■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenade Matinale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Promenade Matinale   Dim 7 Fév - 17:12

Encore cette brûlure. Si caractéristique. Le long des veines. Jusqu'au bout des doigts. Cette brûlure qui emprionne les cris et déferle les pleurs. Cette brûlure qui donne l'impression de se battre pour rien, de lutter pour quelque chose qui n'a jamais existé. Alice, dans un coin de sa chambre se faisait violence. Ne pas hurler. Ne pas faire de bruit. Il était tard. Elle était censée dormir. Ne pas tout détruire. Il fallait qu'elle contienne toute cette force. Ne rien lâcher. Elle tremblait, le visage tordu en un cri que personne n'entendra jamais, pas même le silence qui pesait dans la pièce. Elle bougeait sans cesse. Elle changeait de position, se recroquevillant de plus en plus. La tension sur ses muscles, la pression dans sa gorge. Elle retenait tout ce qui était à l'intérieur. Il fallait que ça y reste.

Cette impression de destructuration, celle qu'on essaie de lutter en forçant sur la moindre cellule musculaire, celle pour laquelle on contracte tout son corps. Mais aussi celle qui gagne lorsque l'on est à bout de force, qu'on lâche prise parce qu'on ne trouve plus de réponse, de raison, ou quoi que ce soit qui puisse nous donner la force de continuer, de nous dire « allez, encore un peu ».

Cest à ce moment qu'on regarde vers le haut. Et c'est exactement ce qu'elle fit. Elle cherchait quelque chose, quelqu'un, un visage, une ombre, enfin une lumière. Un morceau de plafond plus lumineux que les autres. Elle attendait que quelqu'un vienne. Parce qu'elle n'en pouvait plus. Être toute seule, cela avait été son « choix ». Elle n'avait pas le droit d'imposer tout ça à quelqu'un. Même si elle en avait besoin, la présence d'une collocataire n'aurait rien arrangé. Au contraire. Elle se serait encore plus contenue.

Et à moment, tout s'arrête, jusqu'à la respiration. Comme si les réserves en énergie étaient épuisées ou comme si le temps s'arrêtait et que vous vous dîtes « Wahou, regarde où j'en suis. ». Vous vous observez pendant un temps et puis au final, tout revient.

Elle se permit de respirer à nouveau, et le soleil s'était déjà levé. La mélodie matinale se faisait à peine entendre à travers les carreaux vers lesquels la jeune fille s'était précipitée. Elle savait qu'il fallait qu'elle sorte, elle ne supportait plus cet air teinté tantôt de sang, de larmes et de sueur qui avaient coulé lors de la nuit qui venait de s'achever. Cette odeur lui semblait être collée à sa peau, avoir pénétré jusqu'au plus profond de ses os.

Elle se devait alors de chasser ce dégoût qu'elle s'inspirait, retirer les traces invisibles des ombres. Ainsi, la rouquine se précipita sous la douche, faisant attention à ne pas se brûler, à ne pas s'abîmer d'avantage, parce qu'il fallait qu'elle s'en aille au plus vite.

Après avoir sauté dans ses vêtements, la jeune fille s'empressa de sortir prendre l'air. Il était encore tôt et très peu de gens étaient déjà dehors. Elle emprunta le chemin des jardins du lycée. Tout était calme, si paisible, contrastant violemment avec la nuit qu'elle venait de vivre.

Elle s'installa dans l'herbe, savourant ce moment de silence, tout en regardant passer les quelques coureurs et les nombreux oiseaux. Apaisée, voilà ce qu'elle était maintenant, comme si rien ne s'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Promenade Matinale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Jardins-
Sauter vers: