Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Sam 23 Mai - 13:48
S • Inspecteur
avatar
Messages : 656

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Inspecteur

Matthews Ethan Aaron

I'm the best.




■ Fiche d'identité


Âge & date de naissance : 25 ans, 25 Octobre 1990
Nationalité : Américaine
Orientation sexuelle : Bi

Année d'étude : 5ème
Cursus choisi + spécialité : Médecine, spé chirurgie
Groupe : Fuck Off
Club(s) : Basket et musique


■ Physique


Une taille au-dessus de la moyenne américaine, Ethan mesure 1,85m. Il n'est pas le plus grand, mais il est loin d'être le plus petit. Mais il n'est pas le plus grand non plus, et ça l'énerve. Bien qu'il n'en complexe pas, son ego n'apprécie pas vraiment cette information. Ethan aime dominer les gens par sa hauteur. Il a horreur de lever le nez sur quelqu'un. Surtout si c'est une fille. Et il en a déjà rencontré... Foutu mannequins avec leurs talons vertigineux. Heureusement, au Japon, les filles atteignent que rarement le 1,80m.

Pesant un bon 83kg, il n'y a véritablement que du muscle, dû à de nombreuses heures d'exercices physique (une dizaine par semaine, sans compter celui de chambre). Il ne fait aucun sport d'un niveau pro, soyons honnête bien qu'il se débrouille réellement très bien, il est loin de faire les jeux Olympiques. Il en fait surtout pour éviter d'exploser trop rapidement, et pour pouvoir manger ce qu'il veut. En plus d'aimer réellement se dépenser sans compter, c'est sa petite drogue qui libère les endorphines, et sans conséquences sur sa santé. Santé qu'il prend soin seulement par le biais de l'alimentation, puisqu'il mange équilibré pour éviter les problèmes plus tard. Le reste, est souvent relégué au second plan, si bien que les foulures qu'il se fait généralement, passent à la trappe puisque la douleur disparaît plus ou moins rapidement, bien qu'il fait tout de même attention pour ne rien aggraver. Alors, les brûlures, coupures, rhume, grippe, gastro et autre, il a tendances à s'en foutre. Si pour les maladies il va chez le médecin (Il pas totalement con quand même) ça ne l'empêche pas de rester bosser chez lui, même s'il est conscient qu'il n'est absolument pas productif, il ne peut pas s'en empêcher.  
Cependant, bien qu'Ethan possède des abdos parfaitement visibles et bien dessinés, il n'aime pas particulièrement son corps, le trouvant trop « imposant ».

Une démarche vive et assurée, Ethan est incapable de rester inactif, et donne toujours l'impression qu'il a un but à atteindre et qu'il est pressé d'y arriver. Ce qui n'est pas complètement faux, puisqu'il ne fait jamais rien au hasard et son attitude le prouve. Et qui dit attitude, dit aussi gestes, bien qu'ils peuvent paraître nerveux aux premiers abords et dans certaines situations contrôlés, il n'est pas difficile pour quelqu'un d'observateur de comprendre que l'américain parle plus facilement par son comportement que par ses paroles. Dès qu'il est en confiance sa gestuelle change de tout au tout devenant plus doux, et moins brusque.

Une peau qui sent bon grâce au parfum qu'il met tout le temps, mais adepte des coups de soleil, si on le croise en été, on a plus de chance de le voir rouge écrevisse qu'autre chose, mais étrangement, Ethan est introuvable si ça arrive, heureusement, il n'en a jamais prit sur le visage, vu qu'il prend soin de protéger sa tête. Le reste de l'année, après avoir perdu le peu de bronzage qu'il a réussi à avoir, il arbore une peau blanche.
Il a aussi une tâche de naissance qui ressemble à... Rien du tout, au niveau de la cuisse, mais impossible à voir s'il n'est pas en boxer. Et encore, il faut plutôt être fin observateur pour la remarquer. Une marque qu'il tient de sa mère puisqu'elle l'a exactement au même endroit, de la même taille, et de la même forme.
Le jeune homme s'est aussi fait un tatouage pour ses 20 ans au niveau des côtes gauche. Il représente un phénix stylisé et épuré. Il n'a pas pour habitude de le montrer, et peu de gens sont au courant d'ailleurs, mise à part ses proches. Et encore, il faut que la conversation arrive à ce sujet. Et si certains font un tatouage parce qu'ils trouvent ça seulement jolie, pour l'américain, cela a aussi une signification particulière mais qu'il garde jalousement pour lui.  
Le reste de sa peau qui n'a rien de parfaitement douce, mais abîmée à certains endroits comme ses mains. Mais ce dernier ne s'en formalise pas plus que cela. Ça ne lui dit rien de mettre des crèmes pour hommes. Trop fille.

Il a des cheveux noirs qu'il coiffe de temps à autre quand il en a la patience, c'est à dire pratiquement jamais. S'armer d'un pot de gel tous les matins ça le gonfle passablement, contrairement à ses années d'adolescence, où il était en mode « BCBG ». Il les coupe relativement court, bien qu'ils aillent dans tous les sens. Parce que la coupe militaire ça ne lui plaît absolument pas, non plus. Et pourtant on remarque tout de suite que le coups de ciseaux est fait par un professionnel. Ethan a juste l'impression que ses coiffeurs savent parfaitement où ses cheveux se placent naturellement au millimètre près pour donner un effet coiffé-décoiffé. Plutôt épais et massif, il n'en reste pas moins plutôt doux.

Ces derniers mettent en valeur les traits de cet ancien adolescent assez dur pour son jeune âge, la cause étant le stress constant qu'il subit, sans qu'Ethan de ne s'en rende compte. D'ailleurs l'ensemble de son visage, bien que beau, n'est absolument pas avenant, on remarque du premier coups d'oeil qu'il est froid et distant. Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer d'avoir une tête sympa quand il était plus jeune. Depuis, il a abandonné.
Pourtant dès qu'il se met à sourire et rire, le jeune homme fait son âge, et il semble beaucoup chaleureux et accessible. Le hic, c'est que c'est plutôt rare de le voir... Insouciant. Et il est incapable de faire ce joli sourire sur commande. Seuls ses proches on pu le voir ainsi, où des étrangers qui ont pu l'observer de loin dans son cocon.
En bref, il possède un magnétisme, un charme et un charisme qu'on qualifie facilement de ténébreux, puisque beau mais qui ne donne absolument pas envie de lui taper la discut'.

Et pour finir, la partie qu'il préfère chez lui : ses yeux naturellement gris-bleu dont il tient apparemment de son grand père maternel. C'est sans doute ce que l'on remarque dès le premier coups d'oeil chez lui. Mise à part son corps musclé. C'est aussi la partie la plus expressive, puisqu'il ne parle pas énormément et donc il a prit l'habitude de s'exprimer par des mimiques en fronçant les sourcils, les haussant, les plissant d'un air suspicieux... Bref, les joies des muscles du visage autour des yeux. Il porte aussi des lunettes, bien qu'il est rare de le voir avec puisqu'il les porte seulement devant les écrans (Ordinateur, télé...) pour éviter les migraines ophtalmiques

• Particularités :

Disons le franchement... Ethan ne porte que des grandes marques (Armani, D&G, Gucci, Ralph Lauren...) quand ce n'est pas du sur-mesure. Oui, il est clairement bling-bling. Pourtant, il ne connaît strictement rien à la mode et reste dans les tons neutres (blanc, noir, gris, bleu, bleu foncé...). Il porte parfois de la couleur, mais ça reste exceptionnelle. Il fait toujours en sorte d'être bien habillé tout en restant dans son temps et son âge.
Niveau accessoire... ça s'arrête généralement aux écharpes, bracelets et chaînes tout droit sorti de son entreprise. Et le plus important pour lui, il porte une bague à l'annulaire gauche en platine, afin de symboliser de pseudo fiançailles avec Jun.
Il a aussi un piercing à la langue fait récemment, et il s'amuse assez souvent avec.



■ Caractère


Disons le tout de suite, ses défauts, il ne les supporte pas chez les autres. Et il sait qu'il en a énormément, au moins il est lucide.

Ethan possède une solide carapace, bien heureux est celui qui aura réussi à la franchir. De premier abord il paraît hautain, arrogant, dû à son caractère froid. Bien que cela ne soit pas complètement voulu, il sait très bien qu'il n'attire pas vraiment la sympathie des gens, mais ça ne le dérange pas plus que cela. Au contraire, son naturel méfiant le pousse à agir ainsi pour ne pas y trouver des amis intéressés par son argent ou autre chose. Et pour ne rien arranger aux choses, monsieur se montre très secret, puisqu'il déteste dévoiler ses sentiments par peur de railleries, mais aussi d'être abusé et se retrouver au rang de victime faible et naïve. Il déteste qu'on se moque de lui. Et sa meilleure défense, c'est l'attaque, c'est pour cette raison que le jeune homme se montre sarcastique, cinglant, provocateur... Cependant, c'est aussi pour savoir ce que l'autre cache. Et s'il arrive à cerner la personne, un sentiment agréable de supériorité naît en lui lorsqu'il a réussi à ne rien dévoiler de lui-même.

Le deuxième abord, il reste toujours aussi aimable. On remarque assez rapidement qu'il a un caractère très sanguin, et que sa patience à des limites proche de zéro. En plus d'avoir des excès de colère qui semblent sortir de nul part. Mais non, Ethan est juste une cocotte minute qui emmagasine pendant un certain temps, avant d'exploser violemment. Il a le poing relativement facile.

L'américain ne connaît pas la pitié autant envers ses proches (dans certains cas), qu'envers de parfait inconnu. Il est facile de juger, et Ethan ne se prive absolument pas pour le faire. Tout le monde a ses casseroles, et il s'en fout royalement qu'une personne ait vécu la misère si elle s'apitoie sur son sort. C'est d'ailleurs en jouant les dépressifs que le sadisme d'Ethan va pointer le bout de son nez, puisqu'il prendra un malin plaisir à remuer le couteau dans la plaie. Sauf si... La casserole est récente, et sérieuse. Là, il aura un tout autre comportement.
Il peut donc se montrer cruel et destructeur, sans réellement se rendre compte que son comportement peut être blessant. Bien que la plupart du temps, il se retient tout même, n'ayant pas pour but d'écraser une personne. Cependant, il est aussi auto-destructeur, et sévère envers lui même, si bien que son esprit critique n'épargne personne, pas même lui. Il a d'ailleurs, tendance à être bien pire, n'ayant bizarrement qu'une piètre image de lui-même derrière son arrogance.
Néanmoins, n'allez pas croire qu'il n'a aucune conscience. S'il se rend compte qu'il a été trop loin, il montrera par des gestes très subtils qu'il est désolé, bien trop orgueilleux pour s'excuser par de simple mot. De toute façon, pour lui, ce ne sont que des lettres qu'il est facile de prononcer, mais c'est beaucoup plus difficile à prouver. Sauf s'il n'aime pas la personne, là c'est plutôt s'aventurer sur une guerre d'usure et destructrice, puisqu'il est d'un naturel combatif et... tenace.

C'est d'ailleurs ce caractère qui l'a toujours poussé au delà de ses limites, autant dans le cursus scolaire que sportif. Les échecs, il connaît, malgré sa réputation à tout réussir du premier coup. Et c'est d'ailleurs dans ces échecs que l'américain a la rage de vaincre. Le mot « abandonner » ne fait pas parti de son vocabulaire, même lorsqu'il sait qu'il se pousse à bout. Son caractère obsessionnel l'empêche de se calmer malgré que ses proches s'inquiètent de sa santé. Et dès qu'un but a été atteint, le jeune homme ne prend pas le temps de savourer sa réussite partant déjà dans un autre projet. Tout doit aller vite, et il en devient une pile électrique. Heureusement pour lui, il n'a pas besoin d'énormément d'heures de sommeil. Par contre, c'est à se demander comment il a fait pour ne pas atterrir à l'hôpital pour cause de surmenage.

Allié à un goût certain pour le défi, Ethan en devient un adversaire de taille. Mais seulement dans ses domaines de prédilections. Il sait parfaitement qu'il n'a pas la science infuse, et ne jouera pas sur un terrain où il est sûr de perdre, puisqu'il est mauvais joueur. Très, mauvais joueur. S'amuser sur ses plates bandes c'est ne pas avoir peur des coups autant directs que indirects. Il a peu de scrupules, et pour lui tout ce qui compte c'est le résultat, peu importe les moyens. Et là, il n'aura réellement aucune conscience, puisqu'il s'acharnera jusqu'à ce que son adversaire abdique. Et encore, s'il s'est pas trop aventuré dans le jeu. Des penchants de sadiques peuvent vite poindre le bout de leurs nez s'il n'est pas arrêté à temps. Charmant, n'est ce pas ?  
Heureusement, on peut voir le coup venir si on fait attention. C'est quand il devient froid, autoritaire et très calme. En fait généralement, dès qu'il devient impassible et qu'il n'est pas devant son ordi ou devant ses cours, c'est mauvais signe. C'est jamais très bon pour la personne qui l'a rendu ainsi puisqu'il a tendance à lâcher ses pulsions meurtrières sur cette dernière.  

Il se laisse rarement abattre, et si ça arrive, ce n'est jamais très longtemps, et c'est impossible à voir d'un oeil extérieur s'il n'a pas envie de le montrer. S'il est peu doué pour cacher ses sautes d'humeurs, cacher ses émotions qui pourraient être une faille est pour lui, très simple, si bien que parfois, ça l'étonne lui même. Bon, il a aussi ses techniques pour fuir une réalité qu'il trouve trop... Absurde. Il s'enferme dans les cours et le sport, négligeant sans vergogne ses relations sociales. On pourrait dire qu'il gère superbement bien ses émotions (en apparence...) s'il n'avait pas le revers de la médaille. Ses tendances à tout garder pour lui, le rendent assez souvent insomniaque, sans pour autant le marquer par la fatigue... Physiquement. Psychologiquement, il devient très instable et irascible et a dû mal à faire des connections entre les liens qu'il ferait facilement en temps normal.

Il a l'habitude de ne dire que le strict minimum et parfois de mauvaise grâce. Cette manie de garder ce qu'il considère comme des détails donne souvent lieu à des disputes et incompréhensions avec ses proches.  Et le pire, c'est qu'il ne fait pas exprès. Ethan part du principe que son cercle ne veut pas savoir toute sa vie, et avec lui il vaut mieux éviter les questions bateau du style « Quoi de neuf  ? » ou « Dis moi tout », sinon vous risquez de perdre notre cher racaille qui risque de répondre tout aussi évasivement puisqu'il ne saura pas QUOI dire. Une attitude qui peut être perçu comme distante et impénétrable, alors que c'est juste un comportement d'enfant timide.

D'ailleurs si on creuse, et qu'on creuse encore, et encore... En fait, si on creuse encore plus profondément qu'un puits en Afrique, c'est une tout autre personnalité qu'on y découvre. Si la plupart des personnes ont tendances à montrer leur meilleur jour, Ethan fait l'inverse.
Réellement d'une timidité maladive derrière son arrogance et son air hautain, le jeune homme a tendance à rougir comme un gosse dès que quelqu'un essaye de s'occuper de lui et repousse spontanément la personne. Il vaut mieux insister durement pour qu'il se laisse faire, et finisse par s'y habituer. Il supporte aussi difficilement les compliments, et il a tendance à se dévaloriser, tourner en dérision, dire un simple « je sais » ou changer de sujet quand ça arrive. Et pourtant, paradoxalement, l'aîné des Matthews aime les entendre et sentir qu'on l'admire, se sentant horriblement rassuré.
Maladroit pour montrer son affection autrement que par des piques plus ou moins agressives, il aura aussi tendance à opter pour la franchise sans le moindre de tact, quand bien même ses amis ne voudrait pas l'entendre. Pour lui, l'amitié ce n'est pas une histoire de « Je suis de ton côté » ou « je te passe de la pommade » mais donner un avis objectif. La vérité vaut mieux que le mensonge, et Ethan attend la même chose en retour.
Protecteur, voire sur-protecteur avec ses amis, on peut toujours compter sur lui au moindre problème. Généralement de bons conseils, s'il ne sait pas, il le dira aussi sans hésiter pour ne pas induire en erreur ladite personne. Et s'il n'a pas de solution, vous pouvez être sûr qu'il ira la chercher, même s'il dit « J'ai pas le temps ». Il veut se sentir utile pour ses proches, et Ethan a tendance à vouloir tout porter sur ses épaules sans réellement capter ce qu'il fait. D'un naturel responsable, il en devient parfois moralisateur en voyant ses amis se laisser aller à trop de légèreté ou d'insouciance. Oui, il est chiant, et coincé.
Véritable fouine, il veut tout connaître de ses proches et pourrait rester des heures les écouter sans décrocher un mot. D'ailleurs, il préfère écouter que être écouter. Et de ce point de vue, il est une patience d'ange. Vous pourriez vous plaindre pour tout et n'importe quoi, ce populaire n'en sera jamais agacé. Pourquoi ? Parce que tout ce qui a trait à ses proches est très important pour lui. Si bien que les petites manies il les retient très facilement, il saura très vite si vous mettez du sucre dans votre café et combien, par exemple.  
Capable de chambouler tout son emploi du temps pour eux, l'américain se montre très disponible, malgré qu'il n'est pas énormément de temps devant lui. Le jeune homme a même tendance à s'oublier à leur profit, puisqu'ils ont plus de valeur que tout l'argent qu'il peut avoir.
Tactile et très... Vraiment très câlin, Ethan aura tendance à râler, grogner dès qu'on lui en fait, mais il n'esquissera pas le moindre geste pour repousser la personne, avant de finalement s'y habituer et de sourire comme un niais. Dès qu'il se sent mal, c'est un peu le meilleur moyen pour lui montrer que vous êtes là et de lui remonter le moral. D'ailleurs, s'il est au bord de l'explosion, en colère, fébrile, qu'il va trop dans tous les sens... Il suffit de... caresser ses cheveux. Non seulement il ne bougera plus du tout, mais en plus ça a le don de le calmer instantanément et de le rendre paresseux. Par contre, en public, c'est niet ! Sauf cas exceptionnel. Et si vous êtes un parfait inconnu ou une simple connaissance pas la peine d'essayer, puisqu'il déteste qu'une personne qu'il ne considère pas proche le touche.

Émotif derrière son attitude « rien ne me blesse, et je t'emmerde » même avec ses proches, une simple réflexion peut lui faire perdre sa bonne humeur, tout comme lui accorder une magnifique journée. Bien qu'il est plutôt difficile de s'en rendre compte sous ses allures de roc et ayant pour habitude d'attaquer pour se défendre. D'un point de vue extérieur, cela s'apparente à de la susceptibilité, mais il se sent bel et bien blessé ayant peu l'habitude des critiques... Quand c'est ses amis qui en font.
Très influencé par ces derniers, sous ses allures de mec buté, il a aussi tendance à les écouter même s'il ne le dit pas. Mais seulement pour ce qu'il considère comme des « détails », c'est à dire tout ce qui est en dehors de ses études, et son dossier médical, puisque pour le reste il est étrangement peu sûr de lui.

Un caractère exécrable qui donne des envies de meurtres, le jeune homme arrive néanmoins à bien s'entourer. Loin des liens superficiels, il a les pieds sur terre et ne mélange pas argent et amitié, si bien qu'il sait très bien qu'il peut compter sur eux. Néanmoins, il reste un handicapé sociale désespérant. Il n'arrive pas à assimiler le fait qu'on puisse tenir réellement à lui à cause de son caractère qu'il juge trop autoritaire, trop colérique, trop possessif, trop froid, trop violent, trop... Bref, il a dû mal à voir ses propres qualités, de ce fait, l'idée que ses proches puissent réellement s'inquiéter pour lui, ne lui effleure pas l'esprit. Pour ça, il faut lui dire... Et c'est fout ce que le chantage affectif marche sur lui.
Ayant une peur panique d'être abandonné, et sachant parfaitement qu'il n'a pas un caractère facile, Ethan compense par une générosité sans borne, une loyauté qui peut en devenir stupide et fera absolument tout pour ne pas les décevoir. Si cela peut paraître triste, c'est loin d'être le cas, puisque c'est cette mentalité qui l'aide à ne pas choisir les voies de la facilités.

Perfectionniste, et véritable bourreaux du travail, il passe des heures à compléter et apprendre ses cours, avide d'apprendre. Il y trouve toujours une fascination et une curiosité enfantine. Bien conscient qu'il ne connaît pas tout et encore moins dans tous les domaines, il se montre toujours intéressé par les choses qu'il a dû mal à comprendre et complètement en dehors de ses domaines de prédilections. Si bien que les cours, il n'y voit pas une véritable corvée mais un puits sans fond de savoir. Complètement incompétent dans les arts, il n'en reste pas moins qu'il admire la créativité des autres sans pour autant s'aventurer à essayer. Il est beaucoup plus à l'aise dans les choses logiques, rationnelles et les chiffres. Surtout les chiffres.
Cependant, Ethan reste incapable de passer une journée entière le nez dans un bouquin. Il a besoin de se dépenser physiquement, et d'aller au delà de ses limites. La satisfaction se sentir ses muscles endoloris sous l'effort et le calme de son esprit qui suit, est très loin de le lasser. Et la compétition est un des points majeurs qui le fait réellement aimer le sport, et là il n'aura aucun soucis à passer sa journée entière à faire de l'exercice physique.

• Particularités :

Il fait régulièrement des dons du sang et n'hésite pas à le faire depuis qu'il est majeure.

Fumeur, il s'en grille une quand il en ressent le besoin. C'était à dire... Rarement. Et il n'a jamais fumé en dehors de chez lui, sauf cas exceptionnel. Et il ne fume pas seulement des cigarettes, mais aussi du cannabis. En très petite quantité et rarement, et c'est plutôt en « auto-médication » quand il éprouve un stress tel qu'il a un affreux mal de dos l'empêchant de dormir. Oui, il préfère ça plutôt que de voir un médecin.
Véritable fan du café, il en prend un matin, midi, quatre heure, et soir... Au minimum. Et il avoue lui même, il en est complètement dépendant, sentant véritablement un effet de manque. Alors on lui pique pas son café !

Ce petit prince a tous les gadgets qui sorte sur le marché, mais surtout les plus chers. Sauf tous ce qui concerne Apple. D'ailleurs ne lui parlez pas de cette marque, il ne la supporte pas.
Il adore conduire, et ne se priverait pas du tout pour acheter plusieurs voitures. Pour le moment il se contente de son audi R8. Il aime aller vite, juste pour les émotions fortes et la sensation de liberté que cela lui procure.
Passionné par la médecine, et la psychologie comportemental, Ethan commence à en connaître un rayon dessus, bien que les informations qu'il a en tête soient incomplètes, puisqu'il manque de temps. Alors ne lui dite pas que la schizophrénie et le dédoublement de personnalité c'est la même chose, il risquerait de grincer des dents autre entre chose.
Malgré son esprit scientifique, le jeune homme est un catholique protestant. Bien qu'il ait tout de même une vision de la religion bien à lui. Il croit dur comme fer à Dieu, mais pas aux miracles. Selon lui, ces derniers ne tiennent qu'aux « liens » que peuvent créer les hommes entre eux. Sentiments créé par Dieu.
Claustrophobe, l'aîné des Matthews ne ferme JAMAIS une pièce à clef s'il ne laisse pas la porte ouverte. Sauf son appartement, mais ça ne compte pas. Il ne prendra jamais l'ascenseur, sauf s'il y a trop d'étages. La seule exception c'est les voitures et les avions (Vu qu'il prend des somnifères, ça règle le problème... Et si le trajet est plus long que son temps de sommeil, il fera réellement chier son monde pour faire une escale. Heureusement qu'il prend pas de vol commerciaux.)


■ Et vous ?


Prénom/Surnom : Pouet
Âge : (Facultatif) 8D

Que pensez vous du forum à première vue ? ~
Qu'avez-vous mangé ce matin ?
Autre :


_________________


The time will come, when you'll have to rise
above the best, improve yourself,
your spirit never dies!
Farewell, I've gone, to take my throne
I.D - Warriors
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Mai - 13:51
S • Inspecteur
avatar
Messages : 656

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Inspecteur



■ Histoire


Toute histoire à un début et une fin, celle d'Ethan commence par la rencontre de ses parents lors d'une réunion importante aux Etats-Unis. Nathaniel Matthews était l'héritier d'une multinationale, suivant les traces de son père et Aileen Willer, en formation avec un expert en commerce international, alors qu'ils avaient respectivement 22 et 20 ans. C'est leurs jeunes âges qui les rapprochés au début et il y a eu ce petit quelque chose entre les deux. Deux ans plus tard, ils se disaient oui, sur l'autel d'une cathédrale, malgré le scandale que cela provoqua dans la haute société New-Yorkaise. En effet, Nathaniel avait annulé ses engagements auprès d'une autre femme qui devait aboutir à un futur mariage arrangé. De plus, Aileen était issue d'une famille pauvre, et elle a gravit les échelons à la seule force de ses capacités et quelques relations bien placées. Cependant, cela n'empêcha pas la mère de Nathaniel, de dire qu'elle n'était qu'une arriviste opportuniste, entre autre chose. Ca s'est calmé seulement plusieurs années plus tard, quand il devint évident aux yeux de tout le monde, qu'ils étaient réellement amoureux l'un de l'autre.

Et un an plus tard, Aileen décida d'arrêter de travailler puisqu'elle était tombée enceinte. Grossesse non voulu. Enfin pas aussi tôt, alors que le climat familial était glacial. La cause ? Un simple oubli de pilule. Daisy, la mère de Nathaniel, n'hésita pas à y mettre son grain de sel, faisant de cette attente qui devait être accueillit dans le bonheur, un enfer sans nom en disant que ce n'était pas l'enfant de Nathaniel.

Enfance

Ethan est donc né le 25 octobre 1990 à New York dans une ambiance familiale suspicieuse et froide, et c'est après plusieurs heures de travail dans un hôpital prestigieux, qu'il poussa ses premiers pleurs. A peine quelques minutes de vie, que ce bébé était destiné à devenir l'héritier d'une des plus grandes multinationales mondiale. Et son éducation devait donc s'effectuer dans cette optique... Malgré les vives protestations de Daisy, qui ne voulait pas entendre parler d'un héritier qu'elle estimait illégitime.

Il a vécu parmi les gouvernantes d'une maison luxueuse et sa mère, dans une véritable bulle d'amour, loin de sa grand mère et des médias. Dès le début, ce petit garçon montra un sacré caractère. Il savait toujours ce qu'il voulait et appris rapidement à donner des ordres aux femmes de ménages et autres. Souvent colérique lorsqu'il n'avait pas ce qu'il voulait, les employés cédaient souvent face à ses crises tenaces. Seule sa mère et son père pouvaient prétendre avoir de l'autorité sur lui et pour cause, ils lui apprirent très vite les limites à ne pas franchir avec eux. Souvent puni à cause de son esprit de contradiction inné, Aileen se montra douce et patiente avec lui. Passionnée d'astrologie, on lui avait conseillé de parler à son petit scorpion comme ci il était un « adulte ». Elle le considérait comme une personne à part entière et lui expliquait les choses qu'il ne comprenait pas. Éternel curieux, Ethan ne quittait jamais sa mère pour cette raison, mais aussi les nombreuses marques d'affections qu'elle lui apportait. Et il était heureux, malgré son éducation plutôt dure, étant donné qu'on lui demanda d'apprendre très tôt l'espagnol et l'Allemand en plus des matières qu'il avait à l'école. Mais, il le vécut bien. Premier de la classe à chaque fois et faisant des progrès énormes grâce à la volonté de fer qu'il avait déjà. Ce petit Matthews miniature était déjà populaire, incroyablement mignon en plus de cela, bref tout lui réussissait. Et la raison pour laquelle il fournissait tous ces efforts, c'était simplement parce qu'il adorait attirer l'attention à lui. Aussi bien de ses parents que de ses professeurs et camarades de classes.
Mais n'allez pas croire qu'il était un petit ange. Souvent le premier à faire les pires coup-bas pour son âge, personne ne le soupçonnait. Et c'était incroyablement drôle pour lui. Un petit tyran en puissance. Et il en fait des malheureux et malheureuses... Cela dura quelques temps avant qu'il ne se calme. Et oui, toute bonne chose à une fin, puisque sa mère avait fini par le remarquer. Parlant calmement avec son fils dans un premier temps pour lui expliquer que ce qu'il faisait n'était pas bien, Aileen décida de l'inscrire dans un club de karaté, histoire de canaliser sa violence et son petit sadisme. Et ça marcha. Bon il n'était pas devenu le modèle de la vertu et utilisait toujours le « pouvoir » qu'il avait, mais il y avait moins de coups bas. Plus de petites filles coincées dans les toilettes.
A 6 ans, il eut une petite soeur que ses parents nommèrent Kaena. Inutile de dire qu'Ethan était très loin d'être content. Il a enchaîné les crises de colère durant un sacré moment de peur de ne plus avoir l'attention de ses parents. Et ce fut très dur pour tout le monde. Son père perdait patience, mais Aileen eut l'idée de génie de faire appel à l'orgueil d'Ethan. Lui disant qu'il était un grand garçon dont elle était fière et que pour qu'elle soit encore plus contente, qu'il devait protéger soeur. Sans omettre évidemment qu'elle l'aimait toujours autant même si elle passerait moins de temps avec lui. Et il avait compris le message. Et il a fait des efforts, même s'il s'est quelques peu renfermé sur lui-même. Mais rien de grave en soit.
A 7 ans, Kaena tomba gravement malade, et ses parents portèrent plus d'attention à sa petite soeur, tandis qu'il resta plusieurs jours chez sa grand mère qui avait, semble-t-il finit par accepter Aileen et Ethan depuis plusieurs années. Grosse erreur, puisque ce petit bout de chou fini traumatisé par ce séjour avec la méchanceté de Daisy. Cependant, loin d'être sans ressource déjà à son âge, Ethan gribouilla sur le tableau préféré de sa grand mère. Et qui plus est d'une très grande valeur monétaire et étant dans sa famille depuis plusieurs générations, réduit à néant. Autant dire, que cela provoqua une énorme colère de la part de sa grand mère, qui fit profondément peur à cet enfant qui reçut sans doute la gifle la plus douloureuse de sa vie en plus d'une insulte qu'il ne comprit pas à l'époque, mais qui le marqua profondément. Enfermé dans une chambre qu'il estimait trop petite pendant, plusieurs heures, aujourd'hui, Ethan supporte difficilement d'être dans une pièce verrouillée.
Quelques jours plus tard  il ne fut pas long à sauter dans les bras de ses parents pour pleurer tout son soûl, et ils n'eurent aucun mal à comprendre ce qui s'était passé, puisqu'Ethan dit tout, tentant d'avoir une explication au mot « Bâtard ». Sans succès, il ne sut que bien plus tard, (et il apprit par la suite que c'était sans doute parce qu'il ne ressemblait absolument pas à son père, et que Daisy n'acceptait pas Aileen. Explication qu'il trouvait plutôt juste, faisant passé sa grand mère paternelle pour une enfant, mais Ethan ne chercha pas plus loin.). Mais soit, après ces quelques jours, cet enfant pu voir avec satisfaction, son père s'énerver contre elle, alors qu'elle devenait blanche comme un linge. De plus, il ne revit plus jamais sa grand mère en dehors des réceptions et des repas de famille, et jamais seul.

Il commença d'ailleurs à assister aux soirées mondaines, que c'était doux d'être le centre de l'attention sans que sa soeur ne soit dans les parages et qui allait beaucoup mieux. Le petit garçon pouvait laisser libre court à son charme enfantin, son intelligence et surtout sa pseudo maturité. Et c'est dans l'une d'elle qu'il rencontra ses amis les plus proches : Alec, Aiden et Chris. Les premières personnes qu'il aima en dehors de sa mère et son père et qu'il traita tout de suite d'égal à égal. Fait rare pour notre petit diablotin.
A 10 ans, il commença à apprendre une autre langue en plus de celles qu'il avait déjà : le français. Et son père commença à l'amener avec lui dans l'entreprise pour lui faire découvrir ses futurs responsabilités. Il n'assistait à aucune réunion. En fait, Nathaniel, l'amenait pour lui faire prendre conscience de ce qu'il hériterait et qu'il n'avait pas intérêt à faire de gaffe. Dur à cet âge, mais ce futur pré-pubère le prit assez bien, il n'avait pas conscience encore du travail énorme que cela lui demandait et il prenait ça plus pour un jeu qu'autre chose. Donc il était content, non seulement son père lui accordait une certaine confiance, mais en plus il découvrait son futur terrain de jeu. Mais en apparence, il semblait extrêmement calme.
Alors que le groupe s'agrandissait de plus en plus, Nathaniel décida d'amener son fils au Japon durant quelques jours pour lui montrer à quel point son oeuvre était puissante, international et pouvait donc racheter n'importe quelle entreprise, c'était la lubie du moment. D'ailleurs à certaines de ces visites, il rencontra plusieurs fois, une petite Ôsen Saki dont le père était PDG d'un cabinet d'assurance santé que son père rachetait. Elle le collait et posait trop de questions qu'il ne comprenait pas (barrière de la langue), et bizarrement son air affable ne l'avait pas repoussé. Et au lieu de le laisser tranquille comme il l'avait voulu, cette dernière se montra toujours insistante, jusqu'à ce qu'il trouve la distraction idéale pour elle, du papier et des crayons, tandis qu'il se plongeait toujours dans un livre. Par contre, il fut surpris de la voir lui offrir un dessin. Objectivement, il était moche. Cependant, il avait attendu que la petite Saki disparaisse de son champ de vision pour embarquer le fameux cadeau avec lui, touché par le geste. Après tout, c'était la première fois qu'il avait l'impression de recevoir un présent qu'il semblait venir du coeur.


Adolescence

Une partie de la vie mouvementé, là où on se recherche et où l'on est rempli de doute. Ethan ne fait pas exception, malgré qu'il avait déjà un avenir tout tracé. Cependant, sa crise d'adolescence, il ne l'a pas vraiment faite. Il obéissait à ses parents et ne remettait pas en doute leurs autorités, du moins en apparence. Il était toujours autant appliqué aussi bien en cours que chez lui lors de ses cours particuliers.
Mais il y a eu des changements. Son corps se transformait et ses hormones commençaient à travailler durement. Il commença à s'intéresser aux filles, au début légèrement, mais allant croissant. Et cet adolescent savait très bien qu'il plaisait aux filles, alors il en profita largement. Sa première « petite amie », il l'a eu à 11 ans. Des petits bisous innocents, mais qui amusait tout le monde. Cela dura seulement deux mois, avant qu'il sorte avec d'autres filles, allant toujours un petit peu plus loin.
A cette époque, il arrêta le karaté pour l'Aïkido, curieux et voulant expérimenter de nouvelles choses. Mais autant dire, qu'il n'était pas bon. Cependant, il persévéra, son envie de perfection étant trop forte pour qu'il abandonne. D'ailleurs, il était hors de question qu'il arrête avant qu'il se dise qu'il avait été doué.

Espagne : Souvenirs à oublier... 12 ans

L'année de ses 12 ans, il partit en Espagne avec sa mère pour y perfectionner la langue qu'il avait apprise durant 6 ans. Il resta un an à Madrid, à suivre les cours en espagnol, ayant au début bien souvent besoin d'aide. Ils parlaient décidément trop vite et ils semblaient incapables d'articuler correctement. Sans doute la pire année de sa vie. Il se sentait complètement perdu. Ce n'était plus la même culture, la même langue, les mêmes heures de repas, les mêmes amis (il eut du mal à s'en refaire d'ailleurs à cause de son caractère hautain et introverti) il n'y avait plus la même adulation qu'il avait connu en Amérique. Et pire que tout, ses notes étaient moins excellentes, ce qui le frustrait encore un peu plus. Ce fut l'année où sa détermination fut mise à rude épreuve. Bien heureusement, il avait continué l'Aïkido pour se défouler et sa mère était toujours dans ses repères fixes. C'est sans doute grâce à cela, qu'il n'est pas resté déprimer 24h/24, 7jrs/7. Heureusement, au bout d'un moment, il a réussi à s'intégrer à peu près correctement et il ne s'est pas gêné pour piquer les copines des autres, se fichant des animosités qu'il créait contre lui. Il savait parfaitement qu'il ne restait qu'un an après tout, alors autant en profiter. On est coureur de jupons des bacs à sable où on ne l'est pas.
Et fait étonnant, durant cette période, sa soeur lui manquait. Une petite peste qui avait empoissonné sa vie avant même sa naissance, lui manquait. Celle avec qui, il avait dû partager l'attention de ses parents contre son gré. Cruels sentiments qu'il ressentait vis-à-vis d'elle. Cependant, il venait de comprendre ce que sa mère voulait dire lorsqu'elle lui répétait sans cesse de la protéger. Il en avait côtoyé suffisamment pour clamer haut et fort « une fille, c'est faible » alors il fallait les protéger. Il avait déjà un côté sacrément macho à cette époque, il faut l'avouer.
A la fin de l'année scolaire, Ethan se retrouva avec d'excellents résultats, de quoi rendre un peu plus fier ses parents. Et, il aurait pu garder un bon souvenir de ce pays avec ses « folles » aventures, si un demeuré n'avait pas eu l'audace de lui dire ce que tout le monde pensait tout bas de lui, avant qu'il ne parte. C'est-à-dire qu'il n'était qu'un petit prétentieux se croyant au-dessus de tout le monde, bon ça, il assumait, on le formait bien dans cette optique. Ce qu'il avait moins apprécié, ce fut d'entendre que tout le monde s'était moqué de lui derrière son dos, même avec les filles qu'il avait fréquenté pour le « style ». L'enquiquineur s'est proprement fait tabassé et si sur le moment cela l'avait soulagé, il fut tout de même touché en plein coeur. S'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était bel et bien d'entendre des railleries mesquines. Et malgré son tempérament froid, il en fut profondément marqué.
Son retour aux Etats-Unis fut par contre très surprenant. N'ayant pas vu sa soeur de six ans depuis presque un an, celle-ci lui sauta littéralement dans les bras, le couvrant de papouilles et autres. Bien évidemment, Ethan avait pour le coup, râlé comme pas possible, mais il avait apprécié et surtout ça l'avait rassuré de savoir qu'il avait manqué à quelqu'un après ce qu'on lui avait dit. Sans doute qu'il aurait lui même accepté de la couvrir de tendresse s'il n'était pas aussi réservé sur ses sentiments et s'il n'avait pas l'impression de trouver ça, idiot et complètement gamin. Il allait devenir un héritier d'une des plus grosses compagnies, Ethan devait donc être « fort », pour lui, cela signifiait de ne pas montrer ses émotions.
Et pendant les vacances, pour la première fois de sa vie, il eut l'impression d'en profiter pleinement. Ses parents lui avaient laissé plus de temps libre que d'habitude et monsieur en avait profité pour passer du bon avec temps avec Alec, Aiden et Chris. De très bonnes vacances malgré que les paroles de l'espagnol aient ricoché plusieurs fois dans son esprit. Et inconsciemment, il devient beaucoup plus méfiant vis-à-vis des personnes qu'il ne connaissait pas.

Allemagne : Nouveau départ, nouvelles traces... (13 ans)

Mais toutes bonnes choses ont une fin. Et ses parents avaient décidé de l'envoyer faire ses études en Allemagne. Désormais, ce n'était plus une appréhension qu'Ethan avait, mais une peur. Il ne voulait pas que la même chose se reproduise qu'en Espagne. L'adolescent avait bien essayé de convaincre ses parents pour rester en Amérique. Mais peine perdue. Prenant ses désirs pour des caprices d'adolescents, ils n'ont rien voulu entendre. Peut être que s'il s'était ouvert sur ses appréhensions, Aileen se serait chargé de le rassurer. Mais il avait décidé de garder cela pour lui, trop honteux d'être touché par ces paroles qui étaient dorénavant celles d'un inconnu. Et il était suffisamment intelligent pour régler ses démons intérieurs tout seul, non ? Pas besoin d'être rassuré, c'était pour les faibles.
Donc nouveau pays, nouvelles connaissances. L'impression de repartir à zéro. Néanmoins, personne ne le connaissait, il pouvait très bien changer un peu. Il n'avait pas l'intention de refaire les mêmes erreurs. Bourreaux du travail encore une fois, il avait bien l'intention d'avoir de meilleurs résultats qu'en Espagne. Le jeune homme décida donc de se donner les moyens. Se concentrant exclusivement sur ses études et l'Aïkido.
Enfin dans un premier temps, il comprit bien vite qu'il avait besoin d'un semblant de relations sociales pour arriver à quelque chose et ne pas rester déprimé dans l'appartement de Berlin. Cependant, il prit de réel précaution qu'il n'aurait jamais cru faire. Ethan arrêta de fréquenter les filles, mais il se montra bien plus aimable avec tout le monde. Incapable de se débarrasser de cette méfiance plus ou moins inné, il se montrait tout de même moins sur la défensive. Heureusement, cela était prit pour de la timidité, donnant l'impression qu'il était humble. Ajouté à cela qu'il ne parlait que très rarement de lui, préférant écouter que être écouté. Et sans qu'il ne s'en rende compte il était devenu le populaire introverti et mystérieux. Le petit homme n'avait pas vraiment bien compris à ce moment-là. A croire qu'il avait loupé quelque chose d'essentiel pour comprendre les relations humaines. Et à force de tergiverser, il comprit que les gens ne juraient que par les apparences et étaient incapables de voir au-delà de celles-ci. Il passa d'agréables moments, même s'il n'avait pas la vedette ça lui convenait très bien. Puisque mine de rien, il perdait au fur et à mesure confiance en lui. Les changements de son corps n'arrangeant rien, il devint plus déprimé et frustré se demandant qui il était réellement. Incapable de faire abstraction, il pouvait rester des heures dans sa chambre à réfléchir à cette question de plus en plus imposante dans son esprit.
Heureusement, l'année scolaire touchait à sa fin et bien qu'il garde un bon souvenir de ce pays, il n'en est pas non attaché. Préférant sa bande d'amis des Etats-Unis plus qu'autre chose. Et il fut surpris de voir un petit nombre de filles amoureuses de lui lorsqu'il eut fait le bilan. Plaisant, mais la fois pathétique puisqu'aucune n'avait la moindre idée de ce qu'il était réellement, le réconfortant dans ses idées noires. Mais au moins, il partit avec un petit cadeau de la plus timide de ses « admiratrices », et c'était toujours mieux qu'une phrase assassine qu'il n'avait malheureusement toujours pas oublié. S'accordant pour l'une des rares fois une marque d'affection, il posa sa main sur la tête de la dite demoiselle en lui disant de sourire et s'en alla sans se retourner.
Durant les vacances d'été, Ethan avait décidé de travailler son français, sachant pertinemment que la prochaine destination de ses études était la France. Et histoire de rendre plus faciles sont insertion, il mit tout son coeur à étudier d'arrache pied. Cependant, il n'oublia pas ses amis qui lui avaient fait connaître d'autres personnes par des petites sorties pour se changer les idées et le sortir de ses réflexions de plus en plus intenses.

France : Il faut bien commencer à tester de nouvelles choses... (14 ans)

Et puis la France, renfermé au possible, il n'avait aucune envie de faire le moindre effort pour donner une bonne image de lui. Il continua l'Aïkido et bossait toujours autant. Cependant, il était devenu plus agressif et plus méfiant. Pour se prouver qu'il avait tourné la page de cet épisode en Espagne, il se créa une carapace, bien décidé à être lui-même que ça plaise ou non. Crise identitaire, fallait comprendre. Il était un véritable petit con, envoyant tout le monde sur les roses.
De plus, il commençait à vouloir fuir ses parents, revendiquant tout bas qu'il n'était pas comme eux. Et alors qu'au début il travaillait beaucoup, cette fois il laissa tomber, ressentant le besoin de faire une pause et ne plus faire la fierté de ses parents. Mais bien au contraire, chercher celles de ses camarades. Pourtant, il restait l'un des meilleurs de sa classe.
Début de soirée comme font les « grands », un peu d'alcool, de drogue et de filles. Son petit côté « bad boy » en charmait une nouvelle fois plus d'une. A croire que malgré les divers masques qu'il avait portés, il y avait toujours des écervelées pour tomber dans le panneau. Mais une, l'intéressa plus que d'autres. Non, ce n'était pas de l'amour contrairement à ce qu'il croyait à ce moment, mais une affection particulière. Ses premiers désirs sexuels qui se manifestait en la voyant. Il est sorti avec elle pendant quelques mois et il a vécu toutes ses premières expériences avec elle. Du roulage de pelles à sa première coucherie pour se prouver qu'il n'était plus un « gamin ». Et ces faits lui firent gagner en assurance. Les garçons de son âge l'enviaient et il passait progressivement de renfermé hostile à petit branleur.
Le cannabis, il y toucha pour faire comme tout le monde, de même que la cigarette, même s'il n'en devint dépendant d'aucun des deux. Quant à l'alcool, c'était seulement des petites cuites. Bref, l'adolescent qui s'y croit, alors qu'il avait seulement 14 ans. S'il devait qualifier son comportement maintenant, il dirait simplement qu'il était puéril, mais c'était l'âge, avec une certaine honte. Ethan devint aussi plus bagarreur, loin de se faire marcher sur les pieds et développa son côté franc, sarcastique et moqueur. Le genre d'attitude que tous parents rêveraient de voir chez son enfant. Encore aurait il fallut, qu'ils soient au courant, puisque cet adolescent ne faisait aucune vague au sein de l'établissement qu'il fréquentait. Non, il avait l'intelligence d'attendre la fin des cours pour régler ses problèmes. Et puis, c'était sa façon de défier l'autorité parentale, après tout il n'était pas comme eux, aussi conformistes, aussi restreint par les problèmes. Non, il était bien plus audacieux et n'avait pas peur des pseudo danger qui l'entourait. Sachant parfaitement qu'il ne pouvait pas les défier en face, pour le respect et toutes autres futilités, Ethan avait décidé de le faire en douce. Mais c'était tout à fait normal pour un adolescent en crise, non ?
Cependant, ce comportement ne fut pas très longtemps gardé secret, puisque les parents appelaient Aileen pour se plaindre. Et c'est un mur en béton armé qu'Aileen rencontra en pleine poire, et les disputes entre mère et fils se firent plus fréquentes, si bien que les conversations se résumèrent souvent à des "bonjours" pendant un certains temps.
C'est durant cette période, qu'Ethan rencontra Miya Chanteclair à un bal de charité. Ca été... Comment dire... Explosif ? Si c'est deux là se montraient poli l'un envers l'autre devant leurs parents, en privée, c'était les insultes qui fusaient accompagné de doux regards... Assassins. Autant dire que l'adolescent prenait un plaisir malsain à l'énerver pour entendre des insultes qui lui faisait tout de même rire.

Nouvelle fin d'année scolaire, où il s'en sorti avec des notes honorables, mais très loin de plaire à ses parents. Et pour la première fois, il n'avait aucune envie de retourner en Amérique. Il se sentait lui-même en France, bien qu'il ne savait pas vraiment ce qu'il valait. Il se fit de belles amitiés qu'il ne regrette pas et dont il a toujours contact, dont cette fameuse fille avec qui il avait couché.
Et pendant ses vacances, il initia ses amis d'enfance à ces nouvelles découvertes qu'il avait appris lui aussi par les autres. Une période mémorable à l'abri des jugements adultes. Et Ethan en profita croyant qu'il ne verrait plus ses amis avant les prochaines vacances d'été, se demandant dans quel pays cette fois, ses parents l'enverraient. Et surprise générale, il restait sur le continent. Néanmoins, maintenant qu'il était capable de parler couramment l'espagnol, l'allemand et le français, l'adolescent devait apprendre le japonais et un peu le russe. Un ras le bol monumental qui retentit dans son esprit. Il voulait une adolescence normale, sans ressentir la pression constante du titre « futur héritier » qu'il appréciait de moins en moins. Il finit d'ailleurs par le rejeter avec force. Et pour prouver sa « rébellion », il se montra insolent et feignant avec ses professeurs particuliers. Le jeune homme n'aurait peut-être pas dû, étant donné les conséquences qui se rabattirent sur lui. Privé de sortis, obligé de garder sa soeur qu'il trouvait de plus en plus envahissante alors qu'il y avait des gouvernantes et sa mère, qui d'ailleurs en profita pour faire partie de plusieurs associations caritatives. Plus de jeux vidéos, de télé, d'internet, ni de relations sociales. Durant les vacances, ça fait très mal, il avait même l'impression que Kaena âgée de 9 ans à cette époque, sortait plus. Et dans une grande maison où on a le choix entre s'ennuyer et bosser les langues, le choix était très vite fait. Ethan détestait rester inactif. Lui qui voulait une vie d'adolescent normal, il avait une punition normale, dixit Nathaniel Matthews. Son humour n'était pas vraiment au goût de son fils. Mais soit, il comprenait qu'il n'avait pas le choix et il décida de se motiver en se disant qu'il serait meilleur que les autres. Et notre cher petit prince pourrait sortir de chez lui et n'aurait plus l'impression de se faire narguer par sa soeur.

Amérique : Naissance d'un petit tyran en puissance... (15 ans)

Rentrée scolaire qui pour la première fois fut avec ses amis d'enfance. Et c'était un véritable plaisir de ne pas recommencer dès le début. Même s'il ne l'avouera jamais, il se sentait moins perdu et plus confiant. Tellement confiant d'ailleurs qu'il imposa sa loi dans l'école avec l'aide de ses amis plus ou moins consentant, assez rapidement. Et le pouvoir ça monte à la tête rapidement. Ethan n'a pas fait exception. Fallait comprendre, beau, sublime, magnifique, intelligent, riche... Ok l'auteur en fait un peu trop là. Mais le principe y est. Et ce petit tyran de cette époque enchaîna les conquêtes, mais attention, c'était toujours ces belles adolescentes plantureuses qui font tourner les têtes de n'importe quels adolescents. Et il eut pas mal de « garces » dans le lot, dont Ethan s'était fait un plaisir de détruire passionnément. Son penchant sadique et rancunier, faut comprendre.
Niveau scolaire, ce dernier avait pour changer, d'excellents résultats, lui ouvrant de plus en plus de portes pour les plus prestigieuses écoles du monde. Comme quoi, le goût de la compétition était toujours ancré en lui et ne semblait pas vouloir le quitter.
Il arrêta son sport de combat actuel au profit du Taekwondo, où il fit énormément d'heures pour calmer ses nerfs de plus en plus à vif. Oui, il a encore changé malgré qu'il n'ait jamais atteint le plus haut niveau en karaté et en Aïkido, Ethan avait toujours pris ça pour un plaisir avant tout. Et il commençait à se lasser, alors autant changer, même s'il y avait plus fort que lui. Oui bon ok, dans les nombreuses compétitions qu'il avait faites, ça l'énervait de ne pas être premier tout le temps. Pas de sa faute, il a toujours été mauvais joueur.
Cette même année, il fit un petit saut au Japon encore une fois. Ce futur héritier resta au pays du soleil levant durant une semaine, pour être présent à deux simples réceptions. Frustrant alors qu'il était en vacances et qu'il aurait pu sortir avec ses amis. Foutus parents ! Mais soit, fallait s'y plier. Tenue de pingouin soigneusement choisi par sa mère, petite robe chic pour sa petite soeur, les deux étant faits sur-mesure par un créateur français. Et bien qu'il n'aimait pas vraiment les soirées mondaines, il se montra poli et parfaitement exemplaire aux yeux de ses parents et autres. En apparences seulement, évidemment. Ethan Matthews qui ne fait pas de coup-bas, n'est plus Ethan Matthews. Et sa petite victime fut Saki Ôsen. La petite qui lui avait fait un joli dessin tout moche, mais qui l'avait touché malgré lui. Et bien pour ce fait, monsieur avait décidé de la haïr, parce qu'elle avait réussi à donner un peu de couleur à son coeur lorsqu'il était gosse. Oui, il lui en voulait pour ça, qui était à ses yeux à cet instant, de la faiblesse. Et ce ne fut pas bien difficile de la détruire au vu de son déguisement et de son impolitesse dont elle avait fait preuve. Ce qu'il lui a dit ? Et bien à vrai dire il ne s'en souvient plus. Mais il se rappelle de son air renfrogné et peureux. Ce qui lui avait donné encore plus envie de l'achever sans sommation. Sans pitié, effectivement. Le mot « enfoiré » avait bien fait le tour de son école, mais malgré tout, il avait été adulé. Allez trouver de la logique...
A la deuxième, il rencontra de nouveau Miya. En soit, ce n'était pas vraiment exceptionnelle, il avait eu l'occasion de la voir plusieurs fois, et il eut les habituelles piques. Le côté moins sympa fut d'entendre la possibilité d'un mariage arrangé. Il se souvint encore de sa première pensée « Oui, mais non », alors qu'il semblait réellement avoir des envies de meurtres envers la demoiselle qu'il ne cacha d'ailleurs pas, avec un simple regard et... Elle le lui rendit très bien. Difficile de nier que les deux principaux concerné détestaient cette idée. Néanmoins, Ethan ne fit aucune vague, ayant retenu le mot « possiblement » donc pas sûr. Il avait plus qu'à faire foirer tout ça, en devenant encore plus exécrable avec la demoiselle.

Néanmoins, bien qu'Ethan n'eut pas une adolescence des plus malheureuse, après tout, il avait l'amour de ses parents, et ne manquait de rien, il était assez difficile à dire s'il était heureux ou non, puisqu'il souriait véritablement que très rarement.

On se fait toujours avoir lorsqu'on s'y attend le moins (16 ans)

L'année suivante, il resta dans la même école et il vécut sa première véritable histoire d'amour. Le premier qui ressemble à un compte de fée, qui semble le moins réaliste et où l'on croit qu'on restera avec la même fille toute sa vie. Tout le monde se serait attendu à ce qu'il sorte avec la pom-pom girl. Mais non, enfin si, il est sorti avec pendant deux semaines, pas plus. Non, monsieur n'a pas craqué non plus pour la petite pauvre maltraitée de tous, ni même pour la moche qui une fois relookée est le canon de l'école. C'était une riche, petite, ronde et horriblement grande gueule. Une vipère du nom de Elea. Bon ok, il avait cherché en l'attaquant sur son physique, en bon salopard. Mais quand même, alors qu'au début elle avait été timide sous ses attaques en ne disant rien, elle avait fini par se rebiffer. Lui, il avait plutôt connu l'effet inverse. De joutes verbale, ça finissait aux mains. Une vraie saleté en soit. Elle osait tout faire. Et son entre-jambe s'en souvient parfaitement bien. A ce moment-là, il avait cru pouvoir dire adieu à sa descendance. Et en plus, elle mordait. Bref, ils se détestaient cordialement. N'hésitant pas à s'humilier à la moindre occasion. Le tournant fut sans doute, lorsqu'il lui vola son premier baiser devant tout le monde. Bon, au début il ne savait pas, mais il avait bien deviné en la voyant rougir. Douce victoire où il s'était accordé un sourire sadique. Petite effarouché, elle avait bien eu de la chance d'avoir goûté à ses lèvres, mais apparemment elle n'avait pas la même vision des choses. Il devenait la seule et unique victime de ses coups foireux et Ethan n'aurait jamais imaginé qu'Elea avait autant d'imagination pour le mettre dans des situations plus cocasses les unes que les autres. Et entre les courses poursuites dans les couloirs, l'adolescent croyait qu'il allait faire un meurtre. En fait, il l'aurait fait depuis longtemps si l'assassinat de personne indésirable était autorisé.

-Je vais la tuer !
-Qui ça ?
-Cette garce, tiens !
-T'as qu'à la laisser tranquille...
-Jamais ! C'est le sexe faible, c'est à elle d'abandonner.
-Sérieux, je me demande comment vous faites pour pas vous faire pincer par les surveillants.
-Et moi, je me demande comment j'ai fait pour pas acheter un bouquin sur le meurtre parfait, ou engager un assassin.
-Qu'est ce qu'elle a fait cette fois ?
-Elle a foutu des laxatifs, je ne sais comment, dans mon coca.
-Brillant !
-Te marre pas, c'est déjà suffisamment humiliant.
-Ca explique ton absence en cours.
-Toi qui te plaignais qu'elles étaient toutes faciles à avoir et qu'elles étaient trop docile, t'es servi.
-Je les préfère facile, finalement.
-Trop tard... Dieu a entendu ta prière, et à exaucer ton voeu. A toi d'assumer, vil pêcheur !
-Donnez moi une idée de vengeance, au lieu de vous foutre de ma gueule, les gars.
-Houlà, t'as dépasser notre pauvre imagination depuis longtemps !
-... Ok, j'avoue, elle est douée, la grosse.
-Je trouve qu'elle a perdu du poids depuis que tu la courses...
-Su-per ! Elle me pourrit la vie, et en plus j'ai un effet bénéfique sur sa santé !

Le lendemain, la vengeance ne se fit pas attendre, puisque Elea se retrouva avec des petites larves hannetons dans son sandwich. Et lorsqu'elle le remarqua, elle courut directement vers les toilettes, Ethan attendant patiemment devant, un sourire victorieux sur les lèvres. Oui, il fallait qu'il admire son oeuvre. Bon le résultat ne fut pas vraiment ce qu'il attendait, alors qu'il l'imaginait dans une colère noire, la demoiselle était blanche comme un linge. Et la seule chose qu'il trouvait à faire, c'est de la porter comme un vulgaire sac à patate jusqu'à l'infirmerie. Inutile de dire qu'elle avait essayé en vain de se débattre, bien qu'il ait soupçonné à ce moment-là, qu'elle le faisait simplement pour la forme.
Et il resta là, à faire le piquet à côté de son lit, piquant son portable pour avoir son numéro sans qu'elle ne le sache. L'adolescent ne savait pas trop pourquoi il faisait ça, suivant simplement son instinct, se disant que c'était juste au cas où et qu'il ne l'utiliserait jamais. Et puis, il partit sans un mot pendant qu'elle se reposait.

Et le soir même, il ne put s'empêcher de lui envoyer un message pour lui demander si elle allait mieux. Genre, il était inquiet, mais non pas du tout. Juste... curieux. C'était ça, oui. Curieux de savoir si elle arrivait à se remettre de ce coup-bas. Et la réponse ne s'était pas fait attendre :
Citation :

« Ouais et c'est pas grâce à toi, connard ! »
Malgré les propos violents, le texto l'avait amusé, lui prouvant qu'elle était en pleine force. Il n'aurait plus qu'à attendre sa prochaine vengeance. Et les semaines passèrent sans que rien ne se passe. Et Ethan avait beau la provoquer, Elea ne réagissait plus. Se disant que c'était tant mieux, il devint vite plus irascible, remarquant que ça lui manquait. Le petit sourire vengeur de l'américaine, le jeu qu'ils avaient joué tous les deux avec passion. Sa vie semblait beaucoup moins intense, trop tiède pour qu'il reste de marbre. Saleté de fille, elle ne pouvait pas jouer son rôle jusqu'au bout, finalement. Et il s'en plaignait auprès de ses amis, tandis qu'eux se contentaient de lui adresser un petit sourire sournois qu'il ne comprenait pas et qui l'agaçait encore plus.
Et puis un jour, il explosa. Et c'est Elea qui pris tout sur le coin de la figure. Pas un coup-bas, puisqu'elle ne réagissait plus. Non, Ethan alla directement à la confrontation et sans douceur. La chopant dans la bibliothèque, il n'eut droit qu'à un mur de glace. Alors qu'à l'accoutumer, il se contrôlait parfaitement, cette fille avait le don de lui faire perdre tous les moyens, par il ne savait quel stratagème. Et il avait bien l'intention de la pousser à bout en se servant de l'inexpérience de l'adolescente dans les relations de couple. Et, ce jour-là, il se dégoûta. Il n'avait rien tenté, mais il avait été assez explicite pour lui faire peur. En temps normal, il aurait été fière de son coup, mais bizarrement sur elle, cela avait eu l'effet inverse. Cela lui semblait complètement anormal et la seule chose qu'il avait voulu faire à ce moment, avait été de la réconforter. Cependant, il s'était enfui avant de pouvoir faire quoique ce soit...

Et il avait bien l'intention de faire disparaître cette impression qu'elle avait sur lui. Enfin, ça c'était sans compter les affaires des parents qui avaient signé un contrat l'un avec l'autre, quelques semaines plus tard. Et pour fêter cette réussite, ils avaient organisé une réception. Et forcément, Elea était présente. Alors qu'Ethan était suffisamment anxieux à cause de la pression que son père lui mettait, voir la jeune fille habillée élégamment, sans ses vêtements trop larges qui ne lui allaient absolument pas, fut la goutte d'eau. Il avait très bien compris qu'il avait des sentiments pour elle, mais il était hors de question qu'ils les acceptent. Que ce soit elle, ou une autre. Et il but discrètement lors de cette soirée mondaine, discrètement mais sûrement, avant de s'isoler et de s'enfouir dans une dépression, convaincu que personne ne remarquerait son absence. Sauf une, celle qu'il aimait et détestait à la fois. C'était du joli, tout ça... Et comble de la malchance et avec l'aide de l'alcool dans le sang, il attira la demoiselle à ses genoux, passant sa main sur sa taille, tandis qu'il enfouissait sa tête au creux de son cou pour y puiser un peu de réconfort. Le reste, il ne s'en souvient plus trop, il sait qu'il l'a embrassé doucement pour ne pas la brusquer. Et que le lendemain, il lui avait demandé de sortir avec lui. Elea avait dit non, mais il avait été hésitant et le damoiseau avait persévéré avant qu'elle accepte finalement. D'ailleurs, à ce moment-là, il avait « suggéré » à une amie de faire les boutiques avec Elea et de refaire sa garde robe. Non pas que son style vestimentaire ne lui plaisait pas (enfin y avait de ça). Mais il avait très bien compris que sa dulcinée complexait sur son poids. Certes, elle était un peu ronde et n'était pas de ces beautés qui feraient retourner un homme dans la rue, mais elle avait du charme et il la trouvait terriblement sensuel, de quoi exciter sa libido. Alors, ça lui paraissait évident qu'elle se mette en valeur et qu'elle apprenne à s'aimer tel qu'elle était. Et Ethan savait très bien que les vêtements jouaient sur le mental. De son point de vue, elle était magnifique et ceux qui avaient osé dire que c'était un « thon » s'étaient retrouvé avec un poing dans la figure.
Et la première fois qu'il coucha avec elle, fut pour lui magique. Alors qu'elle montrait un caractère entier à chaque instant, ce jour-là, elle s'était montrée timide, restant caché sous le drap pour ne pas qu'il voit ses petits poignets d'amours. Ethan avait mis des heures à la rassurer, voulant voir ces formes qui manquaient aux autres filles. Et il fallait avouer qu'il les adorait et les raffolait. Enfin quelque chose de voluptueux à caresser.
Et au fur et à mesure de leur relation, elle devint plus épanouie, au plus grand bonheur de l'adolescent. Elea se lâchait plus facilement et ils testèrent beaucoup de choses dans leur relation intime, si bien qu'il en garde des moments mémorables, aussi bien des fous rires que les moments les plus passionnel et les plus tendres. Une véritable relation intense, où ils arrivaient à se disputer avant d'en rire la seconde d'après. Il fut incroyablement tendre et romantique avec elle, allant du cadeau le plus onéreux, jusqu'à donner son nom à une étoile. Il faisait toujours en sorte qu'elle ait toujours le sourire aux lèvres, l'écoutant durant des heures sans se lasser le moins du monde. Et il découvrit qu'il était d'un naturel secret quant à sa relation avec elle en public. Pas parce qu'il avait honte, loin de là. C'était juste... Privée. Il ne l'embrassait jamais longuement devant tout le monde, cependant, elle avait toujours le droit à de petites marques d'affection, tel qu'un bisou sur le front avant de s'enfuir en cours, ou effleurer doucement son cou avec sa main. Par contre, Elea ne se gênait pas pour sauter dans ses bras, lui rouler le patin du siècle devant ses camarades, ou encore jouer avec ses nerfs en le laissant sur sa faim. Si au début cela l'avait énervé, il avait découvert que c'était ces petites choses qui la rendaient irrésistible. Le mauvais point, c'était qu'il y avait quelques garçons qui la draguaient et le plus dur pour lui, fut de brider sa jalousie et son envie d'exclusivité.
Grâce à elle, Ethan ne martyrisait plus les plus faibles et il se montrait beaucoup plus calme et mature. Reprenant goûts aux études sans avoir l'impression de se forcer pour faire plaisir à ses parents, il alla jusqu'à assumer son futur héritage sans protester, mais en contre partie d'un salaire... Très conséquent (Si au début Nathaniel n'avait pas cédé, il avait vite compris qu'il avait intérêt à dire oui en voyant son fils joué les simplets dans l'entreprise). En plus, il se montrait beaucoup moins colérique, et il était plus facile de lui parler. Sa petite amie n'avait donc que des effets bénéfiques sur lui. Au plus grand plaisir de ses parents, qui ne se seraient jamais doutés qu'ils sortiraient avec une fille comme elle.

Ses 17 et 18 ans se sont passés dans une routine typique d'un ado riche amoureux, sans entendre parler d'un mariage arrangé avec Miya, ou alors il choisit de ne pas l'entendre. Ses résultats toujours aussi excellents à force d'acharnement de plus en plus rigoureux. Et désormais, il était capable de parler correctement le japonais et pouvait tenir une conversation simple en russe. Son père avait décidé de le faire assister à ses réunions, quand il avait du temps libre, sans qu'il prenne cependant la moindre décision. Il devait simplement écouter. Et par les nombreuses obligations imposées par ses parents, Ethan avait de moins en moins de temps à accorder pour Elea. Ils finirent donc par se séparer, enfin Elea finit par s'envoler dans les bras d'un autre. Il mit quelques temps à s'en remettre véritablement, malgré qu'il ait merveilleusement bien réussi à cacher ses émotions, pour que personne ne puisse se douter du mal qu'il ait réellement eu mal. Parce qu'il ne voulait pas en parler, et encore moins qu'on le taquine à ce sujet. L'idée qu'on puisse s'inquiéter pour lui, ne lui effleurant même pas l'esprit.
Il eut aussi le droit de connaître les contacts louches de son père, et particulièrement la mafia russe. La première fois, l'américain eut la peur de sa vie, et à la fin de l'entretient, Ethan se souvient encore qu'il avait vidé son repas dans les toilettes. Il fit d'ailleurs plusieurs allé et retour entre Moscou et New York, où il croisait plusieurs fois un jeune homme aux yeux vairons. S'ils ne sont jamais parlé, Ethan se souvenait parfaitement de lui avec ce regard... Perturbant.
C'est voyant ces contacts, et en remarquant que c'était justement ça qui lui plaisait que l'américain arrêta tout contact avec eux, et décida de laisser la succession de l'entreprise à quelqu'un d'autre. Il préféra s'orienter vers la médecine qui était beaucoup plus à son goût. Autant dire que ses parents n'ont pas dû tout apprécier, mais ils l'ont laissé faire, estimant que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Il préférait nettement le bonheur de leur fils.

Néanmoins, il n'abandonnèrent pas l'idée du mariage arrangé...


Hoshi no Mûsu

A 20 ans ses parents l'envoyaient au Japon et cette fois-ci, il serait seul, maintenant qu'il avait autant la majorité en Amérique qu'au pays du soleil levant. Sa mère lui apprit que Miya habitait aussi là bas, le mariage arrangé étant de nouveau au goût du jour. Il se retint aussi de dire qu'ils se détestaient qu'il ne comprenait pas pourquoi leurs parents s'acharnaient ainsi, si c'était pour divorcer trois ans plus tard.
Et l'académie la plus proche était XX qui avait une très bonne réputation, bon par contre, il y avait Saki Ôsen dans ce même établissement... Le monde est petit décidément. Cependant, le jeune homme se souvenait toujours de l'amabilité avec laquelle il l'avait traité la dernière fois qu'il l'avait vu. Son visage ne s'était pas effacé de sa mémoire, malheureusement.
Il passa sa première année tranquillement, envoyant balader quiconque faisant trop de bruit en amphi, et en étant aussi aimable qu'une porte de prison. Il prit beaucoup de poids, mais en masse musculaire, il passa à un poids moyen de 78kg à 83kg, malgré son visage qui se creusait peu à peu à cause du stress et parce qu'il perdait ses joues d'adolescents, le rendant plus vieux que son âge, et le rendant davantage attirant, étrangement.
Au cours de son année, il ne croisa pas une seule fois la petite Osen. D'ailleurs, il sentait qu'elle devait l'éviter, étant donné le merveilleux souvenir qu'il lui avait laissé. Si c'était bien ou mal, il ne savait pas, mais ça l'arrangeait bien puisqu'il éprouvait de plus en plus de culpabilité envers elle.
Par contre, Miya... Il l'a très souvent croisé. Et il devait avouer qu'il fut réellement odieux avec elle, dans le simple but d'essayer d'annuler cette idée de mariage arrangé. Le point culminant c'est quand il apprit que la demoiselle avait eu les clefs de son appartement alors que ses parents étaient de passage au Japon. Sa mère avait semble-t-il trouvé l'idée bonne. Il avait dû se retenir d'exploser, étant donné que c'était SON appartement. Payé avec son salaire. Dès qu'ils étaient partis, Miya eut le droit à une magnifique phrase pour l'empêcher de passer à l'improviste « Entre sans prévenir et je te préviens que tu risques de me voir au lit avec des p*tes ». Le pire dans cette histoire c'était que c'était vrai. De plus, depuis avec sa rupture, Ethan s'était renfermé comme une huître, ne pouvant s'empêcher d'agresser quiconque essayait de l'approcher.
Sauf une personne... Wunjo, le russe qu'il avait croisé dans la mafia avec ses yeux vairons. En même temps, il allait éviter de se mettre à dos un tueur, déjà qu'il avait faillit l'écraser avec sa voiture... Il n'apprit qu'un peu plus tard que le blond ou plutôt brun à cette époque, avait quitté l'organisation et qu'en fait, il était un véritable bisounours adepte des câlins, et il se lia d'amitié avec lui, se détendant souvent aux bars à draguer des minettes pour les envoyer balader en faisant le concours de celui qui était le plus cassant avec elles. Ils vinrent à se considérer très vite comme des « bros ».
Et puis, il eut Kim qu'il rencontra l'année suivante. Ce coréen légèrement casse couille avec son optimisme qui lui donnait souvent envie de l'étrangler et qui restait discuter avec lui, sans qu'il sache vraiment pourquoi. Kim eut d'ailleurs besoin de plusieurs mois avant que l'américain l'accepte dans son entourage et que sa langue se délie pour dire autre chose que des vacheries. Et malgré qu'ils soient complètement opposé l'un et l'autre, il y a quelques points communs qui on fait que le coréen est devenu son meilleur ami, au point qu'Ethan se met à redouter son jugement souvent sévère. Mais il eut quand même le droit au doux surnom de « Simplet ».
Une routine qui s'installait tranquillement, mais Miya -qui lui causaient toujours autant de soucis- lui avait annoncé qu'ils allaient se fiancer prochainement. Autant dire, qu'Ethan fut les premiers mois dans une rage folle, cherchant un moyen de briser les fiançailles, sans pourtant y mettre toute la détermination dont il était capable... Ils se sont finalement avoués leurs sentiments pile poil avant les bagues entre deux cris et larmes. Malheureusement, leur relation à été brève. Ils furent à deux doigts de se marier, et d'emménager ensemble par son initiative, mais l'américain décida de couper court, sans aucune explication.

Par la suite, Wun décida de retourner en Norvège afin de retrouver sa famille adoptive. Ethan n'a plus de nouvelle, mais il ne lui en veut absolument pas. Son « bro » a autre chose à faire que de se caler devant un ordi pour lui envoyer un mail. Il a dû temps à rattraper avec sa famille, et du moment qu'il est heureux, le jeune homme ne lui en tient pas rigueur.

Et puis, Ethan avait d'autres choses en tête comme… Ses nouvelles expériences homosexuelles. Avec deux hommes, le premier était par curiosité, le deuxième… Une boulette, puisque c'était le meilleur ami de Wun, Yoite Unden. Au début, ils ne s'appréciaient pas, mais ils ont fini par se supporter, sans qu'Ethan puisse comprendre comment ils ont fait pour en arriver là. Il était bien décidé à revenir aux femmes. Qu'il n'avait pas abandonné, mais seulement elles. Il rencontra une certaine Taylor avec qui il passa quelques nuits, avant de ne plus se revoir. Le jeune homme s'intéressa à… quelqu'un… Un homme. Il n'a pas été long à se l’accaparer, mais il a prit énormément de temps à l'assumer. Et pour ne rien arranger aux choses, sa sœur avait décidé justement à ce moment là de venir habiter à Hoshi no Mûsu.
Il s'est lancé dans une relation passionnelle… Les disputes sont souvent au rendez-vous, et autant dire que le couple a été sur le fil pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'il ait un accident de moto. Depuis, ils ont une relation beaucoup plus calme, ayant tous les deux eu un accord tacite pour se calmer et mieux communiquer. Enfin, jusqu'à ce qu'il apprenne qu'il était papa… Grâce à Taylor. Autant dire que le couple vit dans une bulle de faux semblants, mais Ethan ne cherche pas à la briser. Bien au contraire... [/color]

_________________


The time will come, when you'll have to rise
above the best, improve yourself,
your spirit never dies!
Farewell, I've gone, to take my throne
I.D - Warriors
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Aoû - 13:42
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 748

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Évidemment, tu es validé!
Ta fiche a tout ce qu'on demande et les détails des dernières années sont bien là.
Faudra juste pas oublier de t'inscrire dans le club de musique quand il sera ouvert :)

Profites-en bien o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Votre personnage :: Étudiants & Voyage Scolaire (lycée, université) :: Fiches validées (2015/2016) :: Université-