■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'était mon livre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelian Orwell
M • Université - 2ième année
avatar

Messages 19


HnM
Un mot:

MessageSujet: C'était mon livre    Mer 17 Mai - 13:11

C'était mon livre ...


Ne vous a-t-on jamais dit qu'il ne fallait pas lire en marchant ? Cette histoire va sûrement vous expliquer pourquoi.

J'étais en train de lire, c'était le week-end, un week-end de juin, et j'avais du temps pour moi. J'aurais apprécier ne par rester dans ma chambre pour lire, c'était vrai, il y avait un beau temps malgré la pluie de la veille, mais j'avais un peu peur de faire tomber mon livre sur le sol gadouilleux. Je restais donc dans la chambre jusqu'à recevoir le message de quelqu'un qui avait besoin de mes cours pour étudier. Je poussais un soupir, j'aurais du éteindre mon téléphone. Enfin bref, il me donnait rendez vous quelque part en ville. J'avais envie de rester tranquillement à lire moi ! C'est en bougonnant que je me relève de mon lit et que je prend mes affaires dans un sac, gardant mon livre à la main.

D'ordinaire, j'évitais de lire en marchant, mais là, j'étais dans un moment crucial de mon livre, aussi je ne détournais le regard que quand il y avait des escaliers. Je ne voulais pas tomber bêtement et me casser quelque chose. L'avantage du Kyudo était que j'avais appris à me concentrer sur quelque chose, mais en même temps je pouvais oublier le reste. Je connaissais le chemin pour aller au lieu défini, du moins, jusqu'à la sortie du campus, et pour profiter un peu plus de mon livre, je décidais de passer par le jardin. Il faisait beau en plus.

Par chance, ce n'était pas un livre emprunté mais bien un que j'avais acheté. Heureusement quand on sait ce qui allait arriver.

Alors j'étais en train de lire tranquillement, un peu ébloui par la blancheur des pages sur lesquelles le soleil se reflétait. Puis j'heurtais quelque chose, ou quelqu'un plutôt. Le choc, bien que minime, fit tomber mon livre … En plein dans la boue. Et bien sur, sur des pages qui s'étaient déplacées pour aller dans un passage que je n'avais pas encore lu ! Pestant, je me tournais vers la personne en question.

« Tu peux pas faire attention !? »


Bon, reconnaître que j'étais en faute aurait été mieux, mais en prenant mon livre qui était tombé et en voyant que certaines pages non lues étaient fichues, ma mauvaise humeur augmenta.

« C'est malin, comment je vais avoir la suite ? »


Ces mots étaient plus bas, mais j'étais clairement en colère après le gars, puisque c'était un gars, qui m'était rentré dedans. Si seulement les gens regardaient où ils mettaient les pieds !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: C'était mon livre    Dim 21 Mai - 16:10

On a tous déjà vécu des jours où, dès qu'on se lève, on est de mauvaise humeur. Parfois sans raison, parfois sans savoir pourquoi ni sans avoir quoique ce soit de négatif dans la vie, mais rien ne va au lever.
C'était le cas de Yoite ce matin mais lui, il avait une raison. Fatigué. Il était fatigué de sa semaine alors qu'il venait de rentrer de Londres et qu'il accusait encore le coup du décalage horaire. Ravi d'être rentré, d'être de retour chez lui pour pouvoir câliner sa petite-sœur, retrouver ses potes, sa ville et ses habitudes mais complètement HS et du coup agacé. Reprendre le rythme du programme japonais l'avait soulé, il avait accumulé un bon retard et même si officiellement il était pardonné car c'était un échange scolaire, son cerveau n'arrivait pas à se raccrocher aux cours de son propre cursus et les efforts fournis étaient donc épuisants.
C'est ainsi qu'il avait pensé se reposer ce week-end, faire une sacrée grasse mat pour remonter la pente mais son corps ne semblait pas être d'accord. A l'heure du petit-déjeuner, il avait renversé son bol de riz par terre, regardant les délicieux petits grains s'éparpiller sur le sol de la cuisine en lui faisant limite des doigts d'honneur en se cachant dans les rainures du carrelage. Yoite avait mis une plombe à tout ramasser, tout nettoyer et n'avait finalement ... rien mangé. Dans sa chambre, son casque bluetooth n'était pas chargé alors qu'il avait eut l'envie de partir courir dans le parc pas très loin de chez lui. Salle de bain ... Sakura avait pris une bonne et longue douche avant lui, il n'avait eut que de l'eau froide pour se réconforter et quand au moment du repas du midi, il avait été pour s'installer auprès de sa famille, le sujet abordé avait fini en dispute et le jeune rebelle avait finalement décidé de s'enfuir loin d'ici pour ne pas faire tout bonnement exploser le quartier!

Au final, il s'était retrouvé au campus de l'académie pendant le WEEK-END et c'était atroce. L'herbe fraîche et attirante était encore mouillée de la veille, les bancs ne paraissaient pas bien plus secs mais tant pis. Il avait enfilé son short, mis ses baskets et s'était couvert d'une veste de jogging en ayant pensé à son casque cette fois chargé. Désormais, il n'y avait plus que lui dans les environs, il allait courir doucement mais sûrement, se laissant bercer par le rythme des musiques qu'il aimait plus que les autres, prenant l'air frais comme réserve de bien-être et ensuite rentrer avec les idées claires et l'esprit en paix.
C'était ce qui avait été prévu mais vous savez comment c'est. Les journées avec et les journées sans. Une entière journée sans où Yoite aurait mieux fait de rester enfermé à double tour dans sa chambre, caché sous la couette, coupé du monde. Mais non, il se retrouvait embarqué dans une autre histoire mais avec un inconnu cette fois et forcément, les réactions n'étaient pas les mêmes ...
Il l'avait vu arriver ce jeune homme occupé à lire un livre qui ne semblait pas vouloir déranger quelqu'un ou être dérangé mais il marchait sur le milieu du chemin et il était hors de question que Yoite aille marcher dans la boue de l'herbe encore mouillée juste parce que l'autre voulait pas se pousser. Alors il avait frôlé le côté au maximum mais son épaule avait touché l'inconnu et emporté dans l'élan de sa petite course, le choc fit tomber le bouquin de l'autre ... dans une flaque d'eau sale.
Sincèrement, Yoite eut envie de continuer son chemin, bien décidé désormais à aller dans un endroit perdu (style un désert!) mais il ne pouvait pas faire ça. Il avait conscience que c'était risqué vu son humeur, mais il devait se comporter comme un adulte, quitte à s'excuser alors qu'il n'était quand même pas 100% en tort.


"Pard ... Attends, t'es sérieux là?"

Le monde d'aujourd'hui allait à vau-l'eau, il n'y avait plus de respect, c'était toujours chacun pour soi et la courtoisie disparaissait un peu plus chaque jour. Yoite vivait pourtant dans un pays où le respect était ancré dans leur mode de vie, où l'honneur était un maître-mot mais ça ne semblait pas être intégré chez ... les étrangers? Ouais, il avait pas une tête d'asiat celui-là, c'était peut-être pour ça qu'il osait élever le ton, rejeter la faute sur Yoite qui avait pourtant tout fait pour éviter les ennuis une fois dans les jardins du campus.
Cette réaction fut fatale pour le jeune I don't care qui n'avait plus l'esprit aux concessions. S'il pouvait garder son calme pour ses proches ou son cercle social, c'était pas le cas pour des inconnus malpolis!


"J'en ai rien à foutre de tes problèmes, t'avais qu'à te pousser aussi! Tu prenais tout le chemin comme si t'étais le seul à te promener dans le parc! Si tu voulais lire tranquillement, t'avais qu'à te poser quelque part mais pas venir faire chier les autres. Tu ferais mieux de t'excuser et de t'en aller au lieu de gueuler comme si t'avais tous les droits!

C'était rustre de se prendre la tête aussi brutalement avec un inconnu qui n'avait certainement pas mérité autant d'agressivité pour tout ça. Yoite avait conscience qu'on ne réglait rien de cette façon mais c'était comme s'il relâchait toute la pression de cette semaine sur lui, se fichant bien des conséquences que ça allait voir. S'ils étaient vus en train de se disputer sur le campus, ça risquait d'avoir des répercussions au niveau de l'académie, de finir dans les bureaux des professeurs, etc ...
Mais là tout de suite ... tant pis. Yoite ne partirait pas tant que l'autre ne s'était pas excusé ou au moins reconnu ses torts. Ce n'était pas un gosse qui allait lui apprendre la vie quand même, même s'il était bien plus grand que lui et peut-être plus fort aussi. Ce n'était pas une question de fierté masculine ici, mais bien de respect et si tout ça devait mal se terminer, alors il n'aurait qu'à simplement passer son dimanche à l'ombre, non pas dans une cellule mais chez lui, seul dans une ambiance agréable mais pas trop, pestant contre l'ennui qui le gagnait au fil des heures mais échappant aux aléas du quotidien qui font parfois péter des câbles alors qu'un simple "pardon" dit deux secondes plus tôt aurait peut-être tout arrangé.


"C'est qu'un livre, t'as qu'à t'en racheter un autre."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelian Orwell
M • Université - 2ième année
avatar

Messages 19


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: C'était mon livre    Ven 30 Juin - 21:51

C'était mon livre ...


Bon, je m'étais peut-être emporté un peu … Mais quand même, il ne fallait pas me rentrer dedans, je n'étais pas plus en tort que lui ! Alors pourquoi il s'emportait autant que moi ? Je me savais colérique, et pas très aimable, mais quand même, ce n'était pas la mère à boire de s'excuser quand lui pouvait voir où il allait, contrairement à moi ! Je lisais, comme il l'avait si bien dit, donc je ne pouvais pas voir où j'allais. Et puis, j'avais un rendez vous en ville pour prêter mes cours à un collègue de classe. J'étais furieux, mon live, je l'avais acheté il y avait peu ! J'aurais voulu le lire en entier, puis le relire, puisqu'il était intéressant ! Mais je n'allais plus pouvoir, à moins de le racheter. Mais quand il me dit d'aller le racheter, je n'avais pas l'intention de le laisser me dire ce que j'avais à faire.

« En racheter un ? Tu crois que j'ai tant de sous à dépenser ? Une économie, même minime, est indispensable pour l'avenir ! »

Et en plus, j'avais dépassé mon quota d'argent à dépenser ce mois ci, j'avais fait plusieurs achats, de livres bien sur, mais je n'allais pas lui dire non plus. Je pouvais demander à mes parents de me renvoyer des sous, puisqu'ils allaient normalement m'aider à financer mon appartement quand j'en aurait un. Même si ce n'était pas encore au programme.

« Et puis, comme tu dis, je n'étais pas seul, mais toi non plus ! Tu aurais aussi pu te pousser ! »

Non mais vraiment, sans gêne, bon, je n'étais pas mieux, j'en avais conscience, mais si ce n'était que moi je serais resté dans ma chambre, dans le dortoir. Je n'avais pas demandé à sortir moi, c'était ce crétin qui avait besoin de mes cours qui m'avait forcé à sortir. J'aurais tant aimé rester ma journée à lire, à défaut d'écrire … Je fulminais contre tout le monde, puis je poussais un soupir.

« Après c'est vrai que j'aurais pu éviter de lire en marchant … Mais je suis forcé de sortir et j'aurais aimé finir le passage qui était intéressant … Je n'ai plus qu'à le trouver à la bibliothèque pour lire la fin … »

J'essayais d'être un peu plus agréable, mais mon ton était sec et cassant. Je n'avais vraiment pas apprécié perdre un livre qui me plaisait … Et puis, il ne devait pas aimer lire pour avoir un tel comportement … Mais je n'allais pas m'excuser pour autant, je ne me sentais pas en faute !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



(Désolé, c'est court ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: C'était mon livre    Sam 22 Juil - 15:40

Quelques jours plus tard, si Yoite devait se revoir dans cet état, il savait qu'il se trouverait certainement immature, tout sauf adulte et rirait peut-être même de la tournure des choses. Au fond, peu importait qui était en tort, la conséquence était qu'un livre était fichu et que tous les "pardon" du mode n'auraient rien changé. Yoite allait finir par quitter les jardins, sortir du campus et rentrer chez lui mais ce mec là ... son livre serait toujours fichu. Peut-être que s'il avait pensé à ça avant de s'énerver aussi rapidement, il aurait prit plus de pincettes mais toujours sans se considérer comme le seul fautif!
Malheureusement pour l'autre, ce ne fut pas le cas. Yoite ne prit pas la peine de réfléchir à l'après, il se contentait du présent et du fait qu'il se faisait engueuler alors qu'il avait tout cherché sauf ça.


" Y a que les pauvres pour dire ça d'un livre! Si encore j'avais pété ta voiture mais là, c'est qu'un bouquin et si t'as pas les moyens pour ça parce que sinon tu devras manger des pâtes pendant 1 mois, bah ... c'est con. Genre, vraiment."

Là, il allait loin.
En soit, ce n'était pas une grosse attaque mais il sentait que cette part de lui, cette façon mesquine de se moquer des gens, refaisait surface parce qu'il était à cran. En temps normal, il aurait tout dit d'une autre façon ou avec le sourire. Là, Yoite cherchait à blesser, il se moquait ouvertement en se fichant bien de l'éventuelle pauvreté (ou pas) de l'autre. Lui, il était riche alors il pouvait bien mettre tous ses livres dans la boue, ça ne l'empêcherait pas de passer une bonne journée.
Et il trouvait aussi ridicule que l'autre ose le lui dire en plus. Comment pouvait-on ne pas avoir honte de dire "Tu crois que j'ai des sous à dépenser?"? Il avait envie de rire et limite de lui agiter un billet sous le nez en lui faisant voir ce qu'il n'avait pas.


"Je me suis poussé, oh! Tu espérais quand même pas que j'allais aller marcher dans l'herbe boueuse juste pour que tu puisses tranquillement continuer à marcher au milieu du chemin?! Faut pas abuser, il est bien assez large pour nous deux. J'ai peut-être des torts car oui je t'avais vu arriver mais t'en as aussi même si tu refuses de l'admettre."

En soit, c'était un bel effort de la part de Yoite. Il reconnaissait qu'il n'avait pas vraiment été magnanime, qu'il aurait pu dire "attention" avant les dégâts ou réellement aller marcher dans l'herbe humide qui n'aurait finalement pas sali tant que ça ses chaussures de sport mais ... le constat était toujours le même : il était de mauvaise humeur et chaque situation amenait un conflit.

Par la suite, Yoite remarqua l'effort de l'inconnu aussi même si les excuses étaient toujours absentes. C'était fou quand même, ils allaient finir par reprendre chacun le cours de leur vie sans même s'être excusés! Est-ce que Yoite devait le dire en premier? Il aurait pu tester mais il n'avait aucune certitude quand à l'honnêteté de la personne en face et puis ... non, il n'avait pas envie.


"Forcé de sortir? T'es quoi, un ermite? Tu me fais penser à quelqu'un que j'aime pas beaucoup tiens ... Mais t'as qu'à faire ça, t'as qu'à aller t'enfermer dans la bibliothèque et ne plus déranger ceux qui ont une vie. Et la prochaine fois, tu feras plus attention."

Jamais il n'avait autant manqué de respect à quelqu'un en lui parlant sur ce ton, en décidant qu'il lui était supérieur et que celui-ci n'avait qu'à se cacher au fond d'un trou jusqu'à la fin des temps. En temps normal, Yoite évitait les gens qui cherchaient la solitude, qui restaient dans leur coin en priant pour être oubliés. Il ne les aimait pas, il fuyait leurs auras dépressives mais à chaque fois, il finissait par devoir interagir avec eux et c'était toujours une catastrophe!
Est-ce qu'il aurait dû rester à Londres? Non, il ne regrettait pas d'être rentré mais peut-être que ce voyage d'un mois l'avait changé? Franchement, il n'en n'avait pas eu l'impression mais peut-être allait-il demander à Ruri ce qu'elle en pensait ... quand il se serait calmé.
Poussant un soupir alors que les bourdonnements de la musique dans son casque arrivaient jusqu'à ses oreilles, Yoite s'approcha pour voir qu'effectivement le livre avait pris cher. Plusieurs pages étaient foutues et sûrement qu'elles allaient gondoler d'ici quelques heures sous l'effet de l'eau qui disparaît. Est-ce qu'il ne pouvait simplement passer un coup d'eau dessus pour enlever la boue? Les pages tordues, c'était pas grave!


"T'as qu'à inventer un passage ou imaginer ce qui se cache sous cette boue. T'as l'air d'un nerd, ça devrait pas difficile pour toi."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'était mon livre    

Revenir en haut Aller en bas
 
C'était mon livre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Jardins-
Sauter vers: