Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ? [Feat Ryuunosuke][Terminey]

 :: Lycée :: 1er Étage :: Salle A1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 14 Aoû - 23:38
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Les jours mornes qui s'étaient peu à peu écoulés depuis son arrivée dans cette ville s'étaient vite révélés déroutants, voir angoissants. Cette routine, sans vagues, où il se contentait de garder le nez dans ses cahiers pour rattraper son retard, sacrifiant repas et sommeil, sans parler aux autres, échangeant simplement quelques brefs mots avec le personnel... Il ne venait que rarement aux heures de club, bien qu'il en fasse partit, et s'y rendait surtout quand plus personne n'y traînait. Il avait vraiment la trouille d'échanger avec les autres, de faire des erreurs, et puis même... Il ne pouvait s'en empêcher. Dès qu'il les approchait, bien que ces personnes fussent ses semblables, il se sentait terrorisé. Il ne savait pas interagir, il ne connaissait pas les trois-quart qui semblaient innées aux autres... Il demeurait un éternel handicapé des relations sociales, même si il voulait s'améliorer.
Cet après-midi là, après être resté cloitré en salle de classe, le nez dans un cahier de mathématiques, il croisa un élève, qui semblait de très mauvais poil. Pourquoi donc être de mauvaise humeur aujourd'hui ? Il aperçut alors qu'il traînait un balai. Un balai ? Il avait presque oublié les corvées quotidiennes que faisaient à tour de rôle les élèves. Il l'avait déjà fait une fois depuis son arrivée ici, et il en gardait un souvenir plutôt amer à vrai dire. La fille de sa classe qui était ce soir-là avec lui, l'avait lâchement laissé tomber sous prétexte qu’il n’était pas bavard. Mais il lui semblait évident que ces corvées servaient au ménage, pas à parler. Et Ivy, parler... Disons plutôt que si il pouvait éviter de copiner, c'était mieux pour sa santé mentale. Cela l'angoissait tellement qu'il pouvait en devenir mentalement extrêmement instable. Oui... Ce n'était pas pour rien que Gwenvael mettait parfois des calmants dans sa nourriture. Il savait très bien que son fils adoptif était un brin dépressif.
Il observa en silence l'inconnu lancer rageusement le balai contre le mur, celui-ci provoquant un son quelque peu désagréable dans sa chute, et quitta la pièce en claquant tout aussi violemment la porte. Mais... et les corvées ? Peut-être que cette personne était très malheureuse, et que cela l'empêchait de faire le ménage... Il ne pouvait pas laisser cette salle sale et risquer que quelqu'un de blessé moralement se fasse gronder pour rien ! Il voulait se rendre utile à tout prix ! Et aider les autres !
Il se leva immédiatement, s'empressant de ranger ses affaires -non sans les faire tomber plusieurs fois entre temps, il était trop maladroit-. Puis, déposant son sac à dos sur une étagère au fond de la classe, il trottina jusqu'au balai, qu'il prit au moins le temps de reposer contre le mur, et analysa les tâches à accomplir. Il fallait laver le tableau, les tables, balayer le sol, ranger les livres au fond de la classe etc. C'était plutôt facile en fait. Et puis, il préférait faire le ménage à discuter avec quelqu'un. Il s'empara donc du balai, et commença à faire des petits tas de poussières devant le tableau, prenant grand soin à ne rien laisser traîner (maniaque sur les bords ? peut-être...).
Ainsi, il en oublia presque que les corvées se faisaient à plusieurs. Et que, fatalement, il y avait toujours une autre personne pour faire le ménage. Quoi ? C'était un détail qu'il n'aurait pas dut omettre ? Qu'en avait il à faire ? La seule chose qui l'inquiétait, c'était de voir que le ménage ne serait pas fait sans lui pour le moment. Il devait aider cette personne qui était partie sans rien faire et tout nettoyer ! Et ce, qu'importe le prix ou les obstacles sur son chemin ! Comme ça, Gwenvael serait fier de lui (et peut être qu'il arrêterait de le poursuivre partout au point qu'il soit contraint de se planquer dans les placards)... Il deviendrait une personne bien... Une personne normale...
C'est donc ainsi que, quelques minutes après, quand la porte s'ouvrit, il paniqua. Qui ? Quoi ? Comment ? L'autre type chargé des corvées ? Il n'eut pas le temps de se poser plus de questions, le cœur battant à tout rompre, saisit par la panique, reculant tout en brandissant le balai comme une arme. Balai qui à peine la personne apparue derrière la porte, rencontra malheureusement sa figure.
Moralité : même les gamins d'un mètre cinquante deux avec une tête de bébé qui semblent inoffensif peuvent vous assommer malencontreusement avec un balai.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû - 16:34
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?
Feat Ivy Engel
Cela ne faisait que peu de temps que j’étais à l’académie. Néanmoins, je n’étais pas étranger aux cours et à la vie d’étudiant. Du coup, je savais que, à tour de rôle, nous devions nettoyer la salle de classe. La seule chose avec laquelle je n’étais que peu familiarisé c’était le planning. Du coup, lorsque je partis pour le dortoir en fin de journée, je fus hélé par un professeur qui me fit la remarque que la classe n’allait pas se nettoyer seule et qu’il était hors de question que je laisse mon camarade s’en occuper seul. Je m’excusai donc platement avant de lui demander quelques détails sur le rangement du matériel et qui était mon « partenaire » (Dieu que je haïssais ce mot maintenant !). On me répondit alors simplement que, très certainement, tout avait déjà été commencé et que je n’avais plus qu’à aller dans la salle A1. Je remerciai mon interlocuteur avant de retourner sur mes pas en soupirant doucement.

En chemin, je croisai un gars qui avait l’air de mauvais poil. Lui aussi avait quelques soucis avec l’autorité de l’école ou une rencontre qui s’était mal passée. A vrai dire, tout cela ne me concernait pas et comme il ne s’arrêta pas quand il me bouscula, je ne cherchais pas plus loin. Peut-être aurais-je dû ?
En arrivant dans la classe, je vis un garçon de petite taille, les cheveux très clairs et je pus apercevoir que la couleur de ses yeux était bleue alors qu’il se retournait, m’assénant un coup de balai. Parce que, oui, il était en train de nettoyer la classe. Alors, avant que je ne fus attaqué, je m’étais demandé s’il était la personne avec qui je devais nettoyer.

Une main sur la zone endolorie de la tête, proche de mon œil bandé, je retins des gémissements et grommellements de douleur en coupant ma respiration. Mon œil unique fermé, je me remis droit en relâchant la pression doucement comme pour me forcer au calme, me répétant que tout allait bien, que je n’étais pas attaqué par un mafieux. Alors, ouvrant la paupière, je regardai le garçon qui me faisait face et je lui dis calmement en arborant un sourire avenant :

- Tout va bien, je vais bien et je ne vais pas te manger. Je viens pour nettoyer la salle : il paraît que c’est mon tour aujourd’hui.

Avant de faire un autre geste, j’attendis qu’il baisse son arme improvisée. Et, quand ce fut fait, je posai mon sac et allait prendre la pelle et la balayette en faisant attention de ne pas défaire le travail accompli. Lorsque j’eue mes outils, je me mis à ramasser les tas de poussière que je mis dans la poubelle en faisant gaffe de la faire voler le moins possible.
(c) Ryuu

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû - 21:15
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Il ne réalisa que bien trop tard qu'il avait encore cédé à une pulsion stupide. Attaquer quelqu'un avec un balai...! Encore heureux que cela ne fusse pas un adulte, à entrer ! Quoi que... Pour Ivy, ce n'était guère pire, que de faire face à un autre adolescent. Les deux impliquaient de discuter, non ? Et il devrait surtout s'excuser... Sauf si l'autre finissait par terre assommé, et dans ce cas, il aurait réagit de manière tout à fait logique : il aurait filé des baffes à l'inconnu jusqu'à ce qu'il présente des signes de vie. Quoi ? C'est pas ce qu'on fait quand quelqu'un s'évanouit habituellement ? Il fallait l'expliquer avant !
Il se retrouva bien embrassé... Il venait un peu d'agresser quelqu'un qui n'avait rien demandé... Est-ce que l'autre allait le frapper en retour ? Cette perspective, celle qui lui semblait évidente, l'effrayait un peu. C'était normal, il n'avait pas spécialement envie de subir des coups... Mais ne le méritait il pas ? Il avait frappé quelqu'un... Dans cette école en plus... Est-ce qu'il allait se faire virer ? Est-ce qu'on allait le gronder ? Gwenvael allait être en colère . Déçu ? Il était tant rongé par la culpabilité qu'il en avait presque envie de pleurer.
Il observa son interlocuteur masser la zone touchée, semblant coincer le son de sa douleur, légèrement baissé, comme si il voulait étouffer l'abominable sensation d'avoir une cloche dans la tête. Et juste à cause de ça, le petit décoloré en était affreusement peiné. Mais ce n'était pas tout, parce qu'il avait frappé près de l’œil du jeune homme face à lui... Et il portait un bandage à cet œil... Il était déjà blessé ? Comment ? C'était pas sa faute cette fois, hein ?
Mettant fin à ce profond malaise silencieux, le garçon en face de lui rouvrit son œil valide après s'être redressé -bien que semblant sonné, et c'était compréhensible-, et esquissa un sourire. Pourquoi il souriait ? Il venait de se faire frapper ! C'était n'importe quoi ! Il n'avait pas à sourire !

- Tout va bien, je vais bien et je ne vais pas te manger. Je viens pour nettoyer la salle : il paraît que c’est mon tour aujourd’hui.

Il baissa son arme improvisé, ne sachant pas trop comment réagir. Il ne savait pas si il était gêné, inquiet, ou en colère. Pourquoi en colère ? A vrai dire, Ivy avait toujours eu l'habitude de se faire frapper ou crier dessus dès qu'il faisait quelque chose de mal, alors une telle réaction... Il avait l'impression que ce n'était pas sincère, que cette personne n’allait vraiment pas bien. Mais... Il venait simplement nettoyer... Il ne lui en voulait pas ? Il n'avait rien de méchant à dire ? Rien...? Rien du tout...?
Il l'observa s'emparer de la pelle et de la balayette, alors dans le fond de la salle, allant ensuite récupérer les tas de poussière au sol. A vrai dire, le garçon ne savait pas quoi penser... C'était trop inhabituel, il se sentait perdu. Et voilà... Encore un mur. Il ne faisait que des erreurs, et ce qui en découlait l'empêchait d'avancer... Il ne pouvait pas devenir un garçon normal... Il ne pouvait pas devenir la personne que Gwenvael aurait voulu qu'il soit...
Il serra plus fort le manche du balai, se tournant vers l'autre lycéen, occupé à ramasser les tas de poussière. Est-ce que cette personne était ce qu'on appelait un hypocrite ? Il ne parlait pas franchement ? Quoi qu'il en soit, il se sentait toujours gêné, coupable. C'est pour cela que l’appréhension l'avait fait serrer ses mains si fort sur le manche du balai, que les articulation de ses phalanges étaient devenues plus blanches qu'elles ne l'étaient déjà.

- D-Désolé !

Puis, il jeta un regard au balai. C'était avec ce balai qu'il avait frappé sur ce jeune homme... C'était une arme... Si il restait encore agrippé à ce truc, il risquait d'encore blesser quelqu'un, non ? Ne serait-il pas mieux de le lâcher maintenant, de plus y toucher, et d'aller faire autre chose ? Mais quoi ? Le tableau ! Effacer le tableau ! Et le laver après ! Oublier... Surtout oublier ce balai... C'était vital. Il devait oublier l'existence de cet objet, ne plus y toucher. Plus de catastrophes, plus de catastrophes... Et il se le répétait ainsi comme un mantra, comme si il était persuadé que cela affecterait sa nature de catastrophe ambulante.
Il lâcha nerveusement le balai, se jetant sur le tableau en attrapant la brosse, sans même voir que le balai venait de tomber près de Ryuu, le ratant à nouveau d'un cheveux, comme si cet objet était possédé par l'envie irrésistible de tuer le pauvre lycéen au cache-oeil... Ou alors, comme si Ivy avait envie inconsciemment d'assassiner un inconnu... Ce qui n'était pas le cas, c'était juste un malheureux hasard. Un stupide hasard. Pauvre Ryuu...
Il commença donc à effacer le tableau, en pleine situation de panique intérieur, priant intérieurement pour qu'on l'oublie à jamais. Si il avait pu, il aurait choisit de pouvoir disparaître quand il le voulait... Il voulait juste aider... Il ne voulait pas faire de mal aux autres... Et pourtant, il venait par deux fois -même si pour la deuxième il n'était pas au courant- de porter atteinte à la vie de quelqu'un qu'il ne connaissait même pas. Décidément, il s'agissait bien là d'une catastrophe ambulante...
Il leva les yeux vers le haut du tableau, en maudissant ensuite intérieurement les concepteurs. Quelle idée que de faire quelque chose d'aussi grand... Ne pensaient ils jamais aux nains d'un mètre cinquante deux comme lui ?! Et dans cette situation... Il devait se débrouiller... Il ne devait pas avouer qu'il était petit... Il n'était pas petit d'abord, c'était les autres qui étaient trop grands... Il se mit donc sur la pointe des pieds, sautillant comme un imbécile pour tenter d'effacer le haut du tableau, priant pour que l'autre décide définitivement d’oublier son existence. Qu'est ce qu'il se sentait mal... Pourquoi devait il toujours blesser les autres quand il voulait les aider...? Tout ça, c'était de sa faute. C'était de sa faute. Comme toujours. Et cette douleur qui lui tordait les entrailles, il savait très bien comment cela allait se finir... Il allait craquer, d'une manière ou d'une autre, et évidemment, il allait se venger sur lui-même... Parce qu'il ne pouvait décidément pas blesser intentionnellement les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Aoû - 0:29
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?
Feat Ivy Engel
Le garçon était resté silencieux face à ma prise de parole. Même s’il s’était un peu détendu, baissant ainsi son « arme », il semblait attendre quelque chose. Peut-être même une autre réaction venant de ma part ? Je n’en savais rien et ne pouvais malheureusement pas lire dans son esprit pour le deviner. Tient, ce pouvoir pourrait être très utile si bien maîtrisé. Enfin, ce n’était qu’une chimère à laquelle nous n’aurions jamais le droit dans ce monde. Puis, de toute façon, comment réagiraient nos paires en découvrant nos facultés ? Voyant comment j’étais exploité, je n’envisageais aucune bonne réaction face à tout cela.

Tout en réfléchissant à tout cela, je nettoyais les tas de poussières avec précaution. Ni trop maladroit, ni trop adroit, sauf avec une faux, ce que je n’avais pas de toute façon (fort heureusement), je préférais trop faire attention que faire une gaffe. Je ne connaissais pas le garçon derrière moi, et bien qu’il m’ait semblé qu’il soit plutôt timide et craintif, je ne le connaissais pas assez pour savoir comment il réagirait si je venais à défaire son boulot.
En allant jusqu’à la poubelle, je jetai un œil à mon camarade. Ce dernier semblait tendu comme la corde d’un arc, serrant le balai dans ses mains. C’était moi ou ses jointures en étaient blanchies ?

- D-Désolé !

- T’en fais pas pour ça, y’a pas de mal, lui répondis-je simplement en faisant doucement glisser la poussière dans le récipient devant moi.

Pendant un instant, mon interlocuteur sembla comme perdu. Etait-ce moi ou… ? Il ne fallut pas longtemps pour que je devine qu’en réalité il peinait à se remettre qu’il m’avait tapé avec le balai à sa façon de le lâcher pour se diriger vers le tableau à nettoyer. Mais, alors qu’il était à mi-chemin et que je m’apprêtais à me lever pour ranger mon matériel, je sentis quelque chose me frôler avant de taper le sol dans un bruit sec et retentissant. En regardant du côté où s’était tombé, je vis le balai qui avait encore une fois tenté de m’assassiner. Je savais bien que le jeune homme était assez stressé pour être assez maladroit et si on comptait sa précipitation, je pus clairement deviner qu’à son départ l’outil de nettoyage était bancal. Je rejetai donc sur le compte de pas de chance et imaginai que le balai avait une volonté propre qui m’en voulait de ne pas avoir voulu nettoyer la salle de classe. L’image que j’eue alors me fit pouffer d’amusement alors que j’étais accroupi. C’était comme si je décompressais de façon totalement involontaire. Cela faisait si longtemps que j’eue un peu de mal à me remettre. Ce fut d’ailleurs des bruits sourd derrière moi qui m’arrêtèrent. En me levant, je me tournai pour voir de quoi il s’agissait. En fait, le garçon était en train de sauter pour tenter d’atteindre les écritures haut placées. Je posai donc la pelle et la balayette pour m’avancer et m’emparer d’une brosse. J’allais ensuite chercher une des équerres pour tableau et les scotchai ensemble pour les lui tendre en souriant :

- Tiens, ça serait peut-être plus facile. T’inquiètes pas pour le scotch, je l’enlèverais après.

J’attendis qu’il prenne le nouvel outil avant de partir sans attendre ses remerciements. Je pris alors le balai, la pelle et la balayette et regardai si tout était OK avant d’aller les ranger dans leur box au fond de la salle, jusqu’à me rendre compte qu’il y en avait déjà. C’était quoi ce bins ?
(c) Ryuu

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Aoû - 21:50
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Après tout, c'était évident pour lui : on ne pouvait pas ressortir d'une erreur sans casse. C'était même anormal si ce n'était pas le cas. Et à vrai dire, Ivy était le genre de garçon a avoir peur des comportements bienveillants... Cela couvrait toujours quelque chose de mauvais, ce n'était qu'un moyen de faire plus mal, et il ne comprenait le principe d'être naturellement sympathique. Il ne saisissait tout simplement comment certaines personnes pouvaient faire preuve de compassion envers leurs homologues. Alors qu'il était crispé sur le balai, il entendit donc Ryuunosuke reprendre la parole.

- T’en fais pas pour ça, y’a pas de mal.

Ne pas s'en faire ? Bien sûr qu'il s'en faisait ! C'était même peu dire que ça le perturbait. Il ne comprenait rien, et il se sentait étrangement mal. Il était juste perdu. Et un gamin perdu, cela ne pouvait que s'inquiéter. Il passa donc un bon moment à s'interroger, toujours extrêmement perturbé avant de se jeter sur la brosse et à nouveau faire face à son problème de taille.
Il entendit alors Ryuunosuke pouffer derrière, ce qu'il interpréta évidemment mal. Et si il se moquait de lui ? Il devait vraiment avoir l'air ridicule... Et puis... De toute manière, il savait qu'il ne ressemblait pas à grand chose... Il était si petit et frêle... Comment voulait il être prit au sérieux avec ça ? Pourquoi les autres étaient aussi grands et pas lui ? Il avait vraiment peur qu'on le trouve ridicule, qu'on se moque encore. Ne pouvait il pas progresser ? Gwenvael allait être déçu, si il n'arrivait même pas à ne pas avoir l'air débile... Peut-être qu'il serait même en colère... Et rien que d'y penser, il s'en voulait toujours plus, se sentait encore plus mal.
Il sursauta légèrement, surpris par la comportement de son collègue de corvée quand celui-ci se ramena avec un étrange montage... Il avait scotché ensembles une équerre et une brosse, et les lui tendait maintenant en souriant. A quoi cela pouvait il bien servir ? Pourquoi il lui tendait cela ? Est-ce qu'il se moquait de lui ?

- Tiens, ça serait peut-être plus facile. T’inquiètes pas pour le scotch, je l’enlèverais après.

C'était... pour effacer le tableau...? Il ne savait pas vraiment comment se sentir maintenant, parce que plus la situation avançait, moins il comprenait. Pourquoi ce jeune garçon agissait ainsi ? Pourquoi cherchait il à l'aider ? C'était stupide... Il l'avait frappé avec un balai... Et en plus, il était juste un boulet... Et pourquoi l'aider lui ? Parce qu'il avait pitié de son incapacité à effacer un tableau ?
Il resta donc muet, l'autre ayant de toute évidence détourné son attention de lui. Tant mieux... Il ne voulait pas plus de discussion, c'était déjà bien trop perturbant... Il devait juste faire le ménage, et après, il pourrait fuir cette situation. En quatrième vitesse. S'éloigner le plus loin possible, et ne pas regarder en arrière. Fuir la discussion, là était le secret de survie dans le but de ne pas ruiner sa vie au lycée, et celle de Gwenvael en parallèle. C'est pour cette raison qu'il s'affaira à terminer d'effacer le tableau avec ce qu'on lui avait prêté, essayant d'évacuer son malaise.
Quand il eut achevé sa tâche, il se tourna à nouveau vers Ryuunosuke, qui était coincé dans le fond de la classe, immobile. Évidemment, le décoloré ne comprit pas pourquoi au début, s'approchant juste avec curiosité pour savoir ce qui le poussait à rester ainsi sur place sans rien faire. Puis, il comprit le soucie : il y avait le matériel en double. Normal, c'était le type de tout à l'heure qui avait tout amené, avant de repartir. D'ailleurs, où avait il trouvé ça ?

- En fait, ce n'est pas le matériel de cette salle... C'est un lycéen tout à l'heure, qui a déposé le matériel de ménage et est reparti. Il avait l'air très affecté, il a dut lui arriver quelque chose de mal... Je n'ai pas eu le temps de lui demander où il avait trouvé ça, désolé. déclara le plus naturellement du monde l'adolescent, sur un ton affreusement monotone.

Cela devait être perturbant pour son aîné, en effet... Lui, il n'était pas au courant de la situation. Bon, au moins, il était au courant maintenant. Le décoloré s'interrogea alors sur l'étrange assemblage fait par Ryuunosuke. Qu'en faire maintenant ? A vrai dire, il doutait fort qu'il fallait le laisser comme ça, et il avait dit qu'il enlèverait le scotch après... Il se demandait si il devait lui dire ou pas ? Ou enlever le scotch lui-même, ce serait plus rapide...
Il retourna donc au tableau pour enlever le scotch, se demandant ensuite que faire de tout ce matériel. Il reposa juste la brosse avec l'autre brosse, cherchant où pouvait donc se mettre l'équerre. Il se tourna donc à nouveau vers Ryuunosuke, qu'il avait momentanément complètement délaissé.

- Où faut il mettre l'équerre ?

Il craignait d'avoir un comportement un peu déplacé, mais il n'en faisait pas exprès. Le coup de balai, le semi-meurtre involontaire, la situation gênante au tableau, et ce rejet violent en repartant après une explication comme si il n'en avait rien à faire juste pour ranger une brosse et une équerre... Non, il n'en faisait vraiment pas exprès. Disons qu'il essayait d'agir convenablement, mais que ses talents de socialisation étaient très limitées... Un peu trop limitées...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Aoû - 15:54
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?
Feat Ivy Engel
Sans prêter la moindre attention au garçon derrière moi, je me mis à réfléchir pour me rappeler ce que le professeur m’avait dit à propos du matériel de nettoyage. Malheureusement, cela ne me fut pas utile du tout à part pour un point que j’aurais facilement deviné seul : ça ne venait pas de cette salle. Me grattant la tête, je réfléchis à un moyen de ranger tout ça sans avoir à chercher sa véritable place. C’est alors que j’entendis une voix encore peu entendue qui m’expliqua ce qu’il savait de la situation :

- En fait, ce n'est pas le matériel de cette salle... C'est un lycéen tout à l'heure, qui a déposé le matériel de ménage et est reparti. Il avait l'air très affecté, il a dû lui arriver quelque chose de mal... Je n'ai pas eu le temps de lui demander où il avait trouvé ça, désolé.

- T’en fait pas. Regarde, fis-je en alliant les gestes à la parole, on n’a qu’à les ranger ici. Comme ça ni vu, ni connu et nous on gagne du temps.

Concernant l’initiateur de tout ce bordel, si c’était celui que j’avais croisé dans les étages, il allait très bien. Je n’eue cependant pas le temps d’en faire part puisque j’eue le droit à une toute autre question :

- Où faut-il mettre l'équerre ?

- Personnellement, je l’ai prise sur le mur à côté du tableau. Il y a une sorte de clou pour l’accrocher.

Je le laissai cependant le faire : c’était largement faisable avec sa taille et s’il m’avait demandé c’était sans aucun doute parce qu’il voulait se débrouiller seul. D’ailleurs, j’avais remarqué son ton froid et distant qu’il avait adopté lors de ces dernières prises de parole. Cela me faisait penser à moi dans mes souvenirs flous de quand je travaillais pour la mafia. C’est ce qui me fit penser que ce n’était pas une bonne chose. Néanmoins, je ne voyais pas l’intérêt de l’obliger à le secouer. Pas maintenant en tous cas : je ne le connaissais pas et il ne semblait pas vouloir se lier. Qui étais-je pour l’y obliger ? Moi-même je ne voulais pas vraiment me mêler aux autres pour des raisons personnelles dont je ne parlerais pas comme ça.
Tout en réfléchissant, une fois que j’eue terminé de ranger le matériel, je me dirigeai vers le tableau et pris les brosses pour les taper l’une contre l’autre afin de les dépoussiérer. Je le faisais dehors, bien entendu. Il manquerait plus que je mette de la poussière sur le sol que nous venions de nettoyer !
(c) Ryuu

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Aoû - 23:44
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Il se demandait comment pouvaient faire les gens, pour parler plus... normalement ? Était-ce parce qu'ils étaient habitués à parler depuis l'enfance, ou était il vraiment anormal ? Peut-être bien qu'au fond, qu'importe ses efforts, il demeurerait toujours un problème, un poids, qui fait tout n'importe comment, et n'écoute qu'à peine les autres. Parce que oui, la réponse de Ryuunosuke, il l'avait complètement zappé, comme une émission qu'on ne voudrait pas voir, et qu'on chasserait de l'écran en appuyant seulement sur un bouton. Il était peut être trop stressé par la situation pour correctement la gérer... Après tout, il ne fallait pas non plus lui demander la lune : Ivy n'était entré dans la vie "normale", que depuis quelques mois... Le quotidien qu'il avait mené avant n'avait rien eu d'un climat propice à un développement intellectuel et émotionnel viable.
Après qu'il ait posé la question pour l'équerre, il pensa l'espace de quelques secondes qu'il devait probablement être lourd, à demander des choses... Parce qu'il fallait l'assister, comme un gosse fragile, un incapable. Et Dieu sait que malgré ses divers traumatismes et sa santé, il voulait passer outre ce statut, et servir à quelque chose. Il devait servir à quelqu'un... Devenir un garçon normal pour Gwenvael au moins... Un bon élève, juste pour qu'il soit fier, et qu'il puisse avoir la paix, ne plus songer qu'il héberge un idiot... Qu'est ce que son responsable légal pouvait penser de lui véritablement ? Rien ne lui certifiait qu'il n'en avait pas honte, qu'il ne voulait pas s'en débarrasser... Cette affection qu'il tentait de montrer, en réalité, c'était peut être pour juste lui faire comprendre qu'il n'irait jamais quelque part, et qu'il échouerait jusqu'au bout. Peut être...

- Personnellement, je l’ai prise sur le mur à côté du tableau. Il y a une sorte de clou pour l’accrocher.

Il hocha simplement la tête, ne sachant pas trop si des remerciements seraient corrects, et chercha le clou en question. Il le décela rapidement, allant donc y coincer à nouveau l’équerre. Il se demandait si cette personne allait lui en vouloir... Il espérait vraiment qu'il n'était pas le genre de garçon à avoir pleins d'amis à lancer à ses trousses pour se venger... Il ne voulait pas être à nouveau harcelé, et humilié comme autrefois. Pas question. Il ne causerait que des ennuis en plus à Gwenvael...
Il se tourna à nouveau vers Ryuunosuke, qui était à la fenêtre en trin de taper les brosses. Curieux, il s'approcha donc en silence, se penchant à son tour à la fenêtre pour regarder la poussière tomber tandis que l'autre lycéen les entrechoquaient l'une contre l'autre. Cela n'avait certainement rien d'intéressant normalement, mais Ivy trouva un certain intérêt en cet amas de poussières tombantes. Cela ressemblait à des espèces de flocons miniature, ou alors, juste à de petites étoiles blanches... Et il se pencha donc un peu plus, guère inquiété à l'idée de tomber. De toute manière, ils étaient au premier étage, et si l'autre garçon avait voulut le pousser pour qu'il crève quelques mètres plus bas, il l'aurait déjà fait. Donc peu importe. Et il y avait du vent, une brise légère, et l'adolescent appréciait beaucoup cela. C'était apaisant... C'était doux... C'était vraiment agréable, comme moment... Juste regarder de la poussière de craie tomber, s'évaporer avec la brise...

- C'est triste quand même... Au début, c'était un bâton de craie, et maintenant, toutes les petites poussières qui le constituaient sont séparées... Elles doivent se sentir seules...

Quoi ? C'était stupide ? Mais cela venait d'Ivy voyons ! Quel autre imbécile dramatiserait sur de la poussière de craie ? Peut être bien qu'il était trop empathique avec tout et n'importe quoi... Ce gamin avait décidément de l'empathie pour tout, sauf lui-même. Il fallait croire qu'il avait vraiment une dent contre sa personne. Non, en fait, il se haïssait, ce n'était pas compliqué. Alors évidemment qu'il se sentait plus malheureux pour se la poussière de craie plutôt que lui-même... Même si là, tout ce qu'il avait à déplorer, c'était d'avoir des remarques débiles, et d'être probablement un assassin en devenir à cause d'un coup de balai. Mais comme on dit "Le génie à plusieurs visage".

Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Aoû - 17:34
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?
Feat Ivy Engel
Comme souvent depuis que nous avions commencé notre travail, le jeune homme à mes côtés ne me répondit pas et laissa le silence se faire ressentir. A chaque fois, je me demandais si je n’en étais pas la cause puisque cela suivait constamment mes réponses et mes réactions. Je me mis donc à chercher une solution pour mieux briser la glace tout en m’occupant des brosses. Pensif, je n’entendis pas que mon partenaire s’approcha pour regarder le « spectacle ». Il fit même un commentaire assez étrange au premier abord à ce propos :

- C'est triste quand même... Au début, c'était un bâton de craie, et maintenant, toutes les petites poussières qui le constituaient sont séparées... Elles doivent se sentir seules...

- Ça dépend de la vision des choses, répondis-je en terminant mon travail après un temps de pause. Avant d’être un bâtonnet de craie à la merci des humains, c’était des pierres naturelles, non ? Alors, cette poussière n’est-elle pas plutôt heureuse d’être à nouveau libre au lieu de se retrouver dans la poubelle ?

D’un certain côté, ne devrais-je pas prendre cette question pour moi-même ? Après tout, au lieu d’être enfermé dans mon rôle d’exterminateur sans rien pouvoir faire d’autre, on me permettait d’aller à l’école, de sociabiliser… à quelques conditions. Alors, ne voulais-je pas un peu trop au fond ? Après tout, j’avais une certaine liberté quand on y regardait bien. Seule la peut m’empêchait d’en profiter pleinement : qu’est-ce qui me disait que je n’allais pas être amené à tuer une des personnes que j’allais rencontrer, que j’allais apprécier au point de rire avec ?

Lorsque j’eue posé les brosses à leur place, je pris une décision que je regretterais certainement. Mais, au moins, j’aurais tenté quelque chose : je ne savais pas le passé du garçon qui m’accompagnait, ni ce à quoi il pouvait bien penser, mais il fallait qu’il positive un peu. Du coup, pensant que la salle était plutôt bien nettoyée, même si c’était loin d’être parfait, j’appelai le p’tit gars pour attirer son attention pour pouvoir le prendre sur mon épaule tel un sac à patates. Bien entendu, il se débattit par peur, mais je n’en tins pas compte pour pouvoir prendre nos sacs et l’emmener sur le toit en trottinant. Quand on croisa quelques personnes, je leur servis rapidement une excuse que j’espérais crédible, surtout que je ne mentais pas totalement :

- Il a besoin de prendre l’air, mais il est trop têtu pour le faire seul. Du coup je l’aide.

Puis, quand nous fûmes arrivés sur le toit, je le posai avec délicatesse avant de mettre nos sacs près de la porte et m’avancer en m’étirant. Enfin cette journée touchait à sa fin ! Puis, après un instant à regarder les alentours, je lui fis une remarque :

- Tu sais, tu plaignais la poussière qui devait se sentir seule parce que le grain était séparé des autres, mais n’est-ce pas applicable à nous aussi ? Nous sommes seuls, séparés de nos semblables et nous nous déchirons souvent pour des conneries. Pourtant, à nous tous, nous formons un tout qu’on appelle l’humanité. Alors… est-ce si triste que ça ?
(c) Ryuu

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Aoû - 23:08
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Il continuait donc d'observer la poussière tomber, à nouveau silencieux. Toute façon, les gens disaient souvent qu'on naissait poussière et retombait poussière... C'était un peu "le cycle de la vie". Mais pourquoi ces poussières devaient être dispersées ? C'était bien trop triste... Si elles étaient ensembles, cela aurait été mieux. Elles seraient restées accrochées dans le vent, sans jamais se séparer... Il se demandait si les gens c'était pareils, si ils se dispersaient aussi un moindre coup de vent. Peut être bien que les humains étaient tous des traîtres. C'était plus ou moins ce que pensait Ivy. Il avait déjà trop souffert des mauvaises faces de l'humanité, si bien qu'il peinait encore à croire en elle. Pourtant, il ne savait pas trop si cela allait le rendre misanthrope, mais qu'après tout, il voulait servir à quelque chose, rendre service aux autres. Et cela impliquait d'être en contact un minimum...

- Ça dépend de la vision des choses. Avant d’être un bâtonnet de craie à la merci des humains, c’était des pierres naturelles, non ? Alors, cette poussière n’est-elle pas plutôt heureuse d’être à nouveau libre au lieu de se retrouver dans la poubelle ?

Ainsi répondit l'autre lycéen, après s'être occupé des brosses. Bien sûr que c'était mieux que de finir à la poubelle, mais cela ne changeait rien au fait que ces poussières soient toutes dispersées... Comment pourraient être se retrouver ? Où pourraient elles rentrer ? Rien ne les attendait, sinon la solitude... C'était si triste, de finir ainsi... Mais les fins, c'étaient toujours tristes, injustes, d'une certaine façon... Et même si on ne les aimait pas, on ne pouvait pas les changer... En fait, le destin, ça ne se changeait pas. Même dans les livres. Alors si ils étaient tous condamnés à faire comme ces poussières, le petit décoloré craignait vraiment le dénouement... Il savait que sa santé ne lui permettrait pas de vivre bien vieux, et il avait peur que tout arrive trop vite, de se faire jeter à nouveau. Même si il avait fait en sorte de ne pas se lier à Gwenvael, il serait triste de le voir le rejeter, certainement... Il ne savait pas encore grand chose de lui après tout...
Il se releva quand on l'interpella, intrigué. Qu'est ce que l'autre pourrait bien lui dire. Ils avaient terminé, non ? Alors il n'avait qu'à partir, n'est ce pas ? Il devait juste prendre son sac, et lui laisser la paix. Il lui avait tapé dessus avec un balai, aucune chance que le type soit assez débile pour sociabiliser avec lui. Mais alors pourquoi il approchait là ? Il était idiot ? Il revoulait un coup de balai ? Visiblement, ce n'était pas qu'un coup de balai qu'il voulait, puisque l'autre l'attrapa comme un vulgaire chaton, avant de le balancer sur son épaule. Qu'est ce qu'il fichait ? Eh ! Il n'était pas un sac à patates non plus ! Il se débattit donc, tentant de se défaire de l'emprise de Ryuunosuke, qui avait aussi pris leurs sacs avant de quitter la salle. Mais qu'est ce qu'il fabriquait lui ? En plus, il y avait des gens dans les couloirs ! Pour quoi ils allaient passer ?

- Il a besoin de prendre l’air, mais il est trop têtu pour le faire seul. Du coup je l’aide.

Il pouvait pas trouver pire excuse et dire qu'il faisait des exercices de musculation aussi ? Il croyait vraiment que les gens le prenaient au sérieux ? Et il voulait vraiment qu'ils interviennent pour que l'autre arrête d'ainsi le transporter. Il n'aimait vraiment pas ça. Non, pire : il avait peur. Il n'aimait pas ne pas pouvoir s'enfuir, il avait la trouille. Il avait envie de demander à Ryuunosuke de le déposer, mais il était incapable de parler, l'angoisse lui tordait les entrailles, et sa seule obsession était de s'échapper. Si il bougeait trop, il risquait de tomber en avant ou en arrière, or, il était bien mieux qu'il tombe sur le côté, pour rouler, et s'enfuir ensuite... Mais l'emprise de l'autre lycéen était vraiment trop puissante. Bon sang, d'où il tirait cette force lui ? C'était certainement pas un gringalet comme Ivy qui ferait le poids... Lui, il n'avait que la vitesse et l'agilité pour lui, la force, c'était à revoir... Et qu'est ce que lui voulait l'autre exactement ? Se venger pour les coups de balai ? Mais qu'est ce qu'il allait lui faire ? Est ce qu'il avait une bande de copain à l'attendre dehors, près à le frapper ? Il s'aperçut ensuite médusé qu'ils prenaient la direction du toit. Et là, il sentit sa dernière heure arriver. Sur le toit, il pouvait faire ce qu'il voulait, on n'avait pas le droit d'y accéder, et personne -ou presque-, n'y venait. Il était donc fichu. L'autre allait le tuer. Il en était presque certain. Se défendre ? Comment ? Il fallait déjà qu'il échappe à l'autre lycéen !
Une fois arrivé sur le toit, le pauvre 2ème année, qui ne pensait alors qu'à se tailler en vitesse, s'aperçut qu'il n'y avait personne à les attendre. Personne ? Et en plus de ça, Ryuunosuke le reposa gentiment, avant de déposer leurs sacs près de la porte. Pendant quelques secondes, le décoloré pensa encore à s'enfuir, reculant avec méfiance. Il n'aimait vraiment pas se sentir ainsi acculé... Et puis, avant tout, c'était quand même un enfant à qui il n'était arrivé que de mauvaises bricoles, ou presque... C'était pas du tout comme si toutes les personnes qu'il avait rencontré, ou presque, avaient essayé de se débarrasser de lui... Alors qu'on veuille l'étriper parce qu'il avait frappé quelqu'un avec un balai, c'était pas impossible pour lui...

- Tu sais, tu plaignais la poussière qui devait se sentir seule parce que le grain était séparé des autres, mais n’est-ce pas applicable à nous aussi ? Nous sommes seuls, séparés de nos semblables et nous nous déchirons souvent pour des conneries. Pourtant, à nous tous, nous formons un tout qu’on appelle l’humanité. Alors… est-ce si triste que ça ?

Il était alors à deux doigts d'actionner la poignée de la porte et de prendre son sac pour s'échapper quand son compère se remit à parler.   Quoi ? Alors il n'était pas là pour se venger du coup de balai ? Il n'allait pas le frapper ? Rien ? Il tenta donc de se concentrer sur les paroles de Ryuunosuke, bien que toujours pas remis du fait de s'être fait ainsi transporter sans son consentement jusqu'au toit... Lui qui détestait les contacts physiques, et était un brin paranoïaque, ça ne l'avait pas réussi... Bon, alors...  C'était vrai que les humains se séparaient pour rien de très sérieux... Les humains étaient des traîtres... Mais il ne comprit pas vraiment la suite. Bien sûr qu'ils demeuraient un ensemble au delà de cela, mais ils étaient quand même seuls.

- Ce n'est pas parce qu'on appartient un groupe qu'on est pas seuls. Les humains sont seuls, même si il forme une seule entité qu'on nomme humanité. Mais au final, il s'agit seulement d'une espèce, il y a difficilement moins soudé que les humains. Nous sommes tous des traîtres condamnés à rester seuls... Nous avons peur de monstres, mais nous sommes ces monstres, qui détruisent et séparent les êtres, et même ceux de notre propre espèce. Il n'y a pas à se sentir tristes pour des humains...

Qu'est ce que c'était amer comme réponse... Il savait bien que c'était une vision des choses un peu cruelle, mais c'était vraiment ce en quoi il croyait. Il avait bien plus de compassion pour les minéraux, plutôt que pour cet ensemble factice qu'était l'humanité. Il n'avait jamais compris l'intérêt de le dire au singulier, si les hommes étaient incapables de rester fidèles. C'était absurde... Les gens passaient leur temps à se détruire encore et toujours, en croyant que cela leur apporterait quelque chose. Tout le monde courrait après des chimères, un but à sa vie qui n'apparaîtrait peut être jamais. En fait, les humains étaient pathétiques... Mais il y avait bien pire que ça...

- Il n'y a que les imbéciles pour se sentir tristes du sort des autres humains en sachant tout ceci, il laissa échapper un rire nerveux sans esquisser l'ombre d'un sourire, ramassant son sac, Le plus triste, c'est de penser qu'on peut avoir de l'empathie pour ces gens là. Peut être qu'on est pire qu'eux. Des humains ratés. Qu'est ce qu'un humain capable d'empathie, qui ne peut pas trahir ? Est-ce que c'est vraiment un humain si les hommes sont tous des traitres ?

Peut être qu'il voulait se persuader de sa propre bêtise, contaminer de ses idéaux malsains son pauvre camarade... Ou bien, voulait il seulement l'effrayer et faire en sorte qu'il ne lui reparle plus ? En tout cas, il cherchait certainement à s'accabler lui-même de reproches encore une fois. Il n'aimait pas particulièrement les humains, mais ce qu'il détestait par dessus tout, c'était encore et toujours lui même, et ce pour des centaines, voir des milliers de raisons... Avec sa dernière réplique, il blessait certainement Ryuunosuke aussi. Après tout, c'était lui qui s'était montré gentil pour rien, alors autant bien lui faire comprendre qu'il devait arrêter et lui laisser la paix. Il avait des cours à rattraper, pas le temps pour discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû - 13:44
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?
Feat Ivy Engel
- Ce n'est pas parce qu'on appartient un groupe qu'on est pas seuls. Les humains sont seuls, même si il forme une seule entité qu'on nomme humanité. Mais au final, il s'agit seulement d'une espèce, il y a difficilement moins soudé que les humains. Nous sommes tous des traîtres condamnés à rester seuls... Nous avons peur de monstres, mais nous sommes ces monstres, qui détruisent et séparent les êtres, et même ceux de notre propre espèce. Il n'y a pas à se sentir tristes pour des humains... Il n'y a que les imbéciles pour se sentir tristes du sort des autres humains en sachant tout ceci. Le plus triste, c'est de penser qu'on peut avoir de l'empathie pour ces gens-là. Peut-être qu'on est pire qu'eux. Des humains ratés. Qu'est-ce qu'un humain capable d'empathie, qui ne peut pas trahir ? Est-ce que c'est vraiment un humain si les hommes sont tous des traitres ?

En l’écoutant, je ne l’avais pas regardé un seul instant. Bien m’en fit puisque ces paroles me firent terriblement mal. Après tout, dans ses paroles je ne pouvais nier qu’il y avait une part de vérité que j’avais vécue toute ma vie. Je ne voulais cependant pas croire que tout le monde était aussi cruel que ça. La majorité était-elle comme la mafia qui m’avait vu naître et élevé comme Faucheur ? J’espérais que ce n’était pas le cas. Il ne fallait pas que ce le soit ! Sinon… en quoi ma vie aurait un sens ? Je me trouvais sur le fil d’une lame de rasoir et je savais que je n’étais pas loin de sombrer dans la folie tant la vie que je menais m’était dure à supporter. C’était d’ailleurs pour ça que j’avais demandé à venir ici. Pour m’en éloigner.

- Tu sais, je préfèrerais que tu ne me mettes pas dans le même panier que mon père, fis-je doucement en me tournant vers le jeune homme.

Lentement, face à lui, je défi les nœuds de mon bandeau pour dévoiler mon œil totalement blanc barré d’une vilaine cicatrice. Tenant ma mèche de cheveux pour qu’il puisse voir ce que je cachai, je continuai sans relever le fait qu’il s’était acculé seul contre le mur et était prêt à fuir :

- Si tous les humains étaient capables de mutiler leur propre enfant juste par plaisir ou par envie, pourquoi des personnes sont heureuses ? Pourquoi certains sont gentils avec d’autres ? Pourquoi dit-on que la vie est belle ? Si la vie et les hommes sont tels que tu le décris, pourquoi sommes-nous en vie ? Je ne sais pas ce que tu as vécu pour avoir une vision si pessimiste de ce qui t’entoure, mais je pense qu’en continuant comme ça tu finiras par te détruire toi-même. En tous cas, c’est ma vision des choses : si on perd de vue que la vie peut valoir le coup alors ça ne sert plus à rien de rester sur cette terre.

Oui… Mieux valait que je rejoigne ma mère si la vie était assez cruelle pour priver à tous le bonheur. Mieux valait retourner à la poussière comme on disait. Cela m’amena d’ailleurs à demander sans trop croire à mes propres paroles :

- N’est-ce pas pour éviter de souffrir que tu t’isoles ? A moins que, comme moi, tu veuilles protéger les autres ?
(c) Ryuu

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Aoû - 13:50
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

Il ne savait pas trop si Ryuunosuke l'avait mal appris en premier lieu. Mais en vrai, peut être qu'il s'en fichait vraiment, vu qu'il voulait juste s'échapper. Mais... Du coup, ce jeune garçon était dans le groupe des idiots ? Peut être... Est-ce qu'il devrait en avoir pitié si c'était le cas ? Non. C'était ridicule. Et puis, dans ce cas, ils seraient dans le même cas, et ça serait mauvais. Cela lui faisait du mal, d'envisager qu'il existait pleins d'autres personnes comme lui, qui aidaient bêtement, et pire, qui comme Ryuunosuke, étaient capables d'offrir un sourire à quelqu'un qui pourrait potentiellement le lyncher sans aucune pitié.

- Tu sais, je préfèrerais que tu ne me mettes pas dans le même panier que mon père

Le garçon avec qui il conversait avait dit cela tout doucement. Son père ? Mais il ne le connaissait pas son père, donc si ils étaient pareils, il n'en savait que trop rien. Il ne connaissait pas grand chose des autres, encore moins de cet autre lycéen avec lui sur le toit. En fait, il ne connaissait encore personne ici. La jeune fille de l'infirmerie, ce garçon, comme Gwenvael, il ne les connaissait pas vraiment, pas assez. C'était presque des inconnus, en réalité, surtout ce garçon, parce qu'il n'en savait rien, à part le fait qu'il semblait un brin hypocrite, ou alors trop gentil pour ce monde.
Il leva les yeux vers Ryuunosuke, qui était alors en train d'ôter son bandeau. Pourquoi...? Bientôt, il put apercevoir ce que cachait le lycéen sous ce tissu : un œil entièrement blanc, aveugle, et une cicatrice. Une cicatrice assez laide, qui semblait avoir été mal traitée. Il le savait, parce qu'à force d'être blessé, il avait appris à reconnaître une cicatrice bien traitée, et une autre négligée, ou s'étant infectée. Qui avait put lui faire ça ? C'était terrible... Pourquoi crever les yeux de quelqu'un ? Et d'un coup, le petit décoloré se sentit d'autant plus mal à l'aise. Alors ce type serait vraiment un de ces idiots, qui se sentait triste ou heureux pour des humains, en sachant à quel point ils étaient cruels ? On l'avait blessé ainsi, mais il avait foie en l'humanité ? Il avait perdu un œil, mais ça ne lui suffisait pas...?

- Si tous les humains étaient capables de mutiler leur propre enfant juste par plaisir ou par envie, pourquoi des personnes sont heureuses ? Pourquoi certains sont gentils avec d’autres ? Pourquoi dit-on que la vie est belle ? Si la vie et les hommes sont tels que tu le décris, pourquoi sommes-nous en vie ? Je ne sais pas ce que tu as vécu pour avoir une vision si pessimiste de ce qui t’entoure, mais je pense qu’en continuant comme ça tu finiras par te détruire toi-même. En tous cas, c’est ma vision des choses : si on perd de vue que la vie peut valoir le coup alors ça ne sert plus à rien de rester sur cette terre.

Donc... C'était le père dont il avait parlé avant, qui l'avait mutilé...? Par plaisir ? Mais comment ? Il repensa soudainement à ce que lui avait dit Gwenvael. Oui. Il n'avait pas retenu grand chose, écouté ce que lui avait dit cette personne, mais il savait quelque chose. Jamais, jamais Gwenvael n'avait essayé de lui parler de son père, comme si il avait fait quelque chose d'inacceptable, et qu'on avait voulut effacer son existence. Du coup, si les personnes étaient heureuses, c'était parce que le temps apaisait les blessures, ou parce qu'on faisait en sorte d'oublier, n'est ce pas ? Et si les personnes étaient gentilles, c'était soit qu'elles étaient idiotes, soit ignorantes, soit décidées à manipuler les autres en échange de la gentillesses qu'ils avaient put donner... Et la vie était moche, il n'y avait que les idiots pour la croire belle... Ivy, il savait qu'elle était laide, la vie. Sinon, pourquoi tout ses efforts étaient tombés à l'eau, quand bien même il s'était battu ? La question suivante le déstabilisa quelque peu. Pourquoi vivre ? Pour courir après des chimères, bien évidemment, ça ne servait qu'à ça : se leurrer.
Mais c'est la fin qui ébranla encore plus l'adolescent. Alors... Il lui demandait de mourir en quelque sorte lui aussi ? Parce qu'il ne trouvait aucun sens à la vie, et qu'il s'auto-détruisait, il fallait qu'il arrête tout... Mais il n'en était pas capable, il avait peur... Il avait été à deux doigts de le faire après que la seule personne qu'il ait considéré comme un potentiel allié l'ait blessé, mais après, il n'avait put recommencer. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était se mutiler en espérant que la douleur s'envolerait avec. Mais il ne pouvait pas aller plus loin...

- N’est-ce pas pour éviter de souffrir que tu t’isoles ? A moins que, comme moi, tu veuilles protéger les autres ?

Qu'est ce que c'était ces questions ?! S'isoler pour ne pas souffrir ? Disons que ça pouvait être vrai, mais il devait surtout faire comme Gwenvael lui avait dit en essayant de devenir un garçon normal, au moins une fois... Mais en même temps, il ne pouvait pas tout faire, parce qu'il avait encore peur des autres. Il n'avait confiance en personne, même pas lui-même, alors en fait, peu importe si il était blessé, ce n'était pas comme si ça changerait quelque chose, non ? Il se demanda de quoi protégeait Ryuunosuke les autres. Pourquoi il agissait ainsi. Est-ce qu'il peinait à s'ouvrir parce qu'il était au fond complètement brisé ? Est-ce qu'il se cachait derrière un masque en croyant que cela le protégerait ?

- Le problème c'est que tu es un idiot. Tu as perdu un œil, mais tu veux quand même croire en les autres, et trouver un sens à la vie. Mais tu lui as trouvé un sens pour toi ? Ta vie est belle, même si ton père ou ta mère t'ont crevé un œil pour le plaisir ? D'où tu crois pouvoir voir le monde de manière optimiste si tu sais toi même que tu es malheureux ? Les autres, ils vont à nouveau te trahir, et tu vas continuer à les croire. Quand ils t'auront tout pris, tu te retrouveras seul, jusqu'à ce qu'un autre idiot te récupère.

Il s'approcha un peu, remettant son sac plus gros que lui sur ses frêles épaules, toisant l'ombre sur le sol du toit de son aîné. Pourquoi quelqu'un l'avait ainsi blessé ? Est-ce qu'il avait d'autres blessures comme ça quelque part ? Combien de fois avait il été trahit, brisé jusque là ? Est-ce qu'il réussirait à rester l'idiot qu'il était, à croire en les autres malgré ça ?
Il s'approcha doucement. Vraiment, il était triste pour Ryuunosuke. C'était donc possible d'être aussi gentil et débile malgré tout ce qu'il pouvait avoir vu ? Comment il arrivait seulement à sourire ? A quel point il était en morceaux ? Si quelques minutes avant, il avait vraiment voulu s'en aller, maintenant, il était juste devant le type qui l'avait transporté sur le toit, baissant toutefois les yeux, un peu mal à l'aise à l'idée de devoir soutenir le regard de quelqu'un.

- De quoi tu veux les protéger ? De ton propre poison...? Tu crois pas qu'en les cachant cette chose qui les met en danger, en fait, tu n'es qu'un menteur lâche. Si tu te considères comme ami avec quelqu'un ici, tu devrais pas leur cacher les dangers que tu représentes pour eux. Parce qu'ils trouveront un jour ce dont tu les protèges. Parce que dans ce cas, t'es encore plus c*n qu'un simple idiot qui croit en les autres et en la vie alors qu'ils t'ont trahit, déclara t-il calmement malgré ses paroles un peu agressives.

Il gonfla les joues, ce qui lui donna un air encore plus enfantin, croisant les bras avant de regarder ailleurs. Il savait que Gwenvael serait fâché d'apprendre qu'il avait dit de telles choses à quelqu'un, mais il n'en avait rien à faire. Au pire, ce type, il ne le connaissait pas, c'était lui qui l'avait repêché en se déclarant son responsable légal, mais il ne savait pas grand chose de plus. Et il avait peur de lui aussi... Parce que ce type était flippant. Et si il le chassait de son espèce de manoir, peut être que ça serait même mieux pour lui... A vrai dire, il se sentait plus à l'aise en dormant seul sous des abris de cars, plutôt que pas loin de personnes débiles qui croyaient en la vie et en les autres.

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Sep - 0:39
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le petit gars n’avait pas pipé mot pendant que je lui faisais part de mon point de vue. A vrai dire, il m’avait seulement regardé et écouté, comme s’il pesait le pour et le contre de chacun de mes mots. C’était loin d’être comme Haley qui était prête à dire ce qu’elle pensait quitte à blesser les autres avant de s’excuser platement. Je ne voulais pas l’avouer, mais elle me manquait un peu. Malheureusement, j’avais trop peur de lui faire du mal depuis qu’elle m’avait vu… dans un état tout sauf normal. Si j’avais fait un pas vers Ivy, c’était pour qu’il ne fasse pas comme moi, surtout si la vie le lui permettait. Pourtant, quand il prit la parole, ses mots me firent mal :

- Le problème c'est que tu es un idiot. Tu as perdu un œil, mais tu veux quand même croire en les autres, et trouver un sens à la vie. Mais tu lui as trouvé un sens pour toi ? Ta vie est belle, même si ton père ou ta mère t'ont crevé un œil pour le plaisir ? D'où tu crois pouvoir voir le monde de manière optimiste si tu sais toi même que tu es malheureux ? Les autres, ils vont à nouveau te trahir, et tu vas continuer à les croire. Quand ils t'auront tout pris, tu te retrouveras seul, jusqu'à ce qu'un autre idiot te récupère.

Certainement que ma vie aurait bien plus de sens si je n’étais pas obligé de découper des gens sous les ordres de la mafia. Tenter de désobéir n’était même pas envisageable vu les horreurs qu’ils me faisaient subir à la moindre désobéissance. Surtout que j’avais été épargné de me faire couper un doigt par la personne qui m’effrayait le plus au monde ! Jamais je ne pourrais l’oublier malheureusement… Ma vie ne tenait qu’à un fil au détriment de celle des autres et ça me tuait à petit feu. Mais j’espérais que tout le monde n’avait pas d’épée de Damoclès au-dessus de la tête, qu’ils pouvaient voir la vie sous un angle totalement différent. Ce mec ne faisait pas exception et il laissait passer sa chance pour une raison qui m’échappait totalement.

- De quoi tu veux les protéger ? De ton propre poison... ? Tu crois pas qu'en les cachant cette chose qui les met en danger, en fait, tu n'es qu'un menteur lâche. Si tu te considères comme ami avec quelqu'un ici, tu devrais pas leur cacher les dangers que tu représentes pour eux. Parce qu'ils trouveront un jour ce dont tu les protèges. Parce que dans ce cas, t'es encore plus c*n qu'un simple idiot qui croit en les autres et en la vie alors qu'ils t'ont trahi.

Debout devant moi en tenant son sac, il avait parlé d’une manière trop calme pour ce qu’il venait de prononcer. Il ne savait rien et il devait continuer de rien savoir sinon c’était nos deux vies qui seraient en jeu. Je serrai donc les poings en lui répondant d’une voix très légèrement tremblante :

- Est-ce un crime de protéger la vie des autres d’une mort certaine tout en protégeant la mienne ? Je ne suis pas mon propre poison et je ne ferais jamais du mal à qui que ce soit sans qu’il y ait une raison vraiment valable derrière. Je suis peut-être très con. Le plus débile de tous les cons si tu veux. Mais au moins j’ai des raisons qui me poussent à l’être et je souhaite croire que sans ces raisons je pourrais être con d’une autre façon. Con en venant en aide à tous ceux qui en auraient besoin sans rien cacher.

Puis, regardant mon bandeau, je continuai plus calmement :

- Oui, j’ai souffert… et je souffre encore de la vie que je mène. Mais le seul moyen pour moi de la quitter, c’est de mourir. Alors, je suis lâche de ne pas mettre fin à mes jours, mais certainement pas de ne pas dire les raisons de mes réserves. Mais toi, « n’es-tu qu'un menteur lâche » aussi ? Puisque toi aussi tu te caches des autres.

Sincèrement, j’avais envie de disparaître. Pourtant, j’allais vivre et protéger ceux qui le voudraient bien. S’il pensait que j’étais con, c’était qu’il était trop bête pour ne pas vouloir comprendre mes raisons, ce qui était fort dommage. Il était certainement sympathique, mais je ne pouvais pas tendre la main à une personne qui ne voulait pas la prendre sans me cracher du venin.

(c) Ryuu sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep - 12:23
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

Le peu d'intelligence qu'avait le gamin ne lui permettait visiblement pas de mesurer des dangers potentiels. C'était peut être pour cela qu'il avait tendance à agir bêtement tout le temps. C'était un idiot de toute manière. Il s'en fichait, de ce que pouvait cacher ce type aux autres, mais il n'avait pas à le faire, il n’allait que blesser ceux qu'il côtoyait. Et en plus de cela, n'était-ce pas une forme de trahison ? C'était comme si il se moquait des autres, on leur cachant tout alors qu'il prétendait être un ami. D'ailleurs, est-ce qu'il en avait ? Vu son comportement, c'était probable. Mais en cachant des choses, il pensait bien qu'il n'était l'ami de personne au final.

- Est-ce un crime de protéger la vie des autres d’une mort certaine tout en protégeant la mienne ? Je ne suis pas mon propre poison et je ne ferais jamais du mal à qui que ce soit sans qu’il y ait une raison vraiment valable derrière. Je suis peut-être très con. Le plus débile de tous les cons si tu veux. Mais au moins j’ai des raisons qui me poussent à l’être et je souhaite croire que sans ces raisons je pourrais être con d’une autre façon. Con en venant en aide à tous ceux qui en auraient besoin sans rien cacher.

Ryuunosuke avait serré les poings, sa voix tremblait légèrement. Avait-il touché une corde sensible ? Avec de telles paroles, le petit décoloré s'en doutait bien. Protéger les autres d'une mort certaine ? Mais qu'est ce qu'il racontait ? Toute façon, tout le monde mourrait un jour, alors tôt ou tard, était-ce vraiment important ? Enfin, venu de quelqu'un comme Ivy qui ne comprenait pas les aspects positifs de la vie, c'était sûr que ces paroles avaient l'air stupides. Il ne ferait jamais du mal à quelqu'un sans raison ? Quelle raison ? Ce type lui tapait décidément sur les nerfs, il avait envie de le frapper -pas avec un balai cette fois-. En quoi était-ce stupide d'aider ou d'aimer les autres en cachant quelque chose ? C'était juste être un menteur... Une saleté de menteur...
Tandis que l'autre lycéen regardait son bandeau, et semblait retrouver son calme, le cadet pensa très franchement à lui mettre un coup dans le pif, mais c'était probablement une mauvaise idée. Si il faisait ça, il serait exclu de l'établissement à coup sûr... Ce n'était pas comme si on avait besoin de lui ici, il gênait plus qu'autre chose. Un aussi mauvais élève, ce n'était pas bon pour l'établissement. Du coup, à défaut d'être bon élève, il voulait au moins bien se comporter...

- Oui, j’ai souffert… et je souffre encore de la vie que je mène. Mais le seul moyen pour moi de la quitter, c’est de mourir. Alors, je suis lâche de ne pas mettre fin à mes jours, mais certainement pas de ne pas dire les raisons de mes réserves. Mais toi, « n’es-tu qu'un menteur lâche » aussi ? Puisque toi aussi tu te caches des autres.

Il souffrait encore... Mais quel idiot ce type...! Il devait bien y avoir un moyen qu'il échappe à tout ça, non ? Et en quoi le dire la vérité amènerait à la mort de quelqu'un ? Et qu'est ce qu'il avait à parler de lui à nouveau ?! Leurs cas étaient différents ! Cela se voyait que ce type mourrait d'envie de se faire des amies, vu comment il agissait... Pourquoi il cachait des choses alors ? Qu'est ce qu'il avait de si dangereux à cacher ?! Et puis, cela ne changeait rien, son aîné était quand même un menteur. Et il ne voulait pas à avoir entendre un menteur, il détestait les menteurs.

- Mais tu veux les protéger de quoi ?! Pourquoi ils devraient mourir de ce que tu leurs caches ?! T'es pas maudit, qu'est ce qui t'obligerait de trahir quelqu'un ?! Et si tu crèves d'envie d'avoir des amis, alors te fait pas passer pour quelqu'un d'important à leurs yeux, ne les considère pas comme précieux si tout ce que tu fais c'est leur cacher des choses et mentir ! Tu sais quoi, en fait, t'es aussi un traître, parce que si ils te détesteront, c'est pas à cause de la chose que tu leurs caches, parce qu'elle a toujours été là, mais parce que tu leur as rien dit...

Il avait envie de le frapper, il avait envie de le frapper... Juste de penser à combien de personne il pouvait avoir entourloupé comme ça... Mais pourquoi ?! Qu'est ce qui l'étouffait comme ça ? Il avait beau regarder Ryuunosuke, il n'arrivait pas à savoir quoi. La personne qui l'avait blessé ? Il n'avait pas le regard d'une personne mauvaise... Non, en fait, il ressemblait juste à un gamin brisé. Et plus qu'énerver Ivy, cela le rendait triste.
Il s'approcha encore un peu. Qu'est ce qu'il devait faire ? Qu'est ce qu'il pouvait faire ? Il n'en savait rien. Il avait envie d'aider, mais en même temps, ça le rendait aussi triste et en colère... Il ne savait plus où se mettre, cette situation était trop désagréable.

- Qu'est ce que tu caches ?

Pour la première fois, il leva donc les yeux vers Ryuunosuke. Pas question de le laisser filer sans qu'il ait compris ce qu'il cachait. Il ne le laisserait pas s'échapper. Il ne devait pas le laisser fuir. Il regarda donc son aîné droit dans les yeux, bien décidé à lui faire un croche pied si il ne daignait répondre, ou tentait de s'enfuir la queue entre les jambes. Il voulait savoir maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep - 16:48
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mes paroles n’eurent pas effet de ramener la conversation vers lui. Bien au contraire puisqu’il se mit à reprendre mes paroles pour me poser plus de questions encore :

- Mais tu veux les protéger de quoi ?! Pourquoi ils devraient mourir de ce que tu leurs caches ?! T'es pas maudit, qu'est ce qui t'obligerait de trahir quelqu'un ?! Et si tu crèves d'envie d'avoir des amis, alors te fait pas passer pour quelqu'un d'important à leurs yeux, ne les considère pas comme précieux si tout ce que tu fais c'est leur cacher des choses et mentir ! Tu sais quoi, en fait, t'es aussi un traître, parce que si ils te détesteront, c'est pas à cause de la chose que tu leurs caches, parce qu'elle a toujours été là, mais parce que tu leur as rien dit...

De la colère, peut-être même de la rage, découlaient autant de ses paroles que l’incompréhension face à laquelle il faisait face. Comment allais-je pouvoir contourner ses questions ? Il était certain qu’il faisait une énorme erreur que j’allais devoir éradiquer avant de continuer quoi que ce soit. Je n’avais jamais cherché à me faire des amis en sachant ce qu’ils pouvaient risquer. Mais maintenant qu’Haley s’était attachée à moi, je cherchais un moyen de remettre les choses comme elles étaient…
Lentement, mon interlocuteur s’approcha de moi et me regarda dans les yeux. Sa colère était visible. C’était comme s’il cherchait à m’engueuler alors qu’il ne me posa qu’une seule et simple question sans détourner le regard comme il l’avait toujours fait avant ça :

- Qu'est-ce que tu caches ?

Me détester ? J'étais préparé à ce qu'on me déteste. Je me demandais même si ce n'était pas déjà le cas au sein de la mafia puisqu'on me considérait juste comme un tueur qui avait même assassiné mon père, un de leur chouchou. Il était certain que voir Haley me détester me ferait du mal, mais j'avais l'impression d'être préparé à cette éventualité. Sinon, pourquoi tentai-je à tout prix de l'éloigner de moi ?
Ramenant mon bras le long de mon corps, je soutins son regard pour lui montrer combien j’en avais vu d’autres. Ce n’était pas lui qui allait me faire peur. Non pas parce qu’il était petit, que son visage était celui d’un ange masculin ou que je l’avais vu apeuré, mais tout simplement parce que j’étais bien plus effrayé par une toute autre personne qui avait bien plus de moyens pour me briser. Ivy avait beau toucher une corde sensible extrêmement douloureuse, j’avais bien plus peur à l’idée de ce qui pouvait se passer si je venais à révéler qui j’étais ou ce que je faisais. Je lui répondis donc calmement en tentant de cacher la douleur que provoquait en moi le simple fait de ne pas pouvoir me dévoiler :

- Pardon si j’ai laissé entendre que je tente de me faire des amis : ce n’est pas le cas. La seule personne qui prétend être mon amie est dans ma classe et ne me laisse pas le choix. Demande-lui si tu ne me crois pas, elle s’appelle Haley Warren et est dans ma classe. Ou demandes à mes camarades de classe comment je me comporte. Mais saches une chose : j’ai beau aider les personnes que je croise, comme j’ai voulu te montrer que tu pouvais avoir une belle vie si tu revoyais ta manière de penser, sans pour autant chercher à me faire des amis. Une des raisons consiste justement dans le fait que je pourrais les blesser. Et si je devais en citer une autre, c’est que je suis égoïste au point de vouloir me protéger aussi.

Je ne comptais pas répondre à sa dernière question. Il pouvait me frapper, m’insulter, me menacer ou quoi que ce soit, il était hors de question que je mette nos vies en danger d’une façon ou d’une autre. Qu’il le veuille, ou non.

(c) Ryuu sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Sep - 21:18
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

Qu'est ce que cette personne pouvait bien cacher, pour autant s'entêter à garder le silence et mentir ? Cela devait probablement être important, mais Ivy ne pouvait pas croire que cela le soit au point que Ryuunosuke en soit incapable de dire la vérité. A quel point était-ce grave ? Était-ce vraiment en relation avec la blessure qu'il avait à l’œil ? Il pensait bien que d'une manière ou d'une autre cela pouvait être lié. Des parents violents ? Pourquoi le cacher alors ? Par honte ? Peut être qu'il ne voulait tout simplement pas que quelqu'un soit blessé comme il l'était. D'ailleurs, si un de ses parents l'avait ainsi violenté, il songeait bien qu'il devait avoir d'autres cicatrices. Combien, et étaient elles aussi laides que celle sur son œil ? Ou avait il été soigné correctement quand il avait été blessé ? Peut être que le petit décoloré s'inquiétait. Peut être qu'il était triste. Mais l'incompréhension vis-à-vis de son aîné, de la situation le rendait juste furieux. Il était bien trop sensible à ce genre de choses. En fait, il était tout simplement trop émotif à tout ce qui l'entourait, il était agressé par des choses vraiment minimes. C'était un peu abusé, certes, mais ce n'était pas pour rien qu'il trouvait sa passion dans l'art, plutôt que dans le sport ou les études.

- Pardon si j’ai laissé entendre que je tente de me faire des amis : ce n’est pas le cas. La seule personne qui prétend être mon amie est dans ma classe et ne me laisse pas le choix. Demande-lui si tu ne me crois pas, elle s’appelle Haley Warren et est dans ma classe. Ou demandes à mes camarades de classe comment je me comporte. Mais saches une chose : j’ai beau aider les personnes que je croise, comme j’ai voulu te montrer que tu pouvais avoir une belle vie si tu revoyais ta manière de penser, sans pour autant chercher à me faire des amis. Une des raisons consiste justement dans le fait que je pourrais les blesser. Et si je devais en citer une autre, c’est que je suis égoïste au point de vouloir me protéger aussi.

Tout en disant cela, son interlocuteur restait droit, le toisant. Le décoloré parvint malgré tout à ne pas bouger non plus, lâchant un semblant de rire nerveux après que l'autre ait fini. Quelle bêtise... Il tentait de se faire des amis, ça crevait les yeux, il fallait être débile pour ne pas le voir. Qu'il n'aille pas prétendre que cette Haley l'y forçait... Il était certain qu'il mentait, et pour lui, c'était méprisable. Il la rejetait alors ? Il niait leur amitié ? En fait, il était dégoûtant, comme tous les autres... C'était aussi un traître... Il pourrait les blesser ? Mais comment ? Pourquoi ? Qu'est ce qu'il était agaçant ! Quand allait il cracher le morceau ?! Et en quoi ça serait dangereux pour Ryuunosuke ? Qu'est ce qu'il pouvait bien être incapable de dévoiler ? Il n'y avait aucun moyen de le sortir de là ?!
Quoi qu'il en soit, il le trouvait idiot. Oui. Idiot. Pas idiot dans le sens trop naïf, juste idiot comme lui-même pouvait l'être. Il était trahit, trahissait, mais croyait encore en certaines choses... Non, en fait, il ne pouvait pas croire, parce qu'il gardait ces secrets dangereux qu'il ne pouvait révéler à personne. C'était juste un imbécile... Il avait renoncé au bonheur, c'était tout. Alors d'où il osait tenter de lui faire la leçon alors qu'il était aussi minable que lui ? Il ne pouvait pas se sauver lui-même au lieu de faire l'idiot ?! C'était triste... C'était injuste...
Il s'approcha donc encore une fois, et, bien que l'autre jeune homme fasse plus d'une tête de plus que lui, il n'hésita absolument pas à lui coller son poing dans la mâchoire, balayant ainsi rageusement sa propre impuissance, et sa propre confusion.

- En fait, t'es le pire de tous ! Tu te fais trahir, tu trahies, ta vie est déjà pourrie, mais tu veux croire en les autres... Alors si t'y crois, t'attends quoi pour te battre et échapper à cette vie de m*rde si il y a ces choses que tu peux pas dévoiler sous risque de te faire tuer ?! Change de nom, d'apparence, de pays, casse toi où tu veux comme tu veux si tu as besoin d'échapper à quelque chose, mais ne viens plus jamais faire la morale aux autres si t'es pas mieux ! il baissa ensuite le ton, fixant à nouveau le sol D'où tu crois pouvoir aider les autres, si au fond, tu sais aussi que t'es foutu...? Pourquoi tu demandes pas d'aide...? Pourquoi on peut pas t'aider...? C'est pas juste...

Il recula un peu, se sentant de plus en plus lourd. C'était comme si il avait un gros poids sur le cœur, et c'était beaucoup trop à porter. Il avait mal... La colère partait, et il avait envie de pleurer, parce que c'était trop cruel. Depuis qu'il avait croisé Ruri à l'infirmerie, il n'avait pas vraiment songé pouvoir trouver une autre personne ainsi dans cet établissement. Et il se demandait pourquoi il voulait tout résoudre, tout réparer, alors qu'il savait lui aussi qu'il finirait détruit. Peut être que Ryuunosuke était pareil... Mais pourquoi son aîné ne pouvait pas s'échapper lui ? Qu'est ce qui le retenait ? Qui lui avait coupé les ailes ? Comment il pouvait l'aider ? Non, la vérité, c'était qu'Ivy voulait le sauver. Comme il aurait voulut guérir le chagrin de Takuto, ou souhaité chasser la maladie qui avait rendu Ruri malheureuse aussi longtemps. Mais il le savait, qu'il n'était pas un héros, et qu'il ne faisait qu’aggraver la situation de tout ceux qu'il côtoyait d'une manière ou d'une autre... Pourquoi tout était comme ça ?
Il se sauva vers la porte, l'ouvrit, s'arrêtant quelques secondes, lançant un regard plein de rage à Ryuunosuke, le pointant du doigt.

- T'es stupide, mais tu sais... Si je trouve un moyen de découvrir ce que tu caches, je te sauverai ! T'auras pas le choix, alors ne disparais pas avant, vis s'il te plaît !

Qu'est ce qu'il racontait encore ? Peu importe. C'était ce qu'il avait sur le cœur, ce qui lui traversait l'esprit. Et Ruri avait dit qu'il fallait dire les choses comme elles étaient. Peut être qu'elle avait raison... Peut être que c'était mieux ainsi... Peut être qu'il pourrait devenir une meilleure personne comme ça. Qui sait ?
Il tourna à nouveau le dos au lycéen, ne prit pas le temps d'attendre une réponse potentielle, et se sauva en quatrième vitesse dans les escaliers, son sac sur le dos, pour s'éloigner au maximum. Nan... En fait, il avait encore raconté n'importe quoi... Pourvu que cela n'ait pas trop d'impact sur la suite. Pourvu que Ryuunosuke règle ses problèmes un jour... Et pourvu qu'il ne se soit pas mis dans un pétrin dont il ne pourrait pas sortir. Gwenvael allait sûrement l'étriper sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Sep - 0:18
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 75

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Quoi ? On doit faire les corvées à plusieurs ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Loin de se laisser décourager, mon interlocuteur ricana doucement sans émettre la moindre once de joie. Pourtant, il ne dit rien pendant les secondes qui précédèrent la douleur qui s’éveilla dans ma mâchoire accompagnée d’un recul que je ne pus maîtriser à cause de la surprise : ce petit gars qui n’était même pas plus grand que moi venait de me frapper avec violence. Je ne l’avais pas sous-estimé, loin de là. Je n’avais juste pas prévu que mes paroles puissent éveiller en lui de telles envies. C’est donc hagard que je l’écoutai me faire part de ses incompréhensions et accusations :

- En fait, t'es le pire de tous ! Tu te fais trahir, tu trahies, ta vie est déjà pourrie, mais tu veux croire en les autres... Alors si t'y crois, t'attends quoi pour te battre et échapper à cette vie de m*rde si il y a ces choses que tu peux pas dévoiler sous risque de te faire tuer ?! Change de nom, d'apparence, de pays, casses-toi où tu veux comme tu veux si tu as besoin d'échapper à quelque chose, mais ne viens plus jamais faire la morale aux autres si t'es pas mieux ! D'où tu crois pouvoir aider les autres, si au fond, tu sais aussi que t'es foutu... ? Pourquoi tu demandes pas d'aide... ? Pourquoi on peut pas t'aider... ? C'est pas juste...

Je me demandais réellement s’il dirait la même chose en connaissant mes raisons. Celles qui me poussaient à agir de la sorte. A savoir la sécurité de tout le monde, la mienne compris, et ma peur de mon chef. Comment se battre après une éducation plus que particulière et… fort peu enviée par qui que ce soit ? Comment chercher à trahir autrement que par la mort quand on savait de quoi il était capable ? … Non. Je ne pouvais rien faire. Par contre, le fait qu’il me demande de ne pas aider les autres si je n’étais pas capable de me sortir de ma propre merde me blessa plus que je ne le montrasse. Il me demandait, en gros, d’abandonner tout ce pour quoi je me battais pour ne pas sombrer dans la folie ? Devais-je vraiment faire ça ?
Loin d’être capable de le retenir, je regardai mon interlocuteur reculer, puis se sauver. Avait-il peur de représailles ? Non. Je n’aimais même pas le mot et la signification qu’il avait à mes oreilles. Je n’aimais pas la violence et je ne m’y adonnais jamais de moi-même. Et quand je venais à me rendre compte que j’avais fait du mal à quelqu’un, je ne pouvais que m’en vouloir de toutes mes forces.

- T'es stupide, mais tu sais... Si je trouve un moyen de découvrir ce que tu caches, je te sauverai ! T'auras pas le choix, alors ne disparais pas avant, vis s'il te plaît ! déclara-t-il, tourné vers moi, le doigt qui me pointait, avant de s’enfuir réellement.

- Si tu trouves un jour ce que je cache, fis-je comme pour moi-même alors que je m’appuyais sur la rambarde la plus proche en murmurant, j’espère que tu sauras comment échapper au « Faucheur » …

Ses dernières paroles m’avaient fait autant de bien que de mal. Me sauver relevait de l’impossible, surtout quand on savait ce que j’étais et pourquoi je pouvais avoir une certaine valeur aux yeux de la mafia. « Faucheur » … J’espérais ne pas endosser ce rôle avant très longtemps, histoire que j’oublie cette vie de merde et enfin faire ce que je voulais comme je l’entendais. Bien sûr, ça n’enlèverait absolument rien à mes douleurs et cicatrices, mais je n’aurais plus ces craintes éternelles qui me retenaient dans toutes mes volontés.
Troublé, blessé moralement et totalement dans l’impossibilité de trouver la force de faire quoi que ce soit, je pris mon portable dans la poche de mon pantalon et j’envoyai un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour lui demander de me rejoindre. Je n’étais même pas sûr qu’elle accepterait après ce que je lui avais fait.

FIN

(c) Ryuu sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]<-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Lycée :: 1er Étage :: Salle A1-