■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours particulier pour une fille particulière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Cours particulier pour une fille particulière   Dim 27 Sep - 18:51

Même si Alice faisait d'énormes efforts, il y avait quelques matières qui étaient toujours un grand mystère pour la jeune fille. La philosophie et les mathématiques par exemple. Elle ne comprenait pas en quoi ces matières allaient l'aider pour plus tard, elle n'avait pas encore eu de déclic. Elle avait alors de nombreux cours de rattrapage, dirigés par des professeurs ou des élèves motivés.

Aujourd'hui, elle devait aller dans l'espace culturel pour y retrouver un étudiant qui allait essayer de l'aider. Elle savait qu'il allait enchaîner les monologues et que ça n'allait pas lui faire plaisir. Elle avait dû en démotiver des dizaines comme ça, rien qu'en se taisant. Elle faisait des efforts mais elle était tétanisée à chaque question qu'on lui posait. Elle aurait pu simplement pointer du doigt les chapitres qui étaient pour elle les plus ardus mais elle en était incapable. Elle tremblait comme un drogué qui n'avait pas eu sa dose ou un alcoolique en sevrage. On lui expliquait des centaines de choses, mais, dans cet état là, elle n'assimilait rien du tout. Les mots n'avaient aucun sens à ses yeux et plus elle les sentait s'énerver, s'agacer, plus son état s'aggravait.

C'est donc avec une certaine appréhension qu'elle se dirigea vers cette immense salle. Ses pas, à la différence de ceux des autres, ne martelaient pas le sol, elle posait ses pieds délicatement sur le sol comme si elle marchait sur des œufs qu'il ne fallait pas briser.

Elle ne chercha pas la salle puisqu'elle avait déjà eu l'occasion de venir ici plusieurs fois. Lorsqu'elle passa la porte, le brouhaha qui rampait dans les couloirs du lycée n'était désormais plus qu'un souvenir. Le silence s'était effondré sur la jeune fille qui en avait presque perdu l'équilibre. Elle osa relever doucement la tête pour chercher une table libre. Il fallait qu'elle reste assez visible pour qu'il puisse la retrouver, mais elle n'aimait pas ça. Il n'y avait pas beaucoup de monde, d'où l'absence de bruit. Cela la rassura un peu mais elle était toujours aussi mal à l'aise.

Elle s'installa en faisant attention à bien soulever sa chaise pour ne pas faire de bruit et sortit ses affaires. Parmi elles il y avait une trousse et un bloc de papier, elle n'aimait pas vraiment travailler sur l'ordinateur  ou la tablette qui étaient pour elle un moyen de détendre et de s'amuser. Elle garda entre les deux paumes de sa main plusieurs papiers qu'elle n'avait encore jamais utilisé alors qu'ils étaient vieux de deux ans maintenant. Elle avait inscrit quelques mots pour qu'elle puisse se faire comprendre et répondre mais la panique l'emportait toujours.

Plus l'heure du cours approchait, plus elle resserrait ses mains l'une contre l'autre. Elle effectuait quelques mouvements de balancier au niveau de son buste pendant que ses jambes tremblaient frénétiquement et que ses pieds battaient l'air en un rythme régulier. Cela avait tendance à la calmer mais aussi à attirer les moqueries si bien que ces tics étaient peu visibles.

Elle gardait les yeux rivés sur la feuille encore vierge, comme si le fait de ne pas regarder la porte allait retarder l'arrivée de l'étudiant, comme si cela allait la rendre invisible. Malgré son pull, large et épais, elle avait froid, la peur... Mais quand il allait commencer à lui parler, quand il allait s'approcher, la honte allait lui donner très vite chaud...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Mar 29 Sep - 21:03

Kim déboula un peu précipitamment à l'espace culturel, il avait mit plus de temps que prévu à finir un des paragraphes que sa thèse lui demandait de faire et il n'avait pas vu le temps passer. Lorsqu'il s'en était rendu compte, il avait vite bouclé ses affaires et courut jusqu'à l'autre bâtiment en face de celui de l'université pour rejoindre son 'rendez-vous'...
Le Directeur l'avait convoqué dans son bureau il y'a plusieurs semaines pour le féliciter par rapport à son dossier scolaire et aussi son attitude irréprochable aux yeux des 'grandes personnes'. Il avait été particulièrement flatté mais aussi très gêné d'être ainsi remarqué. Il avait toujours privilégié la discrétion et la droiture, alors ce n'était que des remerciements qui lui venaient en tête mais il se sentait soudain très épié finalement.

Mr. Isaho lui avait proposé d'aider son prochain, se basant sûrement sur sa personnalité altruiste et son côté sociable très actif. Il lui avait demandé s'il avait du temps libre pour dispenser des cours gratuits individuels à des élèves avec de légères difficultés scolaires dans certaines matières. Evidemment, Kim n'avait pas pu refuser même si au fond, cette nouvelle activité allait finir de ronger son planning personnel déjà très chargé. Il avait peu de temps pour voir ses amis et pour se distraire si on enlevait les cours, les clubs et le travail personnel qu'il fournissait à côté, alors désormais, il en aurait encore un peu moins.

Il prit quelques secondes pour remettre correctement le sac en bandoulière sur son épaule et sa veste un peu débraillée par sa course effrénée. Il sortit un petit papier de sa poche pour se remémorer le cours qu'il avait à dispenser aujourd'hui : Mathématiques avec Mlle Alice Delayed.
Il salua poliment le gardien des lieux et s'avança dans les lieux. L'espace était très calme et peu peuplé à cette heure-ci, ça sentait la fin de journée. Il n'allait sûrement pas avoir de mal à trouver Alice. Il regarda tout autour de lui et aperçut une jeune fille, seule à une table, qui semblait peut-être attendre quelqu'un. Elle avait de longs et magnifiques cheveux roux qui contrastaient violemment avec les couleurs autour d'elle. On ne voyait qu'elle finalement.
Il s'approcha, en espérant ne pas se tromper et surtout ne pas la surprendre.

- Salut ! Tu es ... Alice ? Je suis Kim ! Excuse-moi, je suis un peu en retard, j'ai pas vu l'heure passer. J'espère que tu ne m'attends pas depuis trop longtemps ?

Il afficha un de ses plus beaux sourires et s'attendait à en recevoir un aussi et à engager une conversation passionnante avant de se plonger dans des mathématiques qu'il avait légèrement oublié lui aussi depuis ces années. Heureusement qu'il maîtrisait bien le japonais désormais sinon il aurait un peu galéré à expliquer les différents théorèmes et compagnie. D'ailleurs, en posant les yeux sur son visage pour y tenter de déceler une émotion, Kim remarqua qu'elle n'était pas japonaise.
Il fit le tour de la table pour s'asseoir juste à côté d'elle. C'était plus pratique pour lui expliquer des choses qu'être en face d'elle et de devoir lever son derrière toutes les deux minutes.

- Est-ce que tu es anglaise ?

Il attendit un peu et puis il pensa qu'il avait peut-être manqué un peu de tact en posant cette question. Après tout, ils ne se connaissaient pas tous les deux et depuis qu'il avait rencontré Saki, il avait apprit que certaines personnes étaient particulièrement farouches à la première approche alors il devait prendre des pincettes. Mr Isaho l'avait prévenu qu'elle était un peu réservée.

- Désolé d'avoir demandé ça, en fait, je voulais te proposer de faire ça en anglais si c'est plus simple pour toi. Je parle aussi anglais alors c'est à toi de choisir.

Il lui laissa quelques minutes pour se décider, et en profita pour sortir ses affaires lui aussi. Il avait amené d'anciens cours qu'il n'avait pas encore traduit. Il avait passé ses années lycée en Corée alors tout était écrit en coréen mais ça n'importait peu, les formules étaient les mêmes et il lui suffisait de les lui retranscrire et puis elle devait avoir apporté ses propres cours de toute façon.

- Alors, on part sur les mathématiques ! Tu vas voir c'est bien plus simple que prévu ! Une fois que tu as saisis qu'il ne faut pas chercher à comprendre les formules mais uniquement les appliquer, ça va te paraître beaucoup moins compliqué ! Alors, dis-moi, où est-ce que tu sens que tu as des faiblesses ?

La balle était dans son camp. Kim la regarda, sans insistance mais en attendant quand même un échange de sa part. Les mathématiques, ça demande pas beaucoup de paroles mais lui, bavard comme une petite vieille habitant dans un cul de sac, il aurait beaucoup de mal à apprécier ces cours de rattrapage s'ils se contentaient tous les deux de remplir des trous sur une feuille blanche...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Dim 4 Oct - 21:22

- Salut ! Tu es ... Alice ? Je suis Kim ! Excuse-moi, je suis un peu en retard, j'ai pas vu l'heure passer. J'espère que tu ne m'attends pas depuis trop longtemps ?

Alice sursauta légèrement avant de faire non de la tête. Ses mouvements étaient presque indiscernables tellement son corps s'était raidit. Lorsqu'il s'était approché et lorsqu'il avait sourit, elle avant senti plus d'une dizaine d'yeux se poser sur elle, une pointe d'animosité dans le regard. Elle aurait mieux fait de ne pas venir.

Ses dents se mirent à mordre frénétiquement sa lèvre inférieure. Visiblement il était assez séduisant et attirant pour que même les lycéennes de première année la regardent ainsi et lui en veuillent comme si elle venait de tuer quelqu'un. Elle se concentra sur les carreaux si réguliers de sa feuilles. Une légère envie de violence naquit au sein de son cœur. Elle se sentait tellement oppressée que, comme un taureau au milieu d'une corrida, elle avait envie de tout pulvériser. La peur de l'animal et la douleur qu'il ressentait étaient désormais empreintes dans les yeux de la jeune fille. Les yeux ouverts, elle se permit de rêver éveillée comme elle avait si souvent l'habitude de le faire. Elle se vit jeter ces foutus papiers qui étaient sans cesse pliés au creux de ses mains, déchirer cette feuille à grands coups de crayon. Lacérer et détruire toute trace de pureté et...

Elle cligna des yeux et tout disparu. Enfin presque. Il y avait toujours cette feuille aux carreaux réguliers, et ces papiers compressés entre ses deux mains jointes. Il y avait toujours ces filles et lui qui la fixait en souriant. Il avait l'air d'attendre une quelconque réponse à une question qu'elle ne connaissait pas puisqu'elle s'était légèrement échappée. Elle se concentra légèrement et chercha dans sa mémoire, espérant que ses oreilles avaient fait leur travail et que son cerveau s'était occupé correctement des données sans qu'elle ne leur ait demandé quoi que ce soit. Elle tomba sur quelques souvenirs dont elle n'avait aucun souven...Hm.

Alice continua de chercher et trouva finalement l'objet de sa quête. Elle avait l'impression de le faire attendre depuis une éternité alors qu'en réalité il ne s'était écoulé que quelques secondes. Elle cligna des yeux, s'étant préparée toute la nuit pour pouvoir au moins bouger un doigt ou tendre un papier. Elle tenta d'éloigner les regards de son esprit et se concentra énormément afin d'effectuer les mouvements qu'elle visualisait. Elle desserra l'étreinte de ses mains et tendit un papier froissé indiquant qu'elle n'était toujours pas très à l'aise avec le japonais oral. « D'un côté, c'est normal si on ne pratique pas... ». Elle pointa ensuite le chapitre qui n'avait toujours pas de sens : les imaginaires.

Elle se permit une petite pause après autant d'effort et détailla du coin de l’œil le jeune homme, Kim avait-il dit. Des traits fins et réguliers, pas étonnant que toutes les filles l'avaient regardée ainsi. Il n'avait pas l'air de quelqu'un de brutal ou de foncièrement mauvais. En même temps, est-ce qu'une brute irait faire des cours à une asociale, et perdrait son temps à être serviable ? La réponse était non. D'ailleurs, elle ne comprenait toujours pas pourquoi certaines personnes aidaient les autres. Qu'est ce que cela pouvait-il leur apporter ? Peut-être pour se faire remarquer, avoir de l'argent ou n'importe quoi. Il y avait sûrement une contre-partie. Personne n'agit sans contre-partie.

La jeune fille rejoignit alors ses mains, redoutant les questions à venir et les futures remarques sur son attitude décousue. Elle pourrait presque réciter les mots qui la dénigreraient. Tous les mêmes. Même si désormais elle les connaissait, ils n'en étaient pas moins des amis et ils ne cessaient de la blesser. Peut-être que pour vivre heureux il fallait être sourd, aveugle, muet... Perdre chacun de ses sens. Personne pour nous atteindre. Personne pour nous blesser. Les gens nous évitent. Plus aucune souffrance...

Mais peut-être qu'en ne ressentant plus rien on ne peut pas être heureux. On ne pourra pas ressentir le bonheur. Alors quoi ? Une vie fade. Sans malheur mais sans bonheur, à rester assis et c'est tout. Comment les autres font pour être heureux alors ?...

Alice attendit alors, il n'y avait rien d'autre à faire. Il allait en avoir vite marre et il allait partir. Ou alors elle allait s'en aller après qu'il l'ait insultée ou engueulée ou autre... Elle se préparait déjà à remballer ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Dim 18 Oct - 15:13

Visiblement, la jeune Alice n'avait pas prévu de décoincer un mot. Mr Isaho avait un peu enjolivé les choses lorsqu'il avait dit qu'elle était timide et réservée. Elle était plutôt totalement muette et terrifiée. Kim se doutait assez facilement que ça n'avait rien à voir avec lui, puisqu'ils ne se connaissaient pas tous les deux, mais peut-être que sa notoriété et son côté très social la mettait encore plus mal à l'aise. Il tiqua un peu de devoir prendre autant de pincettes avec elle. Lui il aimait les nouvelles rencontres, les longs sujets de conversation, les débats animés et les franches rigolades, alors là oui d'un coup, il se sentait bien seul, au fin fond d'une grotte en pleine montagne enneigée.
Mais peu importe ! Il reprit du poil de la bête en se redressant sur sa chaise et en affichant une mine sérieuse et détachée au possible.

Il récupéra le petit papier froissé qu'elle avait tenté de lui donner sans y parvenir, et le lut. Elle avait du mal avec le japonais oral. Non, sans blague ? Si elle évite toute conversation par peur de l'inconnu ou pour une autre raison, elle aura toujours du mal. Enfin, il n'était pas son grand frère, encore moins son psychologue alors il n'était pas là pour résoudre son problème, enfin pas celui-là en tout cas. Son soucis actuel était ... 'Les imaginaires'. Kim faillit envoyer un fuck au bon dieu. Il n'avait pas de chance, il n'aimait pas ce domaine lui non plus. Vraiment, il faisait un effort surhumain en étant là alors qu'il aurait pu passer du temps avec ses amis, avec Kaena ou au club à s'entraîner. Enfin bref. Il prit une profonde inspiration et continua avec son entrain d'antan, en anglais cette fois-çi puisqu'elle préférait.

- Et bien, tu ne me facilites pas la tâche, c'est assez particulier les imaginaires. Mais je vais tenter de t'expliquer du mieux que je peux.

Il prit une grande feuille blanche de son propre cahier et commença ses explications en partant de la base du problème. Il n'attendait pas de questions ou de paroles de la part de sa petite élève puisqu'elle en était incapable apparemment mais il appréciait quand elle faisait des petits mouvements de tête, durs à déceler mais qui confirmaient qu'elle suivait ou qu'elle comprenait. Il attendait aussi de voir une toute petite réaction pour reprendre une explication qui avait du mal à passer.

Tout en parlant de ce casse-tête de la façon la plus claire dont il était capable, Kim la scrutait, il la regardait. Elle était très mignonne, il avait beaucoup de mal à comprendre ce qui avait bien pu lui arriver pour la mettre dans cet état.
Au fil du temps qui passait, l'espace culturel commença à se vider. Il se retrouvèrent bientôt plus qu'à deux. Ça faisait sûrement déjà une bonne heure qu'ils étaient là, à tenter de se comprendre. Histoire sans paroles.

Un peu éreinté de devoir faire tant d'efforts que ce soit au niveau de son comportement, de la langue, de ses souvenirs de mathématiques et aussi de pédagogie, Kim se redressa sur sa chaise pour s'étirer un peu. Il avait envie de se dégourdir les jambes, mais le cours devait durer 1h30 ou 2h selon l'envie de l'élève, alors il serait patient.
Il jeta un œil par-dessus son épaule. Autour d'eux, il n'y avait absolument personne. Pas d'oreilles indiscrètes, pas de regards qui mettent mal à l'aise. Il se retourna donc vers sa petite partenaire du jour et lui demanda, en chuchotant :

- Il n'y a personne autour de nous, personne pour te juger ou t'effrayer à part moi. Et je ne suis pas là pour ça. Tu ne veux pas... me parler un peu, Alice ?

C'était la première fois qu'il prononçait son nom. Il le connaissait depuis le début mais il aurait aimé faire connaissance 'normalement' avec elle, sauf que c'était utopique alors il prenait le droit de l'appeler par son prénom même sans son autorisation.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Dim 18 Oct - 21:24

Alice avait écarté les regards persistants pour se concentrer sur l'explication apportée par l'étudiant. Son mutisme avait l'air de lui être plutôt désagréable, ainsi, elle s'efforça de comprendre la moindre ligne de calcul, le moindre théorème et de bouger la tête lorsqu'il se tournait vers elle pour voir si elle ne s'était pas évadée complètement. La frustration du jeune homme se faisait ressentir de plus en plus, entraînant un certain malaise chez la jeune fille. Il faisait énormément d'effort et elle... Elle restait là, à regarder la mine du stylo s'agiter sur la feuille. Elle s'était pourtant juré qu'elle arriverait à placer un mot, qu'elle allait s'ouvrir. Mais visiblement, elle n'était même pas capable de tenir ses propres promesses, alors à quoi bon tout ça ?

Parler semblait être la chose la plus simple au monde, et si la langue était une barrière, tout le monde arrivait à se faire comprendre d'une manière ou d'une autre. Même un enfant de deux ans arrivait mieux à s'expliquer qu'elle. Alors si elle n'arrivait pas à s'exprimer, elle n'arriverait jamais à rien. La communication, la base de l'être humain, était totalement absente chez elle, si bien qu'elle ne comprenait toujours pas ce qu'elle faisait encore là. Ses parents devaient payer davantage pour garantir sa place ici. Une autre école l'aurait mise à la porte dès les premiers mois.

La lycéenne cligna des yeux à plusieurs reprises après ce moment d'absence. Ces mots qui résonnaient dans sa tête avait fait naître une multitude de sentiments, ou plutôt de sensations. Le long de ses veines courait une douleur semblable à la brûlure d'un poison provenant de son cœur jusqu'au bout des doigts. La douleur d'une entaille au niveau de la poitrine saisit la jeune fille qui se recroquevilla pour faire passer chacune de ces perceptions désagréables.

La salle s'était peu à peu vidée, soulageant ainsi la jeune fille qui se sentait enfin respirer. Alice se reconcentra sur les explications de Kim qui avait l'air de plus en plus excédé par cette situation. Elle fronça les sourcils, pas à cause d'une quelconque colère ou suspicion, mais sous le coup de la déception et la culpabilité. Au bout d'une heure, il se mit à s'étirer, à soupirer. Elle ne savait pas comment il avait fait pour tenir jusqu'à maintenant mais elle sentait qu'il était à la limite d'imploser. Si elle avait parlé, si elle n'avait pas été comme ça, elle ne l'aurait pas autant dérangé. Elle se mordit la lèvre inférieure en attendant une quelconque remarque. Peut-être était-il trop poli pour partir comme ça, peut-être valait-il mieux pour lui qu'elle lui propose de partir, il se sentirait mieux alors...

Elle ne bougea pas d'un cil alors qu'il s'agitait un peu, sûrement tordu par la position qu'il avait tenu l'heure durant. Il regarda autour d'eux, il n'y avait plus personne.

- Il n'y a personne autour de nous, personne pour te juger ou t'effrayer à part moi. Et je ne suis pas là pour ça. Tu ne veux pas... me parler un peu, Alice ?

Elle baissa la tête tandis que ses doigts commencèrent à s'enrouler autour du bas de son pull. Sa jambe commença à trembler à l'instar de ses mains. Cette question, c'était un appel à l'aide, un cri du désespoir, enfin bref, il l'aurait secouée et suppliée ça aurait été la même chose. Elle exagérait peut-être un peu mais elle voyait bien qu'il n'en pouvait plus de ce monologue. Il était gentil : il ne s'était pas énervé sur elle et avait tout tenté pour la rassurer. Elle savait qu'avoir une conversation à sens unique quand on aimait la communication était un vrai supplice et elle s'en voulait pour ça. Mais elle n'arrivait simplement pas.

Les phrases qu'elle aurait voulu dire se bousculaient dans sa tête mais un simple chuintement, ridicule jugea-t-elle, sortit de sa gorge. Des larmes perlèrent au coin de ses yeux lorsqu'elle fit non de la tête. Elle aurait voulu lui dire que s'il en avait marre il pouvait partir. Elle aurait pu l'écrire mais elle n'osa pas bouger, comme si elle allait devenir invisible et que tout allait s'effacer. Qu'il allait oublier ce qu'il venait de se passer et qu'il allait partir comme il était venu.

Ses doigts se resserrèrent sur le tissu de son pantalon. Une seule personne suffisait largement à provoquer une crise chez elle, même si elle avait les meilleures intentions du monde. Elle se contenta alors de se concentrer un maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Dim 8 Nov - 18:38

Kim était là, immobile, le regard fixé sur Alice et sa chevelure de feu mais une fois de plus, le silence de la jolie rousse fut le vainqueur. Il était plus pesant que jamais. Il aimait parler, évidemment mais il était capable de s'en passer quand la situation l'exigeait, sauf que là c'était pas pareil. Alice n'était pas muette, elle n'était pas 'obligée' de se taire, elle était juste pétrifiée par un quelconque traumatisme dans sa vie qui l'avait rendue ici. Il était absolument mortifié de ne pas pouvoir discuter avec elle, alors que c'était si simple de lui parler. Un simple chuchotement aurait suffit mais il n'entendit même pas son espèce de petit cri intérieur qui sortit quand elle essaya de toutes ses forces. Par contre, il vit ses yeux devenir humides et la grimace d'impuissance et de désespoir qui marqua son visage alors qu'elle serrait son pantalon et secouait la tête énergiquement, lui fit sentir son coeur se serrer à son tour. Il l'avait blessée.

Il recula aussitôt sur sa chaise, en mettant les mains en avant comme pour lui faire comprendre qu'il avait été maladroit et qu'il l'avait sûrement poussée dans ses retranchements.

- Wopla ! Excuse-moi Alice, si tu n'as pas envie de me parler, pas de soucis, on peut faire sans !

Il avait préféré utiliser la tournure du 'pas envie' plutôt que celle du 'pas capable', elle était plus flatteuse et elle lui mettrait sûrement moins la pression. Il regarda autour de lui, comme pour essayer de vérifier que personne ne l'avait vu faire ce geste, qui aurait pu être interprété de plus de mille façons. Kim lisait déjà les gros titres du journal de l'école "Le populaire coréen lourdingue avec le jolie rousse", très peu pour lui.
Il sentait presque la sueur perler sur son front tellement il était mal à l'aise dans cette situation où la jeune fille lui donnait le rôle du gros boulet qui importune une adolescente terrifiée. Il se sentait soudain le vieux pervers aux joues bouffies, accroc aux petits culottes de lycéennes.
Il sentit le rouge lui monter aux joues et s'excusa auprès d'Alice avant de se lever de sa chaise et s'éloigner un peu de la table.

Il prit son téléphone dans sa poche et composa le numéro de Saki, il avait terriblement envie de parler à quelqu'un et il savait que Kaena n'était pas dispo pour l'instant, quant à Ethan, c'était encore trop compliqué alors il n'avait que Saki.
Elle répondit après quelques sonneries qui parurent interminables :

- Quoi ?
- Saki... je t'ai déjà dis d'être plus aimable au téléphone quand tu sais que c'est moi.
- C'est justement parce que je sais que c'est toi que je réponds comme ça... Autrement, je réponds pas..

Il imaginait tout à fait sa tête à ce moment là : une sorte de petite moue enfantine, avec un petit sourire au coin des lèvres, signe qu'il connaissait désormais comme étant celui d'une glorieuse satisfaction d'avoir vanné le populaire si fier.
Il lui fit un immense sourire qu'elle ne vit évidemment pas, mais qu'elle ressentit sûrement.

- Tu fais quoi ? Raconte-moi, s'il te plaît.
- Pourquoi ? Tu t'ennuies ?

Il se retourna vers Alice qui fixait toujours sa feuille de papier, prostrée sur sa chaise, avec une torpeur qu'il n'arrivait pas comprendre et qu'il avait de plus en plus de mal à supporter.

- Un peu oui...
- Ah ... j'ai coupé mes cheveux encore. C'est moche, ça va pas te plaire, mais moi ça me va. Et puis, j'ai été acheté une brioche aux pépites de chocolat tout à l'heure, j'ai traversé toute la ville à pieds pour l'acheter, parce que je me suis perdue. Ton papier était pas clair !

Quelques jours plus tôt, il lui avait dessiné l'adresse d'un petit pâtissier qu'il avait trouvé très bon et dont il voulait lui vanter les mérites. Elle avait sauté sur l'occasion alors qu'elle mangeait trois fois rien, c'était adorable de sa part. Il rit avec générosité et sentit sincèrement son cœur se gonfler de bonheur et d'amour pour sa petite 'sœur de cœur' qu'il chérissait de plus en plus chaque jour.
Il lui promit de l'emmener la prochaine fois, comme ça elle ne se perdrait plus et il l'informa qu'il passerait la voir ce soir pour manger avec elle, même si elle rétorqua qu'elle n'avait pas faim et qu'elle était déjà en pyjama, il en avait strictement rien à faire, il avait très envie de la voir et de l'emmerder rien que parce qu'il avait tant de retenue avec Alice. Saki allait mourir de conversation barbante...
Il raccrocha pour pas trop gêner sa petite élève et revint vers elle, en reprenant sa place sur sa chaise si inconfortable. Il s'excusa poliment.

- Pfiou ! Voilà, j'ai troqué un peu de blabla avec une amie pour pouvoir repartir du bon pied pour la petite demi-heure qu'il nous reste ! J'espère que le calvaire est supportable pour toi parce que moi je ne te laisserais pas tomber tant que tu auras pas compris tout ce qui te fait défaut ! Allez on s'y remet !

Il avait bien comprit qu'il allait devoir faire avec son manque de conversation ou plutôt sa phobie. Faire la conversation tout seul était emmerdant à souhait pour être exact mais Alice n'en était pas responsable à proprement parler et Kim ne lui en voulait pas du tout.
D'ailleurs, en parlant de ça, Saki lui avait donné une idée. Il fouilla un peu dans son sac et sortit deux petites brioches aux pépites de chocolat. Il les déposa sur la table, elles donnaient vraiment envie.

- Tiens, je t'en donne une si tu as faim. Les maths, ça ouvre l'appétit, alors fais-toi plaisir, elles viennent du petit pâtissier du quartier Sanjuu, tu connais ? Attends, je vais te faire un dessin, comme ça tu pourras y aller toute seule si l'occasion se présente.

Il s'appliqua à dessiner sur une feuille de papier blanche, en espérant que cette fois-ci, le dessin serait plus clair que celui fait pour Saki. Il jeta cette idée par-dessus son épaule, Saki était nulle comme ses pieds en orientation, alors il ne devait pas prendre ses remarques acerbes pour argent comptant. Il lui achètera un GPS pour son anniversaire.
Une fois le dessin terminé, il le lui tendit avec entrain, il adorait cet endroit, il s'y rendait au minimum une fois par semaine, et le patron le connaissait comme le loup blanc, ils avaient une longue conversation autour d'un cappuccino à chaque fois.

- Quand tu iras, dis que tu viens de la part de Kim, tu auras sûrement une petite brioche gratuite !

Il la gratifia d'un sourire qui se voulait sympathique, généreux et surtout sans la moindre onde de demande de retour. C'était tout lui ça, gentil même si la personne en face ne le méritait pas. Enfin pas tout le temps... l'idiot de Yoite arrivait à faire sortir de lui toute gentillesse possible. Fort le nain.
Il recentra ses idées et repartit sur le sujet des maths, le but n'était quand même pas de distraire la demoiselle, elle avait sûrement des tas de choses à faire après ce cours, et lui... au moins tout autant.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Mer 9 Déc - 0:45

Alice fixa le jeune homme lorsqu’il se leva et qu’il s’éloigna. Ce n’était pas qu’elle n’en avait pas envie, surtout maintenant. La frustration lui fit froncer les sourcils et quelque chose grandit en elle. Elle les entendait la traiter d’incapable, et elle n’en avait pas envie. Pas maintenant, pas cette fois, pas aujourd’hui, elle aurait voulu leur crier de se taire, à elles, aux personnes dehors et à lui. Lui qui était au téléphone, qui cachait si mal son envie de partir, qui ne pouvait masquer son ennui.  Le froid s’infiltra en elle et gela ses os, des frissons parcouraient son échine, ses mâchoires s’étaient resserrées et ses yeux ne reflétaient plus que l’ombre qui évoluait en elle.

L’enveloppe charnelle ne pouvait plus contenir tous ces sentiments contraires, elle allait basculer, céder. Il fallait que ça s’échappe. Mais elle n’avait pas le droit, pas ici, pas devant quelqu’un, pas en dehors de sa chambre. Une once de bon sens déplaça sa main jusqu’au fond de son sac. Ses doigts fouillèrent frénétiquement l’amas de papiers qui s’y trouvaient jusqu’à rencontrer un petit écrin métallique qu’elle s’empressa d’extraire et d’ouvrir. Parmi les nombreux médicaments, elle en attrapa un et le laissa fondre sur sa langue, se concentrant sur sa respiration.

Ce ne fut pas immédiat mais presque. L’effet placebo devait contribuer à la rapidité et l’efficacité des molécules puisque rapidement, le calme revint en elle. C’est à ce moment qu’elle se rendit compte qu’elle avait été totalement injuste. Il n'y pouvait rien si elle était complètement incapable de prononcer le moindre mot, elle n'avait pas le droit de lui en vouloir de s'ennuyer, c'était tout à fait légitime. Intérieurement, elle s'excusa pour l'irrespect dont elle avait fait preuve, elle avait été si méchante...

La rouquine s'apprêtait à se relever mais toutes ses forces l'avaient abandonnée, la laissant assise ici alors qu'elle n'avait qu'une envie : abréger le supplice qu'elle faisait vivre à l'étudiant qui venait de raccrocher. Ses yeux marrons le regardèrent à peine s'installer, couverts d'un voile imaginaire. Elle n'était plus vraiment là, les sons paraissaient lointains et sa vue se brouillait avec les secondes qui défilaient. Son oncle lui avait confié ce médicament en cas d'urgence Uniquement. Elle se rappelait qu'il lui en avait déjà fait prendre lorsqu'elle était avec lui mais elle en avait complètement oublié la puissance. À l'hôpital, Oncle Craig lui en donnait deux ou trois, mais puisque ses réserves avaient été fortement diminuées au début de l'année scolaire, Alice avait réduit sa dose. Si elle avait respecté ce qu'il lui avait prescrit, elle se serait sûrement évanouie, la tête la première sur la table.

En clignant plusieurs fois des yeux, la jeune fille chassa une partie du brouillard qui s'était accumulé sur sa rétine et fixa des sortes de brioches au pépites de chocolat soigneusement posées sur la table. Elle porta donc un regard interrogateur sur le jeune homme qui lui tendit un plan fait main en souriant de toutes ses dents. Il en avait vraiment du courage... Et il ne fallait pas qu'elle en abuse. Pourtant c'était exactement ce qu'elle était en train de faire.

Il recommença à parler de mathématiques et elle s'efforça de suivre ses explications malgré le sommeil lourd et pesant qui s'emparait d'elle. Lorsqu'elle clignait des yeux, ces derniers la brûlaient et ses paupières étaient lourdes. Elle osa prendre une des brioches tout en glissant un mot présentant ses excuses.

Elle croqua plus d'une paire de fois avant que sa tête ne s'effondre sur la table. Elle avait vraiment lutté de toutes ses forces contre les effets du médicament mais c'était encore un peu trop pour elle. Il faudrait vraiment qu'elle revérifie la posologie de ces comprimés.  Elle était encore vaguement consciente, du moins assez pour savoir que très vite, des rumeurs sur elles allaient se répandre et que tout allait recommencer.Alice s’inquiétait de ce qu'il allait penser encore une fois. Si elle continuait à avoir ce genre de réactions devant les seules personnes qui daignaient lui adresser la parole, elle était bonne pour rentrer en Angleterre et retourner à l'hôpital de son oncle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Sam 2 Jan - 0:05

Lorsque Kim s'était rassis à la table de la jeune étudiante, il avait remarqué qu'elle semblait à bout de souffle, à bout de forces comme si elle allait s'évanouir. Ses paupières étaient quasiment fermées et sa tête donnait l'impression d'être trop lourde pour son cou qui n'arrivait plus à la porter. Il avait préféré ignorer cette drôle d'impression en se mettant en tête qu'elle avait peut-être simplement des nausées à cause des maths ou parce qu'elle était légèrement mal à l'aise avec lui. Il ne restait que 15 minutes de cours, alors son calvaire allait bientôt s'arrêter de toute façon. Il prendrait la peine de lui demander si elle souhaitait qu'ils retentent l'expérience ensemble ou si finalement c'était au-dessus de ses capacités et qu'elle abandonnait.

Il fut satisfait quand il vit sa petite main tremblotante s'emparer d'une des brioches qu'il avait posé sur la table. Elle était tout simplement affamée cette gamine ! Elle aurait pu le lui dire, ils auraient été faire ces exercices dans une cafétéria ou chez lui. Non pas chez lui ! Vu ses réactions et ses attitudes, elle était clairement à deux doigts de faire une syncope alors chez lui, elle serait sûrement morte sur son parquet, à peine un pied posé dans l'entrée. Il aurait eut l'air malin avec un cadavre dans son salon. Une belle modernisation du Cluedo !
Elle lui glissa un petit mot d'excuses. Il fut assez surpris et surtout plutôt emmerdé pour savoir de quoi elle s'excusait. Est-ce que c'était parce qu'elle avait prit une brioche ? Parce qu'elle ne parlait pas ? Parce qu'elle ne comprenait rien aux maths ou tout simplement ... parce que sa tête s'écrasa brutalement sur la table où ils étaient assis, froissant royalement ses feuilles d'exercice.

Kim en lâcha tout ce qu'il tenait, de surprise. Sa tête avait fait un bruit si fort qu'il était persuadé qu'une flaque de sang allait bientôt glisser le long des feuilles de papier. Il eut le réflexe de relever les yeux pour regarder autour de lui, mais visiblement personne n'avait remarqué qu'Alice venait de décéder devant lui. Il eut l'impression de mettre environ 20 minutes à réagir alors que finalement, rien que 5 secondes plus tard, il se ruait sur elle.

- Alice ! OH !! Hey tu m'entends ?

Il avait les mains sur ses épaules et il la secouait légèrement, comme pour la réveiller d'un sommeil un peu trop profond. Il passa sa main sous sa tête pour la relever et la poser contre sa chaise. Elle avait le front tout rouge et une belle bosse ferait sûrement bientôt son apparition. Il prit son cahier et le secoua devant elle pour lui faire de l'air. Elle ne réagissait pas du tout. Kim commença à paniquer, il ne savait pas du tout quoi faire dans les situations impromptues comme celle-ci et il avait tendance à mettre beaucoup trop de temps à remettre ses idées en place.

Il tapota ses joues pour lui filer un petit choc qui la ferait revenir à elle mais rien n'y fit. Il tâta son pouls quand même et s'intéressa à sa respiration pour savoir si elle n'était pas morte et il fut soulagé de l'entendre respirer. Elle était 'juste' complètement évanouie. Il se leva et appela le gardien de l'espace culturel avec une pointe d'angoisse dans la voix. Sa respiration commençait à s’accélérer et il sentait comme une chaleur l'envelopper au point que s'il avait eut une cravate, il l'aurait dénouée. Le mec accourut aussitôt vers eux. Il lui demanda ce qui s'était passé en s'affolant un peu. Kim ne sut pas quoi lui répondre, les mots commençaient à lui manquer. Il eut soudain très soif et piocha une bouteille d'eau dans son sac. Il but de longues gorgées avant de s'arrêter net et de fixer Alice, qui ne répondait plus. Il regarda l'homme en face de lui et ils haussèrent tous les deux les épaules, en désespoir de cause.

Kim lui jeta de l'eau à la figure. Sans ménagement. Si avec ça, elle ne se réveillait pas, il était urgent de la conduire à l'hôpital sur le champ.
De toute façon, pour Kim, la journée était clairement gâchée. L'expérience avait été décevante, Alice ne parlait pas, elle n'osait qu'à peine le regarder et aucune sympathie ne filtrait ses mimiques, elle semblait comme rongée par un mal qui ne pourra jamais la quitter. Kim était patient et indulgent mais là il avait tout donné, il n'en pouvait plus. Sa chemise était ponctuée d'éclaboussures d'eau, il était décoiffé, un peu rouge des joues, et honnêtement, il n'avait plus qu'une envie, rentrer chez lui pour prendre une bonne douche avant de regarder la télé sous un plaid bien chaud.
Mais en attendant il était là.

- Réveille-toi Alice, bordel ! C'est quoi ton problème ?

Il n'avait pas eu envie de les retenir ces mots-là. Il pouvait comprendre que quelqu'un était timide, ou renfermé, mais de là à être muet et complètement inconscient la minute d'après, y'avait un gros soucis et c'était pas à Kim de gérer ça.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Sam 2 Jan - 2:27

Un contact froid sur son visage qu'elle n'arrivait pas à décrire. Elle pensa alors à la douche de l'hôpital, qui n'était que rarement chaude. On avait dû l'emmener ici après une de ses crises, pour la calmer. Elle pouvait même sentir sa blouse coller à sa peau, elle remonta alors ses manches pour être un peu plus libre de ses mouvements et pour ne pas tremper les mains des infirmières qui allaient la déplacer. Elle n'avait pas encore ouvert les yeux, elle ne voulait pas voir leurs visages. Leurs yeux ennuyés par cette routine où elles devaient s'occuper de patients complètement instables, elles avaient peut-être espéré mieux, elles méritaient sûrement mieux.

Mais on ne la bougea pas. Elle restait assise là, attendant sagement. Elle se sentait mieux, pourtant, elle ne comprenait pas ce qu'elle faisait ici. Qu'avait-il pu se passer pour qu'on la ramène ? Elle ouvrit alors les yeux. Elle ne fut pas aveuglée par les néons. Elles ne vit pas les deux infirmières au visage pâle et aux yeux cernés par la fatigue et l'ennui. Elle n'était même pas en blouse. Son regard se posa sur Kim. Elle l'avait mis dans un sale état, il faudrait vraiment qu'elle retourne à l'hôpital, là-bas, au moins, elle ne rendait fou personne, tout le monde la laissait tranquille, elle n'avait aucun effet sur quiconque puisqu'elle n'avait aucun contact avec les autres patients, et le personnel se contentait de faire son travail, même si ils devaient tirer à la courte paille pour savoir qui allait devoir s'occuper d'elle.

Elle resta ainsi quelques minutes, à le fixer, les larmes lui montant aux yeux. Elle s'en voulait terriblement. Elle n'avait pas voulu être à l'origine d'un tel désastre, il avait été patient, gentil, il avait voulu être serviable, et elle... Elle avait détruit tout ça.

Encore sous l'effet du médicament, elle ne comprit qu'un mot sur quatre. Elle vit à peine ses lèvres bouger. Elle ne réfléchit pas, elle n'en avait pas la capacité. Elle passa ses bras autour de son buste, appuya sa tête contre le haut du ventre du jeune homme. En temps normal, elle n'aurait pas fait ça, elle se serait plutôt enfuie, pour ne plus jamais revenir, tant pis pour ses affaires, elle aurait tout abandonné pour ne plus avoir à faire face. Elle humidifia encore plus son t-shirt, elle allait sûrement regretter ce qu'elle était en train de faire, elle allait le payer cher.

Elle se rendit compte un peu tard que ses manches étaient relevées, laissant à la vue de tous le résultat de ses misérables nuits. Elle fit alors glisser ses manches le long de ses bras, reprenant peu à peu conscience. La sensation de flottement était toujours là, elle n'arrivait toujours pas à se situer, à s'expliquer, mais elle savait qu'il fallait qu'elle parte rapidement. Il ne fallait pas qu'elle lui pourrisse encore plus sa journée.

Elle s'écarta rapidement, voire même un peu violemment, comme si elle avait été brûlée par de l'huile chaude. La rouquine essuya rapidement ses yeux du revers de sa manche et ramassa ses affaires, sans prendre le temps de les ranger. Elle sortit alors de la salle, la tête baissée, laissant derrière elle l'intégralité de ses papiers, avec en évidence un «merci » et un « pardon ».

Peut-être les avait-elle inconsciemment disposés de la sorte et abandonnés sur la table de travail. Elle ne s'autorisa cependant pas à retourner les chercher, même si elle s'était arrêtée peu après être sortie. Elle avait envie de mourir, là, maintenant, de suite. Elle avait eu l'occasion de faire bonne impression, d'améliorer sa situation, d'évoluer. Elle avait raté, royalement, et elle avait dérapé.

Elle n'avait plus qu'à espérer qu'il oublie... Elle, elle n'allait pas arrêter d'y penser, imaginant les centaines de scénarios qui auraient pu se produire si elle avait fait telle ou telle chose... Refaisant à chaque fois son histoire, à la recherche de la meilleure issue possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Sam 13 Fév - 14:49


Étrangement, Alice remonta ses manches avant même de reprendre conscience. Elle mit cruellement à nu les indélicates traces de coupure sur ses poignets. Kim resta là à les fixer en fronçant les sourcils. Il se sentit tellement coupable à cet instant d'avoir pu penser ne serait-ce qu'une seconde que ça avait été un calvaire de devoir essayer de lui enseigner les maths alors qu'elle ne lui adressait pas la parole. C'était sûrement à cause de gens comme lui , intrusifs et presque trop sociables qu'elle faisait ça. Il frotta son menton du revers de sa main comme pour essayer de trouver une échappatoire au mal-être qu'il ressentait.
Et puis doucement, elle ouvrit les yeux. Elle resta là, à fixer Kim d'un regard empli de tristesse et de malaise. Il était clair qu'elle aurait préféré être n'importe où ailleurs qu'à moitié évanouie et trempée en plein milieu de l'espace culturel avec deux hurluberlus qui attendent une réaction de sa part. Elle aurait pu réagir violemment en s'emportant et en l'accusant d'être malade de l'avoir mouillée mais comme elle ne parlait pas, sa réaction fut amoindrie et elle se contenta de l'entourer de ses bras. Kim resta interdit un instant, pensant autant au fait qu'il ressentait le contact froid de ses bras sur sa veste qui s'empressa d'absorber les gouttelettes d'eau, qu'au contact de la jeune et jolie rousse contre lui. Il se sentit gêné et touché en même temps. Il ne prit pas du tout mal cette petite attention de sa part. Cette jeune fille était simplement perdue et elle avait besoin d'aide. Ce devait être sa seule façon de tenter de se faire pardonner. Il n'eut pas vraiment le temps de lui faire profiter à son tour d'un élan de chaleur humaine en lui rendant cette accolade, puisqu'elle se recula aussitôt et d'un geste rageur, paniqué, elle s'en alla brusquement de l'espace culturel.

Kim mit quelques secondes à réaliser qu'elle était partie. Il rencontra le regard du gérant qui haussa les épaules d'un air détaché, il n'avait pas envie d'être plus impliqué que ça, et Kim le comprenait mais lui il n'était pas comme ça, il ne pouvait pas la laisser sur cette fin désastreuse et presque tragique. Cette rencontre était particulièrement bizarroïde, il ne pouvait pas le nier mais Alice avait été adorable même sans paroles, alors il ne pouvait pas la laisser se faire une nouvelle cicatrice à cause de lui, il ne le permettrait jamais.

Il ne vit même pas les deux petits mots qu'elle avait laissé à son attention, il laissa toutes les affaires en plan en faisant un signe au gérant indiquant qu'il revenait dans quelques minutes et il courut hors de l'espace culturel pour la rejoindre. Il espérait qu'elle ne soit pas partie trop loin vu qu'il avait été un peu long à la détente, mais il fut soulagé de la trouver immobile à deux pas de la porte. Elle semblait dévastée.
Il s'approcha doucement, il ne voulait pas l'effrayer en plus de l'avoir involontairement humiliée. Elle était exactement comme une petite biche sauvage dans un espace naturel qui n'est pas le sien, terrorisée à l'idée de croiser quelqu'un ou quelque chose qui en veuille à sa vie.

- Alice...

Il posa un regard tendre et affectueux sur elle, en attendant qu'elle se retourne. Il avait parlé d'une voix très douce et légère pour ne pas attirer l'attention d'autres personnes hypothétiques qui pourraient passer pas très loin d'eux.
Il posa les mains sur ses épaules, elle était mouillée la pauvre. Il s'en voulait terriblement.

- Excuse-moi de ce qui s'est passé... je... je ne savais pas quoi faire, j'ai eu peur.

Et c'était très sincère, il avait paniqué, il avait perdu ses moyens et sa capacité à réfléchir posément quand sa tête s'était lourdement éclatée sur la table. Il avait eut peur pour elle et bêtement sa seule réaction avait été de l'asperger d'eau. Mais même si à cet instant, elle se sentait mal, ça avait marché. Elle était revenue parmi eux. Mais Kim ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'elle devrait aller consulter quelqu'un pour ce malaise inopiné, c'était absolument anormal !

Il perdit patience et la retourna doucement pour qu'elle soit face à lui, même tête baissée. Et puis, il fit ce qu'il aurait dû faire tout à l'heure, il la prit délicatement dans ses bras, ignorant simplement qu'elle était trempée et qu'il allait l'être aussi ; se fichant pas mal des "qu'en dira-t-on ?", ou des rumeurs qui pourraient partir de ce geste anodin. Alice avait besoin de ça à cet instant, alors il le lui donnait, point.
Il espérait qu'elle ne le prendrait pas mal ou qu'elle ne serait pas gênée. Il apprécierait plutôt qu'elle rejoigne elle aussi ce câlin improvisé et que si des larmes voulaient filtrer de ses yeux humides, alors qu'elle les laisse couler contre lui. Il pouvait la protéger là tout de suite, après c'était pas sûr.

- Ne te sens pas gênée de ce qui s'est passé. Ce n'est rien, ne t'inquiètes pas. Ne t'en veux pas, moi je ne t'en veux pas du tout. Reste comme tu es, Alice.

Il caressa ses cheveux qu'il trouvait si éblouissants et se laissa aller à apprécier ce contact charnel avec elle. Elle était petite, c'était tellement facile de la briser qu'il sentit toute la détresse qu'elle envoyait.
Il espérait juste qu'elle ne se ferait pas de mal après cette rencontre, elle ne devait pas le voir comme un ennemi... comme son ennemi. Ce n'était pas le cas.
Il rompit un peu le contact, pour se reculer et se baisser légèrement pour trouver ses yeux. Il lui fit un sourire et ajouta, en espérant que ça allait la faire réfléchir :

- Quand tu te sens oppressée ou pas à ta place... ne te remets pas en question. Ce n'est pas toi le problème, ce sont les autres, ok ? Est-ce que ça va aller Alice, ou est-ce que tu veux que je reste encore avec toi ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Delayed
M • Lycée - 3ième année
avatar

Messages 106


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Jeu 31 Mar - 0:00

Elle n'aurait pas dû s'arrêter. Parce que lui refaire face ou attirer les regards sur elle avaient été les choses les plus idiotes qu'elle aurait pu faire. Elle n'était pas comme eux, et dans un sens, c'était comme si elle imposait sa différence aux autres. Elle avait voulu essayer, ils avaient tous voulu tenter cette expérience. Une école renommée, un environnement calme et propice à son rétablissement, elle aurait pu avoir accès à des multitudes d'aides... Si elle n'était pas arrivée ici seule. Aucun émulateur, rien, personne pour la pousser vers les autres, réduire ce fossé et limiter l'apitoiement des autres sur son sort.

C'était arrivé trop tôt, et les solutions avaient été proposées plus tard. "Tout est de leur faute." Voulait-elle les accuser. Mais elle avait conscience que, le problème venait principalement d'elle. Non, qu'elle était le problème, l'origine de tout ce qui avait été engendré jusqu'ici, la cause du malaise des autres en sa présence.

Kim l'avait suivie. Il avait interrompu ses pensées en un geste chaleureux et doux dont elle n'avait pas l'habitude de recevoir de la part d'étrangers à sa famille. Sa voix tentait de la rassurer, de démentir tout ce qu'elle venait de se dire intérieurement. Et elle, elle tremblait. Elle se sentait coupable de l'avoir poussé à agir ainsi, de le mettre dans cet état-là. Elle l'avait rendu sans le vouloir, responsable d'elle, sur une courte durée certes, mais elle l'avait fait.

Elle se laissa aller dans ses bras et pourtant, elle ne devrait pas. Elle connaissait les mécaniques des rumeurs et elle savait très bien que ce geste allait lui nuire, à lui qui ne le méritait pas. Ses attentions n'avaient été que bonnes et elle n'avait aucunement l'intention de lui faire du mal, directement ou indirectement. Pourtant, elle continua de s'autoriser ce contact, cette chaleur faite d'attentions mais surtout de mots.

Maintenant. Devait-elle le laisser aller ? Le libérer ? Sûrement. Elle refusa cet élan d'égoïsme qui grandissait en elle et tenta un sourire.

La rouquine fit donc immédiatement non de la tête. Ses grands yeux disaient merci.

Elle ne devait pas l’importuner davantage. Le simple fait de l’avoir suivie avait suffi à faire naître une étincelle de chaleur au creux de son ventre. S’en étaient suivies de nombreuses pulsations électriques le long de ses veines, de sa poitrine jusqu’au bout de ses doigts. Elle avait l’habitude de ressentir ce genre de choses, comme une rupture au plus profond d’elle-même.

Elle tendit instinctivement la main vers les cheveux blonds de Kim, ne faisant qu’obéir à ses réflexes. Suivant un certain rythme, elle passa ses doigts avec insistance dans la chevelure du jeune homme à plusieurs reprises, savourant le réconfort et le calme apporté par cette régularité.
La rouquine ferma les yeux, régulant sa respiration et ses battements de cœur sur ces semblants de caresses, à l’allure impersonnelles. Mais elle en avait besoin. La force modérée satisfaisait ses pulsions intérieures, répondait à la contraction des muscles de son corps, et la douceur du moment apportait le réconfort et la chaleur dont elle avait définitivement besoin.

La jeune fille ne voulait pas le mettre dans une position délicate, mais son inconscient savait que c’était le seul moyen d’éviter une énième mutilation, alors, il agissait en conséquence. Elle parvenait pleinement à se calmer mais il fallait à tout prix qu’elle évite ce moment de gêne qui pourrait anéantir tout le calme qui s’était instauré en elle.

Elle devait donc partir, ou il fallait qu’il parte, que cela se finisse sur une note positive, il ne fallait pas qu’elle fasse face à ce qu’elle venait de faire, à ce qu’il venait de se passer. Alors elle déglutit et s’écarta posément, freinant autant qu’elle le pouvait la montée de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Chae Young
C • Université - 5ième année
C • Université - 5ième année
avatar

Messages 120


HnM
Un mot:

MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   Mer 24 Aoû - 23:25


Pendant qu'Alice se fondait entre ses bras, Kim repensa à tout ce qui s'était passé depuis qu'il l'avait rencontrée. Il n'arrivait pas à savoir si cette rencontre représentait une expérience positive ou négative au fond de lui. Il savait qu'elle était blessée, différente et difficile d'approche même pour quelqu'un comme lui qui n'abandonnait pas facilement, mais il avait aussi ressenti de la difficulté à garder son calme et sa patience envers elle. Il avait eu terriblement envie de la secouer pour qu'elle prononce le moindre mot.
D'ailleurs à bien y réfléchir, ce n'était pas le fait qu'elle ne parle pas qui l'avait le plus dérangé, c'était plutôt l'attitude qui allait avec le reste. Elle ne parlait pas, certes, mais elle ne bougeait quasiment pas non plus, et tout chez elle semblait être accordé pour faire abandonner tout espoir à quiconque tenterait de rentrer en contact avec elle. Elle était particulièrement forte pour donner envie à n'importe quelle petite once de sympathie, de se barrer en courant.

Alors là, le fait de l'avoir dans ses bras représentait pour lui un énorme effort, une avancée spectaculaire, presque aussi grandiose qu'une découverte scientifique ou un pas sur la lune dans les années 1960. Il avait l'impression qu'elle avait abandonné une part de son mutisme, ou qu'elle l'autorisait à s'immiscer un peu dans son monde. Cette fois son absence de réaction témoignait son implication. Elle se livrait à lui à sa façon...
Lorsqu'il plongea son regard dans le sien, il eut envie de lui caresser la joue, pas de geste intime, mais plutôt un geste tendre et protecteur entre un grand frère et sa petite sœur. Il avait envie de la protéger.

Elle secoua la tête pour l'informer qu'elle n'avait plus besoin de lui et que ça allait aller pour elle. Mais honnêtement, Kim avait du mal à le croire.
Et le geste qu'elle fit par la suite ne le réconforta pas davantage. La douceur de sa main dans ses cheveux le gêna imperceptiblement. Elle était terriblement touchante et Kim sentit son cœur battre plus vite pour elle, elle le déstabilisait. Il ne fit pas attention aux regards autour de lui, il ne les voyait même pas, ils étaient comme emporté dans un monde rien que pour eux...
Il la laissa faire jusqu'à ce qu'elle recule d'elle-même, elle avait eut besoin de ça pour une raison qu'il ignorait totalement. Il n'arrivait pas à comprendre comment on pouvait se perdre dans les bras de quelqu'un ou lui caresser sensuellement les cheveux et ne pas pouvoir lui parler ou lui écrire de petits mots. Il ne chercha pas à obtenir cette réponse, ce n'était pas la peine.

Elle semblait prête à prendre le large, à mettre fin à ce contact entre eux mais peinait à le faire. Il devait l'aider, il devait prendre la décision pour elle, en espérant qu'il avait réussi à lire correctement entre les lignes qu'elle n'écrivait pas du tout et qu'il ne fichait pas cette avancée à la poubelle avec le couvercle bien fermé. Il rentra dans son jeu et ne pipa plus un mot à son tour, il se contenta de passer sa main sous son menton, de relever son visage pour qu'elle le regarde. Il lui offrit un visage bienveillant et souriant et lorsqu'il put enfin lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pas du tout, il se rapprocha d'elle. Il posa délicatement ses lèvres sur son front pâle et rafraîchi. Il lui fit un léger et doux baiser comme pour lui donner la force de continuer malgré sa peine, malgré ses entraves. Elle pouvait aisément comprendre à ce moment là que tout le monde n'était pas là pour la juger ou la détruire. Elle était sûrement son propre pire ennemi.

Le contact se rompit et en gardant un lien visuel avec elle, il recula doucement. Il se retourna quelques mètres plus loin après lui avoir envoyé son plus beau sourire en l'accompagnant d'un petit signe de main. Il était ravi de l'avoir rencontrée.

Il retourna dans l'espace culturel pour récupérer ses affaires. C'est seulement à ce moment-là qu'il put apercevoir les deux petits mots qu'elle avait laissé à son intention. Il sourit pour lui-même, et rangea ses cours et ses crayons. Il griffonna "de rien, Alice :)" sur l'un d'eux qu'il laissa sur la table avec ses papiers à elle. Il se doutait qu'elle allait revenir les chercher plus tard. Il informa le gardien de laisser les choses en l'état et qu'il prenait la responsabilité de ce qui venait de se passer et qu'il était désolé d'avoir mouillé un peu la moquette autour de la table.
Il salua son aîné et sortit de l'espace culturel par lequel il était entré. Il ne regarda pas si Alice était encore là, il avait rompu le contact visuel et il ne voulait pas pénétrer une nouvelle fois dans sa petite bulle d'espace personnel à laquelle elle tenait tant. Si elle souhaitait lui 'reparler', elle reviendrait vers lui... un jour peut-être...

En attendant, il devait aller voir le Directeur, il avait quelques conditions à rajouter à ses cours de rattrapage particuliers...

- CLOS for me ♥ -

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours particulier pour une fille particulière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours particulier pour une fille particulière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Lycée :: Rez-de-chaussée :: Espace culturel-
Sauter vers: