Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

/!\ Un petit air de paradis. /!\

 :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan :: Centre Aquatonic - Thermes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 12 Déc - 13:34
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Le mois de Décembre était entamé depuis quelques jours seulement, et les températures avaient déjà chuté de plusieurs degrés surtout le matin. Inconditionnel fan de l'été, Yoite avait sorti son gros manteau, son écharpe et son bonnet dès que le thermomètre avait affiché moins de 15°C. La chair de poule, les doigts gelés, la buée passant ses lèvres, il haïssait le froid bien qu'il adorait la neige en elle-même. Gros dilemme que celui des saisons!
Heureusement pour lui, le Japon (et sûrement les autres pays aussi) possédaient des lieux pour les frileux comme lui, les onsen très réputés et aussi ... ce centre Aquatonic construit depuis seulement 2 ans. L'inauguration avait été merveilleuse mais il avait fallu attendre plusieurs mois, que les gens se lassent, pour pouvoir y aller sans se marcher dessus. Le rebelle était devenu un client régulier.

Samedi, 14h30. Habillé comme s'il faisait -20° dehors, Yoite quitta sa maison et laissa sa petite sœur aux soins de Kaji pour se rendre au centre Aquatonic d'Hoshi. La demoiselle avait exprimé un peu de tristesse à l'idée de ne pas pouvoir passer son samedi solitaire en compagnie de son grand-frère mais Kaji lui avait promis de passer tout son temps avec elle car il était à jour dans ses études. Les deux frères avaient beau être légèrement en froid, l'ambiance à la maison avait déjà été bien pire. Leur père faisait des efforts surhumains pour être plus souvent là mais son travail restait toute sa vie et l'homme n'était jamais là le samedi. Il se rattrapait en semaine en emmenant Sakura à l'école tous les matins.
Quittant donc la maison, Yoite prit le chemin du centre. Il préférait y aller en semaine car les lieux étaient encore plus vides qu'à l'accoutumé mais cette semaine avait été chargée et il avait dû reporter à samedi. Ce n'était pas bien grave, il avait mis de côté ses autres obligations et pouvait ainsi y rester bien plus longtemps qu'un autre jour!
Après quelques petites minutes de JR car le quartier Suwan était son quartier résidentiel, Yoite poussa la porte d'entrée du centre et la chaleur y régnant le réchauffa aussitôt. La femme à l'accueil, Samiko, lui fit un grand sourire en lui demandant comment avait été sa semaine. Être un client régulier avait fait de lui quelqu'un de vraiment bienvenue ici et depuis le temps, il connaissait tous les lieux du centre. Ils discutèrent quelques minutes puis le rebelle se dirigea vers les vestiaires pour se changer au plus vite. Samiko lui avait annoncé que les gens préféraient aller au centre-ville en cette période pour les cadeaux de Noël et qu'il n'y avait donc pas grand monde aujourd'hui. Marvelous!

Cela faisait maintenant 10 minutes que Yoite "pataugeait" dans le bain chaud à remous du centre. A son plus grand étonnement, il n'y avait eu qu'un seul homme à son arrivée et celui-ci venait tout juste de quitter les lieux comme si la présence du bleudinet l'avait dérangé. En soi, Yoite n'avait rien dit et s'était contenté de prendre la place la plus éloignée de celui-ci mais bon ... tant mieux, il était maintenant tout seul!
Se glissant un peu plus vers le fond, il laissa les bulles venir chatouiller son menton alors que sa serviette, seule barrière à sa tenue d'Adam, se battait contre la pression des jets sous l'eau. S'il en avait le courage après tout ça (car ce n'était que le début), il irait se faire masser, ça faisait longtemps qu'il avait laissé une parfaite inconnue poser ses mains sur son corps. D'ailleurs, il allait dire à ce cher capitaine de basket que les entraînements lui donnaient toujours des courbatures, malgré sa musculature devenue certaine. Ce n'était pas parce que les compétitions approchaient à grands pas qu'il fallait qu'ils se tuent tous à la tâche. Son club n'avait pas changé ses habitudes, lui.
Cette soudaine réflexion lui fit penser à ce nouvel arrivant venu direct du Québec s'il ne se trompait pas : Kasper. De prime abord, Yoite avait cru voir débarquer une énième racaille, un mec violent et égocentrique comme pouvait l'être ce vieux rouge-gorge à ses heures perdues. Pourtant, bien qu'ils ne s'étaient pas encore vraiment parlé, le rebelle avait vite vu la différence. Kasper n'était pas violent et d'après les autres, il était même plutôt sociable. C'était une très bonne nouvelle, son inscription lui avait fait franchement plaisir et il se décida à lui parler la prochaine fois qu'ils se croiseraient au club de natation.

Jetant un coup d’œil à son téléphone posé près de lui sur une pile de serviettes sèches pour être sûr qu'il n'allait pas pendre l'eau, Yoite vit qu'il était désormais 15h. A 15h30, il irait faire un tour dans le sauna, histoire de bien transpirer avant d'aller se doucher et de finir sa journée au spa. Mon dieu, sa mère serait folle de voir son ainé être aussi "fille" mais qu'importe ... Au moins, son corps valait le coup d’œil.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Déc - 23:03
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis




Décidément. Il ne s'habituerait jamais à ce plafond lumineux. Au début l'idée des petites étoiles autocollantes brillant dans le noir l'avait fait sourire et maintenant ça le rendait grincheux rien qu'après une seule journée. Kasper dormait dans le calme et l'obscurité la plus totale d'ordinaire. Aussi lorsqu'il s'endormit finalement, il ne lui resta que quelques petites heures de sommeil (trois) avant qu'il ne se fasse réveiller par le boucan de l'étage. C'était pas toujours la joie de cohabiter avec d'autres jeunes que lui finalement. Gray se leva, maugréant pendant un bon cinq minutes avant de reprendre ses esprits en se disant que ce serait une autre journée fabuleuse. Il fallait partir du bon pied après tout. Le jeune homme se fit une mission de se trouver une échelle et de quoi retirer ces étoiles du plafond. Ça ne lui prit qu'une quinzaine de minutes, déterminé comme il l'était, pour se débarrasser de la dernière étoile. Le tatoué eut un petit rire en se souvenant qu'il était allé chercher l'échelle à la conciergerie à demi-nu. Il n'avait pas remarqué sur le coup, l'esprit bien trop embrumé par le sommeil, sa détermination écrasant tout le reste.

Il enfila un pull noir, une nouvelle paire de boxer et de jeans, n'oublia pas de se brosser les dents comme un brave petit avant de se demander ce qu'il pourrait bien faire d'une journée de fin de semaine. Ça ne faisait qu'une journée qu'il était arrivé dans le coin et il ignorait tout des environs. Visiter les lieux était déjà une bonne idée de base. Il prit son portable et fit une recherche internet sur divers emplacements à visiter pour ensuite les noter sur un bout de papier. Il n'aurait jamais assez d'heures dans la journée pour tout visiter, mais ça devrait au moins pouvoir l'occuper un bon moment avant qu'il ne s'en lasse. L'adolescent mit ses baskets et son long manteau noir avant de refermer derrière lui sans oublier de rapporter l'échelle une fois cela fait. Gray fit un arrêt aux cuisines pour se ravitailler un peu avant sa quête d'aventure. Il sortit ensuite du pensionnat, passant devant le lycée et l'université et commença par visiter le reste du campus. Rien de bien intéressant et différent de ce à quoi on s'attendrait, mais il se devait de mieux connaître l'environnement dans lequel il allait évoluer. Kaspy s'attarda plus longuement dans les jardins où l'air était bon et le paysage magnifique. C'était dans ce genre d'endroit où il pouvait se détendre et en apprécier le calme.

La ville d'Hoshi était de loin beaucoup plus intéressante pour ses endroits à visiter que l'était le campus où il étudiait. Il passa dans le centre-ville sans trop s'attarder puisqu'il n'avait pas trop envie de courir les boutiques ni d'aller voir seul un film au cinéma. La mairie était imposante, mais il n'avait non plus rien à y faire ainsi qu'aucune autorisation d'y entrer. Il prit note des divers restaurants en passant devant la majeure partie d'entre eux et regarda avec regret les quelques bars dans lesquels il ne pouvait pas non plus aller en raison de son jeune âge bien qu'il aurait sûrement passé les sécurités sans problème. En regardant sa page de note, Kasper délaissa les Quartier Sanjuu et Shin'en pour se concentrer davantage sur le Quartier Suwan. Il passa faire une petite visite à l'Aquarium, choisissant de garder le centre Aquatonic pour la fin.

Inutile de dire qu'il avait fichu la trouille à plus qu'une personne à s'extasier devant les diverses sortes de poissons. Ils attendaient tous le mauvais coup du garçon alors que ce dernier ne faisait que s'intéresser à la diversité et grandeur des poissons. Il s'attarda quelques minutes devant les poissons clowns qu'il trouvait particulièrement mignons. C'est en sentant plusieurs regards lui brûler le dos qu'il se décida enfin à sortir de là. Il n'était pas le bienvenu presque partout où il était et ça commençait franchement à le peser. Kasper ne se fit pas prier en poussant les portes du centre Aquatonic. La standardiste l'accueillit avec un grand sourire, tellement que Kasper la regarda avec surprise en se demandant s'il n'hallucinait pas. Elle l'informa des services qu'ils offraient et le tatoué ne se fit pas prier pour pouvoir se détendre. Elle lui donna la direction des vestiaires et celui-ci s'empressa d'y aller pour se changer avec un maillot qu'on avait bien voulu lui prêter vu qu'il n'en avait pas. Le tatoué ne s'était pas posé davantage de questions et en le mettant, il se mit à rougir en constatant que ça moulait bien trop ce truc. On voyait avec bien trop de détails ses fesses qu'il cachait habituellement avec un costume de bain un peu moins moulant et un peu plus ample. Sa main se posa nerveusement sur son torse bien sculpté (par ses nombreuses bagarres du passé dont il n'avait plus le souvenir) et il espérait franchement qu'il n'y ait pas grand monde ou sinon personne.

Il changea d'avis lorsqu'il arriva dans la place et reconnut son Capitaine de Natation. Kasper n'hésita pas à rejoindre son Capitaine dans le bain à remous même si tout les deux ne s'étaient jamais réellement parlés. Un long soupir d'aise s'échappa du plus jeune qui avait fermé les yeux de bonheur, complètement détendu dans l'eau chaude. Son regard se reporta alors sur son aîné. Son regard s'égara quelque peu sur la partie du torse émergée de l'eau de son capitaine. Pas étonnant qu'il soit leur chef. Le tatoué avait beaucoup à apprendre en natation, mais il aimait les défis et se dépasser.


« Capitaine Unden! Je ne m'attendais pas à te voir, mais quelle bonne surprise! On va finalement pouvoir apprendre à se connaître. »

Inconscient que son tutoiement pourrait être mal pris ainsi que la tournure un peu bizarre de sa dernière phrase (qui puait la drague à deux balles même si ce n'était pas le cas vu comment Kasper était un crétin), il n'améliora rien en se rapprochant de Yoite pour le prendre dans ses bras, façon pour lui de le saluer.


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Déc - 16:49
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Le fait de pouvoir profiter seul de ce bain à remous était un luxe que Yoite savait apprécier à sa juste valeur. Ce n'était pas la première fois qu'il venait dans ce centre, il était même considéré comme un habitué ces derniers temps et à chaque fois il avait eut la "malchance" de devoir partager ce fameux bain avec d'autres hommes, tous des inconnus, souvent des plus vieux. Il ne faisait rien, ne disait rien, les bains publics étaient justement publics mais il trouvait ça agaçant, ça changeait l'ambiance d'être là avec des hommes qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam! Alors arriver là et pouvoir en profiter seul le rendait particulièrement joyeux, bien conscient que ça n'allait surement pas durer!
Et en effet, ça ne dura pas. De simples pas, alors qu'il fermait les yeux. Des pas calmes, posés, de grandes foulées. Sûrement une personne qui n'allait pas être de grand bruit. Par curiosité, comme tout un chacun, Yoite rouvrit les yeux pour mettre un visage sur cette silhouette. Quelle ne fut pas sa surprise de reconnaître aussitôt Kasper, son dernier membre inscrit au club! Le monde était trop petit mais au fond, cette intrusion ne le dérangeait pas plus que ça. Bien au contraire, il se permit même de le regarder de la tête aux pieds, comme il le faisait déjà au club de natation. Kasper était musclé, tatoué, il semblait avoir un passé bien particulier mais contre attente, il était aussi doux qu'un agneau! Un peu dur à cerner du coup mais vraiment très intéressant à regarder. Le président du club eut même un très léger sourire en voyant le maillot qu'il portait, celui qu'ils prêtaient ici aux premiers clients un peu étourdis. Lui-même l'avait porté la première fois, appréciant que ça fasse ressortir ses formes puisqu'il n'était qu'un pervers narcissique ... Ça ne l'avait pas empêché d'amener le sien les fois suivantes, les hommes ici étaient parfois un peu bizarres.

Restant silencieux et inactif, il le laissa se glisser dans l'eau, apprécier presque aussitôt les bienfaits des remous brûlants sur sa peau. Devait-il le saluer, faire un geste? Devait-il faire un effort et discuter avec lui, alors qu'il ne l'avait pas encore vraiment fait au club? Kasper se chargea de dissiper ses questions en prenant la parole en premier, aussi surprenant que d'habitude avec son allure de voyou des mauvais quartiers. Comme à chaque fois qu'ils s'étaient parlés -strict minimum de la politesse- Kasper paraissait réellement enchanté d'être là en sa compagnie, gentil comme toujours et ... tactile.
Yoite l'avait vu s'approcher un peu, sûrement pour pouvoir discuter plus facilement. Beaucoup, pour instaurer un climat plus amical? Beaucoup trop, pour le serrer dans ses bras. Sur le coup, le rebelle n'eut même pas de réaction, se contentant d'apprécier l'étreinte sans prendre le temps d'y répondre tant il était surprit. Puis, au fil des secondes, il se rendit compte de ce qu'il se passait et ses mains se déplacèrent rapidement pour se poser sur les bras de son kouhai, le faisant se reculer en fronçant les sourcils.


"Ouais, ouais, je suis ravi moi aussi. Mais reste pas trop près, hein. On pourrait s'imaginer des trucs, tu crois pas?"

Répondre ainsi, sur le ton de la défensive mélangée à des allusions taquines était dans les habitudes de Yoite mais c'était aussi, et surtout, pour dissimuler son aversion des câlins lorsque ceux-ci n'étaient pas mutuels. En soi, Yoite n'avait rien contre les câlins, les accolades et démonstrations affectives mais il n'y avait jamais été habitué et la seule fois où il y avait eut droit, ça avait été lors de sa première relation sexuelle. Depuis ce jour, il accordait les deux ensemble et se trouvait donc gêné de recevoir un câlin de la part d'un mec à qui il n'avait pas spécialement parlé pour le moment.

Se décalant un tout petit peu, juste pour instaurer une distance suffisante entre les deux en réajustant au passage sa serviette autour de ses hanches pour éviter tout incident, il venait de réfléchir à cette possibilité qui s'offrait à eux, à cet échange possible entre eux sans regard extérieur, sans pression de temps et sans jugement. Il allait apprendre à connaître Kasper, à tenter de le comprendre, à cesser d'avoir une mauvaise impression de lui s'il était effectivement aussi doux qu'il le laissait croire.
S'appuyant sur le bord du bain, conscient qu'il avait peut-être un peu refroidi l'ambiance en repoussant son partenaire à la première occasion, il décida de reprendre les choses en main pour bien lui faire comprendre qu'il n'était pas fâché, qu'il ne lui en voulait pas du tout et que oui, ils pouvaient enfin apprendre à se connaître!


"Alors, première fois ici? Du moins, je le pense vu ton maillot! D'ailleurs, je suis désolé de pas être venu davantage vers toi pendant les heures de club mais disons que ton allure ... ton physique n'est pas très engageant. Je me suis trompé à priori, vu tes réactions."

Au fond, c'était quitte ou double. Parler directement du sujet le plus fâcheux n'était peut-être pas la meilleure solution pour réinstaurer une bonne ambiance mais Yoite pensait que c'était un bon point de départ. Faire comprendre à Kasper qu'il avait parfois peur de lui, qu'il ne savait pas comment il allait réagir, etc ... allait peut-être lui permettre de se faire une idée fixe du personnage. Les dernières rumeurs sur Kasper disaient toutes qu'il était finalement adorable, très gentil, serviable alors ça devait être vrai? Bon, y avait aussi celles qui disaient qu'il était un mafieux, qu'il avait fait parti d'un gang et qu'il avait déjà tué quelqu'un mais ça ... il suffisait d'avoir des tatouages pour être considéré comme un malfrat chez les bourgeois. Yoi allait y aller étape par étape, doucement mais sûrement. Son but n'était pas de faire fuir son dernier membre inscrit, bien au contraire.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Déc - 8:05
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis



L’embarras qu’il ressentait dans ce maillot de bain moulant n’avait pas de limites. On vit très aisément sur son visage plusieurs teintes de rouge différentes témoignant de son malaise alors qu’il avançait lentement, ne cherchant surtout pas à se faire remarquer. Il n’y avait que son Capitaine de Natation dans la pièce néanmoins, il ne tenait pas à parader devant lui, plutôt gêné d’être aussi exposé devant lui. C’est que ça moulait trop bien ce truc. Il s’était donc hâté de venir le rejoindre dans l’eau sans trop tourner autour du pot et surtout sans remarquer le regard de son aîné sur lui. Si ça avait été le cas, on aurait pu déceler le visage du tatoué pourvu d’une belle couleur rouge écrevisse et ce dernier n’aurait pas pu le regarder pendant quelques secondes, tellement il aurait eu honte qu’on le voit comme ça.

Aucunement froissé que son capitaine ne réponde pas à son étreinte, il le regarda néanmoins avec une moue de chien battu lorsque ce dernier l’éloigna de lui. Kaspy respectait certes sa décision, mais il devait avouer qu’il était un peu déçu. Le tatoué inclina ensuite la tête sur le côté en l’écoutant parler, un air mignon sur le visage. Il ne voyait pas où son capitaine voulait en venir. Que pourrait-on imaginer en les voyant si près? Qu’ils étaient de bons amis? Pourtant ça lui ferait plutôt plaisir qu’on le pense, il ne comprenait pas pourquoi Yoite en faisait des montagnes. Kasper haussa les épaules en le regardant de manière confuse. Il leva son bras droit devant lui afin de délimiter une certaine distance avec son vis-à-vis bien qu’à contre cœur. Si Kaspy s’écoutait, il passerait le plus clair de ses journées dans les bras des autres à se pelotonner contre eux comme un petit chat venir récolter ses caresses. Le fait qu’il n’est pas le physique de l’emploi ne lui simplifiait pas du tout la tâche.


« Quant à moi, ils peuvent imaginer ce qu’ils veulent, mais si c’est ce que tu veux, pas de soucis. On a précisément un bras de distance, c’est amplement raisonnable n’est-ce pas? Tenir une conversation en étant plus loin l’un de l’autre commencerait à devenir problématique. »


Le tatoué se mit à rougir d’embarras en remarquant à quel point ce qu’il disait n’avait aucun intérêt, surtout la dernière partie. Il soupira et immergea un peu plus son corps dans l’eau pour se détendre davantage. Les «premières» rencontres le rendait incroyablement nerveux qu’il se mettait souvent à déblatérer n’importe quoi et à se mettre les pieds dans les plats. Depuis son accident, l’adolescent n’avait pas vraiment l’habitude de côtoyer les autres, principalement parce que les gens le fuyaient. Côtoyer les gens était à la fois très mauvais pour ses pauvres nerfs alors que c'était à la fois terriblement excitant. L’ébène avait à chaque fois cette impression qu’un nouveau monde s’ouvrait à lui à toutes les fois qu’il rencontrait quelqu’un de différent.


« Ah non! S’il te plaît ne me regarde pas dans cette chose, c’est très embarrassant. »

Il avait ponctué sa phrase en agitant les bras, les joues joliment rosées. Inutile de lui raconter que c’était la première fois qu’il venait ici vu qu’il l’avait brillamment déduit. Cette seule pensée suffisait à faire perdurer le rouge de ses joues.


«  Oui, on me le dit souvent. Je fais des efforts, mais tu sais on se refait pas. Je ficherai toujours la trouille aux gens qui ne prennent pas le temps de voir au-delà des apparences. Je fais des efforts, mais même ça parfois ce n’est pas suffisant. »


Il afficha une expression mélancolique pendant quelques secondes avant d’afficher de nouveau un air neutre. Il était content que son aîné saisisse mieux quel genre de personne il était. Le fait qu’il veuille en apprendre un peu plus sur la «brute» le touchait beaucoup. Kaspy ne connaissait pas beaucoup Yoite, mais il aspirait à ce que ça se fasse car il admirait beaucoup son capitaine. Cette grâce qu’il avait quand il nageait, il espérait qu’avec un peu plus de pratique il finisse par pouvoir en faire autant.

« Je suis désolé pour l’accolade si ça t’as mis mal à l’aise. Je suis quelqu’un d’assez tactile et affectueux alors n’hésite pas à me remettre à ma place si je finis par faire quelque chose que tu n’aimes pas. Je fais fuir les autres par mon apparence et aussi parfois par ma tendance à être câlin. J’ai tendance à oublier que les gens sont plus réservés ici au Japon. »

Un oubli qui n’en était pas vraiment un au final, puisque il s’entêtait quand même à aller câliner des inconnus alors qu’il était pleinement conscient du fait énoncé plus haut. Toute cette soudaine maladresse et nervosité le faisait sentir comme une collégienne devant son flirt. Il soupira intérieurement, un peu honteux de montrer cette facette de lui-même à son capitaine qui avait certainement de bien meilleures attentes le concernant.


Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Jan - 22:50
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
S'il s'était laissé aller, Yoite aurait ri. A pleins poumons. La tête de Kasper-le-gros-dur au moment où leur étreinte fut écourtée valait tout l'or du monde. Jamais le rebelle n'aurait pu imaginer voir cette expression sur le visage de son kouhai, contrairement à celle des mauvais jours, du mutisme ou des grimaces de mise en garde. Assurément que s'il avait lui-même été câlin, il l'aurait serré très fort dans ses bras ... En fait, si Kaspy était un enfant, genre jusqu'à 10 ans, il l'aurait serré dans ses bras, ne pouvant décemment pas ressentir autre chose que de la simple affection.
Mais voilà, ils étaient adultes (ou presque) et en plus, ils étaient deux mecs. En soi, pour Yoite là était l'intérêt mais c'était justement ce qui le poussait dans ses retranchements. Non pas qu'il refuserait de coucher avec Kasper si cela devait arriver mais plutôt qu'il avait vite saisi que celui-ci était bien loin de penser à la même chose que lui. S'il devait parier, il pourrait même gagner en affirmant que celui-ci était encore puceau ...
Ses pensées dérivantes furent stoppées par Kasper qui prit la parole en le confortant dans son idée qu'en effet, il n'avait pas saisi son allusion. Tant pis (ou tant mieux), il n'était pas venu ici pour allumer le premier venu mais pour se détendre, rire si l'occasion se présentait. Il le laissa se submerger encore davantage, appréciant avec malice le rouge sur ses joues, le fixant avec ses lentilles jaunes toujours mises en avant. Son projet de changer de couleur était repoussé ultérieurement, rien de grave.


"Tu peux encore t'éloigner, on devra juste crier pour s'entendre. Y a que nous, on gênera personne! Mais t'inquiète va! C'est bon, t'es très bien là où tu es."

En temps normal, Yoite n'aurait pas pris la peine de dire la fin de sa phrase, taquin jusqu'au bout. Mais bizarrement, il avait comme l'impression que s'il restait comme d'habitude, Kasper allait réellement le prendre au sérieux. Et le but n'était pas de l'éloigner bien au contraire. Il était étrange, sympathique à priori et il valait le détour. Ils devaient profiter de cette chance rien qu'à eux pour apprendre à se connaître et ne pas uniquement se fier aux jugements des autres.

Quant par la suite, la taquinerie du maillot fut mise en avant, la réaction de son kouhai fut à nouveau réellement cute. Mon dieu, ce mec était un bisounours! Un instant, Yoite crut même qu'il se trouvait une face d'une fille. S'il continuait comme ça, il allait tout simplement lui proposer d'enlever ce maillot très gênant puisqu'il n'avait rien à cacher en-dessous. Mais pour l'instant, pour éviter de le mettre en colère car ça pouvait sûrement quand même arriver, il se contenta de ne rien dire, ne pouvant pas promettre de ne pas le regarder s'il devait à nouveau sortir de l'eau. On ne refaisait pas Yoite, des fesses à portée d'yeux valaient toujours le coup d’œil.
Et enfin, ils abordèrent le sujet principal. Là, ils ne pouvaient que discuter là-dessus, exprimer leur point de vue, tenter de comprendre l'un puis l'autre sans forcément empiéter. Ce fut uniquement à ce moment-là que Yoite se replongea dans l'eau jusqu'au cou, se penchant un peu en avant pour mieux montrer qu'il se joignait à la conversation avec intérêt. Au fond, il adorait parler lui l'éternel curieux!


"J'ai bien saisi que tu faisais des efforts pour être sympa mais ... pourquoi? Je veux dire, t'as pas à te forcer, si les gens ont peur de toi, bah laisse-les. Au moins, tu seras tranquille. Après, ça colle pas vraiment avec tes envies de câlins tout ça! Tu devrais te teindre en blond ou t'habiller moins souvent en noir, effacer ton tatouage peut-être?"

Ni vu, ni connu ... Les questions les plus discrètes sont parfois les meilleures.
Yoite savait bien qu'il parlait là de lui-même au fond, qu'il avait le look qu'il aimait le plus selon ses propres goûts et que si ça plaisait pas aux autres, il en avait rien à faire. Mais il n'avait pas ce visage sombre, cet air brute qu'avait Kasper. Il avait vite vu qu'avec un simple sourire, tout l'être du kouhai s'illuminait comme une guirlande de Noël mais comme il venait de le dire, il fallait prendre le temps de le découvrir, de lui parler sans préjugé et là-dessus, les japonais étaient peut-être les pires. Une teinture, ils devenaient des voyous. Un tatouage, forcément un yakuza! C'était même chiant!
S'avançant un peu, contre ses propres ordres mais n'est pas rebelle qui veut!, Yoite s'arrêta à quelques centimètres de Kasper et se redressa légèrement pour être plus grand que celui-ci. Délicatement, ses deux mains mouillées se posèrent sur son épaule, faisant se pencher l'odd en avant pendant quelques secondes.


"Je retire ce que j'ai dit, efface pas ton tatouage. Je sais pas vraiment ce que ça veut dire, mais il est trop beau! D'ailleurs, il est surtout beau pour les autres, tu peux même pas en profiter!"

Inconscient de ses gestes, de son attitude peut-être trop amicale et de sa soudaine proximité, Yoite recula ses mains et se replongea dans l'eau pour réchauffer son corps vite refroidi.
Il s'était déjà intéressé aux tatouages mais certaines de ses connaissances lui avaient dit qu'il fallait souffrir (un peu, ou beaucoup) pour en avoir un et rien que ça, ça l'avait dissuadé. En plus, il adorait sa peau et son corps et trouvait que pour un caprice, un tatouage à vie, c'était risqué ...

Ce ne fut qu'au moment où Kasper reprit la parole que Yoite réalisa que leurs deux épaules se frôlaient depuis tout à l'heure. Pris de court, réagissant sûrement trop vite vu la situation peu encline à la panique, le rebelle se redressa d'un coup sec éclaboussant sûrement son partenaire au passage et s'éloigna rapidement.
Bien vite, il réalisa son manque de politesse et de maturité et prit son courage à deux mains pour exposer la vérité. Tant pis si Kasper ne voyait plus qu'en lui un pervers sans nom, au moins il saurait la raison.


"C'est vrai que les japonais sont coincés là-dessus en général mais c'est pas mon cas. Perso, pour moi un câlin ça veut dire rapport sexuel. Je sais pas si c'est dû à mon éducation froide mais je vois pas l'intérêt des câlins si ça va pas plus loin. Je te balance pas tout ça pour te mettre mal à l'aise hein, juste pour que tu comprennes pourquoi je recule quand tu t'approches."

C'était gênant.
Yoite avait beau eu pour mission de le rassurer sur la situation, il savait bien que ce sujet gênait tout le monde. Ses amis ne faisaient plus de cas, ses amants savaient à quoi s'attendre mais les autres ... Soit Yoite prenait sur lui pour fuir leur tendresse en toute discrétion, soit il faisait comme maintenant et il disait la vérité, quitte à creuser un fossé.
Même si Kasper décidait de garder ses distances, Yoi ne lui en tiendrait pas rigueur. Il restait sympathique et surtout ils devaient bien s'entendre quand même en étant dans le même club. D'ailleurs, il décida de parler natation quelques instants, histoire de changer de sujet et peut-être de faire revenir une ambiance moins embarrassante.


"Au fait, j'ai remarqué que tu avais des difficultés à être vraiment à l'aise dans l'eau. Y a quelque chose qui te fait peur? Pendant les heures de club, tu peux tout me dire, certains savaient même pas nager quand ils sont arrivés. Je vais pas te juger, au contraire!"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Jan - 6:34
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis



Depuis son amnésie, notre Kaspy n'avait eu en effet que très peu d'expériences avec les autres puisqu'ils s'étaient acharnés à l'éviter. Inutile de dire qu'il ne s'était jusque là pas encore questionné quant à sa vie sexuelle, si jamais ça lui venait tout seul ce qui était fort improbable sauf si on le poussait dans ses retranchements. Yoite avait à la fois raison et tort: raison car actuellement il n'avait pas beaucoup d'expérience avec les autres et tort car il n'était plus puceau depuis longtemps, mais dans les souvenirs de Kasper, il n'y avait eu que cette fois où une bande d'hommes qui semblaient le connaître avant son amnésie l'avait violé.

Ça ne comptait peut-être pas, mais c'était quelque chose qu'il peinait à oublier. C'était son premier souvenir depuis qu'on lui avait volé ses souvenirs et certainement le plus mauvais. Kaspy n'arrivait pas à en vouloir à ces hommes car il ne connaissait pas ce qui avait pu les mener à pareilles choses et il détestait juger les gens en ignorance de cause. Il chassa ce souvenir de son esprit en reportant son regard sur son aîné. Il remarqua enfin avec fascination (il avait délaissé sa gêne) les lentilles de son vis-à-vis de couleur dorée. Kaspy ne pouvait pas s'empêcher de les regarder, comme hypnotisé.  

C'est la voix de son Capitaine qui le sortit de ses rêveries. Comme prit en flagrant délit, ce dernier se mordit la lèvre inférieure, une nouvelle expression gênée sur le visage. Décidément il ne ratait aucune occasion d'être grossier. Il fallait que ce soit son Capitaine en plus. Heureusement pour lui ce dernier n'avait pas l'air de mal le prendre. Il avait presque l'air de ...s'amuser? Oui c'était ça. Kaspy pourrait reconnaître cette expression de malice n'importe où.

« Tant mieux! Je ne pourrais pas supporter d'être plus loin. Ça me rassure un peu de savoir que j'ai juste à m'étirer un peu pour pouvoir te toucher. »

Ohoh. Une autre bourde. Ce n'est qu'après l'avoir dit que Kasper prit conscience que ce n'était pas du tout la façon dont il avait voulu dire les choses, mais il était trop tard maintenant. Il ne voyait pas comment il pourrait rattraper le coup de toute façon alors autant ne rien dire. Il ne ferait que se mettre davantage les pieds dans les plats et c'était une certitude. Il avait préféré souligné son malaise dans le maillot de bain pour changer brillamment de sujet ou pas.

Il ne réagit même pas en sentant l'autre se rapprocher, puisque être près des autres le mettait à l'aise. Quoi qu'être près de quelqu'un dans un tel endroit pouvait être interprété différemment, mais Kaspy était quelqu'un de naïf qui ne considérait même pas le fait qu'on puisse le trouver désirable ou qu'on puisse tenter quelque chose avec lui. Aussi bien dire qu'il laissait parfois passer des occasions sans même sans rendre compte.

« Mais... je ne veux pas être tranquille ni susciter la peur chez les autres. Je veux apprendre à connaître les autres pour ne plus être... Euh non oublie ça c'est con. »

Pour ne plus être seul. Être seul le forçait à être dans un mutisme qui impliquait qu'il pense constamment à ses problèmes reliés à l'amnésie. C'était en quelque sorte pire qu'une crise d'identité. Quand il était avec les autres, il était heureux et pouvait profiter pleinement de la vie sans se soucier de qui il avait pu être avant ou de tous les souvenirs importants qu'il avait dû oublier. Le pire c'était de vivre avec la peur d'oublier à nouveau. Ça aurait poussé quelques personnes à ne plus vouloir s'attacher aux autres, mais le tatoué ne désirait pas s'enfermer dans ses peurs et vivre avec des regrets. La vie était trop courte et si ça venait à arriver une deuxième fois, il n'aurait qu'à se refaire de nouveau souvenir. Tout n'était qu'une question d'attitude.

L'évocation de son look le surprit un peu bien que c'était tout de même facile à prévoir. Il s'aimait comme il était et jamais pour rien au monde il ne souhaiterait effacer son tatouage. Il ignorait pourquoi, mais pour lui ce tatouage était très important. Il faisait comme un peu parti de qui il était, c'était néanmoins l'impression que l'ébène avait. L'homme l'observa puis haussa les épaules, cherchant ses mots. Son capitaine s'était alors rapproché de lui et avait posé ses mains sur son épaule, sans doute pour mieux voir son tatouage. L'initiative de son homologue le surprit quand même puisque ce dernier avait ressenti un malaise évident à son accolade plus tôt. Il se pencha légèrement vers l'avant afin que son Capitaine puisse bien voir son tatouage quoi que finalement un peu nerveux d'être aussi près et de ne rien faire.

« Oh euh... merci. Pour répondre à ta question plus tôt, je m'aime comme je suis et je n'arrive pas à envisager le moindre changement me concernant. C'est peut-être un peu égoïste de ma part si l'on considère le fait que je souhaite être accepté des autres.. »

Yoite semblait avoir finalement remarqué qu'ils s'étaient considérablement rapprochés l'un de l'autre et Kaspy se prit une bonne gerbe d'eau dans le visage. L'homme se frotta ses yeux avant de les ouvrir à nouveau pour regarder son capitaine. C'était lui où Yoite avait complètement paniqué là? Le tatoué resta bien sagement à sa place en l'écoutant parler, comprenant un peu plus le sentiment de son aîné concernant son approche. Cependant ça ne lui donnait envie qu'encore plus de se rapprocher. S'il ne connaissait pas l'amour et les marques d'affection, Kaspy était prêt à relever le défi. Ces choses-là étaient normales pour lui, alors il trouvait ça un peu triste que ce ne soit pas pareil pour son capitaine.

«  Je comprends, mais en fait c'est plutôt triste. L'intérêt des câlins est justement de se sentir bien et apprécié. Je me sens d'autant plus mal de ne pas t'en faire profiter. Je m'excuse, mais tu ne pourras pas t'en sauver cette fois capitaine. Ne me déteste pas s'il-te-plaît. »

Comment pourrait-il s'éloigner de son aîné après de pareilles confessions? Il appréciait son honnêteté et comptait lui-même en faire autant. Yoite considérait cette conversation sérieusement autant que lui alors il ne verrait pas pourquoi il ne lui ferait pas confiance. Il ne laissa pas le temps à son aîné de discuter ses paroles qu'il s'était rapproché pour le serrer contre lui sans lui laisser le moindre échappatoire. C'était peut-être vil de sa part, mais c'était triste de vivre sans réelles attaches...

«  Rien ne me fait vraiment peur concernant l'eau. Je dirais simplement que je cherche encore à prendre mes marques, mais si jamais tu veux nager avec moi ça me ferait très plaisir. Tu es très beau quand tu nages. Je ne peux pas m'empêcher de vouloir un jour un peu plus te ressembler et trouver cette aisance qui t'habite. »



_________________
Don't even think to change me
The life is too short to waste it. Don't forget the good and the bad memories because it's them who make you stronger. Sometimes you forget, but you can forge who you are with new memories. Don't lost sight of who you are. Hapiness will find you someday just don't lose hope and keep believing in you.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Jan - 19:47
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Cette insistance dans le regard, cette nouveauté que déclenchaient ses lentilles chez certains avait toujours plu à Yoite. Il aimait avoir les yeux différents des autres mais en soit, il aurait pu prendre une couleur d'yeux possible comme bleu ou vert, faisant de lui un métis sans plus de réelle importance que ça. Mais non, il avait pris jaune, comme les félins et ses yeux bridés accentuaient l'effet désiré. La plupart n'aimait pas, ne trouvant pas ça naturel et n'arrivant pas à s'y faire mais certains restaient hypnotisés, presque collés sur ce faux regard pourtant pénétrant. Kasper avait l'air collé lui et Yoite appréciait. Beaucoup.
Il resta silencieux cependant, une discussion sur les lentilles ne valait pas le coup.
Cela dit, il plissa les yeux en entendant son kouhai parler à nouveau. Rassuré de pouvoir le toucher si besoin est? C'était quoi, ça? Une tentative plutôt franche quoique maladroite de drague? S'il voulait faire le fou avec lui, il pouvait simplement le lui dire, ce serait tout aussi simple! Mais là encore, Yoite réfréna ses impressions, se méfiant comme si Kasper était un loup dormant, lui laissant le bénéfice du doute face à ses pensées aussi pures que celles d'un enfant de 5 ans. En fait, ça devenait même dangereux pour lui si on prenait le temps d'imaginer qu'il était comme ça avec tout le monde. Un autre mec -hétéro- aurait juste eut des doutes, des impressions gênantes mais un gay comme lui, s'il n'avait pas prit le temps de remarquer son côté naïf aurait prit ça pour des avances. Boooon ... il allait peut-être devoir le former là-dessus car d'autres requins du club de natation n'allaient peut-être pas aussi sympathiques.

Le laissant seul avec ses bourdes parce que c'était vraiment beaucoup plus amusant, Yoite tenta d'exprimer son point de vue, peut-être maladroitement mais toujours sans méchanceté. Il fut agréablement surprit de la réponse, discuter avec Kasper était facile et particulièrement intéressant. Ce mec ne semblait pas vraiment avoir de tabou et même si, comme tout le monde, il avait forcément des secrets, il savait à priori faire la part des choses.
Esquissant un demi-sourire, Yoite resta silencieux 2 ou 3 secondes. "Pour ne pas être ..." ... seul sûrement. Ce n'était pas explicitement dit mais ça paraissait évident et mon dieu qu'il comprenait ce sentiment. S'il devait être seul, dans son entourage, dans sa famille, jamais il ne survivrait. Il n'avait pas cette image de voyou qu'avait Kasper mais pourtant, étant plus jeune, il avait fait face à ses actuels problèmes, se sentant rejeté de par ses différences (même si certaines étaient volontaires), se sentant exclu à la maison à cause de ses géniteurs indécis ... Il lui avait fallu une main tendue, une main qui était resté accrochée bien plus longtemps que n'importe quelle autre et qui l'avait tiré vers le haut, doucement.
Son visage se referma, laissant voir le temps d'un claquement de doigt une tristesse sans nom. Cette main n'était plus. Aujourd'hui, il était un homme et il avait pris le taureau par les cornes pour ne pas régresser, mais la douleur était toujours là. Lancinante.


"T'inquiète pas, des contacts avec les gens, t'en auras bien plus qu'il n'en faut pour être heureux. Cela dit, ils ne seront pas forcément tes amis et ça prendra du temps. Tu le sais sûrement mais les vrais amis, on les compte sur les doigts de la main et c'est avec eux que tu n'auras pas à te forcer pour plaire, ou à dissimuler ce que tu ressens."

Être soi-même, sans craindre d'être jugé, était l'une des étapes les plus difficiles pour le rebelle. Ses amis, ils étaient 3, amenaient assez régulièrement des nouveaux venus dans la bande, le présentant comme "le chieur" principalement. Yoite, par manque de confiance en lui-même peut-être, n'était jamais sincère aussitôt. Il mettait même beaucoup plus de temps que les autres, ce qui lui valait souvent d'avoir un train de retard et finalement de ne pas accrocher avec les nouveaux. Qu'importe!

Ce sujet ne valant pas les bonnes crises de fou rire qu'il avait espéré, Yoite décida de se concentrer sur le tatouage de Kasper. Dans ce lieu, il ne l'avait pas encore vu de dos mais il avait le loisir de l'apercevoir pendant les heures de club. Cela dit, toujours un peu occupé, il n'avait pas vraiment pris le temps de parler avec Kasper ni de regarder son œuvre donc. Là, c'était le moment le plus propice, il n'aurait pas à le faire se déshabiller en pleine rue juste pour l'admirer!
Le fait de s'approcher de lui ne le fit pas du tout tilter quant aux fâcheuses habitudes de l'odd à câliner tout ce qui passait à portée de main. Naturellement, ils continuèrent à discuter tatouage et envies personnelles, s'avouant mutuellement qu'ils s'aimaient comme ils étaient et qu'ils espéraient juste que les autres allaient être tolérants. Mais Kasper était beaucoup plus gentil que lui, à se sentir égoïste de ne pas respecter les choix des autres. On aurait dit que jamais personne ne l'avait trahi, que son petit cœur pur n'avait jamais été éraflé et qu'il croyait réellement que le monde était rose et paisible. Au fond, Yoite lui souhaitait de ne jamais changer, d'avoir cette chance de croire aux contes de fées mais y avait peu de chance qu'il ne croise jamais le chemin d'un connard qui voudra juste profiter de lui ou qui lui brisera le cœur sans détour. Peut-être que dans quelques années, si Kasper restait dans les alentours de l'académie, ils se recroiseraient et là il aurait un homme en face de lui, un homme marqué par le temps et les rencontres, un homme blessé mais plus fort, plus sûr de lui, moins adolescent. Pour le moment ... il le laissait rêver, c'était juste trop cute.

D'ailleurs, il cessa de rêvasser lui-même en éclaboussant Kasper -plus par malchance que par envie- et retourna vite fait à sa place principale, soit un bras plus loin. Vu que c'était malpoli voir un peu "casse-ambiance", Yoite s'expliqua sans perdre de temps pour éviter toute confusion. Peu importe la suite, les choses seraient claires!
Et cette suite, il ne la vit pas du tout venir. Il s'était attendu à un rire, à un blanc, à un changement de sujet ou à un Kasper tout rouge mais ... pas à un câlin. Quand le discours de celui-ci fut terminé, il réalisa ce qui allait se passer mais il n'eut pas vraiment le temps de s'enfuir et les bras de son kouhai se refermèrent sur lui comme un piège sur un animal. D'abord raide comme un piquet face à cette action sortie de nulle part, Yoite esquissa rapidement un sourire et se détendit petit à petit sans forcément serrer à son tour Kasper dans ses bras.


"J'imagine que tu as conscience que tu le paieras ça? ... Et que tu sais ce que tu fais."

Son corps, trop habitué à lié ça aux actes sexuels, se réchauffait déjà mais Yoite n'était plus un adolescent en rut et savait se maîtriser. Il prit le temps de ralentir sa respiration, appréciant réellement cette sensation de peau mouillée contre la sienne, se sentant presque protégé dans ses bras musclés et forts. Bizarrement, bien plus qu'un malaise, il ressentait un manque. Ce câlin faisait de lui un enfant, des années en arrière, et Kasper représentait son père. Ce câlin qu'il avait tant attendu et qui n'était jamais venu. Le recevoir aujourd'hui était presque hilarant ...
Fermant les yeux en tentant de chasser cette impression de figure paternelle de son esprit, ses mains bougèrent doucement, très doucement jusqu'à se glisser dans le dos de son kouhai, effleurant sa peau bronzée, sentant les courbures de son dos en devant faire abstraction de l'érotisme de la situation. Il esquissa un sourire en frôlant la rugosité de son tatouage et posa enfin ses mains sur les épaules de l'odd culotté! Yoite avait saisi le principe du câlin, remonter le moral des gens, rapprocher les sentiments de certains, consolider les liens des autres mais il allait mettre un temps fou à changer ses à priori.
Comme pour faciliter l'entraînement, Kasper continua la discussion comme si de rien était. Si Yoite était toujours tendu, son kouhai paraissait réellement à l'aise dans cette position, comme s'il pouvait la prolonger des minutes durant sans aucun signe de fatigue.


"On nagera ensemble, évidemment. Et si je suis aussi à l'aise dans l'eau, c'est parce que j'y patauge depuis des années. Je m'en rends même plus compte. D'ailleurs, j'ai failli arrêter la natation, mon médecin me disait que mon pauvre petit corps de gringalet sans muscle était proche de la rupture! Alors je me suis musclé! Maintenant, je suis "très beau", comme tu dis."

Délicatement, un rire se fit entendre dans les thermes alors qu'ils n'étaient toujours que tous les deux et serrés l'un contre l'autre. Les vantardises aussi grossières l'avaient toujours fait rire mais Kasper avait le don d'en rajouter des couches. Il méritait vraiment une petite punition pour ne pas savoir freiner ses pensées, aussi mignonnes soient-elles.
Se mordant la lèvre inférieure, espérant vraiment que la blague allait être prise comme une blague et non pas comme un début de harcèlement, Yoite refit glisser ses mains le long du dos de Kasper, avec légèreté comme un effleurement. Sans bruit particulier, elles replongèrent dans l'eau chaude, lui donnant des frissons de satisfaction intense, et d'un coup presque trop brutal, elles se posèrent sur les fesses de son kouhai. Pas d'effleurement cette fois-ci, un vrai contact. Alors rira ou pas?


"Vraiment petit ce maillot."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Jan - 5:59
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis



Kasper était un garçon naïf qui avait déjà bien trop de soucis en tête pour prêter attention à ce qu'il faisait consciemment ou pas. Il était quelqu'un de bien trop maladroit pour n'espérer que draguer le premier venu de toute manière bien qu'il n'ait pas ce genre de pensées envers les gens ce qui ne l'empêchait pas de reconnaître la beauté chez les autres. Il était loin de savoir s'y prendre avec ce genre de choses, enfin surtout maintenant car ça n'avait pas toujours été le cas de l'amnésique, mais justement: il ne s'en souvenait pas. Aussi bien dire qu'essayer de le prévenir que ses actes pourraient être mal interprétés ne ferait que susciter davantage de questions chez l'ébène. Yoite était aussi bien de s'abstenir s'il ne désirait pas un bon mal de tête.

Le lycéen appréciait d'être là à discuter avec son aîné de tout et de rien. D'ailleurs il était un véritable moulin à paroles depuis quelques minutes et il espérait que ça ne le dérangeait pas, bien qu'il ne lui en ait pas parlé ce qui était aussi perçu comme un bon signe. Ce qui était bien avec Yoite, c'est qu'ils pouvaient parler sans réellement se soucier que l'autre porte jugement car ils n'avaient pas le moindre à priori. C'était agréable et peu était les personnes avec lesquelles il pouvait le faire. Yoite n'était pas non plus à l'image qu'il s'était faite de lui. Pour Kasper, un capitaine était quelqu'un de plus distant qu'on espérait rattraper un jour. Le tatoué avait décidément regarder trop d'animés japonais. Il était néanmoins soulagé d'avoir un capitaine qui semblait aussi proche de ses «sujets». L'aîné était quelqu'un à qui il était facile de parler, comme quoi il ne fallait jamais se fier à ses premières impressions, mais ça Kaspy ne le savait que trop bien.

En voyant le visage de son capitaine se fermer de la sorte, une expression peinée pendant quelques secondes sur le visage, Kasper fut horrifié la première seconde puis paniqué celle d'après. Est-ce que c'était de sa faute? Il n'osa pas dire quoi que ce soit à ce sujet, voyant que son aîné semblait faire comme si de rien n'était. Il respecta sa décision et ne chercha pas à insister ou à mettre son nez là où il ne fallait pas. Si jamais il avait envie de parler, la racaille serait là, mais ça s'arrêtait là. Personne n'avait envie d'avoir des gens qu'ils ne connaissaient pas vraiment se mêler de leurs affaires, n'est-ce pas? Ce n'était pas le fantôme qui commencerait ça. Seules les personnes qui nous connaissait avaient ce privilège et même encore là... fallait voir hein.


«C'est sûr. On ne peut pas plaire à tout le monde de toute façon, mais bon, c'est en rencontrant beaucoup de gens qu'on finit par reconnaître ses amis. Mais Capitaine, avec toi, je me sens déjà comme ça. On est peut-être pas amis même si j'aimerais un jour, mais je ne ressens pas le besoin de me forcer à te plaire pour que tu acceptes de me parler ni de cacher ce que je ressens. Ça vient peut-être du fait que je n'ai pas grand chose à cacher, mais c'est un détail. Je voulais que tu saches que j'aime bien discuter avec toi, c'est sympas. »


Comment pouvait-il débiter ce genre de choses sans avoir honte, le visage tout niais? On se le demande, mais bon on ne refera pas Kaspy. Il était ainsi fait et ça ne le rendait que plus attachant encore. Contrairement à Yoite qui avait du mal à s'exposer complètement aux autres, Kasper avait une facilité déconcertante à le faire, prenant ainsi les autres aux dépourvus par tant de gaieté et d'innocence. Il faisait rapidement confiance à un point tel que ça en frisait le ridicule, mais sa bonté s'en trouvait souvent récompensée de gentillesse, ce qui ne le poussait qu'à persévérer en ce sens. Il comprenait les réticences que les gens avaient à s'ouvrir aux autres, mais il ne souhaitait pas se fermer aux diverses opportunités que la vie lui proposait car justement elle était bien trop courte pour qu'il passe à côté et ait des regrets. La vie était ce qu'on en faisait et l'ex délinquant espérait en avoir une remplie de rires, de joie, mais surtout d'amis à ses côtés. Il ne voulait pas rester seul à se morfondre dans sa peur et finir par se renfermer sur lui-même. Kaspy deviendrait l'ami de tout ceux qui en souhaiteraient un car il ne savait que trop bien ce que ça faisait d'être seul sans personne à qui parler.

Oui, il était un rêveur, mais personne ne lui en voudrait. Un rêveur dans un corps de brute, incompris par association. Ça ne l'empêchait pas de poursuivre sa quête du bonheur et d'espérer que ses efforts seraient récompensés. Après s'être prit une gerbe d'eau dans la fraise, il se mordit la lèvre amusé en lui envoyant lui-même une petite gerbe d'eau en «vengeance». Ok non, c'était juste parce que c'était un grand gamin qui voulait s'amuser et que tous les prétextes étaient bons pour le faire quitte à avoir l'air con. Ensuite? Bah comme vous le savez, il avait pas pu résister de faire un gros câlin à son capitaine. C'était trop triste de ne pas avoir l'habitude d'être serrer dans les bras de quelqu'un par affection. Kaspy avait décidé qu'il lui en donnerait lui de l'affection qu'il ne veuille ou pas. Enfin... il ne verrait pas pourquoi on aimerait pas les câlins, c'était inenvisageable dans son esprit. Il sentit son aîné se raidir dans ses bras pour peu à peu se détendre au creux de ses bras. Yoite ne lui retourna pas l'étreinte, mais Kasper était assez satisfait du contact qu'il ne s'en formalisa pas. Ce qui lui dit l'amusa et il lui fit un grand sourire en le regardant dans les yeux.


«Bien sûr que je sais ce que je fais voyons. Je te fais un câlin et je te donne de l'affection. Je ne vois pas pourquoi je paierais pour ça. »

Il accentua son sourire en sentant les mains du bleuté se glisser lentement dans son dos. C'était déjà un bon début, considérant ce que Yoite lui avait dit un peu plus tôt et comme ce dernier le pensait, Kasper aurait pu rester là longtemps à le serrer dans ses bras sans se lasser de cette chaleur réconfortante qu'il aimait tant ressentir. Seulement il fallait se montrer réaliste, ils ne devraient pas rester là trop longtemps car ils finiraient ratatinés comme de petits vieux avant d'avoir fini leur câlin et ça, ça serait triste. Ils avaient encore pleins de choses à vivre avant de devenir des petits vieux.


«Même en gringalet je suis certain que tu étais très beau aussi. Quoi qu'il en soit tu es beau, c'est un fait et personne peut changer ça. Enfin... si, ça peut arriver, mais oublie ça je m'égare là. »

Il était très content que le bleu veuille bien nager avec lui. C'était peu, mais ça signifiait beaucoup pour un idiot comme lui. Aussi ne vit-il pas la suite venir, bien que pour beaucoup d'autres se puisse être prévisible. Kasper avait senti sa main glisser lentement le long de son dos, mais il refusait de lâcher prise, prenant ça pour un stratagème de la part de son aîné afin qu'il lâche prise. Il ne capitulerait pas et pour cette raison, il n'eut pas de réaction immédiate mise à part quelques frissons bien sentis et une couleur rosée qui s'installait progressivement sur ses joues. C'était à la fois agréable et déroutant. Il ignorait d'ailleurs quoi en penser jusqu'à ce que les mains de son capitaine passent sous l'eau et viennent se poser sur ses fesses. C'était bien la première fois qu'on posait la main sur ses fesses pendant une accolade. Est-ce que c'était une nouvelle sorte d'accolade? Devait-il faire pareil ? Ses joues se teintèrent un peu plus de rosé et il décida de retourner à son tour la politesse de son aîné, laissant à son tour descendre ses mains le long de son dos pour les poser sur ses fesses. Quelle drôle de situation ça faisait.



_________________
Don't even think to change me
The life is too short to waste it. Don't forget the good and the bad memories because it's them who make you stronger. Sometimes you forget, but you can forge who you are with new memories. Don't lost sight of who you are. Hapiness will find you someday just don't lose hope and keep believing in you.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 21:57
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Si Kasper pensait intérieurement que Yoite était quelqu'un d'accessible, il s'en était fallu de peu pour que ce soit l'inverse. D'abord simple membre du club de natation à son arrivée à l'académie, Yoite était vite monté en grade pour devenir vice-président, le poste un peu bordélique selon lui, qui vous donne quelques avantages mais surtout beaucoup de tâches supplémentaires à accomplir. Ceci dit, passionné par la natation, il s'était cantonné à son rôle, avait été assidu et avait finalement hérité de la place au-dessus quand l'actuel président avait rendu son tablier. Il va sans dire que les premières semaines furent difficiles pour les autres membres. Yoite avait été siiii fier d'être devenu président de son club favori qu'il s'était transformé en quelqu'un de prétentieux, de détestable et d'inaccessible pour les moins débrouillards. Il avait prit la grosse tête et il lui avait fallu une bonne vieille leçon de moral pour redescendre sur terre et réaliser que ça lui avait fait enfler les chevilles. C'était d'ailleurs dans le regard des derniers inscrits à l'époque qu'il avait constaté l'étendue des dégâts.
Alors oui, aujourd'hui il était accessible, disponible autant que son poste le rendait possible et peu effrayant mais il lui avait fallu du temps, du calme pour poser le tout à plat et une sacrée remise en question pour redevenir ce jeune homme passionné qui n'en n'oubliait pas les autres pour autant. Du coup, si Kasper lui avait avoué tout ça, sûrement aurait-il été très content qu'il pense ça. Vraiment.

Yoite sentit ses yeux s'écarquiller quand son kouhai lui fit remarquer qu'il se sentait à l'aise avec lui, que les moments passés ensemble étaient agréables et que leur discussion s'avérait sympathique. Il ne le prit pas mal du tout mais en soit, il fut très surpris. Rares étaient les gens qui osaient dire ce genre de choses -somme toute gênantes- à la première occasion. Même Yoite, jamais humilié par quoi que ce soit si ce n'est par son passé, n'était jamais aussi franc ou sincère.
Du coup, un peu mal à l'aise, il se frotta la joue avec le dos de sa main réellement conscient du sérieux de la situation. Il était heureux, c'était positif mais c'était aussi prématuré, selon lui. De son côté, il appréciait cette rencontre mais ne pouvait pas sincèrement dire qu'il aimait déjà bien Kasper. Il ne le connaissait pas encore suffisamment et apprenait juste à gérer son caractère de bisounours. Non, il croyait en un avenir entre eux, un avenir amical mais pour le moment, le dire revenait à paraître presque idiot, sans méchanceté.


"Merci ... Je m'attendais pas à ça, t'es vraiment quelqu'un d'étrange, tu sais."

Yoite avait conscience que le mot "étrange" pouvait gêner, déranger, voire blesser mais ce n'était pas le but. Il ne l'avait pas dit pour mettre un terme à cette conversation positive, bien au contraire. Il tentait -maladroitement- d'exprimer ses pensées, de faire comprendre à Kasper que là encore, il n'agissait pas comme les 3/4 de la population de l'île. Il était étrange mais vraiment intéressant. Le petit japonais aimait les gens qui sortaient de l'ordinaire, ceux qui assumaient leur différence, qui en étaient même fiers. Lui, c'était des cheveux bleus et une sexualité débridée et Kasper, c'était un caractère franc, naïf mais tout simplement craquant, l'inverse de son physique.
Le grand brun ne l'avait peut-être pas encore saisi mais il marquait des points dans l'esprit de Yoite. Petit à petit, il se créait une place spéciale rien qu'à lui, et ça ... ça valait beaucoup.

S'ils s'étaient mieux connus à cet instant, sûrement se seraient-ils amusés dans cette eau chaude, à s'éclabousser comme des enfants de 7 ans. L'eau n'était pas leur ennemie, elle les rendait heureux, ils l'aimaient par passion et pouvoir s'en amuser restait toujours un plaisir.
Mais leur discussion étant bien plus intéressante, ce petit jeu fut reporté à plus tard alors qu'ils se serraient l'un contre l'autre par tentative de remède de la part de Kasper. Il ne fallait pas compter sur un résultat immédiat, Yoite n'était lui-même pas mécontent de l'attrait sexuel qu'il associait aux câlins et ses proches en avaient pris leur parti. Après, il devait avouer que c'était agréable, qu'il appréciait l'étreinte à sa juste valeur mais qu'il aurait aimé commencer par un câlin habillé. Là, il ne sentait que la peau de Kasper contre la sienne et franchement, ça rendait les choses beaucoup plus difficiles que prévu.


"J'aurais pu mal le prendre, tu sais. Je commence à me faire à ton caractère joyeux et positif mais si ça avait été quelqu'un d'autre, je l'aurais sûrement déjà engueulé. Tu aurais dû me laisser venir à toi, faire le premier pas pour cet essai de câlin mais qu'importe ... C'est pas désagréable."

Avouer que ce n'était pas désagréable n'était pas la grande révélation du siècle, bien au contraire. Puisque Yoite voyait ça comme faisant partie des préliminaires alors oui, forcément, c'était agréable. Ça l'avait toujours été et encore davantage après l'amour. Il adorait rester dans les bras de ses amants après s'être dépensé, sentir la fatigue le gagner, la chaleur s'estomper doucement et entendre les battements de cœur des autres. Cette proximité le rendait sage et câlin, presque immature mais dès que le sommeil le gagnait pour de bon, il valait mieux s'éclipser de son espace vital avant qu'il ne rouvre les yeux.

Ce qui fut encore moins désagréable, ce fut cette petite blague que Yoite décida de faire à Kasper pour se venger, gentiment, de la gentillesse naïve qu'il lui témoignait. Il espérait le faire rougir, le gêner au point qu'il recule de lui-même, conscient que le câlin actuel dépassait les limites. Mais alors qu'il appréciait les formes du fessier de son partenaire, Yoite se courba légèrement quand celui-ci fit aussi descendre ses mains pour finir par les poser au même endroit que lui.
Sacrée surprise.
Relevant le visage, il ne pipa mot mais resta à le regarder en se demandant si le naïf laissait place à l'homme et assumait ses envies ou si ce n'était qu'une maladresse de plus par manque d'expérience. Les joues rosées de Kasper l'induisirent en erreur, lui faisant croire avec une certaine satisfaction qu'il avait bien compris ce qu'il se passait et qu'il ne reculait pas. Ravi fut le petit rebelle de ce résultat même s'il trouvait finalement dommage de terminer cette conversation de la sorte. C'était un peu comme si sa conscience se battait avec son corps, il mourrait d'envie d'aller plus loin, de le dévorer sans perdre une seconde de plus mais il ressentait ce petit pincement qui lui disait que quelque chose n'allait pas, qu'il devait résister.
Il choisit de ne pas résister.

Avec douceur, toujours, le petit japonais décala ses mains, les faisant passer de derrière à devant et les laissant se faufiler sans attendre dans le maillot de Kasper. Ce qu'il cherchait fut vite trouvé et délicatement, il commença un mouvement de haut en bas plus pour exciter qu'autre chose. Leur proximité rendait les choses plus faciles, Yoite n'avait pas à bouger autre chose que sa main, son imagination faisait le reste et sa lèvre inférieure mordillée exprimait sa satisfaction.
Petit à petit, l'objet de sa convoitise se durcit entre ses doigts et Yoite passa sa langue sur ses lèvres. C'était plaisant, il savait qu'il ne pourrait pas s'arrêter là mais que ce qu'il faisait n'était pas raisonnable. Lui, il savait que de son côté il n'aurait aucun mal à reparler à Kasper après ça, à blaguer sur n'importe quel sujet ou à l'aider pendant les heures de club mais peut-être que son kouhai lui, ne voudrait plus l'approcher, craindrait sa présence et fuirait son regard. Peut-être même que ça pourrait aller plus loin, jusqu'à une plainte même s'ils étaient tous deux majeurs et vaccinés.
La main toujours active, appréciant la forme de ce qu'elle caressait, Yoite se rapprocha de l'oreille de Kasper. Il n'était pas trop tard.


"Faut que tu recules. Maintenant. Ton essai est raté et si tu restes là, je vais pas pouvoir arrêter."

L'idée n'était pas de tester Kasper pour savoir s'il avait le courage de reculer ou quoique ce soit. C'était une porte de sortie, Yoite savait qu'il allait trop loin et qu'il devrait sûrement passer par la case "excuses" si son kouhai choisissait de se reculer. Mais ça valait mieux, ils devaient rester en bons termes, les choses ne devaient pas dégénérer ainsi sans que Kasper n'ait compris le sens de la situation. Il s'était dit qu'il le formerait ... il était un bien mauvais professeur.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Fév - 17:49
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis


Spoiler:
 



Le fait d'être qualifié d'étrange, lui fit beaucoup plus plaisir que de peine. Il était conscient d'avoir une catégorie à part, mais n'était-ce pas plus intéressant comme ça? Pour sa part, il aimait que chaque individu soit différent parce que « le jeu en valait la chandelle ». La vie ne serait que morne et sans artifices sans personne pour la dynamiser. Il acceptait de faire le clown (un mauvais d'ailleurs) afin que des personnes plus terre à terre puisse elles aussi profiter un peu plus de la vie. Kasper n'avait après tout rien à perdre vu qu'il avait déjà perdu ce qui le définissait autrefois en tant que la personne qu'il avait été: ses souvenirs. Un léger sourire sur les lèvres, ce dernier lui répondit:


« Rien que pour votre bon plaisir, mon capitaine! »


Il lui fit un salut comme un brave petit soldat en le regardant avec toujours un rictus sur les lèvres. Ça ne faisait que peu de temps qu'ils marinaient tous les deux dans l'eau chaude et pourtant, il savait déjà que Yoite occupait une place importante pour lui. Pour l'instant, ils n'étaient pas plus que kouhai et senpai, mais si Yoite lui laissait la chance d'apprendre à mieux le connaître, Kaspy était certain qu'ils seraient vite de bons amis. Il se voyait déjà faire les quatre cent coups avec lui, mais surtout ne lui demandez pas lesquels.


Le tatoué n'avait pas pensé au fait qu'ils se faisaient une bonne accolade à demi-nus. C'était agréable, mais il commençait lui-même à se sentir un peu bizarre. Il chercha le temps d'une minute ce qui était différent des autre fois où il avait câliné quelqu'un d'autre. L'eau chaude ne faisait qu'accentuer la sensation de bien-être, mais l'élément qu'il cherchait se trouvait à être leur deux peaux dénudées collées l'une à l'autre. En y repensant, Gray n'avait que fait des câlins à des gens habillés. Ça semblait tellement con et pourtant c'était ça. Il n'aurait pas pu mettre de mot sur la sensation bizarre qu'il ressentait car pour lui c'était (en quelque sorte) la première fois.



« P-pardon. Je me suis peut-être laissé un peu trop emporté. Ça me dépassait qu'on ne t'aie jamais donné de câlins pour les bonnes raisons. Je ne m'excuse pas pour le câlin par contre. »


Car c'était vraiment agréable. Il ne se souvenait pas avoir fait de câlin si long à quelqu'un depuis qu'il était arrivé au Japon. Le dernier remontait en Amérique avant le départ d'Hiro qu'il avait malheureusement raté à l'aéroport car il était un gros nul. Rien ne servait de ressasser ses échecs, mais il ne pouvait pas s'empêcher de penser que les choses auraient pu être différentes s'il était arrivé à temps.


S'ils avaient tous deux évoquer le fait d'apprendre à mieux se connaître plus tôt, Kasper avait été loin de se douter que ça tournerait comme ça. Peut-être Yoite avait-il eu ses doutes, mais notre grand fantôme se trouvait un peu largué. Il ignorait que les gens au Japon était si directs et ouverts lorsqu'il était question de sexe alors que les câlins étaient tabous. L'idée que ce ne puisse être que Yoite ne lui avait même pas effleuré l'esprit et il commençait à se demander s'il ne devait pas revoir sa façon d'aborder les autres pour cette raison.


Imaginez un peu ça: Un grand type effrayant s'approche de vous et se met à vous tripoter en pensant que c'est une nouvelle politesse chez les Japonais pour apprendre à mieux se connaître. Vous vous figez de peur ou vous vous défendez? Ou... vous aimez trop ça et abandonnez toute envie de répliquer? Probablement pas la dernière à moins d'être masochiste ou d'être attiré par les méchants garçons.


Totalement inconscient qu'il s'agissait d'abord d'une blague, notre petit lionceau imita son aîné et se mit à lui palper les fesses. Ce n'était pas désagréable, mais tout commençait à lui paraître étrange. Quelque chose lui tordait le ventre et il se sentait peu à peu excité par son aîné. Était-ce vraiment le cas? Était-ce normal? Il rougissait à la fois d'embarras, d'envie et de confusion.


Une part de lui lui disait de ne pas déraper car s'il le faisait, Yoite n'aurait pas le genre de câlin qu'il aurait eu besoin et Kasper deviendrait automatiquement comme tous les autres: sans valeur. Il était déchiré intérieurement car il souhaitait sincèrement qu'ils puissent développer une amitié, mais était-ce réellement possible avec ce qui se passait en ce moment? Kasper aurait voulu poser la question à Yoite, mais il se voyait mal le faire. Pourquoi n'arrivait-il pas à formuler une simple phrase?


Il avait aussi très envie que ça continue. Enfin surtout une partie de son anatomie. Réfléchir devenait peu à peu une corvée et lorsqu'il sentit les mains de son Capitaine passer vers l'avant de son maillot, il n'eut pas envie de résister davantage. Sa curiosité avait eu raison de lui. Il n'avait pas envie que ces sensations agréables disparaissent, mais il était plutôt curieux de voir jusqu'à où elles pouvaient s'accroître.


Les joues toujours rougies, Kasper regarda son aîné pendant une seconde avant de fermer les yeux. Pourquoi lutter? Il ne voyait pas pourquoi il le ferait. En fait, il ne se souvenait même plus pourquoi il avait hésité. C'était dingue: peut-être que l'amnésie lui revenait? Il espérait que non, même s'il ne s'en rappellerait pas de toute façon. Kasper se mit à frissonner en entendant la voix de son Capitaine au creux de son oreille.



Capitaine Unden a écrit:

"Faut que tu recules. Maintenant. Ton essai est raté et si tu restes là, je vais pas pouvoir arrêter."


Un son rauque s'échappa de ses lèvres alors qu'il ouvrit les yeux de nouveau pour le regarder en faisant glisser ses mains vers l'avant. Imitant son senpai, il alla le caresser de façon un peu moins assurée, le temps de s'y habituer. Il n'avait pas le guide d'emploi, mais étant lui-même un homme, cette étape n'avait pas de secret pour lui. Ce qui était un peu plus embarrassant c'était de franchir le pas avec quelqu'un d'autre. D'ailleurs lui qui habituellement était si bavard, n'arrivait plus à formuler un seul mot devant Yoite.


_________________
Don't even think to change me
The life is too short to waste it. Don't forget the good and the bad memories because it's them who make you stronger. Sometimes you forget, but you can forge who you are with new memories. Don't lost sight of who you are. Hapiness will find you someday just don't lose hope and keep believing in you.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Fév - 14:00
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Yoite esquissa un sourire quand Kasper lui fit le salut d'un soldat bien dressé. C'était amusant comme réaction car il y avait du respect dedans et en même temps, on sentait que c'était dit sur le ton de la rigolade. Y avait pas à dire, ils s'entendaient vraiment bien tous les deux. Et imaginer qu'ils puissent effectivement devenir de très bons amis et ainsi accéder à l'étape "faire les 400 coups ensemble" aurait plu à n'importe qui. Le petite rebelle avait des amis sincères dans son cercle social avec qui il avait déjà fait pas mal de choses dont il se souviendrait toute sa vie mais des amis de cette trempe, on en veut toujours plus! Et si à l'avenir il avait l'occasion de partir en vacances à l'étranger avec Kasper, pouvoir visiter des lieux inédits avec lui et profiter de chaque instant en sa compagnie, jamais il ne dirait non.
Il ne leur restait plus qu'à patienter pour voir comment tout cela allait évoluer au fil du temps. Si les choses restaient tel quel, y avait fort à parier qu'ils auraient ce qu'ils espéraient en secret.

En attendant, ils franchissaient doucement une autre étape, qui rendait d'ailleurs leur amitié un peu superflue. Le câlin en soi n'était pas choquant quoiqu'entre mecs, il était déjà beaucoup plus rares que chez ses dames. Une accolade, Yoite connaissait. Certains des ses potes avaient ce qu'il appelle un comportement viril et après s'être serrés la main avec vigueur, ils se frappaient souvent l'épaule ensemble comme une marque d'affection. Lui n'avait jamais essayé, l'un de ses amis lui avait dit, en ricanant, qu'il était trop petit. Ce jour-là, ils s'étaient battus avec un sourire aux lèvres ...
Mais un câlin comme le faisait Kasper, ça restait touchant et mignon dans toute autre situation. Là, fallait juste qu'ils soient presque nus et forcément ça changeait la donne. Yoite n'avait pas une seule fois pensé qu'avec son manque de motivation à refuser d'obéir à ses pulsions, il faisait entrer Kasper dans la catégorie des "sans valeur", des "comme les autres" et il était pourtant clair que c'était tout sauf vrai. Il aurait aimé réussir ce test et avoir droit à un long câlin tout aussi pur que bénéfique mais ... non, il craquait. Ses mains bougeaient toutes seules, particulièrement habituées à ces gestes.

Et pourtant, un éclair de lucidité franchit enfin ses lèvres alors qu'il proposait à Kasper de reculer pour éviter que ça ne dérape pour de bon. Lui, il était un peu coincé contre le bord du bassin et ne pouvait pas vraiment bouger -et n'en n'avait pas envie- mais son kouhai avait encore le choix. Après, Yoite savait bien qu'une fois qu'on commençait, il était sincèrement cruel d'arrêter, surtout pour un mec. Le souci, c'était que ça se voyait et qu'il fallait faire quelque chose pour que ça se calme sinon c'était douloureux.
Mais le son rauque de Kasper instaura une autre ambiance. Il n'y avait plus de doute, il prenait du plaisir et ne semblait pas plus que ça traumatisé par ce qu'il se passait. Pire, il l'imita à nouveau et Yoite laissa un petit gémissement passer ses lèvres en collant son front contre le torse de son kouhai. Merde, y avait plus moyen qu'ils s'arrêtent là maintenant, le petit japonais prenait trop de plaisir, l'ambiance était trop bonne et plutôt originale pour qu'ils n'en profitent pas tous les deux. Être seulement 2 dans les thermes relevait déjà du miracle!

Oubliant toute résistance, il fit un peu glisser le maillot trop petit de Kasper et put enfin poser les yeux sur ce qu'il caressait depuis tout à l'heure. Son niveau d'excitation augmenta drastiquement et son souffle se fit plus fort. Avançant son bassin contre Kasper, il rapprocha leurs deux intimités l'une contre l'autre et avec leurs mains mélangées, faisant abstraction des bruits aussi gênants qu'excitants, Yoite continua les mouvements de haut en bas, un peu plus vite à chaque fois. Le visage toujours enfoui près du cou de Kasper, il appréciait l'odeur de sa peau et la chaleur qui se dégageait de lui, quelques gouttes d'eau coulaient encore sur sa peau tannée le rendant particulièrement sexy en cet instant précis.
Au bout de quelques minutes, Yoite se crispa et un petit cri assez aigu franchit ses lèvres alors qu'il atteignait le plaisir recherché en même temps que Kasper. Il sentit leur chaude semence venir se coller sur leurs deux peaux, preuve irréfutable qu'ils ne pourraient pas revenir en arrière. Yoite n'avait pas résisté, il avait même corrompu son kouhai à qui il avait pourtant promis intérieurement de lui enseigner les choses pour éviter de tomber dans les griffes d'un vilain personnage. Il devenait le vilain de l'histoire en ayant profité de lui avec la certitude qu'il n'avait pas bien saisi ce qu'il venait de se passer.

Reculant son visage alors qu'il tentait de reprendre un souffle correct, Yoite observa les "dégâts" et détourna le regard quelques instants pour attraper la serviette de bain mis à leur disposition. Se redressant au maximum dans l'eau, il s'essuya le ventre sans avoir prononcé le moindre mot. Il sentait la colère envahir son corps, une colère dirigée entièrement vers lui-même mais qu'il ne pouvait pas expulser maintenant sous peine de condamner son kouhai à regretter ce qu'ils venaient de faire. Il devait la jouer hypocrite le temps d'un instant, lui faire croire avec assurance que ce n'était pas grave, qu'ils feraient mieux la prochaine fois et surtout, que Kasper n'avait rien fait de mal. Il devait le rassurer.
Se reglissant dans l'eau, prenant ses distances avec une certaine prestance, il ouvrit enfin la bouche :


"Je crois qu'on s'est un peu trop câlinés, tu trouves pas? Ta technique fonctionnera sûrement avec le temps mais on retentera à l'extérieur ou dans un lieu où on n'est pas que tous les deux. Là ... c'était prévisible, surtout de ma part."

Voilà, lui expliquer qu'il avait l'intention de lui parler à nouveau, qu'il mettait toute la responsabilité sur son propre compte. Il aurait pu lui dire qu'il avait vraiment apprécié son câlin, qu'il voulait aller plus loin et qu'il ne regrettait pas du tout mais influencer Kasper n'était pas son but. Il devait lui faire entendre qu'ils avaient été trop loin mais le brun était grand, s'il prenait la décision que ce qu'il venait de se passer lui avait plu, bien plus qu'un câlin ordinaire et qu'il voulait recommencer, il saurait où trouver Yoite. Le rebelle remettait un peu de distance par sécurité mais elle n'était pas forcément définitive.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Avr - 17:32
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis




Pour une amitié, le temps était tout. Il permettait d'apprendre à connaître l'autre, s'attacher à cette personne et surtout à accorder sa confiance. De nos jours, il était difficile pour quiconque d'accorder sa confiance car beaucoup étaient de ceux qui bafouillaient la chance qui leur était donnée et profitait des autres. Peut-être avait-il été lui-même de cette trempe, mais Kasper avait décidé depuis belle lurette que le passé n'avait plus d'importance, précisément quand il avait décidé d'arrêter de se torturer l'esprit avec son amnésie. Depuis il vivait bien plus gaiement et en paix.


L'ébène essayait beaucoup de nouvelles choses et s'émerveillait quasiment de tout. Un peu comme un enfant qui découvre le monde pour la première fois. Il avait certes envie que les choses fonctionnent entre eux, mais rien ne servait de précipiter quoi que ce soit. Le fait de prendre le temps de découvrir les gens lui plaisait bien. Ça lui donnait aussi beaucoup plus d'opportunités de passer du temps avec eux et de créer d'autres souvenirs. C'était aussi bien trop facile de nos jours de dire aux autres qu'ils étaient nos amis alors qu'un mois après, il ne restait plus rien que le mot. Le tatoué recherchait la vraie amitié, celle où la confiance et la loyauté régnaient et où on avait finalement de l'importance aux yeux de quelqu'un d'autre.


Ce qu'il n'avait cru qu'être un câlin innocent à la base s'était graduellement changé en autre chose. Ses joues se mirent à rougir rien qu'à cette pensée. Dire qu'il avait prévu cette situation serait un gros mensonge. Il découvrait avec une certaine maladresse le corps nu d'un autre homme bien que les actions ne lui soient pas complètement inconnues. Il restait tout de même un homme, qui n'avait que le souvenir d'un premier amour, prit avec des fantasmes dont il n'était pas particulièrement fier. Il n'avait pas juste l'impression de salir sa mémoire si vous voyez où je veux en venir. Bref.


Il sentait les yeux de son senpai lui brûler la peau et le fait d'être ainsi regarder semblait l'exciter davantage à son grand embarras. Le fait que Yoite ait fait glisser son maillot un peu plus bas, le fit d'abord soupirer d'aise car ça devenait douloureux de le garder (même s'il ne se serait pas permis de l'enlever sous aucun prétexte, question de décence xD), mais le rendit nerveux à faire de même. Il éprouvait de plus en plus une certaine curiosité qu'il ne put finalement pas réprimer en faisait de même avec le maillot de son aîné pour le suivre dans ses gestes et suivant son rythme, se perdant dans les nouvelles sensations qui l'assaillaient de toutes parts. Ses yeux gravèrent dans son esprit toutes les images que Yoite lui laissait bien voir et sa seconde main libre était chaudement placée dans son dos comme si cette dernière voulait le retenir de partir bien qu'ils n'en ait clairement pas envie tous les deux.


Il ne comprenait pas comment un gars comme lui qui effrayait tout le monde pouvait se retrouver dans une pareille situation aussi rapidement alors qu'il était plus effrayant qu'attirant. Cependant cette idée s'estompa bien vite avec les autres alors qu'il suivait son capitaine dans la jouissance, fermant les yeux pour en savourer davantage le moment. Il ne s'était jamais posé de question et avait accueilli cette expérience avec beaucoup de curiosité et d'envie. Maintenant qu'il y pensait, en reprenant un souffle régulier, il se sentait un peu mal pour Yoite. Il se sentait égoïste et avait l'impression de n'avoir pensé qu'à lui dans cette histoire.


Il le vit s'éloigner de lui avec un petit pincement au coeur, convaincu d'être un égoïste fini. Il s'en voulait: Il aurait dû savoir qu'il aurait mieux fait de tout arrêter. Yoite recherchait une nouvelle forme d'affection car tout ce qu'il connaissait ne faisait que se rapporter au sexe. Et qu'avait-il fait? Succomber comme les autres, sans se battre pour ce que son ami avait réellement besoin et attendait de sa part. Il chercha le maillot et le ré-enfila presque à regret, mais c'était pour le bien de la cause alors il n'allait pas faire l'enfant ni l'agace. Le tatoué s'approcha de son capitaine avant d'arrêter dans ses pas, le visage troublé.



« Ne t'en veux pas pour ça. C'est aussi de ma faute. Je savais que tu avais besoin d'autre chose et j'ai capitulé parce que j'en avais envie et par curiosité. Je dirais que je porte la plus grande partie de la faute, mais on y peut rien si t'es attirant hein! »


Il tenta de finir sa tirade avec une petite blague à laquelle il se mit à rire avec un petit sourire sur les lèvres. Il sentit toutefois qu'il n'avait pas assez parlé alors il rajouta:



« Parce que je tiens à toi en tant que personne, je veux ce qu'il y a de mieux pour toi. Et ce mieux, implique que nous soyons habillés à l'avenir. Sache que si tu as un problème ou besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur ton abruti de kouhai qui est dans un maillot trop petit, du moins en ce moment.


Parce que je ne compte pas le garder. Une fois que je quitte cet endroit, ce maillot n'aura jamais existé. Je te montrerai qu'avec un peu de temps, je peux te donner de l'affection sans te sauter dessus comme un rustre et surtout que tu peux me faire confiance. Il ne faut que me donner l'opportunité si tu es d'accord.
»



C'était certes un peu décevant de s'arrêter là, mais il n'avait en tête que ce qui serait mieux pour son capitaine. Tout le monde avait besoin d'un peu d'amour dans la vie et il tombait bien car Kasper de l'amour, il en avait beaucoup à revendre.


_________________
Don't even think to change me
The life is too short to waste it. Don't forget the good and the bad memories because it's them who make you stronger. Sometimes you forget, but you can forge who you are with new memories. Don't lost sight of who you are. Hapiness will find you someday just don't lose hope and keep believing in you.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Mai - 16:16
S • Université - 3ième année
avatar
Messages : 749

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Université - 3ième année
Ce n'était pas la première fois que Yoite ressentait ça, ce petit malaise après coup. C'était un peu comme quand les gens se décidaient à sortir ensemble. A l'étranger, Yoite ne savait pas comment ils fonctionnaient mais ici, au Japon, ils étaient pudiques de nature et s'embrasser sur la bouche (pour certains) nécessitait déjà de bien connaître l'autre en face. Aussi, quand un inconnu venait vers vous, se confessait avec tant de sincérité que vous finissiez par dire ok, cet instant d'après ressemblait à celui où il se trouvait actuellement avec Kasper. Une maladresse à savoir si on s'embrasse maintenant pour l'un, ou à ne pas savoir quoi dire pour l'autre. Avec le temps, Yoite avait décidé de rester lui-même, d'être silencieux s'il n'avait rien envie de dire, de partir s'il avait autre chose à faire ou de blaguer si tout cela n'avait été que le bilan catastrophique d'un pari entre amis.
Aujourd'hui, il avait décidé de prendre un peu de distance, de remettre les choses à leur place même s'il était un peu tard. Il espérait que Kasper n'allait pas se mettre à lui courir après. Non pas que ça lui déplairait mais plutôt qu'il n'était pas le genre de mec à se poser et son kouhai méritait mieux qu'un senpai aussi déluré que pervers. Sa petite phrase eut pour objectif de clarifier ses pensées, de mettre dans un coin ce qu'ils venaient de vivre et presque de l'oublier. Le rebelle avait aimé, beaucoup, cet instant. Le corps de Kasper valait le détour, il aurait aimé qu'ils allaient plus loin, qu'ils se perdent l'un dans l'autre pour un temps plus long mais faisant désormais partie du même club, cela risquait de le perturber, peut-être de lui faire faire des erreurs et ça, c'était pas possible.

Aussi, quand Kasper prit la parole à sa suite pour s'excuser à son tour, il su qu'il n'avait pas à se ronger les sangs pour ce qu'il venait de se passer. Ils étaient sur la même longueur d'onde, le désir avait prit l'ascendant sur la raison mais désormais, ils étaient redevenus eux-mêmes et avouaient, sans gêne, qu'il valait mieux ne pas en reparler.
Yoite eut un petit sourire quand le compliment de son kouhai sur le fait qu'il soit attirant arriva jusqu'à lui. Effectivement il n'y pouvait rien s'il était dans les goûts de celui-ci et vice-versa d'ailleurs. Son habitude à coucher à droite à gauche avait fait de cet endroit une nouvelle scène de crime, à ses yeux. Il ne pouvait même plus compter sur ses 10 doigts les endroits où son boxer avait atterri sur ses cuisses. Mon dieu qu'il ressemblait de plus en plus à une ... Se mordant la lèvre, Yoite ne réussit pas à accepter (même en pensée) l'idée qu'il se donnait à quiconque le lui demandait. Mince! Il avait le droit de prendre du plaisir quand même!

Et c'est à nouveau Kasper qui le rassura. Avec des mots, avec une attitude, avec des projets. Yoite ne comprenait pas pourquoi est-ce qu'il était aussi gentil avec lui. Certes, ils s'étaient considérablement rapprochés aujourd'hui mais pas au point d'être devenus aussi proches que des amis. Kasper parlait de confiance, d'affection, de sentiments et ça paraissait presque trop grossier. Même ses amis les plus proches n'étaient pas aussi généreux en parole. Fallait dire que dans sa famille, ils n'avaient pas l'habitude de se dire "je t'aime" dès qu'ils en avaient l'occasion. C'était compliqué.
Se redressant un peu en commençant à sentir les vapeurs d'eau chaude lui monter à la tête, Yoite tourna la tête vers son kouhai quand celui-ci eut fini de parler :


"J'ai pas l'impression de mériter tout ce dont tu parles. On ne se connaît pas bien tous les deux et c'est pas parce qu'on vient de faire ça que tu es différent des autres. Je vais avoir besoin de temps alors ne m'en veux pas si je te parais un peu froid au début. Remettre une distance raisonnable entre nous n'est pas simple."

Avec les années qui passaient, Yoite avaient fait des efforts considérables. Il acceptait de plus en plus ses défauts et prenait énormément sur lui pour avouer ce qu'il pensait. Pas en terme de franchise à dire "toi, je t'aime pas" mais plutôt la vérité sur des sentiments positifs, toutes ces personnes qu'il aimait, qui lui manquait, ceux à qui il tenait au point d'être vexé s'il avait pas de nouvelles d'eux de toutes les vacances. Ça paraissait rien pour certains mais pour lui, faible gamin encore immature malgré son âge, c'était un pas de géant. Malheureusement, il avait encore un peu de mal parfois à tout dire avec tact.

Sortant de l'eau avant de tomber bêtement dans les pommes, il se posa contre un petit muret de décoration. L'eau glissait sur son corps encore humide, ses joues rosies par l'acte et la chaleur faisaient ressortir le bleu de ses cheveux. A cet instant, Yoite avait beau avoir dit de belles paroles, il savait pertinemment que Kasper n'avait qu'un geste à faire vers lui pour qu'ils repartent de plus belle. Il se connaissait assez pour savoir que sa résistance était proche de 0 et que la distance entre eux, là tout de suite, était leur seule barrière.
Heureusement pour lui, la porte des thermes s'ouvrit alors qu'il reprenait doucement ses esprits loin des vapeurs. 3 hommes d'âges mûrs entrèrent dans la pièce et les saluèrent d'un sourire sympathique. Yoite leva doucement sa main vers eux, incapable de prononcer le moindre mot sans que sa voix ne tremble de regret. Il pensa même "vous auriez dû arriver plus tôt!" mais c'était trop tard.


"T'es encore au lycée, je crois. C'est pas plus mal, ça nous laisse que le club pour se voir pour le moment. Une fois que tu seras à l'université, si t'es toujours partant, on pourra se voir d'avantage et tu pourras me montrer cette fameuse affection que tu me réserves."

Ça paraissait méchant de lui dire "plus tard" mais c'était tout l'inverse. Yoite acceptait la proposition de Kasper, il disait "oui" à leur rapprochement, à des confidences entre amis, à des échanges sincères, à de simples câlins sans arrière-pensée. Il imaginait presque ce moment comme un nouveau point de départ, une nouvelle rencontre où ils échangeraient d'abord des paroles comme "Salut, je m'appelle Yoite.". C'était improbable mais l'idée lui plaisait. Il restait 3 mois 1/2 avant la fin de l'année scolaire, c'était un temps plus que raisonnable pour redevenir des presque inconnus jusqu'à la rentrée scolaire du mois d'Avril prochain. Ils pouvaient le faire!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 21:00
M • Lycée - 4ième année
avatar
Messages : 257

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un petit air de paradis




Malgré le plaisir qu'il avait pu retiré de cette expérience, il savait néanmoins qu'il avait prit la bonne décision. Kasper était loin d'être quelqu'un de particulièrement brillant, mais avec certaines confidences que Yoite lui avait faites, il en avait déduit qu'il avait d'autres besoins à combler, bien qu'il n'en ait peut-être pas forcément conscience à ce moment-là. L'américain était prêt à être là pour lui, à l'écouter, à lui donner une forme d'affection plus saine, mais surtout lui faire comprendre que la beauté de ce monde pouvait se trouver ailleurs que simplement dans la luxure.

Plus facile à dire qu'à faire certes, mais il était déterminé à faire des efforts dans ce sens, si le bleuté le lui permettait. Kasper n'était pas assez effronté pour forcer le passage de lui-même. C'était tout simplement inenvisageable et ça manquerait profondément de respect à son Capitaine. L'adolescent ne comptait pas s'accrocher à son aîné. L'un et l'autre savait bien qu'ils n'entretenaient pas ce genre de sentiments l'un pour l'autre. Yoite était quelqu'un de très attirant avec beaucoup de charisme, mais il ne se sentait pas tout chose lorsqu'il le regardait comme autrefois avec Hiro. D'ailleurs pour son propre bien, il devait oublier cette histoire car c'était bel et bien fini. L'amour était définitivement un sentiment bien compliqué. Le seul amour qu'il s'autorisait à ressentir était celui qu'il offrait aux autres. Ça lui venait naturellement comme l'instinct maternel d'une mère envers son enfant. Dit comme ça, ça commençait à paraître bizarre.


Kasper avait conscience d'être quelqu'un de particulièrement bavard, mais il n'y pouvait rien c'était comme ça. Il ressentait le besoin de mettre des mots sur ce qu'il ressentait et ce même besoin de faire comprendre aux autres ses intentions. En voyant le Gray, on avait tendance à se méfier, mais en apprenant à le connaître, il était plutôt facile de baisser la garde. Il avait cette pureté et cette chaleur dans l'âme qui faisait de lui quelqu'un de vrai et de disponible pour les autres. La brute était toujours prête à rendre service aux autres sans jamais demander quoi que ce soit en retour. Il était ainsi fait et bien des personnes ne pouvaient simplement pas y croire. Trop beau pour être vrai, se disaient-ils. Selon eux, il y avait forcément un coup fourré, cependant Kasper était réellement aussi doux qu'un agneau.


En voyant son aîné se redresser, il décida d'en faire de même, commençant lui-même à sentir qu'ils étaient peut-être restés bien trop longtemps enveloppés dans toute cette chaleur. Il sortit de l'eau tout en l'écoutant parler et se sécha les cheveux avec une serviette qui n'était pas loin et qui avait été mise à disposition. Ce qu'il dit le rendit triste. Pas parce qu'il cherchait à remettre une distance entre eux, non ça, il comprenait très bien. C'était plutôt car Yoite lui donnait l'impression qu'il n'avait pas le droit de mériter ce que Kasper lui offrait. Que c'était trop beau pour lui et qu'il n'en était tout simplement pas digne. L'ébène se retourna vers lui en lui jetant un regard peiné. Il l'observa sortir de l'eau à son tour et garda une certaine distance avant d'ajouter:




« Pourquoi ne mériterais-tu pas ce que je t'offre? Tout le monde mérite d'être heureux, Yoite. Je te laisserai tout le temps dont tu as besoin, mais je ne tolérerai pas comme excuse que tu ne mérites rien de tout ça car oui tu mérites toutes ces promesses. Ça ne fait rien si tu ne me crois pas maintenant, mais je te promet qu'un jour, je te ferai changer d'avis. »



Il commençait à reprendre une respiration régulière et son rythme cardiaque commençait lui aussi à ralentir. Le rouge qui colorait légèrement ses joues dû à l'effort, s'estompait lui aussi et il jeta un dernier regard au Yoite, qui était assis là à bout de souffle les joues rougies, avant de se résoudre de lui dire adieu. C'était incontournable s'ils devenaient amis éventuellement et plus tôt ce serait fait, mieux ce serait. Une part de lui regrettait et désirait toujours aller plus loin, mais ce n'était plus possible. Il n'y avait pas de retour en arrière et il était bien déterminé de le démontrer à son Senpai.




« Compte sur moi. »



Fut la dernière chose qu'il lui dit avant de lui décrocher un grand sourire franc. Ils ne s'étaient rien promis, mais Kasper le considéra comme tel. Dans trois mois et demi, ils se reverraient et pourraient reprendre un nouveau départ. Il restait les rencontres de clubs, mais c'était plutôt simple de faire comme si de rien n'était, comme si leurs chemins ne s'étaient jamais croisés hors de ce club. Kasper n'aurait qu'à être lui-même et donner tout ce qu'il avait pendant les pratiques de natation. Le tatoué se retourna une dernière fois vers Yoite et lui fit un bref signe de tête avant de sortir de la pièce pour aller se changer et retourner sur le campus où il reprendrait sa vie là où il l'avait laissé avant de venir dans ces thermes.





_________________
Don't even think to change me
The life is too short to waste it. Don't forget the good and the bad memories because it's them who make you stronger. Sometimes you forget, but you can forge who you are with new memories. Don't lost sight of who you are. Hapiness will find you someday just don't lose hope and keep believing in you.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan :: Centre Aquatonic - Thermes-