■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My time is gone today ▬ Wufeï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taraji Hadid
M • Université - 3ième année
avatar

Messages 12


HnM
Un mot:

MessageSujet: My time is gone today ▬ Wufeï   Jeu 11 Mai - 15:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I flirt with suicide, sometimes kill the pain

Pfiou, la journée était enfin terminée! Cette dernière avait été particulièrement longue. En même temps, je n'avais pas beaucoup dormit la veille. La plupart du temps je regardais mon smartphone pour simplement regarder combien de temps il me restait avant d'aller dans un autre cour. Mais bon, ça ne fonctionnait pas dans le sens que je voulais.. Je m'assoupissais et j'avais cette impression que j'avais fermée les yeux pendant une trentaine de minutes, alors que cela ne faisait que trois minutes à peine. La journée avait été aussi longue que cela. Pour certain, elle était passée vite, la chance.

La fatigue commençait à se ressentir. C'était le dernier cours et tout ce que je voulais c'était rentrer chez moi, prendre mon fit berry et aller dormir. Oh non, j'avais complètement oubliée.. Etant fatiguée de la veille, j'avais préférée dormir plus longtemps au lieu de me lever pour aller courir un peu. Je ne pouvais pas passer une journée sans courir, je le regretterais sûrement après. Addict au sport? Bien entendu. J'attendais alors que la sonnerie retentisse avant de partir à toute vitesse de la classe. Il fallait que je me change, au pire, je ferais mon footing au campus, cela sera plus facile pour moi. Les vestiaires étaient ouverts encore à cette heure là, une chance pour moi. Espérons qu'ils ne se ferment pas en laissant mes affaires dedans. Au cas où, je prends quand même mon smartphone et les clés de chez moi si jamais la malchance m'entoure.

Il ne faisait pas spécialement beau aujourd'hui. J'espérais simplement que la pluie ne tombe pas du ciel. Ça ne me dérange pas de courir sous la pluie, au contraire, mais avec la fatigue je risquerais de trébucher et de me faire mal. Je m'arrêterais quelque part si ça commence mal. J'avais mis un jogging moulant avec une brassière, des baskets et une veste de sport, je ne savais pas s'il allait faire froid, mais bon, je suis prévoyante.

Cela faisait maintenant bien une dizaine de minutes que je courrais. J'avais fait le tour de l'université, passant par le terrain de basket et ses alentours. La malchance commençait déjà. La pluie commençait déjà à tomber alors que j'arrivais au campus. Je continuais malgré tout, ce n'était pas une pluie assez importante pour se cacher ou bien faire demi-tour. Mais après deux minutes de réflexion, je vais quand même m'abriter. J'étais en plus de cela près d'une maison.. Comment dire.. Abandonnée? C'était un endroit assez spécial, je pouvais même apercevoir un ou deux corbeaux en train de me fixer sur une branche. Oh bordel, faut que je me casse d'ici. En essayant de rebrousser chemin, je trébuche sur une énorme pierre. Bah oui, quand on lève les yeux au ciel pour regarder les petits oiseaux, on ne voit pas forcément ce qu'il y a, à nos pieds.

Je pars en direction de la maison, m'abritant quelque instant près de l'entrée. Je m'assois sur la petite marche avant de regarder mon genou. Bon, je n'avais qu'une petite égratignure de rien du tout, mais ça fait quand même mal ce truc. Un long soupir s'échappe d'entre mes lèvres alors que j'essaye de faire le tour de la maison, tout en boitant. Cette baraque était-elle vraiment abandonnée? Est-ce que je pouvais aller dedans uniquement pour me reposer un peu et attendre que la pluie s'arrête? J'inspecte un peu de partout avant de m'arrêter près d'une fenêtre qui ne me laissait pas beaucoup de visibilité. Il n'y avait qu'une petite ouverture, qui ne me laissait apercevoir que la moitié de la pièce.

Oh putain, c'est quoi ce truc? Mon imagination me joue des tours? Serait-ce la fatigue que me fout des hallucinations? Je rêve ou je viens de voir un horrible fantôme? J'en tremble. Non non, il ne fait pas si froid que ça, je vous assure. Vous imaginez bien que voir un truc pareil, bah t'es pas très serein. Malgré ça, il fallait que je rentre. Il y avait en moi comme une envie de savoir, de l'excitation. L'adrénaline, j'adore ça. Finalement, peut-être que mes tremblements étaient dus à ça..

Je retourne rapidement près de l'entrée tout en ouvrant la porte de cette dernière, pénétrant dans cet immeuble. Il ne fallait pas faire de bruit, si c'était un véritable fantôme alors il s'en irait. Ou alors, peut-être que si c'est un fantôme.. Il ne m'entend pas, Peut-être même qu'il ne me voit pas. J'en sais rien, ça m'excite encore plus. D'un côté j'avais envie de partir d'ici, de l'autre de rester et d'affirmer avoir vu un spectre. Putain.. C'était quelles pièces déjà?.. J'étais complètement perdue.. Les lumières ne s'allumaient pas. Il y avait des bougies, mais pas de briquet ni d'allumettes. Je fais comment moi?.. En plus de cela, il commençait vraiment à faire sombre ici. Le soleil n'était pas présent dans le ciel, uniquement des nuages gris, du vent et de la pluie. Le scénario parfait.

Oh mais j'y pense! J'ai prit mon smartphone. La chance est finalement avec moi. Je l'avais coincée dans ma brassière pour ne pas l'avoir dans les mains en courant. Je le sors et allume la torche pour apercevoir une pièce. Je l'inspecte avant de me rendre compte qu'il n'y avait rien dans celle-ci. Je retourne dans le couloir et passe par une autre pièce, elle aussi, nada. J'entends alors comme un craquement venant de la pièce du fond, putain il fait tellement noir, même avec la torche ça me fait peur. Je m'approche de cette pièce qui était à moitié fermer par une porte coulissante. Si jamais le fantôme me voit avec le flash il va sûrement s'enfuir. Hm.. Autant l'enlever, je me débrouillerais pour le capturer! La torche était finalement éteinte, mon téléphone dans la main, j'avance simplement tout en me faufilant entre la petite séparation du mur et de la porte coulissante.

Bien entendu, mon fessier ne passait pas, alors j'ai dû forcer pour ne pas faire de bruit, ce qui entraîna ma chute. En passant mon fessier de là, mon pied c'était prit dans la porte coulissante, m'entraînant en avant pour me faire tomber à terre, sur mon genou. Je pousse alors un petit cri de douleur. Bah oui, retomber sur un bobo, ça fait toujours mal. Je ne pouvais même pas voir ma blessure. Il n'y avait qu'une petite ouverture de la fenêtre qui laissait entrer le peu de lumière que le ciel procurait. Merde, où est mon téléphone? Je le cherche rapidement de partout avant de sentir une présence avec moi dans la pièce. Ce genre de choses arrive souvent et ce ressent très facilement. Je me rends alors compte que j'étais avec le fantôme, près de moi, dans la même pièce. Je ne bouge plus, attendant simplement ce qui allait se passer, fermant les yeux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wufeï Ming Fao
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 15


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: My time is gone today ▬ Wufeï   Sam 13 Mai - 13:28

Pour le jeune chinois, ça avait été l'inverse total ! Cette journée était passée à une vitesse inimaginable et c'était dans ces moments-là que Wufeï prenait conscience du temps qui passait beaucoup trop vite, des instants perdus à tout jamais comme si un sablier restait toujours posé au-dessus de sa tête. Il était encore jeune pourtant et n'avait que la vie devant lui mais ses années d'études allaient bien se terminer un jour ... pour de bon. Lui qui adorait tant étudier, ainsi que cette ambiance relaxante où ils avaient finalement beaucoup de temps pour eux. Des contacts réguliers avec ses amis en classe, des heures de repas fixes, des cours de sport certes moins intéressants pour lui mais toujours bons à prendre. Dans la vie active, le rythme était plus personnel, le sport ne devenait qu'une envie "si", c'était autre chose.
Toute la journée, il y avait pensé. Du lever où il avait sauté dans la douche malgré l'heure peu avancée qu'affichait son réveil, à cet instant où il prenait du temps pour lui dans ce bâtiment abandonné. Non pas qu'il avait besoin d'une douche froide pour se réveiller, mais Wufeï était quelqu'un de matinal contrairement à son flegme légendaire d'être-humain passif. Il avait ses petites habitudes et après avoir avalé un copieux petit-déjeuner, il avait pris le chemin de l'académie sur sa trottinette-même-pas-électrique. Ses parents avaient voulu lui offrir un scooter mais il ne se sentait pas à l'aise sur ces machins, trop gros, trop bruyants, trop de risques. Il avait préféré cet objet qui l'entretenait et qui était surtout très facilement manipulable et pas dur à "garer".
Il était arrivé à l'académie avec une petite dizaine de minutes d'avance, se faufilant parmi les autres lycéens, se fondant dans le décor comme un japonais pur souche. Il avait retrouvé sa Lola, toujours en train d'écrire, de regarder ou de fouiner quelque part. Jamais elle ne restait sur place, jamais il ne l'avait vu s'ennuyer ou même se reposer en mode "marre" comme lui-même se faisait de temps en temps. Une vraie pile ! Mais grâce à elle, toutes ses journées prenaient un nouveau tournant ! Lola parlait, parlait et parlait encore, elle semblait découvrir le monde rien qu'en allant aux toilettes et Woofi se perdait dans son imagination pour tenter de la suivre. Maintes fois, elle avait été obligée de le secouer comme un prunier pour le réveiller ... les longs discours, c'était pas trop son truc.

Au midi, Wufeï avait pensé manger rapidement pour pouvoir ensuite passer tout le reste de son temps à la bibliothèque mais un professeur avait eut besoin de son aide pour "déménager" quelques affaires. Affaires qui avaient décidé de quitter le confort du carton quelques mètres avant d'arriver, s'éparpillant dans le couloir comme un sachet de pâtes tombé des rayons du supermarché. Certains avaient ri, d'autres avaient fui. Wufeï lui, avait dû tout ramasser tranquillement. Il n'était pas du genre à s'agacer pour ce genre de choses, préférant relativiser quand c'était possible.

Bilan, ce ne fut qu'en fin de journée, au lieu de rentrer chez lui, qu'il avait décidé de prendre du temps pour lui. Ses parents devaient rentrer tard aujourd'hui, le temps était maussade et il y avait de fortes chances qu'un voisin ou deux fasse du bruit près de chez lui. Très vite, l'option "rester ici" s'était gravée dans sa mémoire mais la bibliothèque n'était pas suffisamment déserte. Seul. Il voulait être totalement seul, avec aucun risque qu'on puisse le trouver, déranger. Quoi de mieux qu'un bâtiment abandonné?
Au départ, il avait souri tout seul en se disant qu'il était un peu extrême et qu'il allait finalement rentrer comme un grand mais une fois le pied posé à l'intérieur alors que d'infimes gouttes de pluie glissaient sur son visage, Wufeï su qu'il avait visé juste. Pas âme qui vive ici, pas un seul bruit aux alentours. Certes, l'ambiance était plutôt néfaste, flippante mais il ne croyait pas en ces choses-là alors ... go ! D'un pas assuré, tranquille, il avait visité quelques pièces, se rendant à l'évidence que ce bâtiment avait dû être une sorte d'annexe à l'académie quelques décennies plus tôt. Certains matériels semblaient même encore utilisables. Mais ça ne l'intéressa que quelques secondes et bien vite, il se posa dans une pièce après avoir très légèrement poussé la porte coulissante, s'y glissant en se courbaturant de peur de casser quelque chose. Ensuite, Woofi se dirigea pas très loin d'une fenêtre sur ce qui semblait être un vieux sofa. Quelques ressorts voulaient se faire la belle mais tant pis. Déballant son sac, il en sorti plusieurs bouquins, de maths, d'anglais, de kanjis japonais .. Il y avait toujours à faire. Son roman resta dans le fond, ce serait pour plus tard si tout avançait à bon rythme !

Plus d'une heure passa au calme sans que rien ne vienne le déranger, si ce n'est une obscurité de plus en plus présente. Il devait penser à amener une sorte de lampe torche la prochaine fois. Mais ce qui l'inquiétait maintenant, c'étaient ces bruits d'un genre nouveau. Ça ressemblait à des pas, de plus en plus proches, mais pas de voix et malgré qu'il y prêtait l'oreille, pas de bruit de respiration non plus. Alors quoi ? Un fantôme, ça ne faisait pas de bruit, encore moins avec des pieds ! Tout ça était étrange, est-ce qu'il devait aller voir ? Non. Ça allait bien finir par s'arrêter et franchement, il avait encore des choses à étudier avant qu'il ne fasse vraiment sombre !
C'était peine perdue. Le noir envahissait la pièce à vue d’œil, et les bruits n'avaient pas cessé. Pire, ils s'étaient rapprochés ! Franchement, s'il avait été un parieur, il aurait même dit que quelqu'un tentait d'entrer dans sa pièce ! Une chance que la porte coulissante était un obstacle vaillant !
...
Un cri ? Féminin, qui plus est. Les yeux perdus dans si peu de lumière, Wufeï avança à tâtons vers le petit cri qu'il venait d'entendre, décelant désormais sans peine une respiration régulière quoique rapide. Au départ, il y avait eut un peu de remue-ménage, comme une tentative de mouvement mais quand il se stoppa près du bruit entendu, le silence traversa son corps en deux secondes. Son instinct lui fit comprendre que "tout le monde" avait pris compte de la situation. Il savait qu'il y avait quelqu'un et ce quelqu'un savait aussi qu'il était là. Là, ça devenait flippant. Est-ce qu'il devait craindre pour sa vie ?


- Qu'est-ce que tu veux ?

Malgré son envie de parler d'une voix assurée, presque forte pour imposer son respect, c'était davantage sorti comme un chuchotement, une vaine tentative de reprendre le contrôle. Wufeï avait d'abord pensé à demander "y a quelqu'un ?" mais un simple "oui" l'aurait traumatisé même s'il le savait déjà.
Sérieusement, y avait combien de probabilités pour qu'il soit "dérangé" ici ou qu'il ait envahi l'espace de quelqu'un d'autre ?


- Tu as crié. Tu es blessée ? Je ... je peux pas t'aider.

Non pas dans le sens "je suis un fantôme, je peux pas te toucher" mais plus dans le sens "je vois rien, je sais même pas trop où tu es". D'ailleurs, c'était pas bien raisonnable d'être resté aussi longtemps ici en sachant que ce bâtiment était devenu dangereux avec le temps. Limite, valait désormais mieux sortir par la fenêtre (quitte à la casser) plutôt que de repasser par l'entrée principale. Le sol craquait à outrance, et le risque de se perdre était de 100% pour une première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
My time is gone today ▬ Wufeï
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Bâtiment abandonné-
Sauter vers: