Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Work on one-self : back to the origins

 :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 21 Sep - 12:16
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1009

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
[contexte : juin 2015]



Assis, près de la grande baie vitrée, à une des tables en bois du Starbuck après avoir commandé un grand café au lait et sa touche noisette, Dorian prenait le temps de regarder les gens passer derrière la vitre. Bizarrement, il n'y avait pas grande monde aujourd'hui dans le café, étonnant puisqu'il était proche de 17h30, que les cours étaient finis depuis longtemps et surtout que les fonctionnaires sortaient de leur immeuble après une journée éreintante. Il avait l'impression de voir passer tout le temps les mêmes personnages depuis plusieurs minutes. Les japonais avaient cette faculté à se fondre dans la masse les uns parmi les autres. Pour les étrangers, ils se ressemblaient tous beaucoup. Il n'y avait cependant qu'à les fréquenter un peu plus profondément pour se rendre compte des petites différences qui ornent les multiples visages et les rendent uniques à leur tour.

Là, bien au chaud dans le café, loin du bruit et de la foule stressée et usante qui s'affairait derrière la vitre, Dorian se sentait comme protégé. Il avait l'impression de ne pas faire partie de leur monde à cet instant, d'être comme au ralenti pendant que tout allait vite autour de lui. Il avait eut besoin de mettre pause, et même de revenir en arrière. C'est pour cette raison qu'il avait contacté Kaena. Ils avaient beaucoup de choses à se dire tous les deux, et de son point de vue, il serait plus facile pour lui de parler avec sa petite sœur bavarde et sans aucune retenue plutôt qu'avec Ethan, qui serait méfiant, ou peut-être un peu trop direct.

Le sujet trop flou de sa mère prenait beaucoup trop de place aujourd'hui dans sa vie personnelle et même affective. Il devait cesser de s'interroger, il devait faire face à tout ça, rien que pour arrêter de se torturer et aussi pour reprendre un peu plus le contrôle de sa vie et de consacrer davantage de temps à Yume. Ses heures de réflexion, de remise en questions et de doute avaient tendance à les séparer un peu tous les deux, et même si par moments, du temps libre était le bienvenue, il ne souhaitait pas perdre sa petite bouffée d'air.

Lorsque la porte s'ouvrit à côté de lui, il détourna la tête, il fut ravi de constater que c'était elle qui venait de rentrer. Elle lui adressa un sourire magnifique, digne de sa personnalité, qu'il lui rendit avec beaucoup plus de retenue.
Son parfum embauma directement la pièce et elle ne se rendit sûrement même pas compte que tous les regards se tournèrent aussitôt vers elle et sa sublime chevelure blonde. Dorian se sentit soudain très fier d'être l'homme vers qui elle allait se diriger lorsque son café sera servit. Hélas, à chaque médaille, son revers, il ressentit peu après une sorte d'instinct protecteur qui lui fit jeter des regards transis de froid et austères à tous les autres mâles dans le café qui furent mal à l'aise sans savoir pourquoi. Ça devait être son instinct fraternel qui se développait. Kaena était beaucoup trop jolie et surtout beaucoup trop naïve à ses yeux pour ne pas être la cible de lourdauds dans leur genre.

Elle le rejoint quelques minutes plus tard, et lorsque les autres hommes se rendirent compte de l'origine de leur malaise en croisant le regard passablement meurtrier de Dorian, ils cessèrent de reluquer la jolie américaine. Les choses étaient claires au moins.
Il lui laissa le temps de s'asseoir et de poser ses affaires, avant de lui sauter à la gorge, sans se rendre compte de son attitude pour le moins étouffante :

- J'espère que tu ne te laisses pas approcher par n'importe qui dis-moi, Kaena.

Il ne l'avait même pas saluée, alors qu'il répétait son arrivée depuis 15 minutes, sa politesse avait été totalement rasée par son envie de tabasser tous ces pervers qui composaient le monde et accessoirement le Starbuck aujourd'hui.
Connaissant un petit peu la jeune fille, Dorian se doutait très bien qu'elle ne le prendrait pas mal et qu'au contraire, elle serait même sûrement ravie de voir que Dorian s'inquiétait pour elle. Elle était bien du genre à dire qu'elle était passée devant un magasin de peluches en venant et qu'elle en avait profité pour lui acheter 'cette adorable panthère bleue'. Il s'attendait à tout avec ce genre de petite bonne humeur sur pattes.

- Bref ! Tu as passé une bonne journée ? Je suis curieux de savoir ce que tu prends quand tu viens ici. Mmh, je parie sur un chocolat liégeois avec un peu de poudre de cacao, non ?

Il avait dit ça au hasard, mais il était persuadé de ne pas être trop loin de la vérité. Si elle lui annonçait que c'était un triple expresso avec cinq sucres, il ne pourrait s'empêcher de faire de gros yeux et de reculer sur sa chaise pour faire le point sur cette jeune fille qu'il ne connait pas du tout finalement.
Il tourna la tête vers la vitre, comme avant son arrivée et laissa son regard se perdre dans la foule. Il ne lui avait pas dit pourquoi il voulait la voir mais elle devait se douter qu'il avait une raison particulière, elle commençait à le connaître et Dorian n'était pas du genre à simplement boire un café pour entretenir une relation. Il n'aimait pas faire quelque chose sans avoir de plus-value en retour. Il but une gorgée de son café encore beaucoup trop chaud et amena le sujet principal sur la table, en espérant ne pas casser trop d’œufs dans la bataille.

- Ça fait un petit moment qu'on se connait maintenant et honnêtement, je pense ne t'avoir jamais posé la question qui me brûle réellement les lèvres. Et aujourd'hui, après avoir longuement hésité, je pense qu'il est temps ... alors Kaena...

Il la regarda dans les yeux, sans forcer le passage, sans la mettre mal à l'aise, mais plutôt en partageant son appréhension et sa peur de l'inconnu. Il semblait bien faible et fragile à cet instant. Si les loups du café autour de lui avaient croisé ce regard quelques minutes plus tôt, Kaena ne serait plus qu'un banal morceau de viande entre leurs crocs...
Il prit une grande inspiration et se lança, tête la première dans une histoire qu'il allait peut-être regretter de façon amère mais qui aurait le mérite d'éclairer son passé et son avenir :

- ... peux-tu me parler de ... ta mère, s'il te plaît ?

Il n'avait pas pu se résoudre à dire "notre" mère et encore moins "ma" mère, parce qu'à ses yeux, elle l'avait abandonné et pour ça, il lui en voudrait sûrement toujours un peu. Elle n'était pas sa mère, pas au sens propre du terme, elle n'était que sa génitrice mais il avait besoin de comprendre ce qui s'était passé pour éviter de se remettre sans arrêt en question.
Espérons que le réponses de sa petite sœur ne lui feront pas plus de mal qu'autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Nov - 14:33
M • Université - 3ième année
avatar
Messages : 60

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'était pas qu'en Amérique tout était différent mais comparer cet énorme continent à un pays comme le Japon revenait à chercher midi à 14h. Kaena était très facile d'adaptation et le Japon ne lui avait pas posé de problèmes très longtemps après son arrivée, cela dit elle devait quand même reconnaître qu'ils avaient des habitudes bien à eux, des obligations qui rendaient les asiatiques très impliqués dans la vie de tous les jours. Les clubs en faisaient partie. Si de prime abord elle avait rejoint le club de cuisine, c'était par raisons personnelles. Elle adorait apprendre toutes sortes de choses en souriant et en discutant avec les autres et elle avait pensé que le club de cuisine pouvait lui apporter ça. Elle ne s'était pas trompée mais c'était beaucoup plus sérieux que prévu. Les plats japonais n'avaient rien à envier à ceux des américains, ils étaient même sûrement bien plus équilibrés mais pourquoi mettre du riz partout ?! Quel était cet intérêt prononcé pour ces grains blancs qui lui donnaient régulièrement des maux de ventre ? S'adapter d'accord, en souffrir jamais. Alors Kaena avait cherché pendant de longs jours des restaurants livreurs et elle avait fini par en trouver un à 28 kms de son appartement, qui lui apportait régulièrement des produits un peu plus américains pour qu'elle puisse continuer à être elle-même. Le riz dès le lever au matin, y avait pas moyen.

17h20, le président du club de cuisine Kyôsuke Sasori prononça la fin des obligations culinaires et le club se termina en quelques instants. Ce jeune homme était tout à fait charmant, quoiqu'un peu renfermé mais Kachou n'était pas venue pour lui. Elle était venue pour ses recettes, son imagination, sa faculté à donner aux autres l'envie de cuisiner. Pour le moment, elle était satisfaite.
Son petit sac beige le long de son épaule, la blondinette quitta l'académie en regardant fréquemment sa montre teintée d'argent. Elle avait dit 17h30 à Dorian, elle serait tout juste à l'heure ! Le pas léger sous ce soleil encore chaud malgré l'heure bien avancée, Kae profitait des plaisirs de la vie. Ses copines étaient devenues ses amies, elle faisait un effort surhumain pour se rapprocher de Kim malgré l'avis défavorable d'Ethan, et Dorian gardait contact avec elle. Tout allait très bien dans sa vie et même dans ses études. Son cursus lui plaisait toujours autant, elle avait même demandé quelques conseils à Jun l'autre matin. Sa vie lui plaisait au Japon, même si ses parents et Lucy lui manquaient quand même beaucoup.

A 17h32, Kachou franchit la porte du Starbuck et chercha aussitôt son nouveau grand-frère du regard. Elle le trouva près de la baie vitrée, assis bien sagement en l'attendant. Cette image d'un homme à fière allure seul à une table pour elle lui fit rater un battement de cœur. Dorian était beau, elle était si fière de lui. Un grand sourire orna son visage quand leurs regards se croisèrent et elle fila faire la queue pour demander son café-vanille. Elle n'attendit que très peu de temps et retourna aussitôt vers Dorian en faisant attention de ne rien renverser. Sa petite chemise blanche et sa jupe à carreaux ne devaient pas être tâchés car là ... Gentille Kae allait vite montrer un autre visage.
Arrivée à la table, elle eut par habitude l'envie de le serrer dans ses bras comme elle l'aurait fait avec Ethan mais sans trop comprendre pourquoi, elle ne le fit pas. Peut-être qu'un tel rendez-vous dans un lieu moins public aurait été préférable pour les câlins fraternels. Là, elle craignait d'être repoussée ou qu'une gêne collante s'installe entre eux. Autant rester souriante et agréable, ce serait déjà bien. Posant son petit sac à côté d'elle sur la banquette, elle voulut prendre la parole pour s'excuser d'être juste à l'heure mais Dorian prononça les premiers mots et, avec un sourire digne d'un ange, elle répondit :

- Tu devras m'espionner si tu veux le savoir.

Elle était de bonne humeur aujourd'hui, d'humeur légèrement taquine mais pas mesquine. Le fait que Dorian lui montre cet adorable côté de sa personnalité lui donnait envie de rire aux éclats. Eh bien quoi, voilà qu'il se montrait jaloux ? Possessif ? Comme c'était touchant. Qu'il vienne la sauver sur son cheval blanc et qu'ils s'enfuient au soleil couchant ! Adieu Kim, Kae venait de choisir son grand-frère aux attraits si virils !
Cela dit, elle aurait aimé le mettre au courant de cet homme prénommé Kim qu'elle espérait devenir plus qu'un camarade de fac mais comment en discuter dès maintenant alors qu'elle-même ne savait pas trop quoi en penser. Tout ce dont elle était sûre, c'était qu'aucun autre homme que lui ne l'intéressait à l'heure actuelle mais qu'elle adorait quand même être regardée quand elle entrait quelque part.

- Un café-vanille, Dorian. Encore quelques rendez-vous en amoureux et tu sauras tout de moi ! Mais tu n'as pas tort, j'aime aussi les chocolats liégeois qu'ils proposent ! Sinon oui, une journée plutôt bonne. J'ai même appris une nouvelle recette en club de cuisine tout à l'heure. Je testerai ça ce week-end, je te tiendrai au courant si tu veux. Et toi ?

Parler avec Dorian ... Non. Parler tout court n'avait jamais été dur pour Kaena, elle pouvait discuter de la pluie et du beau temps pendant des heures, sans se rendre compte qu'elle pouvait aussi être soulante. Ses parents lui disaient régulièrement d'apprendre à canaliser son flot de paroles, de laisser plus d'espace aux autres pour rendre les discussions plus intéressantes mais malgré ses efforts, ça se révélait très dur. Elle était bavarde et elle adorait ça !
De toute façon, c'était ce qui avait permit à Dorian de baisser sa garde, elle avait été naturelle avec lui dès leur première rencontre, elle l'avait harcelé de questions aussi intimes qu'habituelles et c'était ainsi qu'elle avait désiré qu'il la connaisse. Se former une image fausse pour lui plaire ne rimait à rien. Et puisqu'ils se revoyaient depuis à intervalles assez réguliers, elle en avait déduit qu'ils avaient plutôt bien accrochés même si, en réalité, elle ne le connaissait pas encore vraiment bien. L'homme viril assit en face d'elle était un mystère de la nature, un homme à priori blessé par le temps mais heureux aujourd'hui.

Posant son téléphone affublé de 5 straps sur la table à côté d'eux, Kachou colla ses mains contre son café-vanille et écouta Dorian reprendre le fil de la conversation. Oui, elle s'en était doutée. Ils avaient beau être assez à l'aise en face à face, la petite Américaine avait de suite compris que ce rendez-vous ne serait pas comme les autres. L'endroit l'avait d'ailleurs un peu surprise car si l'heure était aux révélations, le lieu lui paraissait bien trop exposé pour qu'ils parlent ainsi. Qu'à cela ne tienne, si les choses devenaient trop personnelles, ils pouvaient toujours partir se promener au parc pas très loin de leur position.
Bien vite, le monde autour d'eux s'effaça comme par magie et les bruits des conversations alentours furent réduit à la seule voix de Dorian. Les expressions de son visage firent de suite réaliser à Kae qu'elle assistait là à une nouveauté, à un Dorian qui se dévoilait enfin face à elle sans qu'elle n'ait eut à le pousser dans ses retranchements. Qu'est-ce qui avait été le déclic ? Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi ici ? Craignait-il qu'elle soit trop maternelle envers lui s'ils n'étaient que tous les deux ? Et la question fut posée. Kaena prit une grande respiration. Mince, elle n'avait pas vu ça venir, alors que pourtant c'était une évidence. Son grand-frère voulait des infos, elle lui servait juste de source fiable ? Au fond, elle eut envie de grogner, de lui dire qu'elle était venue pour qu'ils se rapprochent toujours un peu plus mais elle prit sur elle. Son égoïsme légendaire avait failli tout gâcher et quand elle redressa la tête, Kae-la-gentille était de retour. Dorian avait le droit à des réponses.

- Bien sûr que je peux, voyons. Aileen fait toujours les choses entièrement, jamais à moitié. Sa famille était pauvre avant qu'elle ne rencontre papa et elle s'est battue pour en arriver là aujourd'hui. Du coup, elle reste stricte la plupart du temps et son instinct maternel est horriblement présent. J'ai jamais pu lui cacher quoique ce soit, elle le découvrait d'une manière ou d'un autre. Je dirais qu'elle est assez froide mais elle donnerait tout pour sa famille. Elle est nulle en couture mais sa blanquette de veau est merveilleuse. Son dressing est plein à craquer, j'ai dû hériter ça d'elle. Elle adore aller se promener près du vieux port pas loin de chez nous et le soir, quand j'étais petite, elle venait toujours me border et me raconter une histoire qu'elle semblait avoir inventé elle-même.

Laissant le temps à ces petites informations un peu dispersées de faire leur place dans la tête de Dorian, Kaena avala plusieurs gorgées de son café-vanille alors qu'un groupe de jeune japonaises en uniformes entraient dans le Starbuck. Ça lui rappela cette fois où avec son groupe d'amies, elles avaient décidé de sécher les cours mais enfantines, elles étaient toutes restées en uniformes et s'étaient faites coincées en moins de deux. Ce jour-là, Aileen avait fait la leçon à tout le groupe, punissant Kaena pour le mois entier. Sa maman était une femme assez fière mais réellement protectrice, avec des valeurs ...
Elle tourna à son tour la tête vers la baie vitrée. Des valeurs ... Quelles valeurs autorisaient à abandonner son premier enfant ? Jamais elle n'en n'avait parlé et jamais Kae n'avait soupçonné quoique ce soit. Est-ce que Nathaniel était au courant ? Pouvait-elle l'appeler pour lui en parler ? C'était si compliqué. Elle espérait juste que Dorian avait mis de l'eau dans son vin depuis tout ce temps car les jours à venir allaient peut-être s'annoncer douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Jan - 15:25
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1009

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire

Malgré ce petit visage enfantin de jeune fille toute timide et aussi friable qu'une pâte feuilletée trop cuite, Kaena avait un tempérament un peu plus coriace qu'il aurait pu le penser la première fois qu'il l'avait vue. Elle était légère, simple, une bonne vivante mais elle avait aussi un côté sombre. Comme tout être humain certes mais le sien n'allait pas l'amener à tuer quelqu'un mais plutôt à faire se sentir mal une personne un peu en mal de confiance en soi qui va se sentir oppressée ou mal à l'aise d'être ainsi harcelée de questions. Ses magnifiques yeux semblaient assez perçants pour savoir où était le mensonge et la vérité. Elle semblait être passée reine dans l'art de la torture mentale avec une attitude absolument inoffensive.
Entre autres, quand elle le taquina avec cette petite insolence d'enfant pourrie gâtée, il fut à deux doigts de lui taper sur les doigts pour lui dire d'arrêter ses conneries et de pas jouer à ça avec lui. Le viol de Yume n'avait sans doute pas aidé à le rendre indulgent face à des regards lubriques comme il avait croisé lorsqu'elle était entrée. Le monde était bien plus dangereux qu'elle avait l'air de le penser, mais même si son rôle de 'grand frère' pouvait lui servir d'excuse pour lui faire la leçon, il n'avait pas envie d'aborder le sujet parce qu'il sentait qu'il allait beaucoup trop s'impliquer dans ce débat et qu'elle s'éloignerait de lui à force de se sentir oppressée à son tour. Le chasseur chassé...

Au lieu de ça, Dorian prit sur lui s'amusa plutôt à regarder les expressions de son visage pendant qu'elle était en train de lui parler en toute simplicité. Il remarqua que sa bouche avait tendance à opter pour un petit rictus adorable lorsqu'un rire arrivait sur ses lèvres, ou encore que ses sourcils se levaient quand elle avait un trop plein d'informations à dire ou à retenir. Elle était pire qu'un livre ouvert, elle ressemblait plutôt à la Mona Lisa des émotions.
Il posa son menton dans la paume de sa main, gardant le coude sur la table pour soutenir sa tête si lourde dernièrement à cause de toutes ces questions qui l'encombrait. Il but quelques gorgées de son café brûlant, tout en l'écoutant parler. Est-ce qu'elle ressemblait à sa mère ? Dorian ne voyait rien qui lui rappelait Ethan ou encore lui-même. Kaena était sublime à son façon mais son visage, joliment rond lui faisait croire que sa mère devait ressembler à ça.
Il fut déconcentré et encore plus décontenancé quand elle lui donna tout ce flot d'informations en désordre. C'était pas assez et trop en même temps. Il posa sa main sur son front comme pour stopper un mal de tête imaginaire et la laisser finir sa phrase. Il réfléchissait à la façon dont il allait trier ce qu'il venait d'entendre pour le lui ressortir à sa façon. Le but n'était pas de la blesser parce qu'elle aimait sûrement sa mère plus que tout et elle ne pouvait pas imaginer qu'elle ait fait une chose pareille, ils n'avaient juste pas eu la 'même' mère.

- Alors comme ça, elle s'appelle Aileen...

Le blanc qu'il laissa passer juste après cette phrase fut assez clair pour qu'elle comprenne ce qu'il voulait dire par là, mais il insista quand même.

- Comme tu le devines, je ne connaissais même pas son prénom. C'est te dire à quel point elle est une mère pour moi.

Le prénom était très joli en soi, c'était difficile de dire si c'était japonais ou américain, ou une toute autre origine, il ne savait absolument rien d'elle. La couleur de ses cheveux, de ses yeux, sa taille, son rire... Il ignorait tout. S'ils s'étaient croisés tous les deux, elle se serait sûrement stoppée croyant voir Ethan plus vieux ou s'interpellant de voir quelqu'un qui ressemble autant à son "aîné". Peut-être même qu'elle ne se rappelait plus avoir eu un autre enfant avec ses deux favoris, mais lui ne l'aurait même pas regardée. Il aurait passer son chemin, frôlant l'épaule de celle qui lui a donné la vie sans lui accorder la moindre importance. Lui l'aurait fait involontairement, mais elle, elle l'avait fait avec toute la plus grande conscience du monde.

- Mon père est mort tu sais. Je n'ai plus personne... enfin... bref. Elle n'est jamais revenue pour lui ou pour moi. Mais ce que j'apprécie encore moins, c'est qu'ils étaient encore mariés. Encore aujourd'hui, la maison dans laquelle j'ai grandi avec mon père lui appartient, alors qu'elle n'est qu'une étrangère. Je n'ai jamais vu son visage, et je ne sais pas si j'en ai envie. Je ne verrais jamais une mère en elle, j'en suis incapable.

Comment Kaena pouvait-elle dire "je dirais qu'elle est assez froide mais elle donnerait tout pour sa famille", alors qu'elle avait Dorian assis en face d'elle, et qu'elle savait qu'elle l'avait abandonné. Soit la petite était maladroite, soit c'était une maudite garce qui appréciait de mettre une enfance heureuse et comblée dans la balance face à une autre torturée et solitaire.
Dorian ne lui jetait pas la pierre, il ne lui en voulait pas. Pas du tout. Elle ne pouvait pas savoir ce qu'il se passait dans sa tête.
S'il devait se retrouver en face d'Aileen aujourd'hui, il lui dirait qu'il la déteste, qu'elle n'aurait jamais dû le mettre au monde si elle n'était pas capable ensuite de l'élever comme il le méritait, qu'à longs termes, elle avait tué son père qui ne s'était jamais remis de son départ et qu'aujourd'hui, alors qu'il avait fui loin de chez lui et même changé de nom pour ne jamais avoir à faire à elle, elle lui foutait ses deux derniers rejetons dans les pattes en l'obligeant inconsciemment de renouer avec ses douleurs du passé. Pour finir, il lui mettrait sûrement l'acte de décès de son père sous le nez en la forçant à cesser de jouer à la jolie petite épouse parfaite et heureuse alors qu'à moins de 1000 kilomètres de là, elle n'était rien de plus qu'une veuve sans âme.

Il était bien conscient que cette haine qu'il ressentait pour elle s'apparentait plus à un désarroi d'avoir été abandonné et une peur de l'inconnu mais il n'accepterait jamais de lui parler gentiment ou de lui sourire juste par politesse. Elle ne méritait pas plus d'égards de sa part qu'elle avait capable de lui donner.

- Je suis désolé Kaena, mais je dois t'avouer que là tout de suite, tu ne vois qu'une partie de l'iceberg. Si je te disais honnêtement tout ce qui me passe par la tête, je pense que tu me jetterais ton café-vanille à la figure avant de partir en colère avec la ferme intention de ne plus jamais me revoir. Je t'apprécie pour la personne que tu es, pas pour le fait que tu sois ma demie-sœur, j'ai encore beaucoup trop de mal avec ça, mais en tant que demi-frère, j'ai une question à te poser...

Il fixa son regard un peu tremblant, elle ne savait pas trop à quoi s'attendre et visiblement, elle n'avait pas mesuré la portée de ses paroles un peu décousues tout à l'heure. Le fait d'entendre des détails aussi parlants de la vie de sa soi-disant mère n'avait fait qu'attiser sa rage.

- Est-ce que ... tu me détestes à ta façon ... toi aussi ?

Il ne lui avouait pas à demi-mot qu'il la détestait lui, mais c'était plutôt un dommage collatéral de sa conversation un peu ébréchée avec Ethan. Le jeune homme n'était pas passé par quatre chemins pour lui dire ce qu'il avait sur le cœur et même si Kaena était bien plus douce et délicate, étant une Matthews de sang, elle ne se priverait sûrement pas de lui dire la vérité toute crue s'il pose la question.

Si la demoiselle s'était attendue à une conversation sympathique sur fond de rires et de glaces caramel... elle repassera.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Fév - 21:20
M • Université - 3ième année
avatar
Messages : 60

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Quand on demande des informations à Kaena, du moins sur un sujet qu'elle maitrise parfaitement, la jeune blonde ne se prie pas pour tout dévoiler. Le fait que Dorian lui ait posé cette question sur sa mère avait coché la case "positif" dans le cerveau de Kaena, pensant naïvement qu'il faisait un premier pas vers une réconciliation d'ici 2 semaines. Elle avait beau avoir grandi et avoir affirmé son caractère, la petite Américaine était toujours une enfant vivant dans un monde de bisounours. Les problèmes de Dorian étaient sérieux et bien qu'elle ne prenne pas à cela à la rigolade, il était clair qu'elle n'y pensait pas de la bonne manière non plus. Mais on ne pouvait pas lui en vouloir, elle n'avait jamais vraiment eu de problèmes dont on se rappelle des années plus tard et n'avait pas spécialement envie d'en avoir juste pour pouvoir dire "je te comprends".
Et pourtant, quand elle vit Dorian poser sa main sur son front, elle referma son visage comme une huître refermerait sa coquille. Est-ce qu'elle en avait trop dit ? Ou alors, elle avait mal saisi le sens de sa question ? Peut-être qu'il voulait des informations plus précises, comme son physique, son travail, etc ... ? Faisant une petite moue sceptique, elle attendit le verdict en priant pour ne pas avoir déjà mis fin au rendez-vous sans même s'en rendre compte.

Et puis, elle réalisa. Doucement. Puis de plus en plus vite à chaque fois que Dorian ouvrait la bouche. Plus que de la rancune, c'était de la colère mélangée à de la peine, des sentiments plus qu'évidents mais douloureux pour Kaena qui avait pensé bien faire. Elle haïssait ces moments où elle se prenait la tête avec Ethan dès qu'ils parlaient de leurs parents respectifs et sincèrement, elle n'était pas venue ici pour entendre Dorian critiquer sa tendre maman. Kae avait bien saisi qu'Aileen avait commis une erreur à cette époque mais il était hors de question qu'elle prenne partie sans avoir la version de sa mère avant. Dorian avait le droit d'être en colère, de la détester et de refuser de lui pardonner mais Kaena avait aussi le droit de l'aimer à sa juste valeur et de la protéger dès que quelqu'un s'avisait de dire du mal d'elle. Là-dessus, un sacré désaccord naissait mais ce n'était pas comme s'il n'avait pas été prévisible.

- Excuse-moi, je suis maladroite parfois. Je sais dans quelle situation tu te trouves mais c'est nouveau pour moi et sans en avoir parlé à ma mère, j'ai du mal à réaliser tout ça, à me dire qu'elle a pu faire ça. Tu as le droit de la détester et ... je suis désolée pour ton papa.

Baissant la tête, Kaena resta à fixer la table pendant plusieurs secondes sans rien dire.
Toute la joie et la positive attitude de cette journée venait de prendre la porte. Elle se sentait mal à l'aise sur sa banquette, trop serrée dans sa petite jupe et avait l'impression que tous les regards étaient braqués sur elle. Avoir choisi ce lieu, c'était sadique et elle commençait à se demander si Dorian ne l'avait pas fait exprès. Est-ce qu'il la testait ? Est-ce qu'il attendait qu'elle sorte tout le positif de ce qu'elle voyait en sa maman pour prouver le contraire et tenter de la rendre malheureuse ? Est-ce qu'il était jaloux qu'elle ait une maman et pas lui ?
Les mains tremblotantes sous trop de suspicion, Kaena prit une profonde respiration alors que Dorian reprenait la parole. A nouveau, il faisait le tour sans vraiment se décider, comme si tout ce qui composait physiquement son grand-frère n'était qu'une façade. Elle avait envie de lui sauter à la gorge pour le forcer à hurler la vérité, quitte à le perdre ensuite. Elle savait qu'elle devait être patiente, qu'une relation avec un ami est bien moins compliquée qu'avec un demi-frère sorti de nulle part mais mince ! Elle n'avait rien demandé elle !

Perdant sa bonne humeur à l'idée de ce rendez-vous qui l'avait rendu positive toute la journée, Kaena cligna lentement des paupières en fixant Dorian après qu'il lui ait posé une question assez surprenante. Qu'est-ce qu'il voulait au juste ? Qu'elle lui dise "oui" pour qu'il puisse s'en aller sans regret ? Qu'elle réponde "non" pour qu'il puisse dormir la nuit ? Elle n'était pas si importante que ça, cette question ne valait pas la peine d'être posée maintenant, c'était trop tôt et franchement inutile.
Tournant la tête vers la baie vitrée, Kachou laissa le monde extérieur entrer de nouveau de leur petite bulle. Le café fut bruyant en peu de temps, des rires, des pleurs, des bavardages incessants qui lui firent prendre conscience que sa vie ne valait pas plus que celle de la voisine. Elle était insignifiante, tout comme chaque personne ici.

- Tu as du mal à me considérer comme ta sœur et tu me poses cette question en te prenant pour mon frère ? Je mets ça sur le compte d'une certaine maladresse à ton tour.

Rancunière ? Absolument.
Son objectif n'était pas de blesser Dorian, juste de lui faire comprendre qu'elle n'était pas que cette pauvre petite blonde qu'on trouve jolie mais bête. Kaena avait des neurones et du répondant et n'hésitait jamais à s'en servir. Elle était une Matthews et avait pour habitude de toujours dire le fond de sa pensée. Ce n'était pas un bel homme comme Fatalys qui allait la faire changer.
Alors oui, elle allait répondre sincèrement à sa question et peu importe ce qu'elle allait dire. Sa patience avait des limites et si Dorian n'était pas en mesure d'avoir un brin de compassion pour sa maman, il était inutile qu'il continue de lui poser des questions sur elle. Tout ce qu'il voulait savoir se trouvait peut-être sur le net, ils n'étaient pas n'importe qui après tout !

- Non, je ne te déteste pas et je ne détesterai jamais simplement parce que tu fais partie de ma famille désormais. Tu ne me vois peut-être pas comme ta sœur mais toi, tu es définitivement mon frère. On ne se connaît vraiment pas beaucoup mais je garde espoir que ça change, doucement. Seulement ... si tu continues à me prendre en traitre comme tu viens de le faire, à m'amener dans un endroit bondé pour poser des questions franchement personnelles, je doute qu'on reste en bon terme très longtemps.

Terminant son café-vanille qui n'avait clairement plus le même goût, Kaena reposa le gobelet avec les yeux fixés vers Dorian. La petite blonde sortait les griffes, affutait son caractère et dévoilait son répondant. Être gentille, d'accord. Être bête, jamais. Il ne fallait pas espérer approcher les Matthews en passant plus facilement par la petite sœur à la santé fragile. Kaena avait grandi dans une ambiance stricte, dans un monde de requins, avec un frère qui ne lui prêtait aucune attention. Elle n'allait pas abandonner ce qu'elle avait acquis pour les beaux yeux du premier venu. Tu as des comptes à rendre ? Pose ton cul sur la chaise et accouche, qu'on passe à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Aoû - 15:06
S • Médecin scolaire
avatar
Messages : 1009

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
S • Médecin scolaire
Dorian resta un long moment sans réagir pendant que Kaena répondait à ses questions. La gentillesse et la bonne humeur de la demoiselle avait laissé place à de l'agressivité et de la susceptibilité. Elle disait qu'elle était désolée de ce qui lui était arrivé mais en même temps, elle défendait son bout de viande. Hélas, aux yeux de Dorian ça n'avait rien de légitime et il ne pourrait jamais lui répondre quelque chose comme "je comprends que tu n'aimes pas que je la critique". Elle manquait d'empathie vis à vis de lui et n'avait pas cherché un instant à se mettre à sa place. Là elle réagissait comme une gamine pourrie gâtée qui n'avait pas aimé qu'il n'aille pas dans son sens. Dorian n'était pas le genre d'hommes à dire amen à tout et à s'excuser quand la gente féminine était blessée, loin de là.

Son problème, c'était pas qu'il avait du mal à choisir sa tenue pour aller à un rencard ou que ses cheveux étaient mal coiffés, c'était bien plus sérieux que les problèmes que l'adolescente pouvait avoir, même s'ils lui paraissaient sûrement insurmontables à cet instant. Lui il se retrouvait à devoir gérer des informations contradictoires, des sentiments qu'ils ne maîtrisent pas, à remettre en question toute son enfance, son intégrité et là tout de suite, il en avait ras le bol de ces conneries. Les deux Matthews étaient compliqués, mal élevés, tout leur était dû. Ils pensaient dominer le monde à coups de phrases cinglantes et de caractères impossibles à assouplir. Il avait été comme ça en arrivant ici lui aussi, à croire que c'était leur seul point commun, mais il avait changé parce que certaines expériences de sa vie lui avaient prouvé qu'il n'était rien qu'un grain dans une immense tempête de sable et qu'il était petit par rapport à tout ce qui l'entourait. L'effet papillon ne s'appliquait pas à lui. Les décisions qu'il prenait n'allait pas changer la course du monde.

La réaction de Kaena l'avait irrité au plus haut point. Là, à cet instant, il se sentait l'âme d'un père face à une adolescente en crise.
D'où est-ce que Dorian avait manigancé de l'inviter dans un endroit blindé de mondes pour ensuite la mettre mal à l'aise ? Quel esprit tordu pouvait-elle bien posséder pour penser à ce genre de choses ? Il avait simplement voulu qu'elle se sente bien et dans un endroit convivial. S'il avait proposé un rendez-vous dans un endroit beaucoup plus privé, elle aurait inventé quoi ? Qu'il voulait la violer ? La kidnapper pour ensuite demander une rançon à sa 'connasse' de mère pour se venger de son abandon ? Mais bordel si elle n'aimait pas cet endroit, bah elle n'avait qu'à lui dire et ils auraient été ailleurs !! Dorian n'avait pas le temps de prendre la demoiselle par la main, il avait d'autres chats à fouetter.
Il se surprit à sourire tellement cette situation était ridicule. Il était en colère et il avait franchement envie de lui dire tout ce qu'il venait de penser et de l'envoyer chier pour de bon. Toute cette mise en scène, toutes ces questions, ces interrogations, ces discussions avec Yume qui l'avait gentiment poussé à prendre contact avec eux pour pouvoir faire la paix avec lui-même... des conneries !

Il se savait pas très doué avec les gens mais là vraiment il n'avait pas l'impression d'avoir mit les pieds dans le plat. Ils ne jouaient pas dans la même cour tous les deux et il n'avait plus envie d'avoir les réponses à ces questions. Franchement, ça lui allait très bien comme ça. Chacun son monde, chacun sa merde. Depuis plus de 30 ans, il était fils unique et ça ne l'avait pas empêché de vivre alors il n'avait qu'à continuer.
Il recula sur sa chaise et sortit un billet de son portefeuille qu'il déposa sur la table. Il savait que Yume allait lui poser des questions et qu'elle n'allait pas être contente de ses réponses, ça sentait encore la dispute parce que Dorian était borné et que là, il avait un trop plein de colère à évacuer.
Il ne savait pas quoi dire à Kaena, tout ce qu'il pensait était agressif ou ironique.
Elle le prenait pour son frère ? Pourquoi ? Ils n'avaient rien en commun tous les deux à part un bon caractère de merde qui ne s'accordait pas l'un à l'autre. Lui, il ne la prenait pas pour sa sœur, non. L'instinct de protection qu'il avait ressenti au début pour elle était partit et il se fichait pas mal de ce qu'elle comptait faire de son cul dans cet endroit bondé de monde où elle n'avait pas eut envie de venir. Il se leva de sa chaise et resta un instant interdit, devant elle, à ne pas savoir quoi lui dire.

Les rides de son front étaient marquées et il se mordait la lèvre intérieurement. Chaque parole qu'il allait prononcer était importante. Il ne voulait pas la blesser mais ne voulait pas l'épargner non plus. Sa main serrait le haut de la chaise en bois sur laquelle il était assis quelques secondes plus tôt. Les jointures de ses doigts étaient blanches tellement il serrait fort, sans s'en rendre compte.

- Prends soin de toi, Kaena.

C'était tout ce qu'il avait trouvé pour lui témoigner sa déception et en même temps ne pas paraître trop agressif envers elle.
Il n'eut même pas envie d'attendre sa réponse. Il quitta la pièce et sortit du StarBuck sans se retourner. Il ne savait pas si un jour ils allaient se revoir ou se reparler. Ce n'était pas du tout ce qu'il avait imaginé quand il avait découvert qu'il avait un demi-frère et une demi-soeur dans cette ville, mais sa rancœur était incompatible avec l'enfance qu'eux avaient vécu tranquillement. Il ne faisait pas partie de leur famille et rien ne pourrait jamais changer ça.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Sep - 14:44
M • Université - 3ième année
avatar
Messages : 60

HnM
Un mot:
Voir le profil de l'utilisateur
Qui aurait pu prévoir plus tôt ce matin que cette rencontre se finirait aussi mal ? Qu'ils iraient même jusqu'à se dire quelques vérités blessantes sans avoir pris le temps de bien se connaître ? Kaena appréciait Dorian même si elle trouvait qu'il restait trop sur ses gardes. Elle avait aimé l'homme dès qu'elle avait su qu'il faisait partie de sa famille et s'était attendrie devant tant de pudeur, de restrictions à parler des sujets difficiles. Le médecin scolaire de l'académie était farouche et un peu compliqué mais pas méchant et particulièrement mature. Elle avait bien conscience qu'elle était loin de tout ça et qu'une petite blessure au doigt n'était rien comparé à la souffrance de son demi-frère depuis des années mais même si tout ça était pris en compte, se mettre à la place des autres restait quelque chose de trop difficile pour elle. Difficile car elle ne savait pas par où commencer et surtout si elle allait pouvoir gérer la haine ou la tristesse d'autrui. C'était difficile aussi car elle avait été éduquée dans un monde où il fallait voir les autres comme inférieurs. On leur avait toujours dit qu'ils étaient excellents et qu'ils devaient le rester, se démarquer pour sortir du lot alors devoir se rabaisser pour laisser entrer un presque inconnu dans sa vie, c'était pas à portée de main en 2 secondes.

Et c'est à cause de ça qu'ils commençaient à élever le ton. Kaena réagissait trop vite, Dorian restait trop secret. Les torts étaient partagés mais le résultat était commun. Toue l'avance qu'ils avaient pris depuis qu'ils savaient venait d'être réduite en miettes et le médecin scolaire redevenait simplement Dorian Fatalys, homme plutôt sombre et taciturne à qui le sourire semblait ne jamais avoir été donné.
Kachou savait qu'elle avait regretter la fin de cette entrevue, qu'elle allait refaire la scène plusieurs fois dans sa tête pour imaginer ce que ça aurait donné si elle avait dit ceci au lieu de cela, mais là tout de suite, elle ne regrettait pas d'avoir montré un peu de caractère. Même si elle pouvait assumer le fait d'avoir eut tort d'ici à quelques jours, elle était ravie d'avoir prouvé qu'en-dessous sa couche de petite femme fragile se cachait un caractère bien présent. Certains de ses amis l'avaient appris à leur dépends et aujourd'hui, elle n'était plus considérée comme une petite proie facile mais comme ... une Matthews, tout simplement.

Alors que Dorian se lève et sorte un billet de sa poche ne l'étonna pas vraiment. Il ne semblait pas aimer les conflits et prenait la porte de sortie. Avait-il conscience qu'ainsi ils n'allaient pas avancer ? Les disputes, c'était dur, ça mettait les nerfs à rude épreuve mais ça permettait souvent de dire enfin ce qu'on gardait en soi depuis trop longtemps. L'être humain était trop poli, les pires choses restaient enfouies jusqu'à explosion et c'était pour cela que c'était si douloureux. Un simple pantalon pouvait devenir une arme du crime si après plusieurs mois on avouait enfin qu'il était tout simplement horrible, qu'il rendait gros et qu'il était ridicule. Alors qu'à l'époque, un simple "c'est vraiment pas terrible" aurait suffi à éviter la tempête.
Et Dorian en fut l'exemple parfait.
Ses jointures si blanches prouvaient qu'il avait envie d'exploser, de dire le fond de sa pensée au moins pour être libéré sinon pour faire réaliser les maladresses commises depuis plusieurs minutes. Même si le but de cette rencontre n'avait pas été de finir fâchés, Kaena aurait aimé qu'il se lâche (certes à regret en public, mais tant pis). Ils avaient besoin de parler, de s'affronter et certes c'était trop tôt mais ça restait mieux que trop tard. Malheureusement l'homme se contenta d'une phrase. D'une seule phrase. Courte, précise et particulièrement claire. Dorian n'avait pas l'intention de la revoir, considérait que cette entrevue était la dernière et retournait à son monde solitaire en espérant un jour oublier ce qu'il avait découvert par hasard. C'était qui qui vivait dans un monde de bisounours, là ?

Kaena le laissa s'en aller et grognant de n'avoir pas eut le temps de répondre quoique ce soit. C'était pas plus mal, sa rancœur avait drastiquement augmenté et elle aurait dit des bêtises mais l'état de Dorian était une première. C'est ainsi qu'elle aurait pu en apprendre davantage, dévorer ses expressions et mettre le doigt sur le fond du problème mais ... non.
Son demi-frère venait de prendre la porte, sans un regard, le pas décidé. Seule à sa table, Kae prenait le temps de se calmer. C'était un désastre et ça allait jouer sur son humeur pendant un certain temps. Il allait lui falloir au moins quelques jours sinon quelques semaines pour reprendre du poil de la bête, et repartir au combat. Oui, au combat. Ce n'était pas ce qui allait arrêter la jolie blonde, il était hors de question qu'ils cessent tout contact juste pour des raisons comme celle-ci. Ils méritaient mieux, ne serait-ce que la vérité ou au moins la franchise. Si à l'avenir, ils devaient rester fâchés, elle désirait que ce soit pour de sincères raisons et non pour un manque de confidence ou une retenue par politesse. Son père disait toujours que dans la famille on se pardonne tout, même les pires crasses alors ...
La blondinette soupira en appuyant son menton sur ses paumes de main. Son père ... Est-ce qu'il était au courant de tout ça ? Pourrait-il justement pardonner à leur mère cette fameuse crasse ? En sachant qu'il avait déjà un mal fou à pardonner Ethan de vivre avec un homme, y avait fort à parier qu'il ne se relèverait pas cette fois. Tout cela les dépassait tellement.

S'assurant que le billet laissé par Dorian était suffisant pour leurs consommations, Kaena prit la petite coupelle et la porta au bar avant de sortir en ayant perdu toute motivation. Ses pieds désiraient se trainer sur le sol, ses épaules se voûter et son esprit s'enfermer. Elle allait rentrer chez elle, se glisser sous la couette malgré le temps toujours au beau fixe et réfléchir ... réfléchir jusqu'à s'endormir, puis réfléchir encore jusqu'à ce qu'elle ait enfin expulsé tous ces vilains sentiments négatifs. Avancer, toujours. Rester sur place, jamais.
Dorian, ne t'éloigne pas trop s'il te plaît.

[Clos.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Centre Ville-