■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saki Ôsen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saki Ôsen
M • Université - 4ième année
avatar

Messages 80


HnM
Un mot:

MessageSujet: Saki Ôsen   Sam 23 Mai - 0:42


Saki Ôsen

Y'a-t-il quelqu'un quelque part, pour moi ?




■ Fiche d'identité


Âge & date de naissance : 21 ans, née le 20 février 1994
Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Hétéro

Année d'étude : 2ième année - Sciences
Cursus choisi + spécialité : Chimie moléculaire
Groupe : I'm odd
Club(s) : - a venir -


■ Physique


Saki est une fille de petit gabarie. 1m61 pour 49 kilogs, elle a un IMC (indice de masse corporelle), en-dessous de la normale mais ça ne l'inquiète pas. Elle possède un corps d'enfant en tout points (pas de formes généreuses, une peau laiteuse de bébé et de petits pieds). Elle a une peau très pâle parce qu'elle est constamment cachée sous des vêtements généralement trop larges pour elle. Elle ne porte aucune marque de féminité, pas de boucle d'oreille, pas de collier, et encore moins de maquillage. Ses ongles sont rongés et ses cheveux mi-longs, non teints sont coupés par ses soins et sûrement fourchés de part et d'autres.
Seul aspect de sa personnalité qu'elle entretient, sa pilosité (ce n'est pas un ours non plus). Son visage est enfantin et composé de traits arrondis, juché sur un cou plutôt sec masqué par ses cheveux. Ses yeux sont d'un noir de jais, et expriment clairement la profondeur de ses idées. Son nez droit et fin rend ses pommettes saillantes et souligne parfaitement sa bouche discrète aux lèvres rose pâle.

Comme pour accentuer son côté marginal déjà assez frappant, Saki s'habille de façon assez bizarre. En effet, elle va tout faire pour associer des vêtements qui n'ont rien à faire ensemble. C'est ainsi qu'actuellement, elle porte une petite robe en lin, blanche, courte, laissant apparaître ses jambes bien au-dessus du genou et elle y ajoute un sweet en laine, kaki, avec une capuche lourde et disgracieuse. Pour continuer, elle porte des chaussettes montantes noires et des baskets blanches, pas lacées et entretenues rarement. Mains dans les poches, la combinaison est parfaite pour faire un pied de nez à la mode, qui (selon elle) s'est trop étendue dans les rues japonaises.

Bien sûr, elle est consciente qu'elle ne peut s'habiller comme ça qu'hors contexte scolaire. Autrement, elle portera l'uniforme scolaire de la façon la plus banale qu'il soit.



■ Caractère


"Traumatisée" par les horreurs qu'elle a subit dans son enfance, Saki a préféré changer complètement d'attitude pour protéger son petit être des méchancetés des autres. Refusant toute idée de sentiment quel qu’il soit, elle évite le contact avec les autres mais garde néanmoins des réflexes de politesse dû à son éducation. Ainsi, elle n'est pas asociale mais juste renfermée. Elle voue par contre, une profonde aversion pour tout ce qui touche à la mode désormais. N'en gardant qu'un profond mauvais souvenir, elle essaye de se regarder dans le miroir le moins de fois possible, pour éviter de voir ce reflet dont elle a tant honte. N'arrivant pas à tirer un trait sur son passé, et fragilisée psychologiquement, Saki se croit parfois toujours coincée dans les toilettes de son école primaire, et n'arrive pas à tourner la page. Elle préfère également ne plus avoir de liens avec ses parents et ne les voit désormais que très rarement, même s'ils habitent à quelques rues de l'académie. Le seul moment où elle retrouve une personnalité chaleureuse et avenante, c'est en Automne, près de l'arbre duquel elle s'était réfugiée dans son enfance, avec sa robe trempée. Elle associe cet arbre et cette saison à sa libération psychologique, étant persuadée d'avoir été brimée et obligée à être parfaite toute son enfance.
Secrètement, elle espère toujours au fond d'elle, rencontrer des personnes de son âge qui verront au-delà de son apparence et sauront l'apprécier à sa juste valeur.

Saki est une amoureuse de l'Automne. Tous les ans à cette saison, elle devient encore plus étrange. Elle n'hésitera pas à rester des heures devant un arbre aux couleurs saisonnières, rien que pour l'admirer. Elle garde toujours sur elle, une feuille d'érable, couleur bordeaux, séchée et apposée délicatement dans un "agenda", qu'elle porte toujours sur elle et qui contient une photo des moments marquants de sa vie (sa naissance, ses deux parents, son changement d'attitude...)
Côté "Toc", Saki craque ses doigts dès qu'elle est nerveuse ou qu'elle ne se sent pas en sécurité.
Et à cause de son manque d'intérêt social envers les humains, elle rougit très facilement.


■ Histoire


Rencontre inopinée !

Yuri Ôsen et Maï Kabuto se sont simplement connus grâce au Dieu de la mécanique. En effet, en panne au bord d'une route de campagne où le passage de voiture se fait rare, Maï essayait de trouver ce qui pouvait clocher dans cet océan de tuyaux et de ferrailles qu'elle avait trouvé en soulevant le capot. Mais pour un chirurgien dentiste, ce n'était pas une mince affaire ! Désemparée, elle avait vainement tenté d'appeler le dépannage, ou quelqu'un de sa famille mais son portable lui hurlait qu'elle était hors réseau, donc elle n'avait aucun recourt. Ah ! Quelle idée avait-elle eu d'accepter de se déplacer pour une visite à domicile. Plus jamais on ne l'y reprendrait ! Malgré sa rage ce jour là, elle n'aurait jamais imaginé qu'elle rencontrerait l'homme de sa vie, et le père de son enfant : Yuri.
Arrivant tel un héros sur son cheval blanc (un cheval moderne nommé BMW), Mr Ôsen passait par ce chemin pour se rendre dans sa résidence secondaire à la campagne. Quelle ne fut pas sa surprise de voir une jeune femme, en blouse blanche en train de se dépatouiller tant bien que mal d'une voiture fumante. Galant et désireux d'aider son prochain, Yuri se gara sur le bas côté et alla lui porter secours. Même s'il ne put pas résoudre le problème mécanique ce jour là, Maï ne lui en tint pas rigueur. Ils s'étaient trouvés, et c'était ça le principal. Quelques années plus tard, Maï Kabuto devenait Ôsen et c'est au cours d’un mariage parfait à faire pâlir de jalousie Dieu lui-même, qu'elle prononça les mots magiques "Je le veux".

Quand le destin s’en mêle…

Alors que tout devait pouvoir réussir à ce beau petit couple qu'ils étaient, le destin en avait voulu autrement. Maï était stérile. Impossible pour elle de mener à terme tous les projets dont elle avait rêvé. Elle n'aurait pas d'enfant(s). Le ciel s'effondra sur elle, la laissant complètement désespérée et déprimée.
Yuri ne souhaitait pas la voir ainsi se ruiner la vie. Il voulait également avoir un enfant avec sa femme et s'ils ne pouvaient pas en avoir un naturellement, alors ils adopteraient. Et c'est ce qu'ils firent. Ils allèrent dans un orphelinat, beaucoup trop bondé à leur grande déception et eurent un coup de foudre pour une petite fille avec deux couettes et des yeux tendres. Elle avait 1 an et elle s'appelait Saki. Les Ôsen firent alors une demande d'adoption dans les règles et malgré leur bonne situation et leurs capacités financières, la paperasse administrative tarda 1 an. Si bien que lorsqu'ils purent enfin serrer cette enfant si douce et si attendrissante dans leurs bras, Saki avait 2 ans passé de quelques mois.

Mais désormais, cela importait peu.
Une vie pleine de connaissances attendait notre petite Saki, et c'est avec grand plaisir que ses parents adoptifs tentaient jour après jour de les lui enseigner. Apprendre à marcher, apprendre à parler, être attentive, ne pas faire pipi au lit, faire ses nuits, manger toute la nourriture... Pourtant, Saki n'était pas de ces enfants pressés de faire la joie de ses gourous, elle n'essayait pas de se mettre debout toute seule pour aller à l'autre bout de la maison, elle préférait y aller à quatre pattes, usant la robe très chère, faite sur mesure et venant d'un des grands magasins de Paris, qu’ils lui avaient offerte le jour de son adoption, date d’acceptation finale de leur dossier.
Saki n'était pas non plus très loquace, et adorait réveiller ses ‘parents’ dans la nuit pour leur faire changer sa couche... Bref, elle avait plutôt tendance à faire tout l'inverse de ce qu'on attendait d'elle... Mais tout ça changea bien vite lorsqu'elle 'comprit' dans quel monde elle vivait.
Le jour de ses 5 ans, Maï prévint sa fille qu'elle aurait droit à une immense réception en l'honneur de son anniversaire, que de nombreux clients de son papa et de sa maman seraient présents et qu'elle devait être une fille extrêmement bien élevée, si elle voulait toujours être leur fierté. Malgré son jeune âge, Saki comprit tout de suite dans quelle position elle était, et elle fit tout son possible pour devenir une parfaite petite fille modèle. Polie, respectueuse, attentive et sérieuse, elle éclaboussa les invités de chaleur humaine et de discrétion lorsque ce jour arriva. Prenant goût à la noblesse et à l'attitude austère et hautaine qui s'y accordait, Saki ne se rendit pas compte qu'elle devenait une petite bourgeoise égocentrique. Que pouvait-elle devenir d'autre dans une telle famille ?

Le revers de la Médaille

Alors que tout semblait de nouveau aller pour le mieux dans la vie des Ôsen, une autre douleur les frappa. Yuri était atteint d'une maladie consanguine. Rien de vraiment grave puisqu'elle ne l'empêchait pas de vivre mais il devait aller régulièrement à l'hôpital pour renouveler son sang. Les médecins étaient incapables de lui dire s'il tiendrait à ce rythme là toute sa vie. Un jour, cette saloperie aurait raison de lui. Prenant conscience des responsabilités nouvelles qui lui tombaient froidement sur les épaules, Yuri prit la décision de devenir une filiale d'une entreprise plus importante, pour ainsi avoir plus de temps pour lui-même et sa famille et ne pas les laisser sans un sou lorsqu'il quitterait ce monde.
Son entreprise allait être rachetée par un gros ponte américain. Un certain Mr Matthews. D'ailleurs, ils s'étaient déjà rencontrés à plusieurs reprises. Il avait un fils, sûrement futur héritier de cette immense compagnie. Ethan Matthews.

Saki étant âgée d'environ 6 ans, elle ne pouvait pas se rendre compte de tout ce qui tramait autour d'elle et franchement, si elle avait pu, elle n'aurait pas été intéressée plus que ça. Quoiqu'il en soit, elle accompagnait régulièrement son Père sur le site de son Entreprise lorsqu'il venait la chercher après l'école. Elle passait son temps à arpenter les couloirs et à saluer les gens qu'elle rencontrait, s'entraînant pour être encore chaque jour plus parfaite. Mais, elle se heurta à plus fort qu'elle. Ethan. Son premier amour... à sens unique, soit. Il était grand, plus vieux qu'elle, d'un air assez arrogant malgré tout et il n'avait pas l'air de supporter que Saki le suive à chaque fois.
Elle avait tout tenté pour attirer son attention, elle mettait des robes de plus en plus jolies, cherchaient à apprendre des nouveaux mots et insistait pour aller de plus en plus souvent au travail avec son Père dans l'espoir de le voir mais Ethan n'accepta jamais Saki. La seule chose qu'il fit pour elle, ce fut de lui donner du papier et un crayon. Ne parlant pas la même langue, Saki pensait que c'était pour communiquer mais à chaque fois qu'elle avait commencé à dessiner pour se faire comprendre, Ethan était resté impassible, le nez plongé dans un de ses bouquins, se rendant involontairement encore plus craquant aux yeux de Saki. Un soir, lorsqu'elle eut enfin terminé un de ses nombreux dessins qu'elle avait fait pour lui, elle osa le lui apporter, forçant sa timidité naturelle à faire un pas de côté. Elle le déposa près de lui, sans le déranger dans sa lecture et partit presque aussitôt. Ce dessin représentait deux petits bonhommes, Saki et Ethan, sur la Lune. Rêve d'enfant. Elle ne sut jamais ce qu'il fit de ce dessin et le perdit de vue pendant des années.

D'un côté plus "professionnel", Saki n'avait pas particulièrement de capacités spéciales pour réussir dans sa scolarité. Elle obtenait des résultats plutôt satisfaisants malgré son manque certain de travail. Elle était assez fainéante de ce côté là et passait plutôt son temps libre à apprendre de nouvelles façons de parler ou de s'habiller pour plaire à ses parents et à leurs clients. La Maîtresse l'envoyait malgré tout régulièrement au tableau pour l’aider à changer cette attitude, mais Saki en bonne bourgeoise tête de mule qu’elle était, n'était pas intéressée par la connaissance intellectuelle, et n’en faisait qu’à sa tête. Ignorante de la situation actuelle de son Père, elle était persuadée qu'elle aurait un travail plus tard et ne s'en formalisait donc pas.

Pourtant… elle aurait dû prêter un peu plus attention autour d'elle parce que l'année de ses 7 ans, quelque chose cassa.

Elle avait déjà retrouvé des papiers froissés dans son cartable ou même ses chaussures de sport couvertes de boue, mais elle n'avait pas tout de suite fait le lien avec ses camarades de classe... Hélas, lorsqu'elle arriva en classe, un matin, arborant fièrement, une toute nouvelle robe de haute couture, c'en fut une de trop pour ses petits acolytes. Pendant des jours et des jours, les coups bas se firent de plus en plus nombreux ; elle retrouvait ses cahiers lacérés de coups de ciseaux, elle entendaient des railleries à son sujet dans les couloirs devant la classe, mais ce fut le jour où elle fut enfermée dans les toilettes de l'école, qu'elle comprit que se serait la pire journée de sa vie. Elle venait à peine de comprendre qu'elle avait dût faire quelque chose de mal, qu'elle reçut un seau d'eau sur la tête pour ruiner sa coiffure et sa robe si chère à ses yeux...
Libérée quelques heures plus tard par la femme de ménage, Saki quitta l'école en courant ce jour là, dégoulinante d'eau sale et honteuse d'être prise pour cible alors qu'elle valait mieux que ces filles là. Il fallait que ça cesse... mais comment expliquer une chose pareille à ses parents ? Comment leur faire comprendre qu'elle ne faisait pas partie du même monde que ces filles là ? Ils ne la croiraient pas et la sermonneraient comme d'habitude... Prise au piège, Saki préféra opter pour une autre solution... la rébellion intérieure. Et c'est ainsi que la petite bourgeoise laissa place à la déprimée solitaire.


Saki dans toute sa splendeur

Témoins impuissants de son changement radical d'attitude, les parents de Saki employèrent de gros moyens pour tenter de mettre à jour son malaise ; ils firent venir des psychologues de renommée mondiale, ou encore des experts en traduction de rêve mais ce fut des efforts vains. Elle ne lâcha jamais le morceau et sa personnalité empira au fur et à mesure qu'elle grandissait. Troquant les robes en soies contre de vieux jeans rapiécés et optant pour une attitude d'ours mal réveillé lors des réceptions, ses parents eurent tôt fait de la contraindre à rester dans sa chambre lors de ces fameuses fêtes ; ce qui n'était pas pour lui déplaire.
C'est d'ailleurs lors de sa dernière réception en date qu'elle rencontra de nouveau Ethan. Il n'avait pas changé si ce n'est les quelques années qui lui étaient tombées sur la tête. Beau comme un ange, il était habillé proprement et avait fière allure. Totalement fondu dans la masse, et à l'aise parmi la bourgeoisie, il respirait la réussite. D'une certaine façon, Saki l'enviait d'avoir si merveilleusement atteint son but. Elle aurait aimé faire partie de ce cercle si restreint qui siégeait à ses côtés, l'aimait-elle encore depuis 5 ans qu'ils ne s'étaient pas vus ? Peut-être.
Hélas, le 'gentil' américain qui lisait des bouquins avait également développé un côté plus diabolique et comme s'ils s'étaient tous donné le mot depuis la 'battue' de Saki, il profita du changement radical de Saki pour se moquer d'elle et l'humilier en public de façon assez discrète pour que rien ne lui soit reproché. Il lui murmura qu'elle était laide, niaise et ignorante, ne sachant rien du malaise déjà trop présent dans la tête de la jeune fille. Aux sentiments qui s'insurgèrent dans son cœur lors de ces paroles, Saki comprit qu'elle n'avait jamais vraiment oublié le petit Ethan qui avait fait battre son cœur lorsqu'elle était enfant. Et ce fut encore plus dur pour elle d'accepter qu'elle avait pu être aussi naïve.

Malgré la honte et la douleur de ce jour là, Saki ne changea pas. A dire vrai, depuis qu'elle avait décidé de ne plus être "Miss Saki", elle se sentait mieux dans ses baskets, elle voyait le monde d'une autre façon. Elle était tellement à l'aise dans ce vieux jean, et puis ce langage soutenu et rempli d'or qu'elle n'utilisait plus ne lui manquait absolument pas. Bien sûr, elle ne s'était pas fait de nouveaux amis, puisqu'elle donnait l'impression d'être l'incarnation de la déprime à des kilomètres, mais là encore, elle ne s'en formalisait pas. De nouvelles idées germaient dans sa petite tête d'adolescente. Elle passait son temps libre à gribouiller sur son agenda "secret" des mots qui lui passaient par la tête (déception, rancœur, trahison, sadisme, riche, haine, marginale...) qui témoignaient assez bien de son état d'esprit.

Lorsqu'elle ôta ses œillères et qu'elle eut l'âge de voir le monde des propres yeux, Saki comprit vite que son Père était plutôt gravement malade et qu'elle avait raté une bonne partie de leur vie. Ils avaient évité le sujet en sa présence, préférant la laisser à ses propres problèmes, sûrement pour l'aider. Mais Saki prit ça comme un nouveau manque de discernement et elle leur en voulut encore plus de la tenir à l'écart de quelque chose d'aussi important.
Elle ne leur en dit pas un mot mais développa une rancœur certaine envers ses parents adoptifs, sans savoir d'ailleurs qu'ils n'étaient pas ses vrais parents. Saki prit le parti de fuir avant qu'il ne soit trop tard, elle ne voulait pas se détruire encore plus et avait de plus en plus de mal à retenir tout cette rage contenue en elle.
Ainsi, elle chercha des académies qui étaient assez souples au niveau règlement pour accepter quelqu'un comme elle, mais qui possédait également un pensionnat, histoire de ne pas revenir vivre ici tous les soirs et d'être constamment questionnée sur son avenir... Elle devait désormais se mettre à étudier si elle ne voulait pas finir comme secrétaire dans l'usine de son Père, qui serait sûrement dirigée par cet imbécile d'Ethan.
Elle porta son choix sur L'Académie de Chîse, mais elle coûtait très cher. Saki aurait pu être acceptée sans problèmes si elle avait eut des résultats excellents auparavant, mais ce n’était pas le cas. Elle avait besoin d’eux… une dernière fois. C'est pourquoi, avec l'aide d'une formulation des plus ambigües, Saki demanda à ses parents un samedi matin leur autorisation pour faire partie des élèves 'sélectionnés' de cette école.

Elle était fourbe et maligne, elle tentait de leur faire croire qu'elle reprenait goût à la vie en se jetant dans les études, pour attendrir ses parents meurtris d'avoir raté quelque chose dans l'éducation pourtant exemplaire (à leurs yeux) de leur unique enfant chérie. Après avoir étudié la brochure et contacter les dirigeants de l'établissement en question pour de plus amples informations, ils décidèrent d'accepter en étant persuadés que Saki faisait là une bonne action et qu'elle redeviendrait leur petite Miss, à qui tout réussissait si bien.
Et c'est ainsi que Saki entra en première année du lycée Chisê...

- a adapter -


■ Et vous ?


Prénom/Surnom : Bonny
Âge : L'âge qu'il faut bourdail !

Que pensez vous du forum à première vue ? The greatest one of course ! (h)
Qu'avez-vous mangé ce matin ?
Autre : Nada !


_________________
NB : #8E8CAD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 730


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Saki Ôsen   Mer 19 Aoû - 13:04

Bien !

La fiche est très bien dans son ensemble, tu es donc validée :D (quelle surprise!).

Cependant, il serait sûrement graaaand temps de compléter les années manquantes car à la fin de l'histoire, Saki débarque au lycée et il est clair qu'elle n'y est plus aujourd'hui.
Il serait aussi sympathique que tu précises quels clubs elle a choisi.

Je laisse donc ta fiche ici pour le moment, tu n'auras qu'à me prévenir quand elle sera éditée!
Vouala
15

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saki Ôsen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Votre personnage :: Étudiants & Voyage Scolaire (lycée, université) :: Fiches validées (2015/2016) :: Université-
Sauter vers: