Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Mar 19 Mai - 18:56
S • Inspecteur
avatar
Messages : 656

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Inspecteur
Il avait mal partout dans le haut du corps. Particulièrement au torse et aux côtes. Ca avait son côté comique quand même. Au séisme il s'en était sorti comme un boss, sans aucune égratignure, ni bosse. Rien du tout. Mais il avait réussi à se péter le poignet en Septembre, parce qu'il avait perdu contre un panneau de signalisation, et ensuite contre des barreaux. Là, il venait de se faire tabasser par un mec drogué qui pesait 40kg tout mouillé. Si Ethan était en état, il serait en train de rire. Fallait pas croire, il avait de l'humour. Douteux, certes, mais il était pas complètement aigri. Bon par contre, Ethan avait intérêt à soigner son égo en se disant que c'était l'effet de surprise, et que Lun n'avait pas été fairplay. Bah ouais, ça se fait pas de taper sans laisser la possibilité de rendre les coups. Et une petite voix vint lui souffler qu'il avait fait exactement la même chose à Wun. Mais c'était pas pareil. Le russe, il... Ok, c'était exactement pareil. Sauf que Marv avait au moins « l'excuse » d'être sous l'effet de la drogue. Mais l'américain avait « juste » amoché son bro, pas au point de lui faire cracher du sang. Et il avait été capable de se déplacer tout seul malgré l'alcool. En même temps, l'alcool adoucit la douleur. Mais quand même.
Là Ethan était soutenu par des étudiants, parce que soulever 80kg c'est pas à la portée de tout le monde, surtout qu'il ne mettait pas vraiment du sien pour essayer de tenir tout seul. Le populaire – Non, pardon – L'ULTRApopulaire était un peu trop étourdit pour se rendre compte de ce qu'il faisait. Sinon, il aurait râlé pour dire qu'il pouvait aller tout seul voir le vilain infirmier qui hibernait dans son bureau comme un ours mal léché. Parce que là, c'était pas à coups de mercurochrome que ça allait passer, mais avec des anti-douleurs, et tout un tas de trucs. Tout ça à cause de Marv. Oui, il était vachement traumatisé par sa mésaventure. Au lieu de se dire que la prochaine fois, il allait éviter d'énerver un Junkie pour rester en vie. L'américain maudissait le creep' parce que... Il allait avoir une cure de vitamine C et des glaçons sur la face. Surtout que l'infirmier avait sans doute eu son lot de petit bobo pour la journée. C'est fou depuis le séisme, les gens ils étaient trop chiants à ses yeux. Il s'énervait toujours pour des trucs à la con, mais c'était vraiment énervant. C'était quoi cette manie de jouer avec son crayon contre la table, là ? Pouffer comme une pucelle en plein cours ? Jouer à la gameboy (pour les nostalgique) ou PS vita (pour les technologiques) pendant que le prof explique ? Le premier, le crayon était à détruire, le second c'était carrément la personne, et les consoles à péter en deux avec un petit message « Game over ».

Bon ok. Ethan était un peu stressé ces temps ci. Il commençait légèrement à voir le bout entre Miya, Wun, et son entreprise, et là Paf, Marv et son « Je suce pour 60$ » arrivait littéralement sur ses genoux. C'était le destin qui lui disait « Je te laisserai jamais tranquille, mouhahahaha, je vais te trololer jusqu'à la fin de tes jours ». C'était cruel. Cruel et méchant, de mettre Marv sur sa route. Il savait pas pourquoi, il lui avait pas parler longtemps, mais il devinait déjà qu'il était un nid à problème. Et forcément Ethan, en personne altruiste et trop curieux allait finir par fourrer son nez dedans. Ca le déprimait déjà. Ouais, c'est un champion l'américain. Il s'auto-déprime. Après le côté auto-destructeurs, auto-jemeflatte, auto-jemelancedespavés, c'est l'auto-déprime. Dommage l'auto-off n'existe pas sur lui. Marv avait en fait dû essayer de trouver le bouton, mais à force de frustration, il avait tapé un peu partout. Malheureusement, ses côté avait dû en pâtir s'il entendait bien sa respiration sifflante. Au moins, il était sûr qu'elles étaient pas cassées. Peut être foulées et c'était largement suffisant ! Ah non, déjà un poignet c'était trop. Hyper frustrant, mais ça l'avait pas empêcher de s'occuper de l'ouverture du club de basket. Hyper chiant ça aussi. Tiens, il devrait faire une liste de tout ce qui l'emmerde ces temps ci. Quand il se disait qu'il avait besoin de vacances ! Mais il savait pas pourquoi, y avait une partie de lui qui l'en empêchait : « Si y a un problème ? Et si on a besoin de moi ? Et si Miya le prenait mal ? » Autant, les « si » ça pouvait faire rêver, autant ça pouvait pourrir la vie.

Bref tout ça pour dire qu'après un long chemin périlleux, du même type que le voyage de Frodon sans l'anneau (lui il maîtrisait son pouvoir et pouvait le porter), il arriva à la montagne du destin (encore lui !) qu'on peut appeler plus simplement, l'infirmerie. Sauron en maître des lieux parlait aux petits hobbits (Depuis quand Sauron détruit pas tout sur son passage ?) alors qu'on l'installait il savait pas où. Et c'était là qu'il captait, qu'il était complètement à côté de la plaque. Depuis quand il imaginait l'univers de Tolkien à Hoshi ? D'ailleurs, comment c'était possible qu'il arrive à réfléchir à tout ça, alors qu'en tant normal son imagination était aussi pauvre que Marv. Néanmoins, le fait qu'il se dise ça, était plutôt bon signe. Il semblait reprendre (ou perdre, à voire) ses esprits. Il posa sa main sur sa tête en grimaçant tout en s'ordonnant intérieurement d'arrêter de divaguer. Quelle mauvaise idée de bouger puisqu'il sentit un liquide tiède au niveau de son arcade sourcilières. Oh le con. Pop-corn avait abîmé son joli visage. Sa fiancée allait le tuer. Ou tuer Lun. Ou les deux. On est jamais à l'abris avec une personne qui peut perdre du sang pendant une semaine sans en crever.

Il se mit à gémir de douleur en sentant sa tête tourner méchamment. Bizarre, avant elle avait juste été douloureuse. Là l'américain avait envie de vomir. Un peu comme s'il avait trop bu et s'être allongé. Ah non, il avait pas été s'allonger, quand même ?! Aucune importance, il prit le premier truc qui lui tomba sous la main pour régurgiter un truc pas hyper glamour, un mélange de repas et de sang. C'est là qu'on voit il mérite vraiment d'être populaire avec sa face dégueulasse et sa classe vomissante.

-Mais à part ça, ça va.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

The time will come, when you'll have to rise
above the best, improve yourself,
your spirit never dies!
Farewell, I've gone, to take my throne
I.D - Warriors
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Mai - 12:45
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1020

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
- 1, 2... mmh... 7 marmonna-t-il tout en gribouillant quelque chose d'illisible sur un petit formulaire de cases à remplir. Sa mission de la semaine, rétablir l'ordre dans ses produits pharmaceutiques. Et c'était pour cette raison qu'il s'épanouissait dans son bureau bruyamment silencieux à refaire l'inventaire. Si d'ordinaire cette mission l'aurait plus qu'irrité au point de tout balancer et d'aller insulter une fois de plus la secrétaire du Directeur sur son incompétence et son manque cruel d'informations quant aux tâches qu'il devait effectuer ou pas dans SON infirmerie, cette fois, Dorian n'avait rien dit. Il n'avait ni bronché, ni refusé. La secrétaire s'était pourtant déjà préparée à s'engueuler une fois de plus avec lui, elle avait croisé les bras, froncé les sourcils et attendait patiemment de sortir des réparties pas toujours mal placées. Mais là encore, Dorian avait gagné, parce qu'il avait juste accepté d'un grommellement naturel et il était reparti la main dans la poche et l'autre sur sa béquille, sans plus de formalité. Elle en était restée bouche bée.

La feuille l'attendait sur le fameux bureau, et il  la regarda pendant de longues minutes sans avoir l'envie de le faire. Depuis plusieurs semaines, il songeait sérieusement à changer de vie. Le séisme avait réveillé en lui quelques instincts humanitaires qu'il n'aurait pas soupçonné. Cette espèce de frustration et ce manque d'initiative qu'il avait ressenti pendant cette atroce expérience l'avait cruellement offensé. Il s'était senti inutile et vraiment pas préparé. Dès sa sortie de l'hôpital, il était revenu à l'Académie malgré son obligation de rester encore quelques temps chez lui à cause de ses séances de rééducation pas pratiques, et il avait exigé un rendez-vous avec le Directeur. Il avait alors demandé s'il existait des formations de préparation psychologiques et matériels à ce genre d’événements. Il voulait se sentir préparé et était même prêt à organiser des cours d'aide pour les étudiants qui souhaitaient savoir quoi faire dans de telles situations. Mr Shiori n'avait pas du tout été contre l'idée et lui avait proposé plusieurs contacts à ce propos. Il lui avait même dit d'organiser son emploi du temps en fonction pour pouvoir assister à ces heures de formation. Dorian continuait de réfléchir à ce propos, il  tentait de mûrir le projet à sa juste valeur, quitte à devoir aller faire un stage parmi des boutonneux pour ne plus subir cette humiliation d'auto-insatisfaction.

- Ok ça c'est bon, maintenant les compresses.... Mmh... Une boîte, 2, mmh...

Il fut coupé dans sa réflexion intense par un bruit dans le couloir. Un groupe d'étudiants arrivait. On aurait dit à les entendre qu'ils transportaient quelque chose de lourd et de pas pratique. Il n'avait pas fermé la porte de son infirmerie pour ne pas décourager les plus hésitants, aussi il attendit curieux, de les voir passer.
Ils tournèrent dans sa direction et Dorian marqua un temps d'arrêt, lunettes sur le nez et feuille à la main. Son sourcil s'arqua, il ne put s'empêcher d'avoir les mêmes pensées intérieurs qu'avant le séisme - Encore un idiot qui s'est prit les pieds dans le tapis... - Il ne bougea pas d'un pouce un peu gêné dans ses déplacements encore à cause de sa blessure à la jambe et laissa le groupe entrer jusqu'au milieu de son bureau. L'étudiant qui était porté semblait vraiment mal en point. Son visage pissait le sang et il avait l'air de souffrir le martyre. Pas encore assez visiblement puisqu'il osa prendre une sorte de petite assiette en inox que Dorian avait soigneusement nettoyé quelques minutes plus tôt pour y déposer ses futures seringues usées, pour y déposer une adorable régurgitation. Cette fois, Dorian se déplaça. Il posa sa feuille, et son stylo et retira ses lunettes pour s'approcher de façon boiteuse pour admirer avec répugnance ce sublime vomi.

- Quel humour. C'est bon, laissez-le, je m'occupe de lui. Merci de l'avoir amené jusqu'ici.

Les élèves le déposèrent contre Dorian et repartirent. L'infirmier prit le jeune homme qui pesait vraiment son poids et l'allongea comme il pu en grimaçant, sur son fameux sofa qui avait tant servi depuis son installation. Il recula un peu pour admirer les dégâts. Le jeune étudiant se tenait le ventre comme s'il avait mal aux côtes. Son arcade sourcilière était pétée visiblement et son visage était couvert de bleus. Une bagarre, de toute évidence.
Il ne perdit pas de temps et s'empressa de récupérer le matériel nécessaire, remettant son inventaire à plus tard. Compresses, désinfectant, steristrip, pochettes de froid et compagnie pour dégonfler tout ça. Il s'occupa premièrement des choses les plus évidentes et épongea le sang sur son visage, il examina de plus près son arcade et y colla le steristrip une fois que ce fut désinfecté. Il nettoya approximativement son visage pour ne pas laisser de plaie superflue empirer. Il s'occupa ensuite du reste. Il lui injecta une petite dose de morphine pour tenter de calmer un peu la douleur et puis vint l'heure des explications :

- Passé sous un camion ?

Il sera difficile pour Dorian d'imaginer qu'un gamin de 60kg avait pu faire ça à ce grand gaillard. Mais après tout, par surprise, tout est possible. Il prépara la seringue pour l'éternelle prise de sang par habitude professionnelle et piqua sans trop le prévenir après avoir installé le garrot. De toute façon, avec la douleur qu'il avait l'air de ressentir, ce n'était pas le genre de choses qui le ferait bondir jusqu'au plafond.
Il tâta son corps un peu partout au niveau des jambes pour vérifier que rien n'était cassé mais il était arrivé en marchant -de façon désordonnée certes- donc ça devait aller. Il lui ferait quand même une ordonnance pour passer des radios à l'hôpital de Chisê. Il avait demandé ce genre d'appareils à la Direction mais ça avait été refusé. Il n'était pas autorisé à pratiquer ce genre d'analyses dans une école, et s'il s'en servait trop souvent, la plupart des parents d'élèves se poseraient peut-être trop de questions quant au genre d'école que leurs enfants fréquentaient. On en reviendrait bien vite au problème de l'insécurité qui s'était posé après le cas Donovan, qui n'avait toujours pas avancé d'ailleurs. Il avait autre chose en tête.

La prise de sang fut faîte, et les plaies superficielles furent corrigées. Il retourna vers son bureau et gribouilla l'ordonnance pour le gamin qui stipulait des radios au niveau du torse et des hanches. Il posa le tube rempli de sang sur le bureau, à côté du sien qu'il avait fait quelques heures plus tôt. Il avait prit cette habitude depuis le séisme, il ne voulait rien laisser au hasard. La moindre défaillance ne sera pas manquée. Il étiquettera les tubes plus tard.
Il sortit ensuite une dose faramineuse de médicaments contre la douleur qu'il plongea dans un sac après avoir écrit les prescriptions dessus. Il les sortit sur son ordinateur pour tenir correctement ses stocks à jour et entama le dossier de l'étudiant qui continuait de gémir sur son sofa, tout en jetant un œil protecteur sur lui. Il ne pouvait rien faire de plus, la morphine allait bientôt le soulager. Au pire, il pouvait passer la nuit dans un des lits de l'infirmerie si le cœur lui en disait.
Il tiqua sur son nom et prénom. Il n'avait pas vraiment bien regardé à vrai dire, alors il s'intéressa à lui de plus près. Il regarda son visage, il lui disait quelque chose, il l'avait sûrement déjà croisé dans les couloirs, depuis le temps qu'il travaillait ici, il commençait sérieusement à connaître la plupart des têtes. Il fronça les sourcils pour tenter de se rappeler et enfin il trouva. Matthews, Ethan Matthews. Evidemment. Comment ne pas le connaître, Monsieur Ultra-Populaire après ses actes héroïques pendant la catastrophe. Dorian le regarda presque avec envie. Un gamin si jeune et si courageux, il aurait presque aimé être à sa place. En plus, la ressemblance physique avec Dorian plus jeune était assez intéressante. Il esquissa un sourire et chassa cette idée saugrenue de sa tête en reprenant son dossier. Une fois que ce fut à peu près terminé, il retourna près de lui et s'assit sur son petit tabouret à roulettes qu'il affectionnait tant.

- Alors Monsieur Matthews, héros y'a quelques mois et victime aujourd'hui ? Je suis curieux de savoir ce qui s'est passé.

Vraiment, c'était assez incompréhensible. Le jeune homme était bâti comme un Apollon, il affectionnait le sport autant que les études intellectuelles et ses exploits avaient fait le tour de l'école. Si un mec devait être à l'abri de coups bas ici, c'était bien lui, alors comment avait-il pu en arriver là... Mystère.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Mai - 19:09
S • Inspecteur
avatar
Messages : 656

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Inspecteur
Haaaaan, enfin quelqu'un qui voyait qu'il avait un sens de l'humour dès les premières paroles ! C'est magique ! Fabulueux ! C'était les canards qui dansaient la polka, avec un verre de vodka. Ca méritait trop un câlin, ça !

Woh, woh, woh... On allait se calmer là. Ethan était très loin d'être expansif, mais il afficha son sempiternel sourire sarcastique et ô combien chaleureux. Et puis on allait éviter de rire parce que ça allait faire très mal aussi. Par contre, ce qu'il trouvait beaucoup moins drôle c'était de devoir se tenir contre un handicapé. Un, le jeune homme savait qu'il n'était pas dans la catégorie poids plume, deux, on est toujours mal à l'aise de demander de l'aide à quelqu'un qui en aurait besoin aussi, trois... Y en a pas. Bien heureusement, le supplice ne dura pas bien longtemps puisqu'il posa ses fesses sur le canapé en un grognement de douleur. Ca venait de chatouiller ses côtes. Mais il n'eut pas vraiment le temps de souffler (De toute façon, c'était plutôt une mauvaise idée) que l'infirmier s'occupa directement de lui. Il semblait si moche que ça ? Son beau visage était devenu si... minable ? Boarf, ça lui donnerait un côté plus viril s'il avait une cicatrice... Et il pourrait gagner le joli surnom de « défiguré ». Néanmoins, il ne fit pas trop de chichi, puisqu'il se laissa faire comme un gentil chien docile. Sans déconner, pour une fois qu'il râlait pas, c'était à applaudir ! Ok, ça serait plutôt mal venu de chouiner comme un enfant, et tellement... Risible venant de lui.
Mais... Il restait humain et il sursauta en sentant l'aiguille entrer dans sa peau. L'idée de prévenir ça n'effleurait pas l'esprit de l'autre idiot ! Quoique... En définitive, il s'en foutait un peu. Bien au contraire, il resta observer le produit entrer dans son organisme avec une certaine fascination. Non, mais y avait de quoi... Fallait imaginer. La morphine entrait dans le sang, avant d'être distribuer dans TOUT le corps, ça endormait les nerfs et ainsi, ils étaient incapable d'envoyer un message au cerveau. Et le cerveau ne faisait ressentir aucune douleur. Ou un truc comme ça. En définitive ça agissait sur le cerveau, hein ! C'était le seul à être émerveillé par ça ? Oui, bon bah tant pis.

Mais un cerveau c'est trop cool quand même. Ca gère tout. Absolument tout. Les sentiments, l'équilibre, les prises de décisions, les sensations, la parole, les gestes. Comment on ne pouvait pas s'intéresser à ça ? C'était tout ce qui constituait une personnalité. Pourtant, il dû quitter ses merveilleuses pensées quand l'infirmier lui posa une question. Il mit quelques secondes à capter de quoi il parlait, avant de sourire amusé et de répondre sur un ton plus ou moins mystérieux.

-Un caniche qui s'est fait trop battre par ses maîtres.

Des paroles volontairement sibyllines, Ethan n'avait aucune envie de dénoncer Lun. Sans trop savoir pourquoi. Il lui avait laissé au deux seuls fois qu'il l'avait rencontré une très mauvaise impression. Mais de l'être arrogant et sûr de lui, il avait vu cette partie ébréchée et perdue. Un paradoxe qui attirait bien plus sa curiosité qu'autre chose. Le jeune homme n'avait pas l'impression d'être à côté de la plaque en disant ça à l'infirmier.
De plus, son comportement n'avait pas été réellement agressif. Ni coupable d'ailleurs. C'était la faute des autres d'après lui. Le hic, c'était que généralement c'était aussi de sa propre faute. Lun avait cédé à la drogue avec ou sans raison valables, et il était temps que quelqu'un mette les points sur les « i », si personne ne le faisait. Ethan gentil ? Non. Il aimait juste faire la morale, et détruire les gens à force de reproches. Sans trop savoir pourquoi. Peut être parce que ça l'emmerdait tous ces gens qui faisaient ce qu'ils voulaient, tout en plaignant leurs malheureux sorts, alors que lui était emprisonné dans des responsabilités non voulues, et qu'on lui demandait toujours d'être au top, sans lui demander s'il tenait le coup.
Et une nouvelle fois, adieu pensées en sentant une nouvelle aiguille se planter dans sa peau.

-Hey !... Ah... Pourquoi ?

Sur le coup, il avait pensé que l'infirmier lui foutait une nouvelle dose de morphine et il en était hors de question. Il savait qu'il était très réceptif aux médicaments et que la première était amplement suffisante. Mais après, le populaire avait vu que ce n'était qu'une simple prise de sang, donc c'était plutôt un soulagement. L'idée de délirer... Ca l'amusait pas franchement, et ensuite il s'était demandé pourquoi, il prenait cette précaution. Pas qu'il avait quelque chose à cacher, il s'en foutait, tant qu'on le vidait pas de son fluide vital, mais il était réellement curieux. Ce qui n'était pas difficile à deviner avec ce regard d'enfant sur le point d'apprendre une nouvelle chose sur les aventures des pokemons.

Une fois que ce fut fait, Ethan chercha à se redresser. Non pas pour se barrer, il était pas complètement con quand même. Il se souvenait qu'il avait de la morphine dans le sang, mais pour se mettre à l'aise. Le défis... Réussir à choper un coussin sans se faire trop mal. Le jeune homme n'avait pas trop envie de déranger Sauron plus qu'il ne l'avait fait déjà. Il galéra quelques secondes avant de le mettre dans son dos pour une position semi-allongé, histoire de faciliter sa respiration et de laisser sa côte à peu près tranquille. Sauf qu'il n'était pas à l'aise, et malgré son état, il ressentait cet ultime bougeote... Ah non, plus trop, maintenant. C'était un état profond de fatigue et de flemme. Il détestait ce médicaments qui le rendait beaucoup trop moue à son goût, même si la douleur semblait de moins en moins présente.

Il vint sourire comme un con lorsqu'il entendit le mot « victime »... On l'avait souvent qualifié de connard, d'arrogant, de sale gosse de riche, d'idiot, de nounours, d'ours, râleur, grincheux, de « monsieur parfait » avec ironie, mais certainement pas de victime.

-Faut croire que les gens n'aiment pas trop l'arrogance et les leçons de morale.

Oui, quelque part, cet état il l'avait bien cherché. Il aurait dû tracer son chemin et balancer Lun à la direction, mais il avait préféré le pousser à bout. En même temps... C'était plus drôle comme idée... A la base... Il avait pas prévu qu'un mec de 60kg viennent lui taper dessus comme un bourrin, et donner un coup de pieds à ses côtes. Mais l'américain en bonne poire... Ne lui en voulait pas.
Et il vint capter autre chose... Il comprenait pas le héros. Il sortait d'où ce truc ? Aucune importance, y avait autre chose qui vint occuper son esprit.

-Je suis privé de sport pendant combien de temps ?

Si pour l'infirmier c'était une question stupide, il n'en était rien pour Ethan. Il avait déjà dû mettre en suspend ses entraînements avec son poignet, et ça ne lui plaisait pas vraiment de recommencer. Finalement là, il en voulait beaucoup à l'androgyne. S'il avait assez d'énergie, il hurlerait de frustration. Au lieu de ça...

-Si y a une ordonnance à faire, c'est Ethan Aaron Matthews.

Au cas où... Sa présence devait déjà empoisonner l'infirmier, en voyant qu'il y avait plein de trucs de sortit. Il avait facilement déduit que c'était un inventaire. Il grogna en souvenant que Décembre arrivait, et qu'il allait devoir s'y mettre aussi de son côté. La tâche trop fastidieuse qu'on voudrait bien déléguer à quelqu'un d'autre. Malheureusement, tous les employés étaient appelé, et lui y comprit. Etre fils de PDG n'accordait pas que des privilèges. Et s'il y avait bien une chose qu'Ethan détestait dans ces moments là... Etre interrompu.

-Désolé pour le dérangement.

Oui, monsieur est parfois poli. Ca posait un problème ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

The time will come, when you'll have to rise
above the best, improve yourself,
your spirit never dies!
Farewell, I've gone, to take my throne
I.D - Warriors
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Mai - 23:55
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1020

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
Un caniche ? Maître ? C'était quoi encore cette histoire ? Dorian fronça des sourcils. Cette allusion métaphorique lui avait immédiatement mis la puce à l'oreille, comme s'il parlait là de racket, voire d'esclavage. Il y'avait matière à s'offusquer, à crier à l'injustice et au manque de démocratie et de liberté dans ce pays de fous mais il revint vite sur terre quelque secondes plus tard... Ethan Matthews... caniche ? Non, impossible. Il y'avait comme un énorme gouffre entre ses deux termes. Jamais le Matthews ne se laisserait faire à ce point là. C'était autre chose, une chose différente, peut-être tout aussi dangereuse mais dont il ne parlerait sûrement pas avec lui. Et puis après tout, et alors ?? Dorian n'avait fait que faire la conversation pour lui changer les idées et planter plus facilement les aiguilles, il n'était pas là pour lui faire un bilan psychologique et juger de son auto-dérision, le newbie psy n'avait qu'à s'en charger. Son état actuel était quand même préoccupant. Qui avait bien pu lui faire subir ça ? S'il avait su que c'était Marv, ce jeunot qui avait traîné pendant des mois dans le bureau de Valentine, il aurait sûrement voulu lui en toucher deux mots. Seulement il ne savait pas, et il s'en portait pas plus mal. Chacun sa vie.

Lorsqu'il planta la deuxième aiguille, il y eut une réaction enfin normale de l'étudiant. Il sursauta légèrement et demander le pourquoi du comment. Dorian se laissa surprendre à sourire. Il s'intéressait à ce qu'il faisait ? Beaucoup des jeunes riches qui étudiaient aussi auraient laissé passer sans rien dire, trop timides ou hautains pour demander à quoi ça pouvait bien lui servir.
Alors en toute honnêteté, quand le jeune Matthews lui demanda, il se sentit presque fier de devoir s'expliquer. Il n'en laissa rien paraître mais il ne prit pas non plus un air agressif ou enragé. Il se contenta de lui répondre :

- Tu avez sûrement entendu parler il y'a presque 1 an d'une petite 'fiesta' dans le self de l'Académie. Des étudiants sont montés sur les tables, dénudés pour exposer leurs idées ou leur façon de penser. Ça a fait beaucoup de bruits et ça a surtout inquiété beaucoup de parents d'élèves... enfin bref... Depuis ce temps-là, dès qu'un élève vient à l'infirmerie, je suis dans l'obligation de lui faire une prise de sang pour voir s'il prend des drogues ou autres substances illicites. Ce n'est pas assez comme réforme je trouve mais c'est toujours mieux que rien...

Il se releva, prise de sang en main et haussa les sourcils, l'air taquin.

- Je saurais tout de toi grâce à ça. Mais si ça te dérange pas, j'aimerais que ça reste entre nous. Si trop d'étudiants sont au courant, ils éviteront l'infirmerie comme la peste.

Il esquissa un large sourire, le flouant par la même occasion. Impossible de savoir s'il était sérieux en disant ça.
Il n'avait pas spécialement remarqué qu'il était passé directement au tutoiement avec cet élève. Quelque chose les rapprochait. Leur caractère ? Leur manque d'empathie ? Leur physique ? Il ne savait pas, mais il ne le voyait pas comme un ennemi... ni comme un imbécile (si on oubliait le côté adolescent qui manque encore de maturité évidemment).

- Tu aimerais ça toi ? C'est toujours plus amusant de le faire que de le subir. Il faut savoir prendre des gants avec les gens pour mieux les enfoncer au moment venu, non ?

Pendant qu'il posait la seringue remplie de liquide brunâtre sur le bureau, il vit l'adolescent se redresser pour choper un coussin. Il voyait en lui cette rage de vaincre, de survivre et ne pas être la victime de son propre corps. Il aimait ce côté de sa personnalité, il aurait voulu se battre lui aussi pendant le séisme mais il n'avait pas pu. Anyway, c'est sûr que ça aurait été beaucoup plus simple avec une arcade pétée et une hypothétique côté cassée plutôt qu'avec une fracture ouverte à la jambe... Peu importe aujourd'hui. Il appréciait l'esprit de compétition.
Il se massa le menton, un peu embêté par sa nouvelle question. C'était délicat sans les résultats des radios et sans une idée précise de ce qui lui était arrivé avant. C'était la première fois qu'il le voyait dans son infirmerie alors que visiblement il avait déjà été impliqué dans des bagarres ou des 'cascades'.

- Je te donne cette ordonnance. Il faut que tu ailles passer des radios à l'hôpital de la ville, parce qu'ici, je ne peux pas. Ces radios, ils vont me les envoyer juste après qu'il les aient étudiés et là je pourrais te dire pendant combien de temps tu vas devoir te priver de sport. A vue d’œil, de toute façon, tu vas devoir attendre environ 1 mois au moins je pense histoire de plus avoir de douleurs du tout. Si tu as ne serait-ce qu'un os fragilisé au niveau des mollets, ou des poignets, tu risques de le re-casser si tu fais pas attention. Je ne dis pas ça pour te punir, c'est pour toi.

Il en avait croisé des tas des jeunes sportifs d'ici qui pleuraient contre lui parce qu'ils étaient privés de sport pendant plusieurs semaines mais Dorian n'était pas responsable, on ne tire pas sur le messager, il ne faisait que les prévenir, libre à eux de tenter le coup mais s'ils se cassaient quelque chose, là c'était plus pareil, d'un coup ils avaient peur et revenaient voir Dorian pour son verdict en espérant ne pas être confrontés à la terrible nouvelle de leur forfait définitif. A qui la faute ? ...

Il se retourna quand Ethan s'excusa pour le dérangement. Depuis quand ?? C'était son travail et la santé et sécurité de ses élèves lui apportaient bien plus qu'un simple inventaire... Aujourd'hui en tout cas.
Il se contenta d'un sourire, il ne savait pas être gentil et rassurer les gens, enfin saut peut-être avec Yume. Quoiqu'il en soit, avec Ethan il préféra se taire.

- J'aimerais que tu te reposes pour aujourd'hui au moins. Soit tu te poses dans le lit là-bas derrière toi, soit tu rentres chez toi mais il faut que j'appelle une ambulance, tu ne dois pas marcher. Ton choix ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Mai - 21:29
S • Inspecteur
avatar
Messages : 656

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Inspecteur
-On aurait dû les virer. Plus simple et plus sûr.

Il ne comprenait pas comment cette académie pouvait laisser faire de tel agissements. Des baffes avaient sans doute été perdu dans leurs enfances. Se promener à poil pour faire passer un message ? N'importe quoi. C'était simplement de la provocation de sale gosse capricieux. Il était temps qu'ils sortent du cocon familiale pour savoir ce qu'était la « vraie » vie, sans filet de sécurité qui s'appelle parents. La liberté des uns s'arrête là ou celle des autres commencent. On ne leur avait sans doute pas inculqué le respect, et c'était affligeant. Oui, ils auraient dû être viré. Pas la peine de prendre des gants avec des petits cons de ce genre. Non, non, ça n'énervait absolument pas Ethan... Enfin, si peu.

-Vous inquiétez pas. Ils l'évitent déjà. Vous n'avez pas la réputation d'être adorable. Et j'ai rien à cacher.

Mais l'américain le trouvait sympa. Il avait peut-être un don pour apprécier les enfoirés, il suffisait de regarder son équipe de basket qui d'un point de vue extérieur devait ressembler à une concentration de connard avec Eden, Makkuro, Yoite et... Lui. Ethan était tout de même assez lucide pour savoir qu'il n'était pas particulièrement apprécié. En même temps c'était pas de sa faute s'il était ronchon. C'était son caractère.
Quant à la prise de sang, le populaire s'en fichait comme de sa première chaussettes. Bien qu'il doutait que ce soit vraiment légal. Il n'avait pas signé quoique ce soit disant qu'on pouvait lui faire des prélèvements de sangs. Quant aux mineurs... Il fallait demander l'autorisation parentale. Enfin, toujours est-il que c'était pas son problème.

La remarque suivante tira un sourire amusé au cadet. Ce mec était tordu. C'était amusant. Mais il était tordu. S'il devait planter une aiguille dans la chair, il ne prendrait pas la peine de joueur de mec sympa avant de planter vicieusement. Enfin après, c'était peut-être une question d'expérience. Les gens se méfiaient moins, et il était donc plus facile d'obtenir  ce qu'on voulait... Mais ça restait tordu.

-La chirurgie m'intéresse plus.

Ouais, découper des corps vivant c'était pas tordu... C'était altruiste ! En détruisant quelque chose on permettait à une personne de vivre. C'était un processus fascinant selon Ethan. Voir un cœur battre aussi. Non, vraiment. Malgré qu'il se soit fait tabasser par Lun, l'américain voyait un vrai bonheur poindre le bout de son nez. Une véritable curiosité et non un travail rébarbatif. Il ne savait pas à quel point il se plantait...

Un mois au moins... Il ne pourrait pas faire de sport avant au moins un mois. Il grogna de mécontentement, un peu plus agacé d'entendre que c'était pour son bien et non le punir. Oui bah, il s'en doutait, hein ! Ca ne l'empêchait pas de ne pas être content. Il avait déjà été dispensé avec le poignet. Le populaire allait finir par s'empâter à force de rien faire. Il se mit à réfléchir à un quelconque sport qu'il pourrait faire : la piscine ? Non, il se ferait mal rien qu'en respirant... Les abdos ?... Même problème. Même problème avec tous les sports en fait.

-Fais chier.

Il soupira profondément, avant de se mettre à grimacer douloureusement. Tiens, même son tic de passer son temps à soupirer allait lui faire mal. En attendant, il semblait un peu déprimer par la nouvelle. Il n'avait pas l'intention de continuer, il préférait s'arrêter un mois, plutôt que de risquer d'aggraver son cas et prolonger son arrêt. Mais ça restait... déprimant. Il s'était déjà occuper de l'administration de son club lorsqu'il s'était abîmé le poignet. Il ne pouvait plus que superviser et ça le ferait bouillir de ne pas participer. La prochaine fois, il s'occupera que de sa petite personne au lieu de fourrer son nez dans les affaires des autres.
Il redescendit de son nuage aux proposition de Dorian. Ni l'une, ni l'autre ne l'intéressait. Hors de question de rester ici. Hors de question d'attirer les regards curieux des gens pour savoir ce qu'il s'était passé.

-Y pas une troisième solution genre... Quelqu'un vient me chercher en voiture ?

Il était conscient qu'il ne pouvait pas rentrer tout seul. Rien qu'à cause de la morphine dans le sang. C'était beaucoup trop dangereux. Mais il ne savait pas si c'était « conseillé » de s'asseoir dans une voiture. Il priait pour qu'on lui dise oui. Sinon, il allait rester là. L'ambulance était définitivement hors de question. Sauf s'il n'y avait plus personne dans l'académie. Mais ça... Fallait attendre que les derniers cours se terminent. Et puis en fait, il avait pas envie de réfléchir. La morphine ne l'aidait pas du tout à réfléchir, et il était conscient qu'il planait. Autant dormir, au moins ça lui fera passer la tentation de partir, parce que rester inactif c'était... Pas productif.

Spoiler:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

The time will come, when you'll have to rise
above the best, improve yourself,
your spirit never dies!
Farewell, I've gone, to take my throne
I.D - Warriors
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Mai - 21:16
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1020

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
Spoiler:
 


Quelle évidence... Bien sûr qu'ils auraient dû être virés. Déjà ces gamins pourris gâtés depuis leur naissance n'avaient aucun savoir vivre mais en plus ils se permettaient de jouer les imbéciles dans une Académie hors de prix qui fait tout pour eux. Le problème était là. Plus on donne, plus ils en veulent. Dans un lycée bas de gamme, sans moyens exorbitants, ces gamins auraient été congédiés sur le champ, sans possibilité de retour et là ils auraient maudit le système scolaire et auraient prié pour être riches et dans une école qui leur correspondait. Aujourd'hui, il y étaient mais ne réalisaient pas la chance qu'ils avaient. Dorian les détestait, sincèrement. Pas au point de les laisser crever pendant une catastrophe naturelle, bien sûr que non, mais il les détestait. Surtout Mitsumasa, ce gamin est un idiot doublé d'un imbécile. Complètement dérangé, il est sûrement atteint d'une maladie dégénérative du cerveau, ce qui expliquerait son comportement aussi loufoque d'inconscient...

Bref...
Il secoua la tête, pour reprendre ses esprits. C'était pas son boulot de les virer, donc qu'ils se débrouillent dans l'administration. Lui tant qu'il a son poste tranquille et qu'il ne doit pas changer les couches de ses australopithèques, il s'en foutait.

- C'était le but recherché. Au moins, j'ai pas une file d'attente immense pour un nez qui coule ou un bobo sur un doigt. Quand on vient ici, c'est qu'on a pas le choix, on qu'on s'est trompés. Je suis pas du genre assistance maternelle. C'est pas à moi d'apprendre l'éducation à tous ces morpions.

Il se mordit la lèvre. Mince, cet Ethan faisait ressortir ces bas instincts. Plus il passait de temps avec lui et plus il retrouvait ses anciennes pensées agressives. Il ressentait à nouveau cette envie de mordre dans le tas.
Après tout, qu'est-ce qu'il l'empêchait de faire le bien autour de lui tout en étant désagréable ? Il avait juste eu un peu honte de n'avoir été capable de rien et d'avoir eu la sensation d'être humilié devant les gens qu'il avait engueulé quelques jours auparavant. Il avait perdu de sa crédibilité, voilà. Il ne voulait pas passer pour le ronchon mal luné qui n'arrive pas à assumer ce qui lui est arrivé. Sauf que c'est son caractère d'être comme ça, enfin plus ou moins... Si Yume était là, elle poserait sûrement sa tête sur son épaule en souriant bêtement et en argumentant qu'il était pas toujours aussi con.

Il fit disparaître le petit rictus nerveux qui s'était installé dans la commissure de ses lèvres et revint à Ethan qui grognait de ne pas pouvoir faire de sport. Bah oué, imbécile, fallait penser aux conséquences avant de craquer sous le poids de l'adrénaline que procure une bagarre...
Vu la déception qui ornait son visage et sortait de sa bouche, on ne l'y reprendra pas deux fois, sauf s'il est victime contre son gré, évidemment. Mais Dorian en doutait.

- Attention quand même avec tes jugements hâtifs, je te signale que je suis censé signaler que tu as été impliqué dans une bagarre et le noter dans ton livret scolaire. Alors quoi... faut te virer aussi ? Si le règlement était aussi directif, il n'y aurait plus personne dans cette Académie, même pas moi !

Pourquoi il le notait pas alors ? Par gentillesse ? Non. Pas flemme ? Oui, sûrement. Ethan venait ici pour la première fois et il avait comme envie de lui laisser une seconde chance. A la prochaine bagarre, il serait évidemment moins conciliant et reviendrait même sur ses propos en notant durement son passé de "criminel" de seconde zone. A bon entendeur...
Il fronça les sourcils cependant quand Ethan refusa les deux propositions pour en proposer une troisième.

- Hors de question que je te laisse partir avec un des macaques qui traîne dehors, je ne fais confiance à personne et en plus, s'il arrive quelque chose, c'est sur moi que ça va retomber, alors désolé de penser qu'à moi mais tu vas rester ici, un point c'est tout. Installe toi dans le lit du fond, tire le rideau, personne te verra, et prend ça... dit-il en lui tendant des calmants, ça va faire double effet, calmer la douleur et t'aider à t'endormir. Après une bonne sieste, tu te sentiras un peu mieux, et dès que j'ai fini ma journée, je t'emmènerais moi-même à l’hôpital pour la radio.

Il donna les comprimés directement dans la main d'Ethan et se rapprocha de lui pour passer sous son épaule. Il l'aida à se lever, malgré les gémissements et les grimaces, il pesait son poids le salaud. Ils se dirigèrent tous les deux vers le lit, boitillant comme deux éclopés de la vie. Il le laissa s'asseoir tranquillement puis s'allonger comme il le désirait. Il sortit une couverture pour pas qu'il attrape froid et lui apporta un verre d'eau qu'il déposa sur la petite table à côté du lit. Il se hâta de retourner à son bureau avant de s'asseoir comme une masse et de laisser sortir un râle de soulagement de ne plus avoir à marcher sans sa canne.
Il prit un petit cacheton lui aussi, la douleur était lancinante, comme pour lui rappeler ce qui lui était arrivé, et lui rire au nez à nouveau.

Il se retourna vers le dossier qu'il avait commencé et finit de noter ses propres commentaires, en indiquant que le gamin restait dormir à l'infirmerie pour quelques heures, avant d'être conduit de sa main à l’hôpital pour y passer des radios. La prise en charge après ça, c'était pas son problème.
Il prit alors une petite étiquette où il inscrivit le nom d'Ethan A. Matthews qu'il colla sur l'un des deux tubes de sang, l'autre serait à son nom. Il irait les porter au laboratoire pour analysé à côté de l'hôpital lorsqu'il ira déposer son gros "colis".
[...]

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Bâtiment administratif :: Aile médicale :: Bureau du médecin scolaire : Dorian Fatalys :: Infirmerie-