Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hear me - Kyoto | PV | ! Warning !

 :: Ville d'Hoshi :: Autres :: Autres lieux :: Japon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 15 Mai - 23:48
M • Critique littéraire
avatar
Messages : 40

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
-T'es un idiot.

Ce fut spontané. Yume boudait toujours. Les derniers mois avaient été un enfer. A cause de Cameron en premier. Elle n'avait rien contre lui (même si elle le trouvait plutôt louche), mais c'était surtout que ça l'avait privée de toute intimité avec Dorian. Ce qui avait été franchement... Énervant. Dorian pouvait lui demander de se comporter en adulte, réclamer de l'intimité sans avoir un américain dans les pattes, c'était tout ce qu'il y avait de plus normal.
La suite... L'infirmier s'était montré froid et distant. Ça l'avait fait flipper. Il avait toujours ce comportement quand il ne savait pas quoi faire. Yume en avait fait l'expérience pendant plusieurs années, et le fait qu'il ne dise absolument rien l'avait fait bouillir. Finalement, elle s'était barrée, ne posant plus un pied chez cet idiot, estimant qu'il valait mieux mettre des distances pour limiter les dégâts de son petit cœur.
Jusqu'à ce qu'il revienne comme un cheveux sur la soupe pour lui demander de lui pardonner. Il lui avait finalement dit la vérité. Mais il avait mit 4 mois avant de se décider. Ce qu'il avait caché était choquant, certes, et avant il préférait digérer la nouvelle de son coin. Elle comprenait. Mais de son côté, l'ancienne rebelle avait l'impression de rester sur le bas côté de la route et que lui avançait tout seul. Dorian était de nature indépendante, préférant régler ses problèmes par lui-même, pourtant la demoiselle avait essayé de lui faire comprendre que non, il n'était pas tout seul, et qu'être en couple signifiait aussi qu'il avait des comptes à rendre. Elle n'était pas aussi fragile qu'il voulait le croire. Si elle avait traversé les enfers ce n'était pas pour qu'on la prenne pour une petite chose fragile.

Elle regardait le paysage semblant snober Dorian. Pourtant, elle l'aimait, et elle arrivait à le prouver même en l'insultant. Son chignon coiffé-décoiffé révélait les boucles d'oreilles qu'il lui avait offerte, et sa main avait prit place sur celle de son compagnon alors qu'il conduisait pour aller à Kyoto. La jeune femme lui avait offert un week-end là-bas afin qu'ils puissent être seuls tous les deux. Histoire de se retrouver.

-J'ai envie d'écrire des livres pour enfant.

Elle y réfléchissait depuis plusieurs mois. Inutile de le nier, la demoiselle gardait une âme d'enfant. Le droit ne l'avait finalement pas épanouie, et elle avait quitté Hoshi en plein milieu de ses études. Autant dire qu'elle avait attiré les foudres de ses parents qui lui avait dit qu'elle ne finissait jamais ce qu'elle commençait, et le fait qu'ils apprennent qu'elle était avec un homme de 30 ans, n'avait pas arrangé les choses. Étonnamment, ça lui était passé au dessus. La demoiselle n'avait jamais entretenu des relations profondes avec ses géniteurs. Durant sa vie, elle les avait peu vu. Peu fréquenté, puisqu'ils avaient passé leur temps à travailler. Leurs ambitions étaient toujours passé avant. Même leur mariage n'avait pas survécu, puisqu'ils avaient divorcé l'année passé. Et là encore, Yume n'avait fait qu'un haussement d'épaule en apprenant la nouvelle... Ce n'était pas une surprise, puisque ça faisait plusieurs années qu'ils travaillaient dans des pays différents. Par sa faute. La critique littéraire avait beau le savoir, elle ne sentait absolument pas coupable, certaine qu'avec ou sans elle de toute façon, ils auraient divorcés. Aujourd'hui, chacun fréquentait une personne.
Yume les avait rencontré. Le petit ami de sa mère lui avait dit qu'il voulait être un beau-père exemplaire, et la demoiselle lui avait donné une douche froide en disant que ce n'était pas la peine, puisqu'elle vivait sa propre vie sans la bénédiction de sa mère. Il ne semblait pas être une mauvaise personne, mais elle la curiosité lui avait fait défaut.
Quant à son père... Sa copine avait été un peu plus problématique. Alors que Dorian avait été en pleine crise existentielle durant ces fameux 4 mois, Yume en avait profité pour faire un saut à Londres à la demande de son père. Un peu trop superficielle et un peu trop greluche à son goût, la demoiselle n'avait pas hésité à dire le fond de sa pensée au sujet de la copine, ce qui avait généré des tensions. Ça n'avait pas été très fin de sa part, mais la demoiselle se demandait pourquoi on lui demandait son avis si c'était pour ne pas l'écouter au résultat final. Ils avaient juste voulu entendre des compliments... Qu'ils n'avaient pas eu. Finalement, elle était revenue au Japon en se demandant si ce n'était pas mieux de couper les ponts avec sa famille.

Ce qui avait été un étrange parallèle lorsque Dorian était revenu vers elle pour lui annoncer qu'il avait découvert qu'il avait un frère et une sœur. Et pas n'importe qui, attention. La famille Matthews. Même en dehors de l'académie Ethan Matthews avait réussi à se faire connaître en tant que monsieur parfait. Elle avait quitté une famille de bourge pour se retrouver avec une belle famille... Encore PLUS bourge et encore plus pété de thunes, réduisant ses parents a des cloportes face à l'immense richesse des deux américains. Si elle avait su, elle n'aurait pas hésité à le dire à ses parents. Leurs comportements auraient été complètements différents. Elle regarda pendant quelques instants cet idiot aux airs parfois enfantin en l'imaginant PDG d'une des plus grosse fortune d'Amérique. Ce rôle lui allait bien, avec son maintient droit et son charisme à faire chavirer les coeurs. En tout cas le sien. Elle se mit à imaginer une conversation avec ses parents.
"-Salut papa, salut maman. Je sors avec un mec de 30 ans !
-Est ce que un jour, tu seras raisonnable dans ta vie ? Au moins une fois ?!
-Il s'appelle Dorian Matthews
-LE Dorian Matthews ? LE célibataire le plus convoité des USA et l'un des plus riches ?!
-Je suis fière de toi ma fille"
Elle se mit à glousser à l'image de cette scène beaucoup trop proche des ces livres à l'eau de roses et terriblement insipide. Et pourtant pas si loin de la réaction de ses parents qui ne voulaient que plus de réussite en digne japonais qu'ils étaient.

Enfin, elle était tout de même contente pour Dorian. Mais réellement. Il semblait sourire un peu plus souvent. Bien qu'elle était un peu jalouse de ne pas en être la cause, cela restait une bonne chose qu'il s'attache à quelques êtes humains. A cette pensée, Yume resserra ses doigts sur ceux de l'infirmier, alors qu'elle tournait la tête pour lui sourire doucement.

-Dis, ils sont comment les Matthews ?

La demoiselle était plus ou moins curieuse. Plus, parce que le voir sourire lui mettait toujours du baume au cœur, et pour le faire sourire, ces gens méritaient sans d'être connu. Moins, parce qu'elle les imaginait maniéré de la même façon que ses parents et encore plus arrogants.

-Il faudrait les invités à manger un de ces jours...

Une manière de dire, pas très subtile, qu'elle voulait les rencontrer. Surtout Kaena. Elle avait regardé des photos d'eux. Et mise à part qu'Ethan Matthews ressemblait beaucoup à Dorian, mais vraiment beaucoup, c'était surtout le sourire de la cadette qui avait attiré son attention. Il ressemblait à celui de l'infirmier lorsqu'il souriait franchement.

-J'ai vu des photos d'eux sur internet. Kaena et toi vous avez le même sourire.

Elle vint lui embrasser l'épaule affectueusement à travers les tissus, alors qu'ils arrivaient à l'auberge où elle avait réservé. Elle avait choisit quelque chose qui ressemblait au style traditionnel japonais histoire de les sortir du quotidien. De l'extérieur, elle ne le regrettait pas. Une fois à l'intérieur non plus, lorsqu'elle resta regarder l'accueil tandis que Dorian allait chercher la clé.
Lorsqu'elle posa ses affaires et que son amant en faisait de même, Yume visita la chambre. Pas de lit à l'occidental, seulement des futons mais un incroyable confort émanait de la pièce.

-Cameron m'a offert des dessous sexy spécial noël.

Elle lui adressa un petit sourire coquin, alors qu'elle venait l'embrasser amoureusement. Elle se demandait comment Cameron avait deviné la taille de son bonnet. L'ancienne rebelle s'était demandée si ce n'était pas Dorian qui le avait communiqué pendant quelques secondes, avant de se dire que ce n'était définitivement pas le genre de l'infirmier. Finalement, elle avait laissé tomber, estimant que de toute façon, Cameron ne l'avait jamais vu en tenue d'Ève alors ça importait peu.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Mai - 15:34
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1041

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dorian sursauta quand Yume pesta gentiment contre lui. Il était tellement concentré sur la route et en même temps perdu dans ses pensées qu'elle aurait pu s'endormir qu'il n'aurait pas remarqué. Il y'avait vraiment eu beaucoup de changement dans sa vie ces derniers temps et il avait encore du mal à s'y faire. Mais finalement, celle qui en avait le plus pâti, c'était Yume. Il l'avait volontairement mise à l'écart parce qu'il n'arrivait pas à gérer tout ça d'un coup. D'un côté, il tentait d'intégrer une nouvelle famille dans son arbre généalogique, d'un autre Cameron débarquait avec une montagne de problèmes et il était loin d'être le plus passif des colocataires, et enfin du dernier Yume cherchait à creuser son petit trou près de lui. Il ne pouvait pas lui en vouloir, au contraire, mais il n'était pas capable de jouer sur autant de tableaux. Il était juste désolé que ce soit elle qui ait été sacrifiée.

- Je sais.

Il avait eut peur de la perdre sur cette maladresse de sa part. Elle était censée être celle qui le comprendrait justement dans ce genre de situations et en toute honnêteté, elle aurait sûrement fait preuve de maturité et de compréhension si il lui en avait parlé, mais il avait choisi pour elle, et il avait eut tort. Dorian savait reconnaître ses erreurs aujourd'hui, et il avait été la chercher lorsqu'elle avait fui et qu'il avait enfin pu gérer ce trop plein d'informations.
Le pardon n'avait pas été très facile de sa part, mais quand Dorian lui avait expliqué de quoi il retournait, elle avait été très patiente et s'était comportée de façon exemplaire. L'effet avait fait mouche, Dorian s'était senti en confiance et même en osmose avec elle. Aujourd'hui, il savait qu'il pouvait lui parler de tout ce qui le tracassait, elle serait assez forte pour l'épauler. Après tout, il faisait pareil envers elle.

Il tourna la tête vers elle pour lui sourire de façon mélancolique. Elle était de plus en plus belle chaque jour. Son visage s'épanouissait au fur et à mesure que le temps resserrait leurs liens intimes. Il approcha doucement sa main de son oreille pour remettre en place une mèche de ses cheveux qui tentait de se faire la malle. A peine remise, elle revint à sa place comme pour dire à Dorian qu'il avait pas à donner son avis là-dessus. Il laissa couler, il ne pouvait pas tout contrôler...

- Oh vraiment ?

Il prit le temps de réfléchir à la chose. Il ne savait pas si elle avait du talent pour ça, elle avait plutôt tendance à abandonner régulièrement tout ce qu'elle entreprenait, mais qui serait-il s'il ne la soutenait pas dans toutes ces tentatives ? Il se contenta d'accepter, c'est ce qu'elle attendait de lui, et puis peut-être après tout qu'elle réussirait là-dedans.

- Bonne idée, avec ton côté enfantin plein de mimiques exacerbées, tu ne peux pas te tromper.

Dorian s'était aussi découvert un côté beaucoup moins sérieux depuis qu'il sortait avec elle. Il ne dirait pas qu'il avait perdu en maturité, non loin de là mais disons plutôt que Yume l'avait détendu. Il se sentait à l'aise, il n'avait pas peur d'être exactement celui qu'il est sans avoir besoin d'en faire des tonnes pour asseoir sa personnalité égocentrique qui prend trop de place, Yume l'acceptait tel qu'il était.
Il pouvait lâcher prise avec elle désormais alors que contrairement, auprès d'Ethan et de Kaena, il se sentait obligé d'élever son niveau de gestion des émotions. Il ne voulait pas qu'il le voit comme quelqu'un de faible. Ethan mettait la barre très haute, même s'il ne lui demandait rien. Il était du genre à tout réussir et à tout contrôler. Il dévorait le monde à grandes bouchées et rien ne l'arrêtait. Il avait beau rencontre des obstacles, des embûches, des choses qui n'allaient pas dans son sens, il faisait avec ou les contournait pour continuer sa route comme un taureau borné sur un bout de drap rouge. Dorian l'admirait, jour après jour et ça avait tendance à lui faire un peu peur même si de son côté, il n'avait pas à être honteux de son parcours. Il aurait aimé être un exemple de grand frère pour lui.

Il se surprenait souvent à accepter cette nouvelle branche de sa famille avec beaucoup trop d'enthousiasme. Il était content, tout simplement.

- C'est marrant que tu abordes ce sujet, je pensais à eux justement. Je me ferais un plaisir de te les présenter tu sais Yume. Kaena est un amour, elle est tellement gentille et douce qu'on ne peut pas ne pas l'aimer. Elle me fait penser à un nounours qu'on peut câliner un peu comme on veut. Et Ethan... mmh c'est différent.

Il fut touché que Yume cherche à s'informer sur eux sur Internet, elle portait de l'attention à sa vie, et ça n'avait pas de prix. Même si Dorian adorait Kaena et qu'il se sentait très proche d'elle parce qu'elle ne l'avait pas accepté à demi-mesure (au contraire, elle avait tendance à le coller comme s'il allait partir du jour au lendemain) et qu'elle était absolument adorable, il ne ressentait pas du tout la même chose pour Ethan. Il y'avait involontairement un rapport de force qui s'était installé entre eux, comme une sorte d'envie de dépassement de soi-même pour rendre l'autre fier et encore plus compétitif. Dorian ne savait pas comment Ethan voyait la chose et puis ils n'avaient pas encore pris le temps de bien apprendre à se connaître, comme si d'un coup ils se découvraient une timidité soudaine.

- Tu vas sûrement avoir plus de mal à approcher Ethan. Il est ... d'un tempérament différent. Il paraît très autonome, très mature pour son âge, mais aussi très con et idiot par moments.

Dorian éclata de rire, comme s'il le voyait en train de s'énerver bêtement contre un truc qui le dépasse. Il le sentait aussi adulte que gamin parfois.

- Il a sa propre vie, tout simplement. Enfin après tout, tu as réussi à m'approcher moi ! Mais j'espère que tu t'entendras bien avec eux, ça me ferait plaisir.

Il eut envie de dévier le sujet sur sa famille à elle, pour lui demander comme elle se sentait elle en ce moment de son côté mais ils arrivèrent à ce moment là. Il se gara, et entra avec elle, portant le si peu de bagages qu'ils avaient emmenés. L'auberge était tout confort. L'hôte les accueillit avec une attitude totalement en accord avec les décors qui l'entourait. Ça se voyait sur lui qu'il était détendu et zen.

- Attendez Monsieur, je vais m'occuper de vos bagages.
- Merci.
- Voici votre clé, je vous laisse vous installer, n'hésitez pas à venir me voir si vous avez la moindre demande.
- Je n'y manquerais pas. Allons-y.

Dorian apprécia ce premier contact.
Lorsqu'ils entrèrent dans la chambre, Dorian sut qu'il ne regretterait pas d'être venu. Yume avait eut raison de lui offrir ça à Noël. Il avait toujours eu les moyens de le faire pourtant mais il n'en avait jamais prit le temps. Désormais, il le faisait avec elle et c'était encore plus intéressant.
Elle se colla à lui alors qu'elle annonçait clairement la couleur du séjour en mettant sur le tapis le cadeau de Cameron. Il se sentait intrigué et gêné en même temps, quel manque de pudeur de sa part à celui-là. Il répondit à son baiser avec entrain. Il se sentait tellement bien ici.

- Viens là toi.

Il la serra dans ses bras, heureux de ce nouveau bonheur serein qui les entourait. Il embrassa le haut de son crâne en sentant le parfum de ses cheveux.

- Tu as faim ? Si t'es pas trop fatiguée par le voyage, on pourrait commencer par aller manger un petit truc qu'ils nous ont préparé qu'en dis-tu ?

Il regarda sa montre pour vérifier s'il n'était pas trop tard. Il les savait à leur service mais il n'était pas du genre à les déranger pour autant hors-créneaux horaires. S'il n'était pas l'heure de manger, il se ferait un plaisir de s'octroyer un petit plongeon dans les sources chaudes. Il en avait bigrement envie. La dernière qu'il avait faîte avait été à la sortie organisée aux thermes avec toute la classe et Wunjo n'avait pas été de tout repos pendant leur baignade. C'était d'ailleurs à cet endroit qu'il avait fait la connaissance de Cameron... comme le monde était petit.

- Je vais en profiter pour me changer, me mettre plus à l'aise. Il fait drôlement bon ici, j'ai envie d'être... très peu couvert, si tu vois ce que je veux dire.

Il lui envoya un baiser de loin avec un sourire en coin. Il répondait à sa petite touche sexy de tout à l'heure. Il se déshabilla sans ménagement pour se retrouver en boxer quasiment aussitôt. La chambre était vraiment très agréablement chauffée. Il s'étira dans un ronronnement de bien être avant de s'asseoir à l'indienne à même le futon. Il passa la main dans ses cheveux.

- Tu sais, en parlant de famille, comment va la tienne ? Ta relation avec eux s'est un peu améliorée depuis que tu prends ton envol ou c'est pire ?

Il s'en doutait que d'annoncer à ses parents qu'elle sortait avec un homme qui avait presque 10 ans de plus qu'elle, c'était pas évident. Il savait qu'il était pour l'instant un problème pour ses parents. Après Yume était une grande fille qui n'avait pas réellement besoin d'eux, alors il ne s'attendait pas à les rencontrer de si tôt.
Lui de ce côté, il n'avait pas eu besoin de l'annoncer à ses parents. Son père était décédé et sa mère était...

Arf.
Voilà le dernier point qu'il n'avait pas abordé avec Yume. Elle savait qu'ils étaient demi-frères mais elle ne savait pas à quel point Dorian souffrait de cet abandon de la part de la mère d'Ethan. Il lui demanda d'approcher, de venir s'asseoir à côté de lui. Il avait besoin de sentir sa présence, de caresser sa peau.

- Je sais pas ce que je dois faire avec la mère d'Ethan, tu sais. Qu'est-ce que tu ferais à ma place ?

Si Yume se plaignait auparavant de ne pas avoir été mêlée à ses interrogations il y'a 6 mois, voilà maintenant qu'elle était au cœur du problème. Elle ne pouvait plus reculer.
Après, si elle refusait d'aborder ce sujet ici, parce que c'était pas le moment ou parce qu'elle avait juste envie de détente, il comprendrait et reporterait ce point. Après tout, il n'était plus à quelques mois près désormais...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Mai - 21:45
M • Critique littéraire
avatar
Messages : 40

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Est-ce que Dorian se rendait compte à quel point il semblait extrêmement proche de son frère et sa sœur ? Yume avait l'impression qu'il les connaissait depuis plusieurs années, alors que ça ne faisait que deux ou trois mois. Elle n'aurait jamais cru le voir accepter une personne aussi facilement, encore moins deux. Loin d'être jalouse, elle en fut particulièrement touchée. Son amant s'ouvrait enfin. Certes, ce n'était que son frère et sa sœur, mais si elle devait considérer le temps qu'il fallait à l'infirmier pour baisser sa garde c'était... Exceptionnel. Elle vint sourire amusé. Dorian avait ses côtés extrêmement enfantin mine de rien.

-Vu comment tu en parles, il est pareil que toi... J'ai dû me tromper de frère.

Elle gardait son sourire amusé. Ce n'était pas de la provocation, juste une taquinerie. Elle pensait à ses parents qui auraient été bien plus ravie de savoir que c'était Ethan Matthews, et non le grand frère caché (quoiqu'ils ne le savaient même pas). Quant à elle, elle n'avait aucun doute de son choix. Yume avait choisit le plus beau, et le meilleur. Elle espérait aussi qu'elle soit tombée sur le plus compliqué parce que sinon... Quoique... Dorian avait toujours eu une part relativement transparente, ou très facile à deviner lorsqu'on le connaissait un peu. Sous ses airs bougons, l'infirmier avait un petit cœur tout tendre qu'il préférait mettre à l’abri. Ça l'avait fait craquer. Sans doute que son amant ne s'était jamais aperçu qu'une part de lui avait été détruite, ou alors il faisait mine de ne pas le voir, et la demoiselle aimait à le savoir. Elle eut une bouffée d'amour pour lui, au point de lui faire afficher une mine de gros chat satisfait. L'idée que Dorian l'aimait aussi la transportait, comme jamais.

Elle ne fit aucun commentaire sur le fait qu'il espérait qu'elle s'entendrait avec eux. C'était extrêmement rares qu'elle n'apprécie pas, ou qu'elle ne soit pas appréciée. Avant c'était possible, mais aujourd'hui elle était devenue bien plus discrète et calme, avec son regard serein. Elle avait trouvé sa place. On pouvait dire enfin, alors qu'elle était avec Dorian. Mais, il ne fallait pas oublier qu'elle n'avait que 22 ans, et que la plupart se cherchaient encore à cet âge là. L'infirmier ne devait pas être étranger à ça... Ni le séisme. Son comportement avait radicalement changé depuis. Elle ne savait pas si c'était au goût de Kohaku, mais il ne lui avait fait aucun reproches. Néanmoins, elle ne s'en inquiétait pas, son koala était du genre à accepter les personnes telles qu'elles étaient.

-Tu ne t'entends toujours pas avec Kohaku, d'ailleurs ?

Y avait pas vraiment de d'ailleurs qui tenait puisqu'en soit, c'était un sujet radicalement différent. On pouvait toujours se demander comment elle faisait pour arriver d'un sujet à un autre, Yume trouvait ses pensées extrêmement logiques et faciles à suivre.
Elle arriva finalement dans la chambre, et Dorian lui proposa d'emblée de manger. Elle poussa un soupire d'aise d'être dans ses bras et le regarda en faisant mine d'hésiter, alors qu'elle savait très bien ce qu'elle voulait.

-J'ai envie de me poser en profitant du confort de la chambre avant.

Son regard s'illumina lorsque son petit ami lui fit par de son intention de se mettre... Plus à l'aise. Mais on pouvait pas lui en vouloir, Dorian était extrêmement bien foutu. Et oui, elle était réellement amoureuse de son corps en plus du reste. On pourrait croire qu'elle s'était habituée depuis un an, mais non. Même ses cicatrices était sexy, et elle aimait le toucher constamment. Particulièrement lorsqu'ils s'étaient réconciliés après leur dispute. Elle resta le regarder enlever ses vêtements en se mordant la lèvre, avant de très vite descendre de son nuage lorsqu'il lui parlait de ses parents. Yume haussa les épaules l'air de dire que c'était sans importance, avant de se mettre à réfléchir et d'afficher un air plus sérieux, loin de ses idées lubriques.

-Hum... Je ne sais pas. Je crois que je leur en veux qu'ils n'aient rien remarqué vis à vis de Tsumi.

C'était vrai qu'elle ne lui avait jamais parlé de lui. En tout cas, pas la situation dans laquelle, elle avait été. Dorian n'en avait vu que les mauvais côtés, nombreux, mais pas ce qu'il avait été.

-Tu sais, c'était le fils d'un... PDG de banque. Je crois que ça s'appelle comme ça. Et nos parents se connaissaient. Tsumi était un bon parti à ce niveau là. Alors, lorsqu'ils ont appris que je sortais avec lui, ils étaient heureux. Les parents de Tsumi étaient gentils, mais stricts. Bref, rien à voir avec lui. Alors, ils ne pouvaient pas deviner, surtout que je le cachais et qu'ils ne savent toujours pas. Mais... enfin... Ça se voyait quand même. Alors j'en ai voulu à ma mère de n'avoir rien vu. Mon père était en Angleterre donc c'était plus difficile pour lui...

Yume n'affichait pas spécialement de douleur. Elle avait complètement tourné la page, lui donnant surtout l'impression que c'était arrivé à une autre personne. Elle continua à réfléchir tentant de donner de l'ordre à ses pensées, histoire que Dorian arrive tout de même à suivre.

-Après, comme tu le sais, pour m'en avoir voulu un bon moment... Je suis partie en Angleterre. Histoire de me retrouver. Tu avais beau m'avoir aidé, je me sentais complètement perdue avec toi. J'avais l'impression de... Vivre seulement pour toi, de perdre mon identité. J'essayais d'attirer ton attention et ton admiration. Ce qui était très fatiguant. J'étais amoureuse, mais j'avais l'impression que c'était... Un petit enfant marchait derrière. Avec ça, j'allais droit dans le mur avec une peine de cœur en plus. Alors, j'avais besoin de prendre mes distances.

Il n'y avait aucun reproche dans sa voix. C'était une simple constatation. De toute façon, elle ne lui en avait jamais voulu, Dorian n'avait jamais été responsable. Il avait simplement chercher à l'aider. Il avait fait son maximum, alors qu'une autre personne ne serait pas allée aussi loin et aurait simplement signé un renvoie avec la signature du directeur. L'infirmier l'avait sauvé de bien des manières. D'abord en tant qu'enfant meurtri. Il lui avait prêté ses bras pour la soutenir, alors qu'il savait très bien qu'elle n'avait que recherché une chaleur humaine quelconque. Il n'avait été pas l'élu. Il avait été là par hasard. Il s'était heurté à une personne sauvage et blessée, et il avait prit son temps pour l'apprivoiser. Si bien qu'il s'était retrouvé avec un petit animal recherchant exclusivement sa présence.
Elle avait finalement dû s'écarter de lui pour qu'elle puisse se retrouver. Ça lui avait fait mal au cœur, et elle avait menti sur son départ, parce qu'à ce moment là, elle aurait été incapable de supporter que l'infirmier lui en veuille, et Yume aurait craquée sous son regard.

-Finalement, l'Angleterre ne s'était pas si bien passé que ça. J'ai retrouvé des amis qui étaient dans la drogue. Un avait réussi à s'en sortir, deux passaient leurs journées dedans, et un était décédé d'une overdose. Et tu avais pris tes distances. Bref, ça m'a foutu un coup. Et mon père n'a rien vu, plus occupé par son travail. Donc j'ai fini par lui en vouloir aussi. Et il m'a reproché d'avoir rompu avec Tsumi, ou de n'avoir rien fait pour le récupérer.

Yume fit une grimace de dégoût. Finalement, ce n'était pas si étonnant qu'elle ne puisse pas leur pardonner. C'était la première fois qu'elle mettait des mots sur cette histoire, et c'était la première fois qu'elle se rendait compte que ce n'était pas rien.

-Depuis, j'avoue que je ne fais rien pour arranger la situation. Si j'avais dit que t'étais affilié aux Matthews, sans doute que ça aurait été dans la poche, mais... Je n'ai pas envie de leur faire plaisir. Je n'ai pas envie de leur fierté, alors qu'ils n'y sont pour rien. Et ça me déplaît qu'il te voit comme un compte en banque ou un carnet d'adresses.

Finalement son explication avait été plus longue qu'elle croyait, mais au moins Dorian était au courant de sa situation. D'habitude, elle préférait éviter le sujet puisque ça n'avait rien de joyeux. Cependant, pour lui avoir dit qu'il n'avait pas à la mettre de côté avec ses histoires de familles, la leçon aurait manquée de crédibilité si elle ne faisait pas pareil. Et puis au moins, l'infirmier n'aurait pas à se sentir responsable de l'entente des Namida. Ils ne s'étaient jamais entendus. Sans doute qu'ils ne s'entendront jamais. Ses parents privilégiaient l'argent, et leur fille, les relations sociales. Yume ne s'était jamais sentie à l'aise avec eux, ne la faisant que s'étouffer dans des envies d'ambitions qu'elle n'avait pas. La seule chose qu'elle réclamait, c'était de vivre une petite vie tranquille avec un salaire moyen. Bon, Dorian était loin d'être dans la moyenne sur sa fiche de paye et pouvait se permettre de rémunérer Al. Néanmoins pour la demoiselle cela restait un bonus et non une nécessité.

La demoiselle s'approcha lorsqu'il lui demanda, se blottissant contre lui en fermant les yeux. Elle afficha un sourire amusé à sa question, ravie qu'il ait retenu la leçon.

-Je foncerais, et je me poserais les questions après, tu sais bien...

Elle resta quelques minutes silencieuse, caressant le bras de Dorian du bout des doigts tout en réfléchissant à sa question. Cette conversation serait sans doute longue, et honnêtement, elle n'avait aucune envie de rester ainsi. Elle se leva finalement, et incita son petit ami à faire de même. Elle caressa ses abdos du bout des doigts, une habitude qui s'était installée, avant de se diriger dehors.

-Y a un osen privé. On devrait en profiter.

Elle ne marqua pas l'intention de continuer sa conversation, puisque ça semblait évident à sa petite personne qu'ils continuent. Elle se déshabilla, dévoilant sa cicatrice dans le dos datant du séisme et gardant comme seuls vêtements ses boucles d'oreille. La critique littéraire entra dans l'eau, Dorian à sa suite, et vint de nouveau se blottir entre ses bras.

-Je pense que ce qui te ferait le plus mal, c'est d'apprendre qu'elle s'en foutait de toi. Or, elle a traversé un océan pour te confier à ton père, non ? Ou alors, elle a rien traversé du tout, mais elle t'as quand même confié à ton père. Si elle avait simplement cherché à se débarrasser de toi, elle t'aurait simplement abandonné au coin de la rue, non ?

Elle pencha la tête en arrière pour croiser le regard de Dorian venant l'embrasser rapidement.

-A mon avis, tu vas finir par très mal supporter cette indécision, même si c'est dans plusieurs années. C'est une partie de toi après tout. Et puis, si tu t'entends bien avec Kaena et Ethan, c'est qu'ils sont bien élevés, donc qu'elle a des valeurs qui correspondent aux tiennes sans doute. Et si ça se passe mal, t'es pas tout seul, non plus.

Yume vint prendre les mains de son cher et tendre en souriant doucement tout en ronronnant de bonheur et d'aise.

-Si tu veux éviter d'aller à l'aveuglette, tu peux poser des questions à Kaena, vu que tu es plus proche d'elle, sur votre... sa mère, non ?

Elle lui lança un regard interrogatif. Au fond, Dorian n'avait rien à perdre. Cette situation lui faisait déjà mal, et garder le mystère sur cette affaire n'allait sûrement pas l'aider à avancer.

_________________
"Ce que nous voyons n'est pas forcément la réalité.
Mon ennemi est aussi en moi, il fait partie de moi.
A l'intérieur de moi-même il y a un anti-moi."
Haruki Murakami

[color=#cc3399]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Mai - 12:48
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1041

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
Dorian se contenta uniquement d'un haussement de sourcils quand Yume parla de Kohaku, qu'est-ce que cet idiot venait foutre ici, dans leur conversation privé en plein cœur d'un weekend romantique à l'autre bout du pays ?!

Il la regarda sans répondre, pour lui faire comprendre que ça, il ne souhaitait pas en parler, du tout -jamais- et ferma les yeux quand Yume aborda ouvertement le sujet de sa famille, c'était aussi rare que de l'entendre passer une journée sans se plaindre de quelque chose, alors il devait la laisser parler, elle en avait sûrement besoin.

Chaque famille a son lot de difficultés et là aussi ils avaient un point commun. Avec leurs proches, c'était toujours compliqué. Yume n'avait pas de frère, ni de sœur, elle était fille unique et pourtant elle avait été complètement abandonnée d'une certaine façon. Ses parents souhaitaient tellement quelque chose de bien précis pour elle qu'ils essayaient de la modeler pour qu'elle arrive à un résultat X, oubliant totalement qu'elle était capable de penser par elle-même et de vivre sa vie en faisant ses propres choix. A force de vouloir trop protéger, on a tendance à étouffer. Et c'est exactement ça qu'avait ressenti Yume, alors elle fuyait.
C'était là qu'elle faisait une erreur. Elle aurait dû s'expliquer avec eux, leur parler, quitte à se fâcher tant pis, ça ne changerait pas grand chose à leur relation d'aujourd'hui. Dorian avait tellement envie de lui dire d'aller les voir pour tout leur dire, tout ce qu'elle pensait, mais il réalisa qu'il avait plus ou moins le même problème et que lui non plus ne le faisait pas. Le coup d’œil extérieur était toujours plus objectif.

Il était assez rassuré de l'entendre parler aussi facilement de Tsumi, ça avait été leur point de rencontre mais elle était si amochée physiquement et psychologiquement qu'il n'avait jamais plus osé aborder ce sujet. Si elle était capable aujourd'hui de mettre des mots aussi simplement sur cette douleur qui l'a forgée, alors elle avait vraiment mûri. Quelque chose en elle avait changé. Dorian y était sûrement pas pour rien mais il se laissait préférer penser qu'elle s'était construite toute seule en le 'quittant' pour aller vivre d'autres expériences loin de lui en Angleterre. Finalement, ça leur avait été bénéfique à tous les deux, ils s'étaient rendus compte qu'ils avaient envie d'être ensemble.

Dorian profita de ce contact tout simple de Yume contre sa peau, elle jouait avec ses ses doigts, sur ses bras, sur son ventre. C'était pendant ces petits moments intimes et généreux qu'il ressentait toujours comme une immense bouffée d'instinct protecteur pour elle. Il aurait même pu appeler ça instinct paternel mais si c'était plutôt censé à l'époque où ils commençaient à peine à se fréquenter, ça devenait malsain aujourd'hui puisqu'ils sortaient officiellement ensemble depuis plus d'un an. Il ne devait plus la considérer comme une petite chose à protéger mais comme sa moitié, son égal, s'il ne voulait pas à son tour la faire fuir en la surprotégeant.

Il ne souhaitait pas rencontrer les parents de Yume, pas encore. Il aurait tendance pour l'instant, à être beaucoup trop agressif envers eux s'ils venaient à le prendre à revers. Il ne mâchait jamais ses mots, et il aurait préféré que Yume règle ses problèmes avant de venir y apposer le sien. Il n'avait plus l'âge de devoir se soumettre à un flots de questions de la part des beaux-parents pour demander l'autorisation de sortir avec la dulcinée, ou de sentir mal à l'aise sous l’œil dédaigneux du père et suspicieux de la mère. Lui il avait l'âge de dire "je veux, je prends", et comme il était hors de question qu'il renie ses envies, il préférait éviter le conflit pour l'instant. Ça attendra un peu.

- Oui tu as raison, allons-y.

Dorian se leva à son tour, forçant ainsi son corps à reprendre le cours normal de sa circulation sanguine. Il détendit un peu ses muscles tout en chopant un peignoir près de la porte et de rejoindre Yume vers l'onsen. Il ne souhaitait pas non plus imposer une marche impudique à ses hôtes.
Il se laissa aller à regarder Yume se déshabiller sans aucune gêne, lui donnant l'occasion de regarder ses jolies courbes qu'il affectionnait tant. Son petit corps encore trop mince devenait chaque jour un peu plus beau, même avec sa cicatrice, c'est le genre de blessures qui forgent, ça n'enlaidit pas. Il se surprit à sourire en lorgnant un peu sur ses fesses rebondies. Elle était tellement .... 'kawaï'.
Il se reprit au moment où elle se retournait et se déshabilla à son tour, il vint rapidement la rejoindre dans l'eau, nu comme un ver si on oublie sa chaîne en or blanc. Il la laissa venir se blottir contre lui, abandonnant tout espoir de ne pas avoir d'idées un peu perverses lui sauter au visage, c'était peine perdue.

- J'ai essayé de me mettre à sa place tu sais pour... comprendre ce qu'elle a pu ressentir. Je suis quelqu'un de rationnel, et de peu optimiste. Je préfère voir le noir plutôt que le blanc, ça fait moins mal quand une vérité désagréable t'arrive en pleine gueule.

Il passa de l'eau sur son visage, fermant les yeux tout en profitant de la chaleur de l'eau et des vapeurs qui l'emmenaient tout droit dans un sommeil mental. Il soupira tout en gardant la main sur ses yeux et en laissant sa tête reposer sur le bord de l'onsen.

- Elle n'a pas souhaité rester auprès de moi, pour des raisons que j'ignore... mais bref, ok. Tu dis qu'elle n'est pas si mauvaise puisqu'elle ne m'a abandonné dans la rue, mais qui te dis que ce n'était pas pour sa propre conscience personnelle ? Peut-être qu'elle ne voulait pas s'en vouloir à vie d'avoir été responsable de ma mort lente dans une poubelle, mais c'était pas forcément pour... moi. Tu vois ce que je veux dire ? Peut-être qu'elle ne m'a pas vu comme SON premier bébé, SON enfant, SON fils mais plutôt comme UN bébé. Je n'étais qu'un obstacle.

Il s'arrêta, effectivement Yume avait raison, il n'allait pas supporter tout ça s'il continuait à ignorer les vraies raisons et le contexte dans lequel il a été abandonné. Mais il venait à peine de rencontrer Ethan et Kaena, alors il n'avait pas envie de prendre le risque de tout gâcher en ajoutant leur mère à l'équation, et en prenant le risque de les perdre à nouveau tous les trois. Il avait hésité au début à les accepter dans sa vie, parce qu'ils auraient pu être les boucs émissaires de sa souffrance d'enfant, mais il avait réussi à surmonter cette rancœur dont il ignorait la présence aussi forte.

Il redressa la tête et rouvrit les yeux en les posant aussitôt sur Yume. Il ne souhaitait plus parler de ça. Un peu d'accord, un peu plus, non merci !
C'était déjà un pas énorme qu'il venait de faire, alors doucement.

Dans l'optique de changer de sujet, il afficha un sourire non dissimulé sur son visage et lui pinça un peu la joue.

- Mais dis-donc toi, tu viens pas de dire que tu es du genre à foncer dans le tas et à poser les questions ensuite ? Alors qu'est-ce que tu attends pour faire de même avec tes parents ? M'aurais-tu menti vile manipulatrice ?

Les mains de Dorian glissèrent dans l'eau pour aller caresser ses hanches et son ventre. Sa peau était douce comme celle d'un nouveau né.
Il l'embrassa tendrement sur le front puis sur sa pommette un peu rose à cet instant, avant de descendre vers ses lèvres humides à cause des vapeurs et d'y rester, happé. Ses bras entourèrent le corps de Yume pour la coller contre lui.

- Mmh... je vais jamais réussir à sortir de l'eau, moi avoua-t-il sans honte en ricanant comme un gamin. Il se sentait tellement bien à cet instant qu'il aurait aimé rire à pleins poumons, exposer aux yeux de monde qu'il était serein et bien dans sa peau comme dans sa vie. Mais Dorian et le bonheur insouciant, ça fait pas bon ménage, alors de façon aussi maladroite d'une patte d'éléphant dans un petit bol de wasabi, il reprit la parole, tout en avalant une cacahuète qui venait d'être apportée par leurs hébergeurs.

- Au fait ! J'ai décidé de changer de voie ! Enfin pas complètement mais... attends, écoute ça !

Il recula Yume en plaquant ses deux mains sur ses épaules pour la forcer à reculer et à le fixer droit dans les yeux. Il semblait emballé par ce qu'il allait lui annoncer.
Il planta ses iris dans les siens, et sans prêter attention à la mine curieuse et déboussolée de Yume, il se lança.

- Cameron a décidé de laisser tomber ses jeux d'argent dans son bar, et quand il était chez moi, il s'est passé un truc [...] et du coup ça m'a vraiment rendu fou cette histoire. Je suis pas leur pion, tu comprends ? J'ai presque eu envie de tout abandonner, de les laisser tomber mais c'est ma passion alors j'ai fais un compromis. J'ai demandé un temps partiel pour pouvoir monter un projet avec Cameron.

Il attendit un peu, avec un regard d'enfant prêt à ouvrir ses cadeaux de Noël, que Yume fasse un commentaire ou pose une question.
Pour elle, ce monologue devait ressembler à une conversation chinoise ou turque, entre un chameau et une baleine. Elle devait n'avoir rien comprit. Et puis c'était sans oublier que Dorian avait remit Cameron sur le tapis, Cameron qui - pour Yume - ressemblait bien plus à un fouteur de merde entre eux qu'à un futur collaborateur pour un projet.
Weekend romantique .... y es-tu ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Mai - 18:56
M • Critique littéraire
avatar
Messages : 40

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Elle l'écoutait attentivement. Yume comprenait qu'il imagine le pire, ça faisait moins mal. Enfin, c'était ce qu'on croyait. Pour elle, il y avait toujours une partie de soi qui voulait espérer, alors elle n'était pas spécialement sûre que cette technique marche vraiment à part pour empoisonner la vie. Surtout lorsqu'il s'agissait de Dorian. Il tergiversait beaucoup, plus occupé à regarder les contres que les pour, sans prendre en compte ce qu'il pouvait réellement gagner. Elle y mit d'ailleurs son petit grain de sel.

-Je comprends pourquoi tu fais ça, Dorian. Mais sans vouloir te vexer, tu n'es pas le mec le plus courageux du monde. Ton truc c'est faire deux pas en avant, un pas en arrière, parce qu'il y a quelque chose qui te fait peur. Et franchement, dans cette situation c'est normal d'avoir peur de la réponse. Mais si en plus tu veux imaginer le pire des scénarios...

Elle se mit à soupirer en se rendant compte qu'elle se montrait sans doute assez dur avec l'infirmier, mais elle était réaliste. Il avait des défauts, et ces défauts là, lui avait fait souvent mal. L'indécision de son petit ami pouvait faire des dégâts dont il ne se rendait même pas compte. Elle ne lui en voulait pas, il était ainsi, et elle l'aimait ainsi.

-Dans cette situation, ça ne t'aide absolument pas, bien au contraire. Tu pourras dire que tu t'en fous, au final ça sera faux, parce qu'il s'agit de ta mère. Que tu voudras peut-être la connaître au même titre qu'Ethan et Kaena. Et si tu as la pire des réponses, ils sont suffisamment grand pour désobéir à leurs parents. Tu ne seras pas seul. Se montrer fragile, ou triste n'est pas une faiblesse. Compter sur sa petite amie pour te remonter le moral, ce n'est pas une faiblesse. Et ta petite amie ne va pas se briser en mille morceaux. Alors pense à ce que tu veux savoir, et évite de penser aux conséquences parce que tu vas vite t'en servir d'excuse.

Bon, ça c'était fait. C'était dur pour Dorian, mais elle préférait lui dire ce qu'elle pensait. Il se compliquait la vie alors qu'au final cette histoire pouvait être beaucoup plus simple. De plus, elle avait dû mal à croire qu'une mère puisse se dire qu'on avait accouché d'un bébé et l'abandonner sans aucun remord. Elle avait porté Dorian durant 9 mois, le retirer de sa vie ne pouvait pas être facile. Ca lui paraissait beaucoup trop improbable comme façon de penser, et Yume était un peu énervée que l'infirmier pense ainsi.
Elle l'embrassa tout de même dans le cou très tendrement, histoire d'adoucir ses mots. Elle se doutait bien que son petit ami allait se renfrogner, et qu'elle venait sans doute de le toucher dans sa fierté.

Il finit par lui tirer la joue, et Yume se dégagea doucement pour lui faire la même pour lui montrer à quel point c'était agréable, avant de soupirer profondément.

-Je suis fatiguée de mener des batailles avec eux. Et concrètement, je sais qu'à l'adolescence je leur ait mené la vie dure. Là, ils ont appris que j'avais arrêté mes études, si en plus je leur dis que je suis avec quelqu'un qui a 10 ans de plus que moi... Ca ne va pas aider. Je préfère laisser du temps. Leur montrer que j'arrive à garder mon travail, après, ils verront peut-être un peu que tu ne fais pas partie de ma crise d'adolescence. Et puis, après ils te verront comme un répertoire avec ton affiliation avec les Matthews, et comme un portefeuille. Donc tu vas rester en de porté de ces vautours pendant un moment, si tu veux bien.

Elle vint ronronner et se coller un peu contre Dorian en sentant ses mains se balader. Ses bras entourèrent son cou, alors qu'elle fermait les yeux, un sourire niais se dessinant en sentant ses lèvres. Qu'elle était bien. Vraiment bien. Elle sentait qu'elle pourrait se liquéfier dans les bras de son infirmier sans que ça ne lui pose problème tant qu'elle sentait sa peau contre la sienne.

-Moi non plus.

Elle avait une voix d'endormie et comptait bien rester un moment ainsi. Si Dorian l'avait bien voulu, puisqu'il la força à se décoller, lui tirant un petit grognement de chaton pas content. Avant d'afficher une mine surprise en l'entendant « Changer de voie » ? Comme ça ? Sur un coup de tête ? Non, c'était pas son genre. Il avait dû réfléchir dans son coin, avant de lui annoncer son intention. Mais en tout cas, ce changement d'orientation semblait l'exciter comme un enfant devant ses cadeaux de noël.
Alors qu'il commence sa phrase par « Cameron » ne lui plaisait absolument pas, si bien qu'un froncement de sourcils désapprobateur vint apparaître d’emblée. Avant de laisser place à une certaine douleur. Il avait oublié qu'il l'avait mise de côté durant trois mois ? L'américain n'avait plus aucune importance. Yume avait juste mal. Et voir son en train alors qu'elle ne comprenait rien ne faisait que remuer le couteau dans la plaie. Elle avait envie de lui hurler dessus, mais elle se refusait de briser la motivation de Dorian. Elle était contente de le voir ainsi. Beaucoup moins qu'il lui montre que davantage qu'il avait préféré Cameron à elle.

-J'espère que tu te rends compte que je ne comprends strictement rien à ce que tu me dis, parce que t'as choisi de me laisser de côté pendant trois mois au profit de Cameron.

Elle soupira avant de se lever et de sortir de l'onsen, avant de mettre son peignoir. Ils devaient passer un week-end romantique. La jeune femme avait voulu laisser sa vie à Hoshi et se créer une bulle avec Dorian. Et ce dernier venait de l'éclater formidablement bien. Elle afficha un sourire amer tout en étant de dos ne lui laissant pas le loisir de comprendre à quel point elle avait mal.

-Au fait, je suis enceinte.

Elle vint le dire comme ça, l'air de rien tout en rentrant dans la chambre. Ce n'était pas vrai. Elle savait que c'était mesquin et puéril de faire ça. Mais elle était tellement en boule contre lui qu'elle n'avait pas pu s'en empêcher.

_________________
"Ce que nous voyons n'est pas forcément la réalité.
Mon ennemi est aussi en moi, il fait partie de moi.
A l'intérieur de moi-même il y a un anti-moi."
Haruki Murakami

[color=#cc3399]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Juil - 18:18
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1041

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire

Visiblement Yume avait son propre avis sur la question de la relation "Dorian & sa mère", elle ne se fit pas prier pour le lui donner, même si au fond, son avis comptait bien peu aux yeux de Dorian pour cette fois. Elle avait presque été agressive, blessante dans ses propos comme pour le réveiller et le forcer à prendre son courage à deux mains à et affronter cette difficulté, mais il n'était pas du tout réceptif à ce genre de manipulation cérébrale, au contraire.
A cet instant, il préféra se taire et ne plus en parler, se contentant d'un sourire créé de toutes pièces, parce que s'il avait ouvert la bouche, il aurait été blessant lui aussi. Il lui aurait demandé de s'occuper de ses problèmes, de ses affaires et de pas venir oser lui mettre sous le nez qu'il était un handicapé social qui n'avait pas de courage. En quoi ça aide les gens ça ? Y'a que dans les films que la technique du "je te pousse à bout minable" fonctionnait. Et puis honnêtement, il faut toujours balayer devant sa porte avant de faire des reproches aux autres. Chaque personne a ses peurs, ses forces et ses faiblesses et c'est inhumain de vouloir les contrôler. Dorian avait déjà pris sa décision quant à la marche à suivre pour découvrir pas à pas sa 'maman', il irait voir Kaena, elle sera sûrement plus ... à l'écoute de ses doutes et sera bien mieux placée que Yume pour parler d'elle et lui avouer vraiment ce qu'elle pourrait ressentir.

Bref...
Comme si le we à Kyoto était finalement une mauvaise idée, Yume se braqua également quand Dorian parla de son changement d'orientation professionnelle. Elle soupira, comme si elle arrivait à termes de supporter les caprices d'un nouveau né et sortit de la source chaude en boudant comme une enfant.
Dorian resta con. Il afficha un visage déconfit, du genre surpris et surtout agacé de la voir agir ainsi.

- Mais ! C'est quoi cette attitude ?!

Il allait la retenir pour qu'ils s'expliquent comme des adultes quand elle balança soudainement qu'elle était enceinte.

Son cœur s'arrêta tout bonnement, et un mélange amer d'émotions s'empara de lui. Sur le coup, abasourdi par tant d'émotions contradictoires, il ne put rien dire, ni rien faire. Il resta là, assis dans l'eau à essayer de réaliser ce qu'elle venait de lui dire. Il n'arrivait même pas à savoir s'il était content mais effrayé ou dépité et angoissé. Il n'était pas prêt à ça, il n'était pas préparé et ils n'en avaient même pas encore parlé.
Bon ça y est, il commençait à reprendre le contrôle de ses émotions, alors il sortit de l'eau, chopa un peignoir et partit à sa recherche en marchant rapidement.

Il ne tarda pas à la retrouver conscient qu'elle se serait réfugiée dans la chambre pour se sécher et se changer. Lui, il ne prit pas le temps de le faire, il ouvrit la porte et la referma aussitôt en la claquant. Ses sourcils étaient froncés, il n'était pas d'une bonne humeur là, mais alors pas du tout. Il s'approcha d'elle et lâcha brutalement le trop plein d'émotions qu'il contenait depuis tout à l'heure. Il avait eu le courage de l'épargner pour son avis un peu trop direct sur sa mère mais là, elle mettait du sien pour se prendre une petite soufflante alors si c'était ce qu'elle voulait pour retrouver décemment sa place, très bien, à votre service 'ma reine'.

- Je te le demande juste une fois Yume, est-ce que c'est vrai ? Est-ce que tu es vraiment enceinte ?

Il ne la touchait pas, il ne voulait pas être brutal avec elle, il ne souhaitait pas qu'elle ait peur de lui mais simplement qu'elle comprenne qu'il y'a des limites à ne pas franchir, pas avec lui en tout cas.
Il se contentait de la regarder, fixement, sans ciller, sans sourire. Il était comme ... possédé par une fureur qu'il avait du mal à contrôler.

- Parce que je te préviens, si c'est une mauvaise blague, alors tu ferais mieux de t'excuser tout de suite Yume. Il y'a plein de sujets sur lesquels on peut blaguer, mais pas celui-là, pas dans ces conditions. Tu peux pas me balancer ça comme si tu me disais bonjour et te barrer. Tu te fais pas prier pour jouer le rôle d'une femme qui a tout vu tout connu, et qui se considère plus mature que moi alors que t'es encore toute jeune et que tu connais rien de la vie. Je te laisse faire parce que tu peux être de très bon conseil par moments et que ton côté tête brûlée a des avantages mais cette fois tu vas trop loin.

Il se força à s'arrêter là pour plusieurs raisons.
D'un, parce que quand on est énervé, on a tendance à dire des choses qui dépassent un peu nos pensées. Là, il était tout simplement énervé, de son attitude, et de sa réaction pour Cameron.
De deux, parce que s'il elle était vraiment enceinte, il devrait à son tour s'excuser d'avoir été si méchant. Mais de toute évidence, cette nouvelle inattendue tombait très mal et il n'était visiblement pas satisfait. Ils n'en avaient jamais parlé tous les deux mais Dorian n'était pas spécialement pour avoir des enfants. Il les considérait encore aujourd'hui comme des parasites ingrats et voraces qui veulent tout pour rien et il était persuadé que ça lui gâcherait sa vie, seul ou en couple, alors non actuellement, il ne voulait pas d'enfants.

Il se tourna pour arrêter de la fixer avec ce regard de braise qui était sûrement un peu trop agressif à son tour. Il passa sa langue sur sa lèvre inférieure et avala difficilement sa salive. Il détestait se fâcher avec elle, mais là il ne pouvait pas dire "oui ma chérie, pardon". Ça suffisait de toujours céder aux caprices de ses dames, merde. Depuis quand il était un homme docile qui accepte les critiques des autres ? Oui, il avait de gros défauts, il avait tendance à souvent changer d'avis et avait beaucoup de mal à s'ouvrir aux gens mais il était comme ça, il ne fallait pas essayer de le changer. Si Yume voulait un homme influençable avec un cercle d'amis qui fait le tour du Japon et un manque d'avis personnel, alors elle n'avait pas parié sur le bon cheval.

- Concernant mon projet professionnel, je ne faisais que t'informer, tardivement je le reconnais, excuse-moi pour ça mais c'est comme ça. Je t'ai laissé choisir ta voie exactement comme tu l'entendais en te soutenant du mieux que j'ai pu, et j'en attends pas moins de toi. Alors oui, tu n'apprécies pas Cameron parce qu'il te rappelle un moment difficile de notre relation mais je me suis déjà excusé pour ça Yume, plus d'une fois. Alors sois franche, soit tu me pardonnes une bonne fois pour toutes, soit tu continues de m'en vouloir pour ça et ce sera éternellement un sujet de dispute entre nous parce que j'ai bien l'intention de travailler avec lui.

Il chopa un caleçon dans sa valise et se rhabilla avant de se sécher le torse et ébouriffer ses cheveux. Il enfila un t-shirt noir et un jean avant de chausser des mules et de se retourner à nouveau vers elle, légèrement moins furieux.

- Tu ne connais pas Cameron. Je ne dirais pas que je suis de son côté parce qu'il a fait des choses que je ne cautionne pas, mais tu ne peux pas te permettre de le juger, il était dans une période difficile. A la base, c'est un homme ambitieux avec plein de bonnes idées, et un ami sur qui je peux compter. Tu as le droit de ne pas l'apprécier cependant, mais va falloir avec.

Il soupira à son tour, se frottant le visage. Il sentait que la colère s'estompait mais que le froid qui venait de s'installer entre eux allait être difficile à combler. Il frissonna légèrement et récupéra un de ses gilets pour le mettre sur les épaules de Yume. Il vint la rejoindre et caressa son visage de louve farouche et en colère.

- Je t'écoute.

Il plongea ses yeux dans les siens et attendit. Il était beaucoup plus calme maintenant qu'il avait sortit sa rage et sa frustration, alors c'était à elle de parler. A elle de choisir si elle voulait continuer la dispute ou plutôt s'expliquer, en femme adulte et sage qu'elle dit être. Mais là toute de suite, ce n'était pas du tout l'image qu'elle renvoyait à Dorian.
Si elle choisissait l'option dispute, le médecin ne se ferait sûrement pas prier pour demander une autre chambre à leur hôte. Il ne supporterait pas une autre montée de colère, très peu pour lui.
Si au contraire, elle choisissait de s'expliquer et de s'ouvrir à lui, son petit ami, alors ils pourraient en parler ensemble et envisager l'avenir à trois... ou à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 11:56
M • Critique littéraire
avatar
Messages : 40

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Okay, elle devait avouer qu'elle n'avait pas été très maline d'avoir balancé qu'elle était enceinte. Mais, elle avait été tellement frustrée et en colère contre lui, que c'était sorti tout seul sans qu'elle ne réfléchisse à l'impact que cela pouvait avoir.
Résultat des courses, Yume se retrouvait avec un Dorian furieux… Normal… Mais ce n'était pas pour autant qu'elle avait prévu cette réaction, et instinctivement elle prit ses distances. Elle savait que le médecin n'était pas le genre d'homme violent qui pourrait lui faire du mal physiquement, mais les traumatismes ont la vie dure, et il fallait avouer qu'il pouvait faire à peu près ce qu'il voulait d'elle, si l'envie lui en prenait, ce qui était loin d'être rassurant, même si elle tenait de se calmer pour ne pas prendre ses jambes à son cou. Elle n'avait jamais vu le médecin ainsi, et sans doute qu'une personne normale n'aurait fait que répliquer, pas impressionné pour un sous. Peut-être qu'elle aurait pu en faire parti si Tsumi ne l'avait pas touché. Cependant, elle n'allait pas aller loin avec des si, donc en cet instant, elle mettait toute sa force pour rester face à lui… Ce qui lui paraissait pathétique. Demander tout son courage pour rester là, n'étant pourtant pas grand-chose dans les faits.

Mais peut-être que si, sans doute qu'il ne se rendait pas compte qu'il pouvait faire davantage de mal avec ses mots. Il ne se rendait pas compte à quel point il avait de l'emprise sur elle, que son avis comptait énormément pour elle, et aussi comment il la voyait.
Il lui avait fait morfler à l'approchant et en la repoussant à chaque fois. Elle ne lui en avait jamais parlé, parce que c'était le passé et qu'il ne le faisait plus. Mais cette peur ténue était bel et bien présente, et elle ne pouvait s'empêcher d'être aux aguets pour savoir si le médecin allait changer d'avis à moment ou un autre.
Il y avait sans doute un couac dans leur couple pour qu'il lui balance qu'elle jouait la fille la mature qui avait tout vu, tout entendu, et elle dû lutter pour ravaler ses larmes, incapable de dire quoique ce soit sans éclater en sanglot. Le plus dur c'était sans doute l'impression qu'il ne la connaissait pas. Elle ne lui avait jamais caché qu'elle était fragile, indécise, trop franche, qu'elle faisait souvent des erreurs… Certes, elle l'avouait rarement, mais ce qui comptait c'était qu'elle se relevait, non ? Alors l'idée qu'il l'a voit comme une personne arrogante à ce point faisait mal. Qu'il la connaisse si peu, c'était… sans doute ce qu'il y avait de plus blessant.

Avec tout ça, elle laissait Dorian parler, et elle passa de la détresse à la colère. Certes, elle ne sautait pas de joie que ce soit Cameron. Mais là encore, elle n'avait rien de personnel contre lui, la demoiselle ne le connaissait pas. Elle en voulait à l'américain simplement parce qu'elle n'avait pas pu passer du temps avec son chéri. Ca restait de la simple jalousie, et Dorian en avait aussi la responsabilité. En fait, c'était surtout lui qui était responsable, puisque c'était à lui de trouver du temps avec elle, et non à Cameron de lui dire. Mais, elle le laissa parler dans le vide, plus concentrée à ne pas le gifler pour lui remettre ses idées en place et/ou partir sans rien dire comme une princesse des glaces pour le laisser méditer sur ses mots.
Enfin maintenant, c'était ça et se réfugier dans ses bras. Elle ne pouvait pas décemment pas faire les trois en même temps. L'odeur du gilet la calmait. L'odeur de Dorian. Les mains chaudes qui se posait sur son visage la rassurait. Saloperie. Il savait comment s'y prendre. Elle ferma les yeux, ne pouvait pas cacher qu'elle frémissait à son contact, mais elle retint le gémissement. La colère du médecin l'avait tout de même mise à mal, et Yume se rendait compte à quel point lorsqu'il la touchait. Yume avait l'impression d'être secouru d'une quelconque noyade. Ce qui n'était pas tout a fait faux, puisqu'elle se rendit compte qu'elle était en apnée. Elle ne savait pas depuis quand, mais elle s'autorisa à prendre une goulée d'air.
Elle éprouva un besoin vorace de se réfugier dans ses bras en quête de quiétude, mais là encore elle s'abstint, se contentant d'ouvrir les yeux pour croiser ceux de son amoureux. La japonaise avait l'impression d'être mise à nue, et les larmes qu'elle avait mit tant de mal à refréner se mirent à couler. Elle se sentait désespérée. Les derniers mots de l’égyptien ne fit que remuer le couteau dans la plaie.

-Tu m'écoutes pas. Tu m'entends au mieux. Sinon, tu saurais que c'est pas à cause de Cameron, mais parce que tu m'as encore mise de côté. Je suis au courant seulement quand tu as pris ta décision et je suis sûre que t'as déjà tout planifié. Je suis sûre que ça fait des mois que ce projet est en marche et t'en parles maintenant. Je suis pas ta voisine… Je suis ta copine. J'habite avec toi. On dort dans le même lit, on couche ensemble. T'es au courant de tout ce que je compte faire, même ce qui me passe par la tête sans que je m'engage vraiment. Je sais que t'as pas l'habitude de compter sur quelqu'un, mais faut que t'arrête de faire ça. J'ai l'impression de servir à rien, et d'être… une plante que tu regardes de temps en temps pour voir si elle n'est pas morte.

Sa voix s'était faite tremblante. Elle avait n'avait pas hurlé, tentant d'être aussi calme que possible, le contact de Dorian aidant sûrement. Yume vint chercher ses bras, montrant bien qu'elle avait besoin de son contact pour se sentir en sécurité. Elle passa ses bras autour de lui, venant caresser ses cicatrices. Sans trop savoir pourquoi la critique littéraire avait prit cette habitude, lui donnant un peu plus l'impression qu'il était là, qu'il était bien réel. Prenant une profonde inspiration pour respirer son odeur, elle vint se dire qu'il avait beau être bouché, et ne pas comprendre grand chose aux relations sociales, il avait toujours été là de sa présence imposante et brutal, mais toujours pour son bien. Cette idée ne fit que la faire pleurer davantage.

-Je veux pas que tu m'oublies, Dorian. Ca ferait trop mal… Je veux que t'es un minimum besoin de moi… Je veux pas que tu me laisses sur le bas côté, ou je sais pas…

C'était confus, mais pour elle aussi. Elle ne faisait que déverser ses émotions sur lui. A Dorian de faire le tri après, pour Yume s'était trop dur, préférant rechercher le plus possible la chaleur de son petit ami, alors qu'elle laissait entendre un reniflement pas spécialement glamour et que sa main essuya ses larmes presque rageusement, ayant dû mal à supporter son comportement.

-En plus, je sais même pas pourquoi je pleure, c'est horrible.

Elle ne savait pas comment elle en était arrivée à dire tout ça puisqu'ils étaient tout de même loin du sujet de conversation de base. Néanmoins, ça lui faisait un peu de bien.

_________________
"Ce que nous voyons n'est pas forcément la réalité.
Mon ennemi est aussi en moi, il fait partie de moi.
A l'intérieur de moi-même il y a un anti-moi."
Haruki Murakami

[color=#cc3399]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Déc - 14:34
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1041

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
Beaucoup d'émotions passèrent sur le visage et dans les yeux de Yume pendant qu'il lui disait tout ce qu'il avait à lui dire. Dorian doutait sincèrement qu'elle soit consciente d'être à ce point un livre ouvert à ce moment là, mais quoiqu'il en soit, il préféra ne pas le lui faire remarquer. Elle semblait autant à deux doigts de fondre en larmes que de lui coller une gifle magistrale. C'était plutôt déstabilisant mais Dorian ne lâcherait pas le morceau. Ils étaient en train d'avoir une dispute mémorable mais elle était peut-être nécessaire pour fixer les limites de leur couple et mettre les torts de chacun, carte sur table.
Il s'était emporté, il le reconnaissait volontiers et il aurait préféré être à mille lieux d'ici plutôt que d'avoir cette conversation dans cet endroit paradisiaque mais visiblement ils avaient quelque chose à régler tous les deux. Dorian n'était pas un adepte des longs discours poignants et sérieux à mourir d'ennui mais il était encore moins fan des attitudes qui ne laissent aucune place à l'explication, comme le boudin, les remarques vexantes sans suite, ou les grommellements entre les dents. Battons-nous s'il le faut, mais ne me tourne pas le dos.

Alors il attendait, patient et impatient en même temps. Il était prêt à se remettre en question si elle avait des choses à lui reprocher mais il serait ravi d'entendre quand même qu'elle avait poussé la blague un peu trop loin et qu'elle avait pas eu l'attitude adéquate.

Lorsqu'elle lui avoua à demi-mot que c'était pas son nouveau projet professionnel qui la dérangeait, mais la façon dont il s'y était prit, Dorian sentit son cœur se serrer. Yume n'appréciait pas Cameron, de toute évidence uniquement parce qu'elle avait été mise à l'écart, pendant tout le temps où il avait squatté chez eux (et encore après) et lui, il ne s'était rendu compte de rien et avait clairement enfoncé le couteau dans la plaie en planifiant tout son avenir sans elle. Il savait qu'il ne l'avait pas fait pour lui faire du mal, mais uniquement parce qu'il n'y avait pas pensé. Il n'avait jamais eu besoin jusqu'ici de se confier par rapport à ce qu'il allait faire ou envisageait de faire ; du coup, pour lui, ça n'avait pas de sens. Il avait l'impression, ancrée au fond de lui que le fait d'être en couple signifiait forcément concessions et sacrifice, et c'était le côté de la vie à deux qui le repoussait fortement. Lui, ce qu'il voulait c'était avoir les avantages d'un couple tout en gardant ceux d'une vie de célibataire. Dit comme ça, c'était trop demandé, mais à bien y regarder, pas tellement. Il ne souhaitait pas avoir plusieurs relations en même temps, non pas du tout, mais juste pouvoir continuer à faire sa vie de son côté, sans avoir à rendre de comptes à personnes, ni demander d'autorisations pour faire une chose totalement folle ou nouvelle. Yume n'était pas tyrannique, elle ne lui interdisait jamais de faire ce qu'il voulait mais il n'avait pas cherché à savoir si elle était comme ça ou pas, avant de prendre la décision tout seul dans son coin.
Clairement, il n'avait pas prit le temps de parler avec elle sur sa façon de voir la vie à deux, et aujourd'hui, ses peurs et ses doutes venaient de mettre une petite claque à sa bien-aimée sans qu'il ne le voit venir.

Il regretta presque d'avoir mit les pieds dans le plat et aussi qu'elle ne soit pas venue le voir à ce moment-là pour dire une petite phrase comme 'tu sais que j'existe encore ?'. Mais il ne voulait pas lui rejeter la faute, il pouvait être borné et très con quand il était persuadé de prendre une chose pour une autre.
Il regarda les larmes couler sur ses petites joues blanches et si douces et il fut très touché quand elle vint se perdre dans ses bras. Se confier était très dur et elle s'en sortait comme une reine. La meilleure des relations se base sur des confidences souvent dures à avouer, et une confiance farouchement solide. Dorian avait totalement confiance en l'amour que pouvait lui porter Yume mais ce qu'elle ignorait par-dessus tout aujourd'hui, c'était l'ampleur de la faille qu'elle avait pu créer en lui. Son addiction à la petite japonaise l'avait rendu beaucoup plus homme qu'il ne l'aurait voulu. Pas l'homme arrogant, sûr de lui, et indétrônable qu'il mettait régulièrement en avant mais plutôt l'homme, fragile, en proie à des doutes existentiels et désireux de toujours recueillir la fierté de sa petite amie.
Et là tout de suite, la regarder pleurer lui déchirait violemment le cœur, alors... lorsqu'elle vint se réfugier dans ses bras, Dorian ne put s'empêcher de l'entourer chaleureusement des siens comme pour protéger ce petit être fragile qu'il avait volontairement blessé. Il posa sa joue sur le haut de sa tête, caressant ses cheveux contre sa peau et fut chamboulé de sentit son corps contre le sien.

Il avait envie de lui dire tellement de choses là tout de suite, qu'il se perdait lui-même dans ce flot d'émotions qui s'empara de lui. Yume s'égarait en croyant qu'il n'avait pas besoin d'elle, mais c'était sûrement ce qu'il avait laissé apparaître, inconsciemment. Il s'en voulait, après tout ce qu'il avait fait pour lutter contre ses sentiments de ne pas réussir à lui faire comprendre à quel point il était amoureux d'elle aujourd'hui. Elle représentait bien plus à ses yeux que toutes les femmes qu'il avait pu avoir dans sa vie. Il la trouvait plus belle et plus attirante chaque jour, se jusqu'à être obligé de refréner ses envies de la toucher, ou de lui faire l'amour pour ne pas qu'elle le prenne pour un sauvage.

- Chut Yume, ne dis pas de bêtises. J'ai besoin de toi, plus que jamais et ce sera toujours le cas. J'ai été maladroit dans ma façon de faire, et j'en suis désolé. J'ai pas vu l'impact que ça avait sur toi et je regrette beaucoup que tu m'en aies pas parlé avant. Je voulais pas te blesser.

Il la recula un peu pour admirer son beau visage trempé de larmes, elle avait les joues un peu rouges désormais d'avoir tant pleuré, et son regard, timidement effarouché de se sentir si faible semblait chercher à se réfugier hors de ses orbites. Il essuya une nouvelle larme qui fuyait vers sa gorge et rapprocha son visage pour déposer ses lèvres sur les siennes. Il sentit la douceur de sa bouche contre la sienne et se perdit dans ce baiser tendre et affectueux. Des émotions papillonnèrent dans son bas ventre et cette fois, il n'avait pas envie de les retenir.
Il coupa instantanément le pare-feu qui agissait dans sa tête dans ces moments-là et laissa libre court à l'homme en fusion. Il mit son bras sous ses jambes pour la porter. Elle était légère comme une plume. Il resta plusieurs secondes à la fixer dans les yeux, comme pour attendre son consentement ; il n'avait pas envie de lui faire l'amour si elle ne se sentait pas d'humeur après cette dispute, mais honnêtement, il n'espérait qu'une chose...

Après quelques instants, il se dirigea avec elle dans ses bras, vers le lit, où il la déposa délicatement. Il resta debout pour retirer son pull fraîchement mit et déboutonna son pantalon, puis il vint se fondre sur elle, réchauffant son corps frigorifié par tant d'émotions. Il embrassa langoureusement chaque parcelle de sa peau parfumée, laissant glisser sa langue sur des endroits qu'elle disait sensible lorsqu'il tentait de la chatouiller. Il s'attarda sur sa poitrine douce et moelleuse qui le faisant tant chavirer avant de revenir vers sa gorge qu'il mordilla doucement, tentant de lui faire comprendre à quel point il était dingue d'elle.

- Je t'aime comme un fou, Yume.

Après avoir murmuré cette délicate attention à son oreille, il revint s'amouracher de ses lèvres, jouant avec sa langue, tout en remuant le bassin sur le corps de la demoiselle. Ses doigts filèrent caresser sa peau, se faufilant dans son dos, glissant sur ses hanches avant de doucement effleurer ses fesses puis la portant pour rapprocher son corps du sien, frottant sa peau à la sienne comme pour mieux affirmer l'échauffement dont elles faisaient preuve à cet instant.
Il retira sa petite culotte, et se permit de faire de même avec son boxer avant de revenir vers elle, excité comme un fou. Il avait tellement envie de la voir se plier de désir sous ses caresses qu'il avait du mal à ne pas être un peu brusque. Elle n'était peut-être pas encore prête pour une vie sexuelle un peu plus débridée alors il se faisait patient mais elle devait régulièrement sentir que les actes de Dorian se faisaient toujours un peu plus virils. Lorsqu'il donna de légers coups de reins, il plongea son regard dans le sien, comme pour mesurer sa température. Il aurait adoré qu'elle le supplie, qu'elle se retienne de gémir de toutes ses forces. Des soubresauts de désir s'emparaient de lui, qu'il ponctuait de râles, ou de soupirs réguliers.

Oubliées la dispute précédente, oubliée qu'elle était enceinte ou pas, oublié son projet professionnel. Cette discussion était à finir, clairement mais là, tout de suite, il ne pensait plus, il agissait... pour leur plus grand plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Fév - 16:29
M • Critique littéraire
avatar
Messages : 40

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
-T'es gonflé de dire que j'aurais dû t'en parler. Je l'ai fait quand Cameron était à la maison. Je t'ai déjà dis que tu m'avais mis de côté. Tu aurais dû le savoir !

C'était injuste. Dorian l'accusait à tort. Alors soit il avait oublié, soit il avait prenait chaque remarque pour chaque situation. Mais dans ce cas, ils n'allaient pas s'en sortir. Des reproches, il n'y en a pas des millions, contrairement aux situations, et Yume savait qu'elle finirait par être fatiguée de devoir toujours répéter la même chose.
Comme là. Ceci dit, Yume n'aurait pas pu lui dire avant, étant donné qu'elle venait juste d'être au courant. Pour le coup, le médecin avait pas mal de torts à son actif.

Et le fait qu'il l'embrasse aussi tendrement, n'allait certainement pas changer les choses. Quoi que… Yume n'en était plus si sûre au bout de quelques secondes. En fait, elle était certaine que tout allait changer quand il la porta et surtout lorsqu'elle vit son regard.

-Tu triches !

Elle fondait réellement, et elle se remit à l'embrasser avec plus de passion que de tendresse, une nouvelle faim la prenant, alors que Yume lui caressait les cheveux, serrant ses cuisses sur le bassin de Dorian. Elle se retrouva à regret sur le lit, alors que le mur lui plaisait bien.
Ils devraient reparler de ça. Ok, elle aimait réellement la tendresse du médecin. Mais, ils devaient arrêter les trucs plan-plan. Ils n'étaient pas un vieux couple. Dorian avait intérêt à se déchaîner, car la demoiselle avait de la hargne à revendre, et elle voulait s'en servir pour se délivrer toute ses émotions négatives, se sentir crever et comblée.

Mais pas pour tout de suite apparemment. Y avait les préliminaires avant. La demoiselle ne savait pas trop si c'était une bonne chose ou non. Elle était empressée et le voulait tout de suite. Mais c'était loin d'être désagréable. Juste trop lent puisqu'elle en voulait plus.
Dans tout les cas, elle se perdit bien vite sous ses doigts experts, alors qu'elle soupirait chaudement d'aise, lui laissant libre accès à son cou, ou à ce qu'il voulait. Il pouvait tout prendre, elle avait entièrement confiance en lui.
Par contre, elle ne s'était pas attendue à entendre Dorian murmurer « je t'aime » d'une voix chaude et rauque à son oreille, ce qui lui tira un gémissement d'envie, et qu'elle se perdait un peu plus dans les affres du plaisir.

Son corps répondait, et bougeait selon les caresses du médecin, sans que Yume n'ait à réfléchir. Elle appréciait sentir son bassin contre le elle, de sentir ses mains sur ses fesses. En fait, elle aimait cette présence imposante peu importait où. Mais c'était beaucoup trop long comparé à son envie.

-Dépêche toi !

Elle lui avait un peu gueuler dessus, mais c'était de la faute de son impatience. En tout cas, elle ne savait pas si Dorian avait céder parce qu'il avait envie et qu'il l'avait déjà prévu ou parce qu'elle lui avait demandé, mais elle allait finir par croire qu'il avait juste prévu que pour une seule action, laissant la demoiselle frustrée devant autant de tendresse. Elle lui griffa le dos, les larmes aux yeux. Elle en voulait plus. Etait ce trop demandé ?

Elle passa ses mains dans les cheveux du médecin, alors qu'elle venait chercher ses lèvres pour l'embrasser avec une envie brute. Juste pour lui faire comprendre que la tendresse c'est génial, mais ce n'était absolument pas ce qu'elle voulait pour le moment. Elle voulait de la passion brûlante, une envie bestial qui la ferait se tordre de plaisir, et où elle pourrait déverser toute sa colère contre lui.
Le pire étant sans doute ces coups de reins un peu plus brusques avant de revenir plus lent. Sadique ! Il faisait exprès de la faire languir en fait.

-Dorian, je t'en supplie, dépêche toi.

Elle avait de nouveau les larmes aux yeux, tellement elle avait dû mal à supporter sa frustration.

_________________
"Ce que nous voyons n'est pas forcément la réalité.
Mon ennemi est aussi en moi, il fait partie de moi.
A l'intérieur de moi-même il y a un anti-moi."
Haruki Murakami

[color=#cc3399]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juil - 22:48
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1041

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire

Dorian fut assez surpris quand Yume lui demanda de se dépêcher. Sur le coup, il fut même assez décontenancé. Est-ce qu'elle n'appréciait pas ? Voulait-elle qu'il termine au plus vite ? C'était absolument humiliant et énervant si c'était ça.
Mais les émotions qui passaient sur son visage et les frissons qui parcouraient son corps à chaque mouvement de ses reins, le mirent ensuite sur la bonne voie. Elle en voulait plus, et encore plus.

Au fond de lui, Dorian savait qu'ils allaient devoir mettre la barre plus haut entre eux, qu'ils allaient devoir passer à quelque chose de plus ... brutal. Mais il n'y arrivait pas, pas encore en tout cas. Sa rencontre avec Yume avait été si particulière qu'il la voyait encore comme une petite chose fragile. Elle était devenue femme à ses yeux, évidemment, et il avait assisté à son changement avec un regard d'amoureux rempli de fierté. Leur relation avait été assez chaotique au début, perdue entre les non dits et le recul incessant de l'infirmier à ne pas vouloir qu'elle fasse partie de sa vie.
Si bien qu'aujourd'hui, il avait l'envie de la protéger et de la cagoler, et cette tendresse qu'il mettait un point d'honneur à respecter était inconsciemment entrée dans leur vie sexuelle et il s'était refusé à la soumettre ou à légèrement la malmener pendant l'acte, alors qu'il en mourrait d'envie.

Lorsqu'elle le supplia de se dépêcher, elle sous-entendait de lâcher prise, d'oublier la tendresse, et les caresses sensibles et romantiques. Elle était en colère et lui aussi. A ce moment là, c'était une réconciliation après une dispute et le seul moyen qu'ils avaient pour surpasser cette rancœur qui pourraient les désunir, c'était de faire l'amour fougueusement. Voilà ce qu'elle réclamait.
Quand il comprit ça, Dorian sentit son corps bouillir. Il poussa un râle plus profond qu'habituellement. Il eut soudainement envie de la dévorer.
Il plongea son visage dans son cou et mordilla sa peau, sans lui faire mal mais assez pour marquer son territoire.

Il retira son visage et s'attarda un instant à la regarder. Il devait lui faire comprendre qu'il avait entendu son appel et il préférait la préparer à ce qu'elle allait subir. Il ne voulait pas la choquer ou la blesser. Il se doutait qu'elle avait eut d'autres expériences sexuelles avant lui mais il ne voulait pas être celui qui lui ferait mal.

- Pardonne-moi Yume.

Il ne savait pas trop pourquoi il s'excusait. Au fond de lui, il ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'en lâchant le Dorian beaucoup plus brusque et sauvage, il risquait de paraître égoïste, mais il espérait simplement qu'elle aimerait ça aussi, et qu'ils pourraient ensuite apprendre à le doser pour que le plaisir soit idéalement partagé.

Il se retira du corps de sa dulcinée et lui prit les hanches, pour la retourner. Il avait perdu la douceur sur son visage, il la regardait comme si elle était une proie. Il ne s'écoutait plus. Ses mains n'étaient plus des caresses, elles étaient des menottes. Yume se retrouva bien vite a quatre pattes devant lui, montrant la cambrure de son dos, et ses jolies fesses. Il ne se fit pas prier et reprit ce qu'il avait entamé précédemment.
Les coups de reins se firent brutaux, plus rapides. Il entendait les fesses de Yume claquer contre son bas-ventre et ça le rendait fou. Il enfermait ses hanches entre ses doigts et fit même claquer la paume de sa main sur sa fesse droite.

Cette nouvelle excitation trop longtemps retenue lui mirent les émotions en pelote et il ne tarda pas à jouir dans un râle de soulagement intense. Il ferma les yeux pour ressentir toute la puissance de ce plaisir nouveau. Il avait adoré faire ça avec elle, il espérait qu'elle aussi.
Quelques minutes plus tard, il était redevenu le Dorian doux et apaisé. L'endorphine aidant évidemment. Il déposa un baiser le long de son dos, et se retira pour pouvoir la 'libérer'. Il s'allongea a côté d'elle, et chopa aussitôt une cigarette sur la table de nuit. Il prit un plaisir assez inattendu à savourer cette première bouffée. Il se sentait plus léger, mais aussi plus satisfait.
Il n'avait pas envie de lui demander si elle avait aimé. Lui poser la question reviendrait à lui ordonner de lui donner un avis, et il préférait qu'elle le fasse d'elle-même. Il venait de faire l'amour à sa copine d'une façon un plus sauvage que d'habitude et il était dans l'attente de savoir s'ils allaient pouvoir recommencer crescendo ou si c'était juste pour cette fois.

Et puis, maintenant que son corps se relâchait, son esprit se réactiva. Yume, enceinte. Il souffla sa fumée, oubliant qu'elle était là à côté de lui, et il l'imagina avec un ventre rond, elle serait forcément adorable. Et puis le bambin serait là, dans ses bras à elle, puis dans les siens, gerbant sur tout ce qui bouge, amenant une autre part de vie dans la maison tout en bousillant la leur. Il serait au même point qu'Ethan. Ça lui ferait un petit cousin.
Il sentit un rictus d'agacement se peindre sur ses lèvres, il n'était pas partant. Il n'en avait pas envie. Ils n'en avaient jamais parlé, c'était pas une dispute sur l'achat de tomates fraîches ou en conserve, là c'était un projet de vie, c'était un chamboulement intense et surtout irrévocable. Il avait envie de l'étrangler d'avoir osé sortir une blague aussi merdique tout à l'heure. Il tira une nouvelle bouffée sur sa clope et mit les pieds dans le plat, c'était ridicule de reporter, autant être énervé pour de bon.

- Tu veux un enfant Yume ? Je te demande pas ça pour savoir ce que tu attends de la vie, je te le demande là maintenant, est-ce que tu aurais aimé être vraiment enceinte ?

Il ne tournait pas la tête vers elle, il voulait la laisser libre de sa réponse. S'il l'avait regardée, elle aurait pu voir la braise dans son regard et peut-être aussi ce froncement de sourcils assez significatif chez lui. Elle se serait sentie agressée ou oppressée et au mieux elle n'aurait pas osé répondre et au pire elle serait encore partie pour une engueulade et là il avait pu assez de forces pour la faire taire au lit. Il sourit intérieurement de cette pensée absolument machiste et secoua inconsciemment la tête en repensant à ce qu'il venait de faire. Il était heureux.
Ils se découvraient tous les deux, alors pourquoi tout gâcher avec un marmot qui allait les éloigner à n'en pas douter. Dorian ne voulait pas d'enfants, il n'en avait jamais voulu. Il ne lui l'avait jamais dit parce que c'était le genre de phrases qui faisait fuir une femme. Et il n'avait pas eut envie de perdre Yume. Pas encore.

Sa vraie question à lui, c'était plutôt .... "Et pourquoi tu n'en veux pas ?"
Et là pour l'instant, même lui ne le savait pas... Ou peut-être que si.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Autres :: Autres lieux :: Japon-