Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Sam 25 Juin - 18:43
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
- Allez Yoite, fais pas ton chieur, viens!
- Mais ouais, ça va être cool tu verras!
"Cool? Une bande de coincés du cul dans un bar guindé. Pourquoi on va pas à celui de d'habitude?
- Pour changer! Si c'est pourri, on se casse et on va à l'autre! Au pire, on aura perdu 1h!
"... bon ok. Mais 1h hein!"

Raccrochant avec son doigt sur la tablette et coupant ainsi la conversation Skype, Yoite balança l'appareil sur le lit avant de se laisser s'effondrer lui-même. Sincèrement, il avait un foutu pressentiment! Tous les nouveaux plans de ses potes tournaient au désastre et s'ils ne se faisaient pas virer desdits bars, c'était pour passer d'un ennui mortel à la mort elle-même. Le quartier était trop riche, trop propre pour avoir le genre de bars qui lui plaisaient mais puisqu'il avait accepté, il n'avait plus qu'à se préparer et à y aller avec toute la bonne humeur du monde. Il aurait dû parier, tiens!

Se redressant, il fila sous la douche pour un petit quart d'heure et passa près d'une heure devant le miroir par la suite. Malgré son fort pressentiment, il espérait se tromper et peut-être pouvoir trouver de quoi s'amuser. Y avait peu de chance qu'il croise quelqu'un qu'il connaissait alors ce serait le champ libre pour dévorer de nouvelles proies! Des petits riches coincés qui allaient pas savoir lui dire "non" et qui seraient tentés de se faire manger par un loup sauvage comme lui.
Il ricana devant la glace, nu comme un ver. Ses muscles toujours bien taillés s'étaient quand même un peu ramollis. Depuis qu'il avait quitté le club de karaté, il avait un peu plus de mal à les entretenir. Ça demandait plus de temps et même s'il était loin d'être redevenu comme avant, il savait qu'il devait persévérer. Ça le faisait bien chier d'ailleurs mais puisqu'il avait rejoint le club de danse, les choses allient sûrement changer. Ses potes avaient ri en l'appelant Yoitutu mais il allait leur montrer qu'il y avait des danses viriles, il allait apprendre le break dance, des chorégraphies de cinglés aussi et il allait devenir ultra souple!

Se couvrant le bas du ventre d'une serviette vert pomme, il fila droit dans sa chambre alors que l'heure défilait. Il était 21h10, ils avaient rendez-vous là-bas pour 22h. A tous les coups, ce bar pourri allait fermer ses portes à 00h pour pas déranger les riches propriétaires alentours. Son calvaire aurait une fin rapide!
Se jetant dans sa penderie, il décida finalement d'endosser une chemise blanche qu'il déboutonna des 2 boutons du haut avant de glisser sa chaîne en argent autour de son cou. Un jean bleu foncé fut glissé sur ses jambes et fesses ainsi qu'une ceinture orné de quelques faux diamants. Il allait faire minet, à coups sûrs! Ses cheveux déjà gelés et parfaitement coiffés, les lentilles jaunes bien positionnées et sa chaînette au poignet, Yoite se glissa dans ses chaussures au "bout trop long" comme il disait mais qui faisait homme et se regarda une dernière fois dans la glace.


"Ce soir, tu vas manger, mon pote!"

Esquissant un sourire, fatal évidemment, le jeune japonais quitta sa chambre en ayant glissé sa carte bleue dans la poche arrière de son jean et passa sa tête dans la chambre de sa petite sœur adorée. Elle était absorbée par une série à laquelle il n'avait pas accroché mais elle détourna les yeux vers lui dès qu'elle le vit. Elle l'affubla des meilleurs compliments en lui faisant un câlin digne de ce nom. Elle était sa plus grande fan, après tout. Elle lui promit de ne pas se coucher trop tard et de son côté, il lui jura de ne pas faire de bêtise et d'être là à son réveil demain matin. Après ça, il quitta la maison et partit vers "L'Exception", ce bar où il n'avait pas envie d'aller.

A 21h45, ils étaient dans la place. A son arrivée, ses 2 potes étaient déjà présents et, excités comme des puces, ils l'avaient convaincu de rentrer plus tôt (et de repartir plus tôt si c'était vraiment pourri). Une chance!
A l'intérieur, c'était plutôt coquet. La piste de danse n'était pas très grande, suffisamment pour danser serré quoi. Le bar par contre attirait l’œil direct, il faisait le tour de la pièce principale, la musique était assez forte et l'ambiance plutôt sombre sans l'être de trop. Premier bilan : plutôt positif, même si pour le moment y avait pas encore grand monde! Il remarqua déjà quelques groupes de mecs mais sa frustration de savoir s'ils étaient gays ou non l'empêcha de se jeter dans la bataille pour le moment. Il préféra suivre ses potes jusqu'au bar où ils commandèrent leurs premières boissons. Ses 2 potes cherchaient de belles poulettes comme ils disaient. Ils avaient beau être hétéros, ils étaient exactement comme lui, rarement posés avec la même fille. C'était peut-être pour ça qu'ils s'entendaient aussi bien.

L'heure passa ... plutôt lentement. L'un de ses potes s'était isolé avec une miss et l'autre tentait tant bien que mal d'empêcher Yoite de s'en aller. Tous les mecs qu'il avait regardé depuis le début ne regardaient que les donzelles aussi moches que dévêtues. A croire que les nouveaux riches n'étaient pas gays, quel gâchis!
Ce fut pourtant au moment où il se décida à partir que son regard fut attiré par une silhouette qu'il semblait connaître. Au départ, il fut dérangé de devoir tenir une conversation forcée avec une connaissance mais quand il analysa mieux et qu'il reconnu Naoki, son petit cœur fut pris de petites étincelles semblables à de la joie. En voilà d'une bonne surprise, le puceau semblait se prendre en main! Hors de question de s'en aller, son ancien meilleur pote venait d'attirer son attention. Il allait l'observer quelque temps, voir comment il se débrouillait et peut-être lui donner des conseils? Non, il allait juste aller le trouver plus tard dans la soirée si celui-ci n'avait pas encore remarqué sa présence.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Juin - 20:09
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Une autre soirée en perspective. Pour changer. A se demander ce que faisaient ses parents… Ils travaillaient, et Naoki les avait appelé pour leur dire qu'il restait chez un ami. La couverture était en place. Surtout que ce même ami ne sortait pas, et il était au courant, donc facile de faire semblant, même si ses parents se doutaient bien que leur fils sortait, ils étaient loin d'imaginer que c'était aussi tard et aussi souvent.
Bref, Nono était armé de sa bonne humeur, son énergie et sa carte bleu histoire de faire péter les boissons sans se poser de questions. Les joies de la richesse. Et direction l'apéro chez un ami à 20h, histoire de bien commencer la soirée. Un verre, deux verres, trois verres… Assez pour être en état d'ébriété, mais pas trop histoire de rentrer dans le bar.
Bar qu'il ne connaissait pas, il laissait toujours ses amis mener le programme, tout ce qu'il réclamait lui, c'était une piste de danse, parce que bouger son popotin c'est la vie.

C'est en arrivant devant ledit bar, que Naoki rigola sans se cacher, tellement il ne s'y attendait pas. C'est vrai quoi, ces propriétaires n'avaient jamais beaucoup d'imagination d'habitude. Y avait bien le « Bateau Ivre » ou le « Sans Retour » dans le quartier Shin'en, mais en tant normal c'était le « Café de la Gare » ou un nom en rapport avec le quartier, rien de bien folichon. Mais celui-là, s'appelait « L'Exception », rien que pour ce nom, Naoki serait rentré tout seul.

-Je suis une exception, les mecs.

-Ah ça…

Nono rigola joyeusement à la petite pique de son ami, entrant le premier et se dirigeant vers le bar discrètement. Mais vraiment discrètement. Il avait été tellement rapide qu'il avait fait peur à sa voisine en apparaissant de nul part. Il rigola un peu en s'excusant et démarrant la conversation sans penser une minute à draguer, parce qu'il avait complètement oublié de partir dans cette optique, et entre-temps il avait commandé une vodka redbull (très viril, hein?). Et le pire dans cette histoire c'est que la fille semblait intéressée sans même que le rebelle le remarque. Si près du but pour trouver le secret de la perte de sa virginité, et pourtant si loin…
Ses amis le laissèrent tranquille conscient que Naoki c'était un peu le chat de la bande. Il venait et repartait quand il voulait, et il venait te faire royalement chier pour qu'on le ramène parce qu'il savait pas comment faire. Et puis des fois, il venait te lécher la joue complètement bourré pour repartir en rigolant, et revenir 15 min plus tard pour les cacahuètes ou parce qu'il avait senti l'odeur de la bouffe et il repartait encore. Heureusement qu'il fallait juste lui faire un peu peur pour le maintenir en place.

C'était peut-être pour ça aussi qu'il était toujours puceau… Parce qu'il faisait pas seulement ça avec ses amis, mais avec tout le monde. Comme là, il avait été aux toilettes et avait complètement oublié de revenir auprès de la demoiselle pour discuter avec quelqu'un d'autre. Et le pire c'était qu'il ne faisait pas exprès. Il était seulement fidèle au bar. Et encore, lorsqu'il commanda son autre boisson, il partit sur la piste de danse, bougeant avec la première personne qu'il croisait et qui voulait bien, sans faire attention au sexe de la personne, hommes ou femmes. Là en l’occurrence c'était un homme… Il dansa avec lui dans un esprit bon enfant sur plusieurs chansons, et il s'éclata particulièrement lorsqu'une chanson du groupe Big Bang résonna. Il impressionna même son partenaire puisqu'il connaissait la chorégraphie par coeur. Il le quitta en rigolant, allant à la rencontre de d'autres personnes, mais en reculant parce que c'est style (avec l'accent anglais), alors forcément il rentra dans quelqu'un, heureusement qu'il avait un petit gabarit.

-Pardon !

Il se retourna aussitôt, et s'inclina un peu avant de se relever, et de voir que c'était… Yoite. Merde. Il le détailla de haut en bas, de bas en haut, sans discrétion. Putain, il était beau. Non, il était canon. Avec sa petite chemise, ça donnait envie de tout enlever pour voir ce qui se cachait en dessous. A noter, qu'avec la fille qui avait pourtant une jolie poitrine, cette pensée ne lui était absolument pas venue en tête. Ouais mais Yoite, voilà, Naoki avait envie de lui sauter dessus et de lui déchirer son haut. Il était carrément bien habillé, donnant l'impression au cadet qu'il s'était habillé comme un pouilleux avec un jean slim bleu, ses converses d'un beige douteux et son débardeur noir avec un tigre dessus et sa chemise de bûcheron qui lui arrivait au niveau des avant-bras.

-Par… don


Il savait pas pourquoi il disait pardon, mais ça lui semblait nécessaire de le dire. Là, il était toujours sur le cul d'avoir croisé Yoite et en plus de le voir si bien habillé.

-Je serais presque gay en te voyant.


Oui, presque, hein… C'était pas comme s'il l'était pas déjà. Il se gratta un sourcil avec l'index ayant la désagréable impression d'avoir dit un truc qu'il ne fallait pas.

-Hum… Oublie ce que j'ai dit, je voulais juste dire que t'étais bien foutu...


On avait plus qu'à lui donner une pelle pour qu'il puisse continuer à creuser sa tombe…

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Juin - 14:02
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Parce que rester sur place n'était pas dans ses habitudes, parce que ça permettait aux autres de venir vers lui alors qu'il n'avait pas forcément envie, parce qu'il en avait marre d'avoir le cul posé sur cette chaise de bar, Yoite s'était redressé depuis plusieurs minutes. Son pote avait comprit qu'il n'avait plus l'intention de s'en aller, il lui avait raconté pour Naoki et celui-ci pouvait désormais profiter plus sereinement de sa soirée. Il était parti sur la piste de danse et semblait avoir trouvé le rythme.
Pas forcément fan du genre de musiques qu'ils passaient ici, le jeune rebelle se déplaçait le long de la piste en suivant les mouvements de Nao. Ça faisait un peu stalker, clairement même, mais il s'amusait à le voir sans que celui-ci le sache, à le regarder sourire à des inconnus juste parce qu'il s'amusait bien, à détailler son corps et son visage auxquels il ne s'était toujours pas habitué. C'était un homme désormais, un homme qu'il serait venu draguer en temps normal tant il était plaisant mais avec qui il devait garder ses distances car il ne pouvait pas s'empêcher de voir en lui ce petit bout de chou qui le suivait partout à l'époque. Peut-être que s'ils avaient grandi ensemble des dernières années, tout serait différent. Là, Yoi savait qu'il ne le connaissait toujours pas. Au point même qu'il aurait pu parier sa vie qu'il ne le verrait jamais dans un bar! Après tout, quand ils se croisaient dans la rue ou ailleurs, ils n'échangeaient pas de sympathie, juste un "bonjour" de politesse. C'était aussi bizarre que douloureux mais Yoite avait cessé de se torturer les méninges pour ça. Ils n'étaient pas fâchés, c'était le principal!

A quelques centimètres de la piste, un verre à la main et légèrement alcoolisé, Yoite fixait Naoki. Il le vit danser avec un homme, un qu'il ne semblait pas connaître et ses sourcils se froncèrent. Un homme? Jamais encore le petit rebelle n'avait vu l'un de ses potes hétéros danser avec un mec même par sympathie ...
Quand il sentit un peu de liquide se faufiler entre ses doigts et son corps se pencher légèrement vers l'arrière, Yoite cligna des yeux pour revenir à la réalité. Quelqu'un lui était rentré dedans et il venait d'échapper au pire. Rapidement, il entendit le "pardon" qui l'empêcha de gueuler et quand il posa lui aussi ses yeux sur le responsable, un sourire orna ses lèvres en peu de temps : Naoki. C'était le moment de la confrontation! Mais avant qu'il n'ouvre la bouche, Yoite remarqua ce regard accentué envers sa personne, cette façon de le détailler de haut en bas comme s'il ne l'avait jamais vu. Il le laissa faire mais plissa les yeux. Louche tout ça.


"Presque gay? Tu dansais avec un mec y a pas 5 minutes! T'as bu combien de verres?"

Yoite rigola.
A ses yeux, ce n'était pas sérieux. Naoki semblait trop se lâcher, trop profiter pour être aussi facilement déchiffrable. Sûrement devait-il avoir trop bu et toutes ses inhibitions s'en étaient allées se cacher dans les toilettes. Au moins, il reconnaissait son pote mais sa franchise sur ce qu'il pensait de lui à cet instant confortait Yoi dans ses pensées.

Lui attrapant le poignet, lui faisant ainsi comprendre qu'il le traînait un peu plus loin pour qu'ils puissent discuter tranquillement, Yoite le relâcha au bout de quelques mètres. Pas de sièges de libre mais un espace un peu plus personnel qu'à côté de la piste où les mouvements grossiers des gens donnaient le tournis au japonais.


"Je me serais jamais douté que tu sortais dans ce genre de bars. Que tu sortais tout court, en fait. T'es même pas majeur."

Loin de lui l'idée de le gronder comme le ferait un père mais plutôt de lui faire comprendre qu'il semblait avoir bu alors qu'il avait pas l'âge. Il faisait 20 ans, comme il pouvait aussi en faire 15. Était-il venu avec des ami(e)s plus agé(e)s? Même s'il s'en foutait, Yoite ne pouvait s'empêcher de ressentir un brin d'inquiétude, ce sentiment qui montait en lui dès que Naoki était en sa présence, ce besoin de le protéger comme à cette époque. Bien sûr, ce n'était pas utile, son ancien pote toujours cachotier paraissait vivre sa vie sans problème mais c'était plus fort que lui.
D'ailleurs, il avala son verre d'une traite pour tenter de penser à autre chose. Pouvoir partager une soirée avec lui était déjà une chose plus que raisonnable, inutile de le chaperonner.


"J'imagine que tu n'es plus puceau, vu comment tu te trémousses. Félicitations! Tu aurais pu me le dire, on en aurait parlé."

Yoi avait eut envie de lui demander s'il ressentait cette envie, même infime, d'essayer aussi avec des mecs mais il craignait de le faire fuir. Déjà, il n'était pas sûr de le faire rester en abordant le sujet de sa sexualité désormais débridée ... Tant pis s'il faisait une gaffe, ce n'était pas comme si ce bar faisait 10 000 m², Yoite allait retomber sur Nao plus tard dans la soirée, allait le suivre jusqu'à ce qu'il le pardonne d'avoir mal géré ses mots. Et s'il ne se formalisait pas de son affirmation, alors ils allaient tout simplement pouvoir parler un peu plus.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juil - 21:26
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Naoki fit une petite moue quand il entendit la question. Est-ce qu'il connaissait l'expression « Verre plein je te vide, verre vide je te plains » ? Sans doute que non. Mais ce n'était pas le plus important, il était suffisamment bourré pour profiter pleinement de la soirée, et pas assez pour ramper sur le sol, ou faire un strip-tease sur le comptoir, et ça c'était l'important, non ? Pas de savoir combien de verre il avait bu. Et puis bonsoir d'abord. C'était pas parce qu'on était un beau-goss qu'on pouvait oublier la politesse.

-Le deuxième.

Au bar. Ceux d'avant il avait pas compté, et il préférait pas aggraver son cas. Ce qui était complètement con, Yoite avait peut-être plus de force que lui, mais Nono était certain qu'il courrait plus vite que lui. Mais forcément, il pensait pas que son voisin avait aussi plus de réflexe. En fait, ça entra dans sa caboche lorsqu'il lui prit le poignet, ce qui le fit tituber un peu (Faut prévenir, bordel!) et tout ça pour l’entraîner dans les toilettes et le… Ah non, il l'avait juste amené à l'écart de la foule.
Pas assez pour être seuls, mais suffisamment pour discuter plus tranquillement. Il était presque déçu le Nono. Surtout pour continuer une conversation aussi ennuyeuse. C'était pas parce qu'il était mineur aux yeux de la loi, il savait pas prendre soin de lui. D'ailleurs, il savait mieux le faire que Yoite, vu qu'il était plus grand. Fait tellement rare qu'il se devait de le souligner. Même si ce n'était pas flagrant. En fait, le rebelle avait remarqué ça seulement maintenant, en entendant la deuxième remarque, puisqu'il s'était penché sans avoir besoin de se mettre sur la pointe des pieds. Il louchait sur la chevelure de son aîné.

-Ah non, t'as pas de cheveux blancs, t'as juste des remarques de vieux.

Soit dit en passant, si Yoite avait des cheveux blancs, Naoki risquait pas de le voir parce que les cheveux bleus, c'était tout sauf naturelle aux dernières nouvelles. Mais bon, on lui pardonne, son cerveau avait été noyé sous un tsunami de bière, et de vodka. Et puis, il avait la vision un peu perturbé avec le charisme qu'il ressentait de la part de son aîné. Enfin, le charisme, il voyait ça chez tout le monde, et donc il s'écrasait facilement. Les gens avaient tous une tête de Yakuza à ses yeux, et il tenait à sa vie, le principe de « courage, fuyons » aurait pu être inventer par lui, faute de l'eau chaude.

C'était quoi son obsession de sa vie sexuelle ? Non, mais sérieusement ? Il était encore plus fouine qu'une fille. Naoki lui lança un regard méfiant. Ils devaient vraiment avoir cette conversation ?

-Parler de quoi ?

Il se garda bien de contredire ou d'affirmer ses dires. Tant mieux si Yoite croyait qu'il avait perdu sa virginité, ça fera une personne en moins à savoir qu'il n'avait aucune expérience, pour réduire le cercle à… une personne. A lui, quoi. Et donc son secret était bien gardé. Même s'il était bourré. Il avait tellement honte de sa situation que c'était bien un sujet sur lequel il savait parfaitement mentir, même avec une bouteille de vodka dans le sang.

-Tu t'intéresses un peu trop à mes fesses, monsieur Yoit-yoit !

Par contre, pour dire les conneries, il était plutôt pas mal. Au moins, il était dans les premiers quelque part… C'était mieux que rien, non ? D'ailleurs même pour les faire, il était bien classé, puisqu'il vint lécher sa joue, comme il avait pu le faire à un de ses amis quelques instants plus tôt. Désespérant ? Mais non, c'était mignon. Non ?
Il afficha d'ailleurs un regard fier de lui, espérant détourner la conversation de sa vie sexuelle inexistante. Amen pour cette dernière.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Aoû - 17:57
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Naoki faisait des moues. Des moues! Le genre de truc qu'on voit dans les mangas, les expressions de visage exagérées à l'extrême et souvent ridiculement mignonnes sur les pages en noir et blanc. Des mecs cutes, Yoite en avait rencontré pas mal, dévoré certains et fait fuir d'autres. Ils n'étaient cutes qu'au début, et devenaient vite chiants. Soit c'étaient des dragueurs invétérés qui ne peuvent s'empêcher de cibler tout ce qui passe à portée, soit des timides extrêmes qui ne pourront jamais profiter de la vie comme ils auraient dû ou encore ... les pires : les collants qui abusent de leur cuteness. Ceux-là, Yoi les détestait car ils étaient faux. Nao était-il faux?
En tout cas, il lui sortit une réponse qui le laissa perplexe. Deux verres. C'était possible mais qui est presque bourré au bout de 2 verres? A part ceux qui sortent jamais ou ...

Stop.
Yoite cessa de se poser toutes ces questions. Comme déjà pensé, il n'était pas son père, ni son pote d'ailleurs. Juste une connaissance et même s'il devait finir à poil sur la piste ou dans une mare de vomi, il n'irait pas lui dire "je te l'avais dit". Il grandissait, tant mieux pour lui et s'il aimait se ridiculiser sur la piste avec des inconnu(e)s, tant mieux aussi.

Valait mieux discuter d'autres choses, tant qu'il était là. C'était déjà une chance inouïe qu'ils soient dans le même bar alors qu'ils aient l'occasion de parler hors des sentiers battus, c'était presque excitant! Ou ça l'était pour lui car la réponse de Naoki lui donna 10 rides d'un coup. Eh bien, quelle franchise! C'était ça qu'il avait raté pendant plusieurs années? Des piques de réparties pour savoir qui pissait le plus loin? Moins cute, d'un coup.
Légèrement vexé, Yoite haussa un sourcil avant de repousser Naoki pour qu'il s'éloigne de sa belle chevelure bleue. Qu'il n'abuse pas trop de ces centimètres en trop, ça pouvait mal finir!


"Dis-le si tu veux pas que je m'intéresse à toi, ça ira plus vite. Et pardonne-moi de pas savoir quoi te dire après des années."

Hors de question de jouer son petit jeu, mais pour la franchise pas de souci. Y avait pas de sujet humiliant à ses yeux donc ça ne risquait pas de lui faire faire marche arrière par crainte d'en arriver à parler de telle ou telle chose. Ils n'étaient plus des enfants et si cette soirée devait se solder par un "j'aime pas Naoki", alors soit. Les salutations de politesse n'en seraient que moins douloureuses, Yoi finirait par oublier cet espoir trivial de retrouver son pote d'enfance pour qu'ils soient inséparables pour la vie ...

Cherchant à annuler ce départ un peu mal parti, le petit rebelle pensa bien faire en appuyant le sujet sur les nouveaux déhanchés de son ami, signifiant à ses yeux qu'il avait perdu sa timidité et sa virginité. Mais Nao feinta et Yoite soupira. Bon, le jeu n'était plus drôle là. Il avait même peine à croire qu'ils s'étaient endormis dans le même lit quelques semaines plus tôt alors qu'ils n'arrivaient pas à aligner plus de 2 phrases sans vouloir se crêper le chignon!
Un haussement de sourcil de plus et Yoite faisait demi-tour mais il ne bougea pas. En fait, il esquissa un sourire. Un sourire qui disait "t'es certain de vouloir te lancer là-dedans?". Une léchouille, sérieusement?

Posant son verre vide sur une table désertée quoique pleine de cadavres de bouteilles, Yoite reporta son attention sur Naoki, se colla aussitôt contre lui et posa sa joue contre la sienne, venant mordiller le lobe de son oreille et expulsant de l'air chaud pour faire frissonner la peau de son cou. Entre brutalité et assurance, ses mains se glissèrent jusqu'au jean de Nao et il agrippa ses fesses sans attendre pour mieux rapprocher leurs deux corps.


"Crois-moi, quand je m'intéresserai vraiment à tes fesses, tu le sauras."

Puis il se recula et remit une distance raisonnable entre eux deux.
Loin de lui l'idée de le tenter ou quoi que ce soit. Plus de lui faire comprendre qu'aux dernières nouvelles, ils ne jouaient pas dans la même cour tous les deux. Non seulement Yoite ne connaissait pas bien Naoki et n'avait aucune idée de ses préférences en terme de gonzesses mais il risquait de se confronter assez rapidement à des différences d'expérience plutôt énormes. Même s'il s'était découvert un homme depuis peu, Nao n'avait pas d'intérêt à ses yeux simplement parce qu'il était Naoki Hayashi, ce mec qu'il connaissait depuis des années. Il ne VOULAIT PAS qu'il se passe un truc entre eux, et il ne passerait rien entre eux car son pote était juste bourré et en quête d'un territoire. Un caniche qui montre les crocs. Qu'il aille mordiller la jambe d'un autre mec!


"Quand t'auras fini de faire ton caïd, tu sauras où me trouver. Mais arrête de me chercher, sérieux."

Parce que t'es beau, parce que t'es bien foutu, parce que je suis légèrement frustré et l'alcool aidant, je sais pas si je vais pouvoir me retenir longtemps. Crétin.
Tout ça, Yoite aurait aimé l'ajouter à sa phrase ais il ne pouvait pas. Il ne voulait pas. Il se rappelait cette fois où il avait dépucelé un mec qui s'était dit hétéro-sans-en-être-vraiment-sûr. Ça avait été pas mal, quoique trop "normal". Plus tard, le petit japonais avait regretté de l'orienter vers cette voie compliqué sans qu'il ait essayé l'autre avant. Il ne l'avait pas revu mais il espérait qu'il avait fait marche arrière, qu'il avait au moins eut le choix.

Secouant légèrement la tête, Yoite laissa Naoki tout seul et s'en retourna près du bar, à peu près où il était tout à l'heure. L'idée de s'en aller ne l'effleurait toujours pas, il voulait juste profiter lui aussi de cette soirée un peu étrange. Si, par miracle, il trouvait une cible correcte à se mettre sous la dent, il l'emmènerait vite à l'extérieur mais ne risquait pas de remettre les pieds ici un jour.
Et si Naoki revenait vers lui? ... mmh.
S'il retrouvait un peu de ce Naoki timide et mystérieux qu'il avait vu chez lui ce jour-là, ils se taperaient la discute pour tenter de combler le fossé qui les séparait. Ils échangeraient quelques infos autour de quelques verres, des boutades de potes pour mieux se lier.
Si par contre, c'était toujours le même Naoki qui revenait à la charge ... Lui-même ne savait pas. Il ne prévoyait pas l'avenir, il pouvait très bien l'envoyer chier en constatant qu'ils n'avaient rien en commun, ou le laisser jouer un peu jusqu'à ce qu'il décide de jouer lui aussi. Leur lien était compliqué : amis d'enfance, connaissance, ennemis, rien? Allez savoir. Ce qui était sûr, c'était que Yoite n'allait pas retourner lui parler.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Aoû - 1:48
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Il y a des réactions qu'on prévoit de la part des autres. Et celles qu'on prévoit pas. Naoki était dans la catégorie « Celui qui voit rien venir », alors forcément la pique de Yoite le prit par surprise. Enfin, les piques. Monstrueuses. Deux claques dans la gueule, ça lui faisait le même effet. Il était tout aussi sonné d'ailleurs. Il avait l'impression que son aîné était énervé contre lui. Bon ok, il n'avait pas été très délicat. Mais, on avait pas demandé à Yoite de jouer le papa. Il en avait déjà deux. Un qui ne devait sans doute pas connaître son existence, et son père adoptif. Pas besoin d'en avoir un troisième.
Il aurait pu lui dire qu'il n'avait pas envie d'être surveillé. Que ce n'était pas la première fois qu'il buvait. Mais… si Naoki était doué pour mettre les pieds dans le plat, il l'était beaucoup moins pour défendre son steak. Trop de pression sur ses petites épaules. Il aimait pas trop voir ses mains trembler, ni sa voix alors qu'il recherchait les mots. Il préférait fuir. Plus simple.

Valait mieux passer à un autre sujet. Sujet que Yoite trouva, à son plus grand soulagement. Parce qu'il est pas doué non plus pour briser la glace qui s'était installé… Quoique… Sa vie sexuelle, c'était pas beaucoup mieux. Il avait un radar pour détecter les sujets sensible ? Naoki avait préféré éviter la question. Parce que non, sa vie sexuelle était inexistante, tout comme son expérience. A part les léchouilles. Mais le rebelle savait même pas que ça avait une connotation sexuelle. Dans son esprit, ça faisait plutôt animal de compagnie qui montrait son affection, et ça faisait chier tout le monde.
Donc là, encore, il avait rien vu venir. Au moins, son expérience venait de passer de 0 à 1. Non parce que sentir la joue de quelqu'un sur la sienne, c'était nouveau. Sentir son oreille mordillée, nouveau. Sentir un souffle chaud sur son cou, nouveau. Qu'il frémisse, nouveau. Se faire agripper les fesses de cette façon, nouveau aussi. Le petit couinement qu'il venait de sortir de sa proche bouche ? Il connaissait pas non plus. Etre à moitié excité en public… Nouveau ? Les joues rouge tomate ? Ca, il connaissait très bien.
S'il était dans un manga, Naoki aurait les yeux en forme de réglisse, les yeux en croix, et il se serait évanoui. Mais il était pas dans un manga. Il avait juste les muscles tendus, et il priait que Yoite ne sente rien au niveau de son entre-jambe. C'était la situation qui faisait ça. Pas parce qu'il aimait les mecs. C'était une nuance importante.

-Okay…

Il ne savait pas quoi dire d'autre. La menace était prise très au sérieux, et le cadet se retint de lui dire qu'il parlait de sa vie sexuelle. Pas de ses fesses aux sens littérale. Y avait un truc qui était pas passé, c'était pas possible.

Caïd ? Quand est ce qu'il avait fait son caïd ? S'il y avait une personne pas foutu d'avoir un minimum de charisme c'était bien lui. Nao savait parfaitement que dans un conflit, il était le premier à lâcher les armes pour se réfugier dans une grosse, ou se cacher derrière plus fort que lui. Depuis quand une léchouille ça faisait caïd ? Il sentait ses jambes en train de trembler sous son poids. Heureusement qu'il était pas lourd, sinon, il était prêt à parier qu'il serait tombé. Il osait même pas regarder Yoite partir. Déjà, il comprenait pas comment ils en étaient arrivés là, et ensuite… Bah… Il était toujours à moitié excité. C'était gênant. Légèrement. Surtout que ce n'était pas n'importe qui. C'était Yoite. Un gay qui arrive même à se taper des filles. Dur quand même. Enfin, à moitié (Jeu de mot pourri, bonsoir)

Il alla finalement dehors, une fois sûr que Yoite était loin. Si seulement tout pouvait redescendre comme l'alcool en fait cet instant ? Il alla s'asseoir un peu à l'écart de la foule, les larmes aux yeux. Trop d’émotions, mais aussi parce qu'il avait l'impression que son aîné le détestait désormais. Est ce qu'il l'avait regardé dégoûté ? Il ne s'en souvenait plus, mais Naoki pariait que oui. Mon Dieu, il allait faire quoi ? Le japonais ne voulait pas se disputer avec son voisin. Il avait bien eu raison de prendre ses distances. Au moins, ça bougeait pas. Ils n'étaient ni proches, ni en froid. C'était parfait. Il avait fallut qu'il demande à Hideoshi de lui ramener ses cours, et qu'il se plante pour qu'il reprenne contact. Ca lui convenait pas du tout. Il repensa à sa petite sieste qu'il avait finalement fait avec Yoite. Ca avait été agréable. Il devait s'excuser. Il ne pouvait pas rester comme ça. Naoki ne voulait pas que son aîné le déteste.
Mais ce n'était pas pour autant qu'il se leva. Non, il devait attendre encore un peu pour pouvoir être présentable sans que le rebelle se moque de lui. Heureusement que ça ne dura pas longtemps, et une fois à l'intérieur, il le chercha du regard. Pas difficile à trouver avec ses cheveux bleu. Il était au bar, attendant peut-être son autre verre.

Il alla vers lui avant de se mettre derrière – parce que oui, c'est intelligent de se cacher derrière son bourreau – il lui gratta doucement le dos, pour le prévenir de sa présence, attendant qu'il tourne la tête pour lui adresser une mine penaude, triste, semblant encore être aux bords des larmes.

-Pardon, c'était juste un signe d'affection. Je préfère les filles, je t'aurais pas dragué…

Il n'y avait que lui pour faire une montagne de pas grand-chose. En même temps, c'était assez compréhensible. Naoki avait été rejeté par sa classe parce que ce n'était pas une flèche, il était dyslexique, il manquait un peu (beaucoup) de logique, les filles préféraient toujours le mec à côté de lui, les profs ne l'avaient jamais aimé parce qu'il ne fournissait pas le moindre effort, sa propre mère l'avait abandonné dans une baraque moisie d'amiante espérant sans doute qu'il crève dans l'heure, ses parents adoptifs lui mettaient une pression telle, qu'il avait dû mal à la supporter. Donc normal qu'il avait l'impression de voir la fin du monde arriver quand Yoite décidait d'être en colère contre Naoki. Même si ce dernier ne comprenait pas vraiment pourquoi.

-Tu m'en veux pas, hein ?

Et là, il s'accrocha fermement à son haut laissant à penser qu'il allait pas le lâcher jusqu'à ce qu'il lui confirme.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Aoû - 18:21
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Non, Yoite n'avait rien vu de ce début d'excitation qui aurait pourtant tout changé. Est-ce qu'il aurait ri? Peut-être mais sans se moquer. Il aurait mis de l'eau dans son vin et se serait excusé, ça aurait relancé la conversation avec une tension en moins et les deux jeunes hommes auraient peut-être pu reprendre le cours normal de leurs vies.
Mais Yoite n'avait pas vu l'état de son ami et quand il s'était éloigné de Naoki, il était agacé. Agacé contre son voisin pour être aussi idiot après tant d'années, de ne pas être simplement heureux qu'ils se reparlent enfin. Agacé contre lui-même aussi d'être aussi susceptible et ronchon. Il aurait prendre sur lui, expliquer calmement à Nao qu'ils n'avaient pas besoin de se lancer des piques pour communiquer, qu'ils n'étaient pas en compétition mais il avait complètement oublié le lieu, la personne en face de lui. Il le traitait comme un enfant parce qu'il avait toujours voulu le protéger, fallait juste qu'il passe au-dessus de tout ça mais ça allait peut-être être assez difficile.

Appuyé au bar, le visage fermé et la patience mise à rude épreuve d'attendre son verre en voyant d'autres servis avant lui, Yoite évitait de se retourner vers la piste de danse. Il avait peur de voir Naoki retourné à ses occupations, impassible face à ce qu'il venait de se passer comme si le petit rebelle ne comptait déjà plus. Il se rappelait très bien avoir espéré reparler à Naoki avant que celui-ci ne débarque chez lui mais ça n'était pas douloureux de simplement le croiser, c'était presque sans importance. Aujourd'hui, ça lui faisait mal car il se rendait compte que d'autres le connaissaient mieux que lui, partageaient avec lui des moments qu'il n'aurait jamais. Plus que de la jalousie, c'était un manque. Naoki lui manquait.

Au moment où son verre arriva enfin, Yoite sentit comme une chatouille dans son dos et certain que quelqu'un empiétait sur son espace vital sans s'en rendre compte, il se retourna avec les sourcils froncés prêt à pousser "gentiment" son agresseur. Mais il se stoppa net dans ses gestes et son visage perdit aussitôt de sa fureur. Naoki avait fait le pas de retour vers lui et son visage affichait clairement qu'il regrettait leur dernier échange. A bien regarder, Yoite aurait presque cru qu'il allait se mettre à pleurer et son expression afficha à son tour quelques regrets. Ils se trouvaient bêtes maintenant, tout ça pour des broutilles.


"Je sais bien que tu voulais pas me draguer mais mets-toi à ma place. Tu sais que j'aime les hommes et aux dernières nouvelles ... tu es un homme, Naoki."

Ou comment lui dire "je résiste déjà à la tentation, alors n'en rajoute pas". Après, Yoite n'était pas sensible au point de perdre le contrôle avec une léchouille mais Naoki n'était pas n'importe qui. De plus, leur lien actuel était si confus qu'il était clair qu'ils pouvaient déraper et Yoi se fichait bien de savoir si son voisin était hétéro ou pas. S'il continuait de le chercher, il risquait de le trouver ... quitte à regretter de s'être emporté plus tard.
Après, si Naoki lui avouait clairement qu'il était tactile avec tout le monde, qu'il adorait toucher et montrer son affection, Yoite verrait la chose différemment. Il avait les mains baladeuses lui-même mais ce n'était en rien de l'affection. A ce stade-là, il pourrait sûrement apprendre à jouer avec Nao sans forcément finir par le dévorer.

Esquissant un sourire en le voyant s'agripper à sa chemise, preuve indéniable qu'il tenait plus à lui que ce qu'il voulait bien avouer, Yoite décida qu'il était temps pour lui de faire un geste dans ce sens aussi. Jusque-là, il n'avait pas été tendre avec Naoki, le maltraitant dès sa venue chez lui, se moquant de ses rougeurs et de son caractère timide, le traitant comme un enfant ... Un peu de tendresse ne devrait pas leur faire de mal, ils avaient besoin de se retrouver.
Doucement, il se tourna complètement vers lui, face à la piste de danse et dos au bar et il écarta les jambes avant d'attraper Naoki par les hanches pour le tirer vers lui afin de le serrer dans ses bras. Assis, il était plus petit que lui et il enfouit avec un peu de maladresse son visage contre le haut de son voisin adoré. C'était sûrement la première étreinte qu'ils partageaient adultes, et c'était presque dommage qu'elle ait lieu dans ce genre d'endroit. Yoite aurait aimé un peu plus d'intimité, qu'ils n'aient pas de regards curieux/dégoûtés sur eux simplement parce qu'ils se serraient dans les bras l'un de l'autre mais tant pis. C'était un bon point de départ.


"Je t'en veux pas du tout. Mais reste un peu avec moi, bois au moins un verre avec moi."

Le but du petit rebelle était de faire en sorte que Naoki réalise que Yoite n'était pas son ennemi, qu'il pouvait voir en lui un ami sincère (avec des défauts mais personne n'est parfait), qu'il pouvait lui parler sans risquer d'être jugé. Les critiques aussi étaient autorisées mais il allait falloir attendre un peu de temps en commun pour qu'elles soient digérées. Yoite aimait apprendre de ses erreurs et faire des efforts pour être aimé mais uniquement si ce n'était pas à sens unique. Naoki ne le savait sûrement pas mais lui non plus, il n'aimait pas le principe d'être abandonné par son entourage. Ils avaient bien plus de points communs que ce qu'ils croyaient.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Sep - 16:01
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Naoki n'avait jamais été du genre très délicat en pensant aux états d'âme des autres. Il était clairement égoïste et égocentrique. En plus, il était tellement habitué à ce qu'on le protège qu'il avait l'impression que tout lui était dû et qu'il pouvait faire ce qu'il voulait des autres. Après tout, il n'était pas une menace.

-Je suis pas un homme. Je suis un chat !

Il fit un petit mouvement de main pour faire le félin avec une petite moue. Non, il n'avait pas compris que Yoite pouvait le trouver désirable. Après tout, le I don't care avait la réputation de coucher avec tout les beaux mecs du coin. Alors, le cadet n'imaginait certainement pas qu'il en faisait parti. Après tout, il était sec comme un raisin, il n'était pas spécialement grand, et ne dégageait aucun charisme. Comment il pouvait faire face à Ethan Matthews, le mec ultra beau et ultra flippant avec son regard de tueur quand il avait ses règles. Ou Kim Chae Young, avec son sourire colgate et doux. Ou Kasper Gray, le mec avec une tête de gangster, mais qui volait que des câlins, et qui posait ses mains sur les fesses des autres. Ou Makkuro Ketsueki, le mec ultra flippant avec un sourire carnassier qui te donnait envie de te carapater sans demander son reste.
Le petit Naoki Hayashi était très loin derrière, avec ses petites manières de chat, incapable de rassembler qui que ce soit, quoi que ce soit, pas même son courage.

Mais apparemment, il était bon oreiller. Naoki n'avait pas vraiment lutter, ne sachant pas vraiment ce que Yoite voulait faire. Le cadet se mit à rougir violemment. Ce n'était pas désagréable. Au contraire, il n'avait pas vraiment l'impression que Yoite allait lui faire un coup foireux. Mais il aurait préféré ne pas le faire devant tout le monde, alors que des regards choqués, curieux, goguenards et dégoûtés se dirigeait vers eux. Le plus grand, lui tapota le dos timidement, ne sachant pas trop faire d'autres. Il ne voulait pas le repousser, il apprécia trop, mais il ne voulait pas non plus s'épancher. Trop de regards bizarres braqués sur eux.

-D'accord. Si tu me le payes.

Tendez lui la main, et il vous prend le bras. Mais c'était pour ça qu'on l'aimait, non ? Il afficha d'ailleurs un sourire amusé.

-Une bouteille de champagne, ou trois bières.

C'était plus qu'un verre, mais Yoite devrait être content, non ? Ca voulait dire qu'il était prêt à rester avec lui pour plus d'un verre. Voire même se bourrer complètement la gueule jusqu'au petit matin avec lui. Il n'avait non plus envie de ramper au sol ou se transformer en déchet humain. Il n'était pas vraiment un sac poubelle : Plus il était rempli, plus il tenait droit. Non, c'était même l'inverse.

-Mais je préférais le champagne, quand même.

Comment ça, c'était abusé ? Mais non, son aîné était plein aux as comme tous les étudiants de Chisê. Sa famille avait même donné de l'argent à l'académie pour développer son expansion à travers le monde. Tout le monde ne pouvait pas le faire, alors l’aîné de la famille pouvait facilement se payer une bouteille de Dom Perignon, sans problème. Dire que ses propres parents n'étaient que des pauvres avocats… Le monde est cruel. Vraiment.
Et au cas où, Naoki lui fit une petite moue suppliante. Il avait jamais goûté, et il était curieux.

-Et t'auras l'immense honneur de me ramener.

Ou malheur. Parce qu'en fait, ça servait plus à Naoki pas foutu de rentrer tout seul avec son sens de l'orientation dysfonctionnel.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Sep - 16:05
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Qu'il veuille tourner le tout à la dérision, c'était son problème. Sa petite moue mignonne de chat fit sourire Yoite, oui il était cute et ça lui allait plutôt bien de l'imaginer avec des oreilles de chat sur le haut du crâne mais ce n'était pas avec ce genre de réparties qu'il allait devenir un adulte aux yeux du petit japonais. En fait, à bien chercher, Yoite commençait à se demander si Naoki était volontairement distrait ou si finalement il n'était pas un peu naïf sur les bords. Yoite le voyait en enfant parce qu'ils s'étaient connus plus jeunes mais peut-être que Naoki était comme ça avec tout le monde, capricieux, maladroit, égoïste et déstabilisant. Si c'était le cas, ça changeait toute la donne. Son rôle ne serait plus un rôle et Yoite ferait définitivement entrer Naoki dans le monde des grands, naïf mais adulte. En attendant, chat ou pas, il restait un mâle.

Et comme c'était l'heure de la réconciliation pour pouvoir ensuite passer à autre chose, Yoite se décida à faire enfin son premier effort depuis qu'ils se reparlaient : un câlin. Son kouhai Kasper serait fier de lui s'il le voyait ainsi, enlacer quelqu'un sans chercher à le violer sur la piste de danse juste après! Il allait devoir lui raconter cet exploit!
Il n'eut pas de câlin en retour mais il ne s'y était pas attendu. A la place, la petite tape de Nao lui troua le cœur comme un gruyère. Alors c'était ça, la gêne sentimentale? Timide au point de ne pas pouvoir ouvrir la bouche, de ne pas savoir quoi faire de ses 10 doigts et d'être violemment gêné d'être entouré par tant d'inconnus? Franchement, ça n'avait aucun intérêt, il plaignait les timides!
Doucement, il laissa Naoki se libérer de son étreinte, ignorant complètement les regards voisins. S'il faisait attention à tout ça, il risquait de devenir fou. Non, lui il préférait faire sa vie tranquille, vivre avec ses choix et emmerder les autres. S'ils n'aimaient pas, ils regardaient pas!

L'invitation à boire un coup fut prise avec plaisir et à nouveau, Naoki se montra plutôt maladroit. Yoite s'en ficha, il avait effectivement les moyens et n'était pas radin comme son frère Kaji. Il considérait qu'on s'amusait mieux quand on mettait la main au portefeuille alors si Naoki voulait du champagne, il allait en avoir!


"Ta tolérance à l'alcool fait un peu pitié à voir mais ok pour le champagne. Ceci dit, je te ramènerai pas non. J'ai pas l'intention de rentrer chez moi ce soir."

Tout simplement parce qu'il avait l'intention de se trouver une proie ou au moins de boire suffisamment pour être "le mec relou". Rentrer dans un état d'ébriété risquait de lui attirer des ennuis et ce n'était pas de cette façon qu'il voulait se réveiller le lendemain. Sakura risquait de lui sauter sur le ventre à 8h du matin et sa grasse matinée partirait au gré du vent.
Non, il allait se choper un morceau à manger qui lui offrait le gîte et son lit ou, au pire, il irait se trouver une chambre d'hôtel. Il le faisait souvent, il aimait profiter des différents bâtiments qu'offraient les quartiers alentours. Si Nono était pas contre, ils pourraient partager une chambre d'hôtel tous les deux, ce serait bien une expérience amusante, ça! Se réveiller le lendemain et comparer lequel des deux avait le plus mal au crâne!

Il commanda une bouteille de champagne de marque et fit signe au serveur qu'ils allaient chercher un autre endroit que ce bar où il y avait trop de monde. Naoki n'avait même pas de place!
Fouillant les lieux, ils trouvèrent avec difficulté une table pour 4 qu'ils squattèrent à 2 alors que le serveur apportaient la bouteille en les remerciant de leur achat.


"Y a des hôtels pas loin si tu as vraiment l'intention de te bourrer la gueule mais d'éviter que tout le monde soit au courant le lendemain. J'y vais de temps en temps, les chambres sont pas mal. On pourrait en partager une, si tu veux?"

C'était peut-être maladroit de sa part de lui proposer ça en sachant que d'habitude, c'étaient plutôt ses amants qu'il emmenait là-bas mais Yoite s'en fichait! Ça lui arrivait aussi de dormir avec ses amis, il n'était pas qu'une bête comme voulait bien le faire croire cette vilaine rumeur sur son compte publiée par La Fouine. Au début, il l'avait pas très bien pris, se disant que ça allait lui attirer des ennuis mais même s'il passait pour le pervers de service, ça lui avait surtout donné la réputation du mec qui peut tout avoir : Kim et Makkuro restants les cibles les plus improbables. Alors il en avait ri et s'en amusait aujourd'hui. D'ailleurs ...

"Au fait, tu suis le blog de La Fouine? Il paraîtrait qu'on a couché ensemble toi et moi. Alors, c'était comment?" demanda-t-il en rigolant, tout en remplissant leurs deux verres.

S'il pouvait en rire avec Naoki, Yoite n'était pas spécialement pressé de croiser Makkuro ou même Sa-chan. Celui-ci allait sûrement refuser de le voir le temps que les choses se calment, peut-être même le repousser s'il s'approchait à moins de 100 mètres. Ah là là, c'était dur d'être lui parfois ♥.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Sep - 19:55
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Mais il allait arrêter de le critiquer ? Naoki allait finit par verser une larmichette pour faire le faire culpabiliser s'il continuait. Après tout, c'était méchant de dire qu'il avait de tolérance de merde, et de lui dire non d'emblée pour le ramener. Il pouvait mettre des formes quand même, là Nono avait juste l'impression qu'il s'était retenu de dire « Tu me fais chier ». Le seul truc qui le rattrapa c'était le « J'ai pas l'intention de rentré ». Et encore, Yoite avait été tellement connard – peut être pas sur les bords, mais au milieu totalement –, que Naoki avait l'impression d'entendre « C'est une excuse, je veux juste pas un boulet entre les jambes ». Heureusement, le cadet n'était pas adepte des conflits, et il fit juste une petite moue boudeuse. Au moins, il avait quand même le champagne, et c'était la première fois qu'il allait goûter. Et c'était sans doute grâce à la perspective de la bouteille que le I don't care suivit Yoite docilement sans poser de question. Apparemment, il était hors de question de partager un tabouret… Quoique… Le souvenir de Kasper lui pelotant les fesses le dissuada aussi de s'asseoir sur ses genoux. Sait-on jamais. Surtout en entendant les rumeurs de La Fouine. Il avait plutôt intérêt de surveiller ses arrières.

Il s'assit d'ailleurs lourdement sur sa chaise, et il avait bien l'intention de rester viser dessus jusqu'à avoir fini le champagne. Il servit dans le verre de Yoite avant de se faire de même pour lui, affichant une autre petite moue hésitante à sa question. Il n'en savait rien. Honnêtement, il préférait rentrer chez lui, parce que… bah il n'était pas majeur et ses parents pouvaient vite arriver sur son dos. Mais en même temps, ça voulait dire que son aîné avait l'intention de se coucher au petit matin, et ça, ça l'arrangeait bien. A moins, que Yoite ait l'intention de se coucher au petit matin pour une autre raison que l'alcool… Il fut interrompu dans ses pensées quand un de ses amis vint le voir.

-On va dans un autre bar, tu viens ?

Le plus grand en taille prit le temps de réfléchir, et regarda la bouteille avant de regarder son ami.

-Nan
-Ok, t'appelles si tu te perds
-Ouiiiiiii

Il s'accrocha d'ailleurs au cou de son ami pour le pencher vers lui, et lui lécha la joue en riant, tirant un grognement à son vis à vis.

-Naokiiii, arrête de faire ça !


Il s'essuya la joue en grimaçant tout en lui disant de le prévenir une fois qu'il sera rentré avant de partir en faisant un signe de main. Après on s'étonnait de la naïveté du rebelle… Il était totalement couvé, sans que personne ne s'en aperçoive réellement. Ce qui arrangeait bien l'ivrogne du soir.

-Bah on partage une chambre !

Il n'allait pas embêter son ami, quand même. Il allait plutôt être envahissant avec Yoite. Un juste retour des choses. Enfin ça dépendait en fait…

-Dur !

Et le tout avec le visage très sérieux, avant de se rendre compte de son double sens et il éclata de rire, buvant dans son verre, lui tirant une moue satisfaite.

-C'est trop bon le champagne, en fait.

Il regarda son verre d'un air très sérieux, regardant les bulles remonter à la surface, avant de boire une nouvelle gorgée.

-Et moi ? J'étais un bon coup ?

Bah quitte à parler de ça, autant y aller franchement, même s'il trouvait le sujet gênant. Heureusement l'alcool l'aidait à se détendre. Peut-être pas jusqu'au câlin devant tout le monde, mais suffisamment pour réussir à parler relations homosexuelle sans qu'il devienne une tomate… T'en que ça restait fictif, évidemment.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 20:32
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Sincèrement, Yoite ne faisait pas exprès de dire des "méchancetés" à Naoki et ne risquait pas de s'arrêter si celui-ci ne disait rien. Il n'avait pas l'habitude de garder ce qu'il pensait pour lui et avait pourtant fait de sacrés efforts en matière de tact depuis que l'un de ses amis lui avait fait remarquer qu'ils n'étaient pas tous "je m'en foutiste" comme lui. Certaines personnes étaient susceptibles, il fallait simplement prendre des gants.
Alors oui, le petit japonais aurait certainement dit les choses autrement si Nao avait mis les points sur les i dès le début. Mais là, il pensait à tort qu'ils avaient une discussion plutôt à l'aise, comme deux potes qui partagent une amitié depuis longtemps. D'ailleurs, c'était entièrement de la faute de Naoki, il n'avait qu'à pas s'être "distancé" depuis des années, le malaise ne serait pas là!

En attendant, ils s'installèrent tous les deux à une table libre où le champagne ne tarda pas à arriver. Les bulles, c'était pas trop le truc de Yoite pour boire en passant une bonne soirée mais puisque Nao avait voulu du champagne et que ça semblait être un des seuls moyens de le faire rester avec lui sans qu'il boude, le rebelle avait cédé. Il allait boire une ou deux flûtes, histoire d'être à l'aise dans ses baskets mais de ne pas oublier ce qu'ils allaient se dire ce soir. Ce rendez-vous imprévu était trop important pour qu'ils reprennent des chemins différents dès le lendemain. Non, Yoite allait rester en contact avec Naoki désormais!
Proposant d'ailleurs de partager une chambre avec lui pour pouvoir ainsi profiter de la soirée au maximum, ils furent interrompus par un mec qui semblait connaître Nao. L'échange ne fut pas long mais Yoite plissa les yeux. C'était bizarre cette léchouille, on aurait dit lui-même quand il avait un coup dans le nez ... Quant à la réaction de Nao, bah voilà ... s'il avait été susceptible lui aussi, il lui aurait sûrement fait la gueule, "Tu restes juste pour la bouteille, moi t'en as rien à cirer!" ou un truc comme ça. Cela dit, il se contenta de regarder le pote s'en aller et réceptionna enfin la réponse de son cher voisin : il dormirait avec lui. Pratique les bouche-trous sortis de nulle part. Le japonais secoua la tête, affligé de tant de culot mais ne fit pas de remarque. Il s'en fichait, ce n'était que pour dormir.

Quand les discussions commencèrent enfin à faire leur apparition entre eux, Yoite faillit s'étouffer avec son verre de champagne avant de rire lui aussi. "Dur"? C'était quoi cette façon de lui répondre, aussi sournoise que maladroite? En plus, la tête de Nono valait de l'or à ce moment-là, on aurait presque dit qu'il ne se rendait pas compte de ses paroles! Mince alors, est-ce qu'il avait déjà oublié les mains de Yoite posées sur lui tout à l'heure? Bien plus le tact, le manque de restriction d'un ami sexy et naïf était douloureux à mourir.


"T'étais carrément sexy, complètement à ma merci, et tes gémissements ... han, trop mignon."

Du moins, c'était comme ça qu'il l'imaginait s'il devait y penser ...
Bon ok, il y avait déjà pensé bien avant cette rumeur postée publiquement sur le blog mystérieux. Naoki était puceau (ou l'était au moment de leurs retrouvailles chez Yoi) et rien que ça, c'était suffisant pour avoir donné des idées au petit I don't care. Il s'imaginait devoir tout lui apprendre, comment utiliser ses mains ainsi que sa bouche ...
Avalant le reste de son verre pour penser à autre chose avant de déraper et de lui sauter dessus en espérant qu'il n'allait pas grogner, Yoite se resservit un autre verre, le dernier. Il laissait à Naoki le reste de la bouteille, lui il avait assez bu pour ce soir. Il avait un peu chaud, il se sentait d'humeur taquine et avait envie de danser mais il allait se contenter de discuter avec Nao, de le rendre accro à lui de façon à ce qu'il ne rechigne pas à lui parler dans les jours qui suivent. D'ailleurs, il allait tenter de choper son numéro aussi! Il avait bien un portable ce garçon!

Ils restèrent à discuter tranquillement, riant comme des bossus pour des débilités profondes, échangeant des points de vue souvent divergents sur des sujets banals, le ton monta un peu quand le sujet "famille" fut frôlé. Tous deux avaient leur secret et ce n'était pas ce soir qu'il y aurait des confidences.
Ce n'est que vers 4h du matin, alors que le bar annonçait la fermeture que Yoite se redressa de son siège en accusant bien malgré lui les effets de l'alcool. Ce dernier verre de champagne avait peut-être été de trop finalement, il ressentait ce manque de motivation à respecter les limites imposées. "Libre", c'était ce qu'il ressentait, ce sentiment d'avoir le droit de faire ce qu'il voulait, certain qu'on lui pardonnerait tout!


"Allez, lève tes fesses! Il est temps d'aller décuver, on a un peu de marche à faire jusqu'à l'hôtel."

Rien d'horrible, ils allaient devoir se les peler une dizaine de minutes à tout casser avant d'enfin pouvoir se glisser dans les draps chauds. La douche attendrait le lendemain, Yoite sentait la flemme le gagner, rendant son corps assez lent et ses gestes à la limite d'être incohérents.
Tendant sa main à Naoki pour l'aider à se redresser, conscient qu'il avait bu plus que lui, il le tira vers lui et le traîna jusqu'à l'extérieur où un gentil vent bien frais les accueillit avec un sourire. Quelques poivrots complètement souls les embêtèrent un peu sur le chemin, ils se trompèrent de rue en ricanant bêtement mais ils finirent par arriver à destination sans problème. La chambre était banale, épurée mais aussi propre que possible dans ce genre d'hôtels. Le lit, spacieux, trônait au milieu comme un appel à céder. La salle de bain, à droite comme souvent, permit à Yoite de remarquer qu'il n'avait plus vraiment d'allure. Son regard était vitreux d'alcool ou de fatigue, ses cheveux commençaient à perdre de leur forme, il était temps qu'il se couche et qu'il retrouve toute sa dignité. Bien conscient de ne pas être bourré, il se demandait si son lendemain allait être compliqué, ... brumeux. A coups sûrs, celui de Naoki serait pire!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Oct - 14:15
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau rougissement de la part de Naoki, quand Yoite répondit à sa question. Il s'attendait à un « C'était trop bien » ou « J'ai connu mieux », mais certainement pas une réponse aussi équivoque qui appelaient à plein d'images lubriques. Oui, il avait vraiment en tête, lui en train de se tortiller de plaisir sous les caresses de son aîné. Et c'était vachement dur à repousser quand on était complètement bourré. Il lui fallait toute sa volonté pour ne pas venir dans les bras de Yoite pour un câlin, et sentir accessoirement ses mains sur son corps.

Merde, ça dérapait vraiment de son côté… Il n'était pas gay… Pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay, pas gay,.

-Oh ça fait pagaie…

Oui, oui, il l'avait vraiment dit à haute voix. Il était complètement perché ce petit. Mais ça ne l'empêchait pas de vouloir toujours grimpé sur le I don't care. Fallait être complètement con, pour ne pas remarquer qu'il y avait de la tension sexuelle entre les deux. Mais comme Naoki est con… Il était le seul à ne pas le remarquer, trop obnubilé par les bubulles du champagne. Fallait avouer, c'était fascinant, comment elles montaient pour éclater à la surface. Il était tellement dedans, qu'il approcha un peu trop près son nez, le cognant contre le bord du verre. Mais il eut un geste vif qui empêcha le verre de se renverser. Le réflexe du bourré. Tu peux pas teste.

-Aie…

Trois secondes après. Le réflexe du bourré. Tu peux pas teste. Au moins, ça avait eu le mérite de le faire sortir de sa torpeur et écouter Yoite. Quand ce dernier lui demanda finalement son numéro de téléphone, Naoki sorti son portable, enleva la sécurité et laissa son pouce en suspens, le bougeant à droite, à gauche, en haut en bas, ne sachant plus où allé pour rajouter un contact, alors que ses sourcils se fronçaient sous l'effet de la concentration. Qui ne resta pas bien longtemps, puisqu'il finit par le donner à Yoite et le laisser se démerder, alors qu'il finissait son verre pour se servir de nouveau, continuant de parler avec son voisin. Esquivant les sujets sensible avec le tact d'un pachyderme, histoire d'éviter les conflits.

Et le temps passa vite. La bouteille aussi, d'ailleurs, puisqu'il était vide quand le bar commençait à fermer. Au moins, il n'y avait pas de gâchis. Ceci dit, Nono serait parti avec dans le cas contraire. Du coup, il afficha une petite mine boudeuse, pas pressé de décoller son siège. On s'en fout des pauvres employés. Ils sont payés, ils ont pas à se plaindre !

-Porte moiiiiii !

En fait, même s'il disait non, Naoki ne lui laissa pas vraiment le choix. Il était un champion de la grimpette sur les gens. Et dans le bar. Si bien que la fraîcheur du petit matin, il s'en préserva en cachant son nez dans la nuque de son aîné en grognant un peu, cherchant à prendre le moins de place possible pour mieux se cacher du petit vent qu'il trouvait désagréable. Et c'était confortable, il commença même à tirer légèrement sur sa veste, pour mieux capter la chaleur de son corps, attiré par l'odeur de linge propre, qui commençait à le faire ronronner. Il ne se souciait absolument pas du chemin, faisant absolument confiance. De toute façon, le petit (en âge) ne serait d'aucune aide. Par contre, ça ne l'empêchait pas de se foutre de la gueule de Yoite quand il se trompa de chemin. Pour une fois que c'était pas lui, il fallait bien qu'il en profite.

Ils arrivèrent finalement à l’hôtel, et le petit chat suivit le plus âgé dans la salle de bains. Mais alors qu'il se regardait dans la glace, Naoki fit couler le bain, sachant parfaitement qu'il supporterait difficilement l'odeur de l'alcool le lendemain. Il retourna finalement dans la chambre à la quête du mini bar, faisant razzia des bouteilles d'eau. C'était là qu'on voyait qu'il avait l'habitude de boire, puisqu'il savait parfaitement comment éviter les gueules de bois à s'éclater la tête contre le mur. Il enleva finalement ses chaussures retournant dans la salle de bains, pour aller dans l'eau, tout habillé. Dans sa tête ça paraissait être une bonne idée, puisque ses fringues ne sentiraient pas l'alcool non plus le lendemain. Il avait pas pensé que ça ne serait pas sec d'ici là… Comme quoi, on peut pas penser à tout.

-Tu viens te laver avec moi ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Oct - 0:14
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Taquiner, c'était devenu comme une seconde nature chez Yoite et rares étaient les fois où on pouvait le prendre au sérieux. Il adorait tourner le tout en dérision, rendre les autres incapables de prédire sa réaction ou ses pensées. Bien que ce soit volontaire aujourd'hui, ça ne l'était pas au début et il s'était sorti de bien des situations en détournant l'attention des autres avec des remarques inattendues. Aujourd'hui, peu de situations le mettaient dans l'embarras mais il aimait rester imprévisible et jouer avec le feu.
Naoki était timide, du moins depuis qu'ils s'étaient revus après tant d'années. Yoite ne comptait déjà plus les fois où il l'avait vu rougir et même s'il semblait plus à l'aise récemment car enivré, il restait facile à taquiner. Alors qu'il veuille jouer dans la cour des grands avec lui ... ahah, cette fois-là, Yoite n'y alla pas de main morte
Par contre, la pagaie ... Là, il sécha. Tenter de comprendre un bourré, c'était comme chercher le soleil en pleine nuit! Peut-être que les effets de l'alcool rendaient Naoki complètement perturbé et qu'il voyait le monde différemment de lui. Avait-il au moins encore conscience de l'endroit où il était, et de la personne avec qui il passait un vrai premier moment complice? Si ce n'était pas le cas, Yoite risquait de le lui faire regretter un jour ou l'autre. Leurs retrouvailles étaient importantes à ses yeux, ils avaient énormément de temps à rattraper. D'ailleurs, il aurait aimé qu'il ne se jette pas autant sur les bouteilles mais ne voulait pas prendre le risque d'être encore traité de vieux avec ses conseils à 2 balles.

Du coup, la soirée continua mais ne changea pas. Ils échangèrent leur contact pour pouvoir se revoir sans attendre de se croiser au hasard et levèrent enfin leurs fesses quand le bar annonça la fermeture proche. Sincèrement, la soirée était passée à toute allure, Yoite n'avait pas fait une fermeture de bar depuis très longtemps car généralement il trouvait une proie avant ou s'ennuyait trop et préférait aller se réchauffer dans son lit. Là, il se sentait bien.
Mais il avait désormais un poids à trainer. Un poids qui semblait en profiter un max surtout quand il lui demanda de le porter. Franchement, il avait pas envie, il se sentait fatigué et il n'était pas connu pour sa force légendaire grâce à ses grandes jambes! Porter une fille, éventuellement. Porter Naoki, même s'il était fin et sûrement peu lourd ... non. Ils n'avaient plus l'âge de ces choses-là et il sentait qu'il allait lui vomir dessus en plus! Aussi, il tenta de lui résister, de lui faire comprendre que c'était dangereux mais, bien que bourré, Nao restait agile et s'accrocha à lui comme une puce sur un chien. Le rebelle n'eut pas d'autres choix que d'affronter le froid seul avec son paquet ivre ... et câlin.


"Sérieux, tu te rends pas compte." osa-t-il dire alors qu'ils approchaient de l'hôtel choisi pour la nuit.

Naoki, trop bourré pour réaliser l'ampleur de ses actes, ne cessait d'accumuler les contacts intimes et mignons avec lui, forçant toujours Yoite à penser à autre chose ou à lutter durement contre l'envie de n'en faire qu'une bouchée. Il avait de la chance qu'ils étaient amis d'enfance sinon l'hôtel n'aurait jamais été atteint et il l'aurait mangé dans une ruelle sombre!
Mais ... non. Son pote risquait de ne pas aimer le réveil au petit matin, de ne se rappeler de tout ça en plus. Leur lien se recréait tout doucement, fallait éviter les vagues. Il pouvait cependant lui donner 2 ou 3 baffes s'il l'agaçait trop!

Le calme lui revint quand ils arrivèrent dans la chambre et qu'il pu livrer son paquet sain et sauf. Yoite fila de suite dans la salle de bain. Lui qui avait l'habitude de mettre des tas de produits sur sa peau avant d'aller dormir pour avoir une mine parfaite au réveil, allait devoir se contenter d'un sommeil réparateur et d'une douche bienfaitrice au matin. Franchement, il avait la flemme là!
D'ailleurs, s'il n'avait pas été aussi occupé à se regarder dans le miroir, il aurait sûrement entendu l'eau du bain couler, Naoki se promener dans la chambre comme s'il y avait toujours vécu et ...


"Mais arrête! Nao! T'es habillé! Rooooh sérieux, tu me soules là."

Pas vraiment énervé, plus un début d'agacement face aux réactions d'un homme bourré. Il y avait plein d'eau dans la salle de bain et bien que la tentation de se baigner avec Naoki lui aurait plu en temps normal, là c'était pas le cas. S'il avait su, il se serait bourré la gueule lui aussi et ils se seraient amusés comme des petits fous à patauger dans le bain habillés, à jouer avec les produits moussants à disposition sans dormir de la nuit. Là, il voulait se coucher et Naoki rendait les choses difficiles car maintenant, il devait s'occuper de lui, ne pas le laisser se coucher habillé/mouillé ou pire, le laisser se noyer dans une baignoire comme un malpropre.
Retroussant ses manches en ayant balancé ses chaussures et chaussettes plus loin dans la chambre, Yoite se pencha vers Naoki pour lui attraper les deux bras, lui mentant en lui disant qu'il venait de prendre un bain et qu'il était l'heure d'aller au lit. Nao fut assez difficile à convaincre, têtu comme une mule refusant de quitter la baignoire jusqu'à ce que Yoite n'élève le ton en lui disant qu'il allait le laisser tout seul dans la merde et qu'il rentrait chez lui. A contrecœur, le rebelle alcoolisé sorti de la baignoire en mettant de l'eau partout. Yoite n'osait même pas s'approcher de lui de peur d'être trempé lui aussi. 4h30 du matin, leurs vêtements allaient devoir être secs au matin ... En fait, seulement les siens car pour Naoki, c'était déjà fichu!


"Si tu grognes ou si tu bouges, je t'enferme dans la salle de bain!" ajouta Yoite alors qu'il commençait à lui enlever ses vêtements.

Maintes fois il avait rêvé de cet instant où il déshabillerait Nao. Dans ses rêves, c'était beaucoup plus érotique, mélangé de timidité et de passion. Là, les vêtements collaient à la peau du rebelle, c'était carrément une corvée de les enlever! La chemise fut jetée par terre sans ménagement, le débardeur suivi bientôt et aussitôt, Yoite donna une serviette sèche à son ami pour qu'il ne grelotte pas. Puis, il s'attaqua à son jean en se mettant à genoux devant lui. Franchement, c'était raide comme situation car Yoi n'était pas stupide et vu l'état du pantalon, il savait que le sous-vêtement aussi était trempé. Devait-il remercier quelqu'un pour ça? Ou porter plainte de tant d'acharnement envers sa personne?

Faisant doucement glisser le pantalon le long des cuisses de Naoki, Yoite ne pu faire autrement que de faire glisser le boxer avec. Et sous ses yeux de non-bourré, le service trois pièces de son ami lui fit face sans gène. Le japonais se mordit la lèvre et se redressa alors que Nao avait encore le pantalon aux genoux.


"Bon, tu termines et tu me rejoins dans la chambre. Tu dormiras tout nu, c'est pas bien grave!"

Et assez violemment, il claqua la porte de la salle de bain avant d'aller s'asseoir sur le lit en se cachant la bouche de sa main.
Là, ça s'était pas joué à grand chose. Il n'aurait eu qu'à tendre la main et ... Secouant la tête, Yoite en profita pour enlever ses vêtements à son tour, mais garda son boxer, sec lui. La nuit allait être horriblement longue, il le sentait! Devoir dormir à côté d'un Naoki semi-bourré et complètement nu allait soit lui faire faire de très beaux rêves, soit l'empêcher de fermer les yeux ne serait-ce que 2 minutes. Là-dessus, il allait devoir lutter contre le comportement de Naoki aussi. Restait plus qu'à espérer que celui-ci ait soudainement l'envie insoutenable de se blottir sous les draps pour ronfler jusqu'à 12h demain!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Nov - 21:44
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Naoki lança un regard interrogatif à Yoite lorsque celui-ci commença un rouspéter contre lui. Il ne comprenait pas ce qu'il avait fait de mal. Par contre, il était persuadé que d'aller dans la baignoire habillé, c'était du génie. Son aîné allait tout comprendre le lendemain, lorsqu'il puerait l'alcool, alors que Nono sentirait le tout beau, tout propre. On verra lequel était le plus intelligent ! Ca brillait pas souvent là-haut mais des fois, il y avait des éclairs de génie. En fait, il était Einstein sans le savoir. Il avait le même QI. Il était persuadé qu'il pouvait résoudre une équation de physique quantique, là. Même s'il savait pas ce que c'était. Ca faisait juste intello, et c'était suffisant.
Alors Yoite n'allait pas lui donner des ordres. Il savait parfaitement ce qu'il faisait, et son ancien meilleur ami devrait plutôt le suivre. Il le remerciera demain. Et Naoki c'était un rebelle, il allait pas se laisser faire. Il tira de son côté pour résister à la poigne de son vis-à-vis, mais c'était assez difficile, il semblait avoir pas mal de force et le glisser dans la baignoire n'aidait pas tellement pour avoir des appuies. Mais il tenait bon, rebelle quand même ! Mais pas trop puisqu'il devint aussitôt docile sous la menace avec un petit regard penaud.

-T'osera pas !

Mais cas où, on allait pas tenter le diable. Il sortit maladroitement en mettant de l'eau partout comme ci de rien n'était. Et une autre menace : être enfermé dans la salle de bains. Le jeune homme se sentit un peu comme un chien qui venait de se rouler dans la boue. Punie pour avoir fait des bêtises. Oui, parce que jusqu'à preuve du contraire, on ne menace pas un enfant de dormir dans la salle de bain. Néanmoins, il grogna quand même à cause des vêtements qui collaient, et Yoite n'était pas des plus délicat. Bon, en fait, pour cette partie, c'était pas l'idée du siècle. Mais, il restait convaincu que pour le lendemain, ça serait au top.
Il serra la serviette contre lui, plus pour ne pas la faire tomber que parce qu'il avait froid. Le I don't care était rond comme un tonneau, il le sentait pas. Par contre, il lui restait encore une once d'inhibition, puisque dès qu'il se retrouva avec son boxer au niveau des genoux devant Yoite, il se mit à rougir violemment. Naoki avait pas prévu ça dans son plan. En plus, il avait été à la bonne hauteur pour… Non, fallait pas y penser. D'ailleurs, le cadet n'eut pas vraiment le temps d'admirer la vue, puisque son voisin se redressa aussitôt.

-D'accord.

Il semblait un peu mal à l'aise, ayant l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, sans savoir quoi. Après tout, il n'avait fait que prendre un bain. Yoite s'était porté tout seul volontaire pour l'aider. Mais pourtant cette porte qui venait de le faire sursauter lui donnait l'impression de l'avoir mis en colère. Il se retint de pleurer, l'alcool l'avait rendu un peu hypersensible. Néanmoins, il enleva le reste de ses vêtements avec son équilibre précaire. Très précaire puisqu'il faillit tomber plusieurs fois, jusqu'à ce qu'il ait la brillante idée de se tenir contre un pan de mur, s'aidant seulement de la force de ses pieds et de ses jambes pour tout enlever. Même les chausettes. Et c'était une victoire ! Il avait réussi à enlever ses fringues sans tomber. Par contre, il oublia carrément de lever le pied pour retourner dans la chambre, alors qu'il avait toujours les pieds dans le pantalon. Bonjour sol. Ca faisait longtemps !

Bref, même pas mal, le I don't care se releva l'air de rien, et comme ci c'était normal ou qu'il était habitué. Il passa sa serviette autour de sa taille, histoire de ne pas faire la même connerie, avant d'aller voir le malchanceux du soir. Il grimpa sur le lit et le rejoignit à quatre pattes sur le lit, venant le gratter doucement pour signifier sa présence. S'il ne l'avait pas senti venir en mode gros pachyderme… Parce que même s'il faisait moins de 60 kg, ça se sentait quand même.

-Pardon, je voulais pas d'énerver.

Oui, il était très loin de l'état d'esprit de Yoite. Naoki croyait réellement qu'il était en colère contre lui, pour être aussi chiant, et il se promettait de rester sage au moins… 2 minutes. Fallait pas déconner, il avait pas une grande mémoire, et c'est pas bon pour la santé de réprimer ses instincts. Bien qu'il le faisait très bien lorsqu'il s'agissait de son penchant pour les hommes.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Déc - 18:41
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Il avait encore rougi. Yoite n'était pas aveugle, il l'avait vu rouge jusqu'aux oreilles au moment où le boxer de Nao était venu avec le reste. C'était confus dans sa tête. Il avait l'envie insoutenable de retourner dans la salle de bain, de le plaquer contre le mur et de céder à toutes ses pulsions. Ces rougeurs sur le visage de son ami l'avaient rendu carrément mignon, comme pris en faute mais trop tard. Naoki était-il vraiment bourré? Sa timidité semblait toujours là, du moins dans les cas d'intimité extrême. Adorable.
Mais le petit japonais se contenta de fixer la porte qu'il avait claqué quelques minutes auparavant, repensant à l'expression un peu perplexe de son colocataire pour cette nuit avant qu'il ne quitte la salle de bain. Il avait presque eut l'air sur le point de pleurer, comme si quelque chose d'atroce avait été commis. Franchement, ça n'avait pas été prévu au programme, Yoite s'était davantage imaginé taquiner Naoki quand celui-ci serait venu se coucher en boxer avec lui, se serrant contre lui pour l'entendre grogner ou le voir rougir de ne pas savoir quoi faire d'autre. Là, ça avait été un peu trop loin. Pas assez pour son esprit pervers, mais beaucoup trop pour leur début de relation après tant d'années. Restait plus qu'à espérer que son pote allait avoir tout oublié d'ici au lendemain matin!

Désormais en boxer, Yoite attendait que Naoki ne sorte de la salle de bain. Il n'avait pas prévu de lui parler à cœur ouvert, ça servait franchement à rien, mais il se devait de l'attendre pour être sûr qu'il n'allait pas s'endormir sur le sol froid. Un temps fou passa et quand il entendit un "boum", ses yeux s'ouvrirent en grand et il se redressa, prêt à aller voir ce qui se passait. Mais quelques bruits de "vie" le confortèrent dans l'idée que Nao était toujours vivant et qu'il allait bientôt sortir.
Grimpant sur les draps, s'adossant contre le dossier du lit en croisant les bras, Yoite tourna la tête vers la porte de la salle de bain quand celle-ci s'ouvrit. Naoki apparut dans son champ de vision, nu comme un ver à l'exception de cette serviette autour de sa taille qui sauvait l'honneur. Le silence paraissait un peu pesant et ne sachant quoi lui dire, le japonais le laissa simplement s'approcher, grimper sur les draps à son tour et venir près de lui. Sa petite grattouille le fit soupirer autant que ses excuses.


"Je suis pas énervé."
- Mais tu m'as engueulé.
"Tu l'avais mérité mais je suis pas en colère."
- Si, tu as claqué la porte!
"Et alors?!! Ça veut pas dire que je te fais la gueule!"
- Oui mais ...

Se tournant presque brutalement vers Naoki, Yoite lui colla la paume de sa main sur la bouche. Son visage n'avait jamais été aussi près du sien mais pour le coup, l'heure n'était pas aux détails. Yoite s'était retenu, dans ses gestes comme dans ses mots, depuis plusieurs heures maintenant face à la naïveté de son ami mais là, il n'en pouvait plus! Il était temps qu'il lui dise quelques vérités histoire qu'il puisse le laisser dormir tranquille!

"Ça suffit Nao! Je crois que tu oublies dans quel lieu tu te trouves, et avec qui! J'ai l'habitude de venir dans des hôtels avec des amants pour passer des nuits torrides alors me cherche pas! Tu as tout à fait le physique qui me plaît et je suis à deux doigts de te violer, alors si tu veux pas que je te défonce l'arrière-train, ferme ta gueule!"

C'était cru, violent et vulgaire. Yoite s'en voulait déjà d'avoir levé le ton contre Naoki car il savait que ça n'allait pas faire avancer les choses. Étant bourré, Naoki n'était plus vraiment maître de ses émotions, de ses gestes ou de ses réactions. Bilan, il allait peut-être se mettre à pleurer, à hurler à son tour ou décider tout simplement de s'en aller et ce n'était pas ce que voulait Yoite. Cette nuit, bien que difficile, lui faisait très plaisir. Il avait envie de partager des moments uniques avec Nao, de se réveiller à ses côtés le lendemain matin pour voir sa tête au réveil, ses cheveux tout décoiffés et sa gueule de bois gigantesque. Mais ses nerfs lâchaient. S'il avait pu garder le contrôle jusque-là, ça n'avait été qu'au prix de 1 001 efforts et grâce à des lieux publics trop fréquentés pour faire quoi que ce soit d'autre. Là, dans cette chambre, dans ce lit, et dans cette situation, il craquait. Il n'arrêtait pas de s'imaginer enlacé contre Naoki, lui faisant découvrir la douceur d'un autre corps masculin contre lui, découvrant les gémissements mignonnets de sa nouvelle proie et ça le rendait fou de simplement devoir le regarder venir vers lui vêtu d'une simple serviette sans pouvoir le toucher.

Se reculant, enlevant sa main du visage de Nao, Yoite soupira à nouveau et tira sur les draps pour les soulever avant de se glisser dessous et de tourner le dos à son pote. Finalement, changement de plan. Il n'allait sûrement pas réussir à s'endormir, mais ce serait juste à cause de la colère et des remords mélangés et non à cause de ses rêves inassouvis.


"Couche-toi, il est tard." ajouta-t-il, pressé d'éteindre la lumière comme pour mieux dissimuler ses sentiments.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Jan - 13:57
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Et hop, de nouveau les joues rouges. Yoite était très doué pour faire vivre les montagne russes au pauvre petit chaton. Il venait de passer de la dépression à la joie extrême. Oh mon Dieu, LE Yoite Unden voulait coucher avec lui. L'un des plus beau mecs de l'académie voulait coucher avec lui. Celui qui avait des abdos à tomber (oui, il s'en était aperçu, il a l'oeil pour ça) voulait coucher avec lui. Il déglutit difficilement, alors qu'il papillonnait des yeux pour essayer de faire disparaître de viles images tentatrices. Son petit coeur n'allait pas tenir à cette allure. Il l'avait invité à l'hôtel pour faire des galipettes ! Ô joie extrême… Ses lèvres, ses mains, ses abdos… Tout serait à lui pour au moins un soir. Et personne ne le saurait.

Mais pourquoi il ne faisait rien alors ?

Et pouf, la joie venait de faire place à la tristesse. Il n'était pas assez bien ? Pourtant, Yoite avait été suffisamment clair dans ses envies ? Alors pourquoi ? Il lui avait bien dit qu'il était bien foutu, non ? Alors pourquoi ? POURQUOI ? Parce qu'il était toujours puceau, et il ne voulait pas s'en changer ? C'était possible. Mais si on le rembarrait toujours pour ça, comment pourrait-il avoir de l'expérience ? Et puis s'il devait attendre d'être amoureux ? Et si à 40 ans, il était toujours pas amoureux, comment il allait s'en sortir ?

Non, ça n'effleurait pas l'esprit de Naoki que c'était parce qu'il avait clamé haut et fort qu'il était hétéro. L'épisode de la salle de bain lui avait fait tout oublier. En même temps… On pouvait lui pardonner. Ce moment avait été assez gênant.

Néanmoins, il ne posa pas la moindre question. Yoite avait beau dire qu'il n'était pas énervé, le petit I don't care y croyait difficilement, et il alla docilement sous les draps. Avec sa serviette autour de la taille. D'ailleurs, c'était loin d'être un super pyjama. Naoki avait beau s'être montré docile, il ne montrait pas une once de fatigue. Au début, il se retenait de bouger, mais au bout de quelques minutes, il ne pouvait s'empêcher de se tourner et se retourner dans tous les sens, essayant d'être le plus discret possible, sans trop tirer sur la couette. Allongé sur le côté gauche, sur le côté droit, gauche, sur le dos, sur le côté droit, sur le ventre, sur le côté gauche, un pied dehors, rentré, les deux pieds dehors, rentrés, la moitié d'une jambe dehors, rentrée, les deux moitié de jambes dehors, rentrées. Autant dire que la serviette n'avait pas tenu le coup, si bien que Nono l’éjecta du lit, avant de se tourner sur le côté gauche, observant Yoite.

Est ce qu'il pouvait grimper sur lui en faisant semblant de dormir ? Un peu osé… Et puis, il ne devait pas oublier qu'il était désormais complètement à poil. Il n'avait pas très envie d'entendre le jugement de Yoite sur ses parties intimes. Sauf si c'était positif, mais comme il ne savait pas, il préférait éviter.
Alors, simplement se coller ? Non. Il n'avait pas envie de son ami d'enfance s'énerve encore plus. Naoki savait que son aîné n'était pas très câlin de base. Il arrivait difficilement à le forcer dans cette situation. Il tendit un peu son bras, voulant le toucher, avant de finalement le ramener vers lui. Comment Yoite pouvait avoir envie de dormir dans cette situation ? Il venait quand même de lui dire qu'il avait envie de lui. Alors quoi ? Il avait tellement l'habitude de coucher avec quelqu'un qu'il n'était absolument pas frustré ? Parce que le chaton l'était totalement.

Et puis, finalement, toutes ses bonnes résolutions partirent en vrille. Il s'approcha de lui, une main sur son épaule pour la pousser vers lui et voir le visage de Yoite. Naoki affichait une petite moue offensée, ne semblant pas être très content.

-Tu veux pas coucher avec moi parce que je suis puceau ? C'est dicriminant !

Sa dyslexie apparaissaient vraiment à des moments inopportuns gâchant un peu sa crédibilité. Cependant, on pouvait parier que si ce n'était pas sa dyslexie, il y aurait eu autre chose pour tout gâcher.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan - 23:14
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Que Naoki rougisse fit plaisir à Yoite, intérieurement. Ça voulait dire deux choses à ses yeux :
- La 1ière étant qu'il avait compris le message, qu'il n'était pas aussi bourré que ça au point de ne plus comprendre le langage humain. Les mots de Yoite ayant été suffisamment clairs, le rebelle ne se faisait plus de mouron de savoir si oui ou non Naoki avait bien saisi les allusions. Bilan, il avait beau s'être un peu énervé, les choses allaient se calmer puisque son bourreau d'un soir avait bien entendu sa sourde colère.
- La 2ième était plus personnelle. Yoite était ravi de voir que Naoki réagissait positivement à ses révélations. Est-ce qu'il avait le droit de penser qu'ils étaient sur la même longueur d'onde? Est-ce que Nao venait de lui révéler que secrètement il avait espéré tout ça? Que le jeune homme qu'il était voulait tenter le diable?

Mais tout cela n'avait pas d'importance. L'heure était à la clôture de la conversation, ils allaient tout simplement dormir dos à dos, limite fâchés, et au réveil ils se sépareraient pour peut-être ne pas se reparler pendant un certain temps. C'était stupide de finir cette soirée comme ça, elle avait plutôt bien commencé, ils s'étaient rapprochés, avaient discuté et rigolé et voilà que tout était gâché. Franchement, le petit japonais avait la rage au ventre que les choses aient autant de mal à s'arranger entre eux. A croire qu'ils n'étaient vraiment plus faits pour vivre dans le même cercle social.

S'étant glissé sous les draps, Yoite attendit que Naoki fasse de même comme pour être certain que le sujet était bien clos. Le silence était pesant, l'ambiance était lourde et il n'osait pas faire le moindre mouvement. D'habitude il dormait sur le ventre, la tête tournée vers la gauche mais peut-être allait-il devoir attendre que son très cher colocataire se mette à ronfler? Ou préfère carrément s'en aller, cul nu?
Occupé avec des pensées plus stupides les unes que les autres au fil des minutes, Yoite ouvrit les yeux même s'il ne voyait qu'un mur alors que Naoki se tournait et se retournait dans le lit. Son manège dura une plombe et le rebelle eut même envie de rire tellement ça devait être amusant à regarder. Qu'est-ce qu'il essayait de faire au juste?
Puis les mouvements cessèrent et la respiration de Nao lui arriva jusqu'aux oreilles en peu de temps. Assez calme mais bien présente, si bien qu'il savait qu'il était tourné vers lui, que peut-être il attendait un mot ou un geste pour qu'ils puissent discuter à nouveau, s'excuser mutuellement et finir sur une note plus joyeuse. Mais Yoite ne savait pas quoi lui dire. Certes, il s'était complètement calmé mais se tourner vers son ami risquait de rendre les choses trop difficiles pour lui. Leurs deux peaux risquaient de se frôler, sa main risquait de bouger et ... non, il devait juste éteindre la lumière, il ne restait plus que ça.

Mais alors que son bras commençait tout juste à bouger, une main chaude se posa sur son épaule. Le geste était doux, il ne sursauta même pas. Sans lutter, il se laissa retourner sur le dos, affichant clairement qu'il n'avait pas encore fermé l’œil depuis tout à l'heure. Nouvelle confrontation? Naoki avait-il trouvé ses arguments pour l'engueuler comme il le méritait?
Le voir penché au-dessus de lui, le torse visible grâce à la lumière lui fit réaliser qu'il avait eut raison de ne pas se tourner. S'engueuler avec un mec sexy, c'était vraiment trop dur!


"Mais non, c'est pas ça. C'est ..."

Se laissant aller à sourire, Yoite réalisa la fragilité de son ami à cet instant. Il le savait dyslexique depuis longtemps mais ça faisait aussi un sacré temps qu'il ne l'avait pas entendu bafouiller sur un mot. Le timing était carrément pourri et pourtant ... il le trouva tout simplement mignon. Même un Naoki en colère le faisait fondre, y avait de quoi en perdre la tête.

Ne souhaitant pas le voir s'énerver davantage en croyant qu'il se moquait de lui, Yoite cessa de sourire mais leva sa main droite vers la joue de Nao, la posant sur celle-ci en laissant son pouce caresser sa peau. Discrimination, lui? Et puis quoi encore, il ne disait jamais non, il avait une réputation à tenir! Et puisque Naoki semblait savoir ce qu'il voulait, pourquoi devrait-il être le seul à se prendre la tête à résister?
Se redressant assez vivement, Yoite vint aussitôt l'embrasser en posant son autre main sur sa joue. Le pas était franchi, ils dépassaient la limite que le rebelle s'était fixé depuis leur retrouvaille. Peut-être allait-il regretter plus tard mais en attendant, il sentait que son corps tout entier le remerciait de céder à cette vilaine tentation. Il allait dévorer Naoki jusqu'à ce qu'il lui dise qu'il n'en pouvait plus, qu'il le repousse s'il le fallait. Mais en attendant, ce fut lui qu'il le poussa. Doucement, il le fit s'allonger sur le dos sans quitter ses lèvres une seule seconde, les caressant avec sa langue en se demandant malgré lui s'il avait déjà embrassé quelqu'un.


"On règlera cette histoire demain. Là, je vais te montrer à quel point je te veux depuis que tu as quitté la salle de bain."

Se rebaissant à nouveau vers ses lèvres, il y déposa un chaste baiser avant de glisser vers son cou en espérant lui donner des frissons brûlants et le rendre impatient à ses caresses. Dévorant sa jugulaire, sa main gauche se posa au niveau de sa hanche, posant enfin ses doigts sur le corps défendu, découvrant non sans satisfaction le toucher de sa peau. Il était doux, et mince ... et tellement sensible. Yoite le sentait trembler sous ses doigts et ça ne faisait que l'exciter davantage, se rendant compte à quel point il avait dû être pareil à ses débuts.
Il caressa son ventre alors que ses lèvres descendaient vers son épaule, délaissant son visage comme pour mieux l'inviter à laisser passer soupirs et gémissements. Ses proies suivantes furent ses tétons, roses comme des bonbons alors que sa main glissait le long de sa cuisse en évitant volontairement l'objet de tous ses désirs. Les titillant d'abord de son pouce et de son index, le petit japonais ne tarda pas avant d'aller les sucer en sachant très bien quel effet ça pouvait bien avoir. Naoki avait-il déjà joué seul avec son propre corps? Avait-il pris conscience de l'érotisme qu'il dégageait?

Laissant sa main gauche vagabonder sur le corps de Naoki, Yoite réalisa seulement à cet instant que le serviette avait disparu, que le corps de Naoki était à sa merci depuis tout à l'heure et qu'il n'en profitait même pas avec ses yeux. D'une façon limite sadique, il se redressa un peu et le regarda de la tête aux pieds, dévorant langoureusement ce qu'il n'avait pu qu'apercevoir tout à l'heure. Naoki avait définitivement grandi, c'était un homme qu'il allait enlacer ce soir, ce n'était plus ce garçon pleurnichard qu'il protégeait étant petit.


"Dis-le moi quand t'en peux plus, je veux voir ton visage." ajouta-t-il avant de se faufiler vers le bas-ventre de Naoki, cessant les tortures physiques et mentales qu'ils s'infligeaient à tous les deux. Sa main droite enlaça doucement ce membre encore frileux, lui insufflant des caresses douces mais sincères, lui dévoilant sans retenue la suite des événements.
De temps à autre, Yoite posait son regard de fauve sur Naoki, enregistrant la moindre de ses expressions, dévorant le moindre de ses gémissements. Puis après quelques minutes de caresses manuelles, le rebelle eut un sourire en fixant son partenaire alors que sa langue venait doucement se poser à l’extrémité de son membre, dernière torture avant qu'il ne connaisse enfin sa première vraie expérience. Puis Yoi céda et sa bouche s'ouvrit en plus grand pour accueillir ce dont il rêvait depuis quelque temps. On lui avait souvent dit qu'il était doué à ça et ses amants n'étaient pas des puceaux. Naoki allait-il aimer lui aussi?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév - 15:31
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Qu'est ce qu'il faisait ? Pourquoi il posait sa main sur sa joue. Il était énervé, là ! Mais apparemment, Yoite le trouvait plus chou qu'intimidant. Bon, il fallait dire qu'il était plutôt content de sentir son contact. Il aimait bien les caresses et les câlins. Et les mains de Yoite ne faisaient certainement pas exception. Bon par contre, il apprécia beaucoup moins ses lèvres, puisque la panique le prit assez subitement. Pas parce que c'était désagréable, cette pensée ne lui effleura même pas l'esprit, mais c'était tout de même le premier baiser du plus jeune. Il ne cherchait pas spécialement un truc romantique pour ça, mais le fait que son aîné devine aisément qu'il n'avait aucune expérience le rendait nerveux. Si bien, que déjà maladroit de base, ça empira ne sachant absolument pas quoi faire. Bizarre dans les films ça faisait beaucoup plus naturel. Là, il était au bord de l'évanouissement parce qu'il se demandait comment faire pour ne pas avoir la palme du plus mauvais baiser.
Naoki aurait pu le rompre pour mettre fin à tout ça… Comme l'aurait voulu tout hétéro… Mais non, il était plus concentré à s'appliquer pour ne pas décevoir Yoite, alors qu'il se laissait tranquillement allongé sur le lit, attendant avec impatience la suite des événements.

Et une nouvelle explosion de rouge sur ses joues, lorsque le I don't care lui avoua qu'il le voulait depuis qu'il était sorti de la salle de bain. C'était rassurant quelque part. Naoki ne se trouvait pas particulièrement beau. Voire, le contraire. Il se trouvait trop maigre, trop petit, pas assez viril, ses yeux était trop petits, ses lèvres trop fines, ses jambes trop féminines. Et puis, le fait de n'être sorti avec personne ne l'avait pas aidé dans son estime. Alors, franchement, les mots de Yoite le rassurait réellement ayant l'impression de ne pas être une cause totalement perdue. Et puis, ça lui donnait vraiment envie d'aller plus loin.

Ses yeux se fermèrent, il offrit tout ce que les lèvres de Yoite voulaient. N'opposant pas la moindre résistance. Son cou, ses épaules, ses soupirs discrets, ses frémissements de bien-être, de plaisir. Son corps se laissait porter par ses mains habiles, répondant instinctivement à ce plaisir qu'il découvrait et dont il avait maintes fois rêvé. Ses muscles se contractaient, se détendaient selon le bon vouloir des caresses qu'il ressentait, oubliant facilement qu'il s'était juré de ne jamais céder à pareille pomme. Ses soupirs se transformèrent doucement en petits gémissements plaisir, bien loin de la timidité, mais semblant en réclamer plus. Pourquoi il n'avait pas voulu céder avant, déjà ? Aucune importance, pour le moment, c'était seulement ses lèvres ses mains qui accaparait tout son attention, ou plutôt ce qu'elles déclenchaient en lui.
Ses mains vagabondèrent sur le dos de Yoite, curieuses, avides. Il sentait ses muscles se mouvoir, lui donnant l'envie de s'accrocher, de se coller, d'en réclamer plus. Néanmoins, il se contenta de noyer une main dans sa chevelure, les caressant lentement, mais qui montrait son empressement d'en connaître plus. De vouloir toujours plus. Tandis que l'autre caressait ses reins, ses côtes, ses omoplates, sa nuque.

Et il n'eut plus rien, tirant un grognement de frustration alors que Yoite se redressait. Il semblait le regarder. Alors quoi ? Il se demandait si ça valait vraiment le coup ? Il avait décidé de s'arrêter ? A cette idée, ses yeux se mouillèrent de frustration, inconscient que son amant d'un soir ne cherchait qu'à admirer son corps. Ah non, il n'avait pas décidé de s'arrêter de but en blanc. Naoki n'avait pas très bien compris ce qu'il avait voulu dire, mais la suite, il la comprenait très bien. Et il ne tarda pas à laisser échapper des gémissements langoureux, lents, son corps suivant le mouvement, alors que ses mains s'accrochaient aux draps, ses jambes remontèrent et laissèrent plus de place à Yoite.

Il se cambra finalement en sentant les lèvres et la langue de son amant, qui lui tira un petit cri de surprise et de plaisir. Il en profita, voluptueusement. Mais pas très longtemps, cette nouvelle expérience était bien trop plaisante. Un plaisir difficile à supporter longtemps, si bien que son corps se tendit, et il chercha rapidement à s'échapper, se tortillant, resserrant les cuisses, voulant se retourner pour échapper aux lèvres beaucoup trop habiles. Il arriva finalement à lui offrir son dos en bougeant comme une anguille, et par il ne savait quel miracle. Et pourtant, il était terriblement frustré. Mais valait mieux ça… Ou pas. Naoki n'en savait trop rien, il était un peu perdu.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Fév - 15:37
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Aux yeux de Yoite, y avait pas de quoi avoir honte d'être puceau. Naoki n'avait pas 50 ans et depuis qu'ils s'étaient reparlés tous les deux, il était clair dans l'esprit du petit asiatique que son pote n'avait pas d'expérience. C'est vrai qu'il avait cru, en début de soirée, que celui-ci avait enfin passé le cap avec une fille en le voyant se trémousser ainsi sur la piste de danse mais coucher avec une fille et avoir de l'expérience, ça rimait pas ensemble. Il en fallait un peu plus tout de même!
Aussi, l'I don't care remarqua rapidement que Naoki ne savait pas trop quoi faire ni comment réagir mais il mit ça sur le compte de la surprise, de l'alcool, et d'une première expérience homosexuelle. Embrasser un autre mec n'était pas faisable pour tout le monde, embrasser un ancien pote rendait aussi les choses différentes. Franchement, il ne lui en tint pas rigueur. Il se contenta de continuer à l'embrasser, découvrant avec un plaisir malsain la douceur de ses lèvres et constatant que les regrets qu'il aurait du avoir presque aussitôt ne venaient pas. Il en avait envie, point.
Jamais il ne lui serait venu à l'idée que Naoki n'avait fait que rêver de tout ça et que l'estime de soi qu'il se portait était proche de zéro. A ses yeux, Naoki était sexy, son corps était un crime contre l'humanité tant il lui plaisait. Bizarrement, il lui faisait penser à lui-même, quelques années auparavant. Trop mince, pas assez viril selon les autres. Yoite s'aimait quand même déjà pour 10 à ce moment-là et ce n'était qu'avec des conseils pour sa propre santé qu'il avait évolué. Aujourd'hui, il se trouvait beaucoup plus viril c'était vrai. Peut-être que Naoki allait passer par-là un jour aussi ...

En attendant, il allait le dévorer en l'état. Naoki, déjà complètement nu et Yoite à 90% bien que les 10% restants étaient très importants, les contacts qu'ils partageaient étaient déjà des souvenirs inoubliables. Yoite embrassait chaque parcelle de peau de Naoki, laissant ses mains glisser sur lui pour le faire frissonner en espérant qu'il n'allait pas dire "stop". Le rebelle n'était pas bourré et savait qu'il pourrait s'arrêter mais franchement, ça risquait de le mettre dans un sale état. Pas forcément en colère, non. Plutôt de la frustration d'en arriver là pour ne même pas pouvoir aller jusqu'au bout. Ils étaient deux mecs, y avait aucun risque d'une mauvaise nouvelle dans 9 mois!
Mais Naoki était partant, ses soupirs, ses gémissements et ses mains en étaient les signes révélateurs. Ses doigts dans les cheveux de Yoite lui firent se mordre la lèvre, c'était bien le seul moment où il appréciait d'être décoiffé et lui qui adorait les démonstrations de sentiments pendant le sexe commençait à trouver son bonheur.

Se reculant un instant avant de revenir pourtant rapidement, Yoite ne su pas trop comment prendre ces débuts de larmes qu'il aperçut dans les yeux de Naoki. Celui-ci aurait-il été plus que déçu que les choses s'arrêtent en si bon chemin? Le rebelle avait-il le droit de penser que c'était ce qu'il avait voulu depuis longtemps sans oser l'avouer? Franchement, avec tout ce qu'il avait bu ce soir, c'était même pas la peine de se poser toutes ces questions, ils parleraient demain matin/midi, ça serait sûrement plus facile.
En attendant, le cœur de Yoite rata un battement quand les cuisses de Nao s'écartèrent et remontèrent pour lui laisser plus de place. On pouvait pas être plus clair, ni plus sexy. La position était un appel au viol et s'il n'avait pas été puceau, Yoi serait passé directement à l'étape suivante. Être en lui allait certainement faire partie de ses meilleurs souvenirs. Celui de pouvoir sentir son membre dans sa bouche faisant déjà partie de la liste. Le fait qu'il soit au garde à vous plaisait déjà au rebelle, incapable de se contenter d'aller doucement pour laisser à Nao le temps d'en profiter. Il le dévorait comme il le faisait avec les autres, avec de grands mouvements assez rapides, des coups de langue comme si ce qu'il avait dans la bouche pouvait lui sauver la vie.
Pourtant, au bout de peu de temps, faire plaisir à Naoki devint de plus en plus compliqué. Son jeune amant bougeait beaucoup, se tordait dans tous les sens et si Yoite savait pourquoi, ça n'en demeurait pas moins assez gênant pour lui. Quelques secondes plus tard, Yoite dû battre en retraite sans avoir pu voir le visage de Nao au moment de la jouissance. Est-ce qu'il l'avait fait exprès? Il avait bien senti son membre durcir au point de lui dire "ça y est" mais ... non. En voilà deux qui étaient frustrés!
D'ailleurs, Yoite en profita pour faire glisser son sous-vêtement, devenu une barrière. Regrimpant sur le lit, il vint se coller à Naoki, lui laissant sans peine deviner qu'ils étaient désormais nus tous les deux, et il lui chuchota près de l'oreille :


"C'est ta façon de me dire de passer à la suite?"

Et alors qu'il lui mordillait le lobe de l'oreille en déposant de temps en temps des baisers dans sa nuque, les doigts de Yoite filèrent vers leur destination, le message étant bien passé. Un premier doigt pénétra Naoki alors que le petit asiatique lui murmurait toujours des choses à l'oreille telles que "n'aie pas peur, je vais aller doucement" ou encore "dis-moi si t'as mal". Yoite n'aimait pas brusquer, n'aimait pas la douleur sauf à toute petite dose pendant les ébats. Mais là, c'était différent, il n'était pas le soumis et infliger de la souffrance à son amant était carrément hors de question.

Laissant les minutes s'écouler alors qu'un second doigt avait rejoint le premier, la deuxième main de Yoite était retournée près de sa première proie : le membre de Naoki. Toujours aussi réactif, celui-ci criait presque à l'aide tant il voulait se libérer et les frottements de Yoite pour rester "en éveil" ne devaient pas aider. Sincèrement, il mourrait d'envie de le prendre d'un coup sec, de ne pas faire attention aux désirs de son amant mais Naoki n'était pas de ceux qu'il notera sur sa liste plus tard, il faisait partie de ses amis et devoir entendre le lendemain "c'était nul" ou "j'ai eu super mal" ne risquait pas de lui plaire plus que ça. Il voulait qu'il prenne son pied, qu'il en redemande, qu'il le supplie même!

A nouveau quelques minutes plus tard, Yoite retira ses doigts et se mit dans la position qu'il allait prendre tout à l'heure pour enfin accéder à son désir le plus cher de ce soir. Les mains sur les hanches de Naoki, son membre plus qu'excité prêt à conquérir un nouveau territoire, il fit même mine de commencer et apposa le bout chaud de son érection contre les fesses de Nao juste pour qu'il comprenne que le moment était venu. Naoki allait devenir un homme, dans un certain sens.
A ce stade-là, Yoite prenait des risques car il savait à quel point il était difficile de résister à la tentation, il n'avait qu'un mouvement de rein à faire et le plaisir serait à lui mais ... même s'il prenait soin de sa santé désormais, il avait toujours trop peur des conséquences aussi désastreuses que débiles de ne pas avoir pris 10 secondes pour se protéger. Aussi, à presque contrecœur, il se recula pour aller chercher un préservatif dans la poche arrière de son jean. Sortir couvert, qu'on a dit.

Bizarrement, il y eut ce petit changement. Alors qu'il déchirait le petit papier et faisait glisser le préservatif sur lui, Yoite tourna la tête vers Naoki pour s'assurer qu'il ne s'était pas endormi ou qu'il ne commençait pas à changer d'avis. Et ce qu'il vit le choqua. Naoki avait les joues rougies de plaisir, le souffle rapide et les yeux presque larmoyants, mélange de plaisir et de peur. Il était totalement à sa merci, complètement offert et patient. Est-ce que c'était ce qu'il voulait vraiment, lui?
Quelques mois plus tôt, il avait été très clair dans son objectif à reconquérir le cœur de son ami pour qu'ils redeviennent les meilleurs amis du monde mais surtout, il ne devait pas céder. Naoki était spécial à ses yeux, plus cher que n'importe qui et coucher avec lui n'était pas une bonne idée. Il en crevait toujours d'envie, son voisin était si sexy et érotique en cet instant mais ... non. Ils ne devaient pas en arriver tous les deux. Jamais.
Retirant le préservatif et le laissant tomber par terre, Yoite revint vers Naoki sur le lit mais au lieu de se glisser derrière lui comme il aurait dû le faire à ce stade-là de leur relation, il se glissa à ses côtés et fit en sorte qu'il se mette sur le côté lui aussi. Excités comme ils étaient, ils devaient quand même "se finir" et avant que Naoki ne se pose des questions si possible. Yoite n'était pas forcément prêt à expliquer pourquoi est-ce qu'il venait de changer d'avis, son presque-amant allait sûrement mal le prendre en plus.
D'un geste rapide donc, et puisqu'ils étaient tous deux proches de la limite, Yoite s'approcha jusqu'à pourvoir saisir le membre de Naoki et le sien en même temps, les collant l'un à l'autre et laissant sa main droite finir le travail. Glissant son visage dans le cou de Nao quelques longues secondes, il prit l'initiative de lui laisser un suçon avant de reposer sa tête sur l'oreiller pour pouvoir enfin voir la tête de son amant au moment où il allait se libérer. Connaissant le rebelle, y avait fort à parier que cette seule jouissance n'allait pas suffire à le combler mais il devait se retenir, coûte que coûte.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Fév - 2:14
M • Serveur
avatar
Messages : 149

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Il frémit en sentant son murmure au creux de son oreille. Un murmure chaud, hypnotisant, sans doute le type de voix auquel on disait toujours oui. Naoki n'en savait rien, mais là, c'était son cas. Il pencha la tête sur le côté pour lui offrir son oreille alors qu'il ondulait doucement sous le corps de Yoite, prêt à tout lui laisser, et lui faisant entièrement confiance, cherchant simplement la pression de son corps, et être entouré de son odeur.
Il poussa un petit cri sous le premier doigt. Ce n'était pas comme s'il ne s'y était pas attendu. Il avait beau n'avoir rien fait, il savait à peu prêt comment ça se passait. Sans doute en édulcoré, mais il connaissait l'existence des Yaois. La sensation était étrange mais pas désagréable, et il remonta son bassin, en soupirant d'aise, poussant des gémissements de satisfaction, semblant convaincu qu'il avait bien fait de « choisir » Yoite. Il était doux, et il prenait le temps. Ses frissons s'intensifièrent, en sentant un deuxième, et il poussa un autre petit cri. C'était moins agréable, mais ça ne l'empêchait pas de remonter un peu plus son bassin, tout en lançant un coup d'oeil à Yoite, ses joues rouges de plaisir. Surtout en sentant la main libre de son aîné sur son membre. Il murmura des petits « encore » enjôleurs qui se muèrent en « plus » et en « s'il te plaît » suppliants entre deux gémissements de plaisir.

Il finit par se cambrer en sentant que Yoite était prêt à accéder à sa demande, alors qu'il serrait les doigts sur les draps. Ca allait bien se passer. Le I don't care ferait tout pour ne pas lui faire mal. Et puis, il poussa un gémissement de frustration, sentant de nouveau les larmes montées, lorsque sa présence s'éloigna et il le regarda.

-Qu'est ce que tu fais ?

Ah, préservatif. Il n'y avait pas pensé. Il le regarda faire en se demandant s'il allait mettre longtemps. Apparemment non. Yoite semblait très habile avec ses mains. Enfin, il en avait fait l'expérience. Par contre, il avait encore moins prévu que son voisin l'enlève. Il fronça les sourcils, perdu, alors que Yoite revenait dans le lit, et le poussa à se mettre de côté. C'était quoi ça ? Il se débattit un peu, murmurant des « stop » un peu paniqué malgré son plaisir, tout en faisant attention à ne pas lui faire mal. Mais, il n'en profitait absolument pas, malgré la montée de son plaisir. Ce n'était pas ce qui était prévu depuis le début. Sa respiration saccadée l'était de plus en plus, et Naoki ne savait pas si c'était le fruit du plaisir ou de la panique. Il ne faisait que se demander ce qu'il se passait, incapable de penser à autre chose.

Il poussa tout de même un gémissement de plaisir lors de sa délivrance. Mais bien loin du gémissement qu'il s'était imaginé. Il resta regarder Yoite, interdit, choqué, tout en reprenant sa respiration. Il n'y aurait pas de suite. Il le savait, mais il espérait plus. Il le supplia du regard, de faire quelque chose, de lui donner ce qu'il lui avait promis.
Mais ça ne dura que quelques secondes, avant qu'il soit prit d'hystérie, il chercha à lui griffer le visage, et à lui donner des coups de pieds, cherchant à expulser sa frustration, sa colère, sa tristesse, sa douleur.

-Connard… Va te faire enculer… Va te faire foutre… T'approche plus… Jamais… Dégage…

Et il continuait à le frapper de toute ses forces en sentant une boule se coincer dans sa gorge. Ce qui dura plusieurs secondes, avant ça ne s'arrête aussi violemment que ça lorsque ça avait commencé. Il  lui lança un regard effaré, avant de sortir prestement du lit, un pied se prenant dans le draps, mais il parvint à ne pas tomber alors qu'il courrait vers la salle de bain qu'il ferma aussitôt à clé.
Il alluma la douche, mettant la pression au maximum pour être sûr de ne pas entendre la voix de Yoite. Il était hors de question qu'il reste ici. Qu'il respire le même air que lui. Qu'il voit son visage une seconde de plus. Les larmes débordaient, ses membres tremblaient. Ses sentiments affluaient, et il se sentait comme un animal prit au piège. Yoite n'avait pas voulu de lui. Yoite n'avait pas voulu aller plus loin. Yoite s'était simplement servi de lui, comme on se sert d'un mouchoir en papier. Et encore, il n'avait pas souvenir qu'il ait fait miroiter autre chose que la poubelle à ces fameux mouchoirs.
Oui, il était hors de question qu'il reste dans cette chambre. Il essora au maximum ses vêtements dans des sanglots étouffés qu'il essayait de contenir, pour ne pas laisser la moindre satisfaction à Yoite d'avoir réussi à l'atteindre. Yoite avait été la personne sur laquelle il avait fantasmé. La personne en qui il avait eu confiance. Il venait d'écraser tout. Il avait l'impression d’exagéré, lui-même ne comprenant pas pourquoi, il était dans cet état. Mais Naoki avait aussi l'impression que Yoite lui avait arraché quelque chose de force. Que ça avait fait des dégâts quelque part en lui. Il ne savait pas quoi. Mais il se sentait misérable.

Tomber malade était bien le cadet de ses soucis. Là, il suffoquait. Il devait sortir d'ici. Même si une parti de lui désirait seulement se recroqueviller sur le carrelage. Attendre que la tempête passe. Attendre qu'il ait pleuré autant qu'il le voulait. Pourtant, il enfilait ses vêtements mouillés. Avec difficulté, se maudissant d'avoir mit un jean slim qui lui collait désagréablement à la peau, et détestant le contact de son t-shirt. Mais tout plutôt que de faire face à Yoite. Il finit par se regarder dans la glace, et vit ses yeux bouffis, dont les larmes n'avaient pas fini de couler. Il se fit violence pour essayer de s'arrêter. Il respira profondément plusieurs fois, se demandant à chaque fois si c'était le dernier. Mais non. Il décida d'abandonner, passant de l'eau froide sur son visage, en espérant sans doute que ses yeux bouffis disparaîtrait comme par enchantement.
Il ne passa qu'une fois de l'eau dessus, trop pressé de prendre la fuite. Il respira une nouvelle fois profondément pour se donner le courage de passer dans la même pièce que Yoite, prêt à esquiver toute tentative de ce dernier pour l'arrêter. S'il prenait cette peine. Mais valait mieux être prudent… Après tout, c'était Yoite, celui qui… Il se mordit la lèvre, s'interdisant d'y penser, et sortit en prompte de la salle bain, ne faisant que regarder la porte de sortie. Celle qui signerait définitivement la fin de cette soirée horrible. Et il l'atteignit à tout vitesse, sans un regard à Yoite, alors qu'il l'a fermait le plus simplement du monde. Il se précipita vers les escaliers qu'il descendit tout aussi rapidement. Il chercha son portable, qu'il ne trouva pas. Un merde, franchit ses lèvres. Et il sentit de nouveau les larmes montées. Mais il ne resta pas devant l'entrée de l'hotel, prenant une direction au hasard.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Fév - 19:42
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 777

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Jamais, même dans ses rêves les plus fous, Yoite n'avait ressenti ce qu'il ressentait actuellement en pensant à Naoki. Il savait que celui-ci pouvait être sexy, qu'il pouvait réussir à faire ressortir chez lui le moindre désir latent puissance10, qu'il suffisait qu'il le regarde avec les yeux larmoyants pour que Yoite accède à la moindre de ses demandes mais là ... ils atteignaient un niveau hors norme. Nao le rendait fou avec ces petits cris sincères, ses frémissements constants et ses demandes surprenantes à vouloir plus. La température dans la pièce commençait à devenir insupportable pour le rebelle qui n'en n'était pourtant pas à sa première fois ... Le fait de connaître son amant, d'en avoir rêvé un certain temps rendait les choses vraiment très excitantes mais dures à gérer.
C'est pour cette raison qu'il ne resta pas plus longtemps derrière Naoki pour profiter de lui sans préservatif, se connaissant suffisamment bien pour savoir que ça n'allait que mal finir et qu'après, les regrets seraient là juste pour lui rappeler qu'il avait encore joué avec sa vie. Franchement, il était certain de ne rien choper avec Nao si celui-ci n'avait jamais rien fait mais c'était le principe, le geste à prendre à chaque fois jusqu'à ce qu'il se pose avec quelqu'un de stable ... et encore. La confiance aveugle, ça se gagnait pas en 2 secondes.

Sans répondre à Naoki quand celui-ci lui demanda ce qu'il faisait, il prit la peine de le regarder quelques instants en cherchant son préservatif juste pour le rassurer. C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'un changement s'opéra en lui et qu'il changea d'avis. Qu'est-ce qu'il faisait, c'était une très bonne question. Ce n'était pas comme ça qu'il voyait son avenir avec Nao, des moments complices, des partages de tout sauf de ça. Ça risquait de mettre leur amitié en bas de page, de les reléguer à rien d'autre que des amants comme d'habitude et c'était hors de question.
Maintenant le plus dur restait à faire. Rapidement.

Le moment qu'il avait tant attendu depuis tout à l'heure ne lui procura pas le plaisir escompté. Naoki avait déjà compris ce qu'il se passait et tentait vainement de le faire s'arrêter. Yoite n'était pas une pourriture et n'allait pas cesser tout brutalement même si là tout de suite, sa façon de faire était loin d'être parfaite. Le visage de son voisin exprima sa satisfaction au bout de peu de temps et Yoite suivit rien qu'en l'entendant gémir, satisfait tout de même d'avoir pu choper cette expression malgré tout.
Il y eut un petit instant de calme qui le conforta dans l'idée que Naoki allait se résigner tout en cherchant la discussion, quitte à ce qu'ils se fâchent mais ... ça ne dura pas. Bien vite, Yoite tenta d'attraper les mains de son amant pour l'empêcher de lui donner plus de coups et de griffures mais en même temps, il n'y mettait pas beaucoup de force, trouvant raisonnable qu'il veuille régler ainsi ses comptes. Les insultes, c'était rien ça. Vulgaires à souhait et beaucoup trop violentes mais une fois calmé, ça allait aller mieux ...


"Calme-toi s'il t... Nao, arrête allez. Tu sais bien q..."

Mais le moment ne semblait pas venu, Naoki paraissait complètement sourd à toutes discussions, toujours aussi en colère jusqu'à ce regard. Un regard intense qui laissa Yoite sur place, un regard si pénétrant qu'il sentit la honte envahir son corps. Ouais, ce qu'il avait fait était vraiment moche mais il avait ses raisons, de bonnes raisons malgré tout et c'était pour ça qu'ils devaient parler. Naoki devait comprendre qu'il comptait plus que ça aux yeux du petit japonais, qu'il méritait mieux qu'un coureur comme lui pour une première fois, qu'ils étaient trop liés pour en arriver là. Mais s'expliquer avec quelqu'un qui fuit, c'est dur.

Quittant le lit à son tour, Yoite enfila son boxer et se dirigea vers la porte qu'il savait fermée même sans essayer de l'ouvrir. Petit moment de crise qu'il allait falloir gérer maintenant s'ils voulaient retrouver un semblant de calme, semblant seulement juste pour pouvoir enfin fermer les yeux. C'était rare qu'il prenne la peine d'aller s'expliquer mais c'était pas n'importe qui.


"Nao ... S'il te plaît, ouvre la porte ... Nao? On doit parler, laisse-moi t'expliquer pourquoi j'ai fait ça. Faut pas que tu te mettes dans un état comme ça, c'est pas si grave ... Naoki?"

Mais parler à une porte, c'était pas trop son genre. En plus, le bruit de la douche lui avait fait comprendre que tout ce qu'il disait tombait dans l'oreille d'un sourd. Naoki semblait avoir besoin de temps seul, pour se calmer, reprendre ses esprits et pouvoir discuter avec lui du pourquoi. Très bien. Il n'allait pas aller bien loin de toute façon mais Yoite craignait qu'il ne reste dans la salle de bain toute la nuit juste pour éviter d'avoir à lui parler. Franchement, c'était pas bien mature, valait mieux qu'ils discutent, qu'ils se fâchent, qu'il le tape encore si ça lui faisait du bien mais ils pouvaient pas en rester là tous les deux.
Posant sa main à plat sur la porte en poussant un soupir, Yoite ajouta juste un
"Je vais attendre." avant de s'éloigner un peu et de retourner vers le lit. Ce qu'il venait de faire l'avait vraiment mis dans un sacré état, c'était l'un des meilleurs moments de sa vie tant ça avait été excitant. Les draps en portaient encore la preuve et les flashs ne cessaient de se superposer dans les yeux de l'I don't care. Il l'avait vu nu, il l'avait touché, caressé, il l'avait entendu gémir, répondre à son attention ... Franchement, il aurait vraiment aimé aller plus loin, être en lui enfin, mais ... il avait pris la bonne décision, il en était sûr.

Plusieurs minutes passèrent en silence dans la chambre, Naoki ne semblait toujours pas décidé à venir régler ses comptes et Yoite ressassait de son côté, préparant ses arguments en n'oubliant pas qu'il lui avait fait mal avant tout. Rester potes après ça risquait de lui prendre toute sa force pendant un sacré nombre de jours. Mais ils étaient adultes tous les deux, ils allaient gérer ça et passer au-dessus, Naoki allait finir par comprendre que c'était aussi le meilleur choix et q...
Redressant la tête, Yoite se releva du lit au moment où Nao quittait enfin la salle de bain.


"Tu es calm... Attends, Naoki!"

Franchement, il n'eut pas le temps de faire grand chose.
Le choc de le voir habillé lui fit perdre de précieuses secondes déjà. Aux dernières nouvelles, ces vêtements étaient trempés, donc ça devait être désagréable et il faisait froid dehors mais plus que ça, ça voulait dire que Naoki prenait le large et refusait toute discussion. Carrément.
Hors de question!
Réagissant pourtant assez vite, Yoite prit sa suite dans les couloirs de l'hôtel, se fichant de sa tenue légère. Il devait le rattraper, l'empêcher de s'en aller sans avoir discuté, habillé aussi légèrement avec des vêtements dans cet état. C'était ridicule mais l'entrée de l'hôtel, vide, le fit s'arrêter brutalement. Naoki était déjà dehors et, juste en boxer, il ne pouvait pas aller plus loin. En plus, la chambre n'était pas payée et le gérant semblait déjà prêt à lui sauter dessus s'il franchissait la porte malgré tout. Faisant demi-tour rapidement, Yoite remonta dans la chambre et claqua la porte alors que la colère montait en lui.
Il avait tout imaginé sauf ça. Ça faisait quoi d'eux? Des gamins même pas capables de se parler?! Ok, Naoki était vexé c'était plus que clair mais est-ce qu'il ne s'était pas demandé pourquoi? Jamais Yoite ne lui avait dit qu'il était plus que ça pour lui, qu'ils méritaient mieux comme relation tous les deux alors ... quoi? Est-ce qu'il pensait juste qu'il n'avait plus envie? Plus envie de lui? Il allait vite devoir reprendre contact avec lui pour bien expliquer la situation, ils pouvaient pas rester comme ça.

Enfouissant ses mains dans son visage alors qu'il glissait le long de la porte, Yoite soupira à nouveau. S'énerver ce soir n'était pas utile, tout était terminé là. Il ne lui restait plus qu'à s'en aller, hors de question qu'il reste dormir ici après ça. Son lit allait mieux le réconforter que ces draps sales et devenus froids.
Récupérant ses affaires pour aller prendre une douche, Yoite fit tomber le téléphone de Naoki et secoua la tête en se rendant compte que le contacter allait devenir vraiment compliqué. Certes, ça lui donnait une raison de le revoir, genre "Tiens, ton téléphone. On peut parler?" mais son option "GPS-je traque mes amis" tombait à l'eau. Heureusement qu'il connaissait son adresse vraiment pas loin car le trouver dans l'académie risquait d'être carrément impossible! ...

A peine un petit quart d'heure plus tard, Yoite quittait la chambre lui aussi, le portable de Nao dans la poche arrière de son jean. Il ne restait que ça de lui et la petite griffure qu'il avait sur la joue. Il aurait aimé qu'il le griffe de plaisir plutôt mais ... franchement, c'était une belle soirée de merde et cette 'exception' lui avait porté la poisse. Ce bar ... plus jamais. Cet hôtel ... plus jamais non plus. En tout cas, pas tant que les choses n'étaient pas réglées et ça n'allait sûrement pas être simple. Restait plus qu'à être insistant et patient en même temps.


[Clos.]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville :: Restaurants & Bars Lounge-