■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tachibana-sensei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Tachibana-sensei   Dim 7 Aoû - 0:46



Haruki Tachibana

Let them think and do what you want.






■ Fiche d'identité

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Âge & date de naissance : Vingt Sept ans, né un 14 mars 1989 (Eh oui, le jour du White Day)
Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Hétéro jusqu'à preuve du contraire.
État civil : (marié, veuf, célibataire ...) Marié avec Sept enfants. Non, célibataire.

Profession : Professeur de sport et Travailleur dans la compagnie de Jeux Vidéos de son père Tadashi & Co à ses heures perdues
Groupe : Professeurs
Club(s) : /


■ Physique


Les gens font souvent le saut en l’apercevant après qu’on ait appelé son nom dans une salle d’attente. Avec un nom aussi mignon que le sien, on s’attend à voir débarquer une fille bien mignonne et un peu pulpeuse, mais à la place, on se retrouve avec un portrait bien différent. On voit un homme se lever du haut de son mètre quatre-vingt-trois pour aller rejoindre l’accueil. Il est élancé et plutôt bel homme. Ça c’est parce que vous n’aviez pas entendu Haruki, mais Haruhi. Le japonais a de moyennes épaules et de longues jambes. Il a un visage ovale aux traits masculins ainsi que quelque peu féminins (merci m’man) donnant sur de grands yeux vert en amande (autre gracieuseté de la dite maman). Haruki a un regard pénétrant : ses yeux semblent renfermer les réponses aux questions que vous pourriez vous poser. L’homme a le nez droit suivi de près par une bouche aux lèvres sensuelles, malgré sa fâcheuse manie à se mordiller la lèvre inférieure lorsque ce dernier est pensif. De courts cheveux noirs de jais viennent encadrer son visage dans une coupe qui lui va plutôt à ravir. Ces cheveux ont quelques peu poussés, mais au lieu de les couper, il a préféré simplement les attacher. Il a souvent des mèches rebelles le matin, mais qui le soupçonnerait lorsque l'on voit à quel point sa coupe semble lui aller à merveille? Il adore cette coupe d’ailleurs car elle ne lui demande pas trop d’entretien. Il préfère que son visage soit imberbe de pilosité aussi prend-t-il le temps de bien se raser et de surtout ne pas se laisser à une image qu’il considère négligée de lui-même. Peut-être aurait-il dû garder la barbe pour paraître plus âgé, mais il avait appris à se foutre de ce que les autres voudraient. Tachibana a tendance à avoir les mains moites lorsque il est nerveux et à avoir une odeur naturelle plutôt agréable qui lui évite de devoir se parfumer à son grand ravissement. Lorsque on l’entend s’adresser à la standardiste, on remarque qu’il a une belle voix rauque et chaude. Suite à une blague (de mauvais goût de cette même standardiste qui n’a pas de nom), on remarque qu’il rit et ce, même quand ce n’est pas drôle, mais de façon sarcastique pour quand même signaler le mauvais goût quand il est là… En le connaissant mieux, on découvre qu’il a un rire assez franc qui n’a rien à voir avec les faux semblants et qu’il a plusieurs habitudes assez communes comme celles de s’humecter les lèvres, se lisser une mèche de cheveux, se gratter la nuque ou bien le torse, notamment lorsque il est nerveux ou gêné. Sous une gestuelle assez fluide et gracieuse, l’homme au teint hâlé quitte la salle d’attente sous les soupirs déçus des jeunes femmes qui lui reluquaient les fesses depuis qu’il était au comptoir.


Face à la glace, nous décelons un garçon plutôt grand dans les mètres quatre-vingt-trois qui semble se jouer de nous par sa mine aguicheuse et ses airs moqueurs. Une cascade de cheveux ébène vient entraver son beau regard émeraude duquel luit momentanément un brin de malice. Cette main qui glisse sur son torse nous nargue car il a pleinement conscience qu’il a tout pour plaire. Peut-être est-il quelqu’un de paresseux, mais vu la dégaine de sportif qu’il possède, cela laisse matière à réfléchir. L’adulte détient un timbre de voix chaud qui se veut rassurant même pendant qu'il n’est pas d’humeur ce qui par conséquent ne le rend pas énormément crédible quand il se met en colère, mais bon nous l’aimons comme ça.  Quand il travaille, ce dernier adopte soit un style négligé pour aller faire du sport ou un style passablement normal, l’allure un peu plus soignée. À l’extérieur, il est toujours bien mis et bien coiffé. Il adore son veston qui comporte des motifs pied-de-poule aussi ne rate-t-il pas l’occasion de le combiner à sa garde-robe d’asiatique branché.


(Pardon, j’aimais trop les deux descriptions et je ne souhaitais pas choisir ^///^’)



■ Caractère


Imaginez un peu que vous disiez tout ce que vous pensez sans le moindre filtre, sans vous soucier des réactions. Ce serait chaotique n’est-ce pas? Vous diriez à vos employeurs ou vos professeurs à quel point ils vous emmerdent dès qu’ils le fassent et vous ne vous gêneriez surtout pas de leur faire remarquer à quel point ce qu’ils portent cette journée-là est laid. Dans d’autres cas, cela serait plutôt amusant car faisant fi de la gêne, vous complimenteriez les gens et pousserez sans doute le bouchon trop loin si vous êtes trop excité. Si je vous disais que Haruki est un peu ce genre de personnes, que feriez-vous? Prendre vos jambes à votre cou ou tentez votre chance à la loterie? Haruki comme vous l’avez compris plus haut se fiche complètement de ce qu’on peut bien penser de lui. Il n’a aucune attente par rapport aux autres ce qui fait qu’il est rarement déçu concernant de nouvelles rencontres. Tachibana est l’exemple typique de l’animal apprivoisé. On doit préparer le terrain et le mettre à l’aise pour qu’il finisse par RÉELLEMENT vous aimer. Certains auront plus de facilité que d’autres, mais que voulez-vous c’est la vie et elle est souvent injuste.


Haruki est le genre d’homme qui semble parfait dès le premier regard : Sérieux, mature, charmant et j’en passe. Oh je ne dis pas qu’il n’est pas tout ça, mais il a aussi une bonne part de défauts. Il n’arrive pas à cacher ce qu’il ressent sur son visage. Il est un peu comme un livre ouvert concernant ses émotions. À la minute où il perd patience, on le voit s’empourprer de colère jusque aux oreilles et ses sourcils se froncer dangereusement. Inutile de dire qu’il est médiocre en ce qui concerne le poker et conserver le mystère. Il n’est pas non plus la meilleure personne à qui vous voudrez confier vos secrets personnels. Pas parce qu’il les répétera, mais bien parce qu’il est incapable de bien mentir face aux interrogations des autres et qu’ils risquent d’être découverts à cause de ce malheureux trait de caractère trop nul. Il a tendance à laisser son esprit divaguer vers tout et n’importe quoi à tel point qu’il est parfois impossible de le faire sortir de son petit monde avant lui. Ça lui arrive parfois en dehors des cours quand il doit se concentrer beaucoup sur quelque chose. Il n’entend plus rien, focalisé sur cette seule et même chose jusque à en oublier de manger, de se laver, de dormir ou… bah finalement de vivre.


Dès qu'il manque de fatigue, son radar à conneries se met à détecter un grand imbécile à proximité. Plus il est fatigué et plus ses délires n’ont aucun sens et ne font rire que lui. Haruki devient un bouffon néanmoins attachant ce qui a tendance à choquer les gens qui ne le connaissent pas. Sa stupidité est décuplée et c’est lors de ces moments-là qu’il adore relever les défis qu’on lui donne. Tout lui paraît être une bonne idée lorsque il est dans cet état. Amusant, mais dangereux en somme. Il a aussi un côté plus dominant qu’il n’exploite que très rarement vu les occasions. Tachibana est le genre d’homme que vous croyez avoir finalement saisi et qui réussit quand même à vous surprendre. Il tient très bien l’alcool, mais comme tout un chacun, il a sa limite et une fois qu’elle est franchie, qui sait ce qui peut arriver?



■ Histoire



« On va l’appeler Haruhi et pas autre chose chéri! »


« Mais chérie! C’est un garçon! Il lui faut un nom viril comme Hideyoshi, Yoshitsune ou Masamune! »


Elle lui avait lancé le regard. Ce genre de regard qui laisse entendre qu’il n’y a rien à ajouter et que les jeux sont faits. Le début de l’horreur pour le pauvre gamin qui n’avait fait que naître. Comme vous vous en doutez notre petit «Haruhi» est né avec des cheveux noirs de jais et les yeux aussi foncé que l’ébène, au grand désarroi de sa mère. Cette petite merveille retenait plus du père que de la mère d’origine française, une belle blonde aux yeux bleus. À part lui donner un prénom de merde, elle n’avait pas su lui faire hériter de quelque chose d’autre. Elle tenait elle aussi à laisser « sa marque » dans l’histoire.


Les deux s’étaient rencontrés en France, le père était venu en voyage d’affaire. Il était tombé sur une jolie blonde, aux yeux bleus comme l’océan, qui avait tout fait pour l’aider même si elle ne comprenait pas un traître mot de japonais. Ils s’en étaient sortis grâce à une carte de la région et chacun avait pris des chemins différents. Ils étaient tombés l’un sur l’autre une semaine plus tard dans un petit café, nourrissant chacun secrètement l’envie de revoir l’autre. L’homme d’affaire japonais lui avait laissé sa carte avec son numéro et elle avait fait de même. L’homme était même jusque à  aller engager un traducteur afin qu’ils puissent librement converser et apprendre à se connaître. Le japonais avait prolongé son voyage d’affaire d’un mois dans lequel il tenta de convaincre la jolie française de le suivre jusque au Japon pour qu’ils se marient.


La suite s’était passée comme dans les comédies romantiques hollywoodiennes où la femme acceptait de partir avec son âme sœur pour se marier et vivre dans le bonheur le plus total. Elle-même avait parfois du mal à croire qu’elle avait tout plaqué sur un coup de tête pour suivre son « Darling » bien aimé. Elle était d’ailleurs très satisfaite de sa décision quelques années plus tard (trois pour être plus précise) avec un bébé en route. L’année suivante elle accoucha d’un beau petit garçon en santé dans la ville de Kyoto alors que le père s’était évanoui dans la salle, ayant raté tout du miracle de la vie. C’était là que le débat du nom du petit avait commencé. L’homme, Tadashi, avait presque abandonné trouvant qu’Haruhi était vraiment un prénom mignon à souhait, mais il n’avait pas jeté l’éponge en pensant à leur pauvre garçon qui devrait vivre avec ce nom et subir les brimades des autres enfants. C’est en voyant à quel point son mari était sérieux en pensant au futur de leur enfant qu’elle céda et ils se mirent d’accord en faisant un compromis : Ils avaient choisi de le prénommer Haruki car ça faisait déjà plus masculin et que ça ressemblait à s’y méprendre à Haruhi dans la prononciation. Une bonne chose de réglée. Vous aviez eu peur n’est-ce pas? Ou peut-être espériez-vous aussi être un de ceux qui l’aurait taquiné avec son nom? Cassiopée, la mère, avait décidé que ce ne serait pas possible elle aussi alors c’était tant pis pour vous.


Elle donna naissance à un enfant en parfaite santé qui avait hérité de ses beaux traits. Cela lui apporta donc une popularité indiscutable auprès des femmes japonaises qui étaient toujours aussi fascinées par la beauté de ce petit ange. Revenons cependant au temps où il n’était qu’encore un nourrisson et où on l’aimait bien plus que nécessaire, son entourage le choyant de tellement de cadeaux qu’il fallait parfois en vider la maison. Le père était le PDG d’une entreprise de jeux très célèbre et ses employés étaient un peu comme sa propre famille. Ces derniers considéraient eux-mêmes Tadashi comme un père pour eux et avaient accueillis la nouvelle de la naissance d’Haruki à bras ouverts. Ils étaient aussi contents que si ça avait été le leur et l’avait tellement gâté que le couple Tachibana en avait été ému aux larmes. Tout se passait bien dans le meilleur des mondes. Leur enfant grandit et fit un bout de chemin jusque au jardin d’enfants. Ce dernier était un peu plus réservé que les autres car il était timide avec les inconnus (même s’il connaissait beaucoup de gens différents grâce aux employés de son père), mais une fois qu’on l’abordait et qu’on jouait avec lui, il était un enfant très gentil et dynamique, trouvant toujours un jeu auquel jouer. Haruki en avait d’ailleurs inventé plusieurs avec ses amis et l’heure de la sieste était pour tous le moment qu’ils aimaient le moins de la journée. Avec les années, ils apprendraient tous à mieux apprécier ce genre de moments.


Sa première journée d’école fut plus angoissante pour les parents, qui avaient le cœur brisé, que pour le petit galopin qui avait très hâte malgré son appréhension. Ses parents avaient toujours été présents pour leur petit garçon, sa mère restant à la maison et le père travaillant à des heures raisonnables sans ramener de boulot à la maison. C’était donc plus difficile pour eux de laisser leur petit ange voler de ses propres ailes. Haruki monta dans le bus scolaire rejoindre les autres enfants et à partir de ce jour, ses parents surent qu’il n’y aurait plus de retour en arrière. Dès la première journée d’école, Haruki fut un petit garçon incroyablement populaire. Tout le monde voulait jouer avec lui que ce soit fille ou garçon. Son professeur était fasciné par ses beaux yeux, mais encore plus par rapport à son comportement en classe. Il était gentil avec tout le monde et s’ouvrait facilement aux autres, acceptant souvent de partager ses jouets avec les autres. Haru participait à la vie de classe et son professeur ne pouvait pas en être plus ravi. Il ne cessait d’ailleurs pas de complimenter l’enfant à ses parents qui étaient pleins de fierté.


Dès le départ, on le découvrit sportif et plein d’entrain. Son premier amour avait été la balle au prisonnier avant de découvrir les joies du Basketball, du Soccer, du Volley-Ball, du Badminton, de la Natation et bien sûr du Football américain. Il aimait bouger et se dépenser dans les sports. Haruki avait appris avec un intérêt démesuré à jouer au Football d’abord en regardant des vidéos sur Youtube. Ensuite il avait pu trouver un endroit pas trop loin de chez lui au Japon, où d’autres partageaient ce même intérêt. Donc pour récapituler, Haruki était un élève intègre qui avait de bonnes notes (pour ne pas dire qu’il était intello) et qui s’impliquait beaucoup à l’école. Autant en sport que pendant les cours. Il avait d’ailleurs toujours cherché à multiplier les expériences le plus possible pour ne rien regretter plus tard. Ça lui apprit donc à respecter assez rapidement les engagements qu’il avait déjà faits avec les autres. L’asiatique était considéré comme quelqu’un de responsable et était d’ailleurs très aimé par les autres étudiants car il semblait là pour tout le monde et se préoccupait de tout le monde.


C’était peut-être là qu’avait été son erreur. Car rien n’est jamais parfait et si ça l’est, ça ne dure jamais bien longtemps car la perfection n’existe pas. En étant populaire, il était irrémédiable que certains êtres ne vous aiment pas. Pas nécessairement parce que vous êtes quelqu’un de méchant, mais plutôt parce que qu’ils jalousent ce «statut» que vous avez auprès des autres et qu’ils n’ont pas. Ils ont l’impression qu’on les regarde de haut alors qu’Haruki ne souhaitait réellement que bien s’entendre avec le plus de personnes possible. On le prenait pour un pédant qui ne souhaitait qu’avoir de l’attention et certains en vinrent même à le détester parce qu’il était souvent sur toutes les lèvres.


C’est vers ses quatorze ans qu’il commença à subir de l’intimidation. Il retrouvait souvent des notes haineuses sur son casier : « Crève Tachibana », « Même tes parents ne t’aiment pas », « Fils de pute », « Homo! » etc. Ça ce n’était que le début, plus tard il retrouvait des insectes ou des oiseaux morts lorsque il ouvrait son pupitre, des menaces de mort signées anonyme et il avait déjà retrouvé plusieurs fois ses vêtements de sport complètement sabotés. Haruki avait dû de nombreuses fois se faire réprimander par son professeur de sport à cause qu’il « n’apportait » pas ses vêtements de sport.


Haru était un gentil garçon. Peut-être même un peu trop. Il n’avait jamais parlé à qui que ce soit qu’il se faisait intimider à l’école et pas même à ses parents. Il intériorisait tout et faisait comme si tout allait bien, même s’il avait le cœur gros et qu’il avait peur. C’est ce comportement qui poussa ses intimidateurs à devenir encore plus méchants. Il leur donnait vraiment l’impression que rien ne le touchait et qu’il était mieux que tout le monde, ce taré de fils de riche. Ils allaient lui montrer que ce n’était rien que le début.


Malgré tout ça, l’adolescent avait des amis, bien qu’ils n’aient jamais rien remarqués de ce qui se tramait, enfin c’était ce qu’Haruki pensait. Il avait fait l’erreur un soir d’aller à une fête où les jeunes de l’école étaient invités. Une énorme fête pour ainsi dire dans une grande baraque. Il s’était pointé là-bas avec un sourire et s’était réellement amusé avant de se faire complètement ridiculiser alors qu’il était en train de demander la belle Chihiro à sortir. Il ignorait comment, mais la scène était enregistrée et diffusée sur une toile géante. Il entendit même quelqu’un lui hurler de lâcher sa copine alors qu’Haruki était à peu près certain qu’elle n’avait pas de petit ami. La fille lui fit face et se mit ouvertement à rire de lui en le traitant de minable qui essaie de briser des couples. Le plus gros choc fut que le dit petit ami qui s’avançait vers lui pour aller embrasser son béguin était son meilleur ami Shinichi. Alors c’était eux depuis le début? Toute cette haine et ce ressentiment, il ne l’expliquait pas. Haruki chercha à comprendre auprès d’eux, mais ils ne voulurent pas lui fournir la moindre explication. De la méchanceté gratuite en somme ainsi que de la jalousie mal placée. Certaines personnes tiraient beaucoup de plaisir à en enfoncer d’autres et à leur faire du mal. Jamais il n’aurait pu croire d’eux, pareille abomination.


Après cette fête, Haruki avait changé. Certes il restait toujours le garçon sympathique et incroyablement populaire (les deux autres avaient plutôt été isolés des autres à cause de leurs coups bas), mais il se sentait trahi. Vide à l’intérieur. Rien de tout ça ne semblait plus avoir le moindre intérêt et il peinait à faire confiance aux autres. L’asiatique ne laissait personne s’approcher trop près de lui, que ce soit de futures petites copines ou de futurs amis. Jamais il n’avait invité qui que ce soit chez lui car il ne voulait plus qu’on se foute de lui. Bien qu’il soit là pour les autres, il vivait une existence relativement solitaire. La seule fille qu’il n’ait jamais réellement aimée avait été la source de tout ce chaos.


C’est vers ces seize ans qu’il décida de reprendre confiance en la vie malgré tout. Après tout, personne d’autre ne lui avait jamais rien fait. Il se privait de toutes ces expériences qu’il voulait vivre en agissant comme une victime et en écartant les autres. C’était lui qu’il punissait et ça avait assez duré. Haruki devint plus extraverti qu’il ne l’était déjà et s’entendait encore mieux avec les autres qu’auparavant ayant décidé de s’ouvrir plus, mais une règle persistait : Personne ne pouvait venir chez lui. C’était une sorte de moyen de défense qu’il ne parvenait pas à abandonner. Il n’était pas si facile de tout changer du jour au lendemain après tout.


En se donnant encore plus dans les sports, on lui proposa le poste de capitaine dans plusieurs de ses clubs, mais il dut refuser car il ne pouvait pas donner son maximum partout. D’ailleurs, il manquait déjà de temps alors Capitaine… Ça ne lui enlèverait qu’encore plus de temps à consacrer ailleurs. Devoirs, fêtes, clubs, famille, amis… Il avait même très peu de temps pour une copine, d’ailleurs il n’arrivait pas à oublier Chihiro même après quelques autres relations et il se détestait pour ça. Cette fille avait des problèmes et n’était pas digne de l’amour ni de l’intérêt qu’il lui portait. Cette dernière avait d'ailleurs essayée de le revoir en venant assister à tous les matchs auxquels elle pouvait venir. Heureusement il avait de bons amis qui avaient empêchés «la folle» de s’approcher d’Haruki. Ce dernier n’était d’ailleurs même pas au courant et c’était tant mieux car qui sait s’il aurait pu vouloir la reprendre. Tout le monde savait qu’il valait mieux que ça aussi avaient-ils tous décidés de ne jamais mentionner Chihiro au Tachibana.


Un peu plus tard dans l’année, il finit par sortir avec le coach de son équipe de Volley-ball, une fille très impliquée qui restait néanmoins très gentille. Elle s’appelait Rika et elle avait été la première fille dont il était réellement tombé amoureux. Leur histoire avait duré jusqu’à ses dix-huit ans c’est-à-dire pendant deux ans. Avec elle, il avait eu bon nombre de ses premières fois et n’avait jamais regretté aucune d’entre elles. Ce qui n’avait pas marché entre eux? Tous les deux avaient un planning des plus chargés et avec le temps, l’amour finit par s’effriter si on n’y porte pas davantage d’attentions. Ils ne se reverraient pas après ça car la famille d’Haruki avait décidé de déménager dans plus confortable, mais surtout dans une autre ville question de changer le quotidien. Ce n’était pas le japonais qui irait contredire ses parents. Il les aimait beaucoup trop pour ça et il était prêt à changer de ville. D’ailleurs, près d’où il emménagerait, il y avait un bon établissement où il pourrait étudier. Le sportif n’était pas encore entièrement sûr concernant ses projets d’avenir, mais il avait choisi d’étudier les matières générales pour l’instant, visant tout de même un bon choix de carrière.


C’est à force de traîner avec ses compagnons de piaule de l’université, qu’il finit par découvrir ce qu’il souhaitait vraiment accomplir. Qui aurait cru qu’un choix de carrière pouvait être dû à l’influence d’un anime? Ses potes étaient de parfaits otaku (qui n’avaient pas de meufs aussi, mais bon.) et ils avaient fait découvrir l’anime G.T.O à leur ami. Haruki avait tout de suite aimé et avait tout de suite voulu devenir un modèle pour inspirer les autres comme Onizuka (quoi qu’il n’était pas parfait non plus, mais qui l’était hein?).


Il avait ensuite entreprit de poursuivre son cursus universitaire dans l’enseignement et n’eut pas trop de mal dans les grandes lignes à terminer ses cours. Le plus difficile avait surtout été le temps qu’avaient pris ses études et de faire preuve de patience même lorsque il avait eu envie de frapper les sales mômes qu’il avait vu durant ses stages. Il arrivait même que dans ces classes, les professeurs n’arrivaient même pas à exercer le moindre contrôle sur leurs étudiants. Haruki se renseigna sur diverses techniques d’apprentissage suite à ces stages qui ne lui apprenaient finalement pas à comment tenir une classe. C’était beaucoup plus compliqué que ça en avait l’air. L’ébène aurait pu abandonner car il avait déjà une carrière toute tracée dans le cas contraire comme futur PDG de l’entreprise de son père. Cependant il savait déjà la grande partie de ce monde à cause que son père avait tenu à le former tout de même alors il n’y voyait aucun défi. Rien ne l’empêchait même de faire les deux plus tard, la clé était de se trouver un bon secrétaire en qui il aurait suffisamment confiance. Comme ça, il pourrait à la fois réaliser les aspirations qu’il avait pour lui-même et celles qu’on avait pour lui. Haruki aimait être un homme occupé après tout.


Il eut son diplôme d’enseignement en éducation physique (quelle surprise me direz-vous!) et c’est en essayant de trouver un travail dans la région que son comportement changea un peu. Personne ne désirait engager un homme qui avait l’air d’être encore si jeune. Il lui arrivait souvent d’être prit pour un adolescent et ça l’embêtait assez vu l’emploi qu’il essayait de décrocher. On lui avait déjà même dit qu’il était trop jeune et trop beau pour avoir le «physique» de l’emploi? Et quel physique un professeur de sport était censé avoir, dites-moi? Celui d’un vieux rabougris en pantalon sport qui n’en a pas fait depuis vingt ans? Cette période travailla sur sa patience, tellement qu’il dû passer quelques mois à travailler dans l’entreprise de son père en même temps de chercher pour un emploi d’enseignant.


Cette expérience permit de le rendre moins naïf et un tantinet plus réaliste quant à la réalité qui n’était pas toujours des plus faciles. Tout n’était pas rose dans la vie et il devait bien s’en rendre compte parce qu’avec les années, il avait fini par oublier. Pendant ces quelques mois de recherches infructueuses, il s’était découvert d’autres traits de caractère qu’il ne soupçonnait pas comme par exemple le fait qu’il était devenu beaucoup moins patient qu’auparavant et surtout qu’Haruki en avait marre de l’opinion des autres. Surtout sur le fait qu’il ait l’air jeune. Comme si c’était quelque chose qu’il pouvait contrôler. Il avait essayé certes, mais même avec les vêtements les plus matures qui soient et autres accessoires tels que des lunettes d’intellos, rien ne le vieillissait vraiment. Ça avait même l’effet inverse vu qu’il tombait sous les standards de mode. On lui avait d’ailleurs même fait quelques offres pour mannequinat qu’il s’était empressé de refuser. Ce n’était pas quelque chose qui l’intéressait loin de là et qui sait sur quels énergumènes on peut tomber dans ce genre de chose, n’est-ce pas? Il ne cherchait pas à se créer un club de stalkers, d’obsédés ou de violeurs. Haruki ne voulait même pas imaginer que quelqu’un puisse mettre un poster de lui dans sa chambre et faire des cochonneries en le regardant. Il trouvait l’idée franchement répugnante.


Bref du coup, il avait appris à se foutre royalement de ce que pouvait penser les autres à son sujet et avait pris plus de libertés quant au fait d’exprimer son opinion désormais. Il n’avait plus rien à perdre et il était fatigué de lécher les bottes de gens qui ne le respectait même pas. Haruki avait la sale manie de ne pas pouvoir mentir d’ailleurs. Tout apparaissait ou presque sur son visage, ce qui rendait le mensonge quasiment impossible. Imaginez un instant le fait qu’il soit incapable de mentir avec sa nouvelle philosophie de vie quant à ne plus lécher les bottes des autres? Oui, complètement destructeur, mais il avait bien trop usé de patience pour en faire preuve maintenant. Aussi s’attendait-il à un autre refus de la part d’un établissement qui l’avait récemment contacté et il avait dit à l’homme qui lui passait un entretien dès que ses fesses avaient touchées à la chaise :


« Excusez-moi mon impolitesse, mais je n’en peux plus de ces petits jeux concernant mon apparence. Est-ce que j’ai l’air jeune? Oui. Est-ce que je suis moins passionné à cause de ça? Non. Est-ce que ça m’empêchera de faire mon travail? Non plus. J’ai complété mon cursus universitaire pour être pris au sérieux et non pour agir en débile profond. Si vous alliez soulever ces points avant de me mettre à la porte, eh bien c’est inutile. »


La suite n’avait pas du tout été celle à laquelle il s’attendait. L’homme avait ri. Il ne se souvenait pas avoir fait de carrière humoristique. Haruki releva un sourcil et l’homme lui expliqua qu’il l’avait surpris par son incroyable honnêteté et tendance à ne pas tourner autour du pot. Il lui avait aussi expliqué qu’ils avaient besoin d’enseignants comme lui dans son établissement et lui offrait le poste qu’il désirait. Haruki n’en revenait pas. Tous ces mois à se torturer pour ça. Un peu hébété, il s’était rapidement levé et excusé de nouveau au directeur en s’inclinant poliment tout en le remerciant. Cet homme lui donnait la chance d’exercer et il espérait bien ne pas avoir à le décevoir dans le futur.




■ Et vous ?


Que pensez vous du forum à première vue ? Formi-formidable ♫!
Et comment avez-vous connu le forum ? Je le connaissais déjà
Qu'avez-vous mangé ce matin ? Code bon!



Dernière édition par Haruki Tachibana le Mar 16 Aoû - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Tachibana-sensei   Lun 8 Aoû - 22:19

Coucou!

Pardon de ne pas être venu corriger ta fiche tout de suite, mais voilà je suis là et m'y affaire de ce pas :

Physique :
-> 2 descriptions, ah ah. Si avec ça, je n'ai pas assez de détails, ce serait vilain!
Rien à redire, c'est parfait ^^

Caractère :
-> Particulièrement intéressant. Beaucoup de facettes, des comportements qui paraissent ne pas s'accorder chez une même personne en vrai. Ça risque de donner un personnage haut en couleur!
Là encore, rien à redire!

Histoire :
Je n'ai qu'une question :
-> Haruki est-il professeur de sport à l'académie Chisê (Il serait ainsi un membre du personnel)? Ou simplement professeur de sport au Japon en général (car il serait finalement un civil ^^)?
Je n'ai rien d'autre à "redire" sur l'histoire et la fiche en globalité. Tout est dit, les détails sont construits et bien datés, on suit la vie du personnage pas à pas jusqu'à aujourd'hui ...
Il ne me reste plus qu'à lui souhaiter de bien s'amuser sur le forum et de faire de belles rencontres!

Tu n'auras qu'à répondre à ma petite question, et je reviendrai te valider ensuite en te donnant les liens nécessaires pour bien démarrer =D
Merci de t'être inscrit!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruki Tachibana
M • Professeur de Sport
avatar

Messages 11


MessageSujet: Re: Tachibana-sensei   Lun 8 Aoû - 23:19

Pas de problème du tout ;) Tout le monde a sa vie et la patience est une vertue <3

Merci beaucoup pour les beaux commentaires, ça fait énormément plaisir !

Pour ce qui de son poste, j'aimerais qu'il soit professeur sur le campus (afin de pouvoir rejoindre le plus de gens possible dans toutes sortes de contexte ) ;) Désolé d'avoir omis de préciser ce détail, tu as tout-à-fait raison!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 734


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Tachibana-sensei   Mar 9 Aoû - 14:42

Merci d'être repassé si vite o/

Ta réponse à ma question complète ta fiche et je peux désormais t'annoncer que tu es validé! Félicitations et bienvenue sur le forum o/

Voici les liens utiles et nécessaires pour bien démarrer sur le forum :
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (ou chronologie quand tu auras suffisamment de choses à dire dedans).
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Si jamais tu as des questions (que ce soit maintenant ou plus tard), je reste à ta disposition!
Amuse-toi bien =D

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tachibana-sensei   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tachibana-sensei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Votre personnage :: Professeurs & Membres du Personnel :: Fiches validées (2015/2016)-
Sauter vers: