Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toi aussi, tu es fragile ?

 :: Bâtiment administratif :: Aile médicale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 27 Avr - 1:40
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Ruri était à court de médicaments. Oh, ce n'était pas un problème : depuis qu'elle avait pris une chambre au lycée, elle avait transmis une copie de ses ordonnances à l'école, vu qu'Anders ne pouvait pas toujours surveiller de près ses réserves, donc elle n'avait qu'à aller à l'infirmerie pour les récupérer. Un anti-anémique, et un au cas où sa respiration lui jouerait encore des tours. Même sans ordonnance, elle commençait à les connaître par cœur : deux ans à les prendre sans faute depuis sa sortie, a priori définitive, de l'hôpital. Si d'autres personnes auraient trouvé cette situation peu agréable, pour elle chaque comprimé était un pas de plus loin des installations médicales qu'elle devait se traîner au collège. Autant dire qu'elle avait le sourire.

Sa journée de cours s'était déroulée sans accroc. De manière générale, sa deuxième année commençait bien. Elle avait revu quelques amis, évité soigneusement une fille dans sa classe l'année précédente qui ne l'appréciait pas beaucoup - et qui n'y était plus cette année, un miracle. Suivi ses cours avec quelques légères périodes de désintérêt, bref le genre de journée dont elle ressortait avec une énergie monstre. Mais pour l'instant, elle se dirigeait d'un pas presque sautillant vers l'infirmerie. Pour dépenser toute cette bonne humeur surmotivée qui bouillonnait dans tout son corps, elle attendrait. C'était d'ailleurs ce qu'elle devait faire maintenant : attendre. L'infirmier était visiblement occupé pour le moment. Mais elle n'était pas pressée. Elle s'assit sur une chaise près de la porte et regarda le plafond un moment, perdue dans ses pensée.

Finalement, elle sortit son téléphone pour jouer un peu, histoire de s'occuper en attendant que la porte s'ouvre pour elle. Elle pianotait littéralement sur un jeu de rapidité, plus frustrant qu'autre chose, et ne releva les yeux qu'en voyant quelqu'un d'autre arriver dans la couloir. C'était un... garçon, en tout cas c'est ce qui lui sembla mais elle n'en était pas totalement sûre, aux cheveux blancs. Déjà ça, c'était assez original pour qu'elle cesse de fixer son téléphone. Ses vêtements semblaient trois fois trop grands pour lui. Ruri, qui avait le problème inverse avec toutes ses tenues féminines japonais très peu taillées pour sa taille, trouvait ça un peu surprenant. Il existait sûrement des vêtements qui pouvaient lui aller, alors pourquoi porter des habits aussi amples ? "Tu viens pour sécher les cours ou tu as vraiment un problème de santé ?" demanda-t-elle avec un petit sourire. Innocente ou pas, elle connaissait très bien le stratagème de faire semblait d'être malade pour ne pas avoir à aller en cours - elle-même ne l'avait jamais utilisé parce qu'elle refusait d'abuser de son état, mais beaucoup de ses amis ne s'en privaient pas.

Elle rangea son téléphone et s'étira avant de se renfoncer dans sa chaise. Ils étaient sûrement partis pour attendre longtemps, et elle avait quelques principes qui lui disaient de ne pas s'enfoncer dans un écran s'il y avait une vraie personne à côté d'elle. "Quitte à être coincés là, autant en profiter pour discuter. Moi c'est Ruri, et toi ?".  Peut-être qu'il n'aurait pas envie de parler, mais elle lui offrait son plus beau sourire. Ça marchait généralement avec tout le monde, sauf avec les plus grincheux.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 12:52
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?


Depuis que Gwenvael l'avait traîné de force ici, tout avait irrémédiablement changé. Il avait quelque part où loger, et en plus, cet imbécile de bourgeois lui avait payé une place dans cette école hors de prix, alors que son niveau scolaire était des plus pitoyable. De plus, il se sentait un peu à part dans cette école... Il était plus petit que les autres garçons de son âge, il n'avait pas du tout l'air d'être né d'un père asiatique, et avec son accoutrement, beaucoup avaient trouvé cela malin de se moquer de lui. Mais après tout, il y avait de quoi... Il était même étonné qu'on ne soit pas plus violents avec lui... Il était idiot, c'était déjà une raison de rejet dans ce milieu élitiste. De plus, il n'avait aucun lien, aucun réseau pour le protéger. Gwenvael l'avait véritablement catapulté au milieu d'un milieu complètement inconnu. Ce n'était pas un endroit où trainaient les enfants à problèmes comme lui. C'était le refuge des fils à papa, et des grosses têtes. Des personnes qui ne s’embarrassaient que rarement à se balader au milieu des petits, et des imbéciles. Et c'est prenant en compte le sort d'Ivy, que ceci se révéla ironique. Un gamin qui avait vécu dans la misère, particulièrement stupide qui plus est, se retrouvait au milieu de ses gens. Était-ce une moquerie ? Il n'en savait rien. Mais il était certain qu'il faisait office d'intrus ici. Et pas un intrus des moindres...
Il avait un peu peur d'aller à l'école. Il ne le méritait pas, il ne se sentait pas à sa place. Il ne pouvait pas traverser un couloir sans garder les yeux baissés, la peur au ventre, et hésiter avant chaque passage de porte. Il n'arrivait pas à soutenir les regards, et dès qu'un adulte voulait engager la conversation, il jouait l'autruche pour faire en sorte que celle-ci ne dure pas, et fuir immédiatement. Il faisait tâche, au milieu de tout ces génies. Il entachait la réputation de l'établissement, très certainement... Alors très vite, il s'était mis à travailler dès qu'il pouvait. Dans les couloirs, dans la rue en rentrant, à la bibliothèque, les pauses déjeuner etc. Il voulait rattraper son retard. Il le devait. Il ne pouvait pas décevoir Gwenvael après tout ce qu'il avait fait. Quand bien même celui-ci semblait planer dans un monde de "tout va bien, tranquille", il songeait que son responsable légal serait déçu si il échouait.
Mais au lieu de s'inquiéter pour ses résultats scolaires, l'adulte s'était préoccupé pour sa santé. Si il lui arrivait quelque chose en cours, il ne pourrait rien faire, et, pour chasser ses inquiétudes, il avait harcelé pendant plusieurs semaines Ivy après la rentrée pour qu'il se décide enfin à aller voir l'infirmière. Chose qu'il n'avait décidé de faire que maintenant, fatigué d'avoir un trentenaire un peu lourd à lui piailler aux oreilles matins et soirs. Il fallait qu'il récupère des médicaments, qu'il fasse un bilan médical, et autres paperasses un peu inutiles... Mais Ivy s'en fichait un peu. Malade ou pas, ce n'était pas le plus important. Même diminué, il travaillait. Son comportement complètement abusif vis-à-vis de sa propre santé lui avait déjà coûté plusieurs évanouissements dus à la fatigue et la fièvre, ainsi que diverses imbécilités dus à son refus de se soigner. C'était objectivement idiot. Il se détruisait ainsi, mais tant que c'était lui, ça lui passait au-dessus de la tête. Il y avait plus important.

Ce matin-là, traversant les couloirs du bâtiment administratif, après s'être perdu plusieurs fois ça et là dans le bâtiment trop grand à son goût, il avait finalement décelé l'aile médicale où il aurait déjà dut se rendre depuis un moment. Après avoir lorgné un long moment sur le sol carrelé, il avait sentit qu'on l'observait. Il s'était encore trompé d'endroit ? Non, pitié, il voulait pas qu'on l'accompagne dans les couloirs jusqu'au lieu recherché...
Puis, son regard croisa le visage d'une petite blonde. Une blonde au Japon ? Il avait déjà croisé plusieurs étrangers ici, mais tout comme lui, elle, elle avait vraiment un air étranger. Autre sa chevelure claire, elle avait d'étonnants yeux bleus vifs. De beaux yeux clairs de la couleur du ciel, au milieu d'un visage presque aussi pâle que le sien -bien qu'elle n'ait pas l'air d'un vampire en pleine crise d'anémie, elle. Et c'est avec un petit sourire enjôleur, qu'elle se mis à parler :

"Tu viens pour sécher les cours ou tu as vraiment un problème de santé ?"

Elle avait une jolie voix, cette jeune fille. Et avec ce sourire, il songea que les gens ne devaient pas souvent lui refuser quelque chose. Mais sa question l'intrigua quelque peu. Sécher les cours ? Pourquoi sécher les cours ? Il imaginait mal quelqu'un prendre ses cahiers et les étendre en plein soleil comme on faisait avec du linge... C'était une drôle d'idée... Et il ne voyait pas vraiment le rapport avec l'infirmerie. Puis, son regard dériva vers le téléphone qu'elle avait en main. Gwenvael avait voulut lui en acheter un aussi, mais il avait piqué une telle crise pour l'en dissuader, que l'adulte avait -temporairement- abandonné. Il s'était déjà bien trop sacrifié pour lui... Il avait récupéré le fils de son amoureuse décédé depuis des années, alors que celui-ci était une imbécile dépressif aux tendances fortement suicidaires, et lui avait payé une scolarité à une des meilleurs écoles qu'on puisse imaginer. Alors si il se dérangeait plus, Ivy allait vraiment se jeter par la fenêtre, tout comme Gwenvael faisait avec son argent. Cette histoire était vraiment ridicule...!
La jeune fille en face rangea son téléphone avant de s'étirer. Était-elle là depuis longtemps ? Il jeta un regard autour de lui, voyant qu'ils étaient bien devant l'infirmerie, qui semblait inaccessible pour le moment. Au moins, il ne s'était pas trompé d'endroit.

"Quitte à être coincés là, autant en profiter pour discuter. Moi c'est Ruri, et toi ?".

Il se souvint bientôt que c'était une humaine, et qu'en tant qu'humaine, elle avait besoin de conversation. C'est pourquoi elle venait d'engager une conversation, engageant par la même occasion une nouvelle bataille. Cette bataille consistait pour obtenir la victoire, à fuir la conversation, ou la raccourcir au maximum. Et une des techniques consistait à ne pas rendre le sourire de la personne en face -ce qui n'était pas bien dur, venu d'une personne qui ne souriait jamais-, et à lui mettre un vent monumental, en allant s'asseoir sur une chaise loin, en regardant ailleurs d'un air de dire "Je ne t'ai pas calculé, laisse tomber".
C'est donc ce qu'il fit, ne lui rendant ni son sourire, ni une réponse intelligible, allant s'asseoir sur une chaise assez loin d'elle, avant de tirer un cahier de son sac pour reprendre ses tentatives désespérées de rattraper son retard à l'école. Dès lors, il tâcha d'oublier que quelqu'un lui avait adressé la parole, faisant comme si elle n'existait pas. Ceci était une technique généralement efficace, puisque les autres, trop vexés, allait donc bouder mentalement, et retourner voir leurs amis. Et ainsi, il créait rarement de disputes, ce qui épargnait à Gwenvael un rendez-vous avec l'administration parce qu'il causait des ennuis, et que si ça continuait, on finirait par le renvoyer. Pour l'instant, il se tenait tranquille.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Mai - 3:16
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Elle se demanda un instant s'il n'était pas muet. Ou atteint d'une maladie qui l'empêchait de prendre conscience de ce qui l'entourait. Dans sa tête, c'était presque inconcevable de refuser de parler à ce point. Même quand elle avait envie d'être seule, elle faisait toujours un effort ne serait-ce que pour relever la tête quand on s'adressait à elle, au pire pour dire qu'elle n'avait pas envie de parler. Ruri n'était pas le genre de filel qui se vexait facilement, mais elle devait savoir si ça servait à quelque chose de lui adresser la parole, parce que sinon elle pouvait sans problème de replonger dans son téléphone pour discuter tranquillement avec ses amies. Enfin non, parce que la plupart allaient être en cours à cette heure-là et elles n'étaient pas toutes adeptes des sms en classe.

Enfin elle avait plus ou moins (surtout plus) raté sa tentative de sociabilisation, mais malheureusement pour lui, Ruri était du genre à s'ennuyer vite et l'idée de passer toute son attente à rester silencieuse et immobile dans un coin était plus désagréable que celle de parler à un mur. Et même le plus stoïque des individus finissait par lâcher un commentaire ne serait-ce que méprisant quand on lui parlait en continu. Elle avait fait le test. A moins qu'il soit vraiment muet, à un moment ou un autre il ouvrirait la bouche, même si c'était juste pour dire qu'elle lui tapait sur les nerfs. Hors de question que quelqu'un passe sans qu'elle marque son esprit, et si elle devait le marquer en mal... soit.
Elle n'était plus à ça près. De toute manière, elle n'avait jamais prétendu vouloir être aimée par tout le monde : tant qu'on se rappelait d'une de ses apparitions, c'était déjà un bon point de départ.

"Tu sais quand on est un minimum poli on répond aux questions, même si on préfère parler à une feuille." Oh, elle n'avait pas l'intention d'être méchante, juste de le faire réagir un peu. S'était-il attendu à ce qu'elle hausse les épaules en reprenant ce qu'elle faisait avant son arrivée ? Sûrement. Une autre l'aurait fait, mais pas elle. Elle n'abandonnait pas si facilement. Même lui arracher simplement son prénom, ça serait déjà un bon début. Elle faisait tourner son téléphone dans sa main, observant cet étrange garçon aux cheveux blancs qui se plongeait dans un cahier de cours. Des soucis scolaire, si tôt dans l'année ? Elle avait envie d'essayer de le titiller un peu sur le sujet, juste pour voir si ça pourrait le sortir de son mutisme. Il n'avait pas l'air du genre violent, alors au pire il l'ignorerait comme avant, non ? "Tu as besoin d'un coup de main ?" Elle n'avait pas la moindre idée de la classe dans laquelle il pouvait être, si ça se trouve il était plus vieux qu'elle, mais ça ne coûtait rien de tenter. S'il refusait une discussion, il accepterait peut-être une main tendue différemment.

Elle jeta un oeil rapide à son téléphone. L'attente promettait d'être longue si elle n'arrivait pas à lui tirer un mot. Il y a bien quelque chose qui fonctionnerait... La gentillesse n'avait pas marché, elle comptait sur le reproche et le coup de main pour faire leur boulot. Et si ça non plus ça ne fonctionnait pas, il lui faudrait une autre tactique. Réussir à le faire parler était passé en priorité maximale dans sa tête. Quitte à devenir chiante ou collante.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 23:56
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?


Il se demandait si cette jeune fille s'ennuyait. Il ne voyait que cette raison, pour qu'elle aille lui parler à cet instant. Il était probable qu'ils aient à attendre quelques temps, mais tout de même, ça lui paraissait exagéré, que de jeter son dévolu sur lui pour taper la discussion... Il n'y avait personne d'autre à passer dans les couloirs ? Pourquoi il arrivait toujours au bon moment ? Il aurait mieux faire d'arriver plus tard, ainsi, il aurait eut une chance d'éviter cette fille, ou elle aurait choppé quelqu'un d'autre en route. Mais évidemment, il était arrivé à ce mauvais instant, à ce mauvais endroit... Il n'aurait pas dut obéir à Gwenvael... A cause de cet imbécile, il se retrouvait encore dans une situation impossible... Socialiser avec les gens de cette école... C'était bien une des dernières choses qu'il voulait ! Enfin... Il espérait que cette jeune fille comprendrait qu'il n'était pas ouvert à la discussion, et qu'il serait ainsi préférable qu'elle le laisse en paix, et aille discuter avec quelqu'un d'autre...

"Tu sais quand on est un minimum poli on répond aux questions, même si on préfère parler à une feuille."

Il sursauta légèrement, intimidé. Pourquoi est-ce qu'elle revenait à la charge ? Elle ne pouvait pas l'ignorer comme tout le monde ? Il ne voulait pas discuter... Il ne voulait pas... Il allait se tromper, et attirer des ennuis à Gwenvael. Il tenta donc de se concentrer sur son cours -très mal écrit d'ailleurs, il avait fait plusieurs erreurs de kanji-, et d'ignorer au maximum la blonde juste à côté. Il ne devait pas faire attention à elle, surtout pas... Éviter de lui répondre, de capter sa présence, de la regarder... Et puis, il devait rattraper son retard... Ne pas redoubler... Avancer dans ses études... Il devait réussir à tout prix.

"Tu as besoin d'un coup de main ?"

Un coup de main ? Elle voulait le frapper ? Il paniqua sur le moment, puis se rappela qu'il ne s'agissait là que d'une expression. Il chercha donc dans son esprit sa signification, qu'il ne tarda pas à trouver. Elle souhaitait... l'aider ? Pourquoi ? Cela ne lui semblait pas normal. Elle ne cherchait pas juste de la compagnie ? Hum... Cela devait être une technique pour le détourner de ses révisions et le contraindre à parler. Mais le problème était là : il n'avait vraiment pas envie de converser. Il était bien trop angoissé par ses révisions... Et il avait trop honte de demander de l'aide. Il ne voulait pas avoir à expliquer son niveau scolaire minable, et surtout pas qu'il ne savait qu'à peine compter en deuxième année de lycée ! Il avait bien trop honte... Oui, il était carrément minable...

- N-Non, je révise juste comme ça... J'ai pas besoin d'aide... marmonna t-il, baissant les yeux.

Il referma son cahier, balayant le sol du regard sans jeter un regard à la petite blonde. Maintenant qu'il y songeait, c'était étrange une chevelure blonde pour une japonaise.... Venait-elle d'ici ? Ou bien, peut être que sa famille avait déménagé à Hoshi... Ou alors c'était simplement une teinture ? Il ne voulait pas trop l'avouer, mais il était curieux de savoir d'où elle venait et pourquoi elle était arrivé aussi. Mais il ne voulait pas non plus discuter avec elle... Il allait faire des erreurs, il allait causer de nouveaux ennuis à Gwenvael... Il ne pouvait pas discuter avec des gens comme ça, alors qu'il n'était qu'un gamin débile sortit de nul part... En plus, il se doutait bien qu'il devait lui rester un accent chinois, du fait de ses nombreuses années passées là-bas... Même si il n'avait appris à parler que très tard... Est-ce qu'on pouvait entendre qu'il avait cet accent d'ailleurs ?

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Juin - 13:56
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Elle avait connu plus sociable. Mais dommage pour lui, elle avait aussi connu moins sociable. Et de toute façon, elle ne supportait pas qu'on l'ignore. Peut-être qu'il se souviendrait d'elle comme la fille qui l'avait harcelé pour le forcer à ouvrir la bouche. À défaut d'un meilleur impact sur sa vie, c'était toujours ça de gagné. Elle était prête à être désagréable si besoin. Ça ne serait pas la première fois, et tant qu'elle arrivait à avoir ce qu'elle voulait à la fin, même juste en partie, elle s'estimerait satisfaite. Alors elle ne put pas s'empêcher de sourire légèrement quand il sursauta. S'il était juste timide, ça serait plus facile à résoudre que prévu.

Après s'être assise à côté de lui pour lui proposer son aide, elle jeta un œil par-dessus son épaule. En dehors des fautes qu'elle repérait d'ici, ça avait l'air d'un cours de son niveau. Ils avaient le même âge – ou alors ils étaient juste dans la même classe. En tout cas, elle pourrait l'aider plus ou moins facilement s'il avait du mal.

Quand il refusa son aide, elle fronça les sourcils. Peut-être qu'il avait juste sorti ses cours pour pouvoir l'ignorer sans chercher trop loin. Ou alors il refusait par fierté. Elle n'avait jamais eu de très grosses difficultés scolaires – c'était sa seule occupation quand elle ne pouvait pas sortir de chez elle, après tout – et elle n'avait jamais refusé d'aider qui que ce soit sur les matières où elle s'en sortait le mieux. Est-ce qu'on pouvait forcer quelqu'un à accepter de l'aide ? Probablement pas.

Elle retint un soupir. Tenter de communiquer avec quelqu'un qui ne savait que refuser le contact ça n'était pas si facile que son enthousiasme originel lui avait fait croire. Elle ne voulait pas passer son temps avec les yeux rivés sur son téléphone, surtout qu'aucun de ses amis ne lui envoyait de messages donc si c'était pour traîner d'un site inutile à l'autre, ce n'était même pas la peine.

Que faire, alors ? Elle ne pouvait pas le harceler pendant trois heures non plus. Elle regarda par-dessus son épaule pour déchiffrer son cours histoire de s'occuper un peu, mais elle s'ennuyait déjà. Combien de temps avant que l'infirmerie ouvre ? "Au fait... si c'est pas indiscret hein... pourquoi tu viens à l'infirmerie ?" Ellle faisait une nouvelle tentative mais elle n'était pas sûre que ça fonctionne. Il avait déjà fait une tête bizarre à sa première question – quand elle lui a demandé s'il venait pour sécher les cours – alors peut-être que c'était quelque chose de très personnel. Parce qu'il ne venait clairement pas pour sécher les cours. Quand on sèche, on n'emmène pas les cours avec soi.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

HRP : désolée pour la réponse un peu courte .o.
Par contre, petit note comme ça mais Ruri n'a aucun accent quand elle parle japonais : c'est sa langue maternelle et elle n'a vécu qu'au Japon. Elle a appris le russe avec son frère mais comme elle est bilingue depuis toujours elle n'a pas l'accent d'une langue quand elle parle l'autre .o. (ce qui apparemment n'arrive que si on devient bilingue après 8 ans)




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Juin - 18:06
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Spoiler:
 
Toi aussi, tu es fragile ?


Il eut tôt fait de rouvrir son cahier, pressé de reprendre son apprentissage. Il se demandait bien à quel point cette jeune fille voulait parler, pour se montrer aussi insistante. Enfin, elle ne l'avait pas tant que ça été, mais elle le demeurait. Est-ce qu'elle s'ennuyait ? Elle ne parlait à personne via son téléphone ? Elle n'avait rien à lire ? Pour tout avouer, il n'avait que peu envie de converser avec elle, vraiment. Pas seulement parce qu'il n'était pas à l'aise avec les autres, mais aussi parce qu'il n'avait pas de temps à perdre pour rattraper son retard scolaire. Rien que cette visite médicale l'angoissait dans la mesure que si cela traînait, il aurait moins de temps pour travailler. Gwenvael avait soutenu qu'il rattrapait très vite son retard, et qu'en redoublant, d'ici le début de l'année suivante il pourrait être à niveau, mais il voulait tout rattraper maintenant. Il n'était pas question de redoubler : l'école était trop chère, et le comportement de son responsable légal vis-à-vis de cela l'excédait. Il lui causerait sûrement des ennuis, si il ne progressait pas plus vite...

"Au fait... si c'est pas indiscret hein... pourquoi tu viens à l'infirmerie ?"

Elle tenait tant que ça à avoir une discussion ? Si il n'avait pas été autant angoissé à l'idée de mener à bien ses rattrapages, il aurait été admiratif de son acharnement. En fait, il trouvait que c'était plutôt impressionnant, de tant s'accrocher à parler avec un mur. Mais au-delà d'être admirable, c'était aussi un peu triste à son sens. Elle devait se sentir bien seule... Et si elle était triste ? Et si en fait, c'était une fille malheureuse, qui n'avait aucun ami et souhaitait converser avec quelqu'un qui ne la calomnierait pas ?
Il se sentit d'un coup très bête en envisageant cette possibilité. Si c'était cela, il venait simplement d'un peu plus précipiter le malheur d'une fille déjà triste. Et c'était tellement insupportable à penser... Enfin, quand bien même c'était un garçon un peu idiot, un peu pathétique, et qui semblait un peu méchant, en réalité, il était surtout soucieux de ne pas trop faire de mal. Il voulait sans cesse protéger les autres, et du coup... Si il venait de blesser cette adolescente à côté...
C'est non sans une certaine frustration qu'il referma à nouveau son cahier pour répondre, de manière aussi concise qu'il put.

- Pour un bilan médical. J'aurais dut en faire un en arrivant... Mais j'avais pas envie d'y aller... Mais le vieux m'a obligé à y aller aujourd'hui...

"Obligé"... Il aurait été plus juste de dire que Gwenvael l'avait "harcelé pour qu'il y aille". Il l'avait suivit partout, pour le répéter... Tout le temps... Il était toujours derrière la porte pour lui dire, et même quand il s'était caché dans un placard espérant avoir la paix, il avait osé l'y suivre... D'ailleurs, c'était aberrant, l'énergie que mettait cet adulte à tenter d'avoir une discussion normale avec lui. Quelque chose qui aille en dehors de lui faisant un interminable monologue, et Ivy restant muet, ou de simples échanges de politesse. Et cet imbécile espérait encore qu'un jour, l'adolescent le considère comme son père. C'était stupide... Tout ça parce qu'une suite d'évènement l'avait entraîné à être son père aux yeux de la loi, à la place de son papa biologique... D'ailleurs, Gwenvael avait refusé de lui parler de cette personne, et il se mettait à pleurer dès qu'il parlait de sa mère. C'était si important d'en faire tout un foin ? Ce vieux était bien trop émotif...
Enfin... C'était quelque chose de trop compliqué pour lui... Tout ça... Il leva ensuite timidement les yeux vers Ruri, prenant pourtant soin d'esquiver son regard.

- Et toi, pourquoi tu y vas, à l'infirmerie ?

Bien, enchaîner des questions simples comme ceci... C'était la base de la discussion. Enfin, c'était ce qu'il avait lu. Il avait un peu peur de se tromper... Mais ce n'était pas comme si il était doué pour se sociabiliser après tout. Mais pour ne pas faire du mal à cette jeune fille, il devait faire des efforts. Il ne fallait pas échouer. Il ne fallait surtout pas échouer. Si il échouait, cela allait encore causer des catastrophes... Il allait encore causé du tord... Encore, encore, encore...
C'était bien malgré lui qu'il pensait encore ça, en pleine panique intérieure. Il fallait qu'il se reprenne, mais il était bien trop dur envers lui-même pour s'accorder le moindre faux pas... De plus, vu l'hypothèse qu'il s'était faîtes sur cette fille aux cheveux blonds, l'erreur était d'autant moins admissible.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Juil - 16:38
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Le silence était déconcertant. Elle avait l'habitude d'avoir constamment du bruit autour d'elle, que ce soit le bip régulier des machines dans son enfance ou les voix de ses amis ou de sa famille. Elle n'avait jamais été habituée au silence, et elle avait tendance à vouloir le briser à tout prix. C'est pour ça qu'elle avait tenté une nouvelle fois de relancer la conversation. Malgré tout, une partie d'elle ne cessait de lui répéter qu'elle était sûrement énervante, peut-être même exaspérante. Qu'il allait se murer encore plus dans son silence inextricable si elle essayait de lui parler, qu'elle finirait par ne même plus avoir le bruit des feuilles qu'il parcourait en guise de fond sonore. Si bien qu'elle sursauta presque quand il lui répondit.

Un bilan médical ? Pour que ça ait lieu pendant ses cours, ça ne pouvait pas être une simple vérification de routine. Il devait être comme elle, du genre à avoir eu des problèmes de santé toute sa vie et à en subir encore les contrecoups. C'était... étrange. Croiser quelqu'un d'autre qui était fragile, peut-être autant, peut-être plus qu'elle, mais avec une personnalité si radicalement opposée à la sienne. La maladie l'avait transformée en battante, prête à tout pour être mémorable, pour garder un sourire à toute épreuve. Lui... il semblait si renfermé, comme s'il pensait que le monde lui avait refusé une place. Cette injustice qu'elle avait combattu, elle avait la sensation qu'il se contentait de la subir, de se laisser écraser.

Elle se demanda qui était ce vieux dont il parlait. Pourquoi il n'avait pas envie de venir. Chacune de ses phrases amenait une nouvelle question, qu'elle mourrait d'envie de poser, à laquelle elle voulait vraiment la réponse. Mais ils étaient si différents, et elle ne voulait pas le brusquer pour qu'il parle, alors qu'elle avait déjà dû faire tant d'effort pour lui arracher une simple phrase. S'il se murait à nouveau dans le silence, elle considérerait facilement que c'était de sa faute.

"J'ai des médicaments à récupérer. Une vieille maladie qui s'accroche." Et qui s'accrocherait toute sa vie. Elle avait conscience que sa réponse diminuait totalement l'ampleur de sa maladie – ça ressemblerait presque plus à la définition qu'on ferait d'une grippe ou d'un rhume qui laissaient encore quelques petites fièvres derrière eux. C'était une habitude qu'elle avait prise sans même s'en apercevoir. Cette maladie qui avait failli la tuer plusieurs fois et qui était désormais sous contrôle, elle lui avait réservé le même traitement qu'à ses autres problèmes : elle l'avait minimisée, écrasée, elle avait lutté pour lui prouver que, malgré tout, elle avait une place dans ce monde et qu'elle comptait bien la garder.

"Je suis désolée si tu te forces à parler pour moi. C'est juste que... je n'ai pas l'habitude du silence. J'ai vécu toute ma vie avec des machines qui bipaient à côté de moi ou des médecins qui parlaient dans les couloirs, alors dès qu'il n'y a aucun bruit, je stresse." Oui, même si elle s'était accroché pour qu'il ouvre la bouche et réponde à ses questions, elle avait quand même conscience qu'il n'avait pas forcément envie de lui parler. Il évitait son regard, déjà, et elle avait vraiment l'impression qu'il répétait un truc appris par cœur. Elle faisait du théâtre depuis cinq ans, elle savait reconnaître sur un visage la réflexion de celui qui a peur d'oublier son texte.

Qu'avait-il bien pu vivre pour être aussi allergique à la conversation ? Peut-être qu'il avait l'habitude d'être seul. Elle avait eu la chance d'avoir un frère, mais elle n'avait jamais essayé d'imaginer à quoi ressemblait la vie d'un enfant unique. S'il l'était, ça expliquerait, en partie du moins, qu'il n'ait pas l'habitude de parler à qui que ce soit. Si "le vieux" désignait son père, il n'avait pas l'air d'avoir une très grande estime de lui. Ça ne devait pas être la meilleure personne au monde pour apprendre la communication, sans doute.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Juil - 22:30
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?


Maintenant qu'il y songeait, cette jeune fille aux cheveux blonds devait avoir une bonne raison de rester ici à la place d'aller en cours. Et si en plus d'être seule et triste, elle était malade...? Enfin, quelque chose comme vraiment malade... Peut être qu'elle prenait des anti-dépresseurs pour l'aider à se sentir moins triste ? Peut être qu'il venait de participer à la destruction du morale d'une adolescente en refusant de lui répondre... Et si cela se terminait mal, ça serait en partie de sa faute alors...? Tout sembla tourner beaucoup trop vite dans sa tête, et il en convint qu'il devait faire de son mieux pour ne pas la blesser. Même si il se trompait. Il devait être un gentil garçon... Au moins essayer... Ne pas causer de catastrophes...

"J'ai des médicaments à récupérer. Une vieille maladie qui s'accroche."

Des médicaments à récupérer ? Une vieille maladie qui s'accrochait ? Il avait déjà entendu dire que les gens malheureux l'étaient parfois de manière maladive, mais d'un coup, il eut l'impression de s'être trompé sur toute la ligne. Peut être que c'était une maladie d'un tout autre genre... Ce serait extrêmement indiscret de demander ce que c'était, surtout qu'il savait que ce n'était pas forcément agréable d'être malade... Elle ne devait certainement pas en avoir un bon souvenir. Il se demandait si c'était grave... Enfin, il pensait que ça pouvait l'être... Ce qui expliquerait son comportement... Enfin, il était incertain vis-à-vis de ça. Et il préférait ne pas songer à cette option.

"Je suis désolée si tu te forces à parler pour moi. C'est juste que... je n'ai pas l'habitude du silence. J'ai vécu toute ma vie avec des machines qui bipaient à côté de moi ou des médecins qui parlaient dans les couloirs, alors dès qu'il n'y a aucun bruit, je stresse."

Cette seconde réplique de la jeune fille le laissa pantois. C'était donc vraiment ça...? Il n'arrivait pas à décrire combien il se sentait mal pour cette jeune fille. Passer toute une vie, avec des machines qui bipent près de soit, et la voix des médecins... Ce n'était certainement pas une simple maladie qu'elle avait, pour avoir vécu cela... Elle devait... être terriblement malade. Elle avait dut se sentir un peu seule aussi, non ? Et maintenant, en lui adressant la parole, qu'avait elle cherché à faire ? Elle venait de dire que l'absence de bruit l'angoissait, mais il songeait qu'elle voulait aussi se couper à jamais de la solitude. C'était si triste, d'être seuls... Surtout qu'elle avait l'air si gentille... Elle ne le méritait certainement pas.

- D-Désolé... C'est vrai que, dans ce cas, le silence doit être douloureux pour toi...

Il était un peu à l'opposé à propos de ça. Il préférait nettement de rien entendre, et s'enfermer dans sa bulle. Dans le silence, coupé du monde, il serait alors à l'abri... Il n'y aurait plus rien d'effrayant. Il n'aurait pas à subir la présence humaine, pas à penser à lui-même. Il pourrait s'oublier, se noyer dans une mer de silence. Oh, si seulement il pouvait oublier sa propre existence...! Il avait tant de fois voulut être oublié, ne plus rien ressentir, anesthésier ce cœur trop faible pour que jamais plus il n'ait à craindre quoi que ce soit. Vivre c'était douloureux, en quelques sortes, surtout quand on ne savait pas où aller...
Il se demandait ce qu'il pourrait bien dire à Ruri. Ce serait cruel, après qu'elle ait dit cela, d'encore se taire. Mais il ne savait pas ce qu'il devait dire. Il n'avait pas appris à gérer ce genre de situations. Et il se sentait peu à peu étouffé par la pression que représentait ce vide dans son esprit, qui allait jusqu'à tordre ses entrailles. Il avait envie de fuir et s'enterrer le plus profondément qu'il puisse sous terre. Quel sujet de discussion fallait il prendre ? Il se sentait comme face à une bibliothèque aux innombrables ouvrages, dont les titres étaient tous dans une langue inconnue : il ne savait lequel choisir, et ne pouvait en déchiffrer aucun.
Il balaya le sol du regard avec gêne, incapable de savoir où se mettre. Il devait parler, il n'avait pas le choix, il était la seule personne aux côtés de la blonde à cet instant. Et même si il priait très fort, personne n'arriverait. Il était abandonné à son sort. Il devait parler. Il ne pouvait pas fuir. Sinon, il allait lui faire du mal. Mais si il se trompait, que se passerait il ?

- D-Désolé, je ne sais pas quoi dire... J'ai pas vraiment l'habitude de parler... J'aimerais t'aider à chasser le silence, mais je ne sais pas comment... déclara t-il, tout bas, ses yeux verts d'eaux rivés au sol.

Est-ce que la franchise était en soit une bonne option ? Il n'en savait rien. Et il avait peur de s'être trompé. Mais tant pis : il avait déjà parlé. Désormais, il était impossible de faire machine arrière ; il était condamné à supporter cela. Et il ne voulait pas être un poids, ce serait bien trop insupportable ! Il fallait qu'il progresse, maintenant... Ruri n'allait pas attendre qu'un idiot tel que lui apprenne à devenir un humain à part entière.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Sep - 13:09
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Ses excuses, autant que la "justification" qu'il donnait à son silence, achevèrent de la convaincre qu'ils avaient eu une réaction totalement opposée à ce qui avait frappé leur passé. Elle, sa maladie, la volonté écrasante alors qu'elle pensait mourir avant ses dix-huit ans, cette envie de goûter au monde réel au moins une fois, de marquer les esprits pour que sa vie, courte et éphémère, n'ait pas été vaine.
Lui, quoi qu'il ait vécu, enfermé dans un monde de silence et probablement de solitude, un endroit où parler semblait être secondaire, non essentiel, alors que chaque mot était pour elle l'occasion de laisser une empreinte. Ils étaient le jour et la nuit, le bruit et le silence, aussi opposé qu'il était possible de l'être.

Et ils se retrouvaient tous les deux là, à s'observer. Lui sans savoir comment fonctionnait une conversation et elle à chercher une façon de changer un peu la situation. La faire tourner sans le forcer lui à trop parler ni elle-même à se murer dans un silence trop peu naturel.
"Le plus simple, c'est de dire ce qui te passe par la tête. Sans avoir peur de vexer qui que ce soit. Au pire, s'il se vexe, c'est qu'il était trop susceptible pour entendre ce que tu as à dire." Donner un cours à quelqu'un pour lui apprendre les bases de la conversation entre êtres humains n'était pas l'image qu'elle s'était faite de son après midi, mais c'était ça ou le silence pesant, qui l'engluait et qu'elle supportait à grand peine.

Elle se demandait par où commencer, à part ça. Tout le monde pensait, bien sûr, mais même elle avait ses pensées qu'elle gardait pour elle. Tout ce qui la concernait un peu trop intimement, par exemple, toutes les situations plus ou moins désagréables qu'elle n'avait pas encore réussi à minimiser et à ranger dans un petit coin de sa tête, loin avec ses anciens problèmes et ses blessures mal cicatrisées. Quand ils effleuraient ses pensées, elle les chassait, et ça lui donnait l'impression fugace d'être légèrement hypocrite quand elle lui conseillait de dire "tout ce qui lui passait par la tête".

"Si c'est quelque chose dont tu n'as pas l'habitude, il faut commencer par des choses basiques. Par exemple, si on reprend du début... Tu t'appelles comment ?" Parce que, mine de rien, il n'avait toujours pas répondu à sa toute première question. Elle aimait pouvoir associer des noms à des visages et, de manière générale, elle aimait la réciprocité dans les présentations. Et puis quoi de mieux pour enseigner la conversation à quelqu'un que de commencer par la base : avoir une idée basique de qui était la personne en face. L'apparence, c'était automatique, le prénom permettait de l'individualiser. Les considérations médicales qu'ils avaient partagé, c'était autre chose. Elle ne demanderait pas de réciprocité là-dessus : certaines personnes étaient plus ouvertes que d'autres sur leur passé, et elle-même n'avait pas été d'une honnêteté à toute épreuve en minimisant à ce point l'impact de sa maladie.

Sa sensation de le forcer à parler était toujours là, mais en soi elle était compensée par l'impression de faire toute la conversation elle-même. Si elle jouait les professeurs, il n'avait pas spécialement besoin de répondre à chaque fois. Ce résolvait leurs deux problèmes : lui pouvait rester silencieux autant qu'il voulait, et elle pouvait parler sans forcément s'adresser à un mur. Bon, elle doutait qu'il devienne un pro de la conversation et qu'il tienne compte de ses conseils pour une raison ou pour une autre plus tard, mais au moins il se souviendrait d'elle un minimum.

"Je ne veux pas te forcer à parler non plus, mais quelques petites astuces ça peut t'être utile, on sait jamais, si tu tombes sur quelqu'un d'encore plus casse-pieds que moi" Elle l'avait dit avec un sourire propre à son auto-dérision personnelle, tout en tapotant des doigts sur sa jambe sans s'en apercevoir. Elle n'avait aucune idée de l'heure, ni duquel des deux passerait en premier quand l'infirmerie ouvrirait. Peut-être qu'il n'aurait pas à la supporter longtemps, mais elle préférait se moquer de sa propre insistance que d'imaginer ce qu'il devait en penser.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep - 23:52
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?


A vrai dire, même si être un tel incapable l'avait toujours frustré, il nourrissait une volonté irrépressible de s'améliorer. C'était stupide, venu de lui. Il n'aimait pas les autres, mais il les aimait aussi. C'était juste un idiot, qui pourrait vendre sa vie contre le sourire de quelqu'un, ou un petit service stupide. Mais c'était aussi un idiot qui ne voulait pas admettre qu'il existait au delà de ça, et qu'un jour, il faudrait bien qu'il s'occupe de ce qui se passait dans sa petite tête et son cœur. Quoi qu'il en soit, Ruri était plus ou moins devenue son obsession du moment. Il devait parler, absolument. Laisser planer le silence pouvait toujours la rendre malheureuse, et il n'aimait pas spécialement rendre les gens malheureux quand il y avait une possibilité d'éviter ça.

"Le plus simple, c'est de dire ce qui te passe par la tête. Sans avoir peur de vexer qui que ce soit. Au pire, s'il se vexe, c'est qu'il était trop susceptible pour entendre ce que tu as à dire."

Mais qu'est ce qu'elle fabriquait ? Elle lui apprenait à dialoguer ? C'était un peu ridicule, tiens... Pourquoi c'était à elle de lui apprendre la conversation ? Bon, peu importe, si cela pouvait faire office de bruit pour ne pas la perturber pour rien. Et puis, au final, il était presque heureux que quelqu'un lui dise ce genre de choses. Juste dire ce qu'il pensait alors... Mais il n'avait pas envie de blesser ou de vexer quelqu'un... Trop susceptible ? Hum... A vrai dire, c'était surtout que le petit décoloré, si il pouvait avoir l'occasion de parler franchement, dirait sûrement pas mal de bêtises potentiellement blessantes. Si les paroles de Ruri pouvaient être pleines de sagesse à cet instant, c'était pas forcément le genre de choses à dire à quelqu'un comme Ivy. Parce qu'avec ce genre de conseils, il risquait vraiment de causer de grosses catastrophes. A l'entente des paroles de la jeune fille, la question de discrétion ne lui apparut même pas à l'esprit, et il avala ses paroles comme un verre d'eau.

"Si c'est quelque chose dont tu n'as pas l'habitude, il faut commencer par des choses basiques. Par exemple, si on reprend du début... Tu t'appelles comment ?"

Elle continua donc sa petite leçon, et il écouta attentivement, comme un gentil élève avec son professeur. A vrai dire, lui qui faisait sa tête de bois la plupart du temps, c'était étonnant de le voir aussi à l'écoute. Mais il fallait dire qu'une personne de son âge ayant trop souffert jusque là lui attirait beaucoup de sympathie. Il n'y pouvait rien, il n'arrivait juste pas à détester les gens, et encore moins ce type de personne. Peut être aussi parce que Ruri avait quelque chose de vraiment touchant dans sa manière d'agir, et son âge juvénile ne faisait que renforcer cet espèce d'attachement instinctif qu'on pouvait lui vouer. Et Ivy avait beau ne pas fonctionner toujours de la bonne façon, il n'en demeurait pas moins sensible... Peut être un peu trop parfois. Mais c'était un artiste -un artiste raté, oui, mais un artiste quand même-, quoi de plus normal à ça.

- I-Ivy. Et toi ?

Il avait l'impression de mentir à chaque fois qu'il se présentait. Après tout, c'était pas comme si il s'appelait Ivy depuis longtemps, cela ne faisait que quelques mois. Avant, il avait trimballé pleins d'autres noms et surnoms, sans vraiment avoir d'identité fixe, alors il ne savait plus trop comment lui-même il devait se nommer. En fait, c'était comme si sa vie entière était juste une couverture, un rôle. Vu qu'il ne savait pas qui il était vraiment au final, il ne faisait que douter de son existence, et en quoi il pouvait la justifier. Et il ne pouvait se faire à l'idée de trouver une vie stable, c'était trop compliqué rien que d'y songer.

"Je ne veux pas te forcer à parler non plus, mais quelques petites astuces ça peut t'être utile, on sait jamais, si tu tombes sur quelqu'un d'encore plus casse-pieds que moi"

Elle avait quelques astuces ? Elle pouvait lui apprendre ? Il pouvait s'améliorer ? A vrai dire, malgré lui, ça le rendait très heureux. Même si quelque chose d'aussi gentil lui faisait peur, il avait vraiment envie de progresser, et de devenir un garçon normal digne de ce nom pour Gwenvael. Il ne voulait pas le décevoir, lui rendre la monnaie de sa pièce en devenant ce qu'il voulait qu'il devienne. La fin de la phrase de la jeune fille le mit toutefois quelque peu mal à l'aise. Si il tombait sur plus casse-pieds qu'elle... Il ne la trouvait pas vraiment casse-pieds, étant donné qu'elle avait des raisons d'agir ainsi. Si elle avait tenté de discuter juste pour l'embêter, oui, il l'aurait trouvé agaçante, mais avec ce qu'elle lui avait dit précédemment, il était incapable de lui en vouloir, ou de la trouver désagréable. En fait, même si elle c'était révélé vraiment casse-pieds, il ne l'aurait pas détesté. La seule personne qu'il arrivait à détester c'était lui-même après tout...
Il jeta donc un regard à Ruri, qui souriait à nouveau. Elle avait vraiment un sourire rayonnant, cela devait être une personne que les autres autres appréciaient. Avait-elle beaucoup d'amis ? Était-elle populaire dans l'établissement ? Était-ce une bonne élève ? Il pensait bien qu'elle devait être une personne assez influente, vu la présence qu'elle imposait.

- Hum... A ce propos, tu sais, il y a plus casse-pieds... Et tu as de bonnes raisons de l'être, je pense... marmonna le décoloré, pas franchement encore dans son assiette.

C'était compliqué de parler, et à vrai dire, même si il ne voulait pas laisser Ruri dans le silence, ou lui mettre des vents, il ne demeurait pas moins effrayé par cette espèce d'aura joyeuse qu'elle dégageait. Elle avait l'air trop gentille, et il ne comprenait pas tout cela. Alors évidemment, il prenait encore peur. Il savait donc par avance que même si elle tentait de sociabiliser avec lui, au final, il finirait pas l'éviter par peur qu'elle devienne vraiment gentille, ou tente de se rapprocher de lui. Tenir les autres éloignés un maximum, c'était un peu ce qu'il voulait faire. A la base, il n'était là que pour faire comme Gwenvael voulait... Il voulait aider les autres, et le reste, il s'en fichait, c'était juste le décor. Si les gens n'avaient pas besoin d'aide, il passait son chemin.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Oct - 22:34
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Il n'y avait qu'elle pour prendre la décision d'enseigner la conversation à quelqu'un, alors que c'était naturel pour elle. Pas facile à expliquer, c'était comme apprendre à respirer. Mais elle ne pouvait pas comprendre la timidité, ou en tout cas pas totalement se mettre à sa place, alors elle l'avait pris au mot et s'était persuadée que c'était uniquement un manque d'expérience. S'il avait toujours été seul, personne n'avait pu l'initier. Elle entreprit donc de lui donner son petit cours personnel et sourit quand il lui répondit. Ivy, donc, même s'il l'avait prononcer d'une façon un peu étrange et avec une hésitation qui l'était encore plus. Elle mit ça sur le compte de sa timidité, autant que le fait qu'il lui demande son nom alors qu'elle s'était présentée un peu plus tôt. Elle répondit simplement "Ruri", sans se formaliser de le répéter, et enchaîna avec ses semi-excuses teintées d'auto-dérision.

Elle fut presque surprise qu'il lui réponde, d'autant plus que c'était visiblement pour la rassurer. Enfin "rassurer" était un mot un peu fort, mais c'était l'idée. Elle sourit doucement. Il avait l'air gentil, au fond, dommage qu'il n'ait pas eu l'occasion, ou qu'il n'ait pas le courage, de l'exprimer. La gentillesse se faisait rare, elle en était consciente même avec son optimisme légendaire, et si ceux qui en étaient capables était bloqués par de la timidité, ça ne s'arrangerait jamais. Elle faisait déjà de son mieux pour rendre les gens heureux, autant aller jusqu'au bout et entraîner les autres à faire de même ; elle se composerait une armée pour répandre le bonheur. L'idée faillit la faire rire mais elle se retint : il n'était pas dans sa tête et n'aurait pas compris, elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle se moquait de lui.

"C'est gentil, même si je sais que je peux être agaçante parfois, je suis contente que tu ne le penses pas." Elle commençait à l'apprécier. C'était peut-être d'enfin connaître son nom et le son de sa voix, ou bien juste le fait de le prendre sous son aile, d'être un genre de mentor. C'était peut-être pour ça que Yoite l'appréciait autant, elle, et qu'il avait pris tant de soin à lui apprendre à nager - le plaisir de voir quelqu'un avancer grâce à lui. La sensation était plaisante, gratifiante. Elle sourit à nouveau. "Tu vois c'est facile, tu progresses déjà, tu commences à dire ce que tu penses." Et même s'il devait ne jamais le refaire, elle était sincèrement contente pour lui. Pas de condescendance ou de maternalisme dans ses mots et sa voix, juste la joie ingénue qu'il ait réussi à briser une barrière. Même avec hésitation ou même s'il décidait de la reconstruire derrière.

Elle réfléchit un moment. C'est vrai qu'elle lui avait conseillé de dire tout ce qui lui passait par la tête, mais elle ne voulait pas qu'il interprète ça comme l'obligation de révéler des choses qu'il aurait préféré garder pour lui. Elle décida de nuancer légèrement sa première affirmation. "Bien sûr, tu as le droit d'avoir une secret ou des choses dont tu ne veux pas parler. Tu n'es pas forcé de dire absolument tout, on a tous quelque chose qu'on ne veut pas révéler à tout le monde." Même elle qu'on jugeait franche et honnête était loin de l'être complètement. Elle avait ses secrets, son grand secret surtout, et il lui arrivait de mentir plus souvent que les autres pouvaient le croire. Elle n'en était pas au point de réécrire sa vie, bien sûr, mais elle... adaptait certaines choses. Souvent pour minimiser leur impact sur elle.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Oct - 0:47
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?


A vrai dire, il ne savait pas très bien ce qui le retenait de partir en courant retourner déprimer dans le placard chez Gwenvael. Il ne se sentait pas en sécurité ici, et encore moins en parlant à quelqu'un, et toujours encore moins en parlant à une personne aussi joviale que Ruri ! Il ne savait ni quoi penser, ni comment agir. Il ne pouvait vraiment pas décrire cette angoisse constante qui l'étouffait jour après jour, il ne pouvait pas apporter de solution à cette peur de la gentillesse, ou d'une quelconque affection qu'on pourrait lui porter. Mais à cet instant, il écoutait juste sagement Ruri, comme fasciné par ce qu'elle disait. Il faisait figure d'un gentil élève bien attentif, alors qu'en temps normal, il aurait juste voulut fondre en larme tellement il ne comprenait rien à la situation.
La jeune fille se représenta. Elle avait un nom japonais. Un joli nom. Il n'y avait peut être pas assez fait attention au début... C'était un nom qui semblait aussi joyeux qu'elle. En fait, c'était comme si elle rayonnait d'une joie de vivre inébranlable, comme si elle était une espèce d'opposée spirituelle. Elle dégageait cette aura de bonheur, tandis qu'il avait sans cesse la déprime à ses trousses. Ils semblaient tellement loin l'un de l'autre, que c'était encore une fois étrange que le petit décoloré ne se soit pas renfermé comme une huître pour se sauver. Etait-ce parce que cette jeune fille avait été très malade qu'il s'appliquait tant à l'écouter ? Parce qu'il compatissait ? Ou parce qu'il avait peur qu'elle se sente seule à attendre dans le couloir de l'infirmerie sans personne pour converser ?
Elle s'était mise soudainement à rire, prenant au dépourvu l'adolescent qui pensa immédiatement avoir fait quelque chose de mal. Est-ce qu'il avait fait une bêtise ? Est-ce qu'elle se fichait de lui ? Et si en fait elle ne lui avait raconté que des bobards juste pour se moquer de lui ? Il était assez bête pour se faire avoir, alors... Il ne serait pas étonné d'être pris pour cible de brimades, vu comment il savait qu'il était...

"C'est gentil, même si je sais que je peux être agaçante parfois, je suis contente que tu ne le penses pas."

Il baissa simplement un peu plus les yeux, embarrassé. Il avait envie de se cacher... A vrai dire, si il avait pu s'enterrer bien profond dans le sol, cela lui aurait bien servit. Elle n'était pas agaçante, il aurait dû le formuler autrement. A vrai dire, cela le rendait triste qu'une telle personne puisse apparaître "gênante" pour d'autres... Alors qu'elle était si gentille... Peut être que juste ça, ça lui donnait envie de pleurer. Peut être qu'il était trop sensible, mais à force de vivre une vie où l'on ne savait pas où aller, pourquoi y aller, sans même savoir qui l'on était, cela l'avait rendu juste triste et fatigué. Peut être qu'il avait juste trop d'amertume en lui pour faire autre chose qu'être triste pour n'importe quelles raisons...

"Tu vois c'est facile, tu progresses déjà, tu commences à dire ce que tu penses."

Et elle souriait à nouveau, avec cette innocence et cette gaieté sans pareils qui semblaient vraiment la définir. C'était fou ce que cette jeune fille pouvait avoir l'air touchante. Il n'avait pas envie de la laisser seule, même si il était d'assez mauvaise compagnie. Il voulait vraiment faire de son mieux. C'était vraiment tout ce qu'il voulait... Juste servir à quelques chose, pour pouvoir se dire qu'il ne faisait pas que des choses vaines... Et derrière tout ça, c'était tout innocemment qu'il songeait "Et si je pouvais devenir son ami ?". Une pensée vite effacée par l'océan monstrueux qui obscurcissait son âme. Il ne pouvait pas avoir d'amis, il n'était même pas une personne... Ce serait idiot, d'avoir comme ami quelqu'un qui n'était pas quelqu'un...

"Bien sûr, tu as le droit d'avoir une secret ou des choses dont tu ne veux pas parler. Tu n'es pas forcé de dire absolument tout, on a tous quelque chose qu'on ne veut pas révéler à tout le monde."

Les dernières paroles de Ruri lui firent un effet tout bizarre. Il n'était pas "obligé"... A vrai dire, à chaque fois qu'il faisait quelque chose, c'était par "obligation", une obligation venue des autres ou de lui même. Il ne savait pas vraiment agir sans contraintes. C'était peut être d'ailleurs un des points qui faisait qu'il avait tant de mal à passer outre ses trop nombreuses peurs. Mais il était rassuré, qu'on lui dise qu'il pouvait tout garder pour lui. En fait, il avait l'impression qu'elle le confortait à garder son mode de défense "d'huître". Il avait vraiment besoin de se protéger, et d'en conséquence complètement fermer son cœur aux autres. Et il avait peur de ceux qui voulaient en forcer les portes...

- Merci... murmura t-il simplement, véritablement reconnaissant du comportement de la blonde envers lui.

Il était juste reconnaissant pour cette gentillesse et cette compréhension qu'elle lui apportait. Il était reconnaissant qu'elle lui apprenne à discuter, à faire des progrès. Et quelques part, ça lui faisait peut être du bien... Cela lui faisait peut être du bien, que d'être traité de manière humaine, lui qui avait toujours été tant malmené... Et pour une fois, il n'avait pas l'impression de devoir se cacher sous un tempérament trop dur pour ce qu'il était vraiment. Il avait juste l'impression qu'elle ne maltraitait pas sa zone de confort pour ne pas le déstabiliser...
Mais en retour, il ne savait toujours pas vraiment quoi dire. Il ne connaissait tellement rien. Il était tellement perdu... Il avait l'impression qu'on lui en demandait quatre fois trop... Alors, lorgnant sur la porte de l'infirmerie après avoir déposé son sac sur ses genoux, le serrant maintenant contre lui comme pour canaliser le stress qui montait en lui, il lança de manière tout à fait hasardeuse, une pointe d'inquiétude dans la voix :

- Comment est la personne qui s'occupe de l'infirmerie ? Est-ce que c'est une personne effrayante ?

A vrai dire, il avait un peu oublié de dire que sa vision "d'effrayant" était un peu différente... Disons que ce mot englobait la quasi-totalité de l'humanité. Il avait peur des professeurs, de ses camarades de classe, des gens dans la rue, de Gwenvael... Il y avait toujours un petit quelque chose qui faisait qu'il craignait quelqu'un. En fait, plus que tout, on pouvait dire qu'Ivy était un gros trouillard. L'ignorance et le sentiment de crainte allaient vraiment de paire de toute manière.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Nov - 2:43
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 440

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On est pareils ?
Attendons ensemble

Ruri parle en #FFA6AD ou en #8491CA (russe)
Feat.
Ruri Macarevich & Ivy Engel

Un sourire réconfortant adoucit la lumière trop éblouissante du visage de Ruri. Son remerciement lui avait fait un effet inattendu. Elle n'était pas exactement sûre de ce pour quoi il la remerciait. Était-ce de ne pas avoir laissé tomber, de ne pas l'avoir considéré comme une cause perdue ? Était-ce parce qu'elle lui avait tendu la main sans juger son côté solitaire, autoproclamé inapte à la vie sociale ? Était-ce de ne pas lui avoir demander de parler plus qu'il ne s'en sentait capable ? Peu importe. S'il la remerciait, c'est qu'elle avait eu un effet positif, quel qu'il soit. Avait-elle vraiment besoin de plus de détails pour s'en réjouir ?

Sa question la prit un peu au dépourvu – en mettant de côté le fait qu'elle ne s'attendait pas à ce qu'il parle de lui-même, pour commencer. Elle prit un moment pour réfléchir. Elle avait du mal à jauger ce genre de chose, tant la peur avait une part faible dans sa perception des émotions. Plusieurs fois, elle était devenue amie avec des gens que d'autres regardaient de travers parce qu'ils avaient l'air "menaçant" ou "bizarres", sans voir une seule seconde ce qui les effrayait ou les rebutait. Elle n'était pas la mieux placée du monde pour juger de ce qui était effrayant ou pas. Qu'est-ce qui pouvait bien lui sembler effrayant ? Ruri essayait d'imaginer comment une personne pouvait être effrayante, mais tout le monde lui semblait avenant et plaisant. Elle partait du principe que s'il était timide, c'était de parler avec des gens qui lui faisait peur.  "Effrayante je euh... je sais pas... il ne parle pas beaucoup, si c'est ça qui te fait peur."

Le médecin était gentil, en soi, même si elle ne le rencontrait que brièvement et pas si souvent. Il était grand, par contre. Elle aussi donc la différence ne l'intimidait pas tant que ça – les personnes plus grandes qu'elle l'intimidait rarement – mais s'il était facilement mal à l'aise avec les gens, ça pouvait jouer beaucoup. "Il est... grand aussi, enfin il sera probablement assis donc tu devrais pas trop t'en rendre compte. . Elle ne voulait pas qu'il ait peur, alors elle essayait de le préparer à tout ce qui pouvait être potentiellement effrayant.

Elle l'observa un instant. La différence qui les opposait était toujours aussi impressionnante, elle semblait même s'élargir à chaque fois qu'elle découvrait quelque chose sur lui, caché entre deux phrases anodines. Par exemple, leur rapport à la peur. Elle était pleine d'assurance et d'insouciance, lui semblait considérer chaque chose pouvant l'approcher dans sa vie comme une menace. C'était presque un miroir, l'inverse d'elle et de sa nature profonde. Et pourtant, elle l'aimait bien. Elle avait envie de l'aider, envie qu'il se débarrasse de ce qui l'oppressait, envie de lui faire découvrir un peu sa vision du monde et peut-être même d'avoir un aperçu de la sienne – même s'il serait sûrement trop extérieur, parce que les émotions négatives ne faisaient que l'effleurer et flotter sur sa bulle protectrice.

"Tu sais, je suis contente que tu sois là." Elle s'étira un peu sur sa chaise, consultant l'heure sur son téléphone. Son rendez-vous approchait, elle était presque triste de devoir se séparer de sa nouvelle rencontre, le petit oiseau fragile qu'elle avait essayé de préparer à voler. Elle lui adressa un sourire doux. "Ça fait plaisir d'avoir un ami à qui parler". Le mot était venu tout seul et elle se surprit elle-même de l'avoir prononcé. Il ne leur restait probablement pas beaucoup de temps ensemble, mais elle espérait ne pas d'être emballée trop vite pour rien. Parmi les choses douloureuses, s'entendre rétorquer "tu n'es pas mon amie" après ce genre de phrase était assez haut placé.
Code original by Frosty Blue de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 22:39
M • Lycée - 2ième année
avatar
Messages : 30

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Toi aussi, tu es fragile ?

Si il était là au départ, c'était bien pour voir la personne qui s'occupait de l'infirmerie... Et déjà qu'il avait du mal juste à l'idée d'aller à l'infirmerie, alors si en plus c'était une personne effrayante... Il avait peut être peur qu'on le mange ? Non, en fait, vu qu'il avait un peu peur de tout et n'importe quoi, c'était presque certain que cette personne allait l'effrayer. Il savait que Gwenvael allait être en colère si il fuyait encore, mais il ne savait faire que ça... Soit il devenait violent, soit il faisait un blocage, soit il s'en allait. Et il avait de toute évidence pas intérêt à user de la violence dans cet établissement, sinon il savait qu'il y avait peu de chances qu'il puisse rester. Et puis, il avait peur d'y aller de manière trop extrême... Parce qu'il avait vécu trop de choses extrêmes, il pensait bien que certains de ses comportements l'étaient aussi.

"Effrayante je euh... je sais pas... il ne parle pas beaucoup, si c'est ça qui te fait peur."

Il ne parlait pas beaucoup ? Quelque part, ça arrangeait le petit décoloré. Si il n'avait pas trop à parler, c'était tant mieux ! Cela lui permettrait de ne pas dire n'importe quoi et déclencher une catastrophe. Sinon, il était certain qu'il allait encore causer une catastrophe. Il était une catastrophe ambulante après tout. Dès qu'il passait quelques part, ça finissait par mal tourner... D'ailleurs, il s'étonnait que ça n'ait pas encore mal tourné avec Ruri. Elle devait avoir un pouvoir magique, parce qu'avec les autres, la situation serait déjà autre. Mais pour le moment, le mi-irlandais se tenait juste tranquille -pour une fois-, et écoutait simplement -pour une fois-, et sans s'en faire pour rien ou se braquer -pour une fois-.

"Il est... grand aussi, enfin il sera probablement assis donc tu devrais pas trop t'en rendre compte.

Il était grand aussi ? Il se demandait à quel point. Mais si il était grand pour Ruri, il le serait certainement pour lui... Peut être même qu'il ressemblait à une montagne... Il espérait surtout ne pas avoir à lui parler quand il serait debout -parce que ça fait mal au bout d'un moment de lever la tête-. Mais de toute manière, tant qu'il pouvait vite filer, c'était bien. Il voulait juste éviter de parler aux gens -même si il était en trin de parler avec Ruri-. Il se demandait d'ailleurs pourquoi il ne se sentait toujours pas angoissé à ce stade de la conversation avec elle. Il avait un peu peur, mais cela lui semblait tellement léger à côté de son habitude, qu'il n'y faisait presque plus attention.

"Tu sais, je suis contente que tu sois là, commença t-elle tout en consultant l'heure sur son téléphone. Ça fait plaisir d'avoir un ami à qui parler"

Elle sourit alors doucement, comme pour appuyer la sincérité ses paroles. N'importe qui aurait pu en être touché, mais parmi toutes les personnes de ce monde, Ivy devait faire partie de ces personnes extrêmement touchés par ce type de déclarations. Tout d'abord, parce que personne, vraiment personne ne lui avait jamais dit ça. Personne tout au long de ses quinze années de vie. Il ne savait pas comment le prendre, pas comment réagir. Il avait terriblement peur, parce qu'il ne comprenait pas... Mais au fond de lui il était touché. Et il n'y avait pas grand chose qui le retenait de fondre en larmes à cet instant tant il était confus. C'était comme si elle lui avait brisé quelques choses : il avait mal, il ne comprenait pas pourquoi, mais il se sentait reconnaissant.
Bien sûr qu'elle avait appuyé sur un point sensible... Il n'avait jamais connu une amitié à proprement parler, alors ça avait quelques chose d'effrayant... Il n'arrivait pas à peser la valeur de ces mots, mais c'était certain que pour lui, c'était comme si d'un coup, elle était devenue une espèce de Messie. Ruri le Messie. Cela sonnait ridicule, mais pour quelqu'un comme Ivy, et sa manière d'à ce moment considérer la blonde, c'était tout à fait véridique.
Affreusement confus, il resta donc plusieurs secondes en plein bug, avant de se cacher derrière la première chose qu'il trouva -c'est à dire le cahier qu'il avait précédemment utilisé pour l'ignorer-. Peut être qu'il se cachait parce qu'il était devenu rouge de gêne. Ou parce que les larmes lui envahissait les yeux sans qu'il puisse y faire quelque chose. Il se trouvait pathétique. Il se détestait. Il voulait disparaître. Il se sentait étouffer sous la culpabilité, ployer sous l'incompréhension de la situation et de ce sentiment de confort d'un peu plus tôt.

- Ruri est beaucoup trop gentille... marmonna t-il de derrière les pages de son cahier.

Était-ce une reproche ? Un constat ? Aucune idée, mais il se blâmait d'être celui ayant reçu tant de gentillesse de sa part. Pourquoi était elle gentille avec lui ? Pourquoi elle ne l'avait pas ignoré, ou ne s'en était pas prise à lui ? Elle comptait le poignarder dans le dos après ? Il n'en savait rien. Cela lui rappelait Takuto... Takuto avait accepté de l'accompagner un peu, et de lui apprendre des choses, il avait même cru un moment qu'il avait fait autre chose que lui apprendre des choses, puisqu'il lui avait parlé de ses passions... Mais il avait fini par tenter de le tuer... Les gens faisaient croire à des choses pour mieux détruire leurs cibles...
Il pensait que tout le monde avait vécu cela, et que du coup, tout le monde se fourvoyait en disant que la prochaine fois serait différente. Cela serait ridicule, et il avait peur de croire. Il était surtout fatigué de croire, d'espérer... Ce n'était pas pour rien qu'il avait tant de fois essayé de mettre un terme à sa vie. Il fallait dire qu'il n'y avait pas grand chose qui l'entraînaient à rester en vie, et il se disait toujours "au pire, la maladie m'emportera bientôt, alors tôt ou tard". Et du coup, une amitié, donc une raison de vivre, plus que le rendre confus, ça le blessait, parce qu'il n'avait pas la force de traîner sa pauvre loque plus loin sur le fleuve de la vie, mais qu'il ne voulait pas blesser les autres. Il avait donc de quoi se sentir misérable... Et de quoi tremper son cahier de larmes... Et dire qu'il y avait des cours dedans... Il allait vite le regretter aussi ça, tiens.


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Bâtiment administratif :: Aile médicale-