■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ne jamais se fier aux apparences.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Ne jamais se fier aux apparences.   Ven 19 Aoû - 7:54





Once Upon a ManNe jamais se fier aux apparences.



Une bière à la main, Haruki afficha son premier sourire de la journée. Ça n'avait pas été évident avec tous les chauffards sur la route et encore moins lorsqu'un taré avait tenté de se jeter contre son véhicule de l'année. Par chance pour le piéton qu'il n'était pas sorti de l'automobile car c'est lui qui se serait certainement chargé de lui refaire le portrait s'il voulait tant un accident(pas la mort car il ne roulait que 30 km/h à cause de la zone entourant le parc). Il avait fini de déménager en ville et aujourd'hui était la première journée où il n'avait pas de carton dans les mains ou des rénovations à faire.


C'était prenant d'avoir son propre chez soi. Il se voyait mal rester vivre dans son ancien appartement à quelques villes d'ici. Le Sensei avait donc préféré déménager à proximité de son travail et s'acheter un petit chez lui par la même occasion. Il avait toujours nourri le rêve d'acheter sa propre maison et ce nouveau départ permettait au moins de concrétiser ce rêve parmi tant d'autres. Chez lui, il ne se sentait pas seul; il aimait le silence et la sérénité. Dans les rares moments où il recherchait la compagnie d'autres personnes, il sortait de chez lui et allait se mêler dans les foules hors de chez lui. Jamais personne ne rentrerait chez lui. Même pour coucher, il préférait rémunérer une chambre d'hôtel car c'était moins compliqué.


Tout ça pour dire qu'il avait bien besoin d'une bière (ou plus) depuis au moins deux semaines. Son employeur lui avait laissé le temps de s'installer en ville avant qu'il ne commence son nouvel emploi. Ce n'était pas quelque chose qui le stressait car la matière qu'il «enseignerait» faisait parti de son quotidien. Le plus difficile serait de motiver ses jeunes. Il n'était peut-être pas le meilleur pour encourager les autres, vu qu'il avait tendance à perdre patience assez rapidement, mais il se promettait d'au moins essayer. Sa tendance à avoir du mal à ne pas dire ce qu'il pensait serait aussi quelque chose à surveiller. Cette année promettait d'être épuisante. Autant en profiter pour se détendre, tant qu'il en était encore temps. Le barman avait d'ailleurs arrêter de compter les bières, plutôt impressionné par sa descente et sa tolérance.


Haruki jeta un oeil sur le côté pour apercevoir une scène de ménage. Un gars semblait avoir trompé sa copine avec un homme. Cette dernière n'arrivait pas à le digérer et Haru comprenait. Comment cela pouvait être possible? Son regard s'attarda quelques secondes sur la poitrine bondissante de la jeune fille qui s'agitait dans tous les sens, prête à jeter n'importe quoi à la figure du gars. Le barman tenta de calmer le jeu, mais ça n'attisa le feu qu'encore plus. Haruki soupira, plus que gavé par l'attitude plus qu'enfantine de ce couple. Ils devraient apprendre à grandir comme tout le monde, tiens. L'adulte se leva de son siège, plutôt énervé et les sépara l'un de l'autre comme des enfants. Il y était arrivé avec facilité vu sa grandeur et sa force physique et son regard courroucé les fit taire.


« Si vous avez des choses à régler, faites-le dehors. J'en ai sincèrement plein le cul de vos problèmes de merde. Si t'es si en colère qu'il t'ait trompée avec un homme, prouve-lui qu'il a tort et fais rouler ces hanches chérie. Et toi, t'es carrément con de te foutre d'elle. Maintenant que vous avez compris, salut. »


Il les jeta dehors, sous le regard brillant du Barman qui le regardait avec le plus grand respect, si ce n'était pas autre chose. Quand il revint s'asseoir, ce dernier lui offrit d'ailleurs une bière gratuitement pour le remercier. Haruki n'allait pas dire non à tant de générosité. D'ailleurs il se remit à boire de plus belle, ayant encore plus besoin de se détendre que la minute précédente. Il avait choisi un bar de bonne réputation où l'ambiance n'était pas trop assourdissante. Il avait besoin de se détendre, pas de s'amuser. On l'approcha à quelques reprises sans qu'il ne prononce pas un mot, se contentant de boire, comme noyé dans son propre monde.


Le japonais n'avait pas envie de parler et de faire des façons. Ça le gavait déjà de devoir le faire très prochainement avec son nouvel emploi. Quand on était professeur, on ne pouvait plus se permettre les écarts de conduite. Il prenait comme résolution de résister à la tentation d'ouvrir sa grande gueule, mais il savait déjà qu'il se faisait des promesses en l'air. Pour l'instant, il comptait se saouler jusqu'au lendemain ou... plutôt jusqu'à ce qu'il s'écroulerait. Pour le lendemain, il verrait. Haruki avait encore deux jours avant de commencer son autre emploi. Il reçut d'ailleurs une notification sur son portable, lui informant qu'il avait reçu un message texte de son père.


À croire qu'il était devenu indispensable à l'entreprise familiale. Le brun soupira avant d'afficher un mince sourire en ouvrant le message. Son père avait souvent besoin de ses conseils, même si théoriquement c'était lui le directeur et pas lui. Son père désirait qu'il lui succède, mais Haruki n'avait pas envie de travailler là-bas à temps plein. Il travaillait pour la boite de chez lui et ça lui convenait parfaitement et les dossiers administratifs... il fallait avouer que ça le faisait chier, même avec un secrétaire pour tout classer.


D'ailleurs il savait très bien classer lui-même sans qu'on le fasse à sa place. Haruki était assez maniaque concernant ses affaires et il ne supportait pas que quelqu'un vienne faire de l'ordre dans ses affaires. Le dernier secrétaire qu'il avait eu, avait presque fait dans son froc lorsqu'il avait eu la mauvaise idée de prendre l'initiative en faisant un ménage de son bureau, à l'époque où il allait encore dans les bureaux de la compagnie. Tachibana aimait se tenir occupé et c'était la principale raison pourquoi il cumulait donc deux boulots dans lesquels il s'investissait à fond.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Mer 24 Aoû - 19:02

Les quartiers les plus moches recèlent parfois de choses merveilleuses! Yoite allait rarement dans le quartier "pauvre" de la ville, se limitant à son grand maximum au quartier modeste dont il affectionnait le parc à sa juste valeur. Étant un enfant des beaux quartiers, ses manières et ses habitudes avaient bien du mal à se dissimuler quand il se trouvait dans un endroit qu'il considérait comme inférieur.
Mais comme un être humain se lasse plus vite que son ombre, le rebelle s'était vu obligé de venir essayer les bars de ce quartier en déchéance. Il faisait un effort surhumain qui plus est, car il était venu seul. C'était un jour de semaine, ses potes n'étaient pas motivés ou pas disponibles et bien qu'il avait sûrement des choses plus importantes à faire que de traîner ici, le jeune japonais s'était préparé et avait repris sa routine alcool&danse. Le but principal? S'amuser, profiter et repartir satisfait. Si, par chance, il chopait un truc au passage alors c'était du bonus.

D'ailleurs, contrairement à ce qu'il avait pensé, ce bar n'était pas aussi miteux qu'imaginé. Il y avait pas mal de monde en plus et même si c'était plus bruyant qu'attrayant, l'ambiance n'y était pas mauvaise. Avec son petit gabarit malgré ses muscles certains, Yoite se glissa jusqu'au bar et commanda son premier verre qu'il bu en très peu de temps. Il devait s'échauffer un peu avant d'aller danser ou partir à la chasse. Il avait beau ne pas être timide, le principe de tomber sur de mauvaises personnes n'était jamais très attirant. Aussi, il recommanda un autre verre peu de temps après.
Ce fut seulement à cet instant que son attention fut captée par un peu de remue-ménage pas très loin. En tournant ses yeux jaunes vers les cibles, il remarqua d'abord deux personnes qui paraissaient se disputer et ... c'est là qu'il le vit. Grand, bronzé, des yeux à priori verts malgré un air asiatique certain. Il esquissa un sourire, en voilà d'une belle proie à chasser. Son côté chevaleresque le laissa un peu sceptique, il n'aimait pas trop les gens qui se mêlaient des affaires des autres ou qui se sentaient obligés d'intervenir pour qu'on dise ensuite "heureusement qu'ils étaient là". Lui, il adorait regarder les gens se prendre la tête, recevoir des gifles de la part de ses dames ou les larmes sur les joues d'une donzelle rejetée. Secourir? Cheval blanc? C'était pas son genre, du tout. Jamais.

Les choses se calmèrent et son second verre arriva sans heurts juste devant lui. Avalant une gorgée, il commença son enquête préliminaire sans bouger de sa place sur l'inconnu. Bien vite, son intuition fut la bonne : il attirait le regard et pas que le sien. Nombreuses furent ces demoiselles à venir le voir (à tenter au moins) mais l'absence de réaction de l'inconnu fit froncer les sourcils au rebelle. Gay ou tout simplement con? Trop beau pour lancer ne serait-ce qu'un regard vers la personne qui a trouvé le courage de venir le voir? Ça, c'était plutôt moche comme comportement et encore plus quand on décelait sans peine son intérêt plus grandissant à chaque seconde pour sa bière. Il était juste venu se bourrer la gueule? Quelle ... classe.

Se décidant à ne pas perdre plus de temps à étudier une proie qui allait peut-être ne pas réagir pour lui non plus, Yoite bougea aussi sympathiquement que le lui permettaient les gens et força une place à côté de ... cet homme pour qui son intérêt avait grimpé. A côté de lui, il se sentit à nouveau minuscule et il grimaça d'un mécontentement certain. Y avait rien à faire, il avait beau se muscler, il avait toujours l'allure d'un adolescent. Son voisin paraissait si homme, si charismatique qu'il resta à le dévisager pendant 10 secondes sans rien dire. Le bilan était positif.


"T'aimes jouer les héros?"

Approche peu subtile mais Yoite n'était pas connu pour sa délicatesse. Il était tout simplement hors de question qu'il drague de but en blanc sans savoir s'il avait à faire à un hétéro ou un homosexuel. Même si les jeunes d'aujourd'hui avaient tendance à se dévoiler davantage, le Japon restait un pays encore trop fermé là-dessus et les critiques gratuites n'étaient jamais très loin. Méfiance.

Mais parce que rester comme les autres ne semblaient pas attirer l'attention de ce beau gosse sûrement pas loin d'être bourré, Yoite décida de jouer un autre jeu. Un peu risqué mais il y avait suffisamment de gros bras aux alentours pour intervenir avant qu'il ne finisse en charpie sous les coups de jeunes fous.
Aussi, d'une main rapide, il chopa le verre de l'inconnu et en bu une gorgée avant de grimacer. C'était pas bon ce truc, ça n'avait vraiment rien d'agréable au goût :


"Quitte à risquer ta peau en intervenant, autant le faire pour une boisson valable! Si je déclenche une autre bagarre, t'auras peut-être mieux?"

Le verre allait peut-être voler (en l'air ou dans sa face), le ton allait peut-être monter entre eux deux, mais au moins il y aurait une réaction. Un truc qui le rendrait différent des autres, qui lui ferait comprendre que même s'il finissait par le détester, il se souviendrait de lui. C'était juste dommage qu'il l'ait rencontré ici. Est-ce qu'il était pauvre? Le rebelle n'avait guère envie de traîner avec un pouilleux qui lui léguerait une vilaine maladie et ces beaux yeux verts ne changeraient pas la donne!

"T'es pas du coin pour être venu te terrer dans ce bar ou c'est le seul à ta portée?"

Mordra, mordra pas ...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Mer 24 Aoû - 23:19





Once Upon a ManNe jamais se fier aux apparences.



Si Haruki était intervenu c'était loin d'être pour se faire remarquer. Il en avait juste eu plein le cul qu'on vienne déranger sa petite soirée tranquille après les derniers jours merdiques qu'il avait dû se coltiner. Qu'ils aient été Prince et Princesse, ils auraient eus le même passe-droit et l'alcool ne lui facilitait qu'encore plus la tâche quant au fait de lui délier la langue afin qu'il dise encore tout ce qu'il pensait. Si son intervention avait parue chevaleresque, elle ne l'était aucunement. Haru était plus égoïste que chevaleresque de toute façon. Il avait fait ça pour qu'ils se la ferment et n'aient rien à répliquer, ce qui d'ailleurs avait assez bien fonctionné. L'adulte ne leur en avait même pas laissé le temps en les mettant à la porte comme l'aurait fait un videur (qui visiblement était en congé ou en train de passer du bon temps) en espérant pour eux qu'ils n'oseraient pas essayer de revenir. Le bronzé avait assez eu de drama pour la journée.


Il avait écouté d'une oreille distraite les piailleries de femmes qui l'avaient approché, mais avait préféré ne pas leur répondre, qui sait ce qui aurait pu sortir de ses lèvres. Si elles cherchaient le gros lot, elles feraient mieux de passer au suivant. Il n'avait pas le temps de s'investir ni de se poser avec qui que ce soit. Il avait beaucoup trop de travail et les femmes nourrissaient bien trop souvent de l'espoir à son égard. Après plusieurs nuits à réclamer sa présence, elles piquaient leur crise et il devenait le beau salaud qui les avait prévenues dès le départ.


Une de ses prétendantes l'avait même piégé une fois à aller dans sa famille et avait fait croire à ces derniers qu'ils allaient se marier. Inutile de dire ce qui s'était passé. Il n'avait dit que la vérité. Si elle avait tant voulu se marier avec lui, elle aurait pu commencer par le lui demander, n'est-ce pas? Haruki en avait assez qu'on se serve de lui de la sorte. Il n'était pas qu'un faire valoir, il était avant tout un homme. Du coup, ça ne l'emballait pas tant que ça qu'on le couvre de compliments et qu'on le traite comme un héros. Il ne méritait pas d'éloges et n'avait surtout pas envie de faire semblant pour se faire des filles. Il avait passé l'âge, même s'il restait con. L'homme aux yeux d'émeraudes ne croyait plus en l'amour depuis le lycée alors encore moins les contes de fée où la fille l'attendait en bikini sur sa voiture des éponges à la main. Ou plutôt le cliché du mec sur son cheval blanc. Il se rappelait déjà en avoir eu un du nom de Cloud quand il était plus jeune.


"T'aimes jouer les héros?" Cette phrase l'avait fait sortir de ses pensées et il se tourna légèrement vers son vis-à-vis pour l'observer en silence. Il tentait de déterminer les raisons qui l'avait poussé à venir lui parler. Haruki n'était même pas certain s'il attendait réellement une réponse à sa question. Une fois resservi, il but cul sec son verre et se racla la gorge, signe qu'il allait lui parler. Il ne répondait pas à la provocation, mais il était curieux. L'homme remarqua la carrure moins frappante de ce dernier et il ne lui fallu pas un cours 101 pour savoir que ce dernier était bien plus jeune que lui. Qu'est-ce qui poussait les jeunes à parler aux vieux de nos jours? Plus grand chose.


« Je n'ai pas le complexe du héros si c'est ta question. J'en avais marre qu'on me casse les oreilles, c'est tout. »


Haru était du genre assez direct et il ne voyait pas pourquoi les gens ne disaient tout simplement pas ce qu'ils pensaient. Les conséquences étaient sans importance et seuls resteraient ceux qui le méritent. Il y en avait marre de faire des politesses à des gens qui s'en foutent et encore moins de leur lécher les bottes. La simple idée de le faire lui donnait la gerbe. L'adulte leva un sourcil en voyant le plus jeune prendre une gorgée de son verre. Il saluait son courage, mais il repoussa le verre un peu plus loin, n'osant pas le reporter à ses lèvres.


« T'as pas froid aux yeux toi en tout cas. Une recommandation dans ce cas? J'aime bien ce qui est fort. »


La dernière phrase était loin d'être un sous-entendu et il ignorait que ça aurait pu être prit de cette façon. Son regard resta sur le sien et un petit rictus s'installa sur ses lèvres lorsqu'il ouvrit de nouveau la bouche. C'est qu'il était direct ce garçon. C'était rafraîchissant. Il aimait bien que ce dernier ne tourne pas autour du pot. C'était d'ailleurs aussi grâce à ça ( et grâce à la curiosité qu'il avait ) qu'il lui parlait encore.



« Effectivement, je ne suis pas du coin Sherlock. On m'a parlé de cet endroit et comme je visitais les alentours, je me suis arrêté. Après un déménagement, ça fait toujours du bien un bon remontant. »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Lun 5 Sep - 19:49

Sa technique fonctionna.
Évidemment, bien plus que la question elle-même sur le héros, c'était l'idée d'être différent, de poser une question inattendue sans paraître trop éloigné non plus. Le but n'était pas de le faire fuir en lui demandant s'il aimait les voitures de sport tunées ou les petits chats. Non, rester dans le concret mais pas trop prévisible.
Quand il se retourna vers lui, Yoite su qu'il avait gagné. Pas gagné grand chose mais au moins plus que toutes les dernières tentatives de ces dames. Et ça pour lui, c'était déjà une victoire. Et effectivement, de près, il était vraiment beau. Ses yeux ... étaient tout simplement magnifiques, c'était à se demander si Yoite n'avait pas un penchant pour les yeux autres que "couleur asiatique". Il aimait se démarquer et ceux qui se démarquaient, allez comprendre.


"Tu fais trop attention aux détails. Des disputes, y en a tout le temps, tu risques de faire que ça."

Mais ce n'était pas une critique. Si Yoite se refusait complètement à intervenir dans les disputes des autres, c'était d'abord par lâcheté mais surtout par indifférence totale. Il savait que si lui se disputait (avec un mec ou une fille), il ne serait pas celui qu'on défendrait, il était toujours le vilain petit canard et préférait donc régler ses problèmes en privé.
Cela dit, il pouvait comprendre l'urgence de certaines situations à vouloir faire un scandale pour que le résultat soit plus important. Là, jetés dehors, c'était clairement humiliant. Surtout par un homme sans nom qui n'avait rien à voir avec ça. Mauvais endroit, mauvais moment.

Ayant, au culot, bu une gorgée du verre de sa nouvelle cible, Yoite apprécia les discussions qui se lancèrent petit à petit à la suite de ses gestes.
Premièrement, il nota dans sa tête qu'il aimait beaucoup la voix de cet homme toujours inconnu, grave mais pas tant que ça, posée et assurée, presque hautaine. Ça correspondait très bien au reste de sa carrure finalement et ça lui fit réaliser qu'ils ne jouaient pas dans la même cour tous les deux. Si par miracle il se trouvait homosexuel, il n'en restait pas moins hors de portée niveau sentiments. A croire qu'il y avait des rangs même à ce niveau, un peu comme un petit chien qui court derrière un loup alpha.
Deuxièmement, il remarqua qu'il avait repoussé ledit verre dans lequel il avait trempé ses lèvres à l'instant. Prudent ou carrément parano? Au prix des boissons, Yoite n'aurait pas fait de chichi et aurait fini sa propre boisson. Il ne s'en formalisa pas, mettant ça sur le compte de la société actuelle à "se méfier des inconnus". La drogue du viol existait toujours après tout, tout comme le SIDA et bon nombre de maladies transmissibles par la salive et le sang.
Troisièmement, il se mit à réfléchir à cette réponse quant à lui suggérer quoi boire. Était-ce une invitation à continuer la discussion autour d'un verre ou jouait-il le rôle mesquin de la femme qui reçoit des verres tout en sachant déjà que ça ne va rien donner? Le petit rebelle n'était pas à quelques centaines de Yens près et pouvait bien boire sans que ça ne donne rien mais ce n'était pas le but. Il n'était pas venu se perdre ici pour simplement boire, il préférait nettement la qualité de l'alcool des boissons du quartier riche!


"Aucune idée, c'est pas mon rayon. On tente le whisky?"

Yoite avait beau être en mode chasse, lui-même n'avait pas vu de sous-entendu à "j'aime ce qui est fort". Ne se considérant pas comme fort lui-même, il échappait aux clichés atroces de deux hommes musclés et poilus se donnant du plaisir. La force, ce n'était pas son truc et s'il avait pensé jadis qu'il était plus "endurance" que "force", un certain Matthews lui avait prouvé qu'il avait encore beaucoup à faire là-dessus aussi. Il était tellement souvent en-dessous de toute façon qu'il ne voyait plus trop l'intérêt de faire des acrobaties pour attirer l’œil. Les mecs ne recherchaient que le plaisir, pas les prouesses!

Le petit rictus lui tira un léger sourire. Carnassier, l'homme. Il semblait aimer jouer, mais jusqu'à quel niveau? Yoite était un joueur et n'avait honte de rien mais dès que ça devenait physique, il avait plus de mal. Un bras de fer, il était forcément perdant mais en réparties, il se défendait assez bien.


"On t'a parlé de cet endroit ... ah ah. Je connais pas bien ce bar mais c'est peut-être le grand luxe dans ce quartier. Si tu veux vraiment visiter, je peux te montrer qu'il y a bien mieux!"

Et c'était peu de le dire.
Dès qu'on se rapprochait de l'académie Chîse, dont le campus dépassait l'entendement, l'ambiance changeait et affichait clairement une propreté plus nette, des constructions plus luxueuses mais ce n'était pas non plus l'extrême des vrais quartiers riches. Il y avait tout simplement des endroits à voir, des lieux qu'aucun tour touristique ne ferait visiter qui avait pourtant plus de charme qu'une belle villa qui fait juste baver. Si X .. ahah, appréciait cet endroit, le reste serait forcément mieux.


"Déménagement, hein? Tu as fuis tes ex psychopathes? Ou t'es un criminel recherché? ... Ou pire, juste un mec qui a déménagé pour se rapprocher de son lieu de travail?

Une provocation beaucoup plus légère et pas bien méchante. Il fallait connaître Yoite depuis un certain temps pour savoir que le jeune homme rêvait d'aventures, d'être témoin d'un cambriolage et interrogé par la police, de se retrouver sur une île déserte après le crash d'un avion. Il était extrême car il se savait froussard, mais c'était l'envie d'avoir une vie un peu plus palpitante, différente. Et puisque tout cela était hors de portée, il se contentait de s'amuser dans le seul domaine qu'il arrivait à gérer à sa façon : le sexe. Différents partenaires, différentes situations, différents lieux. Jusque-là, il n'avait pas encore essayé de jouer sur les différents traits de sa personnalité, mais peut-être qu'un jour ...

Ayant finalement décidé de commander les 2 whisky pour essayer, quitte à regretter, Yoite avala une gorgée de son verre quand celui-ci arriva et faisant une grimace peu romantique sous le coup de "la première fois", il secoua la tête et ajouta enfin en priant pour que ça ne ferait pas fuir l'homme et ruiner ses beaux efforts :


"Je suis Yoite, au fait."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Sam 10 Sep - 19:43






Ne jamais se fier aux apparences.





Haruki apprécia le fait qu'on cherche à l'aborder différemment pour une fois. Il en avait marre des : « Je te paie un verre? » « Tu me plais. On pourrait aller ailleurs? » ou même des « Je suis seule ce soir et toi? ». Il n'avait pas signé dans un club de rencontre ni dans un club de pêche. Vous ne voyez pas le lien? Pour être repêché. Oui je sais, la vanne est nulle, mais le lien est bien là.  Certes, il aimait bien les gens directs, mais l'homme n'était pas venu pour qu'on lui fasse du charme, du rentre dedans ou des beaux yeux. À la base, il n'avait rien demandé sauf peut-être de boire quelques verres tranquille.


Ses plans avaient certes changés, mais ce n'était pas plus mal. Cet homme passablement beaucoup plus petit que lui en avaient éloignés beaucoup d'autres collant(e)s. Haruki ne s'était pas non plus douté que ses intentions étaient similaires à celles des autres, n'ayant tout simplement pas prit la peine d'envisager cette possibilité. Il ne voyait pas pourquoi l'autre irait mettre des gants lorsqu'il n'y avait qu'à demander alors la question était réglée.


- Probablement, mais en ce moment, grâce à mon intervention, on peut boire un verre tranquille. Souvent les gens oublient où ils sont et ne se rendent pas compte de l'embarras dans lequel ils se mettent tout seuls. Je nous ai tous rendus service, eux y compris. En même temps, c'est un peu mon travail de faire attention aux détails.


Sa dernière phrase fut prononcée plus pour lui que pour Yoite. Son travail. Ou plutôt ses emplois. Ils lui demandaient tous les deux de prêter attention aux situations et de gérer les problèmes survenus. Le premier était plus d'ordre informatique, incluant les relations d'affaires tandis que le deuxième était plus relationnel. Faire du cas par cas avec des étudiants était un défi beaucoup plus demandant que celui de travailler en tant que futur PDG dans la compagnie de jeux vidéos familiale. Haruki était meilleur avec des données qu'avec les gens, mais ça n'avait pas toujours été comme ça. Cet emploi l'aiderait sûrement à renouer avec son passé et ferait de lui une meilleure personne.


Lorsque Yoite lui proposa le whisky, le bronzé se tourna vers lui, soudainement très intéressé par ce qu'il disait. Pas qu'auparavant il se soit foutu de ce qu'il pouvait bien lui dire, loin de là, mais bon... il n'y pouvait rien: il ADORAIT le whisky. Pourquoi n'en avait-il pas commandé jusqu'à présent? Son père lui avait toujours dit de boire du whisky en bonne compagnie sinon il perdait de sa saveur. Yoite était justement l'excuse parfaite pour en boire, n'est-ce pas? Haruki avait décidé à l'instant que le plus petit était de bonne compagnie. Aussi simple et rapide que ça. Parce qu'il crevait d'envie de boire le liquide ambré.


- Bonne idée, je suis. Excellent choix.


Le visage visiblement satisfait, il sourit un peu plus, déjà impatient que le barman revienne. Le bleuté lui proposa ensuite une visite guidée des bars. L'homme porta son regard dans le sien en portant une main sous son menton, démontrant de son attention. Plusieurs soupirs de déception furent poussés autour d'eux, mais Haru était déjà occupé à considérer l'offre de son vis-à-vis. Certes, il n'avait pas de préférence pour le luxe tant qu'il y avait du bon whisky, mais se fermer à l'idée ne semblait pas être une option non plus. Il n'avait rien à perdre de toute façon.


Les nombreuses théories de Yoite le firent sourire de nouveau. Haru savait que ce dernier exagérait, mais l'idée de se prêter lui-même au jeu était assez tentante. Déjà il avait un 2/3, il n'avait pas encore fait dans le criminel. Une lueur joueuse s'installa dans ses émeraudes et il s'avança vers lui pour se pencher vers son oreille. Il lui susurra comme un secret:


« Lequel crois-tu que ce soit? Je te donne un indice: Elles ne peuvent plus nuire où qu'elle soit. »


Il prit un air sérieux en l'observant avant de rire un peu. Bien que l'idée de se débarrasser de ces ex's était plus qu'alléchante, jamais il n'irait les toucher de nouveau. Il avait eu sa dose et le simple fait d'être loin de ces dernières était entièrement suffisant. Sauf si on se rappelait de la fois où l'une d'entres elles l'avait suivi et le stalkait sans arrêt. Elle avait développé une sorte d'obsession malsaine et Haruki n'avait pas pu lui en vouloir malgré tout. Ça ne l'avait pas empêché d'aller voir la police par contre et ça sans aucune culpabilité. Haru n'en voulait pas à cette fille car il avait une part de responsabilité à prendre dans cette histoire. La police était une ressource afin d'aider cette pauvre femme à aller mieux. Bref, inutile de ressasser ça maintenant.


Leurs verres arrivèrent comme pour briser cet instant et il s'éloigna de lui pour attraper le verre. Il trinqua avec lui et but le contenu de son verre en même temps que lui. Il sourit en le voyant grimacer et lui tapa le dos amicalement quelques secondes avant d'enlever sa main. Haruki devinait sans problème qu'il s'agissait de la première fois de Yoite pour le whisky. Il ne se rappelait malheureusement pas de son premier Whisky, mais il avait dû avoir une réaction similaire.


« Tu peux m'appeler Haruki dans ce cas. Je crois que je vais accepter ton offre pour visiter un peu le coin, si ton offre est toujours valable, Yoite. »


Ça lui faisait toujours étrange de réciter un nouveau nom, mais c'était à la fois quelque chose de plaisant. C'était la première fois qu'il rencontrait un Yoite d'ailleurs. Ennuis à l'horizon? Peut-être bien, mais l'ébène ne le saurait pas tant qu'il n'y serait pas. Rien ne l'empêcherait de partir de toute façon.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Sam 17 Sep - 18:50

Absolue vérité. Les deux jeunes gens de tout à l'heure, gentiment mis dehors par l'éphèbe inaccessible, étaient effectivement sur le chemin entre lui-même et cet homme toujours inconnu. Et puis, sans cette intervention, Yoite aurait sûrement été le voir avec une question aussi fameuse que connue et barbante comme celles qui énervent les gens "T'es seul?", etc. Cet incident lui avait libéré la voie et donné une phrase d'accroche. Et ce n'était pas sans retour puisque l'autre homme avait dit "grâce à". En général, tout ce qui était négatif devenait plutôt "à cause de" donc ça le rassura. Il ne semblait pas déjà lassé de leur entrevue et paraissait même passer un moment assez agréable.
Yoite se contenta de répondre par un sourire. Il était entièrement d'accord mais c'était inutile d'en faire un roman. Par contre, il fut diablement intrigué par sa dernière remarque. Son travail les détails? Alors quoi, il avait à faire à un détective de renom? Un flic sous couverture? Un huissier en chasse? Ça pourrait être drôle qu'il le voie à l’œuvre, que par chance aujourd'hui pile à ce moment, il allait tomber sur la personne qu'il cherchait depuis des années et pouvoir enfin mettre un terme à l'enquête de sa vie ...


"Tu notes tout ce que tu vois dans un petit carnet que tu gardes toujours dans ta poche? Le mur de ta chambre est truffé de photos, d'indices en tout genre, et de fils reliant telle chose à telle autre?"

Clairement, son imagination débordait.
Mais à bien y réfléchir, Yoite avait réellement la sensation qu'un métier où les détails étaient importants était différent des autres. C'était forcément un poste à responsabilités, un métier où l'investissement était obligatoire, où les efforts étaient de mise mais où la vie privée n'avait que peu de place. En plus, il venait de déménager. Mutation? Suivi d'une piste grâce au témoignage d'un inconnu? Tout ça était palpitant!

Ils passèrent ensuite aux choses sérieuses lorsqu'ils se décidèrent à commander du whisky. Une boisson que Yoite testait pour la première fois et qui sonnait "adulte" chez lui. Son père en buvait lors des grandes occasions, ne sortant la bouteille qu'avec des invités triés sur le volet. L'alcool n'était pas une habitude dans leur famille et même si Yoite finissait souvent bourré (ou pas loin) dans le lit d'une chambre d'hôtel ou sur le canapé d'un ami, c'était souvent à cause des bières que ceux-ci emmenaient partout avec eux. Il finirait avec un gros ventre comme le pépé d'à côté, un petit vieux un peu ronchon mais pas vraiment méchant, au ventre si rond qu'on aurait cru pouvoir le percer avec une aiguille!
Mais avant que les verres n'arrivent, une proposition de visiter la ville fut lancée en toute sympathie. Même si Yoite avait depuis le début des arrière-pensées claires, il trouvait presque malsain de se satisfaire d'un tel quartier alors que les autres étaient juste à portée et beaucoup mieux. Il devait lui montrer le reste et le laisser ensuite choisir l'endroit où il se sentait le mieux. L'I don't care entendit bien les soupirs autant d'eux alors que sa proie difficile semblait réfléchir. Est-ce qu'il faisait des jaloux? Avait-il le droit de penser que les autres croyaient déjà avoir perdu leur chance? Si tel était le cas, ça lui donnait beaucoup d'espoir ça!
Mais la réponse ne vint pas. Peut-être devait-il attendre encore un peu. C'était vrai que c'était louche de devoir se promener dans toute la ville avec un mec plus jeune, plus petit, et complètement inconnu au bataillon. De nos jours, il fallait se méfier! D'abord, faire connaissance! Et parce que le ton de la blague -sans rentrer dans les clichés- passait toujours au début, Yoite se permit de batifoler un peu sur des théories aussi extravagantes que flippantes. Il avait cru déceler une lueur joueuse dans le regard du bronzé et peut-être qu'avec ça, ils pourraient se créer un lien un peu plus fort. Après tout, la situation était toujours tendue et la moindre question ou remarque pouvait mettre fin à tout ça.

Mais quand il le vit s'approcher, se pencher vers lui pour lui parler juste à l'oreille presque comme un secret, Yoite réalisa qu'il avait bien plus d'avance que ce qu'il croyait. Ou alors, qu'il tombait particulièrement facilement dans le panneau d'un homme habitué à ces petits jeux. Frétillant à l'intérieur comme un poisson pris dans un filet, il accueillit ce petit frisson avec un malin plaisir mais esquissa un sourire lorsque la remarque arriva jusqu'à son cerveau.


"Un tueur en série, alors. Ça répond à ma question d'avant quand t'as parlé des détails!"

Il pouffa légèrement.
C'était amusant de dire des conneries mais il n'empêche qu'il ne savait pas démêler le vrai du faux. Il espérait qu'il n'était pas réellement un tueur en série, qu'il avait un métier des plus banals derrière un bureau mais sans savoir lequel, sans avoir d'indice sur l'âge, le nom, les habitudes du passé, il avançait un peu à l'aveugle!

Cette petite accolade imprévue qu'ils échangèrent lorsque Yoite grimaça sous la surprise du goût du Whisky lui donna un sentiment de bien-être. Il avait l'impression que le courant passait vraiment bien, qu'il pouvait se permettre d'être lui-même et non plus de seulement chercher à lui taper dans l’œil.
D'ailleurs, Yoite décida de se présenter comme pour vraiment s'exclure des autres et instaurer une relation rien que tous les deux. La réponse fut immédiate et particulièrement satisfaisante.


"Haruki. Mon offre tient toujours, on pourra le faire dès que tu auras suffisamment de temps libre Serial Killer."

En toute honnêteté, il eut l'envie de lui dire "passe-moi ton numéro, on se fixera un jour" mais Yoi avait comme l'impression que ça aurait été trop. Trop rapide, trop demandé, trop abusé aussi. En plus, il n'était pas certain qu'un autre jour serait pareil. Il n'avait pas l'habitude de se lier d'amitié avec ses proies, tout se passait en une soirée de préférence et la suite ne prévoyait que des rendez-vous pour "ça". Des amis, il en avait suffisamment et n'était pas à la recherche de nouveaux confidents.
Haruki était une proie et s'il voulait visiter maintenant, tout de suite, alors ils quitteraient ce bar et iraient flâner dans les rues des différents quartiers. Seulement, y avait peu de chance qu'ils se rapprochent de cette façon sauf s'ils flânaient jusqu'au soir, jusqu'au dîner qu'ils partageraient tous les deux puis jusqu'à cette chambre d'hôtel tombée du ciel alors qu'une averse les empêcherait de continuer ... Non, inutile d'imaginer des trucs. Pour le moment, il n'avait pas envie de bouger.

D'ailleurs, il commanda 2 autres whisky même si le sien n'était pas encore fini. Ne connaissant pas la valeur de cet alcool, il allait s'en délecter doucement. Son but n'était pas de finir couché sur le sol du bar, complètement ivre et incapable de continuer à draguer sa proie. Il voulait être maître de ses émotions, de ses paroles et surtout de son comportement!


"Au fait, je t'ai vu refuser la conversation avec pas mal de femmes ... T'es déjà pris? Ou très exigeant? Certaines étaient jolies."

Mensonge.
Enfin non, certaines étaient sûrement jolies mais Yoi n'avait pas pris la peine de les regarder. Il n'en voyait aucun intérêt et se comportait de la même façon quand une femme venait le voir. Au début, il s'était dit qu'il devait rester poli quand même, qu'elles n'étaient pas forcément toutes des garces mais avec le temps, il avait cessé de faire des manières et disait simplement "Désolé, je suis gay". Il n'aimait pas se cacher et ça avait le mérite de clore direct la conversation! Ça le faisait rire en plus.
Seulement voilà, après avoir posé cette question, il réalisa qu'il avait un peu dévoilé le fait qu'il l'avait regardé depuis un certain temps avant de venir lui parler. De son côté, ce n'était pas un crime puisqu'il savait ce qu'il voulait mais sans savoir l'orientation sexuelle d'Haruki, il avait peut-être pris un risque non mesuré. Il pouvait toujours trouver une excuse, il était pas trop tard et peut-être que cette erreur allait lui permettre de savoir d'autres informations!
En attendant, il termina enfin son premier verre en affichant toujours une grimace.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Mar 18 Oct - 17:46






Ne jamais se fier aux apparences.





En voyant le regard intéressé du plus jeune se poser sur lui, un petit sourire amusé naquit sur ses lèvres. Certes ça lui aurait bien plut de faire carrière en tant qu'enquêteur, mais il n'avait pas assez de temps à consacrer à ce métier. Enseignant c'était plus jouable avec la compagnie quoi que beaucoup moins impressionnant. Ses expériences de vie l'avaient emmené à se diriger en enseignement. Qui aurait cru que le petit Haruki finirait par devenir professeur et à la fois un grand bonhomme?


- On peut dire ça. Rassemblement volontaire de preuves. Je n'en parle pas tellement habituellement, ça éloigne les conquêtes.


Il se mit à rire légèrement après un moment de silence. Il venait de s'imaginer faire un mur semblable dans sa chambre à coucher avec ses conquêtes précédentes. Le soucis avec « la peur de l'engagement » c'était qu'il n'aurait certainement pas assez d'une pièce pour tout afficher si vous voyez ce que je veux dire. Ces derniers temps, il avait troqué ses escapades nocturnes avec des inconnues contre de bons verres au bar. Ça le détendait bien plus après une journée de travail que quelqu'un qui lui cassait les oreilles avec des demandes souvent farfelues et tirées par les cheveux. Être compatible avec les gens, ce n'était pas aussi facile qu'il y paraissait.


Certains ont des goûts hors du commun qui ferait reculer même l'homme le plus téméraire. Haruki avait déjà laissé une femme en plan parce qu'elle avait des attentes le concernant auquel il ne pouvait (ok plutôt ne VOULAIT pas) répondre. Le bronzé pouvait considérer son portable comme un « mur à preuves ». Plusieurs numéros enregistrés qui d'ailleurs ne servaient qu'une seule fois avant qu'ils soient filtrés. Il n'était pas un salaud non. Haruki leur disait toujours ce qu'il recherchait et ce qu'il ne recherchait pas, le reste il n'en était pas responsable le lendemain.


Il sourit davantage, mais cette fois de façon un peu plus inquiétante. Dieu que sa liste serait longue s'il venait à devenir un Serial Killer. Il ne voulait même pas imaginer tous les noms qui figureraient dans son « Death Note ». Non, il n'avait décidément pas ça en lui. L'adulte préférait nettement faire aller son imagination qu'à des séjours en prison. Il aspirait à mieux dans sa vie comme bien d'autres personnes. Rien ne l'avait ébranlé au point qu'il en vienne à tuer des gens par vengeance ou quête de justice.



- Du temps libre? Mh... Ça me fait défaut en ce moment. Je te laisse ma carte. Nous essaierons de trouver un moment où nous serons tous les deux disponibles.


Il lui tendit sa carte d'affaire «Vice président d'ENTERTAINMENT PRO GAMES» avec un numéro de téléphone écrit dans le bas. Haruki n'avait qu'un numéro et c'était celui-là. C'était à la fois pour le privé et le professionnel. Il faisait filtrer ses appels donc l'homme d'affaires n'avait aucun soucis à se faire. Haru lui avait donné sa carte naturellement surtout sur un coup de tête et par paresse. Il n'avait pas envie de venir à ce bar et de se mettre à le chercher des yeux. Il était trop vieux pour ces conneries, mais jamais trop pour faire la virée des bars oh ça non. En le voyant recommander à boire, l'homme se dit qu'enfin on le comprenait. Sa résistance à l'alcool était impressionnante, aussi ne se gardait-il pas de se «bourrer» la gueule. Pour certains c'était le chocolat, pour lui c'était le whisky tout simplement.


- Je ne savais pas que tu me regardais depuis si longtemps? J'ai l'impression de me sentir traqué, haha. C'est peut-être plutôt toi le Serial Killer qui cache son jeu?


Il soupira par la suite en posant son regard sur l'attroupement de femmes qui semblaient les regarder depuis longtemps déjà avec des sentiments mélangés.


- Je n'ai pas envie de ça ce soir. Je n'ai pas envie de me prendre la tête, qu'elles soient jolies ou pas. D'ailleurs tu mens très mal. Ça se voit qu'elles ne t'intéressent pas du tout.


Il ne rajouta rien d'autre, sirotant déjà son deuxième verre à peine était-il arrivé.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   Sam 5 Nov - 15:00

Yoite esquissa un sourire entendu. Bien qu'à cet instant, ils parlaient du possible métier d'Haruki -qui au fond était toujours un secret- Yoite se trouvait quelques points communs dans la conversation. Entre autre les mots "les conquêtes" lui firent réaliser qu'il pouvait lui aussi s'inscrire là-dedans. Ça faisait quand même un bon moment qu'il n'était pas tombé sur un mec "accro à lui" lors de ses soirées. La plupart du temps, ils n'étaient pas bien méchants, juste un peu trop collants/insistants.
Est-ce qu'Haruki avait aussi ce genre de problèmes avec les femmes? Ces dames étaient-elles chiantes dès qu'il y avait quelques sentiments en jeux? Fallait dire aussi qu'en regardant l'homme à ses côtés, on devinait tout de suite qu'elles avaient certainement l'envie de le garder auprès d'elles. Haruki paraissait être une proie assez difficile, un homme mystérieux donc dur à approcher, réticent donc dur à captiver et solitaire donc dur à garder. Y avait fort à parier qu'il n'était jamais resté longtemps avec la même femme de toute sa vie! Par choix? Allez savoir.


"Promis, je dirais rien." ajouta Yoite avec un clin d’œil. A ses yeux, Haruki pouvait se permettre de tout lui dire car déjà Yoite n'était pas du genre à répéter ce qu'il entendait et surtout, il n'arrivait pas à se voir comme une possible conquête de cet homme. Si le miracle se produisait, il allait se jeter sur lui et le dévorer toute la nuit mais le jeune japonais restait persuadé que cette rencontre ne serait qu'au mieux une amitié sur le long terme. Ce n'était pas son but mais s'il devait à l'avenir juste se contenter de passer du temps avec lui, ce serait déjà plus que certains autres.

Conscient que c'était faux mais amusé à cette idée, Yoite décida de nommer Haruki Serial Killer pour le reste de la soirée. Vu son physique, il aurait aussi pu l'appeler Serial Lover mais il s'était dit qu'il ne fallait pas abuser de trop. Pourtant, quand celui-ci lui donna sa carte avec une perche pour une prochaine rencontre dans un avenir proche, Yoi eut un léger blanc en la regardant.


"Vice-Président? Ahah, tu m'as bien baladé, ça n'a rien à voir en fait."

Sincèrement, il était assez impressionné.
Des amis de haut-rang, il en avait d'autres mais destinés à être quelqu'un plus tard, pas maintenant. Là, Haruki ne paraissait pas bien vieux et s'il était déjà Vice-Président, c'était assez prestigieux. Était-il encore étudiant à ses heures perdues? C'était étrange mais il ressentait ce besoin de lui poser des questions en sachant pertinemment qu'il n'aurait sûrement pas de réponse. Non, il devait se la jouer délicat pour une fois et garder sa curiosité pour la prochaine rencontre. Ça leur ferait de la discussion en réserve comme ça!
Sans attendre, il sortit son téléphone et composa le numéro sous les yeux d'Haruki. Sans chercher à être sûr qu'il lui avait bien donné le bon numéro, Yoite donnait ainsi ses informations à Haruki, à son tour. Comme cela, il avait son numéro s'il voulait l'enregistrer et ne ferait pas le difficile quand il le verrait sonner la prochaine fois. Une fois fait, il rangea la carte dans son porte-feuille.

La nouvelle commande d'alcool arriva alors que Yoi venait tout juste de finir son premier verre de Whisky. Il allait y aller doucement et considérait déjà que c'était son dernier. Certains alcools étaient plus forts que d'autres dans le temps et même s'il ne se sentait pas trop différent pour le moment, Yoi avait senti ce liquide lui chauffer les entrailles à chaque gorgée. Il aurait suffi qu'il danse un peu ou rigole à pleins poumons pour finir pompette dans les toilettes! Là, assis ça allait mais ... on sait jamais!


"Ok, je suis coupable. Je te surveille depuis tout à l'heure mais si tu regardes bien autour de toi, je suis loin d'être le seul. Femmes, hommes ... Y aurait un chien ici qu'il te regarderait aussi! T'as ce petit quelque chose qui fait que."

Avouer n'avait pas été son but premier mais il s'était coincé tout seul là-dedans et mentir le dérangeait encore plus. De toute façon, même s'il n'avait pas encore abattu toutes ses cartes pour le moment, cacher son homosexualité n'était pas dans ses habitudes et si Haruki préférait le fuir à cause de ça une fois le pot aux roses révélé, alors tant pis. Yoite prenait déjà un gros risque à "draguer" un éventuel hétéro car il l'avait déjà fait, s'était laissé charmer par un homme à femmes curieux de tester autre chose et finalement, c'était plus douloureux que plaisant.
Se tournant un peu vers ce groupe de femmes qui semblaient discuter uniquement de leurs sorts si l'une d'entre elles réussissait à en choper un, Yoite avala une nouvelle mais petite gorgée lui aussi avant de répondre, l'air un peu évasif :


"Exact, elles n'ont absolument rien de ce que je recherche. Trop prise de tête, comme tu dis. J'ai davantage envie de m'amuser, de danser sans même penser à l'endroit où je vais me réveiller demain."

Est-ce qu'il en disait trop sur ses habitudes dans les bars du coin? Est-ce qu'il perdait des points en avouant son honte qu'il n'avait pas envie de trouver l'amour mais plutôt de s'éclater tant qu'il était encore jeune? C'était possible mais il y avait aussi de grandes choses pour qu'Haruki pense pareil. Il avait dit "ce soir" mais Yoite était presque sûr que tous les soirs c'était pareil. Cet homme ne POUVAIT pas être l'homme d'une seule femme.

"Tiens d'ailleurs, tu parles de mensonges ... ça te dit un petit jeu du genre "action ou vérité"? C'est assez fun comme moyen pour apprendre à se connaître et je promets de ne pas te mentir!"

En toute franchise, c'était un jeu qu'il pratiquait assez régulièrement mais habituellement avec ses amis, là où les limites étaient connues et respectées. Ici, avec un presque inconnu, c'était peut-être plus risqué mais justement, c'était plus intéressant, plus excitant aussi! Quel genre de gages allaient-ils bien pouvoir inventer tous les deux? Et surtout quelles vérités allaient-ils devoir dévoiler au risque de s'en trouver gênés? Ça promettait un bon moment si Haruki était partant!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne jamais se fier aux apparences.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne jamais se fier aux apparences.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Quartier Shin'en :: Bars & Boîtes de nuits-
Sauter vers: