■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Birthday Party !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 685


HnM
Un mot:

MessageSujet: Birthday Party !   Sam 19 Déc - 14:23

Parce qu'avec des efforts et de la patience on peut tout réussir, Kyôsuke et Yoite avaient fini par devenir amis. Pas des amis super proches du style inséparables et tout le temps ensemble, mais suffisamment amis pour que l'un soit invité à l'anniversaire de l'autre.
Depuis les vacances d'été où ils s'étaient rencontrés dans le salon de l'académie par pur hasard, Yoite et Kyôsuke avaient bien avancés. Ils s'étaient revus dès le lendemain pour s'habituer à être ensemble, ils avaient appris à se connaître à travers des questions somme toute habituelles mais nécessaires, ils avaient ri devant un bon film, ils avaient partagés de nombreux repas ensemble et plusieurs photos. Cela va sans dire que le jeune garçon avait rapidement été présenté à l'entourage amical de Yoite et même s'il ne faisait pas forcément partie intégrante du groupe car il était plus jeune qu'eux donc leurs horaires ne correspondaient pas vraiment, le rebelle aimait passer du temps avec l'odd qu'était Sa-chan. Celui-ci était toujours aussi allergique à son contact et ses réactions amusaient encore Yoite, mais ils progressaient quand même!

Aussi, en ce 3 Décembre alors que Kyôsuke atteignait ses 17 ans, une petite fête d'anniversaire avait été organisée pour lui. Rien d'extraordinaire puisqu'elle se passait dans sa chambre donc c'était en petit comité, mais elle était toute chaleureuse et les personnes présentes avaient toutes une raison d'être là.
Yoite s'y était pointé en fin d'après-midi, vers 18h. Évidemment, en bon taquin, il n'avait pas amené un cadeau comme les autres, il s'était amusé à acheter une énorme peluche aussi laide qu'adorable dont il peinait à faire le tour avec ses propres bras. Dans le magasin où il avait été pour l'acheter, les regards outrés des personnes l'avaient fait marrer un certain temps. Au fond, ils étaient juste jaloux, c'était évident!
Habillé d'un jean bleu foncé, de baskets et d'une chemise blanche sans cravate, le rebelle paraissait être sur son 31. En effet, les chemises c'était pas vraiment son truc, il se sentait trop guindé là-dedans mais il avait fait un effort pour être présentable et avait promis de ne pas attirer trop l'attention. Déjà que les commentaires sur leur similaire couleur de cheveux faisaient souvent le tour, valait mieux pas en rajouter.

La porte de la chambre de Sa-chan lui fut ouverte par une inconnue, une fille qu'il n'avait jamais vue (du moins, qu'il pensait ne jamais avoir vue en tout cas) et il entra sans plus de cérémonie. A tout casser, il devait y avoir une quinzaine de personnes là-dedans et à part Sa-chan, Yoite devait en connaître 6. C'était pas mal, suffisant pour qu'il ne monopolise pas le principal intéressé sous peine de s'ennuyer ferme.
Il déposa la grosse peluche sur le lit de Sa-chan, ce qui fit rire quelques personnes dont lui-même et c'est là qu'il le vit. Petit bonhomme aux cheveux bleus pâles, à priori souriant et heureux d'être presque un homme. Mon dieu, 17 ans ... Ça lui semblait déjà si loin cette période où il n'était pas encore un adulte, obligé d'être accompagné pour chaque achat important, pour les sorties fallait qu'il donne sa carte d'identité et pour l'alcool ... aaah la galère! Tiens, est-ce qu'il y avait de l'alcool ici d'ailleurs?! Puisqu'ils étaient encore tous des lycéens, le rebelle ne craignait qu'il doive faire face au Champomy local!

Ayant salué quelques personnes, il prit enfin la direction de Kyô quand il le vit dans un moment où il semblait seul. S'approchant près de lui aussi discrètement que possible (et c'était dur!), il arriva juste devant lui d'une manière presque effrayante et le serra aussitôt dans ses bras :


"Salut Sa-chan! Bon anniversaire, t'es presque un grand! T'es content?"

En soi, y avait peu de chance que Kyôsuke soit peu satisfait. Cette petite fête paraissait amusante quoiqu'un peu recroquevillée entre les meubles et les murs mais c'était pas si tragique. Le petit comité pouvait mieux apprendre à se connaître comme ça!
Se reculant enfin, le laissant respirer et appréciant les effets dévastateurs de son câlin public, Yoite ricana tout seul. Décidément, il adorait l'embêter! Puis, d'un coup d’œil complice, il lui fit remarquer la peluche sur son lit, afin de lire en direct la réaction sur son visage. Vu la taille, elle prenait presque la moitié d'un lit une personne. Si Sa-chan se sentait seul, il pouvait toujours la serrer dans ses bras!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke Sasori
P • Université - 1ière année
P • Université - 1ière année
avatar

Messages 111


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Lun 28 Déc - 21:54

Aujourd’hui c’était l’anniversaire de Kyôsuke. Pas de saut en parachute ou de safari de prévu, juste une petite fête dans sa chambre suffisait. Il y avait convié quelques amis et des membres du club de cuisine qui l’avaient aidé à faire le gâteau dans la matinée et à organiser cette fête. C’était certainement la première fois qu’il y avait tant de ses amis à son anniversaire mine de rien et même si ça ne se voyait pas spécialement il était tout excité. En tout impatient qui se respecte il avait longuement réfléchi à sa tenue du jour ce qui, il faut le dire, s’avéra compliqué puisque ce n’était pas du tout dans ses habitudes. Il avait d’abord pensé à mettre une chemise mais s’était ravisé et avait enfilé un pull noir par-dessus et un jean de la même couleur pour être plus à l’aise. Tout ça pour une petite évolution mais rien de bien fou donc. Mais ce n’était pas la peine de se forcer à être chic sinon il ne se sentirait pas à l’aise.

La fête commença en fin d’après-midi dans la chambre du principal intéressé. Il préférait cet environnement familier plutôt qu’un lieu extérieur rempli d’inconnus, c’était plus rassurant. Même si le lieu avait été réarrangé pour l’occasion les invités se marchaient un peu les uns sur les autres mais c’est ce qui rendait la fête conviviale, même si c’était un peu oppressant Kyôsuke s’y plaisait. Il y avait juste à manger, à boire, un peu de musique mais ça suffisait à beaucoup animer la pièce. Pas d’alcool parce que Kyôsuke était trop jeune pour en acheter, qu’il ne voulait pas avoir de problèmes avec l’école et que de toute façon il n’était pas spécialement pressé d’atteindre l’âge légal pour en boire. A moins que des invités en ais ramenés, il n’avait pas vraiment fait attention, ce n’était pas très important de toute façon…
A un moment Kyôsuke s’était un peu éloigné d’un groupe d’amis pour faire le plein l’air quand un ours bleu l’attaqua d’un gros câlin qui lui fit s’échapper un hoquet de surprise. Il eut le réflexe de pousser sur le torse de l’assaillant pour s’échapper. Les assauts aussi directs étaient rares, à la hauteur de cette journée et Kyôsuke y était peu préparé, le fait que tout le monde puisse assister à ce spectacle consternant en décuplait l’effet désagréable. Il ne fallait surtout pas que ça inspire ses amis à faire la même chose. Evidemment l’adversaire s’avéra être Yoite, il fallait s’y attendre il n’était toujours pas venu le saluer. C’était un étudiant qu’il avait appris à connaître depuis l’été dernier. Très pratique pour mettre de l’ambiance mais un peu envahissant. Quand il fut enfin décider à le lâcher, Kyôsuke commença évidemment à ronchonner, les bras croisés.

« Oui, j’étais content jusqu’à ce que tu arrives. Ne fais pas ça, il y a du monde ! »

Yoite savait très bien ce qu’il avait fait et comment sa victime réagirait, il devait même être sur un petit nuage à l’heure actuelle et c’était agaçant. D’ailleurs il avait vraiment une lueur espiègle dans le regard, encore plus que d’habitude et c’était forcément inquiétant. Comme s’il avait fait une connerie et qu’en plus il en était fier. Kyôsuke compris malheureusement rapidement ce qu’il se passait quand son regard fut guidée vers ça. Un monstre énorme, une créature satanique, certainement une poupée vaudou. Sur SON lit, son joli petit lit. Il se retint de faire un malaise, essayant de minimiser sa réaction alors que son cœur  venait de s’arrêter. On reste cool, c’est Yoite, il fallait s’y attendre. Pas question de lui laisser le plaisir de voir Kyôsuke paniquer.

« Tu as emmené ton doudou Yoite ? C’est mignon mais un peu encombrant... »

Avec un ton plus décontracté et des lunettes de soleil ça aurait été plus cool, mais Kyôsuke faisait avec le peu de moyens qu’il lui restait. Il sentait bien que quelques regards s’étaient tournés vers les deux bleus alors il faisait déjà un effort surhumain pour ne pas détourner les yeux, un peu désespéré. Pourquoi fallait-il toujours que Yoite se donne en spectacle… Kyôsuke imaginait très facilement le plan machiavélique que Yoite avait dût mettre en place pour le piéger, allant jusqu’à ramener cette peluche ridicule, c’était gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 685


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Jeu 14 Jan - 19:59

Comme prévu, le câlin de Yoite pour Kyösuke fut peu apprécié. Au fond, le rebelle ne savait pas ce que ressentait vraiment Sa-chan face à cette étreinte et les nombreuses avant celle-là, s'il détestait vraiment ça et ne faisait qu'exprimer sa réelle gêne ou s'il appréciait ça un minimum mais ne savait pas comment le lui montrer. De toute façon, c'était mieux ainsi car s'il avait aimé ça au point de le serrer en retour, Yoite aurait simplement arrêté. Si Kyôsuke n'avait pas été aussi timide, ils auraient tous deux eut comme point commun de ne pas trop aimer les accolades physiques.
Pendant une demi-seconde, il y eut un blanc dans la pièce mais Yoite n'y prêta pas attention. Il se fichait bien que ça choque les autres ou que ça les rende jaloux, seul Kyôsuke existait dans son champ de vision et c'était cette expression de contrariété qu'il avait presque attendu toute la journée. Sagement, il se laissa repousser -habitué à tant de haine!- et répondit à la remarque de Sa-chan par un sourire taquin qui disait poliment "je m'en fous". Ils en avaient déjà parlé, maintes et maintes fois. Kyôsuke lui disait presque à chaque fois qu'il souhaitait qu'il arrête, surtout en public mais Yoite n'écoutait que d'une oreille. Après tout, il avait été sincère avec lui dès le début, le mettant en garde sur son désir de voir toujours cette attitude grognon entre eux, de manière à un jour peut-être réussir à le rendre moins allergique aux contacts.

Quand ils abordèrent enfin le sujet de la peluche, Kyôuske lui répondit par une pique digne de leur conversation habituelle et, sans être vexé pour un sou, Yoite fondit presque sur place. Son doudou? Seigneur, s'il avait pu la garder cette grosse bête, il l'aurait fait!


"Très encombrant! Moi et mes nombreux amants, on n'avait plus de place dans mon lit alors je te la donne. Comme ça, tu penseras à moi dans tes rêves ér..."

Il fut interrompu dans sa charmante phrase par l'arrivée d'une fille qui était plus grande que lui grâce à sa paire de talons hauts aussi brillante qu'immonde. Yoite la toisa avec l'expression claire disant "on discutait là, t'as pas vu?" mais décida de rester silencieux pour ne pas mettre Sa-chan dans l'embarras.
C'était la première fois qu'il le voyait avec autant de gens à côté et son désir de monopoliser le petit bonhomme allait être mis à rude épreuve. Prenant sur lui parce qu'il n'était là que depuis 5 minutes, Yoite poussa un petit soupir et se recula en faveur de mademoiselle pour aller se chercher un verre de non-alcool. Les groupes s'étaient déjà formés et même s'il ne se sentait pas rejeté ou exclu de quelque manière, il craignait de se sentir un peu vieux pour cette soirée. Certaines personnes semblaient le dévisager comme s'il avait la peste et ça avait le don de lui donner de l'urticaire. Son caractère rebelle mourrait d'envie de dire quelque chose, de les faire se retourner une fois pour toutes mais quand il posait ses yeux de félin sur Sa-chan, tout souriant et sûrement heureux de cette journée, il grimaçait en se retenant toujours un peu plus.

Ce ne fut que quand Nami s'approcha de lui, une des quelques personnes qu'il connaissait déjà, que Yoite pensa à autre chose. Doucement, il se décontracta et commença à discuter avec elle, riant des vilaines blagues qu'il faisait parfois à Kyôsuke, appréciant la sympathie de cette fille simple et peu prétentieuse.
Ce ne fut que quand elle parla de photos, qu'elle lui montra celles qu'elle avait déjà prise pour se remémorer la soirée et lui demanda de prendre la pose pour immortaliser l'instant qu'il eut une idée de génie. Après avoir été la star de Nami pendant 5 minutes, il lui chuchota à l'oreille son plan machiavélique. Tous les deux, de concert, il se dirigèrent vers Sa-chan -seul ou non, ça n'avait pas d'importance- et arrivé à sa hauteur, Yoite lui demanda :


"Hey Sa-chan, on veut des photos souvenirs! Et pour moi, ce sera toi assis à côté de ta nouvelle peluche. Tu peux même la serrer dans tes bras, si tu veux! Je mettrais ça en fond d'écran de mon portable."

En soi, ce n'était pas méchant car Yoite se comportait avec Kyôsuke comme il le faisait toujours mais il oubliait qu'ici ils n'étaient pas seuls et qu'il entrainait en plus Nami, trop gentille, dans son plan à deux balles. Au fond, il n'avait même pas pensé que peut-être Sa-chan n'allait pas avoir envie, ou allait même se fâcher. Ce n'était qu'une photo mais tout le monde n'était pas aussi à l'aise que lui derrière l'objectif.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke Sasori
P • Université - 1ière année
P • Université - 1ière année
avatar

Messages 111


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Sam 23 Jan - 21:01

Yoite, comme à son habitude, répondit quelque chose d’encore plus horrible que ce que Kyôsuke pouvait imaginer. Il s’enfonçait les méandres du désespoir. A chaque mot supplémentaire prononcé il sombrait. Pourquoi avoir réveillé le démon ? Kyôsuke se dit qu’en fin de compte, juste cette fois il aurait pu dire merci sagement et il aurait été tranquille. Mais finalement dans la torture survint un éclair de lumière divine. Une camarade de classe de Kyôsuke, Haruna une fille très énergique et franche mais adorable. Par son irruption soudaine, elle avait coupé Yoite dans son élan, qui parut vraiment contrarié. Comment avait-elle réussi à faire ça ? Ça faisait des mois que Kyôsuke essayait mais il n’avait jamais obtenu de résultat si radical. Prochaine étape : lui demander des cours. Kyôsuke resta scotché devant elle, des étoiles dans les yeux, dans lesquels on pouvait facilement lire « Merciii merciiiii tu es mon super-héros personnel ». Grâce à elle il n’avait pas eu à chercher quoi répondre au discours salace de Yoite en conservant un minimum de dignité, et en plus il n’avait presque pas eu le temps de rougir, sa gêne était peut-être passée inaperçue. Kyôsuke soupira de soulagement quand elle prit la parole.

« Eh bien, vous êtes si proches tous les deux ? »

Haruna n’avait jamais côtoyé Yoite et Kyôsuke en même temps, alors même si elle plaisantait c’était malgré tout sur un fond de curiosité. Heureusement Kyôsuke récupéra bien vite ses moyens dès que Yoite eut l’air résigné.

« Bof, c’est juste qu’il aime se vanter de ses aventures palpitantes. »

Cette remarque fit rire un peu Haruna, pourtant Kyôsuke disait cela avec plus d’animosité qu’elle n’aurait pu le penser. Il avait volontairement parlé assez fort pour que cela parvienne aux oreilles de Yoite qui avait déjà tourné les talons. Petite vengeance personnelle dans son dos, c’est pas beau.
Malgré tout Haruna et Kyôsuke entamèrent une conversation bien plus légère par la suite, pendant que Yoite semblait bouder, surement parce qu’on avait interrompu sa magnifique punchline. Cependant Kyôsuke sentait son regard jaune se poser sur lui de temps en temps. Il l’ignora royalement, bien décidé à ne pas se laisser mener à la baguette.
Évidemment il ne fallait pas croire que Yoite renoncerait si facilement, Kyôsuke remarqua bien vite qu’il s’était trouvé une complice pour son prochain crime. Le lâche choisissait Nami, la fille la plus facile à convaincre sur Terre. Kyôsuke n’était plus très serein tout à coup, il fallait s’attendre à tout avec eux. Il se rassura comme il pouvait en continuant de parler avec Haruna, comme si de rien n’était.
Mais le moment fatidique arriva, Yoite se rapprocha dangereusement et révéla… Son dessein  diabolique. Fidèle à lui-même il ne lui demandait pas s’il pouvait prendre une photo, mais annonçait clairement qu’il allait en faire une en se fichant de l’avis pourtant évident de sa victime. C’était une nuance non négligeable qui fit froncer ses sourcils à Kyôsuke. Qu’est-ce qu’il lui avait fait pour mériter cela ? Il n’avait pas envie de s’énerver devant tout le monde, mais pas question d’obéir non plus. Il faudrait l’attacher pour obtenir un cliché aussi ridicule que ce qu’on lui demandait ! Il serra les dents en réfléchissant à un moyen de sortir de cette impasse. Aucun espoir. Il ne pouvait rien faire d’autre qu’essayer bêtement de calmer Yoite comme d’habitude, c’était sa dernière tentative avant qu’il ne s’énerve réellement.

« Je croyais que tu avais rempli ton quota d’idées débiles pour la journée. Il n’en est pas question, tu sais que j’aime pas ça, alors laisse-moi tranquille avec ce genre de plan. Tu en as assez fait tu crois pas ? »

Il lui aurait bien demandé encore plus explicitement d’arrêter de se donner en spectacle comme ça, mais ça avait semblé l’exciter plus qu’autre chose lorsqu’il l’avait fait tout à l’heure. Cette fois il n’avait pas parlé très fort pour éviter d’attirer l’attention. Le problème c’était qu’il y avait quand même deux spectatrices, mais Kyôsuke n’en voulait pas à Nami puisque c’était évident que l’idée ne venait pas d’elle. Elle devait naïvement avoir suivi Yoite.
Tout ça c’est de ta faute. Kyôsuke lançait un regard assassin à la peluche qui trônait sur son lit, comme si elle y était pour quelque chose. Honnêtement, ça allait parce qu’il y avait du monde mais l’idée qu’un moment arriverait où il devrait se retrouver seul avec cette abomination l’angoissait totalement. Elle faisait peur, encore plus qu’un Yoite intenable. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir en faire ? La jeter ne serait pas très sympa –quoique Yoite ne méritait aucune sympathie dans l’immédiat– mais surtout pas du tout pratique.
Dans quelle galère il le mettait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 685


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Jeu 25 Fév - 17:31

Au moment où cette grande girafe avait interrompu sa passionnante conversation égocentrique avec Kyôsuke, Yoite s'était retenu de lui dire le fond de sa pensée. Pourquoi? Tout simplement parce que c'était l'anniversaire de Sa-chan et qu'il n'avait pas envie de gâcher l'un des plus beaux jours de sa vie en faisant une petite crise de rien du tout. Il avait donc ravalé ses paroles et s'était contenté de tourner les talons. Il aurait pu rester avec eux, ignorer la demoiselle ou faire mine que ce qu'elle disait l'intéressait mais ... non. Il n'aimait pas les gens qui s'incrustaient entre deux personnages qui discutent sans s'excuser, comme si c'était normal d'être malpoli.
Un peu contrarié par la tournure des choses, il lança un regard un peu méchant à Kyôsuke quand celui-ci s'amusa à lui casser du sucre sur le dos juste pour faire rire l'autre pouffe. Alors c'était ça qui le faisait rire? Se moquer de lui? Ça faisait des semaines, des mois qu'ils se connaissaient maintenant, qu'ils passaient du temps ensemble à intervalles irréguliers et jamais Yoite n'avait réussi à faire rire Sa-chan en étant lui-même. Mais là, le voir sourire contre lui, ça lui fit beaucoup de peine. Pire, ça le vexa.

Occupé à rager en silence contre le petit bleudinet, Yoite retrouva un semblant de bonne humeur en la présence de Nami avant qu'ils ne viennent déranger à nouveau Sa-chan -petite vengeance personnelle contre la girafe- pour lui ordonner de le prendre en photo. Bien plus que l'envie de célébrer le moment ou immortaliser l'instant, Yoite avait décidé de passer à l'étape supérieure : l'humilier. Si de base il s'était dit que ce n'était qu'une petite blagounette et qu'une gêne de Kyôsuke le ferait s'arrêter là sans aller plus loin, il était désormais clair qu'au fond de lui, Yoite sentait ce besoin de gagner ce petit combat, quitte à perdre gros en échange. Il n'était pas mauvais perdant en temps normal mais il détestait qu'on se moque de lui sans venir le dire en face et juste par vengeance. C'était lâche et question lâcheté, il en connaissait un rayon.
Et pourtant, un revirement de situation eut bien lieu. Kyôsuke se rebellait. Pas très fort, pas très strict mais le ton était bien là et l'expression de son visage annonçait la couleur : ça ne le faisait pas rire du tout. Très bien, le moment semblait venu de mettre cartes sur table, c'était juste dommage que ça arrive ce jour-là précisément, ça risquait de mettre de sacrées barrières dans leur relation future ...


"T'aimes pas ça? Pauvre petite chose. Tu crois que tu auras toujours le choix dans ta vie? 1 an de plus ne t'a pas fait gagner en maturité à ce que je vois, et après c'est moi le gosse hein ... Tu trouves mes idées débiles mais tu sais pas t'amuser, t'es toujours coincé et timide, à rester dans ton coin et à fuir le contact humain. T'espérais quoi, au juste? Que je me pointe et que je ferme ma gueule? C'est pas mon genre et depuis le temps, tu devrais le savoir!"

Les mots sortaient tout seul, comme si cette remarque de tout à l'heure avait ouvert une porte qui aurait pourtant du rester fermée. Yoite ne voulait pas faire de mal à Kyôsuke, surtout pas gâcher cette amitié pour laquelle il avait galéré. Le fait qu'il y ait des spectateurs -car non, lui n'avait pas parlé tout bas- ne l'arrangeait pas, il savait qu'il aurait tort car tout ce petit monde était venu pour Sa-chan mais les autres ne comptaient pas, il n'y avait que Kyôsuke qu'il regardait, qu'il fixait. Il espérait que personne allait s'en mêler et qu'ils pourraient régler leur différend en face à face mais y avait fort à parier qu'un bouseux allait s'interposer. Ça l'agaçait déjà.

Le palpitant rapide, Yoite poussa un profond soupir. Ça faisait un sacré bout de temps qu'il n'avait pas ressentit autant de colère pour une seule personne, il avait même l'impression qu'il engueulait Kyôsuke pour des raisons qu'il ne méritait pas forcément, comme si tout ce qu'il avait ressenti pour le monde entier se retrouvait canalisé contre Sa-chan. Il se haïssait dans ces moments-là, ça lui faisait repenser à ce jour sur le parking où il avait senti qu'il ne pouvait plus s'arrêter de dire le fond de sa pensée, de dévoiler les secrets de tout le monde et d'espérer faire le plus de dégâts au passage.


"T'es pas le seul à avoir reçu des cadeaux merdiques pour ton anniversaire mais la politesse veut que tu souries en disant merci, quitte à foutre ledit cadeau au placard après la soirée. Et une photo, ça va pas te tuer! On s'en fout si t'es moche dessus, au contraire même! Mais comme d'habitude, tu dis toujours "non", tu restes renfermé sur toi-même et tu critiques par derrière. Bravo."

Là était le problème de départ : la peluche.
Certes, Yoite savait que Kyôsuke n'allait pas l'apprécier à sa juste valeur car elle était vraiment laide mais ses réactions étaient hors normes, il avait cru qu'il le ferait rire en l'entendant demander "c'est quoi ce truc immonde?" mais non, le visage toujours fermé, il avait clairement affiché son dégoût et son manque de joie. C'était à se demander s'ils avaient des choses en commun tous les deux. Plus jamais Yoite ne passerait son temps à chercher LE cadeau qui ferait plaisir. Si prochain anniversaire il devait y avoir, il prendrait le premier article dans le premier rayon, le résultat sera le même!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke Sasori
P • Université - 1ière année
P • Université - 1ière année
avatar

Messages 111


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Sam 2 Avr - 22:39

Dès le début, ils étaient tous les deux partis sur le principe qu'ils ne changeraient pas de comportement l'un envers l'autre, alors pourquoi Yoite le désignait comme unique fautif de l'échec de leur relation ? Il ne s’était tout de même pas attendu à ce qu'il saute de joie à la vue de son cadeau ? Non il n'était définitivement pas dans son état normal, il semblait débiter tout ce qu'il pensait depuis des mois sans rien filtrer. Et comme si ce n'était pas assez gênant, il avait forcément choisi le pire moment. Pourquoi se réveillait-il maintenant ?

La réaction de Kyôsuke tardait à se montrer. Lorsque Yoite parlait, il gardait juste les yeux rivés au sol, un peu plus étouffé à chaque mot supplémentaire qui parvenait à ses oreilles. Il n'osait affronter ni l'air furieux de Yoite, ni leur public dont il ne préférait même pas imaginer la réaction.

Personne ne voyait tout le chemin qu'il avait parcouru depuis qu'il était arrivé ici, rien que le fait que des gens viennent fêter son anniversaire aurait été impensable il y a quelques mois de cela. Il avait enfin commencé à stabiliser sa situation et Yoite venait lui rappeler tous les défauts qui l'accablaient depuis toujours, c’était désespérant. Il était "coincé" et "timide" il avait profondément désiré changer mais au final, au-delà des apparences il ne dupait personne.

Le silence s’installa à la fin du monologue de Yoite. Kyôsuke savait bien qu’il ne pouvait pas rester figé indéfiniment comme ça, il devait faire quelque chose. Mais rien que réussir à garder son sang-froid mobilisait toute son attention. S’il n’avait écouté que son instinct ça ferait longtemps que Yoite aurait reçu un bon coup de poing au milieu de sa jolie figure. Kyôsuke mourrait d’envie de sentir les os de Yoite trembler sous sa main, et de laisser l’onde de choc retentir dans tout son corps. Ca le libérerait, et ça remettrait peut-être en place les idées de Yoite. Mais c’était certainement la pire réaction à avoir, Kyôsuke arrivait encore à en avoir conscience.

Alors une fraction de seconde plus tard il changea d’avis. Maintenant il voulait juste devenir invisible. Il était redevenu la petite fille qui s’enfermait dans sa chambre le soir en attendant que ses parents aient fini de s’engueler. Il était passif dans les conflits d’habitude, il n’avait jamais pris parti pour qui que ce soit. Avec Yoite non plus, il n’avait jamais voulu déclencher tout ça, il avait été simplement été plus maladroit que d’habitude, parce qu’il avait placé tellement d’attentes dans cette journée, beaucoup trop. Alors maintenant il voulait devenir invisible et ne plus rien entendre. Seulement s’enfermer dans une grotte pendant que la fête continuerait dehors comme si de rien n'était.

Mais comme il fallait rapidement trouver un moyen de sortir de cette impasse, Kyôsuke se résolut à opter pour une solution plus réaliste, s’expliquer simplement avec Yoite pour mettre les choses au clair. Mais son manque d’expérience en matière de dispute lui faisait cruellement défaut, ses arguments seraient d’une banalité absolue… Il était impossible de se résoudre à faire ça ici mais il fallait agir maintenant car quelques râles de réprimandes commençaient déjà à s’élever parmi les spectateurs les plus téméraires. Il avait l’impression d’être en plein milieu d’une téléréalité, quelle horreur. L’impression d’être un bout de viande là dans l’unique but d’amuser la galerie un moment. Il allait au moins se débarrasser de cet aspect désagréable, ça lui donnera peut-être du courage, qui sait.
Il saisit le plus fermement possible Yoite par la manche -il tremblait malgré lui- et l'entraîna dehors en claquant la porte, sans prêter aucune attention aux éventuelles remarques des témoins. Il poussait les gens qui se tenaient sur le chemin entre lui et la sortie, ignorant s’ils étaient là pour le retenir où s’ils avaient été simplement trop confus pour se déplacer. De toute façon il ne les entendait plus, ses oreilles bourdonnaient, l'énervement de Yoite avait été communicatif. S'il voulait qu'ils s'engueulent ils le feraient dans les règles de l'art et cela ne concernait personne d'autre qu'eux deux. Il se fichait de laisser sa chambre sans surveillance, il priait juste pour que personne ne les suive.
Finalement il s'arrêta dans le couloir, assez loin pour qu’on ne puisse pas les entendre, sans adresser un regard à son adversaire puisqu’il en était toujours incapable. Rien qu’imaginer ses terribles yeux jaunes brillants lui fichait la chair de poule.
Il marqua une pause pour reprendre son souffle dans de longues respirations. Il étouffait depuis tout à l'heure et mourrait de chaud. Mais là c’en était assez, il pouvait bien se laisser aller à son tour.

« C’est quoi ton problème ? Pourquoi t’es obligé d’en arriver à un tel point d’énervement pour me sortir tout ça ? T’aime ça te donner en spectacle hein ? Tu supportes pas ne pas être le centre de l’attention, espèce d’imbécile ! Viens pas me parler de politesse hein, venant de toi c'est complètement ridicule. Tu t'attendais à ce que je fasse l'hypocrite ? Bien sûr que non tu as fait exprès de choisir ce cadeau, je suis pas le seul à être en tort là ! »

Kyôsuke tenait toujours le plus fort possible la manche de Yoite, parce qu'il ne voulait surtout pas qu'ils se quittent sur un échange si négatif, il s’accrocherait s’il le fallait mais Yoite ne partirait pas comme ça, ce serait trop facile. Il exigeait une explication.

« Arrête de parler comme si tu comprenais tout ! Si c’est si insupportable pour toi d’être avec un coincé qui sait pas s’amuser fallait pas venir, tu savais à quoi t’attendre. Raah je sais même pas pourquoi t’es resté si longtemps ! »

En plus de la colère, Kyôsuke était aussi déçu d’entendre tout ce qu’il détestait le plus chez lui de la bouche de Yoite. Maintenant il ne pouvait s’empêcher de douter de la sincérité dont il avait fait preuve depuis leur rencontre. Est-ce qu’il avait juste passé une mauvaise journée et qu’il se défoulait ou est-ce qu’il fallait vraiment le prendre au pied de la lettre ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 685


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Sam 23 Avr - 16:12

Yoite savait que c'était une façon plutôt lâche de régler ses problèmes que de le faire pendant cette soirée et devant tout le monde. Il accusait Kyôsuke d'être timide mais ce n'était pas devant ses amis que celui-ci allait trouver le courage de répondre quelque chose. Au fond, c'était même particulièrement vilain de sa part de ne pas avoir traîner Sa-chan ailleurs ou simplement de lui dire "je me casse mais faudra qu'on parle.". C'était lui l'adulte dans cette histoire mais il prenait soudainement les traits du pire gosse en crise de la pièce. Y avait de quoi se sentir gêné, malheureusement pour l'instant il était simplement en colère. Peut-être devrait-il aller voir un psychologue qui lui dirait comment apprendre à gérer sa colère et surtout comment éviter de dire trop de choses pour une petite dispute de rien du tout.
Ayant "terminé" de dire le fond de sa pensée et reprenant son souffle, Yoite détourna violemment la tête quand quelques voix inconnues osèrent s'élever dans la pièce. Quelqu'un avait quelque chose à dire peut-être? Mais avant même qu'il ne puisse s'énerver contre quelqu'un d'autre, il sentit sa manche se faire agripper et ne résista pas une seule seconde. Sur l'instant, il avait pensé que c'était Nami qui prenait les choses en main pour le faire dégager de là avant que les choses ne dérapent vraiment trop. Et s'il n'avait pas résisté, c'était parce qu'il savait que c'était la meilleure solution. Il n'aurait qu'à aller se calmer tout seul quelque part et revenir voir Sa-chan plus tard -beaucoup plus tard- pour qu'ils s'expliquent sans se gueuler dessus.
Mais alors qu'il se laissait traîner vers l'extérieur, il croisa le regard triste de Nami et réalisa que son sauveur n'était autre que celui qu'il humiliait depuis quelques minutes. Contre toute attente, Kyôsuke prenait les choses en main et agissait de manière beaucoup plus mature que lui en dispersant les foules et en le confrontant à l'abri des regards indiscrets. Le pas soudainement lourd et la conscience activée, l'I don't care commençait déjà à regretter ce qu'il venait de faire.

Ils se stoppèrent dans le couloir des chambres, à plusieurs mètres de celle de Kyôsuke et Yoite remarqua de suite que Sa-chan lui tournait le dos. Est-ce qu'il pleurait? Ou, au contraire, était-il trop en colère pour le regarder dans les yeux? Allait-il lui dire de dégager et de ne jamais revenir vers lui? Ce serait sûrement un peu trop, ils méritaient une bonne discussion pour éclaircir la situation ...
Et le ton monta, crescendo. Kyôsuke était en colère, pour la première fois entre eux depuis qu'ils se connaissaient. Yoite était partagé entre 2 émotions. Celle qui lui tordait le vendre d'avoir mis son ami dans cet état le jour de son anniversaire, devant ses amis et celle qui lui donnait presque le sourire en se rendant compte que Sa-chan n'aurait jamais pris la peine de s'énerver contre quelqu'un qui ne comptait pas à ses yeux. Tous les deux, même si là ils étaient un peu en danger, ils avaient fait des pas de géants dans leur relation, ils étaient réellement des amis.
Cela dit, les mots du petit odd en colère lui firent bien plus mal que ce qu'il avait imaginé. Pourquoi avoir autant attendu avant de lui dire tout ça? C'était une très bonne question. Peut-être parce que Yoite s'était dit qu'il était hors de question qu'il tente de changer Sa-chan parce qu'il ne voulait pas qu'on le change, lui. Il n'avait aucun droit de lui reprocher d'être timide, il savait pertinemment que ça ne se contrôlait pas mais les mots avaient dépassé sa pensée ce soir et ils étaient sortis de sa bouche juste pour blesser. C'était moche.

Quelques secondes de silence passèrent une fois que Kyôsuke eut dit ce qu'il avait à dire, sans réelle méchanceté. Juste des questions, des affirmations et des révélations. Il y avait tout un tas de choses sur lesquelles ils ne seraient jamais d'accord tous les deux mais le rebelle restait persuadé qu'ils pouvaient être amis quand même.
Alors dans un effort surhumain en connaissant le lascar et avec un risque sûrement aussi élevé que celui de se prendre un coup de poing dans la gueule, il fit quelques pas vers Kyôsuke et finit par le serrer contre lui en l'entourant avec ses bras, glissant son visage dans son cou en priant pour qu'il ne fuie pas cet échange. Ce n'était pas un câlin qui dit "allez, fais pas la gueule", non. C'était un début de tentative de la part de Yoite pour dire "pardon". Le reste allait suivre, d'ici peu. Les câlins et toute marque d'affection, c'était pas son truc, c'était trop gênant et il n'y était pas assez habitué pour savoir comment gérer ses émotions. Mais là, il avait intensément ressenti le besoin de le serrer contre lui, de lui faire comprendre, en premier lieu avec des gestes, qu'il tenait beaucoup à lui malgré ce qu'il lui avait dit.


"Je suis désolé. J'aurais pas dû autant m'énerver pour si peu, et encore moins devant tes amis. L'excuse de la peluche, c'est stupide. Au fond, si je suis agacé c'est parce que tu t'éloignes. Quand on s'est rencontrés, tu n'avais pas d'amis et tu semblais vouloir parler à personne. Maintenant, je peux même pas rester avec toi 5 minutes sans qu'une pouffe ... ahem ... sans qu'une de tes amies vienne nous interrompre. C'est égoïste, je sais ..."

Collant son front contre l'épaule de Sa-chan, Yoite poussa un profond soupir.
Ce n'était pas la première fois qu'il éprouvait de la jalousie envers l'un de ses amis quand celui-ci s'éloignait de lui. Mais jusque-là, il avait toujours réussi à garder son sang-froid ou à reporter son attention sur autre chose. Mais là, coincé dans cette petite chambre et vexé de voir que Kyôsuke semblait heureux et à l'aise avec d'autres que lui -alors que lui avait dû se battre pendant plusieurs mois pour arriver à ce même résultat-, il n'avait pas pu résister. Anniversaire ou pas, il n'y avait pas réfléchi et s'était contenté d'agir en petit égoïste qui doit toujours avoir l'attention des autres. Oui, Sa-chan avait raison.


"Je veux pas que tu changes quoique ce soit, oublie ce que j'ai dit. C'est justement pour toutes ces petites choses que tu es unique et même si parfois j'ai envie de te secouer comme un prunier, je dois faire avec. Je ferais des efforts pour parler et te dire sans m'énerver les choses qui vont pas."

Les bonnes résolutions étaient bien là, malheureusement elles allaient sûrement prendre du temps avant de se mettre en place. Déjà, il n'était pas encore dit que Kyôsuke allait accepter tout ça et se calmer en 5 minutes. Ensuite, Yoite avait tendance à jouer la carte de l'extrême quand il se sentait en danger. Là, il ne voulait pas perdre son ami et se mettait presque en 4 pour lui remonter le moral. Son oncle lui avait déjà dit qu'il se comportait comme un enfant, qu'il n'avait pas de demi-mesure et qu'il se ferait pouiller par le premier venu s'il continuait comme ça.
Aussi, il décida de faire retomber cette ambiance peut-être un peu trop spéciale entre eux deux en agissant à nouveau comme il le faisait d'habitude. Tournant la tête, conscient à nouveau du risque stupide de sa décision, il ouvrit la bouche et attrapa le lobe de l'oreille de Kyôsuke entre ses dents, le mordillant sans vergogne ni brutalité avant d'ajouter :


"T'es quand même vraiment timide mais j'adore te faire rougir."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke Sasori
P • Université - 1ière année
P • Université - 1ière année
avatar

Messages 111


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Mer 18 Mai - 23:41

Ce n’était pas la première fois que Kyôsuke se sentait humilié en public, cependant aujourd’hui il avait pris la situation en main comme jamais auparavant, lui-même avait du mal à le réaliser. Il n’avait pas fuis et avait même réussit à formuler des phrases construites malgré l’énervement et la honte. C’était évident, il avait évolué depuis qu’il était arrivé ici pendant les vacances d’été. Et si cette humiliation avait une saveur encore plus amère que toutes les autres, c’était certainement parce qu’elle venait de Yoite, la première personne à l’avoir ici approché sans préjugés ni jugement. Alors cette fois, le besoin de comprendre ce qui venait de se passer, d’entendre des explications avait pris le dessus sur tout le reste. Il ne comprenait pas d’où venait toute la cruauté qui lui était tombée dessus si soudainement. Jusque-là Yoite avait toujours été de bonne humeur en présence de  Kyôsuke si bien qu’il avait presque oublié que lui aussi pouvait aussi ressentir les mêmes sentiments que tout le monde. L’agacement, la jalousie, la frustration, le regret. Réaliser qu’un petit cœur sensible battait bel et bien à l’intérieur de son ami était presque un choc.
Mais espérer obtenir clairement des réponses c’était oublier que Yoite restait Yoite en toutes situations. Fidèle à lui-même sa première réaction fut de prendre Kyôsuke dans ses bras. Il fut tant pris au dépourvu qu’il en laissa échapper un hoquet de surprise. Instinctivement il posa ses mains contre le torse de Yoite pour le repousser comme lors de leur premier « câlin » de la journée, mais cette fois il n’alla même pas au bout de son geste, simplement tétanisé dans cette position sans même savoir exactement pourquoi.  Est-ce qu’il fait ça exprès pour que je ne puisse pas répliquer ou est-ce qu’il règle sincèrement ses problèmes comme un gamin d’école primaire ? Toutes ces certitudes semblaient de plus en plus floues et lointaines. Et rien ne s’arrangea quand Yoite finit par enfin briser le silence qui régnait dans le couloir miraculeusement toujours désert. Personne ne doit voir ça. C’était la première fois qu’ils étaient aussi près aussi longtemps tous les deux, et Kyôsuke eut le temps de se rendre compte de la sensation étrange et presque oubliée de la chaleur humaine. Ça lui foutait la chair de poule, ses jambes flageolaient et son souffle était saccadé. Faire abstraction de tout ça pour se concentrer sur ce que Yoite avait à dire était plutôt difficile, s’en rendait-il seulement compte ?
Comme pour s’empêcher de chavirer Kyôsuke se cramponna fort aux vêtements de Yoite, raide comme un piquet et dans une position tout sauf naturelle. Il était tout chamboulé par ce retournement si soudain de situation, Yoite s’excusait maintenant, il semblait regretter tout ce qu’il avait dit. Kyôsuke n’y comprenait définitivement plus rien, comment régir face à ça ? Ces reproches ne pouvaient pas l’avoir convaincu si facilement, c’était difficile à croire. Yoite prétendait être jaloux, pourtant Kyôsuke était loin d’imaginer que quelqu’un puisse ressentir cela à son égard. Il ne comprenait pas non plus d’où lui venait cette lubie, ayant le sentiment d’avoir agi comme d’habitude.

A la confusion vint aussi se mêler du soulagement : le discours de Yoite était rassurant malgré tout. Cela arracha même à Kyôsuke quelques larmes. A moins que ce ne soit juste des larmes de panique. Heureusement elles devaient être invisibles dans cette position. C’était bien le seul avantage du câlin. Pourtant il allait falloir trouver un moyen de s’en sortir, il n’allait pas pouvoir repousser ses limites indéfiniment. Mais il était persuadé qu’au premier mot qu’il allait prononcer sa voix déraillerait et s’il s’écartait simplement Yoite remarquerai ses larmes, c’était hors de question. Yoite ne devait pas l’entendre et pas le voir, pourtant ils étaient collés l’un à l’autre. Ca s’annonçait difficile. Et s’ils étaient trop longs, des invités inquiets se décideraient sans doute à aller voir ce qui se passait ici, et tout empirerait. Il repensa furtivement à l’ambiance qui devait régner dans sa chambre, redoutant déjà le moment où il devrait y retourner.

Même quand Yoite finit de dire ce qu’il avait à dire Kyôsuke resta immobile, cogitant simplement à la recherche d’une quelconque distraction qui pourrait détourner l’attention de son kidnappeur.
Et alors ce fut le drame quand il sentit une chose chaude et humide venir se coller contre son oreille. Il comprit une fraction de seconde plus tard. Sa bouche. La sensation des dents contre sa peau le fit grimacer. Ça faisait trop de proximité pour une seule journée, là il allait vraiment se sentir mal. C’était quoi son délire à Yoite aujourd’hui ? Pour sûr, ce fut la goutte qui fit déborder le vase : le geste arracha à Kyôsuke un gémissement de surprise trop aigu qui eut au moins le mérite de lui donner le courage d’enfin se défaire de l’étreinte qui durait depuis bien trop longtemps. Et cette fois il ne put retenir sa main qui vint gifler sans retenue la joue de Yoite, lui laissant en souvenir une légère trace rougeâtre. Enfin tout était relatif, vu l’épaisseur de ses bras le choc ne devait pas avoir fait perdre trop de neurones à Yoite. Mais il ne l’avait même pas fait exprès, c’était juste un réflexe de défense, quoiqu’à bien y réfléchir c’était un peu mérité. Il avait même envie de recommencer mais heureusement il estima plus important de faire quelque chose pour son visage rougit par l’interminable câlin. Puisque Yoite aimait le voir gêné, il n’était plus question de lui faire plaisir, par principe. Alors dans la continuité de son geste il enfouit son visage dans ses mains pour cacher sa mine certainement affreuse et essuyer ses joues mouillées.  Il prit un certain moment à essayer de se calmer et retrouver ses moyens, inspirant de grandes bouffés d’oxygène et passant plusieurs fois sa main dans ses cheveux comme pour remettre en place une coupe inexistante. Puis il se racla la gorge, espérant avoir la même voix que d’habitude.

« C’est une blague ? Tu crois que je vais oublier ce que tu as dit juste parce que tu me le demande ? Tu te prends pour qui exactement ? Réfléchi avant de parler plutôt ! Tu te rends compte que je vais devoir me justifier auprès de tout le monde là-bas juste à cause de ton caprice ?! Si tu voulais du temps avec moi il suffisait de demander, mais t’en es même pas capable… Nan t’es juste bon à faire des câlins ou d’autres trucs bizarres parce que ça t’amuse, c’est dégueulasse ! »

Il aurait aimé s’expliquer calmement cette fois, pourtant son énervement prenait le dessus tout seul. Ça faisait bien longtemps que ça n’était pas arrivé et ça ne lui plaisait pas franchement. Il n’aimait pas s’énerver, ayant conscience que ça ne servait à rien et que tout pouvait se régler bien plus facilement en parlant. Encore fallait-il y arriver.
Les quelques années de vide social qu’il avait traversé en fin de collège et en première année de lycée semblaient avoir laissées plus de séquelles qu’on n’aurait pu le penser.  Il avait aussi oublié qu’il était normal que des amis se fâchent de temps en temps, que traverser des petites crises ensemble était même bénéfique. Plus rien n’était évident.
Il soupira. Si les choses restaient ainsi Yoite allait surement être fâché, peut-être même allait-il simplement se barrer, face à tant de haine c’était compréhensible. Pourtant même si ça n’en avait pas l’air il n’essayait pas de le chasser, juste de le comprendre. Mais il y avait peu de chances que ça marche de cette façon. Il fallait retenter le coup. Il toussa encore un peu pour gagner du temps et essuya ses mains moites sur son pull, tout en se répétant mentalement de rester calme. Puisque c’était Yoite qui avait fait le premier pas vers la réconciliation, Kyôsuke devait au moins fournir autant d’efforts.

« Raah non, c’est que… Si tu changes d’avis toutes les cinq minutes, comment je suis censé savoir ce que je dois faire moi ? Je te comprends plus là. »

Kyôsuke en venait à se demander si ce n’était pas juste lui qui venait de découvrir une autre facette de Yoite. Peut-être avait-il un double maléfique qui prenait possession de son corps les soirs de pleine lune. Était-ce la pleine lune aujourd'hui ? Ça vaudrait le coup de vérifier. Sinon tout restait incompréhensible. Même s’il avait tendance à l’oublier, c’était bien Yoite le plus âgé d’entre eux deux, il pensait qu’il était capable de se contrôler. Maintenant il ne pouvait s'empêcher d'avoir des doutes sur les bonnes résolutions peut-être un peu trop précipitées qu’il entendait.

« Je voulais pas non plus te provoquer à ce point, désolé si ça t’as blessé, mais je pouvais pas deviner ce que tu pensais. Enfin tu as l’air d’avoir compris, je veux bien te croire pour l’instant. Tu t’es énervé pour rien, vraiment. Je sais que c’est en partie grâce à toi que j’ai pu m’intégrer  ici, je l’oublie pas mais je peux pas arrêter d’avoir des amis pour autant, on est d’accord. Mais si c’est ce que tu veux on peut se voir de temps en temps sans personne d’autre comme au début, et voilà tout est réglé non ? Alors profite pas de l’occasion pour toucher mon oreille, sérieux t’as un problème ! »

La sensation désagréable le hantait encore, on ne lui avait encore jamais faite celle-là, il avait été tellement surpris. Pour en rajouter une couche il frotta le revers de sa manche contre la zone qui avait été infecté, comme pour évacuer une souillure trop profonde. C’était foutu, il ne s’en remettrait pas, il n’avait plus qu’à se couper l’oreille.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Unden
S • Université - 3ième année
S • Université - 3ième année
avatar

Messages 685


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Ven 17 Juin - 22:48

Il était plus qu'évident que si Yoite s'était mis à la place de Sa-chan dans ce couloir sombre et désert, sa réaction n'aurait pas été différente. Qui résolvait ses problèmes avec un câlin? Que la personne qui l'a mis en colère essaye et il allait bien voir le résultat! Yoite était assez rancunier en soi et avait un mal fou à pardonner sans que l'autre ait fait le premier pas. Il se savait immature sur bien des domaines et l'amitié (tout comme la famille) restaient souvent en tête des sujets où il devait travailler ses efforts. Ce n'était pas parce qu'il avait 24 ans (et bientôt 25) qu'il était plus mature que les autres. Il semblait s'être arrêté de grandir depuis des années déjà.
Et pourtant, s'il avait lu dans les pensées de Kyôsuke et découvert que celui-ci paraissait choqué de le voir réagir comme les autres, d'éprouver de la jalousie et autres sentiments possessifs, il en aurait été très vexé. Évidemment qu'il était comme les autres! Mince, ils se connaissaient depuis plusieurs mois maintenant et on aurait presque dit qu'ils étaient toujours des inconnus! Ou alors ... serait-ce que malgré lui Yoite mettait une barrière entre eux deux? Il était certain qu'il avait de grandes difficultés à se confier, à parler de lui-même et à être sérieux quand les sujets commençaient à l'embarrasser alors peut-être qu'il n'avait jamais révéler à Sa-chan qu'il pouvait aussi pleurer quand il était triste, qu'il lui arrivait d'être mal dans sa peau, de se faire violemment rejeter comme un malpropre, d'être la risée d'un groupe d'inconnus dans la rue. Il était humain.

Mais les mains de Kyôsuke contre son torse ne passèrent pas inaperçues. Le rebelle avait senti ce contact et aurait préféré qu'il le serre contre lui à son tour mais il semblerait que sa technique, prévisible, ne fonctionnait pas. Le petit bleu n'était pas prêt à baisser les armes pour ce soir, il était vraiment fâché et ils allaient devoir s'expliquer plus longtemps que prévu. Si tel était le cas, Yoite aurait préféré qu'il lui dise de dégager, il aurait eut le temps de mettre de l'eau dans son vin, de se calmer et de réfléchir à la bêtise de ses actes.
Malheureusement ce n'était pas le cas et après le câlin vinrent les mots. Yoite commença à se repentir, maladroitement mais sincèrement. On aurait pu croire qu'il disait juste ce que son pote voulait entendre comme dans toute autre situation similaire mais ce n'était pas le cas. Ils n'étaient que tous les deux alors il pouvait se laisser aller à dire des choses plus personnelles entre eux, à lui ouvrir son cœur et pourtant il ressentait ce manque dans ses mots, comme si son discours ne portait pas ses fruits. Sa-chan était raide comme un I entre ses bras, presque sous le choc alors qu'ils en avaient partagés des câlins même si c'était plus des attaques surprises pour voir les réactions de son timide d'ami. Évidemment, les larmes de Kyôsuke passèrent inaperçues et c'était peut-être préférable. Comment aurait réagi Yoi s'il l'avait vu pleurer? Lui-même ne le savait pas, ils n'avaient pas ce genre de relation tous les deux, ils n'étaient pas encore assez proches pour en arriver à partager des moments aussi douloureux.

Et peut-être parce qu'il commençait à trouver ce "partage" trop long lui aussi, ou trop gênant, Yoite voulu redevenir lui-même, boucher ce fossé qui s'était créé entre eux ce soir et espérer que la dispute était déjà effacée. Au fond de lui, il savait que c'était trop tôt et que même si Kyôsuke en venait à lui dire "c'est bon", c'était comme s'ils avaient reculé de plusieurs pas aujourd'hui. Ils allaient mettre un temps considérable à rattraper cette bourde, juste parce qu'ils s'étaient rapprochés. Les disputes entre amis, c'était normal mais c'était aussi très douloureux et Yoite, n'aimant pas les sensations négatives, n'avaient toujours pas appris à gérer les peines qui allaient de paire avec les prises de tête.
Alors ce petit geste déplacé que de mordre l'oreille de Sa-chan pour espérer le faire rire ou grogner comme d'habitude eut un effet diamétralement opposé et Yoite ne vit rien venir. Il se prit une gifle, pas forcément forte mais malgré tout particulièrement blessante. Laissant retomber ses bras le long de son corps en portant la main à sa joue, le regard de Yoite exprima toute sa surprise face à ce geste alors que Kyôsuke reculait de son étreinte et se cachait le visage de ses mains. Complètement bouche bée face à cette réaction démesurée, le rebelle ne sut quoi dire ni quoi faire. Il resta là à attendre un mouvement quelconque, n'osant qu'à peine respirer, encore choqué à l'idée que Sa-chan ait pu le frapper. Ça avait vraiment mérité une gifle? Ok il ne lui avait encore jamais fait ce genre de petites blagues mais il commençait à le connaître, non? Et puis, ce n'était qu'une oreille, il ne lui avait pas mis la main aux fesses non plus.

Mais ça semblait suffisamment grave pour Kyosûke qui repartit de plus belle. Yoite se prit un savon, se faisant engueuler comme s'il avait 5 ans. Kyôsuke lui balançait au visage tous ses défauts du moment, lui prouvant sans détour que sa tentative de câlin était un échec total et que ça n'aurait même pas marché sur un enfant. Vexé. Il était vexé c'était évident. Même si c'était nul comme façon de se rabibocher, c'était quand même un effort et ça lui faisait mal de se faire rabrouer comme ça, surtout par ce petit bonhomme bleu qui n'avait jamais élevé la voix contre lui auparavant.
Se mordant la lèvre inférieure en retenant ses mots qui risquaient de faire un carnage bien pire que là où ils étaient déjà, Yoite laissa Sa-chan déballer tout ce qu'il avait à dire. Il fut ravi de voir qu'il se calmait de lui-même, même si de son côté il sentait toujours cette rage bouillonner en lui. Cette fichue soirée avait eut le don de les mettre dans une sacrée situation. S'ils réussissaient à passer par-dessus ça, y avait fort à parier qu'ils seraient vraiment de très bons amis après. Restait plus qu'à voir comment ils allaient se comporter l'un l'autre à l'avenir.


"Tu me comprends plus? ... J'en suis arrivé au point de me demander si on s'est déjà compris tous les deux. Je sais pas si tu te rends compte de la différence de comportement que tu as envers moi et envers les autres. Ton sourire ... c'est peut-être pas grand chose pour toi mais tu souris pas comme ça quand on est ensemble. Alors quoi? Je te mets pas à l'aise? Tu veux pas traîner avec moi?"

Conscient que le ton de sa voix commençait à virer au négatif, Yoite préféra se stopper. Il n'avait pas été sourd aux paroles de Kyôsuke et celui-ci avait dit qu'il était d'accord pour qu'ils se voient un peu plus tous les deux, qu'il avait compris ce qu'il voulait dire et qu'il avait surtout réalisé que son pote s'était excusé. Il devait relativiser, ils n'étaient plus question de se gueuler dessus, ça n'avancerait à rien mais il était clair qu'un malaise s'était installé entre eux et Yoi voyait déjà leur prochain 'rendez-vous' comme une corvée. Il appréciait Sa-chan et aimait sa compagnie mais si celui-ci n'était pas à l'aise en sa présence ou préférait être avec quelqu'un d'autre car ils ne se comprenaient pas, est-ce que ça servait à quelque chose?

Poussant un profond soupir, il passa ses mains sur son visage en se demandant ce qu'il devait faire. Il lui était hors de question de retourner dans la chambre. Il n'en n'avait pas envie et il ne serait sûrement pas le bienvenue. Sauf pour Nami peut-être, il aurait presque aimé qu'elle soit là, qu'elle le conseille mais ... ça ne la regardait pas.
Relevant les yeux vers Kyôsuke, Yoite passa sa langue sur l'une de ses canines avant de reprendre la parole. Ils ne pouvaient pas rester éternellement dans le couloir, les choses devaient se régler maintenant, même provisoirement :


"On a chacun notre vie, j'ai bien saisi le message mais toi, il faut que tu intègres que je suis pas n'importe qui. Mon côté tactile, tu l'as vu dès le premier jour alors fais pas ton puceau à la moindre léchouille. Quand à mon comportement de ce soir, excuse-moi de tenir un peu à toi, j'ai aussi le droit d'être jaloux même si c'est gamin ... Mais tu devrais retourner voir tes amis, ils vont s'inquiéter. J'aurais jamais dû venir à ta petite fête en sachant que je connaissais presque personne."

Bon, la réconciliation ne semblait pas encore être la prochaine étape. Nos deux bleudinets s'étaient compris dans le principe mais pas trop sur les détails. Il semblait y avoir des choses à régler, des choses qui demandaient un peu plus de temps qu'1/4 d'heure dans un couloir ...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Yoite Unden le Mar 21 Fév - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke Sasori
P • Université - 1ière année
P • Université - 1ière année
avatar

Messages 111


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Birthday Party !   Lun 20 Juin - 18:58

La tempête était passée. Si depuis le câlin Kyôsuke n’avait plus contrôlé ses gestes ou pesé ses mots, maintenant qu’il avait réussi à se calmer il avait bien conscience que c’était une occasion courte de s’expliquait qui se présentait. Et il avait essayé de la saisir. Heureusement que sa gifle n’avait pas remis en colère Yoite qui semblait plus contrarié qu’énervé. Il se mordilla un peu la lèvre inférieure, éprouvant malgré lui un petit remord de le voir comme ça. Et il se sentit encore plus gêné quand Yoite mit clairement des mots ce qu’il refusait d’admettre depuis tout à l’heure.
Oui, en présence de Yoite, Kyôsuke était moins détendu puisque la distance de sécurité invisible qu’il avait imposé entre lui et le reste du monde ces dernières années risquait d’être brisé sans prévenir. Même inconsciemment, l’imprévisibilité de Yoite l’empêchait de sourire aussi franchement qu’il le lui demandait. Au fond s’il était souvent agacé de son comportement c’était parce qu’il avait peur. Ça ne l’empêchait pas d’apprécier sa présence, ça l’empêchait de le montrer parce qu’il craignait une réaction. Yoite avait raison. Ils ne se comprenaient pas et c’était sans doute parce qu’ils ne communiquaient pas assez sérieusement. Il allait falloir penser à s’y mettre et pas seulement aujourd'hui, même si ça n’allait pas être une partie de plaisir.

« C’est pas volontaire. Je fais des efforts pourtant, je te promets mais parfois c’est trop. Si je pouvais toujours être à l’aise avec toi ça m’arrangerais aussi crois-moi. »

Il afficha un air boudeur en entendant le mot « puceau». Ce n’était pas le terme en lui-même qui l’énervait, après tout c’était vrai et pas très dur à deviner quand on le connaissait un minimum, le problème était surtout que Yoite semblait complètement étranger aux sensations que pouvait éprouver Kyôsuke lorsqu’il faisait ce genre de choses. Si sa réaction avait paru démesurée c’était à cause de l’accumulation de sentiments intenses et contradictoires qu’il avait ressenti en si peu de temps. Oui il connaissait le caractère de Yoite, mais dans un contexte normal ce léchage d’oreille lui aurait seulement valu un sermon comme d’habitude. Mais là s’en avait été trop. La dispute, le câlin, il avait dit stop. Il ne voyait rien de logique là-dedans alors que manifestement ça l’était pour Yoite. Alors non, il n’estimait pas avoir réagi comme un puceau, juste comme quelqu’un de trop sensible et c’était là tout le problème.

« C’est pas grave si tu es jaloux. Il me semble même qu’il y a des gens qui prendraient ça comme un compliment. Moi, je sais pas. Ça parait peut-être débile, mais ça m’a surpris, j’ai pas su comment réagir et je sais toujours pas quoi en penser exactement. »

Oui Yoite était humain c’était évident quand on se posait la question. Encore fallait-il songer à se la poser. Si Kyôsuke était convaincu que tous les choix qu’il avait pris aujourd’hui, même les plus mauvais, étaient justifiés, il admettait aussi que de son côté c’était sans doute le cas de Yoite. Et la question n’était pas de savoir qui avait raison, puisqu’il n’était même pas sûr qu’il y ait de réponse correcte, mais plutôt de réussir à intégrer le point de vue de l’autre. Plus facile à dire qu’à faire.

« T'as raison, je vais y aller. Mais on a pas fini, il va falloir se revoir vite je vais pas te lâcher. »

Il préférait régler ça rapidement, tant que tout était encore frais. S’ils laissaient traîner cette histoire ici, le moment où il faudrait y repenser serait pire encore. Et ce moment arriverait inévitablement, il était impossible d’éviter quelque chose à l’infini.
Avant de se retourner il adressa un léger, très léger sourire dont il avait le secret à Yoite plus pour se rassurer lui-même et se donner du courage qu’autre chose. Non ce n’était pas aujourd’hui que Yoite aurait l’occasion de voir ses dents lorsqu’il lui souriait. Il se retourna en soupirant et vérifia sa mine dans le reflet de la vitre du couloir avant d’ouvrir la porte de sa chambre, n’osant pas regarder derrière lui.
En entrant le léger brouhaha qui s’était réinstallé depuis qu’il était parti s’interrompit et la plupart des invités virent poser des questions. Kyôsuke fit de son mieux pour les rassurer sans entrer dans les détails en s’efforçant d’avoir l’air le plus naturel possible. Certains se défendirent en faisait remarquer qu’ils avaient bien pensé à venir voir ce qui se passait, mais visiblement Nami avait réussi à raisonner les plus téméraires. Il la bénit intérieurement et n’oublia pas d’aller la remercier plus tard dans la soirée. Finalement elle se termina presque normalement, bien que ce fût une épreuve supplémentaire pour Kyôsuke qui avait le cœur particulièrement lourd.
Une fois les derniers invités partis et le plus gros du rangement fait, Kyôsuke se vautra sur son lit. Il était fatigué, son petit cœur en avait vu de toutes les couleurs aujourd’hui. Pourtant il n’avait pas jeté la peluche. Après tout, orienter vers le mur son visage dérangeant suffirait peut-être à chasser les cauchemars, ça valait au moins le coup d’essayer. Il espérait qu’elle ne se vexe pas, mais elle allait devoir dormir par terre par contre.

Spoiler:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Birthday Party !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Birthday Party !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Pensionnat & espace Clubs :: 1er Étage :: Ailes des Garçons-
Sauter vers: