Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dim 17 Sep 2017 - 18:56
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Un album de Woodkid résonnait doucement dans un appartement miteux. Un homme de 34 ans, s’assit sur une chaise, ouvrit une canette avant d’allumer une cigarette. Il inspira profondément fermant doucement les yeux, avant de libérer la fumée et ouvrant par la même occasion à demi ses yeux d’un gris métallique dépourvu de la moindre émotion, mais qui semblait sonder une âme en quelques secondes. Les cheveux mouillés, et habillé d’un simple pantalon noir, et d’une serviette sur sa nuque. Le visage aminci dépourvu de la moindre trace d’humanité, laissait tout de même voir une beauté ténébreuse. Son torse parcouru de cicatrices laissait voir des muscles saillants, et travaillé.

Il profita de la musique le temps de finir sa cigarette, avant de l’écraser dans le cendrier. Il but une gorgée de bière, avant de jeter un coup d’oeil sur un dossier, comportant plusieurs fiches. Notamment celle d’un homme, avec sa femme et sa fille de 15 ans. Il resta regarder ce joli minois qui n’avait plus la vie devant elle. Adrian y avait brusquement mit fin.
Il ne connaissait rien de sa vie, mais il pouvait l’imaginer. Un petit-ami gentil et un peu timide, des amies qui l’accompagnait pour faire les magasins, ou un karaoké, un avenir prometteur en étant la fille d’un riche magnat de l’immobilier. Elle ne connaîtra pas les ruptures, les déceptions, les obstacles. Elle n’aura jamais de mari, ni d’enfant, ni d’espoir. Tout avait disparu dans le néant par une simple balle. Il revoyait son visage surpris, et cette peur qui s’était inscrit sur son visage lorsqu’elle avait compris qu’elle allait mourir. Mais, elle n’avait pas eu le temps de supplier.
Sa mère avait donné son dernier souffle de la même façon.
Et il avait attendu patiemment sur un fauteuil le retour d’Eiji Wada. Ce père de famille. Adrian ne savait pas ce qu’il avait fait. Mais il avait appris à ne pas poser de question. Il avait vu sa femme et son fluide vital qui avait quitté son corps sur les coussins du canapé. Il avait lentement remonter son regard pour voir Adrian, et s’était précipité à l’étage dans la chambre de sa fille pour y contempler aussi son corps inerte.
Adrian l’avait suivit tranquillement, maître des lieux et du temps, avant d’offrir le même sort à cet homme en pleurs priant simplement pour une mort rapide. Adrian avait exaucé son souhait. Et il était parti de la même façon qu’il était venu. Sans laisser la moindre trace.

Une sale affaire à ses yeux, mais ils n’étaient que des fiches. Un dossier classé. Rien de plus ou de moins. Il but une autre gorgée de bière, reposant les feuilles sur le bureau d’un air nonchalant. Ca faisait combien de temps qu’il faisait ça ? Environ 8 ans.
Il n’avait pas le moindre souvenir des années antérieures à celles-ci. Simplement cette souffrance, lorsqu’il avait lutté, incapable de se plier à l’autorité. La mafia avait fait en sorte qu’il ne devienne qu’une machine à tuer, et il avait beau avoir lutté au début, tout finissait par s’estomper pour finir dans le néant. Rien d’autres ne flottait que cette idée de se soustraire à ces mains qui avaient déjà arraché votre âme. Adrian avait enfouit profondément ses sentiments, oubliant jusqu’à son véritable nom.
Il n’avait plus aucune importance. Sa famille non plus, s’il en avait une. Il faisait simplement ce qu’il avait à faire pour éviter de se retrouver dans les ténèbres. Appréciant son travail lorsqu’il y avait une personne à traquer et qui suppliait de lui laisser la vie sauve. Il suivait les ordres sans poser de questions, ne réfléchissant que pour faire des plans et les mettre à exécution. Il était excellent et ça lui convenait. Adrian ne faisait pas plus, ne cherchait pas plus.

Une nouvelle gorgée de bière, alors que son portable se mettait à sonner. Il regarda le numéro inconnu avant de décrocher. Une voix monotone à l’autre bout du fil.

-C’est fait ?

-Oui.
-Pas de problème ?
-Aucun.
-Je t’envois la photo de l’enquêteur. Fais gaffe. J’espère que t’as pas laissé de trace.

Adrian afficha un sourire amusé. Aucune marque ADN. Le travail était propre. Seul le sang laisserait une trace sur les coussins.

-Aucune.
-Très bien. T’auras la suite plus tard.
-Très bien.

Il raccrocha, avant d’allumer une autre cigarette. Aucune trace. Mais une signature, bien malgré lui. Son mode opératoire était le même que les autres, les voisins n’auront rien entendu, les balles n’auront aucun numéros de séries. Ils ne pourront que deviner qu’il avait utiliser un desert eagle avec un silencieux. Comme pour les autres crimes.
Adrian regarda son ordinateur en voyant qu’il avait reçu les informations qu’on lui avait promis. Il observa la photo, attentif à chaque détail. Un jeune inspecteur. A peu près son âge. Blond. Kim Chae-Young. Sans savoir pourquoi, il sentit un malaise le prendre. Être responsable de cette affaire à son âge devait signifier qu’il était doué. Plus intelligent que les autres qu’il avait eu aux États-Unis, peut-être. Il avait tout intérêt à faire attention, même s’il avait peu de chance de trouver qui il était. Il n’avait pas de papiers, pas de véritable nom, pas de compte en banque, il vivait dans un hôtel et avait donné un faux nom.
Tout était faux, rien n’était vrai. Lui-même ne connaissait pas la vérité. Cet inspecteur allait devoir chercher très loin pour savoir qui il était. Beaucoup plus loin que lui. Néanmoins, il n’aurait peut être pas dû être aussi imprudent qu’il l’avait été en montrant un bout de son visage à la caméra de ses dernières victimes. Un simple sourire insolent, avant de lever un peu la tête pour montrer son visage sous sa casquette. Impossible de voir le visage entier. Mais suffisant que voir qu’Adrian leur lançait un défi.

Il s’ennuyait. Le frisson n’était plus là. Sa vie n’était pas vraiment une vie. Et qu’est ce qu’il avait à perdre ? Il n’avait déjà rien. Enfin, il avait sa vie. Si la mafia apprennait son petit jeu, sans doute qu’il ne verrait plus la lumière jour avant très long moment… Enfin, si ça arrivait, autant se faire tuer par l’homme qui le cherchait. Il le regarda une dernière fois avant de fermer la fênetre de son ordinateur, et se leva pour observer les badauds cherchant à se protéger de la pluie, priant pour que Kim Chae-Young soit à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep 2017 - 23:55
C • Université - 5ième année
avatar
Messages : 135


Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
C • Université - 5ième année
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


- Papaaa !

Soo Hyun courut vers son père et lui sauta dans les bras. Kim le porta en mimant avoir des difficultés à le soulever.

- Oooh mais qu'il est fort ce petit bonhomme !

Il le serra fort dans ses bras pour l'éternel câlin du matin avant de le reposer sur le sol pour le laisser gambader dans la maison. Il s'approcha de sa femme, Kae pour l'embrasser tendrement dans le cou. L'odeur des croissant chauds vint l'envelopper doucement mais il n'avait - encore une fois - pas le temps de se poser tranquillement avec elle à table pour petit déjeuner en famille. Elle avait eut du mal à s'y faire au début et puis elle avait finit par accepter d'avoir choisi d'épouser un policier de la criminelle. Il y'avait des hauts et des bas mais au moins l'amour était présent.
Il chopa son café posé sur le comptoir et envoya des bisous aux deux avant de claquer la porte dans un "A ce soir" devenu tellement routinier qu'il regretterait sûrement très amèrement ses mots si jamais un jour il ne rentrait pas. Il monta dans sa voiture et son téléphone sonna aussitôt. Il décrocha, désormais dans le rôle de l'inspecteur en chef et plus dans celui du père de famille.

- Chef, on a 3 corps sur les bras.
- L'adresse ?
- 43 haijuu, quartier Suwan.
- J'arrive dans 20mn.

Il se dégoûtait chaque jour un peu plus lui-même de n'être même plus étonné d'entendre de nouvelles morts au téléphone. La pile de dossiers à résoudre devenait toujours un peu plus grosse et il avait préféré se créer un fort bouclier intérieur pour s'empêcher de penser à l'être humain qui gisait devant lui mais uniquement à une énigme à résoudre. Des mois de cauchemars et de cachets pour éviter de sombrer avaient eut raison de son humanité. Il agissait désormais comme un robot lorsqu'il se retrouvait confronté à l'horreur et il n'avait jamais prit de meilleure décision.
Il gara sa voiture devant la bande jaune, les experts semblaient avoir déjà envahi le terrain. Il n’empiéterait pas sur le travail, il voulait juste savoir ce qui s'était passé. Son adjoint le lieutenant Woo s'avança vers lui pour lui faire le topo pendant qu'ils entraient dans la maison magnifique qui venait de perdre plus du double de sa valeur à cause de cette tragédie.

- 3 corps. Les parents et la fille. La mère a été assassinée d'une seule balle en pleine tête sur le canapé du salon.

Kim s'arrêta pour contempler le spectacle morbide. Le sang avait giclé partout autour du corps. Elle semblait avoir un regard tétanisé et horrifié. Elle n'avait pas été battue, ni attachée, ni torturée, en tout cas pas physiquement. Elle était assise sur le canapé, la main droite serrée sur le petit coussin autrefois blanc qui était désormais maculé de sang. Ça avait presque quelque chose d'artistique.

- On est chez qui ?
- Eiji Wada, patron de Wada Constructions. Un ponte dans l'immobilier.
- Ouais, ok. Sa femme je suppose.
- Ouais, et les 2 autres sont à l'étage.

Ils montèrent à l'étage, il n'y avait pas de sang sur les murs, et quasiment rien n'était cassé dans la maison comme si tout s'était passé de façon calme et propre. C'était une exécution par un tueur pro ? L'esprit de Kim fonctionnait déjà à plein régime.
Il entra dans la chambre de la gamine et sentit son coeur se soulever quand il vit son corps, étendu là, dans une position qui lui retirait toute vie, son père auprès d'elle. Il s'en voudrait sûrement pendant toute sa 2ième vie d'avoir joué avec les mauvaises personnes.

- Une balle dans la tête là aussi. Rien d'autre.
- On a trouvé les balles ? Des empreintes ?
- Les experts n'ont encore rien trouvé.
- ... je vois. C'est une belle maison, ils étaient riches, il doit y avoir un système de caméra de surveillance, je veux les enregistrements dès que possible.
- Ok.

Kim sortit de la maison et regarda autour de lui. Un petit groupe de personnes s'étaient accumulées, des curieux qui voyaient là l'occasion d'avoir quelque chose à raconter à leur prochain repas de famille. Ils ne leur en voulait pas, il aurait fait pareil et puis au final ils étaient sûrement heureux ensuite de rentrer chez eux et de retrouver leur petite vie ordinaire avant d'être complètement obsédés par le fait qu'un de leur voisin s'est fait assassiner à quelques mètres d'eux sans que personne n'entende rien, ni ne vois rien. Il ignorait encore si c'était le cas mais vu la propreté des morts, il doutait fortement que le tueur se soit assis sur la pelouse pour faire un selfie en attendant qu'un voisin lui fasse un signe de tête.
Il remonta dans sa voiture et partit au poste de police pour retrouver son bureau et l'atmosphère lourde et inquiétante qui s'y trouvait. Ça faisait que quelques mois qu'il était passé inspecteur en chef parce qu'il avait résolu une grosse affaire d'une tueur en série un peu plus tôt, et qu'il avait littéralement campé ici pour le choper. Paradoxalement, il faisait tout ce qu'il pouvait pour protéger sa famille de ces horreurs et en faisant ça il la perdait petit à petit parce qu'il n'était pas assez présent pour eux, tout ça était particulièrement difficile.

Cette nouvelle affaire avait piqué sa curiosité mais il en avait une autre sur les bras déjà. Une affaire que ses confrères aux USA venaient de lui refiler parce qu'ils étaient persuadés que le tueur était désormais au Japon. Il venait tout juste de recevoir toutes les informations et il n'avait pas encore eut le temps de tout regarder. Il savait juste que les meurtres étaient propres, que ça manquait cruellement d'indices sur les scènes de crime et il y'avait une seule vidéosurveillance qui pouvait leur indiquer un début de suspect. Kim cliqua dessus pour la visionner.
Son coeur manqua un battement. Il mit pause et frotta son visage de ses mains. Il devait sûrement être fatigué parce que l'espace d'une seconde il avait cru reconnaître Ethan, mais c'était pas possible. Totalement impossible.

Il se recula sur son siège. Ethan... Où est-ce qu'il pouvait bien être aujourd'hui... Ce jour où Kim avait découvert ce petit bout de papier, griffonné à la hâte, il n'avait pas été surpris mais jamais il n'aurait pensé qu'il se passerait au moins 8 ans avant qu'il ait des nouvelles de son meilleur ami. Il s'était fortement inquiété pour lui au début et Kaena avait très mal vécu la disparition de son frère et puis la vie avait continué sa route et Kim avait fait ce qu'il avait à faire tout en gardant une pensée pour son ami, profondément dans son cœur et en espérant que tout allait bien pour lui. Il était persuadé qu'ils allaient finir par se retrouver un jour et il attendait ce moment. Il était impatient de lui montrer qu'il était devenu inspecteur en chef, Ethan serait sûrement fier de lui et malgré ses 33 ans, Kim se sentirait très touché.
Pourvu qu'il revienne un jour ...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep 2017 - 13:05
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Il était bien loin de son précédent logement. Il regardait le paysage du haut d’une tour luxueuse, dans un fauteuil confortable, un whisky à la main, le regard dans le vide. Un peu plus loin dans un lit de soie, des cheveux longs et sombres se posaient délicatement sur un oreiller, et laissait entrevoir un cou long et gracile dont le pouls régulier et lent indiquait un sommeil profond.

Adrian regarda la demoiselle quelques instants. Ce n’était pas une aventure d’un soir, ni de plusieurs, et encore moins une amante. Elle était aussi prisonnière que lui, mais ils ne pouvaient pas s’allier pour briser leurs chaînes. Seulement oublier pour un soir en croquant dans la pomme.

Il soupira profondément, oubliant cette idée et se concentrant sur le monde réel. Il regarda le dossier  de Kim Chae Young. Il avait appris qu’il avait un fils et une femme. Rien d’anormal si ce n’était ce profond malaise qui avait enserré son coeur lorsqu’il avait vu leur photo. Il ne voulait pas les toucher. Bien heureusement, il n’en avait pas encore reçu l’ordre. Mais ça ne saurait tarder si cet inspecteur continuait sur sa voie.
Heureusement, il avait réussi à faire passer le message. Une simple photo d’eux, sans aucun message. Sans doute parce que quoiqu’il aurait écrit, cela aurait été perçu comme une menace : « protégez-les », « faites attention », « Ils sont surveillés ». Maintenant, il espérait seulement que leur surveillance ne laisserait aucune faille. Il ne voulait pas s’y engouffrer.

Enfin, si l’image ne s’était pas envolée avec le vent. Au dernier assassinat, il avait dû jouer les snipers, au haut d’une tour, en face du siège social d’un transporteur de matériaux lourds. Sa protection avait été trop rapprochée pour faire comme le premier. Sans doute que Yoshida connaissait Wada pour avoir été autant sur ses gardes. Il n’en avait pas la moindre idée. La seule chose qu’il savait c’était qu’il était célibataire, et qu’il avait eu un emploi de temps de ministre. Ce qui lui avait grandement facilité la tâche. Les Japonais respectaient scrupuleusement leur planning, il était donc facile de prévoir leurs déplacements.

Adrian n’avait pas loupé sa cible. Directement dans la tête, avant de s’envoler, laissant l’arme sur place pour ne pas éveiller l’attention une fois au milieu de la foule. Il avait coincé la photo, juste en dessous. Impossible de la louper… n’est-ce pas ?

Il entendit un mouvement, et ses yeux se posèrent sur la demoiselle qui était en train de se réveiller. Elle se leva, avec un sourire charmeur aux lèvres, ce qui tira un sourire amusé Adrian. Elle passa ses bras autour de cou, posant sa tête sur son épaule, regardant une photo de Kim posée sur la table. Adrian leva les yeux vers celui de la demoiselle dont il n’avait même pas pris la peine de retenir le nom. Il était concentré, vif, intelligent… Il y voyait encore de la vie.

-Bel homme.

Adrian ne répondit pas, mais un sourire se dessina sur ses lèvres, se doutant que le cerveau de la demoiselle avait autre chose en tête.

-Qui est-ce ?
-Une personne que tu n’as pas besoin de connaître.

Il se doutait qu’elle n’était pas dans cette situation pour faire seulement plaisir aux hommes. Mais il n’était pas certain, alors il préférait en dévoiler le moins possible pour éviter de la mettre dans une situation délicate.

-Retourne te coucher, t’avais l’air fatigué.
-Tu dois être le client le plus sympa que j’ai connu.

Elle lui adressa un sourire artificiel, qui ne fit ni chaud ni froid à Adrian. Il se demandait seulement si elle disait ça à tous ses clients. Il n’avait rien fait de particulier. Et puis, elle la vit hésiter, alors qu’elle regardait en le sondant.

-Je peux commander à manger ?
-Pas de trucs trop cher.

Adrian ne payait rien. Cet hôtel appartenait à l’organisation. Il aurait été préférable d’éviter cette situation pour ne pas les relier, mais c’était aussi l’endroit le plus sûr de la ville étant donné les circonstances.
Alors, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, tant que ça n’attirait pas trop l’intention. Qu’il ne soit pas convoqué avoir fait preuve de laxisme.
Il ferma le dossier de Kim Chae Young. Son objectif était rempli pour ce soir. C’était désormais le travail de la demoiselle de faire passer le message. Elle avait vu son visage, connaissait son nom, et il avait laissé entrevoir le nom de Kazuki Abe. Certes, il avait été discret, mais si elle savait faire son travail, elle l’avait vu.

Il prit son paquet de cigarettes et en alluma une, se remettant à regarder la ville d’Hoshi no Mûsu. Quelque part, une petite lumière était allumée et dévoilait des informations sur sa personne, et un homme blond travaillait à sa capture. Il avait un peu de mal à y croire, mais il savait que c’était vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov 2017 - 14:43
C • Université - 5ième année
avatar
Messages : 135


Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
C • Université - 5ième année
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


- Alors ? Qu'est-ce que t'as trouvé sur Wada ?

Kim était assis dans le fauteuil confortable de son bureau, une cigarette entre les dents, les sourcils froncés. Son adjoint, Woo lui faisait face.

- Un truc intéressant ! Apparemment, il a construit des logements dans le quartier Suwan qui n'étaient pas aux normes et qu'il avait un procès au cul qui aurait pu faire couler toute sa réputation et sa société. Je ne sais pas où ça en était mais y'a eu abandon des poursuites il y'a plusieurs semaines. J'sais pas ce que t'en penses mais ...
- Ça sent le pot de vin tout ça. Pff, tu paries que la mafia a son nez là-dedans ?

Kim recula dans son fauteuil, ça allait rendre les choses encore plus compliquées.
Les recherches et les interrogatoires furent poursuivis pendant les deux semaines suivantes pour essayer de trouver les causes et les liens des différentes protagonistes mais Kim avait l'impression de pédaler dans la semoule. Les journées étaient très longues et pourtant rien ne semblait avancer comme il l'aurait souhaité.

Assis à son bureau, il venait de recevoir l'enregistrement de la vidéo surveillance de Wada. L'administration avait prit son temps malgré le côté urgent de la demande. Il cliqua sur la vidéo pour essayer d'y trouver de nouveaux indices. Il vit l'homme entrer chez les Wada et assassiner la femme, froidement, sans paniquer, un véritable professionnel à n'en pas douter.
Son visage fut mit à découvert quand il monta à l'étage. Kim mit pause en se redressant de son fauteuil.

- Putain ! C'est pas possible !

Ce visage, il avait changé mais il l'aurait reconnu entre milles. Ethan. Kim se frotta les yeux, les joues, le menton, mettant le bordel dans ses cheveux, il n'arrivait pas à croire ce qu'il voyait. Ethan son meilleur ami, devenu un tueur au sang froid pour le compte de la mafia ?? C'était un mauvais film d'horreur.
A ce moment-là, Woo entra dans son bureau, en catastrophe. Kim éteignit l'écran de son ordinateur, il ne pouvait pas laisser ça à la portée de n'importe qui, il avait besoin de comprendre comment tout ça avait pu arriver.

- Grouille, y'a eu un autre corps !
- Merde, fais chier.

Ils mirent peu de temps à arriver sur place et furent aussitôt fusillés par les journalistes. Les flash cramèrent leurs yeux mais Kim ne les voyait même plus. Tout allait au ralenti dans sa tête. Il revoyait encore le sourire d'Ethan si opposé au visage impassible et froid qu'il y'avait sur cette vidéo criminelle. Woo lui avait fait le topo sur le nouveau cadavre mais Kim n'avait écouté que d'une oreille se demandant à côté de ça si c'était encore Ethan qui avait ôté la vie à cette nouvelle victime. Comment peux-tu refroidir des gens sans éprouver de dégoût, de malaise, ou d'horreur... Et cette enfant ...
Kim sentit qu'il allait défaillir alors arrêta d'y penser et se concentra sur cette nouvelle affaire. Le corps d'un certain Yoshida qui avait été abattue d'une balle en pleine tête là aussi mais pas à bout portant cette fois-ci. Kim laissa Woo s'occuper des détails importants, il connaissait son boulot et lui faisait totalement confiance. Lui il fut prit à part par un autre officier qui lui indiqua qu'ils avaient trouvé l'arme du crime. Première nouvelle...

- Il y'a autre chose. Préparez-vous.

Kim ne savait pas comment il devait prendre cette remarque, mais il s'attendait au pire. Il monta en haut du building d'en face et trouva le repère temporaire du tueur. L'arme était là, posée sur le sol et effectivement il y'avait autre chose de posé en-dessous. Kim s'approcha et puis se stoppa. Il mit la main sur sa bouche et demanda à tout le monde de sortir. Il n'avait pas envie que ses collègues voit sa faiblesse. Il se mit à genoux et récupéra la photo de Kaena et de son fils. Un drôle de sentiment s'empara de lui. Il était partagé entre la peur, la rage et la détresse. D'un coup il avait brutalement envie de faire marche arrière et de tout laisser tomber pour protéger sa famille.

Il sortit de l'immeuble en furie et fut tenté d'appeler Kaena pour lui dire de foutre le camp mais ... il devrait aussi lui expliquer tout ce qu'il avait comprit... Il posa les mains à plat sur le capot de sa voiture, en pestant contre cette situation.

- Un problème Kim ?
- Met Kaena et mon fils sous étroite surveillance. Ce connard joue avec nous, et s'il me menace c'est parce qu'il a peur pour son petit cul. Il m'aura pas comme ça. J'veux coincer ce salaud !

Sur le coup, Kim oublia qu'il parlait d'Ethan. Il ne pensait plus qu'à sa famille et il était fou de rage. Il retourna au bureau, avec la ferme intention de découvrir ce bordel. Il fut aussitôt convoqué par son patron. L'entrevue fut courte mais désagréable pour lui. L'homme dont la position avait aussi une dimension politique était sous pression et son seul moyen d'exulter était de faire de même avec Kim. Les reproches volèrent, en listant les cadavres qui s'accumulaient à l'inverse des preuves pour stopper ce malade. Son patron lui reprocha de pas faire le nécessaire pour trouver le coupable. Ce fut à ce moment là que Kim posa la photo de sa femme sur le bureau.

- J'viens de trouver ça sur la dernière scène de crime, alors ne remettez plus jamais ma motivation en question. J'vais le coincer !

La réaction fut sans appel. Des patrouilles furent envoyées près de sa maison et le branle-bas de combat fut déclaré dans le poste pour coincer cet enflure qui leur menait la vie dure et leur faisait perdre toute crédibilité.
En sortant de là, Kim reçut un appel de Krystal, son indic. Il décrocha. Elle voulait le voir, l'informant qu'elle avait vu sa photo avec un de ses clients et qu'elle avait peur pour sa vie. Kim fut intrigué et prit en photo la tête d'Ethan sur la vidéo surveillance avant d'aller rejoindre Krystal dans un café en centre ville.

- Ecoute, il ne m'a rien dit, mais tu étais en photo dans son dossier.
- C'est qui ce client ?
- Je ne sais rien de lui, il parle très peu.
- Est-ce que c'est lui ? demanda Kim en montrant la photo d'Ethan chez Wada.
- Oui c'est lui.
- Vous étiez où ??

Kim s'engouffra dans l'hôtel en demandant au gérant de lui montrer le chambre où était Ethan le soir précédent. Mais il ne trouva rien d'intéressant, le ménage avait été fait et visiblement Ethan était assez méticuleux pour ne laisser que les indices qu'il pouvait contrôler.
Kim rentra chez lui ce soir là, totalement incapable de tout avouer à Kaena. La voir, là, dans la cuisine, en train de préparer un bon repas lui brisa le cœur. Cette tranquillité, lui il l'avait perdu. Elle lui demanda pourquoi des policiers squattaient devant chez eux. Kim la rassura comme il put en prétendant que c'était par simple précaution mais il se savait pas convaincant quand il cachait une partie de la vérité.
La nuit fut perturbée et perturbante. Kim se réveilla en sursaut et en sueur en ayant rêvé qu'Ethan déboulait chez lui pour tuer sa femme et son fils. Bon dieu, as-tu oublié que c'est aussi ta famille ??

Il sortait à peine de la maison quand il reçut un nouvel appel. C'était encore Krystal.

- Excuse-moi Kim, j'ai oublié un truc. Quand j'étais avec lui, j'ai vu un autre nom sur un dossier sous le tien... C'était écrit Kazuki Abe. Je sais pas si c'est important.
- Merci Krystal.

Il raccrocha et téléphona aussitôt à Woo pour avoir l'adresse de cet homme. Il lui demanda d'en parler à personne et de lui faire confiance. Il était persuadé que c'était le nom de sa prochaine victime mais il ne voulait pas envoyer toute la smala sirène hurlante pour lui régler son compte, il avait besoin de comprendre, de le voir, de réaliser complètement cette situation loufoque et sordide.
Lorsque Woo lui donna l'adresse, Kim sentit son cœur prendre une grande inspiration d'adrénaline. Quelque chose allait changer aujourd'hui. Il prit la route, à la fois fou et paniqué que calme et déterminé. Il mit une petite demi-heure à arriver chez l'homme. Le jour était levé, pas de lumière, pas de bruit. Kim approcha de la maison. La porte était entrebâillée, il sortit son arme et entra silencieusement. Il s'en foutait un peu de savoir si la personne était déjà morte ou pas, au fond de lui il savait que c'était des pourris qui avaient passé l'arme à gauche, il était là pour lui, juste pour lui.

Il pénétra dans le salon et entendit des murmures qui provenaient du bureau. Une lumière était allumée. Kim s'en approcha, et jeta un coup d'oeil par la porte ouverte, il était là. Kim ne perdit pas de temps. Il se posta derrière Ethan qui lui tournait le dos et pointa son arme sur lui.

- Stop, fais pas ça Ethan. Lâche ton arme.

Malgré l'assurance dans sa voix, Kim se sentait fébrile. Il n'avait pas vu Ethan depuis plus de 8 ans et les retrouvailles étaient loin d'être celles qu'il avait attendu. Il avait prit des risques en venant seul... il n'avait pas envie de mourir, et les tremblements dans ses doigts qui serraient la crosse de son arme n'étaient sûrement pas perceptibles que par lui...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan 2018 - 19:18
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Il avait méticuleusement étudié sa prochaine cible. Il devait avouer qu’il y avait bien une chose qu’il aimait dans ce travail : c’était de trouver les faiblesses de chaque situation, il aimait contrôler parfaitement son environnement. Peut-être parce qu’il n’avait aucun maîtrise sur sa vie. Adrian ne savait pas ce qu’il ferait demain, ni où il allait dormir. Il ne gérait absolument rien. Alors, s’il pouvait décider d’une chose, il prenait.
Il entra discrètement dans la maison sans faire de bruit. Il savait où était sa cible. Dans son bureau, travaillant sans doute. Il monta silencieusement les escaliers, guettant le moindre bruit suspect, se demandant vaguement si une surprise l’attendait.
Il avait donné suffisamment d’indices à cet inspecteur, non ? Il voulait que ça s’arrête. Ou peut-être pas. Cette perspective l’effrayait. Il tomberait encore dans une tourmente dont il n’aurait aucune emprise. Et puis… Il était coupable. Il ne pouvait décemment pas s’en sortir, n’est ce pas ?

Il inspira profondément, il ne devait compter sur rien d’autre que sur lui-même. Pourquoi est-ce qu’il cherchait un échappatoire maintenant ? Il avait vécu ainsi pendant des années, il n’y avait pas de raison que ça change. Il devait juste faire son travail, et repartir, boire un verre de Gin, avant de s’endormir. Comme d’habitude.

Il entra dans la pièce et pointa rapidement son arme sur sa futur victime. Il le vit rester interdit pendant quelques secondes avant de paniquer, comprenant vite la situation sans Adrian n’ait rien à dire. Il ne disait jamais rien. Il ne savait jamais pourquoi il faisait ça. Kazuki Abe vint rapidement à ses pieds pour le supplier de le laisser en vie. Est-ce qu’il croyait vraiment que ça marcherait ? Il resta imperturbable, tous ses sens aux aguets, même s’il n’entendait pas grand-chose à cause de sa cible.

Il aurait peut-être dû le faire taire, finalement…

C’était arrivé rapidement, et la situation avait complètement changé en un battement de cils. Qu’est-ce que cet intrus faisait là ? Pourquoi il n’avait rien entendu ? Aucune sirène, aucun pas lourd ni nombreux, ni précis. Il s’était faufilé dans l’ombre de la nuit. Non, ce n’était pas le problème. Comment est-ce qu’il venait de l’appeler ?

Ethan… Non ?

Cela lui rappelait vaguement quelque chose. Mais impossible de savoir d’où cela venait. Pourquoi lui donnait il ce nom ? Est-ce qu’il l’avait dit au hasard, parce qu’il avait découvert qu’il avait perdu la mémoire ? Impossible. Il lui lança un coup d’oeil, bougeant légèrement la tête, sans faire d’autre mouvement, son arme toujours pointée sur son contrat.
Il vit cet inspecteur, il vit sa main trembler légèrement. Il semblait sincère. Mais c’était impossible. Comment pouvait-il vraiment connaître son véritable prénom alors qu’il l’ignorait lui-même ?
Et pourquoi était-il venu seul ? Est-ce qu’il était vraiment venu seul ? Est-ce qu’ils étaient venus sans faire de bruit pour éviter qu’il n’abatte cet homme trop vite et le reste des policiers étaient dehors à l’attendre ? Qu’est-ce qui était le plus probable ? Rien ne semblait tourner rond. Il n’y avait rien de logique. Absolument rien. Pourquoi ce n’était pas logique ?

Il l’avait appelé Ethan.

Pourquoi il l’avait appelé ainsi ? Est-ce qu’il s’était trompé et s’attendait à quelqu’un d’autre ? Non. Cet inspecteur était sûr qu’il ne s’était pas trompé. Il n’y avait aucune surprise sur son visage. Alors pourquoi ?
Non, ça devait être la dernière chose à laquelle il devait réfléchir. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il pouvait peut-être ouvrir une porte jusqu’ici fermée. Il devait l’ouvrir. Non, il devait la laisser verrouillée.
Est-ce qu’il était en train de paniquer ? Ca faisait longtemps que ça n’était pas arrivé. Mais, il ne savait pas quoi faire. Contrairement à ce policier, il ne tremblait pas. Il était tétanisé. Il était perdu… Ses muscles étaient raides au point qu’il avait l’impression que ses os allaient se briser s’il bougeait le petit doigt. Rien n’était sensé. Il ne pouvait pas le connaître. Il ne pouvait pas être venu seul. Il ne pouvait pas cogner d’un coup à cette porte fermée à clé, comme si de rien n’était.

« Kim Chae Young, fais attention à lui ».

Il se souvint brièvement de cette phrase. On lui avait dit de se méfier, mais personne ne lui avait dit qu’il défiait toute logique. Pourquoi l’avait-il appelé ainsi ? Est-ce qu’il était seul ? La situation lui glissait entre les doigts. Il ne le voulait pas. Il devait reprendre le contrôle.

Comment ?

Il devait réfléchir. Néanmoins le prénom qu’il avait prononcé tournait en rond dans sa tête. D’où est-ce que ça venait ? S’était-il trompé de personne ? Ou peut-être pas ? Ce n’était pas le moment. Il pouvait chercher après, il se l’était déjà dit. Il devait partir. Mais… est-ce qu’il était seul ?

Oui, il l’était. Il le vit sortir son portable, sans doute pour appeler du renfort. C’était le moment de partir. De s’enfuir. Cet idiot était distrait. Il n’y avait que lui sur son chemin. Il baissa son arme, prêt à se jeter sur cet inspecteur. Adrian était bien plus massif que lui. Il savait se battre. Il n’aurait aucun mal à l’avoir.

Pourtant…

Il entendit un bruit le rendant sourd pendant quelques secondes et sentit une douleur fulgurante à la cuisse. Il était blessée. Mais ce n’était pas la première fois, ni la dernière sans doute. Et il était si proche de pouvoir s’enfuir. De pouvoir réfléchir à cette situation complètement surréaliste.

Il réussit à lui asséner un coup de poing violent, et il le vit se reculer de quelques pas. Parfait il semblait suffisamment assommer, il devait vite décamper. Adrian était proche de la sortie, mais il senti sa tête rencontrer violemment la porte, le laissant à moitié étourdit et lui faisant lâcher son arme, avant de se prendre un autre coup à la mâchoire, alors qu’il venait de se retourner.

Le connard. Il lui lança un regard noir, masquant à peine son envie de meurtre. Pourquoi rien ne se passait comme prévu ?

Il lui donna un coup de pied retourné au niveau de l’estomac, avant de s’approcher attrapant la tête de l’inspecteur pour lui faire rencontrer son genou avec force, et il était prêt à le faire une deuxième fois, malheureusement il sentit une souffrance aiguë au niveau de sa blessure le faisant grogner de douleur et il le lâcha se reculant aussitôt. Il aurait dû partir depuis longtemps… mais il ne pourrait pas aller bien loin avec sa blessure et ce flic à ses trousses.

La situation lui échappait de plus en plus…

Adrian devait en finir rapidement. Heureusement qu’il avait une haute tolérance à la douleur, mais il devait éviter d’utiliser ses jambes, sinon ça serait bien trop compliqué par la suite. Même si c’était dans le bas du corps que l’ont avait le plus de force et qu’il se débarrasserait bien plus rapidement de cette sangsue. Il prit une profonde inspiration, avant de se lancer de nouveau contre lui, prenant son bras pour le faire basculer au dessus de lui et de le mettre à terre, néanmoins, cela lui demanda plus de force dans les jambes qu’il ne l’aurait cru, et il vacilla un peu à cause de sa cuisse blessée, pourtant, Kim Chae Young ne semblait pas vouloir abandonner, puisqu’il lui donna un coup de pied violent aux chevilles le faisant tomber par terre lui aussi, et sa tête rencontra le sol d’une manière abrupte le sonnant à moitié, l’autre moitié vint du coup de poing qui arriva juste après.

Putain.

Et il vit une arme. Il ne savait pas laquelle, sa vue était brouillée par la douleur qui l’assaillait de plus en plus. L’adrénaline faisait de moins en moins d’effet. Ce n’était absolument pas le moment. Il devait juste tenir un peu, et il pourrait partir. Il tendit la main rapidement vers le revolver. Trop tard, un coup de pied ou de main – ça avait été tellement rapide qu’il n’avait pas eu le temps de le distinguer – de ce flic et elle était hors de portée. Il sentit son sang se glacer.

Merde.

Il était foutu. Il arrêta de tendre la main, et n’essaya pas de se relever, il n’avait plus de force. Il s’était trop appuyé sur sa blessure. Il transpirait sous l’effort. Même s’il arrivait à s’enfuir maintenant, il ne pourrait pas aller bien loin. La situation lui avait définitivement échappée des mains. Il allait se passer quoi maintenant ? Il serait emprisonné, juger, serait déclaré coupable, et finirait sur la chaise.

Mais, il ne voulait pas mourir.

Pourquoi est-ce qu’il ne lui avait pas tiré dessus ? Parce que ce n’était pas un ordre, alors il n’y avait pas pensé. Et il sentit à quel point il était pathétique, le faisant rire nerveusement pendant quelques secondes. Cependant, il s’arrêta bien vite quand cet inspecteur le retourna sur le ventre. Adrian sentit son menton se cogner contre le sol, les manières inutilement fermes et impérieuses de cet inspecteur et il ne tarda pas à sentir le contact froid du métal autour de ses poignets. Ah, ça serait bien qu’il s’évanouisse pour de bon. Mais ce soir, rien ne se passait comme il le voulait, alors il resta éveillé bien que dans les vapes.

Il attendit un peu, quand sa vue devint moins trouble avant de chercher à se retourner lorsqu’il ne sentit plus le moindre poids sur lui. Et il le vit de dos, au téléphone. Il était fin, bien plus fin que lui. Néanmoins, il l’avait maîtrisé, et réussit à l’arrêter. Il cachait bien sa force. Il l’avait sous-estimé, et il se retrouvait dans cette situation.
Et cet homme l’avait appelé Ethan. Pourquoi ? Il n’était pas sûr de vouloir aller plus loin. Si c’était lui ? Qu’est-ce ce qu’il découvrirait ? La réponse lui faisait peur. Et si ce n’était pas lui ? Rien n’aurait bougé. Non, il ne voulait pas savoir.

Adrian réussit à s’asseoir, appuyant son dos contre le bureau, étendant sa jambe blessée en gémissant légèrement de douleur, et prenant de profondes inspirations, tout en regardant autour de lui. Où était sa cible ? Il n’y avait aucune trace de cet homme sauvé in extremis dans cette pièce. Est-ce qu’il se rendait compte qu’il avait eu une chance folle ? Sans doute que non. Un léger sourire incrédule naquit sur son visage. Il posa l’arrière de sa tête contre le bureau. Il avait vraiment mal, et il avait le goût du fer en bouche. Il ne l’avait vraiment pas loupé. Il espérait qu’il lui avait rendu la politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Et si tout était différent ... ? :: Quelque part ailleurs ... ©-