettre sur sa liste ... non pas pour le père Noël mais pour ses proches qui n'avaient ainsi pas à lui acheter des babioles ou des objets qu'il avait déjà. Par chance, ils allaient peut-être avoir de la neige et ce serait une première pour lui. Là où il habitait en Chine à l'époque, les températures faisaient qu'il n'avait jamais neigé et au Japon désormais, jamais assez pour pouvoir en profiter. A part l'embêter quand il sortait, et le faire se plaindre de voir les rues marrons à la fonte, le petit chinois espérait voir une grosse neige devant sa porte, blanche comme ses baskets toutes neuves !

Mais en attendant, le soleil semblait donner toute sa puissance en ce début d'après-midi et puisqu'il était en week-end, Wufeï avait décidé d'en profiter pour sortir prendre l'air. Mais pas à pieds : en vélo ! Ce joujou qu'il avait eu il y a 2 ans à Noël justement et qui lui servait beaucoup dans cette ville, allait encore lui servir aujourd'hui ! Les transports en commun fournissaient bien les différents quartiers mais il y avait trop de monde et avec sa petite taille et ses yeux un peu éteints, les gens avaient tendance à le dévisager comme s'il allait se mettre à hurler dans la seconde. Ils auraient pu être tous comme Lola, faciles d'approche mais non ... évidemment.

Alors il était sur son vélo, heureux comme tout, musique dans les oreilles, casquette pour protéger ses yeux du vent un minimum et il prit la direction du parc du quartier. Il était très fréquenté en général, beaucoup de gens y promenaient leur chiens/chats, d'autres y faisaient leur jogging et certains encore y pique-niquaient ou prenaient le temps d'y lire un livre. Le mieux, c'était la fois où il avait pu assister à une séance de fitness d'un club du 3ième âge. Sa poker-face lui avait bien servi pour dissimuler ses réelles pensées !
De toute façon, ça importait peu le monde qu'il y avait car Woofi avait trouvé un coin particulier, un coin sûrement prisé si les gens le découvraient. Il y avait un seul banc là-bas, une vue superbe un peu en hauteur de la ville, le soleil y perçait mais pas le vent et c'était entouré par des arbres. Il l'avait trouvé au hasard en voulant échapper à un chien fou y a quelques mois, qui avait décidé de lui courir après sans raison valable. Maintenant, il y allait dès qu'il avait du temps !

Au bout de quelques minutes, le petit chinois y était presque et personne ne regardait dans sa direction. Ni une, ni deux, il accéléra un peu avec son vélo pour disparaître aussi vite que possible sans attirer l'attention. C'était sans compter sur la présence d'une inconnue assise sur SON banc qui lui fit rater son arrivée.
Sans même chercher à freiner car il était trop deux de tension pour réagir, Wufeï laissa juste un "ah" passer ses lèvres et tomba à la renverse en sentant ses genoux toucher le sol en premier. Il se protégea comme il put mais sentit très rapidement la douleur l'envahir. La chute devait pas être belle ni gracieuse, à coups sûrs son vélo avait morflé aussi et il allait devoir rentrer à pieds !

Quelques rapides secondes passèrent et Wufeï finit par rouvrir les yeux en grimaçant un peu, espérant ne pas voir une grosse tâche de sang qui lui ferait comprendre qu'il vivait ses derniers instants mais ... non. A part quelques belles égratignures qui le piquaient déjà, il paraissait n'avoir rien de cassé. Il se redressa en position assise, un peu sonné et légèrement ronchon de gâcher cette belle journée avec un si mauvais souvenir.
Tendant le bras pour ramassant sa casquette qui semblait avoir pris son envol pendant sa chute, il retira ses écouteurs de ses oreilles et vérifia que ceux-ci n'avaient rien. A priori, seul son pantalon écopait d'un gros trou au genou, c'était pas encore trop grave. Avec une pièce, ce serait ni vu ni connu !

Son plus gros problème restait ... cette fille. Elle devait avoir tout vu, forcément et il n'avait pas du tout envie de l'entendre rire ou se moquer de lui après avoir pris une photo (ou pire, une vidéo !). Il se fichait bien de ce que les autres pouvaient penser en temps normal, mais là il avait vraiment mal géré et il désirait un peu de solitude. Cependant, comme il n'était pas sûr de pouvoir marcher sans perdre le reste de sa dignité, il restait assis et évitait de regarder dans sa direction. Qu'est-ce qu'il allait faire si, de son côté, elle bougeait pas ? Si elle avait l'intention de faire celle qui a rien vu par politesse mais qui a pas envie de partir pour autant ? Assis par terre, c'était pas ce qu'il y avait de plus confortable mais c'était encore mieux qu'aller s'asseoir à côté d'elle et rester là ... sans rien dire.
En temps normal, il aurait sûrement lancé la conversation ne serait-ce que pour voir à qui il avait à faire mais là, à part parler de sa chute et la voir sourire ou prendre pitié, il n'avait pas envie de parler. Mince, ça le piquait de plus en plus ! Il se pencha en avant et souleva le bout de tissu troué au niveau de son genou. Un filet de sang s'échappait de la plaie et allait surement tâcher son pantalon ... Restait plus qu'à prendre les devants et penser plus loin ! En se tordant un peu plus, il enleva doucement ses chaussures. S'il pouvait survivre à cette chute, il avait 100% de risque de mourir si sa mère voyait des tâches là-dessus !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Oct - 16:21
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
❝ la tranquillité d’un « Wufeï » dépend en partie de la squatteuse de banc... ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]WHEN YOU SAY NOTHING AT ALLEncore un superbe weekend ensoleillé qui s’annonce ! J’adore le temps dans ce pays. S’il y a bien un truc qui ne me manque pas, c’est le brouillard londonien et le temps pluvieux 80 % de l’année. Avec Haley, on a trainé au lit tard. Ça fait du bien, on a papoté un peu aussi mais ça c’est obligé avec ma piplette de sœur, le silence est un luxe ! Quand j’ai voulu m’habiller, impossible de trouver un short ou bermuda ! Haley a fait son air innocent. Comme si tout était sale et que je n’en ai plus de propre ? Bon c’est vrai qu’on a repoussé la lessive le plus possible ces temps-ci. Mais quand même ! Il ne reste plus que mes jeans ou pantalons chauds. Même pas un legging ou un jogging ? Dans le doute j’ai voulu allez voir dans son armoire, mais Hal a fait barrage. Faut dire qu’elle est plus forte que moi des bras et je n’ai pas souvent le dessus dans ces cas-là. Et la voilà qui me sert de son air enjoleur « Ah ! Non ! Non ! Non ! Pas touche à ma garde-robe cette fois-ci. C'est pas une journée de cours alors tu peux mettre une de tes robes pour une fois ! ». J’ai grimacé mais elle m’a trainé à mon armoire et sortie la robe bleue que maman et elle m’ont achetée en aout. Bon j’avoue qu’elle est jolie, mais je pensais la mettre un jour de soirée étudiante ou une occasion particulière, pas vraiment comme habit du quotidien.

« Ohhh allez, fais-moi plaisir ! Je te laisse toute ton aprem’ et je m'occupe de toute la lessive. Marché conclu ? »

La chipie ! Ma sœur est une petite sournoise qui sait très bien me manipuler en fonction de mon état d’esprit quand elle a décidé quelque chose. Bon, ce n’est jamais dans une idée perverse ou méchante, loin de là ! Mais j’ai quand même du mal à m’imaginer en robe, en ville, seule… Bon, peut-être que je pourrais prendre mon bloc à dessin et aller m’isoler dans le parc. J’ai repéré un coin tranquille avec une belle vue l’autre jour.
Voyant que je cogite, haley me refait son grand sourire de connivence.

« Je suis sûre que tu sais déjà ce que tu vas faire ! Allez fais-moi plaisir, mets-la ! Tu es très jolie, le soleil sera ravi de te découvrir ainsi ! »

Le soleil ? Bien sûr… Je soupire et lui prend la robe des mains.

- Ok ! T’as gagné ! Mais je mets mes baskets de toile blanches !

« Marché conclu !! Hiiiiiiiiii ! Merciiiiiiiiii ! »

Elle me saute au cou pour me couvrir de bisous. Je ris avec elle. C’est un entrepôt de bisous et câlins inépuisables ma sœur ! Je ne suis pas aussi démonstrative qu’elle, mais je suis très sensible à ces contacts. Dans les bras l’une de l’autre, on se serre une bonne minute sans ajouter de mots.

Alors que je file sous la douche, Haley rassemble le linge… une montagne de linge pour être exacte. Ça fait presque 2 valises quand même ! On a vraiment laissé dériver. J’ai essayé de lui dire que je pouvais l’aider, mais elle n’a rien voulu entendre. Je me demande s’il n’y a pas un beau garçon là-bas ! Bon elle embarque quelques cours pour réviser en même temps, elle est incurable sur ce plan. Comme si elle ne connaissait pas ses cours déjà par cœur. Enfin bref, je rassemble mon carnet et mes crayons dans mon sac de toile, et un peu d’eau pour ne pas me déshydrater par cette chaleur. Je n’oublie pas mon petit porte-monnaie en forme de chat qu’Haley m’a offert pour me prendre une glace tout à l’heure. Mais voilà qu’Haley revient en trombe dans la chambre en riant.

« J’ai oublié la lessive !», m’annonce-t-elle avec amusement.

- Haley, tête de linotte !

Je ne peux pas m’empêcher de rire. Elle a une tête tellement comique quand elle est débordante d’énergie comme ça.

« Ouiiiiiiiiiii ! Ah voilà je l'ai trouvé ! Niahahah ! »

Elle est morte de rire et je ris de bon cœur avec elle.

- Fais gaffe au linge quand même. Ne mélange pas n’importe comment, ou on va se retrouver en jean pull pour la semaine ! Je suis sensée reprendre des kilos, pas fondre, vu le temps d’ici !

Pour toute réponse, j’ai le droit à une révérence comme pour me dire qu’elle a bien compris. Elle me dépose un baiser rapide sur la joue et me crie en riant courant vers la laverie. « Promène-toi bien, sœurette ! Tu es vraiment très jolie ! Je vais faire de mon mieux et essayer d'eviter de melanger le blanc et les couleurs, ce serait bête, hein ? »

Je ne peux pas m’empêcher de rougir. Heureusement elle ne s’attarde pas. Je ne me sens pas super à mon aise, surtout de ne pas avoir de short sous cette robe. Mais bon, je dois faire avec, et puis je vais en dehors de l’école, ça devrait aller. Heureusement maman et Haley savent que je suis mal à l’aise avec ma poitrine et ont choisi une robe à manches ¾ amples et un décolleté convenable. Histoire d’ailleurs d’habiller celui-ci, je mets ma médaille de naissance. Haley a la même. Récemment Maman les a fait monter toutes les deux sur des chaines plus grandes pour qu’on puisse la porter comme un sautoir.

Bon me voilà prête ! Go to the city park !

Je suis assez gênée en traversant le dortoir et le campus, car plusieurs personnes me regardent. Je ne passe pas inaperçu dans cette robe Je maudis ma sœur quand même. Certes ces gens sourient. Certains garçons ont même un regard tendre… enfin je crois… je n’y connais rien, je ne suis pas douée pour interpréter les regards des gens, surtout mâle entre 15 et 25 ans. J’avance rapidement, les joues rouges, le souffle un peu court. Une fois dans les rues de la ville, il y a plus d’anonymat et ça me convient beaucoup mieux.

En quelques minutes j’arrive au parc du quartier, il y a déjà du monde mais ça reste supportable. Les gens y promènent leur chien. Les enfants jouent dans les tourniquets et balançoires. Ça me rappelle des souvenirs avec Haley. J’en souris de plaisir. J’aimerai bien venir ici avec elle, juste pour nous amuser à ça. Je sais c’est enfantin ! Mais je ne suis qu’une petite fille dans un corps bien trop de « femme » à mon goût…

Je soupire désappointée et regarde partout. Je ne suis montée qu’une fois dans ce lieu isolé, il faut que je sonde ma mémoire. Heureusement, pour moi, je suis la jumelle dotée du sens de l’orientation et de la mémoire des lieux. Repérée, je m’engage tranquillement sur le chemin en chantonnant notre chanson.

What they'd give just for the right to hold you ?
From your head down to your toes
You're not much, goodness knows,
But you're so precious to me,
Sweet as can be,
Baby of mine.


chanson en entier:
 
Oh ! Je ne suis pas triste, juste un peu mélancolique. Maman me manque. Papa aussi. Nos toutous tout autant. Tiens je ferais peut être un dessin d’eux tout à l’heure.

Pour l’heure j’arrive dans ce petit coin un peu caché par les arbres. Il n’y a qu’un banc et il est libre ! Fantastique ! Je m’y installe et me régale de la vue sur la ville qui m’est offerte. Adossée, jambes croisées, je sors mon bloc à dessin et mon crayon. Je n’ai pas forcément envie de dessiner le paysage devant moi. J’ai juste un instant de plénitude qui me fait du bien. J’ai l’intention de finir de dessiner Lola, ma copine rencontrée via un forum français sur l’art.

C’est quand même incroyable les coïncidences. J’adore le français et la France, j’aime de plus en plus l’art et l’informatique. Je suis devenue plus active sur ce forum en aout et on a beaucoup papoté jusqu’à découvrir qu’on se retrouve dans la même école… au Japon ! Un truc de fou ! Je me suis fait une amie grâce à mes centres d’intérêt de solitaire et en plus elle est là en chair et en os. Je n’en reviens toujours pas. Mais je suis heureuse de cela.

On s’est rencontrée pour la première fois, il y a peu et ça a vraiment bien marché entre nous. On se croise souvent entre les cours et au dortoir. Je suis vraiment contente de l’avoir. Alors j’ai décidée de dessiner son portrait pour lui offrir. Je n’ai jamais offert mes dessins, qu’à Haley. Elle dit que j’ai un don, mais je la sais peu objective. C’est ma sœur jumelle. Par contre j’ai commencé à mettre mes dessins sur mon blog, et Lola les a vu. C’est la seule d’ailleurs qui sait que j’ai un blog et j’ai confiance en elle pour continuer à le taire. Alors comme elle aussi aime mes dessins, je me suis dit que j’allais lui en offrir un. Je l’ai commencé cette semaine, mais j’arrive au bout. Je travaille les détails et les ombres. Et ce soleil lumineux va m’aider à le terminer.

Dessin de Hope : Lolilol en cours:
 
J’étais concentrée sur mon dessin quand un gars à vélo débarque sur le petit chemin. Un asiat’, mais je n’y prête pas plus attention que ça. Je lui souris comme un bonjour et me reconcentre sur mon dessin. Je suis calme, détendue, sereine, heureuse. Ça fait du bien. Il faudra que je ramène une gourmandise de la boulangerie à ma sœur pour la remercier de m’avoir dédouané de la corvée de lessive et permis ce moment de quiétude.

Quiétude qui ne dura pas longtemps quand j’entendis le garçon déraper. Relevant la tête pour voir ce qu’il en est, je le vois par terre. Il n’a pas l’air trop mal en point mais quand même ! On ne sait jamais. Je pose rapidement mon bloc sur le banc et accoure vers lui. Bénies sois mes baskets, d’ailleurs !

Ce garçon semble avoir mon âge, peut-être un chouia plus jeune. Il n’est pas plus grand que moi, bien que emplumé. Des cheveux courts noirs de jais, ce qui me frappe c’est son air… comme neutre. Il vient de chuter et s’être fait mal, mais ce visage semble totalement dénué d’expression. Ça m’inquiète encore plus. Parfois la douleur est telle que le corps réagit en l’ignorant totalement : une réaction psychosomatique.

- Oh ! ça va ? Tu as mal où ? Tu veux que j’appelle les urgences ?

Me voilà en mode Haley énergique. Bon d’accord, pas forcément Haley. Je suis aussi comme ça. Spontanée, énergique, impulsive. Mais uniquement dans des moments particuliers, comme une urgence, une situation où quelqu’un est en difficulté. Je suis une grande altruiste qui a du mal à se contrôler. Si je vois quelqu’un en peine, il m’est impossible de rester de marbre, il m’est impossible de ne pas vouloir l’aider.

Je l’observe, glissant mon regard sur sa jambe.

- Oh ! Ton pantalon ! Mais tu saignes ! Attends !

Ni une ni deux, je suis revenue telle la pisteuse de demi-fond que je suis à mon sac. J’y prend des mouchoirs et ma bouteille d’eau et reviens auprès du jeune homme.

- Tiens ! On va nettoyer ça… si tu me le permets ? As-tu mal quelque part ailleurs que ton genou ?

Je rougis un peu, prenant conscience que je m’apprête à toucher la jambe d’un garçon. Mais c’est un blessé, comme sur la piste d’athlé en comme, rien d’inopportun. Ce qui me gêne le plus c’est son « inexpression ». Je n’arrive pas du tout à savoir s’il souffre, s’il s’amuse de ma serviabilité, s’il voudrait que je le laisse tranquille. Peut-être qu’il a pris un coup sur la tête ? Je n’ai pas tout vu de la chute. Et s’il était sonné et incapable de réagir.

- Réponds-moi s’il te plait ! Tu vas bien ?

Il ne doit pas s’être écoulé plus d’une minute depuis sa chute. Je l’ai assommé de questions. Le pauvre ! Je dois me calmer. Je mets de l’eau sur le mouchoir en me posant à genou sur l’herbe. Respire à fond Hope ! Pas la peine de le stresser ou le paniquer !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Oct - 21:48
M • Lycée - 3ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
Elle était là, seule sur le banc à dessiner de ce qu'il avait pu voir vite fait, tranquille et au calme comme il avait espéré l'être en arrivant ici. Il était là, assis sur le sol à contempler le sang couler de sa petite plaie, la roue de son vélo encore en train de tourner comme si seul son temps à lui s'était arrêté.
Wufeï avait eut envie de rentrer, de faire demi-tour sans demander son reste et de chercher, encore, un endroit où il pourrait être lui-même sans avoir parfois à se forcer à sourire ou à parler. Il ne haïssait pas le monde en général, mais plutôt le côté social qui en découlait. Peut-être plus que la moyenne, il avait ces besoins presque vitaux d'être seul régulièrement, comme s'il rechargeait des batteries invisibles. Sûrement que son côté fils unique n'avait pas aidé à ce qu'il développe son art de converser mais qu'importe.

Il la vit arriver vers lui en courant, sûrement inquiète qu'il ne se soit fait mal quelque part. Elle paraissait très gentille, très douce et elle était très jolie. Il n'avait rien contre elle même s'il l'avait détesté rien que d'être là, mais sa "haine" disparaissait au fur et à mesure, elle n'avait rien demandé et ce banc n'était pas à lui. Il était juste frustré comme un enfant.
Il l'entendit parler, poser pleins de questions avec une voix assez paniquée mais il prenait le temps de la détailler, de la regarder faire, appréciant de la voir prendre du temps pour lui alors qu'ils ne se connaissaient même pas. Elle lui faisait penser à Lola pour le coup, à voir le bien avant tout le reste en oubliant que le monde d'aujourd'hui n'avait plus rien d'un monde de paix et d'amour. Était-elle trop naïve ? Sûrement.

Clignant enfin des yeux, Woofi tira sur le bas de son jean pour le remonter au-dessus du genou afin qu'elle ait accès à sa blessure. Elle avait raison, valait mieux s'en occuper maintenant et éviter que ça ne s'aggrave même s'il aurait pu rentrer comme ça. D'ici là, ça aurait séché et à part la petite souffrance d'enlever la croûte pour soigner ça plus tard, il n'y avait pas mort d'homme.
Mais il se décida à lui parler quand même, histoire qu'elle ne le prenne pas pour un demeuré ou qu'elle ne se mette pas à croire qu'il était aussi tombé sur la tête.


- Ça va, c'est presque rien. Y a pas besoin de paniquer comme ça, j'ai juste raté mon entrée. Mais merci, tu es gentille.

Sur le coup, il eut envie de lui raconter quelques anecdotes de son enfance où il avait connu bien pire que cette situation là afin qu'elle réalise que ce n'était vraiment pas grave, mais il se retint. Pourquoi ? Il savait pas trop, sûrement qu'il craignait qu'elle lui réponde "je m'en fiche" et qu'il finisse encore par penser qu'il aurait mieux fait de se taire. Bilan, valait mieux se taire tout de suite et éviter de fâcher/ennuyer la demoiselle.

Une fois que sa blessure fut nettoyée avec une douceur extrême, Wufeï se redressa et rebaissa son jean pour tenter de cacher ce qu'il venait de se passer. Il ignora totalement son vélo désormais tordu et marcha tranquillement vers le banc. Il ne tentait pas par-là de lui faire entendre "va-t'en maintenant" mais il avait envie de se reposer un peu, rentrer maintenant serait clairement trop triste !
A nouveau, une fois assis, il la regarda de loin sans penser une seule seconde qu'il était sûrement malpoli et la laissa se rapprocher à son tour. Ce serait bizarre qu'il reste silencieux désormais, non ?


- Je suis Wufeï et j'avais pris l'habitude de venir ici pour profiter du calme et du silence avec cette belle vue. Mais tu peux rester, je te demande pas de partir.

Bon il savait qu'il n'avait pas d'ordre à lui donner, que ce soit celui de partir ou de rester mais il s'était senti obligé de lui dire qu'elle ne le dérangeait pas et que peut-être, si elle restait calme, ils pouvaient sûrement cohabiter quelques minutes jusqu'à ce qu'il trouve la force de repartir.
En toute sincérité, sa présence ne le dérangeait pas, Woofi savait ignorer le monde avoisinant et se plonger dans des rêveries à toutes heures de la journée et si ses ami(e)s avaient pris l'habitude de le voir faire ainsi, il ne savait pas trop ce qu'une jeune fille timide et rougissant facilement allait penser de lui. Sa tête en avait effrayé plus d'une après tout et les "t'es bizarre", ou "t'es flippant" étaient devenus monnaie courante. Est-ce qu'il devait prendre les devants ?


- Ma tête ... je sais que j'ai souvent l'... C'est Lola ?

Sa presque confession fut interrompue brusquement quand, par mégarde, son regard tomba sur le dessin que la demoiselle faisait avant qu'il ne bouleverse son quotidien. Il n'était pas très calé en art & Co mais là, il pouvait pas se tromper ! C'était Lola, il reconnaissait ses grosses lunettes, sa bouille joyeuse, sa coiffure souvent défaite à cause de ses activités rocambolesques pour les preux chevaliers qu'elle traquait ...
Mais alors cette fille ... elle connaissait Lola ? Le monde était vraiment petit et il se sentait finalement soulagé de s'être présenté car s'il devait être amené à la recroiser, valait mieux qu'il ait donné une première impression pas trop négative. Seulement, il s'arrêta là, inutile de la questionner davantage. Si elle voulait en parler, elle le ferait d'elle-même, il avait suffisamment envahi son espace.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Nov - 17:53
M • Lycée - 4ième année
avatar


:
Voir le profil de l'utilisateur
❝ la tranquillité d’un « Wufeï » dépend en partie de la squatteuse de banc... ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]WHEN YOU SAY NOTHING AT ALLC’était vraiment bizarre cette situation. Je ne suis pas du genre à ignorer une personne en difficulté, bien au contraire. Pour le coup, je suis de la même trempe que Haley. Je fonce sans réfléchir pour aider quelqu’un. Ma timidité s’efface totalement dans ces moments. Bon bah forcément très longtemps. Mais là ce garçon il a une drôle de tête, on dirait qu’il n’a pas mal alors que c’est quand même une sacrée chute. Mais même s’il supporte la douleur, souvent les gens expriment de la colère ou de la gêne, enfin quelque chose comme ça. Son visage lui est comme impassible. Ça me déstabilise un peu plus à chaque seconde qui passe.

Je souris un peu gênée quand il me rassure et me qualifie de ‘gentille’. Quand je vous dis que ma timidité n’est jamais loin, surtout avec un garçon.

Il me laisse le nettoyer un peu mais fini par se présenter. Wufeï ? C’est mignon. Sûrement chinois, ou dans ce type d’origine. Ça ne sonne pas japonais, à mon sens, mais bon je ne suis pas experte. Wufeï, ça me dit quelque chose mais je n’arrive pas à me souvenir quoi. Quoiqu’il en soit j’aime bien son prénom.

Par contre moins sa dernière phrase :  « Mais tu peux rester, je te demande pas de partir. » . Pas que je la prenne mal ou comme si je le gênais. Cet endroit appartient à tout le monde. Mais je ne sais pas pourquoi il me dit ça comme ça. Je ne me suis pas senti de trop, même si je m’habitue à ma solitude ce n’est pas non plus comme ça que je veux vivre.
Ne sachant trop comment réagir, je lui souris et lui répond simplement.

- Cet endroit appartient à tous. Moi aussi j’aime bien la vue et le calme qui y règne. Je l’ai découvert il y a peu en fait.

Bon au moins ma panique première s’est calmée. Je n’arrive pas trop à savoir ce qu’il ressent mais il semble ne pas avoir trop mal. Un petit bobo pour lui peut-être ! Tant mieux en tout cas, parce que sa chute était spectaculaire quand même.

Wufeï me suit sur le banc pour se reposer et profiter de la vue. Je suis surprise quand il reconnait Lola sur mon dessin.

Illumination !!

- Oh ! Wufeï ! Je savais bien que je connaissais ce prénom ! Tu es son ami d’internet qu’elle a retrouvé à Chisé ?!

Je lui souris en gigotant sur le banc. Me voilà surexcitée. Pouah ! Pourquoi j’ai accepté de mettre cette robe ? Je ne peux pas me mettre en tailleur pour essayer d’être plus calme.

- J’ai rencontré Lola de la même manière, sur un forum. C’est un super hasard en parlant de nos passions pour l’art qu’on a découvert aller à la même école. Elle est géniale c’est fille. On s’est rencontré en vrai début septembre pour la première fois, mais on s’entend aussi bien en vrai que sur le net.

Je reprends mon carnet sur les genoux, ça va peut-être me calmer. Je me sens super stress maintenant. Je parle à un garçon, seule sur un banc dans un parc. C’est le meilleur ami de ma seule amie, ici. Je n’arrive pas à comprendre cette impassibilité sur son visage.

- Du coup, tu es dans sa classe, je crois ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan :: Parc-