■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryuunosuke Y. Gumi
M • Lycée - 4ième année
avatar

Messages 21


HnM
Un mot:

MessageSujet: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Ven 11 Aoû - 22:15



Ryuunosuke Y. Gumi

Quand le doute plane, la vérité s’évapore et l’erreur persiste.




■ Fiche d'identité


Âge & date de naissance : 17 ans (17 janvier 2000)
Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Inconnue

Année d'étude : 4ième année
Cursus choisi + spécialité : (pour les universitaires)
Groupe : I'm odd
Club(s) : Littérature & Karaté


■ Physique


Je suis un homme jugé élancé par beaucoup de personnes. Après tout, je mesure environ 1m77 et mon corps couvert de nombreuses cicatrices plus ou moins anciennes datant d’entraînements avec mon père est plutôt mince et musclé. Le sport quotidien et mes entraînements en sont essentiellement la cause. Après, il est aussi vrai que j’ai quelques difficultés à prendre du poids sans que j’aie une maladie qui m’en empêche.

Comme dit plus haut, ma peau claire est parsemée de cicatrices plus ou moins anciennes. Ces dernières sont très visibles tant les blessures que je recevais, et qu’il m’est possible de recevoir encore aujourd’hui, étaient graves. D’ailleurs, cela a un certain impact que je vous décrirais dans le caractère.

Mon visage fin est habillé de cheveux bruns que je garde mi-long pour une raison bien précise : cela me permet de cachet le bandeau que je garde sur mon œil droit. Ce dernier a été blessé lors d’un de mes entraînements et la cicatrice qui en résulte n’est franchement pas jolie à voir. En parlant de mes yeux, le gauche a une couleur verte tirant énormément sur le doré sans que j’en connaisse la raison. Pour les personnes qui l'auraient cherchée, c'est parce que ma mère avait des origines françaises. De ce fait, elle avait des gênes récessifs qui auraient pu me faire avoir des cheveux roux ou, comme c'est le cas, les yeux verts. Cela a toujours été un mystère que je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de tirer au clair.

Généralement, je m’habille le plus simplement du monde : jean, tee-shirt, baskets, parfois un pull pour me tenir chaud. Eh oui, être mince n’est pas toujours un avantage puisque ça ne permet pas de se protéger du froid. Les couleurs que je choisis sont souvent sobres, faisant généralement penser au noir ou au blanc quand ce ne sont pas ces couleurs (qui n’en sont pas) qui sont choisies. D’ailleurs, le bandeau que je porte est blanc, tout comme les fils passant au-dessus et en-dessous de mon œil valide pour le tenir en place.

Je ne vois pas trop quoi vous dire de plus pour le moment. Je vous avoue que je me regarde de moins en moins dans le miroir. Pas que je fus narcissique, mais c’est pour dire que mon image n’est vraiment pas ce à quoi je fais le plus attention, surtout aujourd’hui.



■ Caractère


En général, je suis une gentille personne. Comme ça fait très prétentieux et que je déteste qu’on pense que je le suis, je vais vous donner un peu plus d’explications.

Tout d’abord, j’essaie d’aider au plus possible les personnes qui en ont le plus besoin. J’ai beau être distant envers le monde à cause de mon statut de Faucheur, je ne peux tout simplement pas rester impassible devant les difficultés des autres. Mais cela ne veut aucunement dire que je deviendrais ami aussi facilement avec ces personnes. Non, une fois que j’ai fait ce que j’estimais le plus juste, je partirais sans écouter les remerciements.
Ensuite, si je fuis, c’est pour une bonne raison : je veux protéger les personnes que je serais capable d’inviter dans mon groupe d’amis (qui est pour le moment inexistant à cause de cette précaution et mon passé), mais aussi égoïstement pour me protéger. Je n’aime pas faire du mal aux autres, mais mon statut peut m’y obliger.
Enfin, je n’aime pas montrer une pseudo méchanceté, tout simplement parce que je ne veux pas blesser mes interlocuteurs. Ma maladresse fait que je pourrais manquer de tact, m’énerver si on me pousse à bout ou utiliser des expériences douloureuses qu’on m’a raconté comme des contre exemples, des comparaisons, mais j’aurais toujours un sentiment de peine et de honte vis-à-vis de ce genre de comportement. A mes yeux, ce n’est pas « moi », mais mes sentiments qui parlent dans ces moments-là.

Ainsi, ce qui me fait dire que je suis gentil, malgré mes maladresses, sont mes actes envers autrui pour les aider et l’envie de les protéger en les fuyant. Malheureusement, ces dires peuvent me faire passer pour un hypocrite. La raison est toute simple : quand le travail que j’exerce au sein de la mafia m’appelle, je deviens quelqu’un d’autre afin de ne pas me briser. Tout simplement parce que je veux vivre.

Quand je change de peau, je deviens une personne froide, distante, qui ne parle que si nécessaire. Je ne fais alors attention à personne avec qui je n’ai aucun lien ou qui n’est pas ma cible. Dénué de sentiment, je deviens alors capable de faire ce que je me refuse autrement : blesser et tuer. Mon sang froid peut en impressionner plus d’un et les prouesses que j’ai accomplies sous cette personnalité a encouragé la famille de me garder coûte que coûte, allant jusqu’à féliciter mon père qui m’a entraîné. Mais nous y reviendrons plus tard. Tout ce qu’il y a savoir en plus, c’est que je n’ai pas toujours eu cette alternative : elle est apparue pour pouvoir supporter les entraînements et les traitements inhumains qu’on m’a fait subir et qui sont, entre autres, les résultats de mes blessures physiques et morales. Aujourd'hui, il m'est impossible de la contrôler. En gros, si un événement risque de me détruire moralement parlant (comme le fait de tuer une personne ou subir de la torture) alors on peut considérer que mon « moi » disparaît pour laisser place à cet « autre » plus fort de manière automatique. Je ne choisis pas en me disant : « Mince ! Il faut que je l'appelle sinon je ne vais pas le supporter ! ». C'est comme s'il y avait un accord tacite entre nous.

Parlons-en de ces dernières, ou plutôt de l’effet qu’elles ont sur moi. En gros, je ne supporte que très peu les violences, devenant l’« autre » quand cela m’arrive. Plus résistant que moi, il arrive plus facilement à supporter ce qui me détruit. D’ailleurs, je me rappelle absolument de tout ce qu’il fait en général. Et quand ce n’est pas le cas, je ne le devine que trop bien. Cela a pour effet de me briser petit à petit. C’est pourquoi je suis continuellement en quête de douceur, de liberté et de normalité.



■ Histoire


Des années avant mon histoire, une famille française vint s’installer au Japon. Ils ne fuyaient pas leur pays ou ne cherchaient pas forcément une vie meilleure. Non. En réalité, le père venait de ce pays à l’origine et il venait de trouver un travail qui lui plaisait beaucoup plus que tous les métiers qu’il avait exercés plus tôt. Ainsi, il s’acheta une maison à Tokyo pour y vivre avec sa femme et son fils. La vie reprenant son cours dans le bonheur, une petite fille vint à naître. Bien qu’elle ressemblât beaucoup à son père, elle portait en elle les gênes de sa mère qui lui permettrait de me donner les yeux verts tirant sur le doré.
Mais comme toute chose connaît une fin, leur bonheur devait trouver la sienne. Sans le savoir, le père de famille avait travaillé pour le compte de la mafia, jusqu’à ce qu’il tombe sur des comptes étranges portants de grands montants. Curieux, il fouilla pour en connaître les raisons, à tort. Ses employeurs décidèrent rapidement qu’il était temps de le punir, voire de le faire disparaître. C’est mon père qui fut chargé, avec son équipe, de s’en charger. Cela tombait bien puisqu’il avait des vues sur ma mère qui avait alors atteint ses vingt ans. Voyant les accusations apportées, les supplications données pour ne pas prendre sa fille et les pleurs incessants, toute cette famille venant de France fut décimée excepté celle qui deviendrait la femme du « Faucheur » de la mafia. Bien entendu, ce mariage ne fut pas bien accueilli par tous, mais au vu de la force des arguments qu’il donnait, à savoir qu’elle serait la mère du prochain « Faucheur » et que sous son aile il lui serait impossible de les trahir sans quoi elle mourrait, on lui laissa le droit de garder cette femme. Cette dernière vit sa vie comme une cruelle tragédie. Elle souhaitait s’enfuir afin de mener la vie qu’elle avait toujours souhaité, mais les menaces sur sa vie l’en empêchèrent cruellement. Tant et si bien qu’elle finit par rester, se marier contre sa volonté et donner naissance à un fils.


Je suis né le 17 janvier 2000, à la première heure alors que les premiers rayons du soleil n’avaient pas encore inondé notre partie du monde. C’était comme si cet instant avait décidé que je vivrais la nuit pour commettre les actes les plus horribles qui soient. Ma mère, qui était au courant de ce qui m’était réservé, ne voulut pas me prendre dans ses bras, ni s’occuper de moi. Du moins, pas les premiers jours. Mais, finalement, son amour pour moi devint plus fort que sa peur de me perdre elle me donna tous les soins et l’amour dont j’avais besoin, renvoyant même les aides qu’on pouvait lui envoyer. Elle s’en voulu tant pour ces premiers jours d’abandon qu’elle décida de me donna un deuxième prénom qui serait loin de celui donné par mon père ? Ainsi, je fus nommé Ryuunosuke Yuri Gumi et j’allais être le prochain « Faucheur » de la famille mafieuse dans laquelle j’avais vu le jour.

Dès l’âge de trois ans, ma formation pour mon prochain rôle me fut donnée. Avant toute chose, on m’apprit les règles et la hiérarchie de la famille. Au début, je fus assez ouvert à ces leçons parce que je pensais que c’était pour le bien. Je ne voyais alors pas à quel point ma mère s’inquiétait pour moi. Faisant abstraction aux désirs de mon père qui voulait me voir devenir un tueur sans cœur, elle m’apprit combien la gentillesse et l’amour étaient primordiaux dans la vie, que sans ça elle perdait une très grande partie de sa valeur, la rendant fade voire invivable. Malheureusement, les enseignements sur les maniements de la faux, arme de prédilection de ma famille depuis des années, vinrent assez rapidement : vers l’âge de cinq ou six ans, on me mit l’arme en main et on me fit faire les mouvements de base à répétition. Au début, je le fis sans rechigner, notamment parce que je ne comprenais pas du tout à quoi cela allait me servir. Mais, très vite, lorsque j’eue atteint mon septième anniversaire, les combats contre mon père m’apprirent ce à quoi j’étais destiné. Lui aussi utilisait une faux et n’hésitait pas à me punir en me blessant avec. Ces punitions étaient faites quand je faisais une erreur ou quand j’osais dire que je ne voulais pas du rôle auquel on me prédestinait depuis ma naissance. Je savais alors ce que je risquais après la première cicatrice qui me fut faite, mais je continuais à me rebellais en ayant en tête les enseignements de ma mère. Voyant, la première année, que rien ne fonctionnait, on envoya la seule femme de ma vie loin de moi, comme en exil. Cela me blessa profondément. Plus que ces stigmates toujours plus nombreux sur mon corps. Son absence me devint si pénible que je finis par me remettre de plus en plus lentement de ce qu’on m’infligeait.
Malgré mes absences souvent longues et inexpliquées pour les personnes extérieures, j’allais à l’école dès l’âge de cinq ans. C’est de cette manière que j’appris que ma vie n’avait rien de normale. Au début, je pus me faire des amis, jouer avec eux et m’amuser en suivant l’enseignement d’amour que ma mère m’avait inculqué. Mais, le temps passant, je finis par me détacher d’eux. Leurs incompréhensions concernant mes absences, les questions concernant mes cicatrices toujours plus nombreuses et les différences dans mon comportement devenaient toujours plus blessantes. Pire encore, le fait que j’apprenne qu’ils pouvaient être mes potentielles cibles une fois que je prendrais le rôle de « Faucheur » ne me laissait pas vraiment le choix : pour éviter qu’ils soient tués pour une raison x ou y par une personne qu’ils connaissaient, je préférais me détacher d’eux pour toujours. Cela me fit mal. Très mal. J’avais envie d’avoir des amis et de me considérer comme étant normal, mais rien n’était fait pour que je le ressente. Bien au contraire. Néanmoins, j’allai tout de même en cours pour m’éloigner un peu de la vie qu’on me destinait.
Jusqu’au jour où tout cessa.

L’été de mes douze ans, j’étais devenu assez bon dans le maniement de la faux que j’évitais la plupart des coups de mon père. Je n’avais encore jamais porté la mienne sur lui, me contentant de me défendre, ce qui l’agaçait profondément. Le voir perdre son sang-froid provoquait en moi autant de plaisir malsain que de peine. Jusqu’au jour où il m’apprit que l’endroit où on avait envoyé ma mère était le paradis. Certes, au fond de moi je le savais, notamment parce qu’elle ne répondait jamais à mes lettres. Ces dernières, je les avais envoyées moi-même pendant mon temps libre à une adresse qu’on m’avait indiquée sans qu’elles ne me reviennent jamais.
Bien franchement, à partir du moment où j’avais perdu celle qui me convainquait constamment de lui pardonner, j’avais commencé à haïr profondément mon père. Les blessures incessantes, le manque d’amour et le harcèlement que je subissais pour devenir son digne héritier ne me plaisait pas et me donnait juste envie de le voir disparaître pour toujours. Ce que je venais d’apprendre n’était alors qu’une occasion rêvée pour mettre en marche mes envies sanguinaires contre lui. Pourtant, ce n’était pas réellement moi. Je ne voulais pas faire du mal à qui que ce soit et c’était la raison pour laquelle je n’avais rien fait contre mon père, même lors des entraînements. Pourtant, fou de colère et de chagrin, je provoquai mon père en duel, ce qui le ravi au plus haut point. Pour la première fois depuis que je maîtrisais mon arme, je portais des coups qui se voulaient mortels. La plupart du temps, il les esquivait assez bien alors qu’il me touchait souvent. Mais, ce qu’il ne comprenait pas, c’était que je cherchais à le piéger. Je réussis d’ailleurs ma manœuvre de justesse car souvent poussé à bout par les paroles incessantes de mon adversaire. Quand il fut coincé dans un coin de la pièce, je n’étais plus réellement moi-même. En vérité, je ne l’avais jamais été durant ce duel bien que je me souvienne de tout ce qu’il s’y était passé. Juste avant de commencer qu’on ne croise le fer, je m’étais calmé pour devenir froid, distant, voire intouchable. C’est donc sans aucun état d’âme que je lui portai enfin le coup fatal, le tuant sur le coup. Le sourire satisfait montrait qu’il était ravi que je sois dans cet état d’esprit alors que je venais de l’assassiner, mais en plus qu’il venait de me crever un œil, me l’arrachant presque de mon orbite. Quand tout fut finis, je redevins celui que j’avais toujours été et m’évanouie de douleur et d’horreur.

Suite à cela, une enquête fut ouverte. Des policiers vinrent me trouver pour me demander ce qu’il s’était passé, mais je ne leur avais rien dévoilé. D’un certain côté, parce que je n’arrivais pas à réaliser ce que j’avais fait. Comment avais-je pu porter la main sur quelqu’un, aussi cruel soit-il ? Ce fut donc la famille qui donna quelques réponses en prétextant qu’un témoin était là. Pour que cela soit crédible, tous les domestiques présents furent endoctrinés ou pire pour qu’ils disent la même version : sous un coup de folie, mon père s’en était pris à moi en prétextant qu’étant la Faucheuse il avait droit de vie ou de mort sur toutes les personnes vivant sous son toit. De ce fait, j’avais tué mon père qui m’attaquait en utilisant une de ses faux. L’arme du crime n’était autre qu’une des nombreuses faux que la victime collectionnait, ce qui n’était pas totalement faux. On mit donc ce meurtre sur de la légitime défense.
Puis quand vint la question de l’endroit où j’irais vivre. N’ayant personne pour me prendre sous son aile et la famille étant déjà bien impliquée, je fus officiellement adopté par une des personnes la composant. Pour cela, il s’était fait passé pour le cousin éloigné de mon père, ce qui lui donna rapidement des droits. Officieusement, il était décidé que je prendrais mes fonctions de « Faucheur » dès que je serais totalement rétabli. Cela me valut d’être traité comme un membre à part entière… en tant que pion.


Pendant un an et demi, on me soigna et me rééduqua pour que je puisse vivre sans problème malgré qu’il me manque un œil. Puis, une fois que je fus remis physiquement, puisque le moral ne suivait pas totalement, on m’intégra dans une équipe de tueurs de la mafia dans laquelle j’avais toujours été un membre à part entière depuis ma naissance. Mon rôle était de tuer les cibles qu’on m’amènerait d’une manière détournée pour que je les tue dans la nuit, loin du regard de la populace. Malheureusement, je ne fus pas très coopératif au début. Ne pouvant faire appel sur commande à mon « autre », on me fit subir multiples tortures. Mon chef, Mao, alla même jusqu’à m'enfermer et m'affamer pour me montrer combien lui désobéir était une mauvaise idée. Je ne tins pas un an avant de connaître une peur viscérale de lui et de ce qu’il pourrait me faire subir. En plus de cela, il m’avait fait une sacrée fleur en ne me coupant pas de doigt en ne faisant pas ce qui m’était demandé. J’appris donc à me réfugier dans une sorte de bulle dans mon esprit pour les moments où on me ferait subir des horreurs. Bien que j’en fus totalement inconscient, cela fit naître une seconde personnalité froide, distante et sans cœur. De ce fait, dès que je recevais une mission quelconque, je devins ce quelqu’un d’autre.

Je fis donc finalement la demande d’entrer dans un lycée japonais situé loin de l’endroit du quartier général. Ou, plus exactement, l’académie Chisê, croyant vainement que cela me détacherait même un peu de la mafia car, même si j’avais ce boulot sale entre les mains, on m’avait laissé aller en cours et « vivre » ma vie. Cette dernière, je l’avais passé seul dans mon coin dans une maison payée par la famille. Isolé, constamment perdu dans les horreurs dont j’étais autant le coupable que la victime, j’allais jusqu’à oublier les rudiments de la vie d’un lycéen normal. Je n’en pouvais plus et le seul moyen que je voyais de changer c’était de m’éloigner. On me le laissa croire, me demandant seulement d’obéir à Mao si jamais je venais à recevoir un ordre via SMS comme si j’étais devant lui. La façon dont ils firent leur menace ne me laissa aucunement croire qu’ils pourraient être si présents là-bas. A moins que je ne sois naïf ?

En tous les cas, une fois l’autorisation en main, je plais bagage et partit en direction de la ville d’Hoshi pour intégrer cette nouvelle école.



■ Et vous ?


Prénom/Surnom : Asuka (Asu), Yumiko (Miko), Yasushi (Yasu)...
Âge : 25 ans

Que pensez vous du forum à première vue ? J'adore les couleurs, les images et il est plutôt bien agencé à quelques détails près. Je ne sais pas si c'est moi qui cherche mal ou autre, mais je trouve que ça manque d'informations pour les classes (lycée/université) et les clubs auraient dû, selon moi, être regroupés en un seul sujet quitte à faire deux postes distincts.
Et comment avez-vous connu le forum ? Yokuboo et les top-sites m'ont aidée à vous trouver, mais c'est discuter avec une membre qui m'a décidée.
Qu'avez-vous mangé ce matin ? Code bon!
Autre : J'espère bien m'intégrer à ce forum (quoi qu'il n'y a pas de raison) et que mon perso sera accepté XD



Dernière édition par Ryuunosuke Y. Gumi le Sam 12 Aoû - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 731


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Sam 12 Aoû - 14:16

Coucou!
Bienvenue sur le forum, je suis ravi de te compter parmi nous o/ Je vais m'occuper de ta fiche!

Physique :
-> Pour la couleur de son unique œil, il va falloir que tu trouves une autre raison ^^ En étant japonais, le vert (tirant sur le doré ou non) n'est déjà pas possible ;)
-> Juste par curiosité, pourrais-tu me dire la taille de Ryuunosuke?
Le reste me va très bien!

Caractère :
-> Une double personnalité alors. Dis-moi, est-ce que Ryuu la contrôle? Je veux dire, après avoir lu l'histoire, je sais qu'il ne choisissait pas au début mais maintenant ... ? Est-ce qu'il choisit quand il devient "l'autre" ou bien, ça peut arriver n'importe quand?
Sinon tout me semble clair, aucun souci!

Histoire :
-> C'est Dorian qui va venir corriger cette partie. J'avoue sans honte que la mafia n'est pas du tout mon domaine, alors je laisse ma place =D

Et vous :
-> Concernant tes petites remarques :
- déjà merci! :3
- ensuite, pourrais-tu me mp ce qui te fait réellement défaut? Tu as parlé des classes, des clubs, j'aimerais beaucoup que tu me détailles tout ça dans un mp si tu le veux bien :D
-> Pour le mot de passe, il va falloir que tu retournes fouiner! Il te manque la 1ière partie du code ;)

Bon courage pour les petites corrections que je te demande o/
Préviens-moi quand tu auras fini! ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ryuunosuke Y. Gumi
M • Lycée - 4ième année
avatar

Messages 21


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Sam 12 Aoû - 14:57

Coucou :)

Voilà pour les corrections :
♦ physique : check
j'ai rajouté deux phrases pour expliquer la couleur des yeux et précisé sa taille.
♦ caractère : check
j'ai rajouté deux phrases pour expliquer s'il y a contrôle ou non.
♦ histoire : j'ai hâte de Dorian passe dans ce cas ;)
♦ mot de passe : check

Pour ce qui est du MP, je te l'envoie dès que possible ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
S • Médecin scolaire
avatar

Messages 967


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Sam 12 Aoû - 16:13

Hey, me voilà en mode tyran de ta fiche 8D
C'est parti !


Etant donné que Ryuu naît dans une famille mafieuse (le père en tout cas) et que sa mère finit par se faire tuer, j'aimerais savoir comment se sont rencontrés ses parents ? Au vu du peu d'intérêt que lui porte son mari et à la facilité qu'il a eu à la dégager/tuer pour laisser libre champ à son fils, il n'y avait pas spécialement d'amour entre eux, si ?
C'était donc un mariage arrangé ? Forcé ? Peut-être peux-tu t'appuyer en disant que son père était puissant dans la mafia en son temps et qu'il a joué des coudes pour épouser la femme qu'il voulait (qui qu'elle soit) même si elle ne voulait pas de lui, et qu'elle avait trop peur de mourir pour lui refuser quoique ce soit ?

Ryuu a visiblement vécu dans une famille japonaise très traditionnelle, axée sur les coutumes et traditions et sur le respect hiérarchique qu'imposait le côté strict de la mafia.
Pour autant, Ryuu a-t-il eu une enfance normale à côté des leçons pour apprendre à manier la faux ? Est-ce qu'il est allé à l'école comme tous les enfants de son âge ?
► Si ta réponse est non, il me faut une explication.
► Si c'est oui, alors comment a-t-il vécu le fait de voir que les autres n'avaient pas la même vie que lui ? Comment se comportait-il avec les autres enfants ?

Tout au long de son apprentissage assez dur physiquement et moralement, que ressentait-il vis à vis de son père ? Est-ce qu'il le détestait ?
Si au début il ne faisait que faire ce qu'on lui disait parce qu'il est trop immature, pourquoi a-t-il continué à apprendre le maniement de la faux quand il a été en âge de comprendre ? Ca lui plaisait ? Ou parce qu'il avait peur de son père ?
N'a-t-il jamais essayé de tout arrêter, et de vivre une vie normale ?

Au-delà d'une double personnalité qui a amené Ryuu a tué son père, je parlerais plutôt d'un choc lié au traumatisme d'avoir appris que sa mère avait été tuée. Il y'a quelque chose qui s'est cassé en lui, il a perdu la seule personne qui a été douce avec lui et qui lui a apprit des sentiments positifs, ce qui peut facilement provoquer une intense colère et donc un choc. Mais je tique sur la double personnalité, ou alors faut que tu en fasses une maladie, comme une schizophrénie ou de la bipolarité mais c'est difficilement contrôlable.

Il a perdu un œil dans cette bataille, et les secours sont venus le sauver. Il y'a forcément eu une enquête de police pour savoir comment était mort son père. Pour éviter la prison, il peut parler de légitime défense vu qu'il a des blessures récentes et vieilles mais explique-moi tout ça quand même.

Et après c'est là que j'ai le plus de problèmes avec ton histoire. En gros Ryuu est sorti de l'hôpital a 13 ans et demi. Il se retrouve orphelin, et étant mineur il est forcément prit en charge par les services sociaux ou par un membre de sa famille (s'il lui en reste ?), il ne peut pas juste sortir et faire sa vie. Si tu veux que ce soit la mafia de son père qui le prenne en charge, il faut quand même que tu parles du fait qu'il a été enregistré dans les dossiers des services sociaux et a attendu en foyer d'accueil qu'on vienne l'adopter. S'il en a eu marre, il peut avoir fugué et avoir été retrouvé par les membres de la mafia de son père qui le suivaient de près depuis tout ce temps.

La mafia japonaise est une organisation hiérarchique très stricte et très puissante. Le meurtre est présent mais pas sans raison particulière et leur principale activité consiste à dominer le marché noir (armes, drogues, proxénétisme).
Si tu as envie que Ryuu ne soit qu'un pion dans cette équipe mafieuse, pas de soucis, il se laisse contrôler et n'obéit que par peur d'être encore puni ou torturé. Normalement en cas de désobéissance, un doigt est coupé mais ça enlèverait trop de charme a Ryuu alors on oublie cette partie lol ! Cependant qu'en est-il des tatouages ?

Il faudrait que tu précises que Mao (malgré les violences qu'il t'a fait subir) a été indulgent envers toi alors que tu tentais de lui tenir tête, uniquement parce que son père avait été un bon élément pour lui et qu'il lui fait honneur en t'accordant une 2ième chance. Il n'y en aura pas une autre. Les yakuzas sont très nombreux, ils ne sont pas à une personne près surtout si elle se révèle difficile à contrôler.

Chaque Yakuza a une vie "pseudo" normale a côté de son rôle de mafieux. Il est donc évident que Ryuu du haut de ses 17 ans va aller dans une école pour étudier et apprendre. La mafia va lui payer ses études. Donc pour ce côté on est ok. Pourrais-tu cependant détailler un peu ce qu'il a fait entre ses 14 ans et ses 17 ans ? Il aurait très bien pu être placé dans une autre école, ou avoir été hébergé dans les quartiers de Mao pour être "dressé" à être docile et obéissant. A toi de voir.

Et enfin la petite question bonus : niveau amour et relation sexuelle, il en est où le petit Ryuu ? Nada ?


Pfiouu ça a l'air pas mal déjà ! Quel pavé ! Bon courage ♥

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuunosuke Y. Gumi
M • Lycée - 4ième année
avatar

Messages 21


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Sam 12 Aoû - 18:32

Modifications effectuées. J'espère avoir répondu à toutes les questions posées XD

Sinon, pour le niveau amour et relations sexuelles, pour te répondre plus explicitement, nada et c'est bien pour ça que j'ai dit que son orientation sexuelle est inconnue :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
S • Médecin scolaire
avatar

Messages 967


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Dim 13 Aoû - 20:26

Parfait Ryuu, tes corrections ont apporté de la lumière à ma pénombre, et tout paraît soudain plus construit et plus solide ! Merci beaucoup !
Pour moi, c'est OK.

Je vais laisser Yoite te valider avec toutes les informations nécessaires dans la soirée, et tu pourras enfin te lâcher !

Encore bienvenue chez nous Ryuu-chan ♥

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 731


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   Dim 13 Aoû - 21:41

Me revoilà! o/
Donc félicitations Ryuu, tu es désormais validé! Bravo!

Voici les liens nécessaires pour ne rien rater et prendre un bon départ sur le forum :
- Demande de rps.
- Avatars.
- Journal Intime.
- Rang du personnage.
- Les classes.
- Le livret scolaire.
- Les clubs.
- Le pensionnat ou les logements en ville. A toi de voir si tu es logé à l'académie ou si tes tendres (xD) mafieux t'offrent le gîte et le couvert ^^
- Et le lien pour l'event en cours où tu peux aller t'inscrire si tu veux : Le Labyrinthe

Si tu as des questions ou autre, n'hésite pas à nous le demander ici ou sur Discord. On sera à ton écoute o/
Amuse-toi bien sur le forum et encore merci de ton inscription!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ryuunosuke Y. Gumi, le choix ne lui était pas permi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Votre personnage :: Étudiants & Voyage Scolaire (lycée, université) :: Fiches validées (2017) :: Lycée-
Sauter vers: